NEWSLETTER. SOMMAIRE Fiscalité Chiffres clés et nouveautés fiscales en 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NEWSLETTER. SOMMAIRE Fiscalité Chiffres clés et nouveautés fiscales en 2013"

Transcription

1 SOMMAIRE Fiscalité Chiffres clés et nouveautés fiscales en 2013 Droit de l entreprise Le régime fiscal des associés administrateurs des sociétés commerciales Les nouveautés en matière de taxes judiciaires L intérêt légal et l intérêt de retard Droit social Salaire minimum interprofessionel 2013 Jours fériés pour l année 2013 Les charges sociales sur les salaires en Espagne pour l année 2013 Qui sommes-nous? Marco Legal, Abogados & Economistas, S.A.P. ML Corporate Services, S.L.

2 Fiscalité Santiago Ylla 1. CHIFFRES CLÉS ET NOUVEAUTÉS FISCALES EN 2013 Des nouveautés fiscales entrent en vigueur avec l année En effet, la Loi 17/2012 («Ley de Presupuestos Generales del Estado»), ainsi que la Loi 16/2012 du 27 décembre («LMT») ont introduit une série de mesures fiscales dont la plupart sont entrées en vigueur le 1er janvier Ci-après les principales nouveautés introduites par ces deux Lois, ainsi que les données-clés concernant l IS, l IR et la TVA espagnole : i) IS (Impôt sur les sociétés) : Il n y a aucune modification concernant les taux relatifs aux paiements échelonnés par rapport à ceux de l année Par conséquent, les trois taux d imposition sont les suivants: a. Le taux général se maintient à 30%; b. Les sociétés dont le montant net du chiffre d affaires est inférieur à 10 millions d euros, sera imposé d un taux réduit de 25% pour les premiers de bénéfices, et de 30% pour le reste; c. De même, pour les sociétés dont le montant net du chiffre d affaires est inférieur à 5 millions d euros et l effectif salarial est inférieur à 25 employés, le taux réduit de 20% pour les premiers de bénéfices, et de 25% pour le reste, sont maintenus. Les amortissements fiscalement déductibles seront limités à hauteur de 70% pendant les années 2013 et Cette limite ne s appliquera pas aux entreprises considérées de taille réduite pendant la période d imposition (chiffre d affaires inférieur à 10 millions d euros). Pendant l année 2013, les coûts dérivés des indemnités de licenciement qui excèdent un million d euros ne seront pas déductibles, ainsi que les indemnités de salaire qui excèderont le montant exonéré d IR pour le salarié. La LMT introduit la possibilité de régulariser les actifs liés à des activités commerciales, principalement les actifs corporels et les investissements immobiliers. Le surplus sera imposable à un taux de 5% et devra être comptabilisé dans un compte de réserve indisponible jusqu à ce que l Administration vérifie cette réévaluation (délai de 3 ans). Le surplus sera amortissable à compter du premier exercice ouvert le 01/01/2015, pendant la durée de la vie utile du bien. ii) IR (Impôt sur les revenus des personnes physiques) : Comme l année dernière, les revenus de l épargne sont taxés à des taux complémentaires allant de 21% à 27%, comme indiqué dans le tableau suivant : Aux plus-values générées dans un délai supérieur à un an, il faudra également leur appliquer les taux indiqués sur le tableau. Néanmoins, à partir du 1er janvier 2013, les plus-values générées en moins d un an seront imposables au taux moyen applicable au contribuable, selon le barème progressif. En cas de pertes, celles-ci pourront se compenser uniquement avec les autres éléments qui composent la base d imposition générale, et ce, dans la limite du 10%. L avantage en espèces consistant en la mise à disposition d un logement pour les salariés subit des changements concernant l évaluation de sa valeur. Dans le cas d un logement qui n est pas propriété de l employeur, sa valeur sera équivalente au coût que l employeur a dû supporter. Si le logement est propriété de l employeur, la rémunération en espèce devra, comme jusqu à présent, continuer à se calculer en appliquant un taux de 5% sur la valeur cadastrale du logement ou de 10%, si la valeur de la propriété n a pas été actualisée. La déduction pour l acquisition ou la réhabilitation d une résidence principale à partir du 1er janvier 2013 est supprimée. Base imposable Montant Reste Taux épargne total base d imposition d imposition ,00% ,00% Au-delà 27,00% 02

3 Cependant, les contribuables qui bénéficiaient déjà de cette déduction, pourront continuer à bénéficier de la déduction grâce au régime transitoire mis en place. iii) TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) : Les taux de TVA en vigueur en Espagne sont : - Taux normal: 21% - Taux réduit : 10% - Taux très réduit : 4% En janvier 2013, l augmentation de la TVA concernant le logement est entrée en vigueur. La TVA passera de 4% à 10% pour les livraisons de bâtiments ou de logement, ainsi que les garages et les pièces annexes qui seront transmis en même temps que le bâtiment. Par ailleurs, la Cour de Justice de l Union Européenne (CJUE) a déclaré récemment que l Espagne a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu de la «Directive TVA», en appliquant un taux réduit à des catégories de produits et de matériaux sanitaires plus larges que celles prévues par celle-ci. L Espagne devra donc élever le taux de TVA de ces produits de 10% à 21%. iv) IIVTNU (Impôt sur la plus-value des terrains de nature urbaine) : À compter du 1er janvier 2013, pour pouvoir inscrire au Registre Foncier les transmissions de propriété, il faudra au préalable apporter la preuve, soit du règlement de la liquidation de la plus-value municipale, soit de la communication auprès de la mairie de la transmission du terrain. v) IP (Impôt sur le patrimoine) : Cet impôt se maintient pour l année Le taux d imposition ainsi que le seuil d entrée de l impôt varient selon les Communautés autonomes. A titre d exemple, à Madrid, les contribuables ne doivent pas payer cet impôt. En revanche, en Catalogne, la Generalitat a réduit le seuil d entrée de à , prenant effet en Les taux d imposition varient du 0,20% au 3,75% selon les Communautés autonomes. 03

4 Droit de l entreprise Helena Reyes, Sheila Toledo, 2. LE RÉGIME FISCAL DES ASSOCIÉS ADMINISTRA- TEURS DES SOCIÉTÉS COMMERCIALES Il n y a pas longtemps, les revenus obtenus par les administrateurs associés d une société commerciale qui exerçaient également des fonctions de direction, étaient considérés imposables dans la catégorie des revenus du travail au titre de l impôt sur les revenus (IR), en fonction d un barème progressif par tranches. Face à la disparité de critères concernant le régime fiscal de ces associés administrateurs, et au manque évident d homogénéité dans les directives de l Administration, le fisc espagnol (l AEAT) s est vu dans l obligation de publier une Note d information (la Note 1/2012) il y a quelques mois, afin de tenter d éclairer sa position à ce sujet. D après l AEAT, lorsque l administrateur d une société assume en même temps des fonctions de direction au sein de l entreprise, il est impossible de dissocier les deux relations qui l unissent avec la société. Dans ce cas, d après la Note susmentionnée, sa relation en tant qu administrateur prévaut sur la relation de travail en tant que directeur de la société. Cette nouvelle interprétation implique que la rémunération du gérant est considérée étant perçue au titre de sa fonction d administrateur avec les conséquences suivantes : i) La retenue à la source sera celle prévue par la Loi espagnole sur l IR : au taux de 42% (pour les années 2012 et 2013) indépendamment des revenus de l administrateur. C est-à-dire, même si celui-ci perçoit un salaire au titre d un contrat de travail, la retenue à la source ne sera plus celle du régime général (barème progressif par tranches), mais celle prévue pour les administrateurs par la Loi sur l IR, au taux de 42%. ii) Si les statuts de la société ne prévoient pas de rémunération ou stipulent que la fonction de l administrateur sera gratuite, celleci sera considérée comme étant une charge non déductible fiscalement au regard de l Impôt sur les sociétés (IS). Par ailleurs, la Note envisage également l hypothèse où un associé d une société commerciale exerce en même temps des fonctions de cadre supérieur au sein de l entreprise (directeur financier, directeur commercial, etc.). Le problème se pose concernant la qualification de ces fonctions en tant que cadre supérieur. Il faut pour cela, se reporter aux définitions de la Loi sur l IR concernant les revenus du travail (art. 17.1) et les revenus sur l activité économique (art. 27.1). D après l AEAT, pour que les revenus soient considérés comme des revenus sur l activité économique, deux éléments doivent être réunis : l existence de l exploitation d une activité en nom propre, et l utilisation de moyens de production propres à l associé. A l inverse, pour pouvoir qualifier la rémunération de l associé de revenus du travail, il faudra qu il existe un lien de dépendance avec la société ainsi que des éléments qui prouvent qu il exerce son activité pour le compte d autrui. La Note analysée ne parvient donc pas à résoudre complètement les doutes soulevés par la législation fiscale en vigueur, et, au lieu de faire la lumière sur les zones d ombre, elle augmente la confusion et laisse sans résoudre certains problèmes d interprétation. En l absence d un critère uniforme, l Administration espagnole devra procéder à une interprétation au cas par cas des normes en vigueur et des concepts analysés ci-dessus, ce qui pourrait entrainer une certaine insécurité juridique pour le contribuable. Afin d éviter cet écueil, il serait souhaitable d analyser préalablement le cas en l espèce en faisant une étude personnalisée de la situation de l associégérant, et si besoin est, de se faire conseiller par un expert en la matière. 3. LES NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE TAXES JUDI- CIAIRES L année 2012 a été une année pleine de nouveautés dans le domaine des taxes judiciaires, aussi bien à niveau local qu à niveau national. Le 1er mai 2012, est entrée en vigueur la Loi 5/2012 du 20 Mars, de la Communauté Autonome de Catalogne, dont l article 16 ajoute un nouveau titre III bis de la Loi sur les Taxes et Prix Publics de la Generalitat de Catalogne. En vertu dudit article, les personnes physiques ou morales qui veulent engager une procédure judiciaire en Catalogne, dans l ordre civil ou administratif sont tenus de liquider et payer la nouvelle taxe judiciaire catalane, dont le montant varie entre 60 et 120. Cependant, l exonération du paiement est prévue dans les cas suivants: 04

5 i) Lors de la présentation de la demande initiale et des recours en appel en matière d héritage, de droit de la famille et d état civil des personnes; ii) Lors de la présentation de la demande en justice devant le juge civil («procedimiento ordinario») dans les cas où la taxe de la procédure «monitorio», dont découle la procédure ordinaire, ait déjà été réglée. iii) Lors de la présentation d un recours contentieux administratif et des recours d appels ultérieurs en matière de personnel, de protection des droits fondamentaux de l homme et de l activité de l administration électorale ainsi que lors de l opposition directe aux dispositions de caractère générale. iv) Pour les personnes physiques ou morales qui ont droit à l aide juridique gratuite, ainsi que pour les organismes totalement exonérées d impôt sur les sociétés. Il convient d ajouter que le Gouvernement central a interposé un recours constitutionnel contre la taxe catalane, recours qui a été déclaré recevable par le Tribunal constitutionnel («TC»). Le Gouvernement central a saisi le TC car il considère que cette taxe frappe une matière imposable qui supporte déjà un impôt du Gouvernement central. En outre, la déclaration de recevabilité du recours a entrainé la suspension temporaire de l application de la taxe pendant 5 mois. Par ailleurs, le 20 novembre 2012, la Loi 10/2012, qui modifie les taxes judiciaires au niveau national a été adoptée, mais son entrée en vigueur a été reportée au 17 décembre Les principales nouveautés introduites sont les suivantes : i) Augmentation de l ensemble des taxes judiciaires (entre 50 et 750 ). ii) Application de la taxe judiciaire aux personnes physiques (laquelle jusqu à présent s appliquait exclusivement aux personnes morales). iii) Dans l ordre social : le règlement de la taxe est prévu pour le recours en cassation et les recours par voie d exception devant le juge social. iv) En matière civile: le règlement de la taxe est prévu pour l opposition aux demandes d exécution des décisions judiciaires. 4. L INTÉRÊT LÉGAL ET L INTÉRÊT DE RETARD Pour l année 2013, l intérêt légal est fixé à 4% et l intérêt de retard à 5%. 05

6 Droit social Malluc Senserrich 5. SALAIRE MINIMUM INTERPROFESSIONEL 2013 : Approuvé par le Décret royal 1717/2012, du 28 décembre, publié dans le Journal officiel de l État du 31 décembre, qui prévoit les montants minimums suivants : SMIC journalier 21,51 / jour SMIC mensuel 645,30 / mois SMIC annuel 9.034,20 / an Par ailleurs, l IPC accumulé depuis le 1er janvier jusqu au 31 décembre 2012 est fixé à 2,9%. 6. JOURS FÉRIÉS POUR L ANNÉE 2013 Pour l année 2013, il y a 14 jours fériés non récupérables, parmi lesquels il y a des fêtes nationales, régionales et locales. Nous indiquons ci-dessous les jours fériés pour les communautés autonomes de Madrid et de Catalogne (à l exclusion des jours fériés locaux) : Communauté autonome de Madrid : 1er janvier 7 janvier 18 mars 28 mars 29 mars 1er mai 2 mai 15 août 12 octobre 1er novembre 6 décembre 25 décembre Cotisations en Espagne Charges Taux Taux Total Sociales obligatoires au 01/01/2013 employeur salarie Sécurité sociale : maladie 23,60% 4,70% 28,30% Assurance chômage 5,50% 1,55% 7,05% Fonds de garantie des salaires 0,20% - 0,20% Formation professionnelle 0,60% 0,10% 0,70% Total 29,90% 6,35% 36,25% Accidents du travail Variable - Communauté autonome de Catalogne: 1er janvier 29 mars 1er avril 1er mai 24 juin 15 août 11 septembre 12 octobre 1er novembre 6 décembre 25 décembre 26 décembre 7. LES CHARGES SOCIALES SUR LES SALAIRES EN ESPAGNE POUR L ANNÉE 2013 Les charges sociales pour 2013 sont les suivantes : 29,90% à la charge de l employeur (+ cotisations accident du travail) + 6,35% à la charge du salarié. A titre d exemple : pour un salarié qui a un salaire brut de et qui travaille dans un bureau, avec un contrat de travail à durée indéterminée, le coût de l entreprise en appliquant les pourcentages antérieurs (taux de 2% au titre d accidents de travail inclus) est de Il faut tenir compte du fait que le salarié devra supporter un coût de annuels, équivalent à 6,35% sur son salaire brut annuel (qui se déduiront des ). Finalement, l entreprise devra appliquer une rétention au titre de l IR sur le salaire brut. Pour un salaire de d une personne célibataire et sans enfants, le pourcentage de rétention, pour cette année, sera 18%. Par conséquent, le salarié percevra un montant net annuel de selon le calcul suivant : Salaire brut annuel : (coût d entreprise : ). Prélèvement de la Sécurité sociale : Prélèvement IR: TOTAL : Pour les chefs d entreprises (ceux qui détiennent au minimum 25% du capital social et qui exercent la fonction de gérant de l entreprise), pour l année 2013 : 256,60 (minimum) quels que soient leurs revenus. 06

7 Qui sommes-nous? Marco Legal, Abogados & Economistas, S.A.P. Le cabinet MARCO LEGAL, Abogados & Economistas, SAP, est né de l union de plusieurs professionnels provenant de cabinets prestigieux, et justifiant d une expérience professionnelle notoire dans le domaine du conseil aux entreprises. L incorporation au cours des 12 dernières années d une équipe de professionnels hautement qualifiés a permis, en outre, au cabinet de devenir une référence dans le domaine du Droit de l entreprise. d organismes d inspection, de médiation et/ ou d arbitrage, le cas échéant. Un milieu de travail innovant, une équipe orientée vers le service, liés au respect rigoureux de l éthique et du secret professionnel, ainsi que des normes régulatrices de déontologie de notre profession, nous a valu la confiance d un grand nombre d entreprises, d organismes publics et d institutions, tant au niveau international qu international. Avec des bureaux à Madrid et à Barcelone, l un de nos principaux objectifs est celui d offrir un service juridique global à notre clientèle internationale (recouvrant le domaine du droit des affaires, du droit fiscal et du droit du travail, mais aussi le droit des nouvelles technologies), défendant également les intérêts nos clients devant l ensemble des juridictions et auprès ML Corporate Services, S.L. Notre cabinet apporte une réponse spécifique et adaptée aux différents évènements de la vie de l entreprise. Véritable allié de l entreprise, nous apportons nos compétences en matière de comptabilité et de gestion. Nous sommes également qualifiés pour clarifier des aspects juridiques liés aux obligations légales de l entreprise, notamment en matière de droit du travail et de gestion sociale. La variété et la gamme de nos services vont des missions traditionnelles de tenue de comptabilité, d expertise comptable et de gestion de la paie à d autres prestations plus spécialisées à la demande de nos clients: conseil à la création d entreprise, fiscalité, droit des sociétés, droit social, gestion et prévision de trésorerie jusqu à l accompagnement de start-ups... Notre cabinet propose aussi des conseils pour l implantation d entreprises étrangères en Espagne, de création de succursales espagnoles ou de filiales de sociétés françaises. Notre équipe de professionnels, parlant espagnol, français et anglais, accompagne nos clients depuis la naissance de leur projet jusqu à la réalisation de celui-ci, et propose des conseils pour l implantation d entreprise étrangères en Espagne. Nos travaux s inscrivent toujours dans une démarche d offrir des solutions sur mesure adaptées à la situation de chaque entreprise. Attentifs aux évolutions fiscales, sociales, juridiques ou comptables, notre cabinet applique avec réactivité et pragmatisme les textes selon les besoins propres de chacune des sociétés qui nous ont mandaté. Notre cabinet s affirme comme un partenaire privilégié des sociétés qui lui font confiance. ML Corporate Services, S.L. est une société du Groupe Marco Legal, Abogados & Economistas, S.A.P., cabinet d avocats inscrit au Barreau de Barcelone et membre de la Chambre de Commerce et d Industrie Française de Barcelona. 07

8 Nos services online Avinguda Diagonal, 453 bis, 4ª pl Barcelona T F Pº Castellana, 114, Esc 1. 6º Madrid Tel.: Fax: Buenos Aires, 62-64, 4ª pl Barcelona T F MEMBER OF ALLIURIS GROUP Brussels Paris London Amsterdam Lyon Barcelona Madrid Lisbon Milan Edinburgh Glasgow Dublin Zug Copenhagen Hanover Vienna Salzburg Amersfoort Moscow Minsk Poznan Warsaw Bratislava Bucharest Sofia Istanbul Dubai New Delhi Sao Paulo Rio De Janeiro Brasilia Shanghai Beijing AVIS LEGAL L objectif de cette Newsletter est d offrir une vision générale des aspects que nous considérons utiles pour nos clients dans leur activité professionnelle, n ayant qu une vocation d information générale. A ce titre, cette Newsletter est un simple guide et les informations qu elle contient ne peuvent en aucun cas être considérées comme constituant un acte de conseil juridique, ou une recommandation légale personnalisée. Dans ce sens, Marco Legal, Abogados y Economistas décline tout responsabilité quant à l usage que pourrait faire le lecteur de la présente Newsletter, ainsi qu aux possibles erreurs ou omissions qu elle pourrait contenir. Si, à la réception de cette Newsletter par courrier électronique, vous ne souhaitiez pas la recevoir à l avenir, nous vous prions de bien vouloir nous en informer par l envoi d un message à: Votre demande sera aussitôt satisfaite. Marcol Legal, Abogados y Economistas, SAP. Tous droits réservés. Sa reproduction totale ou partielle est interdite, même en indiquant la source.

NEWSLETTER. SOMMAIRE Fiscalité Les nouveautés fiscales introduites par le décret royal 20/2011, du 30 décembre

NEWSLETTER. SOMMAIRE Fiscalité Les nouveautés fiscales introduites par le décret royal 20/2011, du 30 décembre 2012 SOMMAIRE Fiscalité Les nouveautés fiscales introduites par le décret royal 20/2011, du 30 décembre Droit de l entreprise La responsabilité pénale des personnes morales suite a la recente reforme du

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart LA FISCALITE DES LIBERAUX Dans le but de diffuser la culture fiscale, nous avons le plaisir de vous présenter le nouveau régime fiscal des médecins de libre pratique. En tant que profession libérale, les

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 OBJECTIF DE L ACQUISITION Développer son patrimoine personnel : acquisition

Plus en détail

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit TMP Ukraine Expertise-Conseil-Audit 36-B rue O. Gontchara, bur. 8 01034 Kiev, Ukraine Tel.: +38(044)234.33.48, +38(067)501.19.60, +38(067)406.97.37 Fax: +38(044)235.39.05 Sofia Tokar Auditeur certifié

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT Décembre 2013 Janvier 2014 [NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT 1 Sommaire I. Information sur le cabinet... 3 II. Actualités fiscales... 4 1. Une créance de carry-back née après l'ouverture d'une procédure

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail INTRODUCTION : I Généralité 1 2 3 4 5 Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail Le traitement

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

Formation Responsable administratif et financier

Formation Responsable administratif et financier Formation Responsable administratif et financier Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

COMITE DE FORMATION CONTINUE

COMITE DE FORMATION CONTINUE COMITE DE FORMATION CONTINUE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE DE L ANNÉE 2014 DATE 5 SEPTEMBRE 2014 CABINET ZAHAF & ASSOCIES SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE

Plus en détail

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Cours du 15/06/2012 Guadeloupe Martinique Guyane Sommaire I. Préalable II. Les principes Généraux III. IV. Vous êtes étudiant Vous êtes remplaçant V.

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011 N 2041 GH N 50149 # 16 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011 REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS DÉFINITION ET MODALITÉS D'IMPOSITION CAS PARTICULIERS : INDEMNITÉ DE DÉPART À LA RETRAITE

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

SOCIÉTÉ COMMERCIALE ET ENTREPRENEUR INDIVIDUEL EN ANDORRE

SOCIÉTÉ COMMERCIALE ET ENTREPRENEUR INDIVIDUEL EN ANDORRE ENTREPRENEUR INDIVIDUEL EN ANDORRE Pàgina 1 de 9 I. RÉGIME JURIDIQUE SOCIÉTÉ COMMERCIALE 1. QU EST-CE QUE C EST? Il s agit d une association volontaire de personnes physiques ou morales qui, moyennant

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité?

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? HSBC Intervention du 18 janvier 2011 En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? Les enjeux sociaux et patrimoniaux

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

tifawt.com Impôt sur le revenu

tifawt.com Impôt sur le revenu IR L impôt sur le revenu s applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales et n ayant pas opté pour l impôt sur les sociétés. Impôt sur le revenu Elaboré par Abderrahmane

Plus en détail

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. Exclusif de tout lien de subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle.

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. Exclusif de tout lien de subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle. COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ LES FONDAMENTAUX CONTRAT DE COLLABORATION CONTRAT DE TRAVAIL 2 LIEN DE SUBORDINATION Exclusif de tout lien de subordination. Lien de subordination uniquement pour

Plus en détail

Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier

Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier Principes généraux du système fiscal français Principes généraux du système fiscal français Impôt sur les bénéfices (BIC/IS) Impôt payé sur les bénéfices réalisés

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Règlement de la promotion. «Spain in Detail/L Espagne en détail»

Règlement de la promotion. «Spain in Detail/L Espagne en détail» Règlement de la promotion «Spain in Detail/L Espagne en détail» 1. DEFINITIONS 1.1. Promotion : signifie la promotion «Spain in Detail/L Espagne en détail» organisée par TURESPAÑA, et qui régit le tirage

Plus en détail

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu Analyse de l annexe fiscale 2003 Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003 Première partie Impôts sur le revenu INSTITUTION DE RETENUES AU TITRE DE L IMPOT SUR LES BENEFICES

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle.

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle. COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ LES FONDAMENTAUX CONTRAT DE COLLABORATION 1 CONTRAT DE TRAVAIL 2 LIEN DE SUBORDINATION E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Lien de subordination

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG DCG 4 Droit fiscal en 35 fiches 2013 Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG Jacques SARAF Agrégé d économie et gestion Collection «Express Expertise comptable»

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Principes comptables 1 1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Introduction L information comptable a pour objectif de traduire la réalité économique de l entreprise dans les états financiers.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2004/11

NOTE D INFORMATION 2004/11 NOTE D INFORMATION 2004/11 La paie des cadres : les grandes spécificités. La première difficulté consiste à définir ce qu est un cadre. Or, la définition change selon les problématiques juridiques à trancher

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier.

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier. Etudes fiscales La mode du «french bashing» qui se développe à travers toute l Europe n épargne pas le domaine de la fiscalité. La France souffre en effet de l image assez négative que véhiculent les médias

Plus en détail

DR version 4.3.0.0. Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version.

DR version 4.3.0.0. Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version. DR version 4.3.0.0 Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version. Nous vous rappelons la nécessité de procéder à des sauvegardes régulières de chacun de vos

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS

INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS COTISATIONS ORDINALES POUR 2011 Barème des cotisations en euros Les assurances responsabilités civiles professionnelles et prévoyance sont forfaitaires selon l ancienneté

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail