CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS"

Transcription

1 CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS Professeur Patrick JEGO - Service de Médecine Interne Rennes, mercredi 8 janvier 2014

2 Monsieur L, 92 ans, passe en FA permanente. Que faites vous?

3 Un homme de 72 ans, Fibrillation Atriale, est sous pradaxa (300 mg/j). Il présente des épistaxis. Son bilan biologique retrouve un INR 2,12 et un TCA à 57 secondes. Que faites-vous?

4 Un patient, 37 ans sous rivaroxaban est adressé aux urgences après une chute. Le glascow est à 8. Le scanner crânien retrouve un hématome intra-crânien. Une intervention neuro-chirurgicale est nécessaire. L'INR est à 4,8 et le TCA à 42 secondes. Que faites-vous?

5

6 ANSM le 20/09/2013 Les nouveaux anticoagulants oraux (Pradaxa, Xarelto, Eliquis) : Des médicaments sous surveillance renforcée - Point d'information L ANSM est particulièrement vigilante à la surveillance de ces nouvelles molécules. En effet, si la prescription des nouveaux anticoagulants apparaît plus simple que celle des AVK en raison de l absence de surveillance biologique de routine, les risques de mésusage et de iatrogénie restent importants. De plus, ces molécules ne sont pas dénuées d interactions médicamenteuses. L absence de surveillance biologique et la facilité de prescription des nouveaux anticoagulants peuvent favoriser le non respect des recommandations thérapeutiques. L absence d antidote et de données validées concernant la surveillance biologique est préoccupante en cas de surdosage ou de nécessité d un geste chirurgical en urgence. De ce fait, l ANSM a communiqué à de nombreuses reprises sur le risque lié aux NACOs et a mis en place une surveillance renforcée de ces produits (voir infra). Cette surveillance ne remet pas en cause pour l instant le rapport bénéfice/risque de ces produits.

7 Nouveaux anticoagulants oraux : Eliquis (apixaban), Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) : mise en garde sur les facteurs de risques hémorragiques - Lettre aux professionnels de santé 12/09/2013 Information destinée aux anesthésistes, cardiologues, chirurgiens orthopédiques, chirurgiens cardiothoracique, chirurgien vasculaire, médecins géneralistes, internistes, gériatres, urgentistes, neurologues, phlébologues, angéiologues, pneumologues hospitaliers, hématologues, pharmaciens d'officine et hospitaliers Les médicaments Eliquis (apixaban), Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux qui, contrairement aux antagonistes de la vitamine K, ne nécessitent pas de surveillance biologique. Néanmoins, leur utilisation peut-être associée, comme pour tout anticoagulant, à la survenue de complications hémorragiques, parfois graves. Aussi, il est rappelé aux prescripteurs qu'il est essentiel d'utiliser ces médicaments dans le strict cadre des conditions de l'autorisation de Mise sur le Marché, en respectant notamment les indications thérapeutiques, les posologies, les contre-indications, les mises en garde et précautions d'emploi ainsi que les interactions médicamenteuses.

8 traitements prophylactiques / traitements curatifs 122 accidents hémorragiques (01/01/2005 et 31/01/2007) Sujets > 75 ans et/ou insuffisants rénaux Prescription hors AMM : 1 / 3 des cas

9

10 Pourquoi de nouveaux anticoagulants par voie orale? Efficacité Indications Gestion des situations à risque

11 Pourquoi et comment?

12 1921 : découverte des AVK 1954 : utilisation chez l homme

13 En 2011, 13,3 % des sujets de plus de 65 ans ont pris un anticoagulant : personnes ont pris une HBPM personnes ont pris un AVK personnes ont pris un nouvel anticoagulant AVK : 7,6 millions de boîtes vendues en ,8 millions de boîtes vendues en % des effets indésirables graves en ,3 % des hospitalisations en 2007

14 Si l on regarde les deux principales indications : La maladie veineuse thromboembolique : 1 er facteur de risque : l âge Le traitement de la fibrillation atriale la prévalence augmente avec l âge

15 Plus on est âgé, plus on a de chance d avoir un traitement anticoagulant Plus on est âgé, plus le risque hémorragique est important PROBLEME MAJEUR DE SANTE PUBLIQUE PROBLEME QUOTIDIEN

16 Taux d hospitalisation pour effet indésirable médicamenteux en France : 3,2 % Médicaments en cause 46 % 5 % 13 % 7 % 8 % 13 % 8 % Incidence des hospitalisations liées à un accident des AVK : / an 5000 à 8000 morts Anticoagulants AINS Anticancéreux Psychotropes Antiarythmiques Antibiotiques Divers

17

18

19

20 BALANCE BÉNÉFICE - RISQUE Hémorragies % Thromboses %

21 LES AVK Un avantage : on connaît depuis plus de 50 ans! Beaucoup d inconvénients : Fenêtre thérapeutique étroite Interactions médicaments médicaments Interactions médicaments alimentation Cinétique peu rapide Nécessité d un monitorage des doses

22 Enquête AFSSAPS auprès des laboratoires d analyses biologiques 2000 Lorsque l INR cible se situe entre 2 et 3 : 43 % des patients sont dans la cible 25 % ont un INR < 2 32 % ont un INR > 3 dont 5 % > 5 Même enquête en 2003 : > 50 % des patients sont en dehors de la cible

23 Personnes âgées

24 LE DEVELOPPEMENT DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Les objectifs Améliorer l efficacité anti-thrombotique Essais de supériorité Améliorer la tolérance Simplifier la prise en charge Essais de non infériorité

25 ESSAI DE NON INFERIORITE contrepartie de la perte d efficacité consentie Diminution des effets secondaires Voie d administration plus simple Surveillance facilitée Meilleure observance Prise en charge ambulatoire Réduction des coûts

26 LE DEVELOPPEMENT DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Les objectifs Plus efficace Actif per os D action rapide Demi vie courte Dose identique pour tout le monde

27 LE DEVELOPPEMENT DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Les objectifs Pas de surveillance biologique Pas d interaction médicamenteuse Pas d interaction alimentaire Synthétique Pas de TIH Antidote Prise en charge des risques artériel et veineux Moins d hémorragies

28 PENTASACCHARIDES FONDAPARINUX (ARIXTRA ) IDRAPARINUX : en cours d évaluation INHIBITEURS DIRECTS Inhibiteur II : DABIGATRAN (PRADAXA ) Inhibiteur X : RIVAROXABAN (XARELTO ) APIXABAN (ELIQUIS )

29 La coagulation : rappel

30 Voie Endogène (PK KHPM -XII) Voie Exogène (FT VII) VIII IX Activité Prothrombinase (Xa Va Ca++ - PL) Prothrombine THROMBINE Fibrinogène Fibrine

31 Voie Endogène (PK KHPM -XII) Voie Exogène (FT VII) VIII IX Activité Prothrombinase (Xa Va Ca++ - PL) Prothrombine THROMBINE AT III HNF HBPM Fondaparinux Fibrinogène Fibrine

32 ANTICOAGULANTS : MÉCANISMES FACTEUR TISSULAIRE VIIa AVK IXa VIIIa AVK AVK Xa + Va PC, PS IIa AVK AVK FIBRINOGENE FIBRINE

33 ANTICOAGULANTS : MÉCANISMES FACTEUR TISSULAIRE VIIa IXa VIIIa AVK ANTI Xa DIRECT : RIVAROXABAN, APIXABAN Xa + Va IIa ANTI IIa DIRECTS : DABIGATRAN FIBRINOGENE FIBRINE

34 Efficacité : elle est indiscutable

35 TRAITEMENT PREVENTIF

36 En chirurgie Thromboprophylaxie depuis plus de 30 ans Recommandations précises ACCP et SFAR Application des recommandations : 99 % Prévention efficace à 3 mois : < 1,5% MVTE symptomatique < 2% d hémorragies

37 Dabigatran et PTH-PTG RE-NOVATE : PTH RE-MODEL : PTG ETE Majeurs % 4.3 % 3.9 % 2.6 % 3.8 % 3.5 % mg n= mg n=888 enox n= mg n= mg n=527 enox n=511 Hgies Majeures % 1.3 % 1.6 % 1.5 % 1.3 % 1.3 % mg n= mg n=1163 enox n= mg n= mg n=703 enox n=694

38 BALANCE BÉNÉFICE - RISQUE Hémorragies % Thromboses %

39 RIVAROXABAN risque HEMORRAGIE en CHIRURGIE J 12±2 (effet Record 1 à 4) La présentation des résultats de la tolérance hémorragique dans le programme RECORD pose plusieurs questions : Les hémorragies majeures du site opératoire : ne sont pas présentées dans le programme RECORD, alors qu elle l ont été dans les études phase II et représentaient près de 90% des hémorragies majeures (proportion également relevée dans les études avec d autres anticoagulants) Définition RECORD Saignement fatal Saignement dans un organe critique Saignement nécessitant une ré-intervention Saignement en dehors du site opératoire associés à une baisse de l Hb de 2 g/dl ou plus ou nécessitant une transfusion de plus de culots Définition habituelle (EMEA) Saignement fatal Saignement dans un organe critique Saignement nécessitant une ré-intervention Saignement associés à une baisse de l Hb de 2 g/dl ou plus ou nécessitant une transfusion de plus de culots (qu il soit ou non au niveau du site opératoire)

40 Anticoagulation prophylactique HBPM sous cutanée en chirurgie Fondaparinux 2,5mg sous cutanée AMM 2008 PTH et PTG Rivaroxaban 10 mg/j Dabigatran 220 mg ou 150 mg x 1/j(âge, rein) AMM 2012 PTH et PTG Apixaban 2,5 mg x 2/j

41 En médecine 20 ans de retard par rapport à la chirurgie Recommandations existent ACCP et ANSM Meilleures applications de ces recommandations dans les 2 dernières années 50 à 80%

42 Embolie pulmonaire au CHU 83 % en médecine 13 % en chirurgie 4 % - plâtre

43 3 études fondatrices : MEDENOX énoxaparine 40 mg 1999 PREVENT daltéparine 5000 ui 2004 ARTEMIS fondaparinux 2,5 mg 2006 Réduction du risque de 50% par rapport au placebo. Attention au patient âgé, insuffisance rénale et traitement prolongé Samama MM, Cohen AT, Darmon JY, et al. N Engl J Med 1999;341(11): Leizorovicz A, Cohen AT, Turpie AG, Olsson CG, Vaitkus PT, Goldhaber SZ.Circulation 2004;110(7): Cohen AT, Davidson BL, Gallus AS, et al. Bmj 2006;332(7537):325-9.

44 ESSAI ADOPT 6625 patients alités hospitalisés pour affection médicale aigüe Essai de supériorité J6-14 J35 APIXABAN ENOXAPARINE

45 Efficacité

46

47 Prévention en médecine EN PRATIQUE : AUCUNE AMM des NACO en prévention en médecine AMM pour Enoxaparine, Daltéparine et Fondaparinux

48 TRAITEMENT CURATIF

49 LA THROMBOSE VEINEUSE L EMBOLIE PULMONAIRE (pour Xarelto) LA FIBRILLATION ATRIALE

50 DABIGATRAN : RECOVER patients avec MVTE Randomisé en double aveugle, traitement 6 mois, DABIGATRAN 150 mgx2/j versus Warfarine MVTE : NON-INFERIORITÉ DÉMONTRÉE 2,4 DR= 0,4% DABIGATRAN 1,6 1,6 AVK 1,9 2,1 DR= 0,4% 1,7 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 NEJM 2007 deces hemorragie grave recidive Schulman S RE-COVER Study Group. N Engl J Med Dec 10;361(24):

51 Récidives TEV : NON INFÉRIEUR Schulman S RE-COVER Study Group. N Engl J Med Dec 10;361(24):

52 Saignement grave : NON INFÉRIEUR Schulman S RE-COVER Study Group. N Engl J Med Dec 10;361(24):

53 RIVAROXABAN : EINSTEIN TVP 3400 patients avec TVP Randomisé en ouvert, traitement 6 mois, RIVAROXABAN versus AVK TVP : NON-INFERIORITÉ DÉMONTRÉE 2,1 RIVAROXABAN 2,9 P <0,001 AVK 3 4,2 HR 0.67 [ ] 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 NEJM 2007 hemorragie grave recidive Buller H, ESCardio, 31 aout 2010

54

55

56 PRADAXA a désormais l AMM dans la prévention de l'accident vasculaire cérébral (AVC) et de l'embolie systémique en cas de fibrillation atriale non valvulaire associée à au moins un facteur de risque. A la posologie de 150 mg x 2/j, il est plus efficace que la warfarine pour prévenir la survenue d un AVC, la quantité d effet est modeste et biaisée par la réalisation en ouvert de l étude. A cette posologie, les arrêts de traitement en raison d effets indésirables, notamment d hémorragies gastro-intestinales graves, sont plus fréquents avec PRADAXA qu avec warfarine. A la posologie de 110 mg x 2/j, seule sa non-infériorité par rapport à la warfarine a été démontrée. L absence de surveillance de l hémostase ne doit pas conduire à privilégier la prescription de PRADAXApar rapport à celle d un antivitamine K (AVK), ce d autant qu on ne dispose pas d antidote.

57 Rivaroxaban : Xarelto Prévention des AVC et des embolies systémiques FA non valvulaire et présentant un ou plusieurs facteurs de risque. Insuffisance cardiaque congestive. HTA. Âge > 75 ans. Diabète. ATCD d AVC ou d AIT

58 Arixtra Pradaxa Xarelto Eliquis Prévention Prothèse de Hanche Prothèse de Genou Fracture de Hanche + Chirurgie abdominale + Thrombose veineuse (patients en médecine) + AVC / FA Traitement Traitement de la TVP + + Traitement de la TVS + Traitement de l EP non grave + +

59 DABIGATRAN : Anti-IIa interactions Interaction avec l alimentation et d autres médicaments L alimentation retarde de 2 à 4 heures l absorption Interactions médicamenteuses / drogues qui agissent sur la glycoprotéine P vérapamil, MACROLIDES : baisse AUC AMIODARONE : augmentation AUC. Quinidine contre indiquée. Pantoprazole réduit l AUC de 30 %.

60 RIVAROXABAN (anti Xa) Pas ou peu d interaction significative avec : Sexe, Age, Poids, Alimentation, Insuffisance rénale lègère/modérée Interaction médicamenteuse : Inhibiteurs du cytochrome P450 3A4 (azolés type kétoconazole, Inhibiteurs de protéases type ritonavir)

61 AMM RIVAROXABAN dans la TVP = traitement des thromboses veineuses profondes (TVP) et la prévention de leurs récidives sous forme de TVP et d embolie pulmonaire (EP). Clairance créatinine (Cockroft) Traitement curatif TVP Phase aiguë 21jos Entretien x 2 / jour x 1 / jour 50 ml/min 15 mg 20 mg ml/min 15 mg 15 mg ml/min 15 mg 15 mg < 15 ml/min Non recommandé Non recommandé ANSM 2012

62 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS AUCUNE CONSÉQUENCE EN TERMES DE DURÉE LE RAISONNEMENT EN TERMES D ANALYSE DU RISQUE DE RÉCIDIVE / RISQUE HÉMORRAGIQUE N EST PAS MODIFIÉ PAR LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS.

63 PER OS, d action RAPIDE, PAS de TIH : OUI MEILLEURE BALANCE BENEFICE RISQUE : NON DOSE FIXE, UNIQUE : NON PAS DE SURVEILLANCE : NON CLAIRANCE CRÉATININE MOINS D INTERACTIONS : NON MOINS D EFFETS SECONDAIRES : NON Problème coronarien pour les anti-ii? ANTIDOTES : NON SIMPLICITÉ? OUI pour le patient NON pour le docteur

64 SIMPLICITÉ? DABIGATRAN («RECOVER») 5 jours d HBPM Puis 300 mg/j en 2 prises, posologie constante RIVAROXABAN («EINSTEIN») Dès le diagnostic 30 mg/j en 2 prises pendant 21 jours Puis 20 mg/j en 1 prise en entretien APIXABAN («AMPLIFY») 20 mg/j en 2 prises pendant 7 jours Puis 10 mg/j en 2 prise en entretien

65 FINALEMENT Prévention voyage : NON TVS, TV musculaire, EP (Xarelto) : NON Suspicion TVP? NON Suspicion EP? Encore moins : NON TTT d épreuve? NON Parce que ça fait moins saigner? NON Parce que ça fait moins récidiver? NON Parce que ça coûte moins cher? NON

66 FINALEMENT EXPERTISE CLINICIENNE INITIALE ET SURVEILLANCE PLUS QUE JAMAIS NECESSAIRES

67 La gestion des risques

68 Nouveaux anticoagulants oraux Pas de dosages en routine Pas d antidote

69 cible Caractéristique des nouveaux anticoagulants Dabigatran Rivaroxaban apixaban Inhibiteur direct thrombine Inhibiteur direct Xa Inhibiteur direct Xa prodrogue oui non non biodisponibilité 6,5% 80% 50% Tmax 2h 3h 3h Demi-vie 14-17h 7-11h 9-14h interact med Inhibiteur Pgp Inhibiteur CYP3A4 et Pgp Inhibiteur CYP3A4 et Pgp excrétion 80% rein 33% rein 66% bile 25% rein 75% bile antidote non non non dialysable oui non non

70 Place du laboratoire Pas de suivi biologique en routine et dans les essais cliniques Biologie dans certaines situations? Effets secondaires: hémorragies, thromboses Avant chirurgie Insuffisance rénale ou hépatique Polymédicamenté Observance?

71 Tests globaux de la coagulation Dabigatran Rivaroxaban TP TCA temps de thrombine _ fibrinogène N N ou Modification des tests classiques ne permettent pas de différencier surdosage/taux thérapeutiques

72 Vers un INR pour le Rivaroxaban et les autres anti Xa directs? M.M Samama, ICT 2008

73 Suivi biologique Fonction rénale +++ Clearance de la créatinine selon Cockroft et Gault: au moins 1 fois / an voire 2 ou 3 si clearance entre 30 et 50 ml / mn dans les situations à risque NFS

74 En Chirurgie

75 Chirurgie à risque hémorragique faible Arrêt 24 h avant, reprise 24 h après Chirurgie à risque hémorragique modéré ou élevé arrêt J-5 +/-relais HBPM selon risque de thrombose ou arrêt fonction clearance de créatinine

76 Gestion péri-opératoire Risque hémorragique faible Risque hémorragique modéré ou élevé Idem AVK Propositions GIHP GEHT Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 2011

77 arrêt rivaroxaban, dabigatran avant chirurgie ou geste invasif Clairance Créat ml/min Dabigatran Demie vie : Heures Horaire de la dernière dose avant chirurgie Risque hémorragique standard Risque hémorragique élevé > (11-22) 24 H 2J > (12-34) 24 H 2J > (13-23) 2 J 4J (22-35) 4J 6J Rivaroxaban > (11-13) 24 H 2J < 30? 2 J 4J Schulman Blood 2012

78 En post opératoire Reprise du traitement anticoagulant : Selon disponibilité voie orale Selon risque hémorragique => retarder la prise en curatif tant que le risque hémorragique persiste Si risque thrombotique : traitement préventif HBPM, HNF Pas de chevauchement avec héparine

79 Chirurgie urgente heure de dernière prise de l anticoagulant Estimer élimination attendue Si chirurgie hémorragique retarder de 1 ou 2 demi vies élimination du médicament biologie usuelle clearance de créatinine, NFS, TP, TCA temps de thrombine si dabigatran Rivaroxaban TP normal n exclut pas présence de rivaroxaban Activité anti Xa <0,1 U/ml (disponibilité limitée) Dabigatran TCA normal probablement : peu de dabigatran TCA normal, T Thrombine normal : peu ou pas de Dabigatran

80 Les hémorragies

81 Hémorragie Mineure : Modérée : - Saut d une prise, réévaluer le traitement - Arrêt du traitement endoscopie -Si prise < 2h +/-charbon activé -Contrôle hémorragie mécanique, chirurgie, +/- transfusion sanguine Maintenir diurèse suffisante si dabigatran

82 Réversion en situation d urgence : agents procoagulants non spécifiques PCC (Kanokad ) apcc (FEIBA ) Facteur VIIa recombinant (Novoseven ) Données expérimentales parcellaires Dose? Rythme d administration? RISQUE THROMBOTIQUE? Ann Fr Anesth Rea 2011

83 Rivaroxaban : réversion par les concentrés prothrombiniques PPSB 12 Sujets sains Rivaroxaban 20 mg x 2/j PPSB bolus 50 UI/kg TP, génération de thrombine réversion rivaroxaban par le PPSB Eerenberg circ 2011

84 Dabigatran : réversion par les concentrés prothrombiniques PPSB Eerenberg Circ Sujets sains Dabigatran 150 mg x 2/j PPSB bolus 50 UI/kg TCA, TT, T Ecarine Pas de reversion dabigatran par le PPSB

85 Neutralisation extrême urgence Rivaroxaban CCP 50 UI / kg ( 2 x dose pour AVK) rfviia? FEIBA? Dabigatran FEIBA? 30 UI / kg? rfviia?? CCP?? Hors AMM dialyse (pas de données cliniques)

86 Dépêches APM en date de 27 novembre 2013 La Cnamts identifie des prescriptions inappropriées Les données de pharmacovigilance montrent que : - les effets indésirables dont les décès - sont dans les valeurs attendues HAS, ANSM, Cnamts : ambiance de préoccupation, pas d alerte 86

87 Un problème : NACO : molécules alternatives pour les autorités NACO : 1 ère ligne pour l ESC Traitement de la FA : 30 % des prescriptions au 3 ème trimestre ,2 % pour Xarelto, 10,1 % pour Pradaxa Initiation de traitement entre octobre 2012 et septembre 2013 NACO : 50 % et AVK 50 % (235000/252000) switches dans la même période 10 % des traitements initiés par NACO : > 80 ans, pas de clairance 5 % avaient une insuffisance hépatique ou rénale 4 % avaient une FA valvulaire ce qui est une contre-indication Cardiologues : NACO dans 73 % des cas en primo-prescription Généralistes : 35 % des cas Médecins hospitaliers : 44 % des cas 87

88 Mme Evelyne Falip : directrice de la surveillance de l ANSM Pas de situation alarmante : c est le profil de risque attendu 1624 notifications d événements indésirables pour Pradaxa (175 décès) 1564 avec Xarelto dont 127 décès. Hémorragies digestives (50 % des notifications, 66 % des décès) Liées à l âge, non contrôle de la clairance, interaction Thromboses : 22 et 21 % des cas -> sous-dosage Situations évitables : 25 % des cas (rein, AAP, AINS; amiodarone) Proposition d un plan d action. 88

89 LES RELAIS

90 Relais AVK => nouveaux anticoagulants Dabigatran dès que INR< 2 Rivaroxaban dès que INR< 2,5

91 Relais nouveaux anticoagulants => AVK Débuter AVK avant l arrêt dabigatran/rivaroxaban -chevauchement jusqu àinr à2 - relais intermédiaire par héparine éventuel si insuffisance rénale - influence du rivaroxaban sur l INR

92 Relais héparine HBPM <=> nouveaux anticoagulants oraux Pas de chevauchement

93 LES NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS CONCLUSION

94 SYNTHÈSE MEILLEUR PROFIL BÉNÉFICE - RISQUE? Efficacité : non inférieur Risque hémorragique : non inférieur Balance bénéfice risque : non démontrée comme étant supérieure DELAI D ACTION : immédiat PER OS PAS de TIH

95 INCERTITUDES DOSE FIXE, UNIQUE? Oui, MAIS Adaptation des doses selon l âge, la fonction rénale : CRÉATININE PAS DE SURVEILLANCE? INCERTITUDE! Pas de test de routine adapté TP pour les anti-xa ; TCA pour les anti-ii : (adaptation des doses?) CRÉATININE MOINS D INTERACTIONS? Oui. MAIS AUTRES INTERACTIONS : DABIGATRAN ET CORDARONE AZOLÉS, MACROLIDES, VERAPAMIL..

96 INCERTITUDES ALIMENTATION? NON pour le RIVAROXABAN Ce n était pas un problème avec les AVK EFFETS SECONDAIRES? FOIE : NON mais à suivre Troubles transit, plus d effets mineurs ANTIDOTES? NON. Mais beaucoup de candidats!

97 INCERTITUDES RISQUES POTENTIELS Observance (risque de récidive) Manque de surveillance (risque hémorragique) TRAITEMENTS AMBULATOIRES EXCESSIFS DES EP IMPACT SUR LA DURÉE DE TRAITEMENT? NON!!!! RAISONNEMENT INCHANGÉ SUR LA DÉTERMINATION DES FACTEURS DE RISQUE DE RECIDIVE ET DES RISQUES HÉMORRAGIQUES AU LONG COURS POUR UN PATIENT DONNÉ

98 MORT des AVK? NON car : Problème de l insuffisance rénale Populations âgées Problèmes des intolérances, contre-indications à d autres interactions COUMADINE +++ MORT des HNF? NON car : Insuffisance rénale EP graves MORT des HPBM? NON car : Intérêt en préventif car pas de contre-indication rénale +++ Intérêt dans le cancer MORT des PENTASACCHARIDES? Probablement

99 LIMITES DES ESSAIS SUR LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS: Certes très puissants Populations hétérogènes Absence d évaluation des bénéfices potentiels sur des populations à risque thrombotique EP idiopathiques La tentation de conclure à une supériorité alors que ce n était pas l objectif initial Risque chez les populations fragiles non appréhendé

100 FINALEMENT REVOLUTION? Non, car pas plus efficace ni moins risqué SIMPLIFICATION POUR LES PATIENTS Oui, si évaluation et suivi rigoureux EXPERTISE CLINICIENNE INITIALE PLUS QUE JAMAIS NECESSAIRE

101 Un homme de 72 ans, Fibrillation Atriale, est sous pradaxa (300 mg/j). Il consulte son médecin car il a, depuis peu, quelques épistaxis. Son bilan biologique retrouve un INR 2,12 et un TCA à 57 secondes. Que faites-vous?

102 Un patient, 37 ans sous rivaroxaban est adressé aux urgences après une chute. Le glascow est à 8. Le scanner crânien retrouve un hématome intra-crânien. Une intervention neuro-chirurgicale est nécessaire. L'INR est à 4,8 et le TCA à 42 secondes. Que faites-vous?

103 CHA 2 DS 2 -VASc Score total Patients (n=7329) Taux d AVC ajusté(%/an)* *Taux théoriques sans thérapie; supposant que la warfarine fournit une réduction de 64% du risque d AVC, basésur Hart RG et al.2007 Lip G et al. Chest 2010;137:263-72; Lip G et al. Stroke 2010; 41:2731 8; Camm J et al. Eur Heart J 2010; 31: ; Hart RG et al. Ann Intern Med 2007;146:

104 Score CHA2DS2-VASc pour l évaluation du risque thromboembolique de la FA Élément Score Insuffisance cardiaque / dysfonction VG 1 Hypertension 1 Age > 75 ans 2 Diabète 1 AVC / AIT ou embolie périphérique 2 Pathologie vasculaire (IDM, maladie vasc. périph. ou athérome aortique) 1 Âge ans 1 Sexe féminin 1 Pour les patients avec un score de CHADS2 2, un traitement AC par AVK est recommandé avec un INR entre 2 et 3 (cible 2.5), sauf si contre indications (I A)

105 Score HAS-BLED pour l évaluation du risque hémorragique de la FA Élément Points Hypertension 1 Anomalie de la fonction rénale ou hépatique 1 pour chacun AVC 1 Hémorragie 1 INR labile 1 Âge > 65 ans 1 Drogues ou alcool 1 ou 2 Le score HAS-BLED doit être utilisé pour l évaluation du risque hémorragique. Un score > 3 indique un «haut risque» nécessitant une certaine prudence et une surveillance régulière suite à l'initiation du traitement AT (AC oral ou aspirine). IIa B

106

107 HAS-BLED Score total HAS-BLED N Nombre de saignements Saignements pour 100 patientsannée* *P valeur pour tendance= INR = international normalized ratio Pisters R et al. Chest. 2010;138: ; ESC guidelines: Camm J et al. Eur Heart J 2010;31: /2012 Boehringer Ingelheim SAS

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold 1 Quelle est la dose recommandée de Xarelto dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale orthopédique majeure

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux anti IIa, anti Xa

Les nouveaux anticoagulants oraux anti IIa, anti Xa Les nouveaux anticoagulants oraux anti IIa, anti Xa Dr F Volot CRTH- Centre de Coagulopathie Département de maladie thromboembolique Dijon Conflits d intérêt Baxter Bayer CSL Behring LFB Novonordisk Pfizer

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques PY Cordier Service de Réanimation HIA Laveran - Marseille Février 2014 Introduction Anticoagulants oraux : historique Antivitamines K

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Web conférence anticoagulants

Web conférence anticoagulants Web conférence anticoagulants Dr Nadjib Hammoudi Praticien hospitalier Institut de Cardiologue-Hôpital de la pitié Salpêtrière Dr Chantal Amoudry Cardiologue libérale Iatrogénie et AVK Plus de 1% de la

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU APHAL - 24/09/2013 Dr Sébastien BUFFLER - Cardiologue Audrey FUSS - Interne en pharmacie Contexte

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs

Les anticoagulants oraux directs Les anticoagulants oraux directs Pr Nadine Ajzenberg Département d hématologie et d Immunologie Biologiques Hôpital Bichat, Paris nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 13 février 2015 Anticoagulants oraux directs

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail