rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie Vincent Elsermans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans"

Transcription

1 Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie Vincent Elsermans

2 Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps anti-ccp Notions statistiques : le véritable apport des tests Quelques diapos de fin Quelques exemples

3 Épidémiologie Connectivite la plus fréquente : cas en France Touche 3F / 1H ans surtout

4 Physiopathologie Lésion élémentaire : synovite

5 Physiopathologie Lésion élémentaire : synovite Déclenchement du processus pathologique inconnu réponse inflammatoire «non spécifique» à un stimulus? autoag de l articulation? peptide viral, bactérien? Accumulation locale de de l immunité innée puis recrutement Ly T, activation des Ly B, TNFα Destruction tissulaire hyperplasie des cellules synoviales («pannus») HLA-DRB1*04:01/04, DRB1*01:01; PTPN22 Déficiten vitamined?

6 Arthralgies D horaire mécanique Peu de douleur le matin Majorée par l effort Calmée par le repos D horaire inflammatoire Réveille le matin (la nuit) «dérouillage matinal» Non calmée par le repos Ex. coxarthrose Ex. lupus systémique

7 Clinique : début Arthralgies inflammatoires: oligoarthrite sym. distale (70 %) : Poignet, MCP +++ Membre sup > membre inf Respect des IPD Depuis >6 semaines Douleur à pression MTP Polyarthrite fébrile (20 %) Tendinites, ténosynovites(doigts) Autres (monoarthrite, arthrite rhizomélique )

8 Clinique : évolution (poussées) Coup de vent cubital + le tttest débuté tôt, + il est efficace «fenêtre d opportunité thérapeutique»

9 Clinique : évolution (poussées) Col de cygne boutonnière + le tttest débuté tôt, + il est efficace Pouce en Z => Importance d un diagnostic PRÉCOCE

10 Évolution : autres atteintes articulaires Poignets Pieds Épaules Hanche Rachis cervical Autres articulations synoviales (ATM ) Ténosynovites et ruptures tendineuses

11 Évolution : atteintes extra articulaires «maladie rhumatoïde» AEG, ADP Cutané : nodules rhumatoïdes (rarement viscéraux : poumon, valve ) Vasculariterhumatoïde : purpura vasculaire, nécroses digitales, ulcères, livedo Sdsec Cœur : péricardite, myocardite Rein : amylose AA Poumon : pleurésie rhumatoïde, fibrose Œil : sclérite, épisclérite Hémato : Sdde Felty(PR + splénomégalie + neutropénie)

12 Évolution 50 % des malades ont un handicap fonctionnel important à dix ans d évolution, nécessitant l arrêt de leur activité professionnelle 3 schémas d évolution : Formes bénignes Formes intermédiaires +++ Formes sévères d emblée : tttmab( ) => Importance d un diagnostic des FORMES SÉVÈRES

13 Quand évoquer une PR? (HAS) ( ) Devant une arthrite Touchant au moins 2 articulations Avec un gonflement articulaire (synovite, épanchement) Des douleurs d horaire inflammatoire Une ténosynovite

14 Diagnostic HAS : bilan à prescrire dès la 1 ère consultation avant l envoi chez le rhumatologue Calcul du DAS28 Imagerie : radio standard Biologie +++

15 Imagerie (HAS) Rxstandard : mains et poignets F, pieds F et ¾ + articulations douloureuses érosions, pincement, destruction articulaire (Écho, IRM : peuvent être demandées par le rhumato si Rx normales) 2 ans!

16 Bilan biologique (HAS) Diagnostic positif : Facteur rhumatoïde Acanti-CCP VS CRP Diagnostic différentiel : Créatinine, BU NFS Transaminases ANA Rxthorax (Ponction du liquide synovial : bactério, cyto, microcristaux)

17 Critères de classification ACR *seuil Titre ++

18 Diagnostic différentiel (1) Polyarthrite fébrile : Infectieuse : Endocardite infectieuse Polyarthrite gonococcique Polyarthrite septique à pyogène Maladie de Lyme Rhumatisme streptococcique Virale (parvovirus B19, ROR, VHB, VHC, VIH) Goutte, chondrocalcinose articulaire Polyarthrite avec anomalie cardiaque (souffle, BAV, péricardite) : Endocardite infectieuse Endocardite lupique (Libman-Sachs) Péricardite lupique

19 Diagnostic différentiel (2) Polyarthrite avec signes cutanés : Porte d entrée : infectieuse Psoriasis : rhumatisme psoriasique Vascularite: micropolyangéite, Wegener, périartérite noueuse Masque lupique : lupus Raynaud, télangiectasies, sclérodactylies: sclérodermie systémique Polyarthrite avec signes digestifs : Diarrhée : MICI, spondylarthropathie Ictère : hépatite virale, hépatopathie auto-immune Polyarthrite avec signes axiaux : Fessalgie, lombalgie : spondylarthropathie

20 Diagnostic différentiel (3) Polyarthrite avec signes ophtalmo : Conjonctivite : Sd de Fiessinger-Leroy-Reiter(SFLR) Xérophtalmie : Sd de Gougerot-Sjögren(SGS) Uvéite : sarcoïdose, Behçet, spondylarthropathie Sclérite: vascularites Polyarthrite avec signes neuro: Neurolupus, vascularite, SGS, Lyme Polyarthrite avec signes ORL : Wegener(destruction cloison nasale), SGS(xérostomie) Polyarthrite avec signes uronéphro: Uréthrite: SFLR, gonococcie Néphropathie : goutte, sarcoïdose, SGS, vascularites, lupus

21 Les Facteurs rhumatoïdes

22 Facteurs rhumatoïdes Depuis 1940 autoac reconnaissant les IgG(fragment Fc) : IgM+++ précipitation (IgA, IgG)

23 Facteurs rhumatoïdes Depuis 1940 autoac reconnaissant les IgG(fragment Fc) : IgM+++ précipitation (IgA, IgG) Processus physiologique d élimination des CI Retrouvés quand : âge > 70 ans (5-15 %) Tout processus inflammatoire chronique : PR, GS, LES, vascularite, infection chronique Hémopathies : Waldenström, LLC, lymphome B Contribuent à la pathologie (dépôts de CI sur les parois vasculaires) Plusieurs techniques de dosage

24 Latex Détecte les IgM anti IgG humaines: «plus sensible» (proche physiopath) Coût réactif : ~0,60 Réaction d agglutination : titrage par dilutions successives Billes de latex recouvertes d IgG humaine

25 Waaler-Rose Détecte les IgM anti IgG animales GR de mouton recouverts d IgGde lapin Dégénérescence du paratope «plus spécifique» (processus inflammatoire + chronique?) Coût ~ latex

26 Néphélémétrie, turbidimétrie Φ => Signal inversement proportionnel à la quantité de complexes Ag-Ac détecteur turbidimétrie angle détecteur néphélémétrie => Signal proportionnel à la quantité de complexes Ag-Ac

27 ELISA substrat Réaction colorée * enzyme Conjugué anti IgM humaine -S-S- -S-S- Fc IgG(humaine ou animale)

28 Quelle méthode choisir? Valeurs intrinsèques des résultats de FR en France Contrôle national de qualité (Compte-rendu AFSSAPS 1998) 1602 laboratoires ont participé : (~ 1 laboratoire sur 2 en France) Résultats attendus : recherche positive Titrage: résultats attendus Test au latex: 160 UI/ml/Néphélémétrieet ELISA: 320 UI/ml Réaction de Waaler-Rose: 250 UI/ml un unique sérum à tester par tous!! Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

29 Diapo Dr Sylvain Dubucquoi 46% d utilisateurs Valeur cible 250 UI/ml 50 % utilisateurs : Résultats compris entre 33 et 217 UI/mL Les autres : en dehors de ces fourchettes! 40% d utilisateurs Valeur cible 160 UI/ml La moitié des utilisateurs rendent des valeurs comprises entre 80 et 220 UI/mL (les autres : en dehors )

30 10% d utilisateurs Valeur cible 320 UI/ml La moitié des utilisateurs rendent des valeurs comprises entre 277 et 387 UI/ml Pour les autres, entre 222 et 442 UI/ml. Coût du test : 1 / facturation : 10,8 CONCLUSION : problèmes de standardisation entre les méthodes, les réactifset entre les laboratoires! Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

31 10% d utilisateurs Valeur cible 320 UI/ml La moitié des utilisateurs rendent des valeurs comprises entre 277 et 387 UI/ml Pour les autres, entre 222 et 442 UI/ml. Coût du test : 1 / facturation : 10,8 CONCLUSION : problèmes de standardisation entre les méthodes méthodes,, les réactifs et entre les laboratoires! Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

32 Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

33 Les FR au CHRU de Lille FR de spécificité humaine + animale en ELISA Sur les 297 patients de rhumatoavec un dosage de FR d avril à décembre 2011 : FRH : seuil fournisseur à 20 UI/mL 53 % de positifs! FRA : seuil fournisseur à 6 UI/mL 29 % de positifs Objectif : réévaluer les seuils : recueil des informations cliniques des 297 patients de rhumato 72 PR / 225 «non-pr» Broutin C., Lebredonchel E., Mullie B., Paris C.

34 FRH :

35 Aide à l interprétation

36 Les Ac dont la place est dans un musée

37 «Ac obsolètes» Acanti «facteur périnucléaire» (1964) : Vus en IFI sur muqueuse buccale humaine Cible = filagrine(1993) Tests ELISA : Se = % Ac«anti kératine» (1979) : Vus en IFI sur couche cornée d œsophage de rat En fait, Acanti filagrine Pas de filagrinedans l articulation!

38 Les Ac anti-ccp

39 Ac anti-ccp (1998) Anti-peptides cycliques citrullinés Ce qui est reconnu par les Acanti-filagrine= résidus de citrulline! 1 ère génération (2000) : peptide synthétique dérivé de la filagrine, citrulliné et cyclisé 2 ème génération (2002) : peptide sans rapport avec la filagrine Se 3 ème génération (2005) : nouveau peptide synthétique Actuellement au CHRU : technologie Luminex ND (fluorimétrieen flux) (anti-mcv = mutatedcitrullinatedvimentin: aussi bien ou moins bien que les anti-ccp ; à nuancer : nouveaux coffrets à tester)

40 Contrôle qualité Ac anti-ccp Titres Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

41 Anti-CCP : détection précoce des formes agressives? 524 polyarthrites débutantes étude de 7 variables limitée Évolution à 12 mois persistante non érosive érosive érosive vs non érosive odds ratio Score Durée symptômes < 6 mois > 6 mois Raideur > 1 h Arthrites > 3 groupes Douleur MTP FR IgM Anti-CCP Erosions + + Ex : si score = 5 66 % de risque d'érosion si score = 9 95 % de risque d'érosion Diapo Dr Sylvain Dubucquoi Visser et al. ArthritisRheum2002; 46 :

42 Ac anti-ccp Possible contribution à la perpétuation de l inflammation articulaire, à la chronicité et à la sévérité de la PR Sp : >99 % en rhumatologie au CHRU + précoceque FR : présents jusqu à 14 ans avant les 1 ers signes articulaires! Valeur pronostique des formes les plus érosives mais pas dans toutes les PR : Se = % pour PR <2 ans ; prévalence d autant plus faible que la PR est d évolution récente IL EXISTE DES PR CCP-!!!

43 Notions statistiques

44 Performances ASC Seuil Sensibilité (intervalle de confiance 95 %) FR 0, ,7 60,7-77,7 Anti-CCP 0, ,6 59,5-76,7 Anti-MCV 0, ,8 Mutated citrullinated vimentin ,6-68,6 Spécificité (intervalle de confiance 95 %) 87,74 82,5-91,8 98,99 96,4-99,8 97,17 93,9-98,9 LR+ LR- 5,68 0,35 67,91 0,32 21,14 0,41 Sensitivity Specificity Diapo Dr Sylvain Dubucquoi cohorte lilloise FR CCP2 MCV Vaut-il mieux un test plus sensible ou plus spécifique? Faut-il combiner les tests? Rapports de vraisemblance Likelihood Ratios : LR (+) = Se/ (1-Sp) LR (-) = (1-Se)/ Sp

45 Probabilité pré-test L estimation d une probabilité pré-test se fait sur la base de l expérience du médecin ou à l aide des données de la littérature (prévalence de la maladie dans la population, système de score clinique...) avant toute prescription d examen biologique. Diapo Dr Sylvain Dubucquoi Examen biologique Certitude diagnostique? Probabilité «post-test» > 90 %

46 Probabilité pré-test L estimation d une probabilité pré-test se fait sur la base de l expérience du médecin ou à l aide des données de la littérature (prévalence de la maladie dans la population, système de score clinique...) avant toute prescription d examen biologique. Diapo Dr Sylvain Dubucquoi Examen biologique Certitude diagnostique? Probabilité «post-test» > 90 %

47 Calcul de la proba post-test Probabilité pré-test = p(exemple 90 %) LR+ LR- «oddspré-test» = p/(1-p) (ici risque d avoir la maladie est 9 x plus élevé que de ne pas l avoir) Si p = 50 %, l oddspré test = 1 : le risque d avoir la maladie n est pas plus élevé que de ne pas l avoir FR CCP MCV 5,68 0,35 67,91 0,32 21,14 0,41 Diapo Dr Sylvain Dubucquoi Théorème de Bayes : «odds post-test» = odds pré-test x LR oddspré-test x LR (+) permet d estimer la probabilité d avoir la maladie si le test est positif oddspré-test x LR (-) : permet d estimer la probabilité d avoir (quand même) la maladie alors que le test est négatif Probabilité post test = odds/ (1+odds) Et si on combine les tests? les rapports de vraisemblance se multiplient!! «odds post-test» = odds pré-test x LR(test1) x LR(test2) Une probabilité post-test de 90 % est requise pour affirmer une maladie

48 Nomogramme de Fagan >98 % 89 % 86 % FR : LR+ = 6 LR-= 0,35 28 % 25 % Anti-CCP : LR+ = 67 LR-= 0,41

49 Intérêt de combiner les tests? Probabilité pré-test = 50 % Dosage des FR et anti-ccp Probabilité d avoir la PR si 1) Si anti-ccp positif : 98,5 % (quasi certitude diagnostique) Pas besoin des FR! => Idéalement : prescrire les anti-ccp avant les FR 2) Si anti-ccp négatifs : 28 % (de risque «quand même») (Si FR négatifs : 25 % ) 3) FR etanti-ccp négatifs : 10 %! (seuil de quasi certitude d infirmation diagnostique!) Diapo Dr Sylvain Dubucquoi «odds post-test» = odds pré-test x LR- (FR) x LR- (anti-ccp)

50 Suivi de la PR Facteur rhumatoïde : NON Acanti CCP : NON Clinique +++ VS CRP +++ : tous les mois si poussée, tous les 3-6 mois si stable Rx

51 Du côté du portefeuille FR en ELISA : Coût réactif = 5,20 B35 (9,45 ) pour les FR homologues + B35 pour les FR hétérologues Acanti-CCP : Coût réactif = 2,69 B60 (16,20 )

52 Conclusion Latex et Waaler-Rose : des méthodes du siècle dernier! En 2012 : les FR se dosent par ELISA Les Acanti-CCP : globalement tous les coffrets se valent (CCP2 et CCP3) ; en 1 ère intention lors d une suspicion de PR Appréciation des titres en pratique de ville : une illusion! Diapo Dr Sylvain Dubucquoi

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente

Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente 43 Item 307 Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Les douleurs articulaires dans la pratique

Les douleurs articulaires dans la pratique ARTICLE DE REVUE 618 Orientations pour réaliser un bilan judicieux Les douleurs articulaires dans la pratique Diego Kyburz Rheumatologie, Universitätsspital Basel Les douleurs articulaires font partie

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

Le pied inflammatoire. Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013

Le pied inflammatoire. Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013 Le pied inflammatoire Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013 Mme A., 33 ans présente des douleurs articulaires des mains

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...5 SPECIFIQUE :...5 I Polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : CLINIQUE ET DIAGNOSTIC

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : CLINIQUE ET DIAGNOSTIC I INTRODUCTION II POLYARTHRITE RHUMATOÏDE AU DEBUT 1) Modes de début POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : CLINIQUE ET DIAGNOSTIC Professeur Bernard COMBE Service d'immuno-rhumatologie, CHU Lapeyronie 34295 MONTPELLIER

Plus en détail

Les douleurs articulaires

Les douleurs articulaires L e s m a l a d i e s a u t o - i m m u n e s LES MALADIES DITES AUTO-IMMUNES sont à la fois nombreuses et diverses. Bon nombre d entre elles entraînent des troubles rhumatologiques, dont les douleurs

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Auto-immunité CONFÉRENCE RÉSUMÉ

Auto-immunité CONFÉRENCE RÉSUMÉ Jean-Jacques PERRIER* Auto-immunité Le dosage des anticorps antiprotéines citrullinées : intérêt pour le diagnostic et le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde D après les interventions des Professeurs

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde :

Polyarthrite rhumatoïde : Polyarthrite rhumatoïde : Diagnostic précoce et facteurs pronostiques : Quel intérêt? Plus l intervention thérapeutique est précoce moins grand est le handicap futur. Marqueurs de diagnostic précoce Facteurs

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Atteintes rhumatismales non inflammatoires

Atteintes rhumatismales non inflammatoires Sujets sains < 65 ans 1-15 Sujets sains > 65 ans 7-30 PATHOLOGIES ASSOCIEES A LA PRESENCE DE FACTEURS RHUMATOÏDES Rhumatismes inflammatoires Polyarthrite Rhumatoïde 80-96 Maladie de Sjögren 70-80 Lupus

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand

Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a. Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand Intérêt et Bon usage des anti-tnf-a Docteur Martin SOUBRIER Service de rhumatologie Hôpital Gabriel Montpied Clermont-Ferrand UN DIAGNOSTIC PRECOCE Signes cliniques Raideur matinale >30 minutes Durée d

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Douleurs fonctionnelles ou psychogènes La douleur est la cause la plus fréquente de consultation en rhumatologie C

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

NOVEMBRE 2006. Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION

NOVEMBRE 2006. Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION NOVEMBRE 2006 Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION AUTEURS : Dr Mark Hazeltine, M.D., FRCPC Centre de rhumatologie de Laval Dr Jean-Luc Tremblay, MD, FRCPC Centre hospitalier régional

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Purpuras chez l adulte*

Purpuras chez l adulte* Examen National Classant Orientation diagnostique devant : Purpuras chez l enfant et chez l adulte Purpuras chez l adulte* B. CRICKX (Paris, Bichat), F. PIETTE (Lille), J.-C. ROUJEAU (Créteil), J.-M. BONNETBLANC

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale. Congrès UCL de médecine générale

Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale. Congrès UCL de médecine générale Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale Congrès UCL de médecine générale Bruxelles, 22-24 mai 2014 Frédéric A. Houssiau Rheumatology Department Cliniques Universitaires Saint-Luc Université

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS M-38 Journées Nationales d Infectiologie 2013 MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS L IORDACHE, P CACOUB, O LAUNAY, L GUILLEVIN, O BOUCHAUD, L WEISS, V JEANTILS, C GOUJARD,

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα Voilà maintenant deux ans que l Observatoire RATIO recense les cas d infections

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α»

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» «Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» Réseau RATIO 9 juin 2006 Nouveaux immuno modulateurs Anticorps anti TNF α : infliximab, etanercept, adalimumab. Anticorps anti CD20

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française.

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Revue du rhumatisme 80 (2013) 459 466 Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Vincent Goëba,,

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Maladies auto-immunes (MAI) définition

Maladies auto-immunes (MAI) définition Maladies auto-immunes (MAI) définition C'est la rupture des mécanismes de tolérance du système immunitaire visà-vis de constituants de l'organisme (auto-antigènes) Plusieurs caractéristiques communes aux

Plus en détail

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde DE QUOI S AGIT- IL230? L arthrose L arthrose est la pathologie la plus fréquente de toutes les pathologies rhumatismales. Elle se caractérise par la perte

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail