RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE"

Transcription

1 NOVEMBRE L objectif de ce document est de guide le médecin omnipaticien dans le choix des modalités de laboatoie et d imageie pou l investigation d une condition humatologique. En effet, les analyses de laboatoie et les modalités d imageie, de façon isolée et sans un contexte clinique appopié, sont aement diagnostiques. Il faut donc évite les examens de laboatoie de outine, en humatologie comme ailleus. Pou vous aide, un appel des caactéistiques pincipales d un test est nécessaie. Pa la suite, les tests et examens d imageie sont discutés en fonction des pésentations cliniques pou lesquelles ils sont les plus susceptibles d ête utiles. L utilisation des tests appopiés dans le contexte de ces pésentations cliniques est le meilleu moyen, pou l omnipaticien, de sélectionne les patients chez qui un ésultat, positif ou négatif, isque de modifie l impession diagnostique. RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE GILLES BOIRE, M.D., M.Sc., FRCPC Cente hospitalie univesitaie de Shebooke Histoie et examen physique Pemettent d établi un diagnostic difféentiel et le diagnostic le plus pobable DE LA BONNE INTERPRÉTATION D UN TEST Chaque test possède des caactéistiques qui déteminent son utilité. Les pincipales caactéistiques intinsèques (donc constantes à taves diveses situations cliniques) à considée sont : fiabilité sensibilité spécificité Pa conte, les pobabilités pé-test et post-test sont déteminées pa les conditions d utilisation du test. Les tests de labo et l imageie sevent à Renfoce ou diminue la pobabilité d un diagnostic Établi l étendue de la maladie Fiabilité d un test Sensibilité Spécificité >> Pou qu un test donne une infomation utili sable, il doit ête fiable. Nous savons tous que la capacité d entende un souffle cadia que lége vaie selon l individu qui utilise le stéthoscope. La même emaque s applique pou l imageie et pou cetaines épeuves de laboatoie. Pa exemple, cetains tests de laboatoie qui nécessitent une expetise humaine (e.g. FAN) pouont donne des ésultats plus fiables dans cetains milieux que dans d autes. Il est impotant que vous teniez compte, dans la mesue du possible, de la fiabilité d un ésultat d examen dans vote milieu. La sensibilité d un test epésente la capacité de détecte les patients poteus d une pathologie, définie à l aide d une méthode de éféence. Un test tès sensible est utile pou exclue la pésence d une pathologie donnée losque le test est négatif. Pa conte, un ésultat positif à un test sensible est peu utile ca beaucoup de sujets non-malades auont un ésultat positif. Un bon exemple : FAN = test dépistage tès sensible pou le lupus éythémateux disséminé (LED) s FAN + : plusieus pathologies possibles, donc pas un agument tès fot pou LED s FAN - : LED tès peu pobable ca + dans 98% des cas La spécificité d un test epésente la capacité de détecte les patients qui n ont pas la pathologie, définie à l aide d une méthode de éféence. Un test tès spécifique est utile pou identifie la pésence d une pathologie donnée losque le test est positif. Un ésultat négatif à un test tès spécifique donne peu d infomation utile. Un exemple de test spécifique est, chez des patients pésentant des signes et des symptômes de polyathite inflammatoie depuis quelques mois : s pésence de plusieus éosions péi-ati cu laies typiques aux MCP et aux MTP su les adiogaphies des mains et des pieds : Diagnostic de polyathite humatoïde tès pobable. s Absence d éosions = Non diagnostique ca seulement 15 à 20% des PR auont des éosions visibles apès quelques mois d évolution

2 En patique clinique, peu de tests ont à la fois une gande sensibilité et une gande spécificité (tests pathognomoniques). Comme exemples de telles exceptions, s cultue d un geme pathogène à pati d un échantillon de liquide synovial pou le diagnostic d athite septique s pésence de cistaux intacellulaies d uate de sodium à pati d un échantillon de liquide synovial pou le diagnostic de goutte. Pobabilité initiale (pé-test) et finale (post-test) Un test diagnostique n est utile que si son ésultat change la pobabilité initiale qu une pathologie soit pésente. s La pobabilité pé-test est plus aisément epésentée comme la pévalence d une pathologie au sein d une population étudiée. s La pobabilité post-test est la pobabilité que la pathologie soit pésente chez un malade donné, selon que le ésultat du test soit positif ou négatif. Afin d applique un test dans les conditions optimales pou qu il influence note décision clinique, il faut se base su une combinaison de : l inteogatoie l examen physique les ésultats de laboatoie connus l expéience clinique du médecin. Un test est utile quand le clinicien n a pas encoe posé un diagnostic (ni pobabilité nulle, ni cetitude), mais que chaque diagnostic difféentiel peut ête au moins gossièement établi comme impobable, peu pobable, pobable, tès pobable Utilisons à nouveau l exemple du FAN pou établi la pobabilité post-test. Le FAN, à un tite de 1/160 et au-dessus, est un test sensible à 98% pou le LED et un test spécifique à 95% (i.e. que 5% envion de la population aua un FAN positif). Le FAN est donc un tès bon test de laboatoie. Pa conte, la pévalence du LED dans la population généale est de 0.05%, et envion 1% des patients avec FAN+ aua un LED. En fait, seulement 5 à 10% des patients avec FAN+ auont une maladie humatismale, et un nombe équivalent aua une maladie autoimmune non humatismale (e.g. thyoïdite autoimmune, fibose pulmonaie, maladie hépatique, sacoïdose). Le FAN est donc sutout utile losqu il est négatif, puisqu il end impobable la pésence d un LED (et de plusieus autes collagénoses). Mais losqu il est positif, sa valeu pédictive est faible. Ainsi, si vous soignez une jeune femme avec des cytopénies, un ash et des athalgies depuis plusieus semaines (pobabilité au moins 50% pou le LED), un test positif identifiea (chez 100 patients semblables) 49 des patients avec LED et seulement 5 patients non-led. La pobabilité post-test si le FAN est positif, sea alos de 49/54, ou 90%. Pa conte, si vous n avez aucun symptôme évocateu de LED, il vous fauda teste 10,000 patients pou identifie 5 patients avec LED. Mais vous identifieez aussi 500 faux positifs, donc la pobabilité post-test dans cette situation sea de 1% seulement. QUELLES ÉPREUVES DE LABORATOIRE UTILISER FACE À UNE SITUATION CLINIQUE DONNÉE? Un cetain nombe de situations cliniques féquentes ne equièent pas d épeuves de laboatoie, si ce n est en vue d évalue les conte-indications elatives ou absolues à l utilisation d un taitement paticulie. Pa exemple : tendinite entose cevicalgie lombalgie simple athose Ne nécessitent habituellement aucun bilan à but diagnostique Pa conte les épeuves de laboatoie et l ima geie sont tès utiles pou aide à éponde à des questions cliniques impotantes. Nous éviseons ici cetaines de ces situations. A) S agit-il d une condition Inflammatoie? La situation clinique la plus féquente pou l utilisation d épeuves de laboatoie en humatologie est sans doute dans le but de enfoce ou de diminue l impession diagnostique d une maladie inflammatoie. Les épeuves de laboatoie utiles dans ces ciconstances sont : s Fomule sanguine complète (FSC; Anémie, Thombocytose) s Vitesse de sédimentation s Mesue de la potéine C-éactive (CRP). La vitesse de sédimentation des globules ouges (VS) se calcule en mesuant dans un tube capillaie la difféence ente la hauteu au dépat d une colonne de sang anticoagulé (200 mm dans la technique Westegen et 100 mm dans la techni - que Winthobe) et la hauteu des globules ouges sédimentés au fond du tube apès une heue. La potéine C-éactive ou CRP est une potéine séique patiquement indétectable en situation nomale, mais dont le niveau peut s éleve de plus de 1000 fois en pésence d inflammation. La CRP epésente donc mieux l état inflammatoie écent. C R P Élévation apide, en moins de 4 heues (pic : heues) Diminution apide (baisse de 50% en 24 heues) Non influencé pa d autes facteus Losque tès élevée (plus de 40 fois la nomale de 8 g/l) : infection bactéienne ou vasculite systémique Disponible en tout temps VITESSE DE SÉDIMENTATION Élévation lente (jous) Demeue élevée plus longtemps (baisse de 50% en 1 semaine) Influencée pa plusieus vaiables (anémie, sphéocytose, âge, hypegammaglobulinémie) Losque tès élevée (>100 mm/he) : infection bactéienne ou vasculite systémique Peu coûteux, mais pas disponible le soi, la nuit et les weekends

3 Il faut cependant econnaîte les limites de la CRP et de la VS pou l éva - luation des conditions inflammatoies. Pès de 40% des patients avec athite inflammatoie manifeste (synovites claiement identifiables) pésente depuis quelques semaines ou quelques mois auont une CRP et une VS dans les limites de la nomale. Le diagnostic de polyathite inflammatoie peut donc souvent se faie même chez des patients avec VS et CRP nomales : la clinique est plus impotante que les tests. De même, quelques patients atteints d atéite à cellules géantes (atéite tempoale) auont une VS et une CRP nomales ou pesque nomales. OUTIL Évaluation clinique FSC VS CRP SENSIBILITÉ + + DIAGNOSTIC + + SUIVI + + L utilité de ces épeuves de laboatoie et de l évaluation clinique pou le diagnostic et le suivi de conditions inflammatoies peut ête ésumée comme suit >>> B) Monoathite aiguë Une monoathite aiguë tès inflammatoie suggèe d abod une athite infectieuse ou micocistalline. Dans le contexte, l analyse et la cultue du liquide synovial sont les tests les plus payants. Monoathite aiguë Athite infectieuse jusqu'à peuve du contaie Athite micocistalline Liquide synovial * : Cultue Recheche de cistaux Acide uique séique ** Si pseudo-goutte suspectée *** : Bilan phosphocalcique Feitine et Satuation tansfeine Radiogaphies à la echeche de chondocalcinose Radiogaphie de l aticulation touchée (pincement, éosions, calcifications) * Dans une situation pouvant suggée une infection tansmise sexuellement (ITS), la echeche du go no coque et du Chlamydia pa les techniques appopiées est indiquée. ** 5 à 10% de la population est hypeuicémique (ui cémie 420 μmole/l), mais seulement 2 à 3% développent de la goutte. Il faut évite de taite une hypeuicémie isolée autement que pa des modifications de la diète, une pete de poids et une diminution de la pise d alcool et de médicaments affectant l ui - cémie. L ajout de 500 mg de vitamine C, un hypou - icémiant sécuitaie mais faible, peut aussi se justi fie. Seule la goutte et une hypeuicosuie significative, et cetains cas de népholithiases calciques, méitent un taitement avec des agents hypouicémiants. *** Si vous pensez à une pseudogoutte, un bilan phosphocalcique et la echeche d évidence en faveu d une hémochomatose, l une des conditions pédisposant à la chondocalcinose, ainsi qu une adiogaphie des aticulations les plus touchées pa la chondocalcinose, i.e. les poignets, les épaules, les genoux et le bassin (hanches et symphyse pubienne), sont indiqués. C) Monoathite chonique Dans le cas d une monoathite chonique, l analyse et la cultue du liquide synovial sont essentielles, mais il faut souvent aussi obteni un spécimen de la membane synoviale. L imageie, d abod conventionnelle et dans cetains cas pa scintigaphie et ésonance magnétique est aussi indiquée. Il faut en effet exclue une infection chonique ou une tumeu. Tès souvent, une mono - athite inflammatoie chonique sea une manifestation de spondylathopathie (e.g. athite psoiasique, maladie inflammatoie intestinale ). Monoathite chonique : 6 semaines Athite infectieuse chonique Tumeu bénigne ou maligne Spondylathopathies : Psoiasis Entéopathies inflammatoies PR atypique Dégénéatif Autes Liquide synovial : Cultue (TB, Mycose) Analyse Radiogaphie de l aticulation PPD Réféence en spécialité Biopsie synoviale Dans cetains cas : Scintigaphie + Gallium IRM D) Polyathite aiguë Dans le cas d une polyathite aiguë (i.e. duant depuis quelques heues à quelques semaines), les tests et l imageie sont peu utiles. Spécifiquement, le FAN, le FR et les adiogaphies pésentent peu d intéêt dans cette situation. On doit cependant ête alete pou mette en évidence des atteintes d autes oganes qui pouaient oiente ves un diagnostic de collagénose ou de vasculite (voi les tests suggéés plus loin). En pé - sence d une athite ou péiathite des 2 chevilles et/ou des 2 poignets, une adiogaphie des poumons poua mette en évidence des adéno - pathies médiastinales dans le cas d un syndome de Loefgen (sacoïdose aiguë). À l occasion, des maladies habituellement monoati culaies (e.g. goutte et pseudogoutte) peuvent se manifeste sous une fome polyaticulaie. Polyathite aiguë : heues à semaines Viale Athite éactive associée à infections ou médicaments Inflammatoie débutante PR Collagénose Vasculite Recheche atteinte exta-aticulaie pa histoie et examen Cultue de goge (steptocoques) Bilan sanguin : FSC VS, CRP Souvent suffisant Reins Foie RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

4 Oligo/Polyathite chonique Polyathite chonique : 3-4 atic > 6 semaines NON INFLAMMATOIRE Athose : - Pimaie - Secondaie POLYARTHRITE PR Lupus Autes collagénoses Vasculites PRÉSENTATION OLIGO/POLYARTICULAIRE SANS ATTEINTE AXIALE INFLAMMATOIRE OLIGOARTHRITE Athite psoiasique Athite entéopathique Goutte Pseudogoutte PR Sacoïdose AVEC ATTEINTE AXIALE Spondylite ankylosante Athite psoiasique Athite entéopathique Pou pale de polyathite chonique, il faut qu au moins 3 ou 4 aticulations soient touchées depuis au moins 6 semaines. Oute les paamètes suggestifs d inflammation (VS, CRP, FSC), les tests les plus impotants incluent les adiogaphies des mains et des pieds et la echeche d autoanticops. Dans cetains cas suggestifs de spondylathopathie, une adiogaphie du bassin de face à la echeche de signes de sacoiliite est utile. Inflammatoie PR Athite psoiasique Collagénose Vasculite Autes... Inflammatoie + atteinte axiale Spondylathopathies Recheche atteinte exta-aticulaie à histoie et examen Bilan sanguin : FSC, VS, CRP Céatinine + analyse uine Foie Hépatite B et C CK Recheche des autoanticops : Facteu humatoïde Anti-CCP Selon clinique : FAN Anti-dsDNA AC spécifiques aux vasculites et aux collagénoses Radiogaphies mains pieds Radiogaphie poumons Radiogaphie Bassin AP si saco-iilite? La pésence d éosions osseuses péiaticulaies su des adiogaphies des mains et des pieds d un patient atteint de polyathite chonique est un élément impotant en faveu d un diagnostic de polyathite humatoïde, mais aussi un pédicteu puissant pou indique que, si l athite n est pas taitée énegiquement, la destuction aticulaie pogessea apidement. Facteus de mauvais ponostic de la polyathite humatoïde Pésence d éosions su les adiogaphies des mains Pésence de FR ou d anti-ccp Pesistance d inflammation (synovites, CRP élevée) à long teme (mois, années) Retad à amoce un taitement antihumatismal (plus de 6 à 12 mois) Les autoanticops les plus utiles dans un contexte de polyathite chonique sont le Facteu humatoïde (FR) et les anticops anti-ccp (Cyclic Citullinated Peptides). La pésence d autoanticops chez un patient avec polyathite chonique débutante est un bon pédicteu de pesistance de cette athite, donc d une faible tendance à ente spontanément en émission.

5 A PROPOS DU FACTEUR RHUMATOIDE E) Spondylathopathie PR apès 1 an Pésent initialement Positif Indiqué si En pésence de PR Associé aux manifestations exta-aticulaies de la PR Pésent chez 5% des non-pr Pésent chez 75-80% 40-50% des PR si >=40 UI/ml Atteinte aticulaie inflammatoie > 4 à 6 semaines Associé à une atteinte aticulaie plus sévèe Nodules, Fibose pulmonaie, Felty Âgés asymptomatiques Infections choniques (hépatite C, endocadite bactéienne) Collagénoses Dans cetaines situations cliniques, une athite péiphéique mono-, oligo- ou polyaticulaie, peut appateni au goupe des spondylathopathies : athite psoiasique, athite associée aux maladies inflammatoies intestinales, athite éactive, syndome de Reite, spondylite ankylosante et spon dylathite indifféenciée. Ensemble, les spondy lathopathies ont une pévalence d envion 2%, soit 2 à 3 fois plus que la PR. Les situations cliniques évocatices de spondylathopahie sont : Psoiasis cutané (pesonnel ou paent du 1 e degé) Spondylathopathie chez un paent du 1 e degé La pésence de FR n est pas diagnostique de PR. Mais en pésence d une athite inflammatoie pesistante et pou laquelle aucune explication n est touvée (e.g., infection, cistaux) et sans caactéistiques suggestives d une aute maladie inflammatoie (e.g., collagénose, vasculite), la pésence du FR augmente fotement la pobabilité de PR. A PROPOS DES ANTICORPS ANTI-CCP Le manque de spécificité du FR pou la PR a stimulé la echeche d anticops plus spécifiques. Le point commun des anticops spécifiques à la PR est qu ils econnaissent des antigènes contenant des acides aminés citulline. La fomation de potéines citullinées est un phénomène nomal, pésent en chacun de nous à chaque instant. Pou une aison inconnue, beaucoup de patients souffant de PR poduisent des anticops diigés conte cetaines potéines citullinées. En patique clinique couante, seul le test anti-ccp (Cyclic Citullinated Peptide) est disponible. Tès peu de pesonnes «nomales», et tès peu de pesonnes avec des maladies aticulaies autes que la PR ou avec des collagénoses vont poduie des anticops anti-ccp. Les anti-ccp sont des anticops tès spécifiques pou la PR. Pévalence des anti-ccp Polyathite humatoïde établie Polyathite inflammatoie débutante Athite psoiasique Lupus et autes collagénoses Pesonnes nomales 60-70% 30-40% 5-10% 5-10% Moins de 1% (peut pafois pécéde la PR clinique) En patique, les anti-ccp n ajoutent ien au FR losque le diagnostic de PR est connu. Les anti-ccp sont sutout utiles pou ende plus pobable le diagnostic de PR dans 2 situations : 1) en pésence d une athite inflammatoie débutante; et 2) chez un individu qui pésente des athites ou des athalgies et qui peut poduie un FR pou une aute aison (hépatite C, pesonne âgée, collagénose). Dans ces situations, si l anti-ccp est positif, le diagnostic de polyathite humatoïde est tès fotement enfocé (test spécifique), et une consultation en spécialité devait ête demandée. Pa conte, s il est négatif, le diagnostic d athite pesistante et de PR n est pas exclu. Manifestations inflammatoies intestinales Manifestations inflammatoies oculaies Lombalgie avec des caactéistiques inflammatoies (et en paticulie une bonne éponse aux AINS) Dans ces cas, une adiogaphie du bassin de face et l identification du gène HLA B27 peuvent ête utiles. La adiogaphie du bassin de face pemetta habituellement aussi bien qu une adiogaphie des sacoiliaques de détecte des changements inflammatoies (éosions, ostéocondensation, pincements et pseudo-élagissement) aux aticulations sacoiliaques; ces changements oientent le diagnostic ves une spondylathopathie. L intepétation des adiogaphies des sacoiliaques est difficile. Une scintigaphie osseuse est souvent pescite mais il s agit d un examen qui manque de spécificité. Il faudait évite de pescie des scintigaphies osseuses pou documente une sacoilite avant l âge de 25 ans, le moment où les plaques de coissance du bassin sont femées, afin d évite des faux positifs. Losque la clinique suggèe fotement une atteinte inflammatoie mais que les adiogaphies simples sont nomales, il est possible de bien visualise les changements inflammatoies à l aide de la ésonance magnétique et, dans les cas plus avancés, les éosions à l aide de la tomogaphie assistée pa odinateu (CT-scan). RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

6 Le HLA B27 est un maqueu génétique fotement associé aux spondylathopathies. Le HLA B27 est fotement associé aux manifestations inflammatoies axiales, à l uvéite antéieue aiguë écidivante, à l athite éactive et au syndome de Reite. Pa conte, il est peu associé aux manifestations aticulaies péiphéiques en dehos de l athite éactive et du Reite. Comme le HLA B27 est pésent chez 7 à 8% des individus de ace blanche, seulement 10 à 20% d ente eux vont développe une spondylathopathie. Il faut donc évite d accode de l impotance au HLA B27 chez un individu avec une lombalgie manifestement mécanique. Symptômes/signes d atteinte d autes oganes avec ou sans athalgie Une bonne histoie, un bon examen et des bilans inflammatoies de base vous aideont à évalue la majoité des patients. En pésence d une atteinte exta-aticulaie à l histoie ou au bilan de base, vote ôle est de pessenti une pathologie systémique sous-jacente et d oiente ces patients ves une consultation en spécialité. La pésence de manifestations exta-aticulaies évoque la possibilité de collagénose ou de vasculite. Les tests sanguins utiles dans cette situation sont les paamètes suggestifs d inflammation, les indicateus d une atteinte d ogane (analyse d uine, céatinine, enzymes hépatiques, adiogaphie pulmonaie, pafois EMG et biopsie musculaie), des évidences d activation du complément (abaissement des niveaux des composantes C3 et C4) mais aussi des tests séologiques : FAN et anticops spécifiques comme anti-dsdna, ANCA, anti-gbm, anti-jo1, anti-ro, anti-la, anti- Sm, anti-u1rnp, anti-scl70, anti-th. Le dosage des anticops plus spécifiques devait essentiellement ête ésevé aux spécialistes ou dans des cas où le diagnostic de collagénose ou de vasculite est tès pobable. À note que les autoanticops comme le FAN, le FR et les anti-ccp, et d autes autoanticops plus spécifiques à des collagénoses (anti-ro, anti-la sutout) peuvent ête pésents plusieus mois ou années avant qu une maladie devienne cliniquement manifeste. Chez un individu asymptomatique, la pésence d un de ces anticops devait suggée de este attentif au développement gaduel de manifestations autoimmunes, afin de faie le diagnostic plus pécocement. Le dosage des composantes du complément C3 et C4 ne sont utiles que losqu on soupçonne une maladie accompagnée de consommation de complément : cetaines collagénoses et cetaines vasculites. Une augmentation du C3 et du C4 est une éponse non-spécifique à l inflammation et n a pas de valeu diagnostique. F) Le cas de la fibomyalgie Le diagnostic de fibomyalgie est un diagnostic essentiellement clinique. Il s agit cependant d un diagnostic d exclusion qui méite une évaluation clinique soignée (questionnaie et examen) et pobablement épétée dans le temps. DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL ET BILAN SUGGÉRÉ EN CAS DE SUSPICION DE FIBROMYALGIE Néoplasies hématologiques ou métastatiques Ostéomalacie FSC, VS, adiogaphies osseuses si douleu tès localisée; adiogaphie des poumons; pafois scintigaphie osseuse phosphatase alcaline, calcium et phosphoe séiques, 25(OH)vitamine D Hypepaathyoïdie Hypothyoïdie Athite inflammatoie phosphatase alcaline, calcium et phosphoe séiques; PTH si anomalies au bilan de base TSH VS, CRP

7 G) L ostéopoose On ne etouve aucune anomalie de laboatoie (sauf des signes d insuffisance en homones gonadiques) chez la gande majoité des cas d ostéopoose. Toutefois, en pésence d une factue pa insuffisance osseuse, ou si on identifie de l ostéopoose maquée chez un patient qui ne pésente pas de facteus de isque majeus pou l ostéopoose, il est indiqué de echeche des conditions sous-jacentes pouvant contibue au développement de l ostéopoose. Une adiogaphie de l os factué aidea à pécise si la factue est suvenue dans un os affaibli pa une métastase ou une aute lésion. L ostéodensitométie peut ête utile pou identifie une ostéopoose adiologique avant qu elle se manifeste pa une factue pa insuffisance. Son intepétation doit cependant teni compte de l âge et du sexe du patient pou établi le niveau de isque de factue à 10 ans (discuté dans Siminoski K et al. Recommendations fo bone mineal density epoting in Canada. Can Assoc Radiol J 2005;56(3): ). Une ostéopoose adio lo - gique isolée chez un individu jeune, sans histoie de factue pa insuffisance osseuse, est en effet associée à un isque de factue assez bas. Pa conte, la suvenue d une seule factue pa insuffisance osseuse apès l âge de 50 ans, chez la femme et pobablement chez l homme aussi, peu impote la densité minéale osseuse sous-jacente, est pédictive d un isque élevé de nouvelle factue et identifie les patients qui devaient ecevoi un taitement efficace (i.e. pas seulement des suppléments de calcium et de vitamine D). L ostéodensitométie donne une image statique de la densité des os. On sait pa ailleus que les états avec enouvellement osseux accéléé, comme la ménopause, pédisposent aux factues. Il est possible de mesue la ésoption osseuse au moyen d un test sanguin qui mesue les C-télopeptides povenant de la dégadation du collagène de type I (pésent dans les os) et de voi la éponse aux agents antiésoptifs comme les bisphosphoantes pa une diminution des C-télopeptides à un niveau pé-ménopausique chez la femme. Cependant le dosage des C-télopeptides est assez vaiable dans le temps chez un même individu, et il est impotant de faie les pélèvements le matin, à jeun, et de compae chaque individu avec lui-même. L utilisation des C-télopeptides este du domaine du spécialiste. LE BILAN SANGUIN DE BASE DE L OSTÉOPOROSE FSC Phosphatase alcaline*, Calcium et Phosphates séiques Céatinine (et calcul de la claiance) Électophoèse des potéines plasmatiques (apès 50 ans)** 25(OH) vitamine D TSH et T4 libe si signes d hypethyoïdie Testostéone totale et libe (chez l homme) PTH si bilan phosphocalcique petubé Anticops anti-tansglutamine (echeche d entéopathie au gluten dans contexte clinique appopié ou si ésistance au taitement antiésoptif) * Si Phosphatase alcaline élevée de façon isolée et gammagt nomale, une scintigaphie osseuse peut pemette de détecte une maladie osseuse de Paget ** À l exception de la echeche d un pic monoclonal, l électophoèse des potéines plasmatiques pésente peu d intéêt pou l omnipaticien. On etouve souvent un pic monoclonal isolé de signification impécise (MGUS ou Monoclonal Gannapathy of Unknown Significance). Les éléments suggestifs qu on est en pésence d un MGUS plutôt que d un myélome sont l absence d insuffisance énale, d anémie significative, d hypecalcémie et de douleus osseuses. Dans le contexte, à moins que cette condition ait déjà été investiguée ou que le patient soit tès âgé ou que le patient pésente une conte-indication à une éventuelle chimiothéapie, nous suggéons de compléte le bilan en echechant les potéines de Bence-Jones dans une collecte d uine de 24 heues et en obtenant une séie métastatique osseuse. Si tout le bilan est négatif, un contôle de la FSC, de la céatinine, du calcium séique et de l électophoèse des potéines aux 6 mois X 2 puis aux années est suggéé. Un pic monoclonal supéieu à 5.0 g/l pou un IgG et à 3.0 g/l pou un IgA, des lésions lytiques, de l hypecalcémie impotante ou une détéioation de la fonction énale justifieaient une consultation spécialisée pou évaluation d un myélome. RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

8 MESSAGES CLÉS s Il n y a pas de bilan humatologique type s La clinique (histoie sutout, puis examen) doit détemine le contenu et l extension du bilan La plupat des causes d athalgie ne nécessitent pas de bilan (e.g., athose, tendinite) s La valeu pédictive d un test vaie en fonction de la pévalence de la maladie associée dans la population étudiée La valeu pédictive d un test est meilleue si on a une pobabilité intemédiaie (d apès l histoie et l examen) que la maladie soit pésente. Une bonne histoie et un examen ciblé augmentent la fiabilité des tests. s L utilité des tests vaie selon la question qu on se pose : mette en évidence l inflammation (VS et CRP sutout) investigue une monoathite aiguë (sutout cistaux et infection dans le LIQUIDE SYNOVIAL; les adiogaphies et la mesue de l uicémie peuvent ête utiles) investigue une monoathite chonique (infection chonique et maladies inflammatoies : ponction, cultue, imageie, pafois biopsie synoviale) investigue une polyathite aiguë (obsevation et exclue maladies systé - miques sous-jacentes pa la echeche de manifestations exta-aticulaies) investigue une polyathite chonique (sutout humatoïde, psoiasique, spondylathopathie; ôle du FR, des anti-ccp, des adiogaphies osseuses et du HLA B27) investigue une spondylathopathie investigue une collagénose ou une vasculite echeche une cause à l ostéopoose ABRÉVIATIONS ANCA Anti-CCP Anti-dsDNA Anti-GBM Anti-Jo1 Anti-La Anti-Ro anticops anti-cytoplasme de neutophiles (vasculites systémiques) anticops anti-cyclic Citullinated Peptides (polyathite humatoïde) anticops anti-adn natif (lupus éythémateux disséminé) anticops conte la membane basale gloméulaie (syndome de Goodpastue avec hémoagie alvéolaie et insuffisance énale) anticops spécifique maqueu de polymyosite (souvent avec composantes exta-musculaies) anticops spécifique sutout associé au syndome de Sjögen anticops spécifique maqueu de collagénose (lupus, Sjögen, indifféenciée) Anti-Scl70 Anti-Sm Anti-Th Anti-U1RNP C3 et C4 CK CRP CT-scan EMG FAN FR anticops spécifique maqueu de scléodemie diffuse anticops spécifique maqueu de lupus éythémateux disséminé anticops spécifique maqueu de scléodemie (ou anti-rnp) : anticops spécifique maqueu de collagénose (lupus, scléodemie, fibose pulmonaie) composantes C3 et C4 du complément céatinine phosphokinase potéine C-éactive imageie pa tomogaphie axiale assistée pa odinateu électomyogamme facteu anti-nucléaie Facteu humatoïde d isotype IgM FSC IRM LED MCP MGUS MTP PPD PR PTH TB TSH VS fomule sanguine complète imageie pa ésonance magnétique lupus éythémateux disséminé aticulations métacapophalangiennes (main) gammapathie monoclonale de signification impécise aticulations métatasophalangiennes (pied) Puified potein deivative polyathite humatoïde paathomone tubeculose thyotopine vitesse de sédimentation des globules ouges à la pemièe heue Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec - Bibliothèque nationale du Canada, Novembe ISSN Réalisé gâce à un don à l'éducation médicale de : Le Rhumatologue 2, Complexe Desjadins Pote 3000 C.P. 216, succ. Desjadins Montéal (Québec) H5B 1G8 Tél Téléc. : 514 : Conception et poduction Quatuo Communication // site intenet : quatuo.ca Comité de édaction D Mak Hazeltine, D Angèle Tucotte, D Fançois Coteau Comité exécutif de l AMRQ D Fançois Coutue, D Buce E. Gafield, D Daniel R. Myhal, D Caol-Anne Yeadon, D Sai Yan Yuen

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209 Chapite 7: TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE DU TDAH Pincipes du taitement phamacologique Dix-sept considéations dans le choix du taitement phamacologique du TDAH 209 1. Âge et vaiations individuelles 2. Duée

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

Directives. Confidentiel une fois rempli

Directives. Confidentiel une fois rempli 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 ENQUÊTE SUR L ADOPTION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE PAR LES ENTREPRISES QUÉBÉCOISES Coige le nom et l'adesse s'il y a lieu Nom Adesse Municipalité Povince Code

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez...

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN Se fome autement tout au long de la vie Vous êtes... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, paent, jeune couple, éducateu,

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués Santé envionnement Gille de lectue Échantillonnage et analyse des sols pollués Sommaie Intoduction 2 1. Éléments de cadage de la conception d une campagne de mesues dans les sols 3 1.1 Étape 1 : définition

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird Vote mission : Utilise le logiciel de messageie électonique Thundebid BUTS DE LA MISSION : - Ouvi le logiciel de messageie électonique Découvi son inteface Configue un compte mail Lie / Envoye / Recevoi

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

NOVEMBRE 2006. Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION

NOVEMBRE 2006. Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION NOVEMBRE 2006 Association des médecins rhumatologues du Québec INTRODUCTION AUTEURS : Dr Mark Hazeltine, M.D., FRCPC Centre de rhumatologie de Laval Dr Jean-Luc Tremblay, MD, FRCPC Centre hospitalier régional

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines Le fabicant qui end la piscine accessible à tous. ga antie 10 ans e d ec en n a l f fab ication a ç is e u di ect s i n e piscines w w w. p i s c i n e s - o p l u s. c o m DES PRODUITS INNOVANTS piscines

Plus en détail

LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION

LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION www.fls LICENCE SCIENCES DE L EDUCATION A pati de la maquette actuelle, nous avons déployé une offe en L1, L2 et L3 se déclinant en 3 pacous los de la denièe année. Tois dépatements de la faculté des Lettes

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin Cous ADP-CGP2 GESTION DES STOCKS Plan du cous 1. Le ôle des stocs en gestion de poduction 2. Le poblème de Wagne-Witin 3. La quantité économique optimale et les politiques déivées 4. Modèle de gestion

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

La troisième loi de Newton

La troisième loi de Newton 6 CHAPITRE La toisième loi de Newton CORRIGÉ DES EXERCICES Execices SECTION 6. La loi de l action et de la éaction 6.. Pou se déplace los de leus soties dans l espace, les astonautes se sevent de populseus

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C. CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples

Plus en détail

TABLEAUX DES MÉDICAMENTS PAR GROUPE D ÂGE (CANADA) Options de traitement médical pour les enfants

TABLEAUX DES MÉDICAMENTS PAR GROUPE D ÂGE (CANADA) Options de traitement médical pour les enfants DOCUMENTS DE SUPPORT 7A TABLEAUX DES MÉDICAMENTS PAR GROUPE D ÂGE (CANADA) Options de taitement médical pou les enfants Tableau 1. TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE DU TDAH NON COMPLIQUÉ CHEZ L ENFANT Liste des

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation Aticle pau dans : Revue Fançaise d Oenologie, N 183, pages 10-13, ju illet/août 2000. Pésentation d une méthode d analyse sensoielle des baies de aisin. 1. Intoduction Pincipe, méthode, intepétation Jacques

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4 F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS SOMMAIRE F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS... 1 F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.1.2 SERVICES PERMANENTS... 2 F.1.3 SERVICES PONCTUELS...

Plus en détail

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice Vote mission : Réalise un publipostage avec OpenOffice BUTS DE LA MISSION : Cée une base de données avec OpenOffice Calc Cée une lette-type avec OpenOffice Wite Insée les champs de la base de données dans

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smbole Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Gestion de versions incertaines de documents XML

Gestion de versions incertaines de documents XML Gestion de vesions incetaines de documents XML Mouhamadou Lamine Ba, Talel Abdessalem, Piee Senellat Institut Mines-Télécom Télécom PaisTech ; CNRS LTCI 46 Rue Baault, 75013 Pais, Fance fist.last@telecom-paistech.f

Plus en détail

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse Pemis de feu Tavail pa point chaud Patage vote engagement Ce document doit ête établi avant tout tavail pa point chaud (soudage, découpage, meulage, ) afin de péveni les isques d incendie et d explosion

Plus en détail

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs ROULEMENTS Pages Infomations Techniques A7 A141 Infos Tech. Roulements à Billes à Goge Pofonde B4 B45 Roulements à Billes à Contact Oblique Roulements à Billes Auto-Aligneus Roulements à Rouleaux Cylindiques

Plus en détail

A LA SANTE L ACCES DES JEUNES. dossier ...

A LA SANTE L ACCES DES JEUNES. dossier ... ... dossie L ACCES DES JEUNES A LA SANTE 20% d étudiants en Fance, et 26% en Midi-Pyénées, enoncent à des taitements médicaux pou des aisons financièes*. 18% des étudiants n ont pas de complémentaie santé.

Plus en détail

L A B E A U T É N A P A S D Â G E

L A B E A U T É N A P A S D Â G E C O L L E C T I O N L A B E A U T É N A P A S D Â G E S O I N S D E L U X E D E S P E A U X M A T U R E S O colloïdal un allié dans la lutte conte le temps qui passe La ligne exclusive des poduits cosmétiques

Plus en détail

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES CLUB FINANCE ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE 03 ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS FERHANI Kamel 1, CHERAIT Yacine 2 1 Doctoant/Post Gaduant, Laboatoie LGCH, Univesité de Guelma, fe23000@gmail.com 2 Maîte de Conféences,

Plus en détail

INFORMATIQUE. MAÎTRISE - Le perfectionnement - COURS - STAGES ATELIERS

INFORMATIQUE. MAÎTRISE - Le perfectionnement - COURS - STAGES ATELIERS ASSOCIATION UNIVERSITÉ INTER-ÂGES 18 ue des Fèes Bolifaud 95220 HERBLAY 06 73 14 01 98 - Email : univesia@wanadoo.f INFORMATIQUE COURS - STAGES ATELIERS Un pogamme pesonnalisé de «cous et patiques» est

Plus en détail

Le Véhicule Hybride du LAMIH

Le Véhicule Hybride du LAMIH Le Véhicule Hybide du LAMIH Une éalisation collective Le pojet véhicule hybide a été éalisé pa une équipe tansvesale du LAMIH egoupant des automaticiens et des mécaniciens. Leus domaines de echeche sont

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet E G A L L I P S A E G R I e l A e T i N u E M Red I e v i t AL collec e n e n o i t a stau Guide méthodologique à destination des chefs cuisinies des intendants des acheteus de toute pesonne ayant un pojet

Plus en détail

Roulements à billes et à rouleaux

Roulements à billes et à rouleaux Fo New Technology Netwok R copoation Roulements à billes et à ouleaux CAT. NO. 222-VIII/F Manuel technique A- Roulements à billes à goges pofondes B- Roulements miniatues B- 1 Roulements à billes à contact

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL Assemblée annuelle de la SSC, juin 2003 Recueil de la Section des méthodes d enquête LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE

Plus en détail

Guide de l acheteur de logiciel de Paie

Guide de l acheteur de logiciel de Paie Note pespicacité Pivilégie les essouces humaines Guide de l acheteu de logiciel de Paie Table des matièes Intoduction Tendances écentes de Paie L automation de Paie avec libe-sevice pou employés Analyse

Plus en détail

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés Le Coût de la Rentée : Du côté des Etudiants Kinés www.fnek.og Membe de la PROPOS LIMINAIRES En cette entée 2009, la Fédéation Nationale des Etudiants en Kinésithéapie, membe de la FAGE et epésentative

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smboles Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel )

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel ) Sony RealShot Manage V3 Info Poduit Mas 2005 RealShot Manage V3.0 Logiciel de gestion des caméas IP MJPEG, MPEG-4, Audio, il sait tout enegiste! Une nouvelle vesion du logiciel RealShot Manage de Sony

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Accessibilité du cabinet médical aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet médical aux personnes handicapées Accessibilité du cabinet médical aux pesonnes handicapées : http://www.ups-picadie.og : upsmedecinslibeauxpicadie@oange.f P. 1-2 Popos intoductifs Diagnostic accessibilité - Le cade juidique - P. 3-4 Mon

Plus en détail

DiaDent Group International

DiaDent Group International www.diagun.co.k DiaDent Goup Intenational Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée Copyight 2010 DiaDent Goup Intenational www.diadent.com Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée w

Plus en détail

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE GENERALITES 1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE FORMATION OSSEUSE Elle est le fait des ostéoblastes et de la minéralisation de l ostéoide. Ce processus s accompagne d une augmentation des phosphatases alcalines plasmatiques.

Plus en détail

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA Univesité 8 mai 1945 Guelma - Algéie cous de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES pofessé pa Hisao FUJITA YASHIMA 29-21 - Le cous a été dédié à des modèles mathématiques de phénomènes atmosphéiques

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 5 ème Année Réseau et Télécom ANTNNS SUPPORT D COURS NONC D TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f www.alexande-boye.f Antennes Octobe

Plus en détail

BoxInternet :choisir le bon forfait

BoxInternet :choisir le bon forfait Au-delà En Tout Chez En D Aute Ce BoxIntenet :choisi le bon fofait Lesoffes «tiple play se» démocatisent gâce aux boîties d opéateus délivant l accès à Intenet dans tout le foye avec des communications

Plus en détail

Quelques éléments d écologie utiles au forestier

Quelques éléments d écologie utiles au forestier BTSA Gestion Foestièe Module D41 V.1.1. Avil 1997 Quelques éléments d écologie utiles au foestie Paysage vosgien : un exemple d écocomplexe divesifié. Sylvain Gaudin CFPPA/CFAA de Châteaufaine E 10 ue

Plus en détail

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT Magistèe de Physique Fondamentale 2007-2008 Pojet expéimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT 1 DESCRIPTION DU PROJET... 2 1.1 OBJECTIFS... 2 1.2 MODE DE TRAVAIL... 2 2 LES JETS TURBULENTS...

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/ Dans un manège tel que celui monté su la figue, quelle est la péiode de otation maximale que doit aoi le manège pou que les pesonnes ne glissent pas es le bas de la paoi si le coefficient de fiction ente

Plus en détail

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire La éfome des égimes de etaite en Euope: le point de vue de l actuaie Stasboug, 7 octobe 2010 Pofesseu Piee DEVOLDER UCL, Belgique Agenda 1. Le défi des etaites en Euope 2. Répatition ou capitalisation

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale MÉDECINE LPS 1/2016 Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale CHRISTA INGLIN Le Dr Thomas Langenegger est médecin-chef de la clinique médicale de rhumatologie

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

SURVEILLANCE MÉDICALE ET CRITÈRES D APTITUDE MÉDICALE POUR LES POMPIERS

SURVEILLANCE MÉDICALE ET CRITÈRES D APTITUDE MÉDICALE POUR LES POMPIERS SURVEILLNCE MÉDICLE ET CRITÈRES D PTITUDE MÉDICLE POUR LES POMPIERS Consensus Sevices Extenes pou la Pévention et la Potection au Tavail Document final du goupe de tavail CoPev Citèes d ptitude Médicale

Plus en détail

www.ucpa-formation.com

www.ucpa-formation.com Depuis le mois de septembe 2005, il est obligatoie de posséde un diplôme pofessionnel pou diige un accueil de loisis ou un séjou de vacances de plus de 80 enfants duant plus de 80 jous, le BAFD ne suffit

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM S. angui*, K. Bege *, B. Vincent*, E. Clavel**, R. Peussel*, C. Vollaie* (*) : Laboatoie Ampèe UMR CNRS 5005, Ecole Centale de Lyon,

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique 1 hapite - Lois fondamentales de la magnétostatique Aucune des lois fondamentales citées ici ne sea démontée. Elles constituent des faits d expéience taduits dans un fomalisme mathématique, apué au fil

Plus en détail

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Communication Science & technologie N 9. Janvie 2011 COST Analyse et Conception d une Nouvelle Stuctue de Coupleu Squaed-Coax-to-Micostip pou des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Naseddine

Plus en détail

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés guide de qualité d accès aux commeces infomations à l usage des commeçants pepignanais Pepignan, une ville accessible aux citoyens handicapés Pepinyà, una ciutat accessible als ciutadans minusvàlids Un

Plus en détail