Les analyses virologiques pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique de l infection au VHC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les analyses virologiques pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique de l infection au VHC"

Transcription

1 Les analyses virologiques pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique de l infection au VHC Donald Murphy, PhD Laboratoire de santé publique du Québec PNMVS, Montréal, 15 octobre 2013

2 Plan de la présentation Introduction au virus Tests virologiques pour le diagnostic Détection des anticorps contre le VHC Détection du virus (test ARN qualitatif) Tests virologiques pour la prise en charge thérapeutique Génotypage Mesure de la charge virale (test ARN quantitatif) Détermination génotypique de la résistance aux inhibiteurs de la protéase 2

3 Virus de l hépatite C Identifié à la fin des années 1980 Se réplique dans le cytoplasme des hépatocytes Demi-vie 2,7 heures; production virale de à virions / jour Virus à transmission hématogène Appartient à la famille Flaviviridae, genre hépacivirus 3

4 Arbre phylogénétique de membres de la famille Flaviviridae (hélicase) Kapoor A et al. mbio 2013; doi: /mbio

5 Arbres phylogénétiques de la région de l hélicase des hépacivirus et pegivirus Kapoor A et al. mbio 2013; doi: /mbio

6 Prévalence du VHC et évolution de la maladie 3% de la population mondiale 170 millions de personnes 0,7% de la population du Canada 240,000 personnes, 50,000 au Québec Risque de chronicité (variable) 75-80% chez l adulte Risque de cirrhose jusqu à 10% dans 20 ans, 20% dans 30 ans Mortalité et incidence du carcinome hépatocellulaire relié à la cirrhose 1 4% / année 6

7 Organisation génomique du VHC Moradpour et al.,

8 Tests virologiques pour le diagnostic Détection des anticorps anti-vhc Détection du virus test de détection qualitative de l ARN du VHC 8

9 Antigènes utilisés dans les tests de détection d anticorps anti-vhc Génération C E1 E2 NS2 NS3 NS4 NS5 5 A B A B 3 1e SOD c e SOD c22-3 SOD c200 3e SOD c22-3 SOD SOD c200 NS5 9

10 Caractéristiques des tests de dépistages Génération Introduction Première NS4 Deuxième NS4 C, NS3 Troisième NS4 C, NS3 NS5 Mai 1990 Mars 1992 Juin 1996 Caractéristiques Réduction de 80% dans l incidence d hépatite post-transfusionnelle non-a, non-b délai d apparition des anticorps dans l infection aiguë absence d une réponse anti-vhc décelable Plus sensible que les essais de 1e génération anticorps contre C et NS3 apparaissent plus tôt dans la période fenêtre détection des patients anti-ns4 (c100-3 et 5-1-1) négatifs Plus sensible que les essais de 2 e génération sur des panels de séroconversion en raison d une plus grande sensibilité à NS3 et non à NS5 10

11 Comparaison des antigènes utilisés dans les tests de détection des anti-vhc Trousse Core E1 E2 P7 NS2 NS3 NS4 NS5 AxSym 3.0 (MEIA) (1-150) HCr43 c33c c100-3 ( ) ( ) c200 ( ) NS5 ( ) Architect (CMIA) (1-150) HCr43 c33c ( ) c100-3 ( ) ADVIA Centaur (CIA) c22p (10-53) c200 ( ) NS5 ( ) Elecsys (ECL) (peptide + protéines recombinantes) C (peptide) NS3 (Ag recomb) NS4 (peptide) VITROS Ortho (CIA) Ortho ELISA (EIA) c22-3 (2-120) c200 ( ) NS5 ( ) Monolisa (EIA) (3 protéines recombinantes E.coli) C NS3 NS4 11

12 Antigènes utilisés dans le test d immunoblot CHIRON RIBA HCV* Génération 1e C E1 E2 NS2 NS3 NS4 NS5 5 A B A B 3 SOD SOD c e SOD c22-3 SOD c100-3 c33c SOD SOD e c22-p p c100p c33c SOD SOD NS5 12 * En mars 2013, Ortho Clinical Diagnostics annonce l abandon de la fabrication de la trousse RIBA HCV 3.0 SIA par Novartis Diagnostics

13 Tests immunoblots sur bandelettes INNO-LIA HCV Score* Chiron RIBA HCV 3.0 SIA Innogenetics * Utilisé par le Laboratoire national de microbiologie, ASPC Ce test n est plus disponible 13

14 Algorithme provincial de diagnostic de l infection par le virus de l hépatite C Épreuve de détection des anticorps (ex. hôpital) Rapport final Absence d anticorps VHC Non réactif Réactif S/co = signal/cut-off : X = 12 AxSym X = 15 Vitros ECI X = 11 Advia Centaur X = 10 Architect s/co < X s/co X Résultat réactif émettre final Soumettre au LSPQ pour confirmation 14

15 Algorithme provincial de diagnostic de l infection par le virus de l hépatite C (suite) Épreuve de dépistage des anticorps Hôpital LSPQ Anti-VHC réactif (s/co < X) Duplex EIA1/EIA2 HR/HR Autres profils NR/NR Présence d anticorps VHC Positif Indéterminé Négatif Absence d anticorps VHC EIA1 : Ortho TM HCV 3.0 ELISA Test System with Enhanced SAVe EIA2 : Monolisa anti-hcv PLUS Version 2 (Bio-Rad) HR : haut réactif = s/co 4.0; NR : non réactif = s/co <

16 Signification d un résultat anti-vhc positif Indique une exposition au VHC dans le passé «La présence d anticorps anti-vhc ne permet pas de distinguer les porteurs cliniques des patients guéris. La recherche de l ARN du VHC par un test RT-PCR qualitatif est recommandée pour déterminer s il y a présence d une virémie.» En 2011, les représentants des laboratoires impliqués dans les épreuves spécialisées pour le VHC à recommandé l ajout de ce commentaire au rapport anti-vhc positif 16

17 Signification d un résultat anti-vhc «indéterminé» (LSPQ) Résultat non concluant, il n est ni positif ni négatif Commentaire ajouté sur le rapport du LSPQ «Le résultat de la recherche des anticorps anti-vhc étant indéterminé, une recherche de l ARN du VHC par un test RT-PCR qualitatif est recommandée pour déterminer s il y a présence d une virémie.» 17

18 Changement au processus de confirmation à compter du 5 janvier 2011 (LSPQ) La confirmation des anti-hcv ne sera plus effectuée chez les patients connus positifs sur 2 sérums antérieurs, le commentaire suivant apparaîtra aux rapports : Nos dossiers indiquent que ce patient est connu positif à une épreuve de confirmation des anticorps VHC sur au moins deux sérums antérieurs. Il est donc jugé inutile de répéter une épreuve de confirmation. Le diagnostic de l infection active doit être établi par une détection de l ARN du VHC à l aide d une épreuve qualitative. 18

19 Résultats Détection qualitative de l ARN génomique du VHC* Positif présence d ARN VHC ARN génomique Négatif absence d ARN VHC (au seuil de détection) * L épreuve qualitative est le seul test de détection de l ARN du VHC approuvé au Canada pour le diagnostic de l infection active. 19

20 Détection qualitative de l ARN génomique du VHC Trois sites désignés (déc. 2012) Montréal CHUM Hôpital Saint-Luc CUSM Hôpital Royal Victoria Québec CHU de Québec Hôtel-Dieu de Québec 20

21 Détection qualitative de l ARN VHC Trousses utilisées au Québec Trousses de Roche (RT-PCR classique) COBAS Amplicor HCV 2.0 Test COBAS AmpliPrep/COBAS Amplicor HCV 2.0 Test (CHUM seulement) Cible génomique : région 5 prime non codante (5 NCR) Limite de détection 50 UI/ml Limite établie par la détection d au moins 95% des échantillons ayant un taux d ARN à 50 UI/ml 21

22 Calcul de la limite de détection Amplicor HCV Test, version 2.0 UI/ml* Nombre testé Détecté Nombre % , ,7 * Standard international de l OMS (96/790) dilué dans du plasma 22

23 Détection qualitative de l ARN génomique du VHC Réactif/Positif Anti-VHC Indéterminé ARN qualitatif* ARN qualitatif* Positif Négatif Positif Négatif Répété l ARN qualitatif dans 4-6 mois * Bien libeller la demande d analyse; voir lettre circulaire 23

24 Tests virologiques pour la prise en charge thérapeutique Génotypage Mesure de la charge virale test de détection quantitative de l ARN du VHC Détermination génotypique de la résistance aux antiviraux 24

25 Arbre phylogénétique du VHC Génome complet NS5B JK049 k d a ED43 QC69 HCV - Tr NZL1 b a? AJ b c HCV - BK a HC - G9 H77 a HC - J8 b h k VN405 2 HC - J6 a BEBE1 c VAT96 k EUHK2 a e GX004 g JK046 VN004 QC69 CS ED43 a d HCV-Tr b a NZL1 k JK049 b HCV-BK a H77 c? HC-G9 AJ c CS EUHK2 a GX004 e JK046 g VN004 h k VN405 b a k HC-J8 HC-J6 0.1 EUH BEBE1 EUH1480 VAT96 25

26 Virus de l hépatite C Classification de l ARN viral en génotypes Génotype Sous-type 1 a - l 2 a - r 3 a - k 4 a - v 5 a 6 a - w 7 (provisoire) a Génome recombinant (ex. RF_2k/1b) 26

27 Exemple d un génome recombinant 5 5 Génome parental 1 (ex. 1b) P NS 7 4A NS4B 3 C E1 E2 NS2 NS3 NS5A NS5B Génome parental 2 (ex. 2k) P NS NS4B 7 4A 3 C E1 E2 NS2 NS3 NS5A NS5B 5 Génome recombinant (ex. 2k/1b) P NS 7 4A NS4B 3 C E1 E2 NS2 NS3 NS5A NS5B 27

28 Recombinants naturel du VHC Recombinant Point de Recombinaison (nucléotides*) 2k/1b NS2 (-235) N687 2i/6p NS2-NS3 (-15 à 21) 2b/1b NS3 (36-37) Souche Géographie Référence D3 SE /5 NS3 (12 à 32) R1 St-Pétersbourg, Russie Ho Chi Minh City, Vietnam Manille, Philippines France (sud-ouest) Kalinina et al Noppornpanth et al., 2006 Kageyama et al., 2006 Legrand-Abravanel. et al., b/6w NS3 (9) D177 Taïwan Lee et al., b/1a NS5B PE22 Lima, Pérou Colina et al., 2004 * Par rapport à NS3 28

29 Génotype décrit par le LSPQ Génotype Origine 1j,1k Haïti 2m Vietnam 2r Haïti 3i Continent Indien 4q Rwanda/Burundi 6q, 6r, 6s Cambodge 7* République démocratique du Congo *Séquence génomique complète déterminée au LSPQ en

30 Rôle du génotype dans le traitement Génotype 1 Peg-interféron alfa + ribavirine + inhibiteur de protéase Autres génotypes (2 à 6) Peg-interféron alfa + ribavirine Génotypes 2 et 3 24 semaines (Tx classique) Génotypes 4, 5, 6 48 semaines (Tx classique) 30

31 Génotypage effectué par séquençage et inférence phylogénétique (LSPQ) 5 NCR P NS 7 4A NS4B 3 C E1 E2 NS2 NS3 NS5A NS5B NCR 196 pb 3e 424 pb 2e 340 pb 1e - Premier choix région NS5B (génotype/soustype; 97%) - Deuxième choix région C/E1 (génotype/soustype; 0,5%) - Troisième choix région 5 NC (génotype; 2,5%) Charge virale < UI/mL Murphy DG et al., J. Clin. Microbiol. 45 (4):

32 Arbre phylogénétique du VHC Séquences de la région NS5B a b c 1c-HCG C+4r BM r-FrSD120 4k-B14 4d-SD006 4c-GB358 4a-ED43 3b-HCVTr 3k-JK049 BM BM BM a-NZL1 BM BM BM BM a-HCV1 BM BM h-VN004 6g-JK046 6d-VN235 6e-VN711 BM e-VN540 6b-Th580 6a-EUHK2 BM BM b-HCVBK BM b-HCJ8 2a-HCJ6 2k-VAT96 5a-EUH1480 2c-BEBE1 32

33 Arbre phylogénétique du VHC Séquences de la région NS5B Génotype l c i d b f h g e a k j 1a-HCV1 1a-QC198 1k-QC328 1k-QC82 1j-QC329 1j-QC2 BM l-M5186N 1l-QC390 1l-CM1427 1c-QC165 1c-HCG9 1i-QC77 1i-FR16 1d-QC167 1d-NL29 1b-QC250 1b-HCVBK 1f-FR2 1h-QC94 1h-CM1521 1g-QC71 1g e-QC248 1e-CAM

34 a 3a 1b P Q 1a-HCV1 S B-2004 B-2006 T U V W X Y 1b-HCVBK H R Z D-2003 C-2002 E A-2006 F A-2003 G 3a-NZl1 I J K L M N O Exemple de comparaison de souches à partir de la région NS5B 34

35 Génotypage du VHC (LSPQ) Effectué à l aide d une technique maison développée au LSPQ Limite de détection : entre 12 et 100 UI/ml Le requérant doit indiquer sur le formulaire d analyse du LSPQ que la personne est connue positive pour l ARN du VHC Le génotypage n est effectué qu une seule fois sauf s il y possibilité de réinfection ceci doit être spécifié sur le formulaire d analyse du LSPQ pour que le test de génotypage soit refaite 35

36 Nombre Génotypage du VHC Échantillons et bénéficiaires /08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 Échantillons Bénéficiaires 36

37 Pourcentage Distribution annuelle des génotypes du VHC Génotype 07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 37

38 Pourcentage Proportions relatives du génotype 1a et 1b a 1b 07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 38

39 Détection quantitative (mesure de la charge virale) de l ARN du VHC 3 sites désignés (déc. 2012)* Montréal CHUM - Hôpital Saint-Luc CUSM Hôpital Royal Victoria Québec CHU de Québec CHUL * Analyse auparavant effectuée au LSPQ 39

40 Détection quantitative de l ARN VHC Trousse utilisée au Québec Trousse Abbott RealTime HCV (RT-PCR temps réel) Cible génomique : région 5 prime non codante (5 NCR) Linéarité UI/ml Limite de détection de 12 UI/ml (95% des échantillons ayant un taux d ARN à 12 UI/ml) Volume minimal d échantillon requis 1 ml (idéalement 2 ml en cas de reprise) 40

41 Détection quantitative de l ARN VHC Résultats possibles Résultat Non détecté Interprétation ARN du VHC non détecte < 12 UI/ml, détecté ARN du VHC détecté, mais est en dessous de la limite inférieure de quantification 12 à 100 million UI/ml ARN du VHC détecté à la mesure indiquée > 100 million UI/ml ARN du VHC détecté, mais est au dessus de la limite supérieur de quantification 41

42 Détection quantitative de l ARN VHC Le test de détection quantitative est dorénavant utilisé à toutes les étapes de la prise en charge thérapeutique (la détection qualitative ne sera plus utilisée en suivi thérapeutique) Veuillez faire parvenir vos demandes à un des trois établissements désignés selon vos corridors de service Toute demande de charge virale devra être accompagnée du contexte clinique (i.e. prétraitement, 4e semaine de thérapie, etc.) 42

43 Exemples de cédules recommandée des mesures de charge virale du VHC Génotype Type de Tx ARN VHC 1 (pt naïf) 1 (pt naïf) 1 (pt naïf, cirrhose) 1 (pt naïf) 1 (pt naïf) 1 (pt naïf, cirrhose) 2, 3 4, 5, 6 Co-infection VIH (1 à 6) Peg-INF + RIB + BOC Peg-INF + RIB + BOC Peg-INF + RIB + BOC Peg-INF + RIB + TÉL Peg-INF + RIB + TÉL Peg-INF + RIB + TÉL Peg-INF + RIB (classique) Peg-INF + RIB (classique) Peg-INF + RIB (classique) F, facultative; S/O, sans objet Indétectable S8 à S24 Détectable S8, indétectable S24 Indétectable S24 Indétectable S4 et S12 Détectable S4 ou/et S12 Semaine X X X X X X X X X X X X X X X X F X X X X X X X X X X X X X X X X X S/O X X X X X X X S/O X X X X X S/O X F X X X X X S/O X F X X X X X 43

44 Nombre Charge virale du VHC Échantillons analysés /08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 Échantillons Bénéficiaires 44

45 Pourcentage Distribution des mesures de charge virale Abbott RealTime HCV (UI/ml) /11 11/12 12/

46 Détermination génotypique de la résistance aux inhibiteurs de protéases But : évaluer l émergence de mutations sur le génome virale associées à la résistance à l inhibiteur de protéase (IP) chez des sujets nonrépondeurs Analyse disponible au LSPQ après entente Très peu de demande à ce jour Limite de détection : environ 1000 UI/ml Cible : domaine de la protéase de NS3 46

47 Détermination de la résistance exemples de cas ID Sexe Âge Origine ethnique Génotype VHC Fibrose Tx antérieur Réponse Tx antérieur NR1 Homme 47 Caucasien 1a Cirrhose (F4) Peg IFNα + RBV Répondeur nul NR2 Homme 58 Asiatique 1b + 6a Cirrhose (F4) Peg IFNα + RBV Répondeur nul NR3 Homme 55 Caucasien 1a Fibrose (F2-F3) Peg IFNα + RBV Répondeur nul 47

48 ARN VHC Log UI/mL ARN VHC Log UI/mL ARN VHC Log UI/mL Taux d ARN VHC dans les premières semaines de traitement NR1 (1a) NR2 (1b+6a) Semaines de traitement Semaines de traitement NR3 (1a, VIH +) Semaines de traitement Charge virale déterminée à l aide de la trousse Abbott RealTime HCV 48

49 Résumé sur l utilisation des épreuves de laboratoires pour le VHC Détection des anti-vhc Sérologie - anti-vhc Positive / Indéterminée Détection de l ARN VHC ARN VHC qualitatif Positif Prise en charge traitement envisagé Génotypage Prise en charge traitement imminent en cours ou terminée Prise en charge échec au traitement Mesure de la charge virale Au besoin Résistance aux antiviraux 49

50 Merci de votre attention Remerciements Personnel du LSPQ Secteur Sérodiagnostic et virologie Secteur Biologie moléculaire Direction Personnel du réseau Médecin œuvrant dans le domaine Technologistes de laboratoire Infirmière et pharmacienne 50

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Journée du 13 décembre 2012 Virus de l Hépatite B Historique Blumberg

Plus en détail

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Stéphane Chevaliez Centre National de Référence des Hépatites Virales B, C et delta Laboratoire de Virologie & INSERM U955 Hôpital

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Agence de santé publique du Canada Public Health Agency of Canada Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Rapport de surveillance en date du 31 mars 2004 mai 2005 Les souches VIH-1

Plus en détail

Hépatite C: épidémiologie, histoire naturelle et diagnostic

Hépatite C: épidémiologie, histoire naturelle et diagnostic 896 RMS SYNTHÈSE SMF 360 D énormes progrès depuis la découverte du HCV Hépatite C: épidémiologie, histoire naturelle et diagnostic Darius Moradpour a, Beat Müllhaupt b a Service de Gastroentérologie et

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV)

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) En 1999, dans le monde, plus de 33 millions de sujets dont 43% de femmes étaient infectés par le virus de l'immunodéficience humaine ou HIV. L'épidémie progresse

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Virus de l hépatite C

Virus de l hépatite C Virus de l hépatite C Dr Dominique Bettinger Laboratoire de Virologie CHU Saint Jacques Besançon Le 17 Avril 2004 Historique La transfusion en masse a été à l origine de nbreuses hépatites post-transfusionnelles

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Fondation canadienne du foie Programme national d éducation sur l hépatite C hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Une initiative

Plus en détail

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 L hépatite C Les moyens thérapeutiques: le cycle viral Les moyens

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Stratégies de biologique des hépatites virales B et C Argumentaire Mars 2011 L argumentaire scientifique de cette évaluation en santé publique est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

LES SOUCHES VIH-1 ET LA TRANSMISSION DE LA PHARMACORÉSISTANCE AU CANADA RAPPORT DE SURVEILLANCE EN DATE DU 31 DÉCEMBRE 2008

LES SOUCHES VIH-1 ET LA TRANSMISSION DE LA PHARMACORÉSISTANCE AU CANADA RAPPORT DE SURVEILLANCE EN DATE DU 31 DÉCEMBRE 2008 LES SOUCHES VIH-1 ET LA TRANSMISSION DE LA PHARMACORÉSISTANCE AU CANADA Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership, aux partenariats, à l innovation et aux interventions en matière

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

.PLAN PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE...4. I- Introduction...5. II- Rappel sur l hépatite C...7. 1- Agent viral...7. 2- Epidémiologie...

.PLAN PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE...4. I- Introduction...5. II- Rappel sur l hépatite C...7. 1- Agent viral...7. 2- Epidémiologie... .PLAN PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE...4 I- Introduction...5 II- Rappel sur l hépatite C...7 1- Agent viral...7 2- Epidémiologie...10 3- Manifestations cliniques...13 4- Diagnostic biologique...15

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Pierre-Yves Comtois, Marc Leclerc, Bruno Lemay, Karina Ortega Révision scientifique : Benoît Lemire, pharmacien

Pierre-Yves Comtois, Marc Leclerc, Bruno Lemay, Karina Ortega Révision scientifique : Benoît Lemire, pharmacien P RTAIL VIH / sida du Québec Hépatite C Retour sur les symposiums hépatite C 2012 Pierre-Yves Comtois, Marc Leclerc, Bruno Lemay, Karina Ortega Révision scientifique : Benoît Lemire, pharmacien Le 3 et

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004 Actualités sur l hépatite C 20 Janvier 2004 Guérison sans séroconversion? CONTAMINATION 4 à 12 semaines HEPATITE AIGUE 15-45 % 55-85 % GUERISON ARN VHC- 25-40% INFECTION CHRONIQUE ARN VHC+ 60-75% ALAT

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire :

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire : Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C Sommaire : Au Canada, l hépatite B et l hépatite C demeurent de graves enjeux de santé publique en raison de taux de prévalence élevés, de coûts élevés pour

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS RAPPELS Répartition des patients VHC 15% Nosocomial 20% Autres + Inconnue 3% Activité prof. 37 % Transfusion 1 % sexuel 25 % Toxicomanie IV D'après

Plus en détail

Le point sur le traitement de l hépatite C chronique

Le point sur le traitement de l hépatite C chronique nouveautés en gastroentérologie et hépatologie Le point sur le traitement de l hépatite C chronique Rev Med Suisse 2010 ; 6 : 174-9 F. Bihl I. Pache J. Hess D. Moradpour Drs Florian Bihl, Isabelle Pache

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3 Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques Maurice Cassier CNRS CERMES3 Production de génériques dans les PVD et accessibilité

Plus en détail

TRAITEMENT ACTUEL DE L HÉPATITE C : PLACE DE LA RIBAVIRINE

TRAITEMENT ACTUEL DE L HÉPATITE C : PLACE DE LA RIBAVIRINE Évaluation thérapeutique : TRAITEMENT ACTUEL DE L HÉPATITE C : PLACE DE LA RIBAVIRINE 1. Évaluation clinique 2. Évaluation pharmaco-économique 5 É d i t o r i a l Depuis 10 ans, date à laquelle le virus

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

Comité d organisation

Comité d organisation Workshop Comité d organisation Khadija Akarid Abdelkrim Benbouzid Abdellah Badou Nadia Bouhaddioui Zakaria Chraïbi Hassan Fellah Jamal Hafid Fouad Seghrouchni Faculté polydisciplinaire de Safi Laboratoire

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 1. Hépatites virales : étude clinique 1.1. Hépatite aiguë 1.1.1. Forme typique C est la forme clinique

Plus en détail

Université de Montréal

Université de Montréal Université de Montréal L association entre les divers types de services de santé et l initiation du traitement de l hépatite C chez les utilisateurs de drogues par injection. par Marc-Antoine Bégin Programme

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

L. Clivaz Mariotti. Médecine interne FMH RFSM

L. Clivaz Mariotti. Médecine interne FMH RFSM L. Clivaz Mariotti Médecine interne FMH RFSM Conflits d intérêts Pas de conflit d intérêt Première partie : problèmes somatiques courants Problèmes cutanés Problèmes nutritionnels Problèmes dentaires Problèmes

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de

Plus en détail

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Comparaison du kit Diapro pour la détermination des anticorps anti- HDV totaux avec le kit Murex utilisé en routine

Comparaison du kit Diapro pour la détermination des anticorps anti- HDV totaux avec le kit Murex utilisé en routine Comparaison du kit Diapro pour la détermination des anticorps anti- HDV totaux avec le kit Murex utilisé en routine Aurélie Comand Ecole Supérieure de la Santé TAB 50 ème Service d immunologie et allergie

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C

Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C Septembre 2014 Une production de l Institut national d excellence en santé et

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales IFMT Séminaire hépatites mai 2006. IFMT-MS-Sémin Hépatites-2006 1 Principes de base 1. Hépatites aigues : on ne traite pas! (VHA, VHE, VHB aigue) aucun traitement n a fait

Plus en détail

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Pr C. PERRONNE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Raymond Poincaré Faculté de Médecine Paris - Ile de France

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail