Périmètre des études, recherches ou évaluations concernées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Périmètre des études, recherches ou évaluations concernées"

Transcription

1 Guide d utilisation de la plateforme de soumission d un traitement de données à caractère personnel dans le cadre d une recherche, étude ou évaluation en santé n impliquant pas la personne humaine Périmètre des études, recherches ou évaluations concernées Sont concernées les recherches dans le domaine de la santé qui relèvent du chapitre IX de la loi Informatique et Libertés et qui n appartiennent pas aux recherches impliquant la personne humaine. Sont en particulier visés les projets reposant sur la réutilisation de données de santé à caractère personnel (par exemple celles issues de dossiers médicaux, d un registre agréé, de cohortes existantes ou du Système National des Données de Santé (SNDS) et ses composantes) qui ne seraient pas éligibles à la méthodologie de référence MR-003. Ce formulaire ne concerne pas les recherches interventionnelles ou non interventionnelles en santé impliquant la personne humaine au sens de l article R du code de la santé publique. Ces recherches sont prises en charge par la Commission Nationale des Recherches Impliquant la Personne Humaine (CNRIPH) avant transmission à un Comité de Protection des Personnes (CPP). Les recherches, études ou évaluations qui avaient été autorisées dans le cadre de l ancienne procédure peuvent être modifiées auprès de l INDS grâce à un formulaire spécifique. Pour plus de détails, consultez la FAQ sur le site de l INDS. Point de vigilance La loi n de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 ayant fait de la notion d intérêt public un critère de l accès aux données de santé, l INDS pourra en outre émettre un avis sur le caractère d intérêt public de votre étude au plus tard dans un délai d 1 mois dans le cas d une saisine par le Ministère de la Santé, de la CNIL ou d une auto-saisine de l Institut. Dans ce dernier cas, l auto-saisine devra intervenir au plus tard dans les 7 jours suivant l avis du CEREES. Il est donc important qu un argumentaire sur ce critère soit développé dans le résumé et le protocole d étude accompagnant votre demande. Concernant les données à caractère personnel du SNDS 1, deux finalités de traitement sont interdites selon les termes de cette même loi : «1 La promotion des produits mentionnés au II de l'article L en direction des professionnels de santé ou d'établissements de santé ; 2 L'exclusion de garanties des contrats d'assurance et la modification de cotisations ou de primes d'assurance d'un individu ou d'un groupe d'individus présentant un même risque.» Version du

2 Pour toutes questions : Version du

3 Table des matières 1. Composition de votre dossier et circuit d instruction... 4 Pièces constitutives du dossier et éléments de bonne soumission... 4 Comment l INDS prend en charge votre dossier? Quelques éléments clés pour vous aider à déposer votre demande... 6 Qui doit déposer la demande?... 6 Qui doit signer la déclaration publique d intérêt? Guide utilisation de la plateforme TPS GLOSSAIRE ANNEXES Version du

4 1. Composition de votre dossier et circuit d instruction Le dossier de demande requiert un certain nombre d informations obligatoires prévues par le décret d application de la loi Informatique et Libertés tel que modifié le 26 décembre Pièces constitutives du dossier et éléments de bonne soumission Sont attendus pour un dossier complet, outre le présent formulaire complété et signé : - Un résumé de l'étude, recherche ou évaluation selon la grille retenue par le CEREES (cf. Partie «Pièce jointe» en fin de formulaire - Document «Résumé de la recherche, de l étude ou l évaluation» ). Ce résumé doit impérativement être rédigé en français (5 pages maximum) - Un protocole scientifique incluant au moins les précisions demandées dans le résumé. Le protocole peut être soumis en anglais - La / les déclaration(s) d intérêt du(es) responsable(s) de traitement et/ou du responsable de la recherche (cf. Partie «Pièce jointe» - «Déclaration publique d intérêt») - La demande d autorisation CNIL pré-remplie (cf. Partie «Pièce jointe» -«Demande d autorisation CNIL» et «Annexe CNIL hors UE»). - La lettre / notice d information aux personnes concernées, de non opposition et/ou de consentement le cas échéant - La liste des financeurs de l étude, le cas échéant - L avis émis par le comité scientifique et/ ou éthique qui a / ont évalué le projet et la composition de ce(s) comité(s), le cas échéant L ensemble de ces éléments doit être déposé sur la plateforme de dépôt de dossier accessible depuis le site de l INDS : Afin que votre dossier puisse être instruit, il est rappelé que les experts du CEREES doivent pouvoir disposer d un délai minimal de 14 jours avant la session mensuelle de ce comité auquel il convient d ajouter le délai d enregistrement de l INDS et de saisine du CEREES. Comment l INDS prend en charge votre dossier? A la suite du dépôt de votre dossier auprès de l INDS, ce dernier : - L enregistre, vérifie sa bonne orientation et sa complétude. A défaut, l INDS se rapprochera du demandeur pour disposer des compléments ; - Le transmet ensuite sous 7 jours au Comité d Expertise pour les Recherches les Etudes et les Evaluations dans le domaine de la Santé (CEREES) pour évaluation et avis. A l expiration d un délai d 1 mois à compter de la date de réception du dossier complet par le comité, l avis dudit comité est réputé favorable ; - Réceptionne l avis du CEREES et le transmet au demandeur : Si l avis émis par le CEREES est favorable avec ou sans recommandations : l INDS dépose votre dossier à la CNIL pour autorisation ; Si l avis émis par le CEREES est réservé ou défavorable, le demandeur peut soit : Version du

5 Compléter son dossier en vue d un nouvel examen par le comité ; Demander à l INDS de saisir la CNIL pour autorisation. Dans tous les cas de soumission à la CNIL, l avis émis par le CEREES sera transmis par l INDS. Aux différentes étapes de ce circuit, l INDS vous tiendra informé(e) de l avancement de votre dossier. Version du

6 2. Quelques éléments clés pour vous aider à déposer votre demande Qui doit déposer la demande? La demande doit être déposée et signée soit par le responsable de traitement de l étude, recherche ou évaluation, soit par le responsable de sa mise en œuvre pour le compte du responsable de traitement dans le cas d une étude sous-traitée à ce dernier ou un service mandaté à cet effet. Qui est le responsable de traitement? Le «responsable de traitement» pour les études, recherches ou évaluations n impliquant pas la personne humaine est l équivalent du «promoteur» pour les recherches impliquant la personne humaine. Il détermine l objectif du projet et les moyens de l atteindre mais cela ne veut pas nécessairement dire qu il accède aux données et qu il réalise lui-même la recherche. C est lui qui est juridiquement responsable de l étude. L autorisation de la CNIL, le cas échéant, sera libellée à son attention. Qui est le responsable de la mise en œuvre? Le responsable de la mise en œuvre est le responsable scientifique, l équivalent de «l investigateur coordonnateur» pour les recherches impliquant la personne humaine. C est généralement la personne physique qui rédige le protocole scientifique et supervise la manipulation des données. Dans le cadre d une prestation par exemple, il peut, pour le compte du responsable de traitement, être amené à déposer un dossier auprès de l INDS. Qui est le financeur? Le financeur est l organisme qui fournit tout ou partie des capitaux nécessaires à la réalisation de l étude, recherche ou évaluation. S il est identique au responsable de traitement, ce champ n est pas à remplir. Que veut dire «autorité publique à l origine de la demande»? Il s agit principalement de l ensemble des études, recherches ou évaluations règlementaires demandées par une autorité publique telle que, par exemple, la HAS, l ANSM, le CEPS, le plus souvent en vue de la mise sur le marché ou le remboursement de médicaments ou dispositifs médicaux. L autorité est à l origine de la demande, mais ne la finance pas ni n en assume la responsabilité scientifique. Version du

7 Etude commanditée, financée et mise en œuvre par une équipe de recherche d un CHU Etude demandée par le CEPS à un laboratoire pharmaceutique et réalisée par un bureau d études Etude financée dans le cadre d un appel à projets, conçue et mise en œuvre par une unité INSERM Etude commanditée par une association, financée en partie par cette dernière et mise en œuvre par un bureau d études Responsable de traitement Responsable de la mise en œuvre CHU Laboratoire pharmaceutique Bureau d études INSERM Association Bureau d études Financeur = Responsable de traitement Organisme de l appel d offre Association et fondation Autorité publique Non concerné CEPS Non concerné Non concerné Qui doit signer la déclaration publique d intérêt? La déclaration publique d intérêt complétée et signée par le responsable de traitement et le responsable de mise en œuvre de traitement constituent des pièces constitutives de tout dossier de soumission. Cas particulier des études faisant l objet d une prestation : Les laboratoires de recherche ou bureaux d études (LRBE) réalisant des études, recherches ou évaluations nécessitant l utilisation des données du SNDS pour le compte d un industriel ou d un assureur sont soumis aux dispositions de l arrêté du 17 juillet 2017 portant référentiel applicable aux LRBE. Ce dernier prévoit en son article 5 que le responsable du LRBE communique à l appui du dossier de demande d accès au SNDS une «déclaration d intérêts en rapport avec l objet du traitement» selon le modèle annexé à l arrêté et reproduit sur la plateforme (cf. Partie «Pièce jointe» - «Déclaration publique d intérêt) Il est précisé que les salariés du LRBE ou prestataires impliqués dans la mise en œuvre du projet attestent dans la même déclaration de l absence de conflit d intérêts avec l objet du traitement Guide d utilisation de la plateforme TPS Connexion au formulaire de demande d études ou de recherches n impliquant pas la personne humaine Version du

8 Connexion au portail TPS via un identifiant Ameli, une adresse laposte.net, identifiant impôts Connexion au portail TPS via une adresse mail. S il s agit d une 1 ère connexion inscription préalable via le bouton «créer un compte» La plateforme «TPS» sert de socle à différents formulaires d organismes publics. Dans le cadre d un dossier de recherche, étude ou évaluation dans le domaine de la santé, il est recommandé de se connecter avec l adresse mail professionnelle afin d éviter que des identifiants privés soient recueillis. Page d accueil Plateforme TPS Tous les champs marqués d une * sont obligatoires. Pour autant, dans la page ci-dessus, la date de naissance peut être remplacée par une suite de «0». N oubliez pas de cocher la case «Vos informations personnelles ne seront jamais utilisées dans un but lucratif ou commercial. Elles ne pourront être communiquées à de tierces personnes sans votre accord préalable. Elles pourront en revanche être communiquées aux administrations compétentes afin d'instruire votre dossier, conformément à la déclaration CNIL effectuée par le service TPS. Version du

9 Accès notice d information Via cet onglet vous pouvez accéder à l intégralité de la procédure de demande d étude ou de recherche n impliquant pas la personne humaine Version du

10 Le «responsable de traitement» pour les recherches n impliquant pas la personne humaine est l équivalent du «promoteur» pour les recherches impliquant la personne humaine. Il détermine l objectif du projet et les moyens de l atteindre mais cela ne veut pas nécessairement dire qu il accède aux données et qu il réalise lui-même la recherche. C est lui qui est juridiquement responsable de l étude. L autorisation de la CNIL, le cas échéant, sera libellée à son attention. Version du

11 Le responsable scientifique du projet est l équivalent de «l investigateur coordonnateur» pour les recherches impliquant la personne humaine. C est généralement la personne physique qui rédige le protocole scientifique et supervise la manipulation des données. L article 193 de la loi de modernisation de notre système de santé a instauré une procédure particulière d accès aux données du SNDS et à ses composantes (parmi lesquelles le PMSI) pour les industriels et les assureurs. Ces derniers ont en effet la possibilité de réaliser des traitements avec ces données en ayant recours à des laboratoires de recherche ou bureaux d études. Les laboratoires de recherche ou bureaux d études doivent alors se conformer à un référentiel déterminant les critères de confidentialité, d'expertise et d'indépendance. Ce référentiel a été publié par arrêté : 8.tpdila17v_1?cidTexte=JORFTEXT &dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=i d&idjo=jorfcont La CNIL a par ailleurs fait connaître la procédure à suivre pour se déclarer en conformité avec ce référentiel sur son site : * *Pour plus d information sur l engagement de conformité : Veuillez consulter notre site rubrique MR0003 Version du

12 Version du

13 Le financeur est l organisme qui fournit les capitaux nécessaires à la réalisation du projet. Si vous n avez qu un seul financeur, les zones financeurs 2 et 3 n ont pas besoin d être renseignées. A remplir quand une autorité publique est à l origine d un projet, non pas parce qu elle le finance ou en assume la responsabilité scientifique, mais parce qu elle l impose à un industriel ou un organisme (qui veut mettre un produit sur le marché par exemple). Il s agira le plus souvent de la Haute autorité de santé ou de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Version du

14 Merci d indiquer le titre exact de votre étude, ce dernier sera rendu public. Vous pouvez ensuite mentionner l acronyme associé Cette rubrique concerne les dates de début et de fin de la période à étudier exemple : 01/01/2010 au 31/12/2016 Date à laquelle vous estimez avoir terminé votre étude Version du

15 Version du

16 Cette rubrique associée au formulaire de demande d autorisation CNIL (cf. Partie «Pièce jointe» - «Demande d autorisation CNIL» et «Annexe CNIL hors UE») permet à l INDS de déposer votre demande d autorisation auprès de la CNIL après avis du CEREES. Version du

17 A chaque étape de votre dossier un mail vous sera adressé automatiquement par la plateforme TPS sur l adresse mail renseignée lors de votre connexion, afin de vous permettre de connaître l état d avancement de celui-ci. Vous pouvez adresser des mails directement à la personne en charge de l instruction de votre dossier à l INDS via la rubrique messagerie de votre dossier. Ces messages seront conservés dans la messagerie de votre dossier. Cet onglet permet d écrire directement via la messagerie de la plateforme à la personne en charge de l instruction de votre dossier. N hésitez pas à le contacter par ce biais. Version du

18 4. GLOSSAIRE Autorité publique : Dans le cadre de la procédure d accès relevant de l INDS, on entend par autorité publique l organisme public à l origine de l étude, la recherche ou l évaluation, non pas parce qu il le finance ou en assume la responsabilité scientifique, mais parce qu il la demande à des fins réglementaires notamment pour la mise sur le marché ou le remboursement de médicaments ou dispositifs médicaux. Il s agira le plus souvent de la Haute Autorité de Santé (HAS), l Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), la Direction générale de la santé (DGS) ou encore le Comité économique des produits de santé (CEPS). CEIP : Le CEIP est le Comité d'expertise sur l'intérêt Public placé auprès de l'inds. Il a pour mission de conseiller l INDS sur le caractère d intérêt public présenté par une recherche, étude ou évaluation dans le domaine de la santé, quand l INDS est saisi de la question par le Ministère de la santé, la CNIL ou s il s autosaisit. CépiDC : Il s'agit d'une base de données gérée par l'institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) en collaboration avec l Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui reprend l'ensemble des causes médicales de décès par pathologie depuis Elle est établie à partir des informations collectées dans le certificat de décès. CEREES : Le CEREES est le Comité d'expertise pour les Recherches, les Etudes et les Evaluations dans le domaine de la Santé. Il est saisi, préalablement à la CNIL, de toute demande de mise en œuvre des traitements de données à caractère personnel dans le cadre d une étude, recherche ou évaluation dans le domaine de la santé n impliquant pas la personne humaine. Le CEREES émet un avis sur la méthodologie retenue, sur la nécessité du recours à des données à caractère personnel, sur la pertinence des données demandées par rapport à la finalité de l'étude et, s il y a lieu, sur la qualité scientifique du projet. CNIL : La CNIL est la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés. La CNIL a pour mission générale de veiller à ce que l informatique ne porte atteinte ni à l'identité humaine, ni aux droits de l homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques. Dans le cadre des traitements de données à caractère personnel ayant une finalité d'intérêt public d étude, de recherche ou d'évaluation dans le domaine de la santé, la CNIL a compétence pour autoriser ou refuser leur mise en œuvre, après avis rendus par le CEREES voire l INDS. Pour chaque demande de traitement la Commission vérifie les garanties présentées par le demandeur pour l'application des dispositions de la loi Informatique et libertés, la conformité de la demande aux missions du demandeur et elle statue sur la durée de conservation des données nécessaires au traitement. EGB : L'Echantillon généraliste de bénéficiaires (EGB) est un échantillon représentatif nationalement, sur l âge et le sexe, au 1/97ème des données du SNIIRAM. L EGB contient des données de remboursement de soins hospitaliers (principalement sur le champ du MCO) et ambulatoires de plus de bénéficiaires de l ensemble des régimes suivis sur 20 ans. Version du

19 Financeur : Le financeur est l organisme qui fournit tout ou partie des capitaux nécessaires à la réalisation de l étude, la recherche ou l évaluation. Un projet peut être financé par plusieurs financeurs. PMSI : Le PMSI est le Programme de Médicalisation des Systèmes d'information. Il rassemble des informations sur les séjours hospitaliers à partir du recueil de résumés de sortie standardisés par l Agence Technique de l Information sur l Hospitalisation (ATIH). Responsable de la mise en œuvre de l étude (responsable scientifique) : Le responsable scientifique de l étude, recherche ou évaluation est l équivalent de «l investigateur coordonnateur» pour les recherches impliquant la personne humaine. C est généralement la personne physique qui rédige le protocole scientifique et supervise la manipulation des données. Le responsable peut être salarié du responsable de traitement, travailler pour un bureau d étude ou être indépendant dans le cadre par exemple d une prestation qu il réalise pour le compte du responsable de traitement. Responsable de traitement : Le «responsable de traitement» pour les recherches n impliquant pas la personne humaine est l équivalent du «promoteur» pour les recherches impliquant la personne humaine. Il détermine l objectif du projet et les moyens de l atteindre mais cela ne veut pas nécessairement dire qu il rédige le protocole scientifique, accède aux données et qu il réalise lui-même la recherche, l étude ou l évaluation. Le responsable de traitement est généralement l organisme qui finance principalement le projet et est destinataire des résultats. C est lui qui est juridiquement responsable de l étude. L autorisation de la CNIL, le cas échéant, sera libellée à son attention. SNDS : Le SNDS est le Système National des Données de Santé créé par l article 193 de la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier Il contient pour le moment les données de l'assurance Maladie (SNIIRAM) chainées avec celles des hôpitaux (PMSI). Les causes médicales de décès (CépiDC), les données relatives au handicap (issues des Maisons Départementales des Personnes handicapées - MPDH) ainsi qu'un échantillon de données en provenance des organismes complémentaires d'assurance maladie complèteront prochainement ce système. Le SNDS est géré par la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS). Le SNDS a pour finalité la mise disposition de ces données afin de favoriser les études, recherches ou évaluations présentant un caractère d intérêt public et contribuant à l une des finalités suivantes : L information sur la santé ; La mise en œuvre des politiques de santé ; La connaissance des dépenses de santé ; L information des professionnels et des établissements sur leurs activités ; L'innovation dans les domaines de la santé et de la prise en charge médico-sociale ; La surveillance, la veille et la sécurité sanitaires. SNIIRAM : Le SNIIRAM est le Système National d Information Inter Régimes de l Assurance Maladie. C est une base de données médico administratives faiblement médicalisée et comportant peu d informations sociodémographiques sur les bénéficiaires mais regroupant l'ensemble des prestations remboursées par l'assurance maladie pour l ensemble de la population française (tous régimes confondus). Version du

20 5. ANNEXES Annexe 1. Rappel de ce que doit comporter tout dossier soumis au guichet unique assuré par l INDS pour examen par le CEREES (extrait du Décret no du 26 décembre 2016 modifiant le décret d application de la loi informatique et libertés) : «Art. 20. Dans les cas prévus au II de l article 54 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, les dossiers de demande d autorisation de traitement de données à caractère personnel ayant pour fin la recherche, les études et les évaluations dans le domaine de la santé sont signés par la personne qui a qualité pour représenter le responsable de traitement. ( ) Art Chaque dossier déposé auprès du secrétariat unique mentionné à l article 20 doit comporter : «1- L identité, l adresse, les titres, expériences, fonctions et déclarations d intérêt en lien avec l objet de la recherche du responsable du traitement et du responsable de la recherche, de l étude ou de l évaluation, ainsi que, le cas échéant, l identité et l adresse du commanditaire de la recherche, de l étude ou de l évaluation et de la personne publique qui en a fait la demande. Si ces responsables ou commanditaires ne sont établis ni sur le territoire national, ni sur celui d un autre Etat membre de l Union européenne, sont indiquées l identité, l adresse et les fonctions de leur représentant en France. «Les missions ou l objet social de l organisme concerné sont également précisés ; «2- Les catégories de personnes qui seront appelées à mettre en œuvre le traitement ainsi que celles qui auront accès aux données ; «3- La méthodologie de l étude ou de l évaluation ou le protocole de recherche, indiquant notamment l objectif du traitement de données à caractère personnel, les catégories de personnes concernées par le traitement, l origine, la nature et la liste des données à caractère personnel utilisées et la justification du recours à celles-ci, la durée et les modalités d organisation de la recherche, de l étude ou de l évaluation, la méthode d analyse des données, ainsi que, lorsque les caractéristiques de l étude, de la recherche ou de l évaluation l exigent, la justification du nombre de personnes et la méthode d observation ou d investigation retenue; «4- Le type de diffusion ou de publication des résultats de l étude, de la recherche ou de l évaluation par le demandeur ; Version du

21 «5- S il y a lieu, les mesures envisagées pour communiquer aux personnes concernées par le traitement les informations figurant à l article 57 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée ainsi que la justification de toute demande de dérogation à cette obligation d information. Lorsque la demande d autorisation concerne une recherche, étude ou évaluation impliquant la personne humaine, doit être produit le projet de document d information mentionné à l article L du code la santé publique et les documents de recueil du consentement exprès des personnes concernées conformément à l article 56 de la même loi ; «6- Les caractéristiques du traitement, notamment la durée de conservation des données ; «7- Le cas échéant, la justification scientifique et technique de toute demande de dérogation à l interdiction de conservation des données sous une forme nominative au-delà de la durée nécessaire à la recherche ; «8- Les avis rendus antérieurement par des instances scientifiques ou éthiques ; «9- Les rapprochements ou interconnexions envisagés ou toute autre forme de mise en relation des informations ; «10- Les dispositions prises pour assurer la sécurité des traitements et des informations et la garantie des secrets protégés par la loi ; «11- Le cas échéant, la mention de toute transmission de données à caractère personnel vers un Etat n appartenant pas à l Union européenne ; «12- Le cas échéant, la liste des traitements répondant aux caractéristiques prévues au VI de l article 54 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée. Le dossier précise, en ce cas, les catégories de données, les destinataires ou les catégories de destinataires.» Annexe 2. Typologie des dossiers de recherches, études et évaluations dans le domaine de la santé et procédures administratives et règlementaires associés : champ d intervention du CEREES Les recherches, études et évaluations dans le domaine de la santé font appel par nature à des données de santé. Si les études portant sur des données agrégées sont, sauf exception, sans risque de réidentification des personnes, ce n est pas le cas de celles développées à partir de données personnelles, qu elles soient nominatives ou dé-identifiées par correspondance avec un code. C est pourquoi la loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés prévoit dans son chapitre IX les conditions dans lesquelles les recherches, études et évaluations peuvent faire appel à des «données de santé à caractère personnel». Deux parcours différents de saisine et d évaluation sont prévus qui découlent de l application d autres textes législatifs définissant : * D une part les «recherches impliquant la personne humaine» (loi n du 5 mars 2012 relative aux recherches impliquant la personne humaine, dite loi Jardé) comprenant notamment les recherches non interventionnelles dites de catégorie 3 sans risques ; * D autre part les «recherches, études et évaluations n impliquant pas la personne humaine», qui portent en particulier sur la réutilisation de données ou d échantillons. Cette réutilisation de données concerne celles qui sont déjà collectées au sein de bases existantes (cohortes, observatoires, registres, dossiers médicaux...) ainsi que les bases médico-administratives telles que le SNDS. L ensemble de ces Version du

22 recherches, études et évaluations doivent faire l objet d une demande d autorisation à déposer à l INDS (Institut national des données de santé) en vue d un avis du CEREES puis d une autorisation de la CNIL. Enfin, il convient de définir plusieurs catégories d études qui, n entrant pas dans les deux catégories sus mentionnées, ne relèvent pas du chapitre IX de la loi Informatique et Libertés même si, par ailleurs, elles doivent se conformer à d autres articles de cette loi. Le but de cette annexe est de cerner avec le plus de précision possible les trois catégories de recherches, études et évaluations qui viennent d être rapidement évoquées et de définir à chaque fois la procédure administrative et réglementaire à suivre. Cette typologie se fonde sur la combinaison de deux éléments de catégorisation : * La finalité de l étude qui distingue les recherches relevant de la biologie, de la médecine (y compris la psychologie expérimentale) ou de la santé publique des recherches relevant des sciences humaines et sociales. * L origine, la nature et les modalités de collectes des données de santé à caractère personnel : Celles couvertes par le secret médical par opposition à celles fournies par un individu dans le cadre d un recrutement indépendant d une prise en charge médicale (enquête) ; Celles qui sont recueillies habituellement dans le cadre de la prise en charge par opposition à celles recueillies exclusivement pour la finalité de l étude ; Celles qui sont collectées dans le cadre du suivi ou de la prise en charge d un patient, par opposition à celles qui sont déjà existantes et réutilisées avec changement de finalité. 1. S agissant des recherches impliquant la personne humaine (RIPH) : Le décret n du 9 mai 2017 modifiant certaines dispositions réglementaires relatives aux recherches impliquant la personne humaine les définit ainsi : «Art. R I. - Sont des recherches impliquant la personne humaine au sens du présent titre les recherches organisées et pratiquées sur des personnes volontaires saines ou malades, en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales qui visent à évaluer : «1 Les mécanismes de fonctionnement de l organisme humain, normal ou pathologique ; «2 L efficacité et la sécurité de la réalisation d'actes ou de l utilisation ou de l'administration de produits dans un but de diagnostic, de traitement ou de prévention d'états pathologiques. «II Ne sont pas des recherches impliquant la personne humaine au sens du présent titre les recherches qui, bien qu organisées et pratiquées sur des personnes saines ou malades, n ont pas pour finalités celles mentionnées au I, et qui visent : «a) Pour les produits cosmétiques, conformément à leur définition mentionnée à l article L , à évaluer leur capacité à nettoyer, parfumer, modifier l aspect, protéger, maintenir en bon état le corps humain ou corriger les odeurs corporelles ; «b) A effectuer des enquêtes de satisfaction du consommateur pour des produits cosmétiques ou alimentaires ; «c) A effectuer toute autre enquête de satisfaction auprès des patients ; Version du

23 «d) A réaliser des expérimentations en sciences humaines et sociales dans le domaine de la santé. «2. - Ne sont pas des recherches impliquant la personne humaine au sens du présent titre les recherches qui ne sont pas organisées ni pratiquées sur des personnes saines ou malades et n ont pas pour finalités celles mentionnées au I, et qui visent à évaluer des modalités d exercice des professionnels de santé ou des pratiques d enseignement dans le domaine de la santé. «3. Ne sont pas des recherches impliquant la personne humaine au sens du présent titre les recherches ayant une finalité d intérêt public de recherche, d étude ou d évaluation dans le domaine de la santé conduites exclusivement à partir de l exploitation de traitement de données à caractère personnel mentionnées au I de l'article 54 de la loi n du 6 janvier 1978 modifiée relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés et qui relèvent de la compétence du comité d expertise pour les recherches, les études et les évaluations prévu au 2 du II du même article.» En d autres termes, et afin de clarifier pour le lecteur l écriture très juridique de cet article, les recherches qui ont pour finalité l acquisition de connaissances biologiques et médicales et qui, simultanément, impliquent les personnes humaines par le recueil de données spécifiques au regard de cette finalité, données non habituellement collectées dans le parcours de soin ou la prise en charge, relèvent de la loi Jardé et donc de la soumission à un CPP puis à la CNIL, sauf si engagement de conformité à une méthodologie de référence. Sont donc exclues des RIPH : * De par leur finalité non concordante avec celles de la loi Jardé : les études en cosmétologie, les enquêtes de satisfaction ou d opinion (hors parcours de soin ou prise en charge), les recherches relevant des sciences humaines et sociales. * De par l origine et les modalités de collecte des données : les recherches en biologie, médecine ou santé publique qui, malgré une finalité concordante à celle de la loi Jardé, portent uniquement sur la réutilisation de données (ou d échantillons) et relèvent à ce titre du CEREES. Les recherches relevant de la loi Jardé doivent être soumises à l évaluation d un CPP pour avis favorable puis à celle de la CNIL pour autorisation de mise en œuvre sauf si elles peuvent bénéficier d une méthodologie de référence (MR001 ; MR002 ou MR003). 2. S agissant des recherches, études et évaluations portant sur la réutilisation de données déjà existantes ou d échantillons déjà existants de collections déclarées et autres recherches n impliquant pas la personne humaine : Il s agit des recherches portant sur des données de santé à caractère personnel : * Dont la finalité relève de la biologie, de la médecine ou de la santé publique par le biais de la réutilisation de données déjà existantes issues de bases de données locales ou nationales, notamment celles du SNDS. Il convient de noter, à cet égard, que cela concerne aussi bien une étude rétrospective portant sur la réutilisation de données qu une étude "prospective" qui recueillerait "au fil de l'eau" des données de santé qui seraient de toute façon recueillies indépendamment de l'étude, donc pour laquelle la personne humaine n'est pas impliquée par le recueil spécifique de Version du

24 données pour la finalité de l'étude, et qui serait de ce fait assimilable à une étude rétrospective (car il suffirait d'attendre pour collecter les données pour qu'elle le soit). * Dont la finalité relève d une autre catégorie (sciences humaines et sociales par exemple), que la collecte des données couvertes par le secret médical soit rétrospective ou prospective, sachant que ce dernier type de dossier peut se trouver être à la frontière de la loi Jardé (par exemple les études psychologiques). Ces recherches doivent faire l objet d une demande d autorisation à déposer auprès de l INDS qui transmettra au CEREES et à la CNIL pour examen. 3. S agissant des recherches hors champ du chapitre IX de la loi informatique et libertés : - Ces recherches ne sont soumises à aucune des deux procédures sus mentionnées. - Elles peuvent présenter des finalités très variées, y compris relevant de la biologie, de la médecine, de la santé publique ou des sciences humaines et sociales. - Les critères de la qualité des professionnels intervenant dans le projet (professionnels soumis au secret médical ou pas) ainsi que l origine des données (directement auprès des personnes, sources médicales...) peuvent notamment aider à déterminer si l on se situe dans le champ de la recherche dans le domaine de la santé. En cas de doute, les services de l INDS, du CEREES ainsi que ceux de la CNIL et de la DGS peuvent être joints pour information. Version du

25 Annexe 3. Calendrier des dates de sessions du CEREES Afin que votre dossier puisse être instruit, il est rappelé que les experts du CEREES doivent pouvoir disposer d un délai minimal de 14 jours avant la session mensuelle du Comité auquel il convient de rajouter le délai d enregistrement de l INDS et de saisine du CEREES. Les demandeurs sont donc invités à déposer leur dossier au minimum 3 semaines avant chaque date de session du CEREES. Les dates de sessions sont données en annexe Version du

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes Agrément des hébergeurs de données de santé 1 Questions fréquentes QUELS DROITS POUR LES PERSONNES CONCERNEES PAR LES DONNEES DE SANTE HEBERGEES? La loi précise que l'hébergement de données de santé à

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D UN SYSTEME DE VIDEOPROTECTION

DEMANDE D AUTORISATION D UN SYSTEME DE VIDEOPROTECTION HAUT-COMMISSARIAT DE LA REPUBLIQUE EN NOUVELLE-CALEDONIE DEMANDE D AUTORISATION D UN SYSTEME DE VIDEOPROTECTION Loi du 21 janvier 1995 modifiée, article 10 Décret du 17 octobre 1996 modifié ATTENTION :

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

GEFI Notice utilisateurs Modules : WEBCOR et WEBDOC

GEFI Notice utilisateurs Modules : WEBCOR et WEBDOC GEFI Notice utilisateurs Modules : WEBCOR et WEBDOC 1 QU EST-CE QUE GEFI? C est la simplification de vos formalités internationales! - Saisie de vos Certificats d Origine 7 jours sur 7, 24H/24H - Création

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «La communication web 2013 de la Maison de l Emploi de Marseille»

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «La communication web 2013 de la Maison de l Emploi de Marseille» CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «La communication web 2013 de la Maison de l Emploi de Marseille» CONTEXTE ET ENJEUX Le positionnement de la Maison de l Emploi de Marseille (MDEM) repose sur les trois points

Plus en détail

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 I- CMU COMPLEMENTAIRE 1) Calcul des ressources Par un jugement du 20 février 2006, la commission centrale d aide sociale a considéré que "l'allocation de base de la

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE CP 13/09/13 REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE VU le Code Général des Collectivités Territoriales, VU la délibération

Plus en détail

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 DIRECTION DES AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET DE LA STRATEGIE Note de Synthèse CAMPAGNE TARIFAIRE 2012 : ENVELOPPE MIGAC Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 Diffusion: Vos contacts

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE

DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE 1 attestation de remise des documents Je soussigné, Mr de la société.. atteste avoir reçu ce jour de la société ADS FRANCE,

Plus en détail

GESTION ÉLECTRONIQUE des FORMALITÉS INTERNATIONALES

GESTION ÉLECTRONIQUE des FORMALITÉS INTERNATIONALES GESTION ÉLECTRONIQUE des FORMALITÉS INTERNATIONALES QU EST-CE QUE GEFI? C est la simplification de vos formalités internationales! - Saisie de vos Certificats d Origine 7 jours sur 7, 24H/24H Création

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

Instructions dans la recherche clinique

Instructions dans la recherche clinique Instructions dans la recherche clinique I. CNIL 1. Histoire de sa création 2. Organisation et composition 3. Missions 4. Définition des données à caractère personnel et de l anonymisation II. III. IV.

Plus en détail

SUJET: FORMULAIRE DE REMBOURSEMENT - INDEMNITÉ

SUJET: FORMULAIRE DE REMBOURSEMENT - INDEMNITÉ Nº DE DOSSIER: Mme./M. SUJET: FORMULAIRE DE REMBOURSEMENT - INDEMNITÉ Madame, Monsieur, EN CAS DE DEMANDE DE REMBOURSEMENT: Tous les documents devrons être envoyés à : 1. Option : Si les documents originaux

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC

CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC Avril 2015 Actualisation approuvée par le Conseil national du 10 avril 2015 A

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

APPLICABLES À PARTIR DE JANVIER 2012

APPLICABLES À PARTIR DE JANVIER 2012 Documents comptables Nouvelles formalités de dépôt APPLICABLES À PARTIR DE JANVIER 2012 Adresse postale: L-2961 Luxembourg Tél (+352) 26 428-1 Fax (+352) 26 42 85 55 www.rcsl.lu RCSL G.I.E. R.C.S. Luxembourg

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr LIVRET SERVICE Portail Déclaratif Etafi.fr LS-YC Portail Déclaratif Etafi.fr-11/2013 ARTICLE 1 : PREAMBULE LIVRET SERVICE PORTAIL DECLARATIF ETAFI.FR Les télé-procédures de transfert de données fiscales

Plus en détail

LA CMU COMPLÉMENTAIRE

LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.A.P MARCHE DE SERVICE 2012 N 101-2012 PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP CCP PIECE 2/2 MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHE N 2014.05 MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RELATIF AU NETTOYAGE DU GYMNASE D AMBLAINVILLE Mairie d AMBLAINVILLE Place du 11 Novembre

Plus en détail

Evolution de la législation sur la recherche

Evolution de la législation sur la recherche Evolution de la législation sur la recherche Pr Francois Lemaire SRLF 07-10-11 DRCD de l AP-HP, Saint-Louis La PPL Jardé Loi HPST : novembre 07 - septembre 08 (rapporteur pressenti: O Jardé) PPl Jardé

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

INTITULE DU POSTE (1) EXPERT MEDICAL évolution des modèles de financement des établissements de santé (MCO et SSR)

INTITULE DU POSTE (1) EXPERT MEDICAL évolution des modèles de financement des établissements de santé (MCO et SSR) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère de la ville Ministère

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne

Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne guide pratique Les aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DES AÎNÉS eslégalesà

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1411758D Intitulé du texte : décret relatif à la sélection des contrats d assurance complémentaires de santé susceptibles de bénéficier du crédit

Plus en détail

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions Rôle de l ARCl 1 Définitions ARC : Assistant de Recherche Clinique TEC : Technicien d Étude Clinique Promoteur : Personne physique ou morale qui prend l initiative de la recherche Investigateur principal

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES 1) OBJET DUREE ET DISPOSITIONS GENERALES a. OBJET DU MARCHE Marché pour la souscription d'un contrat d'assistance à la maîtrise d'ouvrage concernant

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 29 juillet 2013

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR

NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR SOMMAIRE 1 PREMIERE CONNEXION : ACCEDER A LA PAR 2 2- CREER SON

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Espace Numérique Régional de Santé Formation sur la messagerie sécurisée. Version 1.2 - Auteur : Nathalie MEDA

Espace Numérique Régional de Santé Formation sur la messagerie sécurisée. Version 1.2 - Auteur : Nathalie MEDA Espace Numérique Régional de Santé Formation sur la messagerie sécurisée Version 1.2 - Auteur : Nathalie MEDA 1 Sommaire Introduction Qu est ce qu une messagerie sécurisée? Pourquoi utiliser une messagerie

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices Plateforme Territoriale GUYANE SIG 25/02/2014 SOMMAIRE 1. LEXIQUE... 3 2. DEFINITION... 3 3. DOMAINE D APPLICATION... 3 A. Objet... 3 B. Bénéficiaires...

Plus en détail

Encadrement réglementaire

Encadrement réglementaire Méthodologie de la Recherche Clinique philippe.aegerter@apr.aphp.fr Encadrement réglementaire Rappel des méthodologies d'études Parcours chercheur en réponse aux appels d'offres Recherche documentaire

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS Un auto-entrepreneur déclaré peut choisir d exercer dans le secteur des services à la personne. Rappel : Le régime de l auto-entrepreneur

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail

Guichet Dentaire. EB Conditions Générales d Utilisation. Rédaction. Service/Société. Relecture. Validation. Direction des Réseaux de Soins

Guichet Dentaire. EB Conditions Générales d Utilisation. Rédaction. Service/Société. Relecture. Validation. Direction des Réseaux de Soins Guichet Dentaire EB Conditions Générales d Utilisation Rédaction Nom Karl VITRY Service/Société MOA/Itelis Relecture Nom Service/Société Validation Nom Fabian Huret Service/Société Direction des Réseaux

Plus en détail

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI 16 janvier 2015 Prêts distribués en micro-crédit Crédits distribués (en cours) Prêt moyen accordé Le conseil en investissement participatif «Art. L. 547-1.-I. Les

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N 13672*01 DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N de dossier OSIRIS : Date de réception :

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 1ère Partie : La recherche biomédicale en France Historique Responsabilité et Assurance

Plus en détail

Assurance complémentaire santé OMS

Assurance complémentaire santé OMS Notice d information Edition 2014 Assurance complémentaire santé OMS BÉNÉFICIAIRES Le Groupement de Prévoyance et d Assurance des Fonctionnaires Internationaux (GPAFI) est une association à but non lucratif

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction qualité et fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

REGLEMENTATION PEDAGOGIQUE DES STAGES A L UNIVERSITE PARIS DESCARTES

REGLEMENTATION PEDAGOGIQUE DES STAGES A L UNIVERSITE PARIS DESCARTES REGLEMENTATION PEDAGOGIQUE DES STAGES A L UNIVERSITE PARIS DESCARTES Le présent règlement s appuie sur les lois, décrets et circulaires sur les stages publiés depuis 2006 et «La charte des stages» rédigée

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins _ Bureau des coopérations et contractualisations

Plus en détail

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Contenu Finalités du SNIIRAM... 2 Structure du SNIIRAM... 3 Comment est constitué le SNIIRAM?... 3 Comment sont restituées les données du SNIIRAM?...

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS Références juridiques : Articles L.5125-33 à L.5125-41, article L.5122-6-1 et article

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES Après avis de la commission nationale de déontologie relatif à la conformité au code de la santé publique (intégrant

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

PORTAIL INTERNET DECLARATIF. Configuration du client Mail de MICROSOFT VISTA

PORTAIL INTERNET DECLARATIF. Configuration du client Mail de MICROSOFT VISTA PORTAIL INTERNET DECLARATIF Configuration du client Mail de MICROSOFT VISTA Configuration du client messagerie MAIL de MICROSOFT VISTA Ce chapitre fourni les informations nécessaires à la configuration

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Programme Hôpital numérique

Programme Hôpital numérique Programme Hôpital numérique Boite à outils pour l atteinte des pré-requis Fiches pratiques Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire 1. LE PROGRAMME HOPITAL NUMERIQUE... 3 2. LE SOCLE

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE 12 rue aux raisins - 62600 BERCK SUR MER 03.21.89.44.01 - Fax : 03.21.89.44.82 Le mot d

Plus en détail