Sources bibliographiques :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sources bibliographiques :"

Transcription

1 AP-HM LBM 00PREP01D004 Date d application: Version : 3 Rédaction : ALBANESE Brigitte, AILLAUD Marie Françoise, ARNOUX Dominique Validation : MORANGE Pierre, DIGNAT-GEORGE Françoise Approbation : DIGNAT-GEORGE Françoise, MORANGE Pierre La validation et l approbation sont une signature électronique du logiciel Gesqual Avant d'imprimer, merci de penser à l'environnement! - Service d hématologie biologique CHU Timone - Service d hématologie biologique CHU Nord - Service d hématologie et de biologie vasculaire CHU Conception Sources bibliographiques : Conseil national professionnel d hématologie (CNP) Nomenclature des actes de biologie médicale : sous chapitre 5-02 Hémostase et coagulation Journal officiel 11 Juin LE BILAN PREOPERATOIRE EN HEMOSTASE Cf : Références médicales opposables : RMO/Maladies du sang/biologie/bilan pré opératoire Le bilan préopératoire n est pas systématique, il est indiqué en fonction de l anamnèse et de l âge du patient. En cas de prescription il comprend : - Numération plaquettaire - Taux de prothrombine (TP) - Temps de céphaline plus activateur (TCA) Le temps de saignement ou le temps d occlusion sur PFA-100 ne sont réalisés que dans les situations où une altération de l hémostase primaire est suspectée. Le dosage du fibrinogène ne doit pas être systématique Il n y a pas lieu de répéter les examens s ils ont déjà été effectués dans les 3 mois précédents 00PREP01D004, Version 3 1/11

2 2 - EXPLORATION DE L HEMOSTASE EN CAS D ANTECEDENTS OU DE SYNDROMES HEMORRAGIQUES INEXPLIQUES A l exception des situations décrites dans les paragraphes 4, 5, 6 et 7 L analyse d un syndrome hémorragique fait appel à : - La recherche d antécédents personnels et familiaux - La recherche d une pathologie notamment hépatique - La prise récente de médicaments susceptibles de perturber l hémostase : traitements anticoagulants, AINS, antiplaquettaires Les tests de dépistage de 1 ère intention comprennent : - Numération plaquettaire, - Taux de prothrombine (TP) - Temps de céphaline plus activateur (TCA) - Temps de saignement (IVY) si plaquettes > 50 G/l ou temps d occlusion PFA si plaquettes > 100 G/l et hématocrite > 0.35 Le temps de saignement ou le temps d occlusion sur PFA-100 ne sont réalisés que dans les situations où une altération de l hémostase primaire est suspectée. La sensibilité de ces tests est limitée pour le dépistage des déficits mineurs. Des examens complémentaires spécifiques sont donc nécessaires quand la clinique est franchement positive et les tests de première intention normaux : facteur Willebrand activité, VIII, IX, XI et facteur XIII Devant un épisode hémorragique majeur sans antécédent personnel ni anomalie biologique connue, penser au diagnostic d hémophilie acquise. 00PREP01D004, Version 3 2/11

3 Cadre de la prescription 3 - BILAN DE THROMBOPHILIE EN HEMOSTASE DANS LE CADRE DE LA MALADIE THROMBOEMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) La réalisation de ce bilan est particulièrement justifiée dans les circonstances suivantes : - Age < 50 ans * - Caractère spontané de l épisode thrombotique - Antécédents familiaux de MTEV - Caractère récidivant - Localisation insolite de la thrombose * Le bilan de thrombophilie quelque soit l âge n est pas justifié en cas de premier épisode de thrombose veineuse distale ou superficielle. En cas de premier épisode de thrombose veineuse profonde survenant après 50 ans, il est recommandé de ne pas effectuer de recherche de facteur biologique de risque. Contenu du bilan - Bilan de base (TP, TCA, Fibrinogène, Cofacteurs) pour permettre l interprétation des résultats de l ensemble du bilan - Dosage des inhibiteurs physiologiques de la coagulation : antithrombine (AT), protéine C (PC), protéine S (PS) - Recherche de la mutation Leiden du facteur V et de la mutation 20210A du gène de la prothrombine - Recherche d anticorps antiphospholipides : lupus anticoagulant et anticorps anticardiolipine et anti β 2 glycoprotéine I (isotype IgG et IgM) - La recherche d un taux élevé de facteur VIII n est pas recommandée en première intention. Son intérêt en tant que facteur de risque de récidive thrombotique est incertain Conditions de réalisation du bilan biologique Si le bilan est prévu à la phase aiguë de l épisode thrombotique, il doit être prélevé avant l instauration de tout traitement antithrombotique En cas de traitement par AVK, le dosage de la protéine C et celui de la protéine S ne sont pas interprétables En cas de traitement par les Anticoagulants Oraux Directs (AOD) anti IIa (Pradaxa) ou anti Xa (Xarelto, Eliquis,..), les dosages chronométriques d inhibiteurs ne sont pas interprétables. On doit utiliser les dosages chromogéniques et immunologiques. La recherche de lupus anticoagulant n est pas réalisable en cas de traitement par AVK avec un INR > 3 et en cas de traitement par les AOD (possible après arrêt de 48h). Les anomalies retrouvées doivent être confirmées sur 2 bilans successifs pour le dosage des inhibiteurs La positivité de la recherche d anticorps antiphospholipides doit être confirmée 12 semaines au minimum après la première détermination La positivité de facteur V Leiden ou celle de la mutation 20210A du gène de la prothrombine doit être contrôlée 00PREP01D004, Version 3 3/11

4 4 - EXPLORATION DE L HEMOSTASE EN CAS DE SUSPICION D HEMOPHILIE CONGENITALE Syndrome hémorragique chez un sujet de sexe mâle. Allongement isolé TCA ou TCK chez un patient en pré opératoire ou post opératoire. - Le dosage spécifique des facteurs VIII et IX détermine le type et la sévérité : Hémophilie A = VIIIc et Hémophilie B = IX Homme malade et femme conductrice Sévérité VIIIc ou IX TCK ou TCA Majeure < 0.01 UI/ml soit < 1 % > 80 sec Modérée 0.01 à 0.05 UI/ml soit 1 à 5 % sec Mineure 0.05 à 0.4 UI/ml soit 5 à 40 % sec Les tests de dépistage de 1ère intention comprennent : - Temps de céphaline plus activateur (TCA ou TCK) - Facteurs VIII et IX - Facteur Willebrand activité - Connaître Plaquettes TP fibrinogène.groupe sanguin Les tests de 2 ème intention (bilan complet) ou dosages associés comprennent En cas de VIIIc : - groupe sanguin, facteur V, facteur VIII chromogène, Facteur VIII antigène - Etude de la liaison du facteur VIII au facteur Willebrand, antifacteur VIII. - Si facteur VIII >0,08 UI/ml faire un test thérapeutique au Minirin (T0 T60). En cas de IX : - Facteurs vitamine K dépendants (facteurs II et X), facteur IX antigène, antifacteur IX. Le Centre de Référence de l hémophilie (CRMH) met à disposition une «filière de diagnostic biologique» ouverte à toutes consultations d hémostase de France. Le centre des maladies hémorragiques de l AP-HM situé dans le Groupe Hospitalier de la Timone rassemble : - le centre de Référence de l Hémophilie et des déficits hémorragiques rares associés, - le centre de compétence de la Maladie de Willebrand, - le centre de compétence des pathologies plaquettaires. - Centre Régional de Traitement de l Hémophilie et autres maladies hémorragiques (CRTH) Service Pédiatrie et Hématologie Pédiatrique : Pr Gérard MICHEL Coordonnateur CRTH : Pr Hervé CHAMBOST Secrétariat CRTH : Tél : Fax : Infirmière Coordinatrice : / Astreinte : Centre d Exploration des maladies Hémorragiques et Thrombotiques (CEHT) Coordonnateurs du CEHT : Pr Pierre-Emmanuel MORANGE, Pr Marie-Christine ALESSI Service hématologie biologique / Hémostase: Secrétariat / Astreinte : PREP01D004, Version 3 4/11

5 5 - EXPLORATION DE L HEMOSTASE EN CAS DE SUSPICION DE MALADIE DE WILLEBRAND Syndrome hémorragique muqueux (épistaxis, gingivorragies, ménorragies...) et cutané (ecchymoses) ou devant une anomalie d un test de l hémostase primaire associé ou non à un TCA ou TCK allongé isolément. Pathologie due à une anomalie du facteur Willebrand (VWF) qui touche, soit sa fonction protéine porteuse du facteur VIIIc (type 2N), soit sa fonction d'adhésion plaquettaire par liaison à la GP1b (tous autres types). - Déficit quantitatif VWF = type 1, le plus fréquent - Déficit qualitatif VWF = type 2 (de nombreux variants sont décrits) - Absence de VWF = type 3 Les tests de dépistage de 1ère intention comprennent : - Numération plaquettaire - Temps d occlusion PFA 100 si plaquettes > 100 G/l et hématocrite > Facteur Willebrand activité (technique automatisée) - Temps de céphaline plus activateur (TCA ou TCK) - Connaître fibrinogène - facteur VIII groupe sanguin L'interprétation des résultats est délicate. Grande variation des taux du facteur Willebrand : Groupe O et Syndrome inflammatoire, Grossesse,Oestroprogestatif Les tests de 2 ème intention (bilan complet) ou dosages associés comprennent - Groupe sanguin - Facteur Willebrand antigène - Facteur VIII - VWF activité RCO (cofacteur de la ristocétine) - Agrégation à la ristocétine (RIPA) - Test à la DDAVP (Minirin) T0-T60 + (T120-T240) - Anticorps antifacteur Willebrand, propeptide du facteur Willebrand - Multimères du facteur Willebrand - Etude de la liaison du facteur VIII au facteur Willebrand Le Centre de Référence de la maladie de Willebrand (CRMW) met à disposition une «filière de diagnostic biologique» ouverte à toutes consultations d hémostase de France. Le centre des maladies hémorragiques de l AP-HM situé dans le Groupe Hospitalier de la Timone rassemble : - le centre de Référence de l Hémophilie et des déficits hémorragiques rares associés, - le centre de compétence de la Maladie de Willebrand, - le centre de compétence des pathologies plaquettaires. - Centre Régional de Traitement de l Hémophilie et autres maladies hémorragiques (CRTH) Service Pédiatrie et Hématologie Pédiatrique : Pr Gérard MICHEL Coordonnateur CRTH : Pr Hervé CHAMBOST Secrétariat CRTH : Tél : Fax : Infirmière Coordinatrice : / Astreinte : Centre d Exploration des maladies Hémorragiques et Thrombotiques (CEHT) Coordonnateurs du CEHT : Pr Pierre-Emmanuel MORANGE, Pr Marie-Christine ALESSI Service hématologie biologique / hémostase : Secrétariat / Astreinte : PREP01D004, Version 3 5/11

6 6 - EXPLORATION DE L HEMOSTASE EN CAS DE THROMBOPENIES OU DE SUSPICION THROMBOPATHIES CONSTITUTIONNELLES Pathologie rare (4000 personnes en France) devant être évoquée face à divers arguments : - Saignements inexpliqués ou disproportionnés, saignements récidivants - Age de survenue (petite enfance), antécédents familiaux de thrombopénie ou de manifestations hémorragiques, consanguinité, cas sporadiques - Anomalies extra-hématologiques, morphologiques ou fonctionnelles (syndrome dysmorphique, anomalies osseuses) Les thrombopénies sont classées en fonction du volume des plaquettes (VPM) et des caractéristiques des pathologies associées Les tests de dépistage de 1ère intention comprennent - Numération plaquettaire avec VPM - Morphologie plaquettaire sur frottis confirmant la thrombopénie et le VPM - Réticulocytes - Bilan de coagulation à la recherche d une CIVD - Facteur Willebrand activité, test RIPA - Agrégation plaquettaire si >100 G/L - Glycoprotéines plaquettaires en CMF - Recherche d anticorps : MAIPA à l EFS, ACAN et antiphospholipides (anticardiolipine et anti Béta2GP1) en immuno, lupus anticoagulant en hémostase Les tests de 2 ème intention (bilan complet) ou dosages associés doivent être discutés avec un médecin du centre de compétences des pathologies plaquettaires et comprennent - Myélogramme - Epreuves croisées plaquettes patient et plasma témoin - Etude des granules plaquettaires : Test à la mépacrine, sérotonine, PAI-1 plaquettaire, - Facteur II résiduel - Bilan infectieux - Bilan génétique avec recherche de mutations - Bilan radiologique Le centre des maladies hémorragiques de l AP-HM situé dans le Groupe Hospitalier de la Timone rassemble : - le centre de Référence de l Hémophilie et des déficits hémorragiques rares associés, - le centre de compétence de la Maladie de Willebrand, - le centre de compétence des pathologies plaquettaires. - Centre Régional de Traitement de l Hémophilie et autres maladies hémorragiques (CRTH) Service Pédiatrie et Hématologie Pédiatrique : Pr Gérard MICHEL Coordonnateur CRTH : Pr Hervé CHAMBOST Secrétariat CRTH : Tél : Fax : Infirmière Coordinatrice : / Astreinte : Centre d Exploration des maladies Hémorragiques et Thrombotiques (CEHT) Coordonnateurs du CEHT : Pr Pierre-Emmanuel MORANGE, Pr Marie-Christine ALESSI Service hématologie biologique / hémostase : Secrétariat / Astreinte : PREP01D004, Version 3 6/11

7 7 - EXPLORATION DE L HEMOSTASE EN CAS DE SUSPICION DE MALADIES HEMORRAGIQUES RARES Le syndrome hémorragique est réel et aucune cause classique (cf paragraphes 2, 4, 5, 6) n est retrouvée Les tests de 2 ème intention (bilan complet) ou dosages associés doivent être discutés avec un médecin du centre des maladies hémorragiques de l AP-HM et comprennent Facteur XIII Alpha 2 antiplasmine Fibrinolyse hémorragique Test de génération de thrombine (TGT) Facteur VIII chromogène Le centre des maladies hémorragiques de l AP-HM situé dans le Groupe Hospitalier de la Timone rassemble : - le centre de Référence de l Hémophilie et des déficits hémorragiques rares associés, - le centre de compétence de la Maladie de Willebrand, - le centre de compétence des pathologies plaquettaires. - Centre Régional de Traitement de l Hémophilie et autres maladies hémorragiques (CRTH) Service Pédiatrie et Hématologie Pédiatrique : Pr Gérard MICHEL Coordonnateur CRTH : Pr Hervé CHAMBOST Secrétariat CRTH : Tél : Fax : Infirmière Coordinatrice : / Astreinte : Centre d Exploration des maladies Hémorragiques et Thrombotiques (CEHT) Coordonnateurs du CEHT : Pr Pierre-Emmanuel MORANGE, Pr Marie-Christine ALESSI Service hématologie biologique / hémostase : Secrétariat / Astreinte : PREP01D004, Version 3 7/11

8 8 - SUIVI BIOLOGIQUE DES TRAITEMENTS ANTI-THROMBOTIQUES Il est impératif pour le laboratoire de disposer de renseignements précis sur la nature du traitement et la posologie. ANTIVITAMINES K (AVK) Le seul test de surveillance préconisé est l INR (standardisation du rendu du taux de prothrombine variable selon les réactifs utilisés). La détermination ou mesure complémentaire du TCA n est d aucune utilité sauf en cas de relais héparine non fractionnée (HNF) AVK Lors de l instauration du traitement AVK : 1 er contrôle 36 h après la 1 ère prise puis tous les 2 jours jusqu à stabilité d INR dans la zone thérapeutique souhaitée - 1 er mois : détermination hebdomadaire - Par la suite contrôle mensuel. Toute situation susceptible de perturber l équilibre du traitement (modification thérapeutique ou alimentaire, pathologie digestive...) doit inciter à pratiquer des contrôles supplémentaires. HEPARINE NON FRACTIONNEE (HNF) Traitement préventif Pas de surveillance biologique en dehors de la numération plaquettaire, Sauf si risque de surdosage en cas d insuffisance rénale majeure. Traitement curatif Quand prélever? - Perfusion continue : heure du prélèvement indifférente au-delà des 2 premières heures. - Administration discontinue : prélèvement à mi distance entre 2 injections. Quel test prescrire? - TCA à condition que le TCA avant traitement soit normal. - Activité antixa : seul test utilisable en cas d anomalie préexistante du TCA. HEPARINE DE BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) Traitement préventif Pas de surveillance biologique en dehors de la numération plaquettaire si nécessaire. Traitement curatif Pas d indication de surveillance systématique obligatoire. Seulement en cas d insuffisance rénale et sujet de poids extrême. Quand prélever? - Au pic d activité (3-4 h post injection) Quel test prescrire? - Activité antixa : une seule mesure d activité en début de traitement (48 heures après 1 ère injection). Répétition éventuelle du dosage en cas de risque de dégradation de la fonction rénale. ARIXTRA Pas d indication de surveillance biologique En cas de suspicion de surdosage activité antixa spécifique (connaissance obligatoire du traitement par le laboratoire). ORGARAN Surveillance non nécessaire sauf insuffisance rénale ou poids > 90 kg A distance entre 2 injections Activité antixa spécifique (connaissance obligatoire du traitement par le laboratoire) 00PREP01D004, Version 3 8/11

9 ARGATROBAN-ARGANOVA Quand prélever? 2 heures après le début de la perfusion et après tout ajustement de dose Quel test prescrire? Temps de céphaline plus activateur (TCA) 1 fois par jour. En cas d anomalie préexistante du TCA activité anti IIa spécifique (connaissance obligatoire du traitement par le laboratoire). AOD (Anticoagulants Oraux Directs) : Pradaxa Xarelto Eliquis Pas d indication de surveillance systématique obligatoire. En cas de suspicion de surdosage ou d acte invasif urgent : - activité antixa (Xarelto Eliquis) ou activité anti IIa (Pradaxa) spécifiques (connaissance obligatoire du traitement par le laboratoire). La mesure de l INR ne permet en aucun cas la surveillance de ces traitements. ANTIPLAQUETTAIRES Pas d indication de surveillance systématique obligatoire. En cas de suspicion de mauvaise réponse, de mauvaise compliance, d acte invasif, de coexistence de multiples facteurs de risque cardiovasculaires : - agrégation plaquettaire à l ADP et à l acide arachidonique (contacter le laboratoire : 86050) - et/ou index de réactivité plaquettaire VASP. 00PREP01D004, Version 3 9/11

10 9 - RECHERCHE ET IDENTIFICATION D UN ANTICOAGULANT CIRCULANT DE TYPE LUPIQUE Les anticoagulants circulants lupiques sont des anticorps antiphospholipides susceptibles de perturber certains tests de coagulation, en particulier le TCA. Cadre de la prescription - Suspicion de pathologie autoimmune ou suivi d une pathologie autoimmune connue (lupus érythémateux systémique). - Exploration d un allongement inexpliqué du TCA. - Dans le contexte d un bilan de thrombophilie (cf paragraphes 3) ou de pathologie obstétricale (fausses couches à répétition, mort in utéro,.) La recherche d anticoagulant circulant lupique (LA) pratiquée au service d hématologie biologique doit être associée à celle des autres anticorps antiphospholipides (anticardiolipine et antiβ2gp1) d isotype IgG et IgM recherchés au service d immunologie. La présence de LA ou autre anticorps antiphospholipides doit être contrôlée au minimum 12 semaines après la 1 ère détermination Tests pratiqués TCA avec test de mélange drvvt : test de venin de vipère Russel dilué La recherche de lupus anticoagulant n est pas réalisable en cas de traitement par AVK avec un INR > 3 et en cas de traitement par les Anticoagulants Oraux Directs (AOD) anti IIa (Pradaxa) ou anti Xa (Xarelto, Eliquis,..). 00PREP01D004, Version 3 10/11

11 10 - EXAMENS BIOLOGIQUES DANS LE CADRE D UNE SUSPICION DE THROMBOPENIE INDUITE PAR L HEPARINE DE TYPE II La thrombopénie induite par l héparine est une complication du traitement par les héparines. On distingue la TIH de type 1, fréquente et non grave avec chute précoce et modérée des plaquettes à l instauration du traitement, de la TIH de type 2, rare et potentiellement grave avec thrombopénie différée et profonde. La TIH de type 2 est plus fréquente en milieu chirurgical et en réanimation, et s observe plus volontiers avec l héparine non fractionnée qu avec les HBPM. Le score clinique 4TS permet de déterminer la probabilité à priori de TIH et comprend 4 paramètres cotés 0 à 2 : la profondeur de la thrombopénie, la cinétique de la chute des plaquettes, l existence d une thrombose sous héparine et l existence d une autre cause de thrombopénie. S il existe un risque modéré (score = 4 ou 5) ou élevé (score = 6 à 8), il est nécessaire d opérer un relais héparine Orgaran dans les plus brefs délais, en l absence d insuffisance rénale, sinon héparine argatroban, en l absence d insuffisance hépatique. Tests biologiques : recherche d anticorps anti complexe héparine/facteur 4 plaquettaire de type IgG, par méthode ELISA. 1 tube citrate (et non CTAD) ou 1 tube sec (délai de rendu du résultat de 4 jours). Si le test ELISA est positif, ou si la probabilité clinique est forte (score 4TS = 6 à 8), il sera complété par un test d agrégation plaquettaire (délai de rendu du résultat plus long, ce test nécessitant des plaquettes «témoin» dont le recrutement est aléatoire). Un diagnostic de TIH de type 2 contre-indique l utilisation de toutes les héparines et nécessite, pour l épisode aigu, une anticoagulation efficace pour une durée de 3 semaines en l absence de thrombose, ou de 3 mois si une thrombose est survenue. Une déclaration à la pharmacovigilance doit être faite. 00PREP01D004, Version 3 11/11

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE Ce texte est une mise au point d Octobre 2012, dont le contenu sera revu en fonction de l avancement des connaissances Rédacteurs : Isabelle Gouin-Thibault 1,

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS La biologie des an-phospholipides Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS Quand rechercher un LA Indications de la recherche d un LA - Episode de TVP ou EP sans cause apparente,

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Prestations de conseils. La prestation de conseil en Hématologie - Hémostase

Prestations de conseils. La prestation de conseil en Hématologie - Hémostase Prestations de conseils La prestation de conseil en Hématologie - Hémostase Exemple d indicateurs qualité LxBIO sur la prestation de conseil Pourcentage de dossiers avec prestations tracées (code PRECOL

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique?

Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique? Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique? À la recherche du test «idéal» pour diagnostiquer les troubles de l hémostase C. Lecut, P. Peters, A. Gothot

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les thrombopathies. I. Rappel des étapes de l hémostase primaire

Les thrombopathies. I. Rappel des étapes de l hémostase primaire Les thrombopathies Thrombopathies = anomalies fonctionnelles des plaquettes. Elles sont constitutionnelles ou acquises. Elles peuvent concerner chaque étape de la physiologie plaquettaire. Le diagnostic

Plus en détail

PATHOLOGIE de la COAGULATION

PATHOLOGIE de la COAGULATION PATHOLOGIE de la COAGULATION Rappel de la physiologie de la coagulation et des tests d exploration I - ALLONGEMENT ISOLE DU TEMPS DE QUICK (TQ) A - Intreprétation des résultats B - TQ allongé, TCA normal

Plus en détail

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL DIU THROMBOSE ET HEMOSTASE CLINIQUE Lyon 23 Janvier 2015 Larbi BOUDAOUD PH Hématologie Biologique

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

BIOLOGIE DES ANOMALIES DE L HÉMOSTASE

BIOLOGIE DES ANOMALIES DE L HÉMOSTASE RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE BIOLOGIE DES ANOMALIES DE L HÉMOSTASE TOME VI : DÉTECTION D UN ANTICOAGULANT DE TYPE LUPIQUE Juillet 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce rapport

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Anticoagulation dans l EER

Anticoagulation dans l EER Anticoagulation dans l EER Débutant Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 3 avril 2012 Objectifs - Connaitre les différentes méthodes d anticoagulation -

Plus en détail

Explora(on de l hémostase

Explora(on de l hémostase Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Explora(on de l hémostase Xavier DELABRANCHE, MD Service de Réanima(on Médicale Nouvel Hôpital Civil Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Physiologie Anticoagulants

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant pour solution injectable, 500 UI par flacon de 5 ml Boîte de 1 (CIP : 563 414-6) OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Numéro 8 Novembre 2012

Numéro 8 Novembre 2012 Numéro 8 Novembre 2012 Chers adhérents, Ciel mon INR 1!!!! Toutes les personnes sous anticoagulants par anti-vitamines K se reconnaîtront dans ce cri d angoisse. En effet, il est bien difficile d atteindre

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

Maladies acquises de la coagulation. Anticoagulants circulants

Maladies acquises de la coagulation. Anticoagulants circulants Maladies acquises de la coagulation. Anticoagulants circulants Dr I. MARTIN-TOUTAIN Service d Hématologie-Biologique GH Pitié - Salpêtrière - Paris 1 Coagulation : formation du caillot sanguin «Voie endogène»

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Avec la participation de Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Vendredi 14 mars 2003 - Institut Pasteur Paris TEXTE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Avec la participation de : Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Vendredi 14 mars 2003 - Institut Pasteur Paris TEXTE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence HEMOSTASE Dr Stéphanie Roullet UF Uro-Vasculaire et Transplantations Service Anesthésie Réanimation I CHU Bordeaux DESCMU 1 et 2

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO CHU GRENOBLE Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO Pr G Pernod Médecine Vasculaire CH Grenoble Nouveaux anticoagulants: CHU GRENOBLE Administration orale Action immédiate Demi-vie

Plus en détail

Gestion des anticoagulants en péripartum

Gestion des anticoagulants en péripartum Gestion des anticoagulants en péripartum Pharmacologie D Chassard Lyon http://www.uptodate.com/contents/anticoagulation-during-pregnancy CFP Nov 2012 Fev 2012 Exemple de cohorte (n=120) HBPM en curatif

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006

Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006 Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006 Auto-immunité et Hémostase Modérateur : Dr M BINIASZ 1. Conduite à tenir devant une phlébite inopinée : Pr Daniel ADOUE, Service de Médecine Interne, Hôpital Purpan

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon. Atelier hémophilie et chirurgie Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.fr Quelles chirurgies? Les chirurgies spécifiques Les chirurgies extra

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail