Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Docteur Naudin Patrice. DIU de formation à la fonction de médecin coordonnateur :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Docteur Naudin Patrice. DIU de formation à la fonction de médecin coordonnateur :"

Transcription

1 Université Paris V Faculté Cochin Port Royal Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Vers une modification du livret thérapeutique intégrant les nouveaux anticoagulants? Docteur Naudin Patrice DIU de formation à la fonction de médecin coordonnateur : Année universitaire Directeur de mémoire : Dr REINGEWIRTZ Serge

2 Remerciements Au Docteur REINGEWIRTZ Serge pour son soutient Au Docteur FRIOCOURT qui nous a conseillé dans ce travail A Corinne pour sa patience En mémoire de mon oncle Camille

3 Plan Introduction La cascade de la coagulation et les points d action des anticoagulants oraux Les anti vitamines K Mécanisme d action et facteurs génétiques Indications INR cible Mode d introduction du traitement Pour la Coumadine (Warfarine) : Pour le Préviscan (Fluindione) : Equivalence Préviscan (Fluindione) Coumadine (Warfarine) Surveillance du traitement Facteurs d instabilité Les interactions médicamenteuses Interactions avec l alimentation Avec l alcool L apport exogène de vitamine K Les autres aliments, la phytothérapie La fixation protéique La fonction rénale Conduite à tenir en cas de surdosage ou de situation d urgence En cas de surdosage sans hémorragie En cas d hémorragie grave En cas d hémorragie non grave En cas de traumatisme Réintroduction des antivitamines K après une hémorragie grave Dans les autres cas d hémorragies graves Relais des antivitamines K par les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants d action spécifique Fibrillation atriale non valvulaire... 15

4 3.1.2 Thromboses veineuses et embolie pulmonaire Pradaxa Prévention des accidents thromboemboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire Contre-indications Précautions d emploi Interactions médicamenteuses Relais Pradaxa par un antivitamine K Rivoxaban Schémas posologiques Prévention des accidents thrombo-emboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire Traitement des thromboses veineuses profondes et de l embolie pulmonaire Contre-indications Précautions d emploi Interactions médicamenteuses Relais Xarelto par un antivitamine K Apixaban Prévention des accidents thromboemboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire Contre-indications Précautions d emploi Interactions médicamenteuses Relais par un antivitamine K Précautions d emploi des nouveaux anticoagulants oraux L observance thérapeutique La fonction rénale Conduite à tenir en cas d hémorragie avec les nouveaux anticoagulants Le risque hémorragique Les tests de coagulation Prise en charge Usage des anticoagulants oraux à l EHPAD de Marchenoir en Caractéristiques générales... 24

5 4.2 Population de référence Etude clinique Les anticoagulants oraux utilisés Les indications Efficacité du traitement par anticoagulant oral Temps à l INR cible Temps à l INR cible supérieur à 70 % Temps à l INR cible inférieur à 70 % Les interactions médicamenteuses Dans l échantillon total Dans les dossiers avec complications hémorragiques Les accidents hémorragiques Les accidents hémorragiques avec surdosage en antivitamines K Les accidents hémorragiques sans surdosage en antivitamines K Les décès par accidents hémorragiques Les accidents hémorragiques majeurs Les autres accidents hémorragiques L apport des score de risque hémorragique Le nombre total de décès dans la cohorte Commentaires Répartition des INR et temps dans la zone cible Accidents hémorragiques Population potentiellement éligible à un traitement par un nouvel anticoagulant par voie orale Retentissement budgétaire Coût des antivitamines K Coût médicamenteux Surveillance biologique par INR Coût infirmier Coût médical Coût total pour les antivitamines K Coût de l introduction des nouveaux anticoagulants oraux Coût médicamenteux des nouveaux anticoagulants... 37

6 6.2.2 Surveillance de la fonction rénale Coût infirmier Coût médical Coût total pour les nouveaux anticoagulants Récapitulatif Conclusion Annexes Score CHA2DS2-VASC Les scores d évaluation du risque hémorragique HAS-BLED Score Le score HEMMORR2HAGES Le score Atria Le score d OBRI Commentaire Cas cliniques Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n Dossier n

7 Dossier n Dossier n Conclusion Bibliographie... 88

8 Introduction L article D du Code de l'action sociale et des familles définit les missions du médecin coordonnateur. Parmi elles, figure sa contribution à la bonne adaptation de la prescription médicamenteuse aux impératifs gériatriques. A cette fin, le médecin coordonateur doit élaborer une liste de médicaments à utiliser préférentiellement en collaboration avec les autres médecins intervenant dans l établissement et le pharmacien gérant de la pharmacie à usage intérieur 1. Dans l article L du code de l action sociale et des familles 2 traitant des conventions tripartites, il est précisé que le médecin coordonnateur est associé à l élaboration et à la mise en œuvre de réseaux de professionnels dont les engagements peuvent porter sur l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles et la maitrise médicalisée des dépenses (article L du code de la sécurité sociale 3 ) La fibrillation atriale, dont la prévalence est supérieure à 10 % de la population au-delà de 80 ans, avec un risque d accident vasculaire embolique multiplié par 5, est un problème de santé publique 4. Si les antivitamines K ont démontré leur efficacité dans la prévention primaire et secondaire de ces accidents vasculaires et bien que leur consommation ait doublé depuis l an 2000, ils restent sous utilisés dans la population gériatrique dans la crainte des risques hémorragiques 5 6. Ces dernières années ont vu le développement d une nouvelle classe d anticoagulants oraux validés dans la fibrillation atriale non valvulaire. Quelle doit être l attitude d un médecin coordonnateur face à l évolution des connaissances dans ce domaine : les nouveaux anticoagulants oraux peuvent-ils être intégrés au livret thérapeutique d un EHPAD? Après avoir abordé les principales modalités de prescription des anticoagulants oraux en gériatrie, nous étudierons l utilisation des antivitamines K dans notre EHPAD et les répercussions budgétaires d une éventuelle introduction des nouveaux anticoagulants oraux au livret du médicament. 1

9 1 La cascade de la coagulation et les points d action des anticoagulants oraux 7 Voie intrinsèque Voie extrinsèque AVK AVK Eliquis, Xarelto AVK AVK Pradaxa Voie commune Protéine C activée Protéine S Protéine C + Thrombomoduline Le Pradaxa (Dabigatran étexilate) est un inhibiteur de la prothrombine ou facteur II. L Eliquis (apixaban) est un inhibiteur du facteur Stuart-Prower ou facteur X, comme le Xarelto (Rivoxaban). Les antivitamines K agissent à plusieurs niveaux de la chaine de la coagulation : Les antivitamines K agissent comme inhibiteurs d activation de plusieurs facteurs de coagulation : facteur II, facteur VII (Proconvertine), facteur IX (Facteur Christmas ou facteur antihémophile B) et facteur X. 2

10 2 Les anti vitamines K 2.1 Mécanisme d action et facteurs génétiques D après M.-A. Loriot, P. Beaune Les antivitamines K bloquent le cycle de la vitamine K, cofacteur des facteurs II, VII, IX et X. Il existe plusieurs type de la vitamine K époxyde réductase dépendant d allèles différent du gène VKORC1. Ces variants entraînent une modification de l activité de l antivitamine K pouvant aller jusqu à 25 % de l efficacité thérapeutique 8. Par ailleurs, les antivitamines K sont métabolisés au niveau hépatique par la fraction CYP2C9 du cytochrome P450 dont il existe plusieurs formes d activité biologique différente 9 entrainant, là aussi, une variabilité de l action de l antivitamine K. 2.2 Indications Les antivitamines K sont indiqués en cas : - de prothèses valvulaires - d infarctus du myocarde - de thromboses veineuses profondes et de l embolie pulmonaire, et la prévention de leurs récidives, 3

11 - de cardiopathies emboligènes (fibrillations atriale, flutter, tachycardie atriale) associé à un score CHA2DS-VASC supérieur à 2 après évaluation du rapport bénéfice/risque par HAS-BLED Score (recommandé par la Société Européenne de Cardiologie 10 ) ou par le score HEMORR2AGES (recommandé par un consensus d expert de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie et de la Société Française de Cardiologie 11 ). 2.3 INR cible La mise en place et le suivi du traitement par AVK reposent sur l INR (International Normalized Ratio). Le niveau d INR cible et la durée de traitement varient en fonction des indications 12 Indication INR cible Durée de traitement Troubles du rythme supraventriculaire (fibrillation atriale et flutter auriculaire) et CHADS2VASC supérieur à 2 après évaluation du rapport bénéfice/risque. Valvulopathies mitrales avec dilatation de l oreillette gauche et/ou thrombus intra-auriculaire gauche à l échocardiographie. Prothèses mécaniques en position mitrale. Prothèses mécaniques en position aortique avec dysfonction ventriculaire gauche ou de première génération. Prothèses mécaniques en position aortique sans autre facteur de risque ou de 2ème génération. 2 à 3 A long terme. 3 à 4,5 A long terme. 3 à 4,5 A long terme. 3 à 4,5 A long terme. 2 à 3 A long terme. 4

12 Prothèses mécaniques en position tricuspide. 2 à 3 A long terme. Prothèses biologiques 2 à 3 3 mois. Prévention des complications thromboemboliques des infarctus du myocarde compliqués (thrombus mural, dysfonction ventriculaire gauche sévère, dyskinésie emboligène). Prévention de la récidive d infarctus du myocarde en cas d intolérance à l aspirine. Thromboses veineuses profondes et de l embolie pulmonaire, ainsi que la prévention de leurs récidives, en relais de l héparine. 2 à 3 Au moins 3 mois. 2 à 3 A long terme. 2 à 3 Au moins 3 mois, Voir à long terme en cas de persistance du risque thromboembolique (certaines anomalies constitutionnelles ou acquises de la coagulation, cancer en évolution) ou de thromboses récidivantes sans facteur de risque identifié Mode d introduction du traitement Un dosage de l INR avant l instauration du traitement permet de dépister un trouble de coagulation préexistant. La dose initiale est toujours probatoire en raison d une variabilité interindividuelle importante. Le traitement est administré le soir ce qui permet de recevoir le dosage de l INR réalisé le matin (8h) pour adapter la posologie. Des schémas d introduction et d adaptation des doses ont été proposés, afin d éviter un surdosage important, à la phase initiale du traitement. Ils intègrent la réalisation de deux INR lors de la première semaine de traitement. Ce mode de surveillance est plus efficient que la recherche des variants VKORC1/CYP2C9 14 pour prévenir un surdosage en début de traitement. 5

13 2.4.1 Pour la Coumadine (Warfarine) : Coumadine comprimé bissécable à 2mg ou 5 mg 15 Jour INR Posologie Coumadine mg (cp) J0 J1 J2 J3 Coumadine 4 mg (2 cp à 2mg) Coumadine 4 mg (2 cp à 2mg) Coumadine 4 mg (2 cp à 2mg) Coumadine 4 mg (2 cp à 2mg) J4 INR < 1,3 Coumadine 5 mg (2+1/2 cp à 2mg) 1,3 INR < 1,5 Coumadine 4 mg (2 cp à 2mg) 1,5 INR < 1,7 Coumadine 3 mg (1+1/2 cp à 2mg) 1,7 INR < 1,9 Coumadine 2 mg (1 cp à 2mg) 1,9 INR < 2,5 Coumadine 1 mg (1 /2 cp à 2mg) 2,5 INR Arrêt jusqu à INR inférieur à 2,5 puis reprendre à Coumadine 1 mg (1 /2 cp à 2mg) J7 - INR 1,6 Augmenter de 1 mg (+ 1/2 cp de Coumadine à 2 mg) 1,6 INR < 2,5 Maintien de la même posologie 2,5 INR < 3,5 Diminuer de 1 mg (- 1/2 cp de Coumadine à 2 mg) 3,5 INR Surdosage, arrêt de la Coumadine jusqu à un INR 3 puis reprise à une une posologie inférieure A partir de 2,5 mg, l utilisation de 1/2 comprimé de Coumadine 5mg, permet un ajustement plus fin de la posologie 6

14 2.4.2 Pour le Préviscan (Fluindione) 16 : - comprimé quadrissécable à 20 mg - - Jour INR Posologie Préviscan mg (cp) - J0 INR < 1,2-20 mg (1cp) - J mg (1cp) - J2 INR < 1,2-30 mg (1+1/2 cp) jusqu à J6 Dosage 40h après la première prise 1,2 INR < 1,5-25 mg (1+1/4 cp) jusqu à J6 1,5 INR < 2-20 mg (1 cp) jusqu à J6 2 INR < 2-15 mg (3/4 cp) jusqu à J6 2,2 INR < 3-10 mg (1/2 cp) jusqu à J6 3 < INR Arrêt jusqu à INR inférieur à 2,5 puis reprendre à 5 mg (1/4 cp) - J6 INR < 2 Augmenter de 5 mg (+ 1/4 cp) 2 INR < 3 Maintien de la même posologie 3 < INR Diminuer de 5 mg (- 1/4 cp) 7

15 2.4.3 Equivalence Préviscan (Fluindione) Coumadine (Warfarine) Si la Coumadine est l antivitamine K de référence, le Préviscan reste la molécule la plus utilisée en France. Dans le cas d un équilibre de l INR difficile à obtenir avec le Préviscan, il nous apparait légitime de la remplacer par la Coumadine en se basant le nomogramme suivant 17 : Posologie en Rythme Posologie en Rythme Fluindione : en mg d administration Warfarine : en mg d administration (cp) (Coumadine cp 2 mg) (1/4-0-0) Alternance sur 3 jours 1-2 (1/2-1) Alternance sur 2 jours 5-0 (1/4-0) Alternance sur 2 jours 2 (1) Tous les jours 5 (1/4) Tous les jours 2-3 (1-1+1/2) Alternance sur 2 jours 5-10 (1/4-1/2) Alternance sur 2 jours 10 (1/2) Tous les jours 3 (1+1/2) Tous les jours (1/2-3/4) Alternance sur 2 jours 3-4 (1+1/2-2) Alternance sur 2 jours 15 (3/4) Tous les jours 4 (2) Tous les jours (3/4-1) Alternance sur 2 jours 4-5 (2-2+1/2) Alternance sur 2 jours 20 (1) Tous les jours (1-1+1/4) Alternance sur 2 jours 5 (2+1/2) Tous les jours 25 (1+1/4) Tous les jours 5-6 (2+1/2-3) Alternance sur 2 jours (1+1/4-1+1/2) Alternance sur 2 jours 30 (1+1/2) Tous les jours 6 (3) Tous les jours (1+1/2-1+3/4) Alternance sur 2 jours 6-7 (3-3+1/2) Alternance sur 2 jours 35 (1+3/4) Tous les jours 7 (3+1/2) Tous les jours (1+3/4-2) Alternance sur 2 jours 7-8 (3+1/2-4) Alternance sur 2 jours 40 (2) Tous les jours 8

16 2.5 Surveillance du traitement Le premier INR doit être réalisé à J2 ou à J3, suivant la première prise afin de dépister une hypersensibilité individuelle : un INR supérieur à 2 annonce un surdosage à la phase d équilibre et doit faire diminuer la posologie 18. La dose d équilibre est diminuée chez le sujet âgé 19 (entre ½ et ¾ de la dose usuelle), en cas de poids inférieur à 50 kg et chez l insuffisant hépatique. Le contrôle de l INR doit être réalisé tous les 2 à 4 jours en phase de stabilisation. Les contrôles sont ensuite espacés progressivement jusqu à un intervalle maximum de 3 semaines. Le risque hémorragique est plus élevé dans les 3 premiers mois de traitement 20. En cas de syndrome fébrile, de déshydratation ou de toute situation clinique pouvant modifier la fonction rénale les contrôles doivent être rapprochés comme à la phase d équilibration jusqu à obtention de l INR cible. Il en est de même en cas d introduction d une nouvelle thérapeutique, un changement de régime alimentaire. Parfois la cause n est pas identifiée. Dans tous les cas, un contrôle régulier de l INR devra être réalisé jusqu au retour dans la zone cible. Le sous-dosage expose à des complications thrombotiques et doit être rapidement corrigé sous couvert d un contrôle rapproché de l INR. Le surdosage expose au risque hémorragique. En dehors d un INR supérieur à 6 ou d une hémorragie, les mesures correctrices doivent être progressives pour ne pas provoquer un risque thrombotique. 9

17 2.6 Facteurs d instabilité Les interactions médicamenteuses Les interactions médicamenteuses avec les antivitamines K sont nombreuses 21 contre- Association indiquées Associations déconseillées Associations avec précautions d emploi Augmentation de l effet anticoagulation Acide acétylsalicylique : aux doses antalgiques, antipyrétiques et antiinflammatoires en cas d antécédent d ulcère gastroduodénal AINS pyrazolés : toutes formes y compris locales Miconazole (voie générale et gel buccal) Acide acétylsalicylique : aux doses antalgiques, antipyrétiques et antiinflammatoires en l absence d ulcère gastro-duodénal Et anti agrégante en cas d antécédent d ulcère gastro-duodénal AINS non pyrazolés 5 fluoro-uracile, Tégafur et Capecitabine Allopurinol Amiodarone 22 Androgènes Anticonvulsivant (rarement) Phénytoïne Antidépresseurs inhibiteur de la recapture de la sérotonine Benzbromarone Céphalosporines Cimétidine par diminution du métabolisme hépatique Diminution de l effet coagulant : risque de surdosage à l arrêt Millepertuis : par effet inducteur enzymatique Aminogluthétimide (warfarine et acénocoumarol) par augmentation du métabolisme hépatique Anticonvulsivant inducteurs enzymatiques : Carbamazépine, fosphénytoïne, phénobarbital, phénitoïne, primidone par augmentation du métabolisme hépatique de l AVK Aprepitant Azathioprine Bosentan 10

18 Associations précautions d emploi avec Cisapride Clopidogrel Colchicine Cotrimoxazole Cyclines Danazol Econazole quelle que soit la voie d administration 23 par inhibition compétitive au niveau du cytochrome CYP2C9 entrainant une diminution du catabolisme de l AVK Fibrates Fluconazole, itraconazole,voriconazole Fluoroquinolones Glucocorticoïdes sauf hydrocortisone en traitement substitutif Héparines de bas poids moléculaires et apparentés, héparines non fractionnées Hormones thyroïdiennes Inhibiteurs de l HMG CoAréductases (statines) Macrolides 24 Nitro-5-imidazolés Orlistat Paracétamol en cas de prise à 4g/j pendant au moins 4 jours Pentoxifylline Proguanil Propafénone Sulfaméthoxazole, sulfafurazole, sulfaméthizol Tamoxifène Tibolone Tramadol Viloxazine Vitamine E au-delà de 500 mg/j Alphatocophérol Colestyramine Griséofulvine Mercaptopurine Névirapine,Efavirenz Rifampicine Ritonavir Sucralfate : diminition de l absorption de l AVK prise à distance ( plus de 2h) 11

19 2.6.2 Interactions avec l alimentation Avec l alcool Si une consommation modeste, chez un patient ayant une fonction hépatique normale n a pas de retentissement, une intoxication aigüe peut provoquer un surdosage de l antivitamine K. Une intoxication chronique peut voir une diminution de l effet des anticoagulants par induction enzymatique ou une augmentation en cas de cirrhose L apport exogène de vitamine K Elle diminue l effet des antivitamines K par effet de compétition. Les aliments les plus riches en vitamines K sont de manière générale les légumes verts (choux, brocolis, épinards, laitue, asperges ) Il est plus simple d avoir une consommation régulière que de réaliser un régime d éviction. L apport régulier de vitamine K prévient une instabilité de l INR. Un apport par voie orale de 100 à 200 µg/j de vitamine K est possible (recommandation grade IIb) en cas d INR l instable sans autre cause retrouvée Les autres aliments, la phytothérapie Des accidents de surdosage ont été décrits avec le pamplemousse, le cranberry, les omégas 3. Au contraire, le millepertuis diminue l action anticoagulante par induction enzymatique La fixation protéique Les antivitamines K sont fortement liées à l albumine. Seule la fraction libre est active et métabolisée. L état nutritionnel et particulièrement un taux d albumine bas influe sur la stabilité de l INR La fonction rénale L élimination des antivitamines K se fait par voie urinaire prépondérante d où un risque d accumulation et de surdosage en cas d insuffisance rénale. 12

20 2.7 Conduite à tenir en cas de surdosage ou de situation d urgence La conduite à tenir en cas de surdosage ou de situation d urgence, intervention chirurgicale non programmée est bien codifiée En cas de surdosage sans hémorragie INR mesuré INR cible entre 2 et 3 INR < 4 Diminution de la posologie Pas de saut de prise Pas d apport de vitamine K 4 INR 6 Saut d une prise Pas d apport de vitamine K 6 INR < 10 Arrêt du traitement par antivitamine K Vitamine K per os : 1 à 2 mg INR 10 Arrêt du traitement par antivitamine K Vitamine K per os 5 mg Dans tous les cas, l INR doit être contrôlé le lendemain et le schéma thérapeutique précédent est répété en cas de persistance des troubles ; la surveillance ultérieure doit être menée comme lors de l instauration du traitement En cas d hémorragie grave L hémorragie grave est définie par : - une hémorragie extériorisée non contrôlable ou avec instabilité hémodynamique - la nécessité d un geste hémostatique urgent ou d une transfusion de concentré globulaire - une localisation menaçant le pronostic vital ou fonctionnel. Il peut s agir d une hémorragie intracrânienne ou intraspinale, d une hémorragie intraoculaire ou rétroorbitaire, d un hémothorax, d un hémopéritoine ou d un hémorétropéritoine, d un hémopéricarde, d un hématome musculaire profond ou d un syndrome de loge, d une hémorragie digestive aigue ou d une hémarthrose. L hospitalisation du patient est, dans tous les cas, nécessaire. La prise en charge pré hospitalière permet la médicalisation précoce et une coordination des moyens hospitaliers par 13

21 la régulation du SAMU. Elle permet la restauration de l hémodynamique du patient, une éventuelle transfusion de concentré globulaire et la correction de l INR (apport de vitamine K et/ou de PPSB). Un geste d hémostase chirurgical, endoscopique ou endovasculaire permet de traiter la cause de l hémorragie après correction de l INR En cas d hémorragie non grave Il s agit d une hémorragie, sans retentissement hémodynamique ni menace du pronostic vital ou d un pronostic fonctionnel. Le contrôle de l INR doit être réalisé en urgence. La vitamine K est indiquée si elle est associée à un surdosage. Une hémorragie non contrôlable par des moyens thérapeutiques simples doit conduire à l hospitalisation En cas de traumatisme En cas de traumatisme cérébral, thoracique ou abdominal, il est recommandé d hospitaliser le patient et de réaliser un scanner cérébral Réintroduction des antivitamines K après une hémorragie grave Dans le cas d une hémorragie intracrânienne : - Chez un patient porteur d une prothèse valvulaire mécanique, la reprise d une anticoagulation au long cours s impose après une fenêtre thérapeutique de normocoagulation de 1 à 2 semaines - Chez un patient ayant une arythmie complète par fibrillation atriale non valvulaire, l arrêt définitif du traitement anticoagulant, en cas de localisation hémorragique hémisphérique, est recommandé. - Chez un patient ayant une maladie thromboembolique veineuse, une fenêtre thérapeutique de normocoagulation de 1 à 2 semaines est proposée. En cas de pathologie thromboembolique datant de moins de 1 mois, la mise en place d un filtre cave peut être discutée Dans les autres cas d hémorragies graves Une fenêtre thérapeutique de 48 à 72 heures, à moduler en fonction du risque thromboembolique, est proposée. La reprise de l anticoagulation est d autant plus précoce qu un geste hémostatique a été réalisé et garantit une faible probabilité de récidive. 14

22 2.8 Relais des antivitamines K par les nouveaux anticoagulants oraux L antivitamine K étant arrêté, o Le Pradaxa peut être introduit lorsque l INR est inférieur à 2 o Le Xarelto peut être introduit lorsque l INR est égal ou inférieur à 3 si l indication est la prévention des accidents thrombo-emboliques dans le cadre d une fibrillation atriale non valvulaire, ou inférieur à 2,5 s il s agit du traitement des thromboses veineuses ou d une embolie pulmonaire. o Le traitement par Eliquis est commencé quand l INR est inférieur 2. 3 Les anticoagulants d action spécifique Pour la Haute Autorité de Santé, ils sont une alternative face à une instabilité de l INR, d une mauvaise tolérance du traitement par antivitamine K ou de la surveillance de l INR 28 ; le traitement par antivitamine K restant le traitement de référence. Les indications sont différentes en fonction du contexte clinique et de l anticoagulant et de son dosage 29. Nous n aborderons pas le traitement préventif des thromboses post opératoire après prothèse totale de hanche et genou Fibrillation atriale non valvulaire Pour l European Society of Cardiologie, les nouveaux anticoagulants sont indiqués en première intention dans la fibrillation atriale non valvulaire associée à un score de score CHA2DS-VASC supérieur à 2 (recommandation grade IA, de niveau B), et après évaluation du rapport bénéfice/risque par le HAS-BLED Score (grade IIa, niveau B), Un groupe d expert de la Société Française de Cardiologie et la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie a élaboré un consensus sur la prise en charge de la fibrillation atriale chez le sujet âgé, qui précise la nécessité de respecter une contre-indication en cas de clearance de créatinine, évaluée par la formule de Gault et Cockcroft, inférieure à 30 ml/mn et préconise d évaluer les risque hémorragique en utilisant le score HEMORR2AGES. L indication pour le traitement préventif des complications thrombo-emboliques de la fibrillation atriale non valvulaire avec facteurs de risque a été retenu pour le Pradaxa 150 et , le Xarelto 20 et et l Eliquis 5 et Eliquis 2,

23 3.1.2 Thromboses veineuses et embolie pulmonaire Le Xarelto 20 et le Xarelto ont également l AMM dans le traitement des thromboses veineuses profondes et de l embolie pulmonaire. 3.2 Pradaxa 37 Le Pradaxa est une pro-drogue : le dabigatran étexilate est métabolisé en dabigatran substrat de la protéine P 38. Il est éliminé sous forme inchangée par voie urinaire 39. Sa fixation protéique est faible Prévention des accidents thromboemboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire 40 Posologie usuelle Pradaxa 150 mg 2 x / j Pradaxa 110 mg 2 x / j Insuffisance rénale modérée : clearance de la créatinine entre 30 et 50 ml/mn par la formule de Cockcroft sans autre facteur de risque A partir de 2 facteurs de risque: -Age de 75 ans à 80 ans -Insuffisance rénale modérée : clearance de la créatinine par la formule de Cockcroft entre 30 et 50 ml/mn - Gastrite, oesophagite ou reflux gastro-oesophagien - Quinidine - Amiodarone - Clarithromycine, Erythromycine Age > 80 ans Risque hémorragique élevé, HAS-BLED score 3 Association au Vérapamil Contre-indications Insuffisance rénale avec une clearance de la créatinine, évaluée par la formule de Gault et Cockcroft, inférieure à 30 ml/mn Saignements, troubles de l hémostase ou lésions susceptibles de saigner, Interventions neurochirurgicales ou ophtalmologiques récentes Atteintes hépatiques avec coagulopathie 16

24 3.2.3 Précautions d emploi Antécédent d ulcère gastro-duodénal Chimiothérapie Poids inférieur à 50 kg HAS-BLED score 3 Clearance de la créatinine par la formule de Gault et Cockcroft entre 30 et 50 ml/mn Interactions médicamenteuses 41 Contre-indications associations recommandées ou non Augmentation du risque hémorragique impliquant une diminution de la posologie : Pradaxa 110 Diminution de la posologie en cas de présence d autres facteurs de risque Pradaxa 110 Augmentation du risque hémorragique Anti agrégants plaquettaires Anticoagulants Anti inflammatoire IRS, IRSNA Anti inflammatoiress : tous y compris les inhibiteurs sélectifs de la COX-2 Aspirine quelle que soit la dose et l indication Antifongiques : kétoconazole, voriconazole Dronédarone itraconazole, posaconazole, Immunosuppresseur : cyclosporine, tacrolimus Inhibiteurs des protéases : ritonavir Vérapamil Amiodarone Quinidine Macrolides : érythromycine clarithromycine, Efficacité insuffisante avec risque de thrombose Anti convulsivants inducteurs enzymatiques 42 : carbamazépine, fosphénytoïne, pénytoïne phénobarbital, primidone Millepertuis (Hypericum perforatum ou St John s Wort) Rifampicine 17

25 3.2.5 Relais Pradaxa par un antivitamine K L antivitamine K est introduit - 3 jours avant l arrêt du Pradaxa si la clearance de la créatinine est supérieure ou égale à 50 ml/mn - 2 jours avant l arrêt du Pradaxa si la clearance de la créatinine est comprise entre 30 et 50 ml/mn Dans les 48 h suivant la dernière prise de Pradaxa, l INR n est pas fiable. 3.3 Rivoxaban 43 Le rivoxaban est métabolisé au niveau du cytochrome P par les isoenzymes CYP 3A4 et CYP 2J2. C est également un substrat de la glycoprotéine P. Il est excrété au niveau rénal sous forme inchangée. Les médicaments diminuant la filtration rénale (AINS, IEC, sartans, Aliskirène) exposent à un risque de surdosage et d accident hémorragique. 45 Les inhibiteurs de la glycoprotéine P augmentent la concentration plasmatique des nouveaux anticoagulants (antifongiques azolés, inhibiteurs calciques, amiodarone, quinidiniques, statine) Les inhibiteurs de l isoenzyme CYP3A4 diminuent le métabolisme du rivoxanban : amiodarone, diltiazem, vérapamil Sa fixation protéique est élévée (supérieure à 90 %), essentiellement avec l albumine sérique Schémas posologiques Prévention des accidents thrombo-emboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire 46 Posologie usuelle Xarelto 20 mg Xarelto 15 mg Xarelto 20 mg 1 prise par j Xarelto 15 mg 1 prise par j Insuffisance rénale modérée à sévère : clearance de la créatinine par la formule de Cockcroft entre 30 et 49 ml/mn 18

26 Traitement des thromboses veineuses profondes et de l embolie pulmonaire 47 Posologie usuelle Clearance de la créatinine supérieure ou égale à 60 ml/mn: Clearance de la créatinine par la formule de Cockcroft entre 30 et 49 ml/mn Xarelto 15 1 cp matin et soir pendant 3 semaines - puis Xarelto 20 mg en 1 cp par jour Xarelto 15 mg matin et soir pendant 3 semaines - puis Xarelto 15 1 cp par jour Contre-indications Insuffisance rénale avec une clearance de la créatinine, évaluée par la formule de Gault et Cockcroft, inférieure à 30 ml/mn Saignements, troubles de l hémostase dont thrombopénie Interventions neurochirurgicales ou ophtalmologiques récentes Atteintes hépatiques avec coagulopathie, cirrhose hépatique avec score de Child Pugh classe B ou C Précautions d emploi Antécédent d ulcère gastro-duodénal Chimiothérapie Poids inférieur à 50 kg HAS-BLED score 3 19

27 3.3.4 Interactions médicamenteuses Contre-indications ou associations déconseillées Diminution de la posologie si association à d autres facteurs de risque (cf précautions d emploi) Augmentation du risque hémorragique Anti agrégants plaquettaires Anticoagulants Anti inflammatoire IRS, IRSNA Antifongiques : itraconazole, kétoconazole, posaconazole, voriconazole Immunosupresseurs : cyclosporine, tacrolimus Dronédarone Inhibiteurs de la protéase du VIH : ritonavir Inhibiteurs du CYP3A4 : amiodarone, diltiazem, vérapamil Amiodarone Fluconazole Macrolides : clarithromycine, érythromycine, télithomycine Quinidine Efficacité insuffisante avec risque de thrombose Anti convulsivants inducteurs enzymatiques : carbamazépine, fosphénytoïne, pénytoïne phénobarbital, primidone Millepertuis (Hypericum perforatum ou St John s Wort) Rifampicine Relais Xarelto par un antivitamine K Le Xarelto est donné conjointement à l antivitamine K à dose standard jusqu à un INR est supérieur ou égal à 2 puis le Xarelto est arrêté. L INR est fiable 24h après la dernière prise de Xarelto. 3.4 Apixaban 48 L Apixan est un inhibiteur de l anti Xa. Les voies d élimination de l'apixaban sont multiples. Environ 25% de la dose administrée chez l homme est retrouvée sous forme de métabolites, la majorité étant retrouvée dans les selles. L Apixaban est métabolisé principalement par le CYP3A4/5 ; c est un substrat de la P- gp. Sa fixation protéique est élevée ( 87 %). 20

28 3.4.1 Prévention des accidents thromboemboliques dans la fibrillation atriale non valvulaire 49 Posologie usuelle Eliquis 5 mg Eliquis 2,5 mg 2 x / j Eliquis 5 mg 2 x / j A partir de 2 facteurs de risque: -Âge supérieur à 80 ans -Créatinine sérique supérieure ou égale à 1,5 mg/dl ou 133 µmoles/l sauf si la clearance de la créatinine est inférieure à 30 ml/mn (cf contre indications) Poids inférieur ou égal à 60 kg Contre-indications Insuffisance rénale avec une clearance de la créatinine, évaluée par la formule de Gault et Cockcroft, inférieure à 30 ml/mn Saignements, troubles de l hémostase ou lésions susceptibles de saigner, Interventions neurochirurgicales ou ophtalmologiques récentes Atteintes hépatiques avec coagulopathie, varices oesophagiennes, Affection maligne avec risque de saignement Précautions d emploi Antécédent d ulcère gastro-duodénal, cirrhose non compliquée (Child Pugh A ou B 50, 51 ), bilan hépatique perturbé 21

29 3.4.4 Interactions médicamenteuses Contre-indications associations recommandées ou non Augmentation du risque hémorragique Anti agrégants plaquettaires Anticoagulants Anti inflammatoire IRS, IRSNA Anti inflammatoiress : tous y compris les inhibiteurs sélectifs de la COX-2 Aspirine quelle que soit la dose et l indication Antifongiques azolés : itraconazole, kétoconazole, posaconazole, voriconazole Efficacité insuffisante avec risque de thrombose Anti convulsivants inducteurs enzymatiques 52 : carbamazépine, fosphénytoïne, pénytoïne phénobarbital, primidone Diltiazem Millepertuis (Hypericum perforatum ou St John s Wort) Inhibiteurs de protéase du VIH : ritonavir Rifampicine Relais par un antivitamine K L antivitamine K est introduit pendant 2 jours Le contrôle de l INR est fait avant la prise suivante d Eliquis. Le traitement par Eliquis est interrompu quand l INR est supérieur ou égal à Précautions d emploi des nouveaux anticoagulants oraux L observance thérapeutique Les nouveaux anticoagulants ont une demi-vie courte ce qui, en cas de mauvaise observance, entraine une inefficacité du traitement et un risque thrombo-embolique La fonction rénale Un des facteurs de risque d hémorragie étant l insuffisance rénale, il convient de doser la créatinine et de calculer la clearance de la créatinine avec la formule de Gault et Cockcroft avant d initier le traitement, puis 22

30 - au moins une fois par an si la clearance de la créatinine est supérieure à 60 ml/mn ; - au moins deux fois par an si la clearance est comprise entre 30 et 60 ml/mn et chez les patients âgés de plus de 75 ans ou dont le poids est inférieur à 60 kg. Un contrôle est également nécessaire lors de tout épisode pouvant influer sur la fonction rénale : déshydratation, infection 3.6 Conduite à tenir en cas d hémorragie avec les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants comme les antivitamines K sont à l origine d hémorragies pouvant engager le pronostic vital Le risque hémorragique Il est globalement similaire à celui des antivitamines k avec : - un risque d hémorragies gastro-intestinales plus élevé et, - un risque d hémorragies intracrâniennes moins élevé Les tests de coagulation Il n existe pas de test de la coagulation disponible en routine. Le temps de thrombine (TT) est extrêmement sensible au Pradaxa : une valeur normale permettrait d'exclure sa présence dans le plasma. De même, un test anti-xa normal, permettrait d'exclure la présence de Xarelto ou d Eliquis dans le plasma. A l opposé, un résultat élevé ne permet pas de préjuger du niveau d anticoagulation Prise en charge En cas d hémorragie majeure, il n existe pas d antidote spécifique. Il convient d arrêter le traitement par anticoagulant oral, d orienter rapidement le patient vers un service spécialisé. L utilisation de charbon activé peut être utile. La dialyse peut être proposée en cas d hémorragie majeure sous Dabigatran Le PPSB est proposé en cas d urgence vitale et d hémorragie ne réagissant pas aux mesures de correction de l hémodynamique et de transfusion. 23

31 4 Usage des anticoagulants oraux à l EHPAD de Marchenoir en Il s agit d une étude rétrospective concernant les patients traités pendant au moins 3 mois par antivitamine K entre janvier 2011 et décembre Cette population a été suivie jusqu à la fin mars Caractéristiques générales 4.2 Population de référence La population totale comprend 113 résidents ; la moyenne d âge globale est de 86 ans. Elle comprend : à 98 ans) et 105 ans - 41 hommes (36 % du total) avec une moyenne d âge 84 ans et des extrêmes de 63 ans - 72 femmes (64 % du total) avec une moyenne d âge 87 ans et des extrêmes de 63 à 4.3 Etude clinique Le traitement par antivitamine K concerne 20 résidents soit 18 % de la population totale avec une moyenne d âge de 88,4 ans +/- de 7,4 des valeurs extrêmes de 71 à 105 ans. Elle comprend : - 6 hommes (43 % du total) et une moyenne d âge de 88,7 ans +/- 9,2, médiane 89 et des extrêmes de 71 à 98 ans et - et 14 femmes (57 % du total) et une moyenne d âge de 89 +/- 6,8, médiane 89 ans et des extrêmes de 79 à 105 ans. Nous observons une surreprésentation des hommes par rapport à la population de référence et des moyennes d âge plus élevées tant chez les femmes que chez les hommes 24

32 hommes âge moyen : 86,8 ans Ecart type : 9,2 ans 70 à 74 ans 75 à 79 ans Répartition par sexe et par classe d'âge 80 à 84 ans à 89 ans à 94 ans 1 95 à 99 ans 14 femmes âge moyen : 89 ans écart type 6,8 ans 1 1 plus de 100 ans hommes femmes Seul n a pas été inclus le dossier d un patient hémodialysé en fibrillation auriculaire, dont le suivi est assuré par l équipe de néphrologues qui l a en charge. Répartition par GIR et proportion de patient traité par groupe iso-ressource GIR Population totale Groupe AVK GIR 1 35 (31 % de la population totale) 1 (5 % de la population traitée) GIR 2 35 (31 % de la population totale) 8 (40 % de la population traitée) GIR 3 19 (17 % de la population totale) 4 (20 % de la population traitée) GIR 4 13 (11 % de la population totale) 4 (20 % de la population traitée) GIR 5 5 (4 % de la population totale) 2 (10 % de la population traitée) GIR 6 6 (5 % de la population totale) 1 (5 % de la population traitée) Total (18 % de la population totale) Les GIR 2, 4, et 5 sont surreprésentés dans la population traitée par rapport à la population totale 4.4 Les anticoagulants oraux utilisés Actuellement, seuls les antivitamines K sont utilisés à l EHPAD de Marchenoir. La Fluindione est l antivitamine K le plus souvent représenté : 14 dossiers soit 70 % des prescriptions La Warfarine a été introduite fin 2011 au livret thérapeutique. Elle est utilisée - lorsque l équilibrage de l INR est difficile à obtenir sous Fluindione 54, 3 dossiers, 25

33 - ou, dès l instauration du taitement, 3 dossiers ; soit au total 30 % des prescriptions d antivitamine K. L acétocoumarol est d utilisation ponctuelle. Il concerne, un seul patient hémodialysé, dont le traitement est géré directement par nos confrères néphrologues. Ce patient au profil particulier, n a pas été inclus dans notre étude. 4.5 Les indications Les indications du traitement anticoagulant sont - une fibrillation atriale dans 17 cas soit 85 % des cas (15 % de la population totale), - une thrombose veineuse du membre inférieur dans 2 cas, - une embolie pulmonaire dans 2 cas, soit 15 % des cas pour les indications thromboemboliques (4 % de la population totale). Le total est de 21 pour 20 dossiers, une résidente ayant présenté une phlébite puis une embolie pulmonaire en deux épisodes distincts. 4.6 Efficacité du traitement par anticoagulant oral 55 La répartition des INR par tranche montre, qu au cours de la période étudiée, 165 INR ont été supérieur à 3 soit 13,6 % des dosages 10 INR; 1; 0% 6 INR < 10; 4; 0% 4 INR < 6; 21; 2% 3,2 < INR < 4; 72; 6% Répartition des INR : nombre total d'inr INR < 1,8; 246; 20% 1,8 INR < 2; 148; 12% 3 < INR 3,2; 67; 6% 2 INR 3; 650; 54% Seuls 2 résidents (10 %) n ont pas eu de surdosage, l INR restant durant la durée de l étude, inférieur à 3. 26

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Rapport Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Référentiel COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Médicaments cardiovasculaires Agonistes adrénergiques Antagonistes adrénergiques Antiarythmiques Inotropes (cardiotoniques) Douleur Agonistes opioïdes Sédatifs

Plus en détail

LES ANTICOAGULANTS ORAUX

LES ANTICOAGULANTS ORAUX LES ANTICOAGULANTS ORAUX PIERRE-XAVIER FRANK, PHARMACIEN QUELQUES CHIFFRES POUR DÉBUTER: ANTICOAGULANTS ET IATROGÉNIE (ÉTUDE EMIR 2008 ET ENEIS 2009) Près de 1,2 millions de patients sont traités en France

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail

E05 - Antivitamines K (AVK)

E05 - Antivitamines K (AVK) E05-1 E05 - Antivitamines K (AVK) Les antivitamines K (AVK) sont des anticoagulants actifs par voie orale. 1. Mode d action Les AVK inhibent la carboxylation hépatique des facteurs vitamine K dépendants

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

Warfarine, à vos marques prêts partez!

Warfarine, à vos marques prêts partez! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Warfarine, à vos marques prêts partez! Martin Lacasse et Marie-Claude Descarreaux Vous voulez prescrire de la warfarine? Lisez ce qui suit! Tableau I Indications

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU APHAL - 24/09/2013 Dr Sébastien BUFFLER - Cardiologue Audrey FUSS - Interne en pharmacie Contexte

Plus en détail

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Bon usage Mise au point sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit que dans les indications validées, après évaluation individuelle

Plus en détail

New oral anticoagulants, treatment of lower limbs deep venous thrombosis and non-valvular atrial fibrillation: a call to information!

New oral anticoagulants, treatment of lower limbs deep venous thrombosis and non-valvular atrial fibrillation: a call to information! Éditorial Sang Thrombose Vaisseaux 2012 ; 24, n o 6 : 261-5 Nouveaux anticoagulants dans la prise en charge de la pathologie thromboembolique veineuse et du risque thromboembolique de la fibrillation atriale

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pôle Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG/Katia MULLER Pierre-Antoine FONTAINE (fontaine.pa@chu-nice.fr) 1 RAPPEL Pôle 1- L hémostase primaire

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie Webinaire de l INESSS présenté par Mélanie Tardif,

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Web conférence anticoagulants

Web conférence anticoagulants Web conférence anticoagulants Dr Nadjib Hammoudi Praticien hospitalier Institut de Cardiologue-Hôpital de la pitié Salpêtrière Dr Chantal Amoudry Cardiologue libérale Iatrogénie et AVK Plus de 1% de la

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Fibrillation auriculaire*

Fibrillation auriculaire* ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Fibrillation auriculaire* * Rédaction conforme au décret n 2011-77 du 19 janvier 2011. La fibrillation auriculaire est aujourd hui désignée par le terme «fibrillation

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

ANTIVITAMINES K (AVK)

ANTIVITAMINES K (AVK) AGENCE FRANÇAISE de SÉCURITÉ SANITAIRE des PRODUITS de SANTÉ ANTIVITAMINES K (AVK) Information destinée au professionnel de santé Texte utilisé pour la rédaction des AMM. Ce texte a été approuvé le 16

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES

UNIVERSITE DE NANTES UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2014 N THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Diplôme d études spécialisées en médecine générale Par Monsieur MÉAR François-Xavier Né le 24 Février

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

02/06/15 LES ANTICOAGULANTS. Temps plaque:aire. clou hémosta8que ou thrombus blanc. Ac8va8on Adhésion Agréga8on

02/06/15 LES ANTICOAGULANTS. Temps plaque:aire. clou hémosta8que ou thrombus blanc. Ac8va8on Adhésion Agréga8on 02/06/15 Les 3 étapes de l'hémostase LES ANTICOAGULANTS u Hémostase primaire Temps vasculaire Vasoconstric8on Temps plaque:aire Ac8va8on Adhésion Agréga8on - Transforma8on de la prothrombine en thrombine

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

AGENCE FRANÇAISE de SÉCURITÉ SANITAIRE des PRODUITS de SANTÉ

AGENCE FRANÇAISE de SÉCURITÉ SANITAIRE des PRODUITS de SANTÉ AGENCE FRANÇAISE de SÉCURITÉ SANITAIRE des PRODUITS de SANTÉ SCHÉMA COMMUN ANTIVITAMINES K (AVK) Information destinée au professionnel de santé Texte utilisé pour la rédaction des AMM Ce texte a été approuvé

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold 1 Quelle est la dose recommandée de Xarelto dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale orthopédique majeure

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs

Les anticoagulants oraux directs Les anticoagulants oraux directs Pr Nadine Ajzenberg Département d hématologie et d Immunologie Biologiques Hôpital Bichat, Paris nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 13 février 2015 Anticoagulants oraux directs

Plus en détail