Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy"

Transcription

1 Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy Departement d Anesthésie, Hôpital Cochin (AP-HP) Résumé La grande majorité des anticoagulants actuellement sur le marché agissent en inhibant plusieurs facteurs de coagulations (en dehors du fondaparinux qui inhibe le facteur Xa spécifiquement). Les Héparines de Bas Poids Moléculaires (HBPM) sont les plus prescrites en prophylaxie. Leur efficacité en injection unique est supérieure aux HNF et aux AVK et leur risque d emploi moindre, si on exclut les risques de thrombopénie Induite et les problèmes d uniformité des lots. Cependant elles n ont aucune spécificité d action, c est pourquoi l industrie développe aujourd hui des molécules inhibant spécifiquement un facteur de coagulation Xa ou IIa (Thrombine). Ces nouveaux anticoagulants de synthèse peuvent être prescrits sous forme orale sans interférence avec l alimentation et ne requiert pas de surveillance biologique. Contrairement aux AVK, il n est pas nécessaire de surveiller la coagulation pour adapter les doses et il existe peu d interférences médicamenteuses. Ils possèdent une efficacité équivalente voire supérieure aux HBPM. Cependant, ils sont contre indiqués chez l insuffisant rénal sévère, même à dose prophylactique, contrairement aux HBPM. Mots clés Thrombose HBPM inhibiteurs facteur Xa inhibiteur thrombine

2 Liste abréviations TVP Thrombose Veineuse Profonde ETE Evènement Thrombo-Embolique HBPM Héparine de Bas Poids Moléculaire HNF Héparine Non Fractionnée AMM Autorisation de Mise sur le Marché AVK AntiVitaminique K TCA Temps de Céphaline Activée TIH Thrombopénie Immuno Allergique PTH Prothèse totale de Hanche PTG Prothèse Totale de Genou

3 Introduction La chirurgie orthopédique est appelée «modèle de thrombose». En effet, le risque de thrombose est élevé et en l absence de prophylaxie 50% des patients feront une Thrombose Veineuse Profonde (TVP) phlébographique et 5% une Embolie Pulmonaire fatale (1). Ce risque d événement thromboembolique (ETE) après chirurgie orthopédique majeure se prolonge sur une durée post opératoire bien connue de plusieurs semaines et reste une complication potentiellement fréquente dont le taux de mortalité non négligeable est imprévisible. Cependant, la thromboprophylaxie, en particulier par les HBPM en Europe et par les AVK dans d autres pays, a permis de réduire ce risque de70 à 80 %(1, 2);. Malgré ces bons résultats, les recherches continuent et tendent à développer des inhibiteurs de la coagulation spécifiques d un facteur de coagulation par exemple le facteur Xa ou la thrombine dans l espoir de réduire encore les risques de thromboses sans risque hémorragique surajouté. Ainsi, plusieurs molécules synthétiques et orales arrivent sur le marché, Le dabigatran etexilate (Pradaxa ) et le rivaroxaban (Xarelto ) sont déjà commercialisés en Europe, bientôt l apixaban dont le développement en phase III en orthopédie, très prometteur, est terminé et sera aussi probablement sur le marché. Mais qu apportent-elles? Peuvent-elles supplanter les HBPM? I. Les nouveaux anticoagulants Tous les anticoagulants actuellement sur le marché: HNF, HBPM, AVK agissent en inhibant plusieurs facteurs de la coagulation à des niveaux différents, ces anticoagulants n ont aucune spécificité. Avec la découverte de la conformation moléculaire en 3 dimensions des facteurs de coagulation, les chimistes ont pu localiser précisément le site ou les sites actifs de ces molécules pour les inhiber directement et spécifiquement. L intérêt de la spécificité réside surtout en une activité plus indépendante des protéines circulantes ou du poids qui permet la prescription d une dose unique entre 50 et 120 kg comme l ont démontré les études(3). Cette spécificité permet aussi de prévoir beaucoup mieux l effet anticoagulant et donc d éviter ou au moins de limiter la surveillance biologique de la coagulation pour une meilleure adaptation. Evidemment ces règles s appliquent à la grande majorité des patients, mais une grande vigilance à défaut d une surveillance sera toujours nécessaire chez les insuffisants rénaux et les personnes âgées. Ces nouveaux anticoagulants sont tous synthétiques, donc sans aucun risque de pathologie associée à l animal ou de contamination. Il faudra cependant déterminer leur usage associé à toutes les techniques d anesthésie médullaire pour trouver, en fonction de leur pharmacocinétique, le meilleur moment pour enlever un cathéter péridural et pour redonner après l anticoagulant sans risque d hématome compressif médullaire. (4)

4 Quels sont les nouveaux anticoagulants (schéma 1)? On peut regrouper en trois grandes catégories les nouveaux anticoagulants commercialisés ou en développement. Se sont soit -des inhibiteurs indirects du facteur Xa -des inhibiteurs directs du facteur Xa -des anti-thrombine directs Tableau 1: Nouveaux anticoagulants sur le marché ou en cours de développement Inhibiteurs indirects du facteur Xa (antithrombine dépendants) Fondaparinux* (Arixtra ) [GlaxoSmithKline] voie parentérale AMM européenne Inhibiteurs directs du facteur Xa (antithrombine indépendants) Rivaroxaban (Xarelto ) [Bayer] voie orale AMM Européenne Apixaban [Bristol Myers Squib] voie orale Essais phase III terminés Inhibiteurs directs de la thrombine Dabigatran Etexilate* [Boehringer Ingelheim ] voie orale AMM européenne (Pradaxa ) a) Les inhibiteurs indirects du facteur Xa Le fondaparinux (Arixtra ) est une héparine de synthèse d «ultra» bas poids moléculaire ayant une activité anti-xa exclusive qui diminue plus efficacement l incidence des thrombose distales asymptomatiques que l énoxaparine quelque soit le type d anesthésie, de chirurgie, le sexe y compris dans les sous groupes de risques thromboemboliques élevés (BMI>30 et antécédents thromboemboliques) (3). A condition d initier le traitement au moins 8 heures après la fin de l intervention, la tolérance hémorragique est comparable à celle de l énoxaparine.(3) Il est recommandé en France (2) et par l ACCP (grade 1A) (5) après fracture du col du fémur pendant 35 jours à la dose de 2,5mg par jour. Cependant, une dose de 1.5 mg est commercialisée en Europe (après AMM) chez les patients I. rénaux modérés et cette dose s adapte beaucoup mieux aux patients avec fracture du col, tous âgés et le plus souvent I. rénaux modérés. Les avantages présentés par ce genre de molécules de synthèse chimique totale sont leur absence d interaction avec les plaquettes, les facteurs 4 plaquettaire ou le fibrinogène et donc l absence ou le très faible risque de TIH mais aussi l uniformisation des lots non tributaire de l intestin de porc. (5, 6) Une méta-analyse portant sur patients montre non seulement une diminution significative des TVP (1,5%) versus l énoxaparine (2,1%) ou bien les HNF (4,2%) mais aussi une mortalité significativement plus faible après

5 chirurgie orthopédique sous fondaparinux (0,6%) en comparaison avec les HBPM (1,1% ; p<0.001) et/ou les HNF (2.2% ; p<0.001) (7). La première cause de mortalité après chirurgie orthopédique majeure est l Infarctus du Myocarde (8). L étude OASIS 5 (9) démontre l efficacité et la très bonne tolérance de la dose de 2.5mg/j de fondaparinux en comparaison de l enoxaparine à dose thérapeutique dans les Syndromes Coronariens Aigus (en l absence de stent, selon son AMM). Cette dose (associée à l aspirine), prophylactique en orthopédie, parait particulièrement indiquée chez les patients coronariens non stentés et les diabétiques. Elle permet, en effet, d éviter une dose thérapeutique d HBPM en cas d élévation de la troponine I en postopératoire immédiat et ainsi de diminuer le risque de saignement. b) Les inhibiteurs directs du facteur Xa Le Rivaroxaban (Xarelto ) est une molécule sur le marché Européen après AMM. Il est actuellement démontré une supériorité en terme d efficacité en comparaison avec l enoxaparine après PTH et PTG dans la prévention des ETE. En effet, une analyse poolée sur les études Européennes retrouve une supériorité en terme d ETE symptomatiques + décès, et en terme d EP + décès(10). Dans toutes les études, il n existe pas de différence significative sur les saignements majeurs selon une définition qui exclut les saignements sur le site chirurgical (11-13) Pharmacologie Les essais de phase II dans la prévention de la TVP en chirurgie prothétique de hanche ont montré que la dose de 10 mg, une fois par jour, était la meilleure en terme d efficacité et de tolérance. Ces résultats sur la recherche de dose laissent présager une fenêtre thérapeutique probablement très large(14). La demi-vie du rivaroxaban est très courte chez le sujet jeune, 5 heures mais entre 9 11h heures chez le sujet âgé. Par ailleurs, il existe peu de variabilité inter et intra individuelle, et pas d interaction avec l alimentation. Le temps pour atteindre la concentration maximum est entre 2 et 4 heures. Il est réabsorbé par l intestin (P-Glycoprotéine) métabolisé par le foie (cyt P4A4) et 2/3 sont éliminés par le rein, mais seulement 1/3 sous forme de métabolites actifs et 1/3 sous forme de métabolites inactifs. L étude de phase III après chirurgie prothétique du genou (11) montre une réduction des TVP totales de 49% (p<0.001), des TVP majeures de 62% (p=0.016) mais aussi, pour la première fois, des TVP symptomatiques de 66%. (p=0.005) en comparaison avec les HBPM.

6 L étude après PTH avec des durées identiques de 35 jours pour les 2 bras (13) a montré une tolérance comparable à l énoxaparine avec une réduction des thromboses totales de 3,7% à 1,1% soit 70 % (p<0.001) d ETE en moins et une réduction de 88% des thromboses majeures (p< 0.001) sous rivaroxaban en comparaison à l énoxaparine pendant 1 mois. En revanche, contrairement au genou la réduction des thromboses symptomatiques n est pas significative, mais le nombre d événement est si petit (0.5% vs 0.3%) que c est difficile de trouver une significativité. (15) Cependant, il intéressant de souligner qu il existe le même pourcentage d ETE symptomatiques (0.3%) que d hémorragies majeures (0.3%) dans le groupe rivaroxaban, montrant les limites d un anticoagulant très puissant. Quelque soit l étude de phase III, sur la hanche ou le genou, la tolérance n est pas différente de celle des HBPM en terme de saignements majeurs, d élévation des enzymes hépatiques ou d incidence des IDM pendant les 3 mois de suivi des patients. Cependant, l analyse poolée des 4 études, pendant la durée totale de l étude montre une différence significative avec augmentation des saignements sur le critère combiné : majeurs et déclarés comme anormaux par l investigateur (16) Le développement de tels médicaments semble très prometteur car ils allient une administration orale, une meilleure efficacité et une bonne tolérance autorisant l absence de surveillance des plaquettes ou de la coagulation. Le Rivaroxaban est déjà sur le marché 2008 en Europe sous le nom de Xarelto. Cependant, il reste contre-indiqué chez l insuffisant rénal sévère, l I. Hépatique avec trouble de l hémostase, l association avec le Ritonavir et les antifungiques azolés. L Apixaban en prophylaxie a fini son développement dans la chirurgie orthopédique du genou et de la hanche. La phase II a montré une meilleure efficacité quelque soit la dose choisie en comparaison avec les HBPM et les AVK (17). C est la plus petite dose testée qui a été choisie pour les études de phase III, soit 2.5 mg 2 fois par jour malgré une demi-vie relativement importante (14-17h). La particularité de cet anti-xa est son élimination par voie hépatique à 80% et 20% par voie rénale, ce qui serait intéressant chez les insuffisants rénaux modérés ou peut-être sévères. Le problème est que l insuffisance rénale sévère est un critère d exclusion dans ces études de phase III. L étude de phase III après PTG aux USA (18) n a pas réussi à démontrer la non infériorité en comparaison avec enoxaparine 30mg x2/jour sur les TVP totales. En revanche, l étude Européenne après PTG montre une supériorité significative en terme de réduction des ETE sans augmentation des saignements majeurs (M. Lassen ISTH 2009). Il semble donc, que ce nouvel anti-xa oral a réussi en partageant la dose totale en 2 fois par jour et en reculant la première administration le lendemain

7 de l intervention à démontrer une supériorité sans aucun signal sur l augmentation du saignement. c )Les inhibiteurs directs de la thrombine Le Dagibatran etexilate (Pradaxa ) est un anti-thrombine direct existant uniquement sous forme orale. Il interagit tant avec la thrombine soluble qu avec la thrombine liée à la fibrine du caillot contrairement à l héparine. Il a montré son efficacité dans la prévention des TVP en post opératoire précoce des prothèses totales de hanche et du genou Pharmacologie. Le dabigatran, après administration orale, est rapidement transformé en forme active, connue sous le nom de BIBR 953ZW. Le pic de concentration est atteint entre 2 à 4 heures après l absorption orale. Sa demi-vie est de 14-17h heures et son élimination rénale. Il est métabolisé par le foie sans interférence avec le CYT P450, et absorbé par l intestin par la P-glycoprotéine. C est pourquoi, il est contre indiqué chez les patients sous quinidine et il faut donner la dose faible de 15mg / jour chez les patients sous amiodarone. Il existe peu de variabilité inter et intra individuelle, et pas d interaction avec l alimentation Les premières études de doses ont montré que l on pouvait l administrer une ou deux fois par jour. Après validation des études de phase III, il a obtenu l AMM Européenne depuis Janvier 2008 dans la thromboprophylaxie en une seule prise quotidienne en chirurgie orthopédique de hanche (15) et de genou (19) L étude de phase II, a montré une diminution significative des TVP, dose dépendante du Dabigatran, mais associée à une augmentation des hémorragies majeures, toujours dose dépendante (20). C est pourquoi, il a été donné la moitié de la dose le jour de la chirurgie dans les phases III afin de diminuer le risque de saignement. Les études de phase III ont comparés 2 doses différentes (150 mg ou 220 mg/ jour en une seule prise) à l énoxaparine. Ces études sur la prévention après PTG pendant 14 jours et PTH pendant un mois réalisées en Europe permettent de mettre en évidence : Une non infériorité en terme d efficacité sur toutes les thromboses (totales et majeures) en comparaison avec l énoxaparine après chirurgie prothétique de la hanche et du genou. Quelque soit la dose. Une tolérance équivalente en terme de saignements majeurs, de transfusion, d élévation des enzymes hépatiques et d incidence de survenue des IDM. Cependant, pour diminuer le risque hémorragique, seule la moitié de la dose est réalisée entre 1 et 4h (médiane = 3h.30) après l intervention.

8 Cependant, en comparaison avec le schéma américain (30mg x 2 /jour d énoxaparine), il existe une non-infériorité avec seulement les TVP majeures (proximales, EP, décès)(21). Le Dabigatran présente le grand avantage d être administrée par voie orale, sans qu une surveillance biologique soit nécessaire. Mais il doit être contre-indiqué chez les insuffisants hépatiques et les insuffisants rénaux sévères (clearance < 30ml/min), les femmes enceintes car ces patients ont été exclus des études. Il a obtenu l AMM Européenne en prévention des TVP après PTH et PTG en 2008 aux 2 doses testées avec indication de la faible dose (150 mg/jour) chez les sujets fragiles c est-à-dire de plus de 75 ans et I. rénaux modérés. Le fait qu une faible dose puisse améliorer la tolérance de ce produit est intéressant puisque la population est de plus en plus âgée en chirurgie orthopédique. Actuellement, il n existe aucun anticoagulant qui a une AMM spécifique chez les sujets >75 ans, donc fragiles alors que les dernières recommandations de l ACCP(1). Conclusions Les HBPM ont encore toute leur place en orthopédie majeure dans la prévention des ETE notamment en chirurgie programmée. Seules les HBPM et l HNF peuvent être prescrits en prophylaxie chez les insuffisants rénaux sévères contrairement aux anticoagulants de nouvelle génération (fondaparinux, dabigatran ou rivaroxaban). En effet, dans ce cas, les HBPM ne sont contreindiqués seulement à doses curatives. Concrètement aujourd hui, le fondaparinux et le rivaroxaban sont supérieurs en terme d efficacité dans la réduction des ETE après chirurgie prothétique de hanche et de genou. Le fondaparinux, est seulement disponible en SC, mais a l AMM dans le Syndrome coronarien Aigu, à la dose de 2.5mg /j en l absence de stent. C est pourquoi, il parait le mieux adapté à la prophylaxie de tous les patients à risque coronariens (diabétiques ou coronariens stables non stentés, associé à l aspirine). Il ne nécessite pas la surveillance des plaquettes et sa grande spécificité permet d obtenir une concentration plasmatique stable entre 50 et 100kg. En effet, tous les anticoagulants à ce jour sont essentiellement éliminés par le rein (en dehors de l Apixaban en phase III), le risque d accumulation et donc de saignement reste important chez les insuffisants rénaux même modérés. Cependant, l AMM du dabigatran attribuée à la dose de 150mg/jour chez le sujet de plus de 75 ans, souvent en insuffisance rénale modérée, est très intéressante en chirurgie orthopédique dans cette population fragile. Les futurs anticoagulants synthétiques sont pleins de promesses. Ils permettent par voie orale, avec une dose unique entre 50 et 100kg, très peu d interférences

9 médicamenteuses en comparaison avec les AVK, sans monitorage de la coagulation, de prévenir efficacement les évènements thrombo-emboliques. Cependant actuellement les patients qui souffrent de problèmes hépatiques avec trouble de l hémostase, les femmes enceintes, l allaitement ou d insuffisance rénale sévère doivent encore être exclus. Les HBPM ont donc vraiment encore toute leur place en orthopédie et ce pour quelques années. Quant au développement de nouvelles molécules notamment orales, il permet d espérer non seulement une meilleure observance ou encore de la simplification de la surveillance biologique mais aussi un risque hémorragique moindre pour l un et une efficacité supérieure pour l autre. Actuellement, compte tenu de toutes ces données, il apparaît important pour optimiser le bénéfice/risque de réserver la dose de 150mg/jour de dabigatran aux sujets fragiles à risque de saignement (>75 ans, I. rénaux modérés) selon l AMM et plutôt le rivaroxaban (10mg/jour) aux sujets à risque thromboembolique élevé. Cependant, dans toutes ces études avec ces nouveaux anticoagulants, il existe 20% de nausées et vomissements et la dose orale le jour de l intervention peut ne pas être parfaitement réabsorbée chez un patient à jeun, comme on le sait déjà avec les morphiniques oraux(22).

10 Références 1. Geerts WH, Bergqvist D, Pineo GF, Heit JA, Samama CM, Lassen MR, et al. Prevention of venous thromboembolism: American College of Chest Physicians Evidence-Based Clinical Practice Guidelines (8th Edition). Chest Jun;133(6 Suppl):381S-453S. 2. Samama CM, Albaladejo P, D B, Bertin-Maghit M, Bruder N, Doublet J, et al. Venous thromboembolism prevention in surgery and obstetrics: clinical practice guidelines. Eur J Anaestesiol. 2006;23(2): Turpie AG, Bauer K, I EB, MR. L. Superiority of fondaparinux over enoxaparin in preventing venous thromboembolism in major orthopedic surgery using different efficacy end points. Chest. 2004;Aug, 126(2): Rosencher N, Bonnet MP, Sessler DI. Selected new antithrombotic agents and neuraxial anaesthesia for major orthopaedic surgery: management strategies. Anaesthesia Nov;62(11): Geerts W,, Pineo G, Heit J,, Bergqvist D, et al. Prevention of Venous Thromboembolism. The Seventh ACCP Conference on Antithrombotic and Thrombolytic Therapy. Chest. 2004;126(338S-400S). 6. Bay-Nielsen M, Thomsen H, Andersen FH, Bendix JH, Sorensen OK, Skovgaard N, et al. Convalescence after inguinal herniorrhaphy. Br J Surg. 2004;91(3): Shorr AF, Ramage AS. Enoxaparin for thromboprophylaxis after major trauma: potential cost implications. Crit Care Med. 2001;29(9): Mantilla CB, Horlocker TT, Schroeder DR, Berry DJ, Brown DL. Frequency of myocardial infarction, pulmonary embolism, deep venous thrombosis, and death following primary hip or knee arthroplasty. Anesthesiology. 2002;96(5): Yusuf S, Mehta S, Chrolavicius S, Afzal R, Pogue J, Granger C, et al. Effects of fondaparinux on mortality and reinfarction in patients with acute STsegment elevation myocardial infarction: the OASIS-6 randomized trial. JAMA Apr 2005;295(13): Eriksson BI, Quinlan DJ, Weitz JI. Comparative pharmacodynamics and pharmacokinetics of oral direct thrombin and factor xa inhibitors in development. Clin Pharmacokinet. 2009;48(1): Lassen MR, Ageno W, Borris LC, Lieberman JR, Rosencher N, Bandel TJ, et al. Rivaroxaban versus enoxaparin for thromboprophylaxis after total knee arthroplasty. N Engl J Med Jun 26;358(26): Kakkar AK, Brenner B, Dahl OE, Eriksson BI, Mouret P, Muntz J, et al. Extended duration rivaroxaban versus short-term enoxaparin for the prevention of venous thromboembolism after total hip arthroplasty: a double-blind, randomised controlled trial. Lancet Jul 5;372(9632):31-9.

11 13. Eriksson BI, Borris LC, Friedman RJ, Haas S, Huisman MV, Kakkar AK, et al. Rivaroxaban versus enoxaparin for thromboprophylaxis after hip arthroplasty. N Engl J Med Jun 26;358(26): Eriksson BI, Borris LC, Dahl OE, Haas S, Huisman MV, Kakkar AK, et al. A once-daily, oral, direct Factor Xa inhibitor, rivaroxaban (BAY ), for thromboprophylaxis after total hip replacement. Circulation Nov 28;114(22): Eriksson BI, Dahl OE, Rosencher N, Kurth AA, van Dijk CN, Frostick SP, et al. Dabigatran etexilate versus enoxaparin for prevention of venous thromboembolism after total hip replacement: a randomised, double-blind, noninferiority trial. Lancet Sep 15;370(9591): Turpie AG, MR L, Kakar AJ, Eriksson B, Misselwitz F, Bandel TJ, et al. A Pooled Analysis of Four Pivotal Studies of Rivaroxaban for the Prevention of Venous Thromboembolism after Orthopaedic Surgery: Effect on Symptomatic Venous Thromboembolism, Death, and Bleeding. Blood. 2008;112(Abstract 36). 17. Lassen M, Davidson J, Gallus AS, Pineo GF, Ansell JE, Deitchman D. A phase II randomized, double blind, dose reponse study of Apixaban, a new oralfactor Xa Inhibitor for prevention of DVT in TKR. Blood. 2006;108(11):abstract Lassen MR, Raskob GE, Gallus A, Pineo G, Chen D, Portman RJ. Apixaban or enoxaparin for thromboprophylaxis after knee replacement. N Engl J Med Aug 6;361(6): Eriksson BI, Dahl OE, Rosencher N, Kurth AA, van Dijk CN, Frostick SP, et al. Oral dabigatran etexilate vs. subcutaneous enoxaparin for the prevention of venous thromboembolism after total knee replacement: the RE-MODEL randomized trial. J Thromb Haemost Nov;5(11): Eriksson BI, Dahl OE, Buller HR, Hettiarachchi R, Rosencher N, Bravo ML, et al. A new oral direct thrombin inhibitor, dabigatran etexilate, compared with enoxaparin for prevention of thromboembolic events following total hip or knee replacement: the BISTRO II randomized trial. J Thromb Haemost Jan;3(1): Ginsberg JS, Davidson BL, Comp PC, Francis CW, Friedman RJ, Huo MH, et al. Oral thrombin inhibitor dabigatran etexilate vs North American enoxaparin regimen for prevention of venous thromboembolism after knee arthroplasty surgery. J Arthroplasty Jan;24(1): Manoir BD, Bourget P, Langlois M, Szekely B, Fischler M, Chauvin M, et al. Evaluation of the pharmacokinetic profile and analgesic efficacy of oral morphine after total hip arthroplasty. EJA. 2006:1-7.

12 Schéma Initiation TF/VIIa X IX TFPI NAPc2 TTP889 Propagation Thrombin activity Fibrinogen IXa VIIIa Xa Va II IIa Fibrin Fondaparinux Rivaroxaban BAY Apixaban BMS YM-150 DU 176b GW LY PD Dabigatran Odiparcil SB SFAR 2007 Schéma 1 : Site d action des nouveaux anticoagulants

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche N. ROSENCHER, L. BELLAMY Toutes les recommandations sur l association de l anesthésie médullaire avec les anticoagulants reposent actuellement

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine

le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine P. Lancellotti (1), A.J. Scheen (2) RÉSUMÉ : Le dabigatran étexilate (Pradaxa ), administrable

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Prof. P. HAINAUT Médecine Interne - Maladie Thromboembolique Cliniques Univ. Saint Luc - UCL 1 Antivitamine K Variabilité dépendant facteurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 janvier 2009 XARELTO 10 mg, comprimés pelliculés - B/5, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP : 388 381-0 - B/10, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP

Plus en détail

Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations

Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Médecins. Les essentiels. 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations Ch.-M. Samama

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 revue Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 303-7 P. Fontana H. Bounameaux Dr Pierre Fontana Pr Henri Bounameaux Service d angiologie et d hémostase Département

Plus en détail

le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa

le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa A.J. Scheen (1) RÉSUMÉ : Le rivaroxaban (Xarelto, Bayer Schering Pharma), couronné par

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Dr Michel Delecroix

Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Dr Michel Delecroix 1 Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Lille le 22 janvier 2009 Dr Michel Delecroix 2 Epidémiologie ETEV en Europe 2004 : 500 000 cas EP : 300 000 cas Les déçès liés aux ETEV et

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

SECTION 3. DESCRIPTION DES TRAITEMENTS

SECTION 3. DESCRIPTION DES TRAITEMENTS Résumé Le dabigatran est un inhibiteur direct compétitif et réversible de la thrombine, qui s administre par voie orale et qui est indiqué pour la thromboprophylaxie lors de chirurgies de la hanche ou

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

FDA (États-Unis) Le rivaroxaban est actuellement à l étude. La décision initialement attendue pour mai 2009 a été retardée.

FDA (États-Unis) Le rivaroxaban est actuellement à l étude. La décision initialement attendue pour mai 2009 a été retardée. Résumé Le rivaroxaban est un inhibiteur hautement sélectif, direct, compétitif et réversible du facteur Xa, qui s administre une fois par jour par voie orale. Il est indiqué pour la thromboprophylaxie

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Utilisation péri-opératoire des filtres caves

Utilisation péri-opératoire des filtres caves Utilisation péri-opératoire des filtres caves Philippe Girard Département Thoracique. Institut Mutualiste Montsouris, 42 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France. Email : philippe.girard@imm.fr Introduction

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques PY Cordier Service de Réanimation HIA Laveran - Marseille Février 2014 Introduction Anticoagulants oraux : historique Antivitamines K

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2012 ELIQUIS 2,5 mg, comprimés pelliculés B/10 (CIP: 419 454-4) B/20 (CIP: 419 455-0) B/60 (CIP: 419 456-7) B/60x1 (CIP: 419 457-3) Laboratoire Bristol-Myers

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. B01AX05 (Antithrombotique). Inhibiteur sélectif indirect du facteur Xa

Avis 15 mai 2013. B01AX05 (Antithrombotique). Inhibiteur sélectif indirect du facteur Xa COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 23 janvier 2013 a fait l objet d une audition le 17 avril 2013 et d un examen des observations du laboratoire

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Héparine non fractionnée

Héparine non fractionnée Héparine non fractionnée Héparines et nouveaux anticoagulants Charles Marc SAMAMA Services d Anesthésie-Réanimation Cochin - Hôtel-Dieu de Paris > 10 décès par EP par jour en France Heit, Thromb Haemost

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Traumatologie des membres inférieurs : prévention de la maladie veineuse thromboembolique

Traumatologie des membres inférieurs : prévention de la maladie veineuse thromboembolique Chapitre 52 Traumatologie des membres inférieurs : prévention de la maladie veineuse thromboembolique D r C. LE GALL, D r R. QUITELLIER, D r H. BELLANGER Points essentiels Même un traumatisme mineur non

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS. Prof Christian CHATELAIN UCL MONT GODINNE 10/5/2011 ERASME

SEMINAIRES IRIS. Prof Christian CHATELAIN UCL MONT GODINNE 10/5/2011 ERASME Thrombophilie et Anticoagulation de longue durée Prof Christian CHATELAIN UCL MONT GODINNE 10/5/2011 ERASME 1. Gillum RF. Am Heart 1987;114:1262-1264 2.. Anderson F Jr, et al. Arch Intern Med 1991;151:933-938

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Gestion des anticoagulants en péripartum

Gestion des anticoagulants en péripartum Gestion des anticoagulants en péripartum Pharmacologie D Chassard Lyon http://www.uptodate.com/contents/anticoagulation-during-pregnancy CFP Nov 2012 Fev 2012 Exemple de cohorte (n=120) HBPM en curatif

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis Nouveaux anticoagulants oraux : mécanisme d action et données pharmacocinétiques New oral anticoagulants: mechanism of action and pharmacokinetic properties X. Delavenne 1,2, P. Zufferey 2,3 X. Delavenne

Plus en détail

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE Montebello 2014 Dr Luc Moleski Spécialiste en médecine interne Objectifs Connaître les indications et les limites des nouveaux traitements Participer à un survol

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Patient sous anticoagulants et antiagrégants 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Mise à jour 2011 des recommandations de la SFAR sur la prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse postopératoire

Mise à jour 2011 des recommandations de la SFAR sur la prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse postopératoire Mise à jour 2011 des recommandations de la SFAR sur la prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse postopératoire Nadia ROSENCHER et Charles Marc SAMAMA Groupe Hospitalier Cochin Broca - Hôtel-Dieu

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire Accidents des anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu Paris Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire Conflits d intérêt LFB Octapharma CSL-Behring Bayer BMS-Pfizer

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

EXERCICE N 12 : Qui réalise les essais cliniques?

EXERCICE N 12 : Qui réalise les essais cliniques? EXERCICE N 12 : Qui réalise les essais cliniques? Le dabigatran (Pradaxa ) est un anticoagulant par voie orale qui a fait l objet d une autorisation de mise sur le marché pour le traitement préventif des

Plus en détail