RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE"

Transcription

1 NOVEMBRE L objectif de ce document est de guide le médecin omnipaticien dans le choix des modalités de laboatoie et d imageie pou l investigation d une condition humatologique. En effet, les analyses de laboatoie et les modalités d imageie, de façon isolée et sans un contexte clinique appopié, sont aement diagnostiques. Il faut donc évite les examens de laboatoie de outine, en humatologie comme ailleus. Pou vous aide, un appel des caactéistiques pincipales d un test est nécessaie. Pa la suite, les tests et examens d imageie sont discutés en fonction des pésentations cliniques pou lesquelles ils sont les plus susceptibles d ête utiles. L utilisation des tests appopiés dans le contexte de ces pésentations cliniques est le meilleu moyen, pou l omnipaticien, de sélectionne les patients chez qui un ésultat, positif ou négatif, isque de modifie l impession diagnostique. RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE GILLES BOIRE, M.D., M.Sc., FRCPC Cente hospitalie univesitaie de Shebooke Histoie et examen physique Pemettent d établi un diagnostic difféentiel et le diagnostic le plus pobable DE LA BONNE INTERPRÉTATION D UN TEST Chaque test possède des caactéistiques qui déteminent son utilité. Les pincipales caactéistiques intinsèques (donc constantes à taves diveses situations cliniques) à considée sont : fiabilité sensibilité spécificité Pa conte, les pobabilités pé-test et post-test sont déteminées pa les conditions d utilisation du test. Les tests de labo et l imageie sevent à Renfoce ou diminue la pobabilité d un diagnostic Établi l étendue de la maladie Fiabilité d un test Sensibilité Spécificité >> Pou qu un test donne une infomation utili sable, il doit ête fiable. Nous savons tous que la capacité d entende un souffle cadia que lége vaie selon l individu qui utilise le stéthoscope. La même emaque s applique pou l imageie et pou cetaines épeuves de laboatoie. Pa exemple, cetains tests de laboatoie qui nécessitent une expetise humaine (e.g. FAN) pouont donne des ésultats plus fiables dans cetains milieux que dans d autes. Il est impotant que vous teniez compte, dans la mesue du possible, de la fiabilité d un ésultat d examen dans vote milieu. La sensibilité d un test epésente la capacité de détecte les patients poteus d une pathologie, définie à l aide d une méthode de éféence. Un test tès sensible est utile pou exclue la pésence d une pathologie donnée losque le test est négatif. Pa conte, un ésultat positif à un test sensible est peu utile ca beaucoup de sujets non-malades auont un ésultat positif. Un bon exemple : FAN = test dépistage tès sensible pou le lupus éythémateux disséminé (LED) s FAN + : plusieus pathologies possibles, donc pas un agument tès fot pou LED s FAN - : LED tès peu pobable ca + dans 98% des cas La spécificité d un test epésente la capacité de détecte les patients qui n ont pas la pathologie, définie à l aide d une méthode de éféence. Un test tès spécifique est utile pou identifie la pésence d une pathologie donnée losque le test est positif. Un ésultat négatif à un test tès spécifique donne peu d infomation utile. Un exemple de test spécifique est, chez des patients pésentant des signes et des symptômes de polyathite inflammatoie depuis quelques mois : s pésence de plusieus éosions péi-ati cu laies typiques aux MCP et aux MTP su les adiogaphies des mains et des pieds : Diagnostic de polyathite humatoïde tès pobable. s Absence d éosions = Non diagnostique ca seulement 15 à 20% des PR auont des éosions visibles apès quelques mois d évolution

2 En patique clinique, peu de tests ont à la fois une gande sensibilité et une gande spécificité (tests pathognomoniques). Comme exemples de telles exceptions, s cultue d un geme pathogène à pati d un échantillon de liquide synovial pou le diagnostic d athite septique s pésence de cistaux intacellulaies d uate de sodium à pati d un échantillon de liquide synovial pou le diagnostic de goutte. Pobabilité initiale (pé-test) et finale (post-test) Un test diagnostique n est utile que si son ésultat change la pobabilité initiale qu une pathologie soit pésente. s La pobabilité pé-test est plus aisément epésentée comme la pévalence d une pathologie au sein d une population étudiée. s La pobabilité post-test est la pobabilité que la pathologie soit pésente chez un malade donné, selon que le ésultat du test soit positif ou négatif. Afin d applique un test dans les conditions optimales pou qu il influence note décision clinique, il faut se base su une combinaison de : l inteogatoie l examen physique les ésultats de laboatoie connus l expéience clinique du médecin. Un test est utile quand le clinicien n a pas encoe posé un diagnostic (ni pobabilité nulle, ni cetitude), mais que chaque diagnostic difféentiel peut ête au moins gossièement établi comme impobable, peu pobable, pobable, tès pobable Utilisons à nouveau l exemple du FAN pou établi la pobabilité post-test. Le FAN, à un tite de 1/160 et au-dessus, est un test sensible à 98% pou le LED et un test spécifique à 95% (i.e. que 5% envion de la population aua un FAN positif). Le FAN est donc un tès bon test de laboatoie. Pa conte, la pévalence du LED dans la population généale est de 0.05%, et envion 1% des patients avec FAN+ aua un LED. En fait, seulement 5 à 10% des patients avec FAN+ auont une maladie humatismale, et un nombe équivalent aua une maladie autoimmune non humatismale (e.g. thyoïdite autoimmune, fibose pulmonaie, maladie hépatique, sacoïdose). Le FAN est donc sutout utile losqu il est négatif, puisqu il end impobable la pésence d un LED (et de plusieus autes collagénoses). Mais losqu il est positif, sa valeu pédictive est faible. Ainsi, si vous soignez une jeune femme avec des cytopénies, un ash et des athalgies depuis plusieus semaines (pobabilité au moins 50% pou le LED), un test positif identifiea (chez 100 patients semblables) 49 des patients avec LED et seulement 5 patients non-led. La pobabilité post-test si le FAN est positif, sea alos de 49/54, ou 90%. Pa conte, si vous n avez aucun symptôme évocateu de LED, il vous fauda teste 10,000 patients pou identifie 5 patients avec LED. Mais vous identifieez aussi 500 faux positifs, donc la pobabilité post-test dans cette situation sea de 1% seulement. QUELLES ÉPREUVES DE LABORATOIRE UTILISER FACE À UNE SITUATION CLINIQUE DONNÉE? Un cetain nombe de situations cliniques féquentes ne equièent pas d épeuves de laboatoie, si ce n est en vue d évalue les conte-indications elatives ou absolues à l utilisation d un taitement paticulie. Pa exemple : tendinite entose cevicalgie lombalgie simple athose Ne nécessitent habituellement aucun bilan à but diagnostique Pa conte les épeuves de laboatoie et l ima geie sont tès utiles pou aide à éponde à des questions cliniques impotantes. Nous éviseons ici cetaines de ces situations. A) S agit-il d une condition Inflammatoie? La situation clinique la plus féquente pou l utilisation d épeuves de laboatoie en humatologie est sans doute dans le but de enfoce ou de diminue l impession diagnostique d une maladie inflammatoie. Les épeuves de laboatoie utiles dans ces ciconstances sont : s Fomule sanguine complète (FSC; Anémie, Thombocytose) s Vitesse de sédimentation s Mesue de la potéine C-éactive (CRP). La vitesse de sédimentation des globules ouges (VS) se calcule en mesuant dans un tube capillaie la difféence ente la hauteu au dépat d une colonne de sang anticoagulé (200 mm dans la technique Westegen et 100 mm dans la techni - que Winthobe) et la hauteu des globules ouges sédimentés au fond du tube apès une heue. La potéine C-éactive ou CRP est une potéine séique patiquement indétectable en situation nomale, mais dont le niveau peut s éleve de plus de 1000 fois en pésence d inflammation. La CRP epésente donc mieux l état inflammatoie écent. C R P Élévation apide, en moins de 4 heues (pic : heues) Diminution apide (baisse de 50% en 24 heues) Non influencé pa d autes facteus Losque tès élevée (plus de 40 fois la nomale de 8 g/l) : infection bactéienne ou vasculite systémique Disponible en tout temps VITESSE DE SÉDIMENTATION Élévation lente (jous) Demeue élevée plus longtemps (baisse de 50% en 1 semaine) Influencée pa plusieus vaiables (anémie, sphéocytose, âge, hypegammaglobulinémie) Losque tès élevée (>100 mm/he) : infection bactéienne ou vasculite systémique Peu coûteux, mais pas disponible le soi, la nuit et les weekends

3 Il faut cependant econnaîte les limites de la CRP et de la VS pou l éva - luation des conditions inflammatoies. Pès de 40% des patients avec athite inflammatoie manifeste (synovites claiement identifiables) pésente depuis quelques semaines ou quelques mois auont une CRP et une VS dans les limites de la nomale. Le diagnostic de polyathite inflammatoie peut donc souvent se faie même chez des patients avec VS et CRP nomales : la clinique est plus impotante que les tests. De même, quelques patients atteints d atéite à cellules géantes (atéite tempoale) auont une VS et une CRP nomales ou pesque nomales. OUTIL Évaluation clinique FSC VS CRP SENSIBILITÉ + + DIAGNOSTIC + + SUIVI + + L utilité de ces épeuves de laboatoie et de l évaluation clinique pou le diagnostic et le suivi de conditions inflammatoies peut ête ésumée comme suit >>> B) Monoathite aiguë Une monoathite aiguë tès inflammatoie suggèe d abod une athite infectieuse ou micocistalline. Dans le contexte, l analyse et la cultue du liquide synovial sont les tests les plus payants. Monoathite aiguë Athite infectieuse jusqu'à peuve du contaie Athite micocistalline Liquide synovial * : Cultue Recheche de cistaux Acide uique séique ** Si pseudo-goutte suspectée *** : Bilan phosphocalcique Feitine et Satuation tansfeine Radiogaphies à la echeche de chondocalcinose Radiogaphie de l aticulation touchée (pincement, éosions, calcifications) * Dans une situation pouvant suggée une infection tansmise sexuellement (ITS), la echeche du go no coque et du Chlamydia pa les techniques appopiées est indiquée. ** 5 à 10% de la population est hypeuicémique (ui cémie 420 μmole/l), mais seulement 2 à 3% développent de la goutte. Il faut évite de taite une hypeuicémie isolée autement que pa des modifications de la diète, une pete de poids et une diminution de la pise d alcool et de médicaments affectant l ui - cémie. L ajout de 500 mg de vitamine C, un hypou - icémiant sécuitaie mais faible, peut aussi se justi fie. Seule la goutte et une hypeuicosuie significative, et cetains cas de népholithiases calciques, méitent un taitement avec des agents hypouicémiants. *** Si vous pensez à une pseudogoutte, un bilan phosphocalcique et la echeche d évidence en faveu d une hémochomatose, l une des conditions pédisposant à la chondocalcinose, ainsi qu une adiogaphie des aticulations les plus touchées pa la chondocalcinose, i.e. les poignets, les épaules, les genoux et le bassin (hanches et symphyse pubienne), sont indiqués. C) Monoathite chonique Dans le cas d une monoathite chonique, l analyse et la cultue du liquide synovial sont essentielles, mais il faut souvent aussi obteni un spécimen de la membane synoviale. L imageie, d abod conventionnelle et dans cetains cas pa scintigaphie et ésonance magnétique est aussi indiquée. Il faut en effet exclue une infection chonique ou une tumeu. Tès souvent, une mono - athite inflammatoie chonique sea une manifestation de spondylathopathie (e.g. athite psoiasique, maladie inflammatoie intestinale ). Monoathite chonique : 6 semaines Athite infectieuse chonique Tumeu bénigne ou maligne Spondylathopathies : Psoiasis Entéopathies inflammatoies PR atypique Dégénéatif Autes Liquide synovial : Cultue (TB, Mycose) Analyse Radiogaphie de l aticulation PPD Réféence en spécialité Biopsie synoviale Dans cetains cas : Scintigaphie + Gallium IRM D) Polyathite aiguë Dans le cas d une polyathite aiguë (i.e. duant depuis quelques heues à quelques semaines), les tests et l imageie sont peu utiles. Spécifiquement, le FAN, le FR et les adiogaphies pésentent peu d intéêt dans cette situation. On doit cependant ête alete pou mette en évidence des atteintes d autes oganes qui pouaient oiente ves un diagnostic de collagénose ou de vasculite (voi les tests suggéés plus loin). En pé - sence d une athite ou péiathite des 2 chevilles et/ou des 2 poignets, une adiogaphie des poumons poua mette en évidence des adéno - pathies médiastinales dans le cas d un syndome de Loefgen (sacoïdose aiguë). À l occasion, des maladies habituellement monoati culaies (e.g. goutte et pseudogoutte) peuvent se manifeste sous une fome polyaticulaie. Polyathite aiguë : heues à semaines Viale Athite éactive associée à infections ou médicaments Inflammatoie débutante PR Collagénose Vasculite Recheche atteinte exta-aticulaie pa histoie et examen Cultue de goge (steptocoques) Bilan sanguin : FSC VS, CRP Souvent suffisant Reins Foie RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

4 Oligo/Polyathite chonique Polyathite chonique : 3-4 atic > 6 semaines NON INFLAMMATOIRE Athose : - Pimaie - Secondaie POLYARTHRITE PR Lupus Autes collagénoses Vasculites PRÉSENTATION OLIGO/POLYARTICULAIRE SANS ATTEINTE AXIALE INFLAMMATOIRE OLIGOARTHRITE Athite psoiasique Athite entéopathique Goutte Pseudogoutte PR Sacoïdose AVEC ATTEINTE AXIALE Spondylite ankylosante Athite psoiasique Athite entéopathique Pou pale de polyathite chonique, il faut qu au moins 3 ou 4 aticulations soient touchées depuis au moins 6 semaines. Oute les paamètes suggestifs d inflammation (VS, CRP, FSC), les tests les plus impotants incluent les adiogaphies des mains et des pieds et la echeche d autoanticops. Dans cetains cas suggestifs de spondylathopathie, une adiogaphie du bassin de face à la echeche de signes de sacoiliite est utile. Inflammatoie PR Athite psoiasique Collagénose Vasculite Autes... Inflammatoie + atteinte axiale Spondylathopathies Recheche atteinte exta-aticulaie à histoie et examen Bilan sanguin : FSC, VS, CRP Céatinine + analyse uine Foie Hépatite B et C CK Recheche des autoanticops : Facteu humatoïde Anti-CCP Selon clinique : FAN Anti-dsDNA AC spécifiques aux vasculites et aux collagénoses Radiogaphies mains pieds Radiogaphie poumons Radiogaphie Bassin AP si saco-iilite? La pésence d éosions osseuses péiaticulaies su des adiogaphies des mains et des pieds d un patient atteint de polyathite chonique est un élément impotant en faveu d un diagnostic de polyathite humatoïde, mais aussi un pédicteu puissant pou indique que, si l athite n est pas taitée énegiquement, la destuction aticulaie pogessea apidement. Facteus de mauvais ponostic de la polyathite humatoïde Pésence d éosions su les adiogaphies des mains Pésence de FR ou d anti-ccp Pesistance d inflammation (synovites, CRP élevée) à long teme (mois, années) Retad à amoce un taitement antihumatismal (plus de 6 à 12 mois) Les autoanticops les plus utiles dans un contexte de polyathite chonique sont le Facteu humatoïde (FR) et les anticops anti-ccp (Cyclic Citullinated Peptides). La pésence d autoanticops chez un patient avec polyathite chonique débutante est un bon pédicteu de pesistance de cette athite, donc d une faible tendance à ente spontanément en émission.

5 A PROPOS DU FACTEUR RHUMATOIDE E) Spondylathopathie PR apès 1 an Pésent initialement Positif Indiqué si En pésence de PR Associé aux manifestations exta-aticulaies de la PR Pésent chez 5% des non-pr Pésent chez 75-80% 40-50% des PR si >=40 UI/ml Atteinte aticulaie inflammatoie > 4 à 6 semaines Associé à une atteinte aticulaie plus sévèe Nodules, Fibose pulmonaie, Felty Âgés asymptomatiques Infections choniques (hépatite C, endocadite bactéienne) Collagénoses Dans cetaines situations cliniques, une athite péiphéique mono-, oligo- ou polyaticulaie, peut appateni au goupe des spondylathopathies : athite psoiasique, athite associée aux maladies inflammatoies intestinales, athite éactive, syndome de Reite, spondylite ankylosante et spon dylathite indifféenciée. Ensemble, les spondy lathopathies ont une pévalence d envion 2%, soit 2 à 3 fois plus que la PR. Les situations cliniques évocatices de spondylathopahie sont : Psoiasis cutané (pesonnel ou paent du 1 e degé) Spondylathopathie chez un paent du 1 e degé La pésence de FR n est pas diagnostique de PR. Mais en pésence d une athite inflammatoie pesistante et pou laquelle aucune explication n est touvée (e.g., infection, cistaux) et sans caactéistiques suggestives d une aute maladie inflammatoie (e.g., collagénose, vasculite), la pésence du FR augmente fotement la pobabilité de PR. A PROPOS DES ANTICORPS ANTI-CCP Le manque de spécificité du FR pou la PR a stimulé la echeche d anticops plus spécifiques. Le point commun des anticops spécifiques à la PR est qu ils econnaissent des antigènes contenant des acides aminés citulline. La fomation de potéines citullinées est un phénomène nomal, pésent en chacun de nous à chaque instant. Pou une aison inconnue, beaucoup de patients souffant de PR poduisent des anticops diigés conte cetaines potéines citullinées. En patique clinique couante, seul le test anti-ccp (Cyclic Citullinated Peptide) est disponible. Tès peu de pesonnes «nomales», et tès peu de pesonnes avec des maladies aticulaies autes que la PR ou avec des collagénoses vont poduie des anticops anti-ccp. Les anti-ccp sont des anticops tès spécifiques pou la PR. Pévalence des anti-ccp Polyathite humatoïde établie Polyathite inflammatoie débutante Athite psoiasique Lupus et autes collagénoses Pesonnes nomales 60-70% 30-40% 5-10% 5-10% Moins de 1% (peut pafois pécéde la PR clinique) En patique, les anti-ccp n ajoutent ien au FR losque le diagnostic de PR est connu. Les anti-ccp sont sutout utiles pou ende plus pobable le diagnostic de PR dans 2 situations : 1) en pésence d une athite inflammatoie débutante; et 2) chez un individu qui pésente des athites ou des athalgies et qui peut poduie un FR pou une aute aison (hépatite C, pesonne âgée, collagénose). Dans ces situations, si l anti-ccp est positif, le diagnostic de polyathite humatoïde est tès fotement enfocé (test spécifique), et une consultation en spécialité devait ête demandée. Pa conte, s il est négatif, le diagnostic d athite pesistante et de PR n est pas exclu. Manifestations inflammatoies intestinales Manifestations inflammatoies oculaies Lombalgie avec des caactéistiques inflammatoies (et en paticulie une bonne éponse aux AINS) Dans ces cas, une adiogaphie du bassin de face et l identification du gène HLA B27 peuvent ête utiles. La adiogaphie du bassin de face pemetta habituellement aussi bien qu une adiogaphie des sacoiliaques de détecte des changements inflammatoies (éosions, ostéocondensation, pincements et pseudo-élagissement) aux aticulations sacoiliaques; ces changements oientent le diagnostic ves une spondylathopathie. L intepétation des adiogaphies des sacoiliaques est difficile. Une scintigaphie osseuse est souvent pescite mais il s agit d un examen qui manque de spécificité. Il faudait évite de pescie des scintigaphies osseuses pou documente une sacoilite avant l âge de 25 ans, le moment où les plaques de coissance du bassin sont femées, afin d évite des faux positifs. Losque la clinique suggèe fotement une atteinte inflammatoie mais que les adiogaphies simples sont nomales, il est possible de bien visualise les changements inflammatoies à l aide de la ésonance magnétique et, dans les cas plus avancés, les éosions à l aide de la tomogaphie assistée pa odinateu (CT-scan). RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

6 Le HLA B27 est un maqueu génétique fotement associé aux spondylathopathies. Le HLA B27 est fotement associé aux manifestations inflammatoies axiales, à l uvéite antéieue aiguë écidivante, à l athite éactive et au syndome de Reite. Pa conte, il est peu associé aux manifestations aticulaies péiphéiques en dehos de l athite éactive et du Reite. Comme le HLA B27 est pésent chez 7 à 8% des individus de ace blanche, seulement 10 à 20% d ente eux vont développe une spondylathopathie. Il faut donc évite d accode de l impotance au HLA B27 chez un individu avec une lombalgie manifestement mécanique. Symptômes/signes d atteinte d autes oganes avec ou sans athalgie Une bonne histoie, un bon examen et des bilans inflammatoies de base vous aideont à évalue la majoité des patients. En pésence d une atteinte exta-aticulaie à l histoie ou au bilan de base, vote ôle est de pessenti une pathologie systémique sous-jacente et d oiente ces patients ves une consultation en spécialité. La pésence de manifestations exta-aticulaies évoque la possibilité de collagénose ou de vasculite. Les tests sanguins utiles dans cette situation sont les paamètes suggestifs d inflammation, les indicateus d une atteinte d ogane (analyse d uine, céatinine, enzymes hépatiques, adiogaphie pulmonaie, pafois EMG et biopsie musculaie), des évidences d activation du complément (abaissement des niveaux des composantes C3 et C4) mais aussi des tests séologiques : FAN et anticops spécifiques comme anti-dsdna, ANCA, anti-gbm, anti-jo1, anti-ro, anti-la, anti- Sm, anti-u1rnp, anti-scl70, anti-th. Le dosage des anticops plus spécifiques devait essentiellement ête ésevé aux spécialistes ou dans des cas où le diagnostic de collagénose ou de vasculite est tès pobable. À note que les autoanticops comme le FAN, le FR et les anti-ccp, et d autes autoanticops plus spécifiques à des collagénoses (anti-ro, anti-la sutout) peuvent ête pésents plusieus mois ou années avant qu une maladie devienne cliniquement manifeste. Chez un individu asymptomatique, la pésence d un de ces anticops devait suggée de este attentif au développement gaduel de manifestations autoimmunes, afin de faie le diagnostic plus pécocement. Le dosage des composantes du complément C3 et C4 ne sont utiles que losqu on soupçonne une maladie accompagnée de consommation de complément : cetaines collagénoses et cetaines vasculites. Une augmentation du C3 et du C4 est une éponse non-spécifique à l inflammation et n a pas de valeu diagnostique. F) Le cas de la fibomyalgie Le diagnostic de fibomyalgie est un diagnostic essentiellement clinique. Il s agit cependant d un diagnostic d exclusion qui méite une évaluation clinique soignée (questionnaie et examen) et pobablement épétée dans le temps. DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL ET BILAN SUGGÉRÉ EN CAS DE SUSPICION DE FIBROMYALGIE Néoplasies hématologiques ou métastatiques Ostéomalacie FSC, VS, adiogaphies osseuses si douleu tès localisée; adiogaphie des poumons; pafois scintigaphie osseuse phosphatase alcaline, calcium et phosphoe séiques, 25(OH)vitamine D Hypepaathyoïdie Hypothyoïdie Athite inflammatoie phosphatase alcaline, calcium et phosphoe séiques; PTH si anomalies au bilan de base TSH VS, CRP

7 G) L ostéopoose On ne etouve aucune anomalie de laboatoie (sauf des signes d insuffisance en homones gonadiques) chez la gande majoité des cas d ostéopoose. Toutefois, en pésence d une factue pa insuffisance osseuse, ou si on identifie de l ostéopoose maquée chez un patient qui ne pésente pas de facteus de isque majeus pou l ostéopoose, il est indiqué de echeche des conditions sous-jacentes pouvant contibue au développement de l ostéopoose. Une adiogaphie de l os factué aidea à pécise si la factue est suvenue dans un os affaibli pa une métastase ou une aute lésion. L ostéodensitométie peut ête utile pou identifie une ostéopoose adiologique avant qu elle se manifeste pa une factue pa insuffisance. Son intepétation doit cependant teni compte de l âge et du sexe du patient pou établi le niveau de isque de factue à 10 ans (discuté dans Siminoski K et al. Recommendations fo bone mineal density epoting in Canada. Can Assoc Radiol J 2005;56(3): ). Une ostéopoose adio lo - gique isolée chez un individu jeune, sans histoie de factue pa insuffisance osseuse, est en effet associée à un isque de factue assez bas. Pa conte, la suvenue d une seule factue pa insuffisance osseuse apès l âge de 50 ans, chez la femme et pobablement chez l homme aussi, peu impote la densité minéale osseuse sous-jacente, est pédictive d un isque élevé de nouvelle factue et identifie les patients qui devaient ecevoi un taitement efficace (i.e. pas seulement des suppléments de calcium et de vitamine D). L ostéodensitométie donne une image statique de la densité des os. On sait pa ailleus que les états avec enouvellement osseux accéléé, comme la ménopause, pédisposent aux factues. Il est possible de mesue la ésoption osseuse au moyen d un test sanguin qui mesue les C-télopeptides povenant de la dégadation du collagène de type I (pésent dans les os) et de voi la éponse aux agents antiésoptifs comme les bisphosphoantes pa une diminution des C-télopeptides à un niveau pé-ménopausique chez la femme. Cependant le dosage des C-télopeptides est assez vaiable dans le temps chez un même individu, et il est impotant de faie les pélèvements le matin, à jeun, et de compae chaque individu avec lui-même. L utilisation des C-télopeptides este du domaine du spécialiste. LE BILAN SANGUIN DE BASE DE L OSTÉOPOROSE FSC Phosphatase alcaline*, Calcium et Phosphates séiques Céatinine (et calcul de la claiance) Électophoèse des potéines plasmatiques (apès 50 ans)** 25(OH) vitamine D TSH et T4 libe si signes d hypethyoïdie Testostéone totale et libe (chez l homme) PTH si bilan phosphocalcique petubé Anticops anti-tansglutamine (echeche d entéopathie au gluten dans contexte clinique appopié ou si ésistance au taitement antiésoptif) * Si Phosphatase alcaline élevée de façon isolée et gammagt nomale, une scintigaphie osseuse peut pemette de détecte une maladie osseuse de Paget ** À l exception de la echeche d un pic monoclonal, l électophoèse des potéines plasmatiques pésente peu d intéêt pou l omnipaticien. On etouve souvent un pic monoclonal isolé de signification impécise (MGUS ou Monoclonal Gannapathy of Unknown Significance). Les éléments suggestifs qu on est en pésence d un MGUS plutôt que d un myélome sont l absence d insuffisance énale, d anémie significative, d hypecalcémie et de douleus osseuses. Dans le contexte, à moins que cette condition ait déjà été investiguée ou que le patient soit tès âgé ou que le patient pésente une conte-indication à une éventuelle chimiothéapie, nous suggéons de compléte le bilan en echechant les potéines de Bence-Jones dans une collecte d uine de 24 heues et en obtenant une séie métastatique osseuse. Si tout le bilan est négatif, un contôle de la FSC, de la céatinine, du calcium séique et de l électophoèse des potéines aux 6 mois X 2 puis aux années est suggéé. Un pic monoclonal supéieu à 5.0 g/l pou un IgG et à 3.0 g/l pou un IgA, des lésions lytiques, de l hypecalcémie impotante ou une détéioation de la fonction énale justifieaient une consultation spécialisée pou évaluation d un myélome. RAISONNER L INVESTIGATION EN RHUMATOLOGIE

8 MESSAGES CLÉS s Il n y a pas de bilan humatologique type s La clinique (histoie sutout, puis examen) doit détemine le contenu et l extension du bilan La plupat des causes d athalgie ne nécessitent pas de bilan (e.g., athose, tendinite) s La valeu pédictive d un test vaie en fonction de la pévalence de la maladie associée dans la population étudiée La valeu pédictive d un test est meilleue si on a une pobabilité intemédiaie (d apès l histoie et l examen) que la maladie soit pésente. Une bonne histoie et un examen ciblé augmentent la fiabilité des tests. s L utilité des tests vaie selon la question qu on se pose : mette en évidence l inflammation (VS et CRP sutout) investigue une monoathite aiguë (sutout cistaux et infection dans le LIQUIDE SYNOVIAL; les adiogaphies et la mesue de l uicémie peuvent ête utiles) investigue une monoathite chonique (infection chonique et maladies inflammatoies : ponction, cultue, imageie, pafois biopsie synoviale) investigue une polyathite aiguë (obsevation et exclue maladies systé - miques sous-jacentes pa la echeche de manifestations exta-aticulaies) investigue une polyathite chonique (sutout humatoïde, psoiasique, spondylathopathie; ôle du FR, des anti-ccp, des adiogaphies osseuses et du HLA B27) investigue une spondylathopathie investigue une collagénose ou une vasculite echeche une cause à l ostéopoose ABRÉVIATIONS ANCA Anti-CCP Anti-dsDNA Anti-GBM Anti-Jo1 Anti-La Anti-Ro anticops anti-cytoplasme de neutophiles (vasculites systémiques) anticops anti-cyclic Citullinated Peptides (polyathite humatoïde) anticops anti-adn natif (lupus éythémateux disséminé) anticops conte la membane basale gloméulaie (syndome de Goodpastue avec hémoagie alvéolaie et insuffisance énale) anticops spécifique maqueu de polymyosite (souvent avec composantes exta-musculaies) anticops spécifique sutout associé au syndome de Sjögen anticops spécifique maqueu de collagénose (lupus, Sjögen, indifféenciée) Anti-Scl70 Anti-Sm Anti-Th Anti-U1RNP C3 et C4 CK CRP CT-scan EMG FAN FR anticops spécifique maqueu de scléodemie diffuse anticops spécifique maqueu de lupus éythémateux disséminé anticops spécifique maqueu de scléodemie (ou anti-rnp) : anticops spécifique maqueu de collagénose (lupus, scléodemie, fibose pulmonaie) composantes C3 et C4 du complément céatinine phosphokinase potéine C-éactive imageie pa tomogaphie axiale assistée pa odinateu électomyogamme facteu anti-nucléaie Facteu humatoïde d isotype IgM FSC IRM LED MCP MGUS MTP PPD PR PTH TB TSH VS fomule sanguine complète imageie pa ésonance magnétique lupus éythémateux disséminé aticulations métacapophalangiennes (main) gammapathie monoclonale de signification impécise aticulations métatasophalangiennes (pied) Puified potein deivative polyathite humatoïde paathomone tubeculose thyotopine vitesse de sédimentation des globules ouges à la pemièe heue Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec - Bibliothèque nationale du Canada, Novembe ISSN Réalisé gâce à un don à l'éducation médicale de : Le Rhumatologue 2, Complexe Desjadins Pote 3000 C.P. 216, succ. Desjadins Montéal (Québec) H5B 1G8 Tél Téléc. : 514 : Conception et poduction Quatuo Communication // site intenet : quatuo.ca Comité de édaction D Mak Hazeltine, D Angèle Tucotte, D Fançois Coteau Comité exécutif de l AMRQ D Fançois Coutue, D Buce E. Gafield, D Daniel R. Myhal, D Caol-Anne Yeadon, D Sai Yan Yuen

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209 Chapite 7: TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE DU TDAH Pincipes du taitement phamacologique Dix-sept considéations dans le choix du taitement phamacologique du TDAH 209 1. Âge et vaiations individuelles 2. Duée

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines

Le fabricant qui rend la piscine accessible à tous. ans. d ec en n a. is e. a n. i n e. piscines Le fabicant qui end la piscine accessible à tous. ga antie 10 ans e d ec en n a l f fab ication a ç is e u di ect s i n e piscines w w w. p i s c i n e s - o p l u s. c o m DES PRODUITS INNOVANTS piscines

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4 F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS SOMMAIRE F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS... 1 F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.1.2 SERVICES PERMANENTS... 2 F.1.3 SERVICES PONCTUELS...

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smbole Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs ROULEMENTS Pages Infomations Techniques A7 A141 Infos Tech. Roulements à Billes à Goge Pofonde B4 B45 Roulements à Billes à Contact Oblique Roulements à Billes Auto-Aligneus Roulements à Rouleaux Cylindiques

Plus en détail

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES CLUB FINANCE ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE 03 ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE

Plus en détail

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse Pemis de feu Tavail pa point chaud Patage vote engagement Ce document doit ête établi avant tout tavail pa point chaud (soudage, découpage, meulage, ) afin de péveni les isques d incendie et d explosion

Plus en détail

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet

E G A E E M. e v i t e. i t. Guide méthodologique à destination des chefs cuisiniers, des intendants, des acheteurs, de toute personne ayant un projet E G A L L I P S A E G R I e l A e T i N u E M Red I e v i t AL collec e n e n o i t a stau Guide méthodologique à destination des chefs cuisinies des intendants des acheteus de toute pesonne ayant un pojet

Plus en détail

BoxInternet :choisir le bon forfait

BoxInternet :choisir le bon forfait Au-delà En Tout Chez En D Aute Ce BoxIntenet :choisi le bon fofait Lesoffes «tiple play se» démocatisent gâce aux boîties d opéateus délivant l accès à Intenet dans tout le foye avec des communications

Plus en détail

Roulements à billes et à rouleaux

Roulements à billes et à rouleaux Fo New Technology Netwok R copoation Roulements à billes et à ouleaux CAT. NO. 222-VIII/F Manuel technique A- Roulements à billes à goges pofondes B- Roulements miniatues B- 1 Roulements à billes à contact

Plus en détail

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL

LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL Assemblée annuelle de la SSC, juin 2003 Recueil de la Section des méthodes d enquête LA CONVERSION DE DONNÉES HISTORIQUES SELON UN NOUVEAU SYSTÈME DE CLASSIFICATION POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE

Plus en détail

Guide de l acheteur de logiciel de Paie

Guide de l acheteur de logiciel de Paie Note pespicacité Pivilégie les essouces humaines Guide de l acheteu de logiciel de Paie Table des matièes Intoduction Tendances écentes de Paie L automation de Paie avec libe-sevice pou employés Analyse

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smboles Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel )

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel ) Sony RealShot Manage V3 Info Poduit Mas 2005 RealShot Manage V3.0 Logiciel de gestion des caméas IP MJPEG, MPEG-4, Audio, il sait tout enegiste! Une nouvelle vesion du logiciel RealShot Manage de Sony

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/ Dans un manège tel que celui monté su la figue, quelle est la péiode de otation maximale que doit aoi le manège pou que les pesonnes ne glissent pas es le bas de la paoi si le coefficient de fiction ente

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

Quelques éléments d écologie utiles au forestier

Quelques éléments d écologie utiles au forestier BTSA Gestion Foestièe Module D41 V.1.1. Avil 1997 Quelques éléments d écologie utiles au foestie Paysage vosgien : un exemple d écocomplexe divesifié. Sylvain Gaudin CFPPA/CFAA de Châteaufaine E 10 ue

Plus en détail

DiaDent Group International

DiaDent Group International www.diagun.co.k DiaDent Goup Intenational Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée Copyight 2010 DiaDent Goup Intenational www.diadent.com Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée w

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Communication Science & technologie N 9. Janvie 2011 COST Analyse et Conception d une Nouvelle Stuctue de Coupleu Squaed-Coax-to-Micostip pou des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Naseddine

Plus en détail

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite

Po ur d o nne r un é lan à vo tre re traite Po u d o nne un é lan à vo te e taite ez a p é P aite t e e vot joud'hui dès au E N EN T TR RE E N NOOUUSS,, CC EESSTT FFAA CC I I LL EE DD EE SS EE O M M PP RR EE NN DDRRE E CC O Toutes les gaanties de

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS NOTICE D UTILISATION Vous venez d acquéi un système de sécuité DAITEM adapté à vos besoins de potection et nous vous en emecions. Quelques pécautions L'installation

Plus en détail

Roulements à rotule sur deux rangées de rouleaux en deux parties

Roulements à rotule sur deux rangées de rouleaux en deux parties Roulements à otule su deux angées de ouleaux en deux paties Réduction des coûts gâce au changement apide du oulement difficilement accessible Contenu Changement apide du oulement 2 Réduction des coûts

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

( Codes : voir verso du feuillet 3 ) SPECIMEN

( Codes : voir verso du feuillet 3 ) SPECIMEN Aide demandeu d emploi Pojet pesonnalisé d accès à l emploi Pesciption de Pô emploi RFPE AREF CRP - CTP ou d un patenaie de Pô emploi Pécisez : N d AIS Concene de naissance Pénom Né(e) Inscit(e) depuis

Plus en détail

tudes & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION L assurance habitation dans les départements d Outre Mer n 24 Juin 2010

tudes & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION L assurance habitation dans les départements d Outre Mer n 24 Juin 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 24 Juin 2010 É tudes & documents L assuance habitation dans les dépatements d Oute Me RISQUES ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Sevice de l économie, de l évaluation

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006 THÈSE Pou obteni le gade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Infomatique Aêté ministéiel : 7 août 2006 Pésentée pa Luc Michel Thèse diigée pa Fédéic Pétot et encadée pa Nicolas Founel pépaée

Plus en détail

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012 Géad Debionne dimanche 0 mai 01 Quasa 95 La Mesue de G Pésentation : 18 mai 01 La mécanique céleste pemet de calcule les mouvements des planètes autou d une étoile en unités elatives. Pou avoi des valeus

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Association Presse Purée - 58 rue Castetnau - 64 000 Pau pressepuree64@orange.fr / www.pressepuree64.fr 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92

Association Presse Purée - 58 rue Castetnau - 64 000 Pau pressepuree64@orange.fr / www.pressepuree64.fr 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92 Dossie d insciption Association Pesse Puée - 58 ue Castetnau - 64 000 Pau pessepuee64@oange.f / www.pessepuee64.f 05 59 30 90 30 / 06 83 51 66 92 Identification de la stuctue exposante SOUSCRIPTEUR Etes-vous

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Gestion dynamique de contexte pour l informatique diffuse * Dynamic context management for pervasive computing

Gestion dynamique de contexte pour l informatique diffuse * Dynamic context management for pervasive computing Gestion dynamique de pou l infomatique diffuse * Dynamic context management fo pevasive computing Jéôme Euzenat 1 Jéôme Pieson 2 Fano Rampaany 2 1 INRIA Rhône-Alpes 2 Fance Telecom R&D Jeome.Euzenat@inialpes.f,

Plus en détail

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI)

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI) écanique du oint : foces Newtoniennes (PCSI Question de cous On admet que, losqu'il est soumis à une foce Newtonienne F K u, la tajectoie d'un cos est lane et décite a mc K +e cosθ où C θ est une constante

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

SOMMAIRE B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2

SOMMAIRE B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2 B MODULE B GESTION DU PERSONNEL SOMMAIRE B MODULE B GESTION DU PERSONNEL... 1 B.1 CADRE REGLEMENTAIRE... 2 B.1.1 RAPPEL DES TEXTES DE REFERENCE... 2 B.1.2 ORGANISMES SOCIAUX... 2 B.1.3 ORGANISMES DE CONTROLE...

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Guide du système. Logiciel Navios tetra. Réf. 774541AA (Septembre 2009) Beckman Coulter, Inc. 4300 N. Harbor Blvd. Fullerton, CA 92835

Guide du système. Logiciel Navios tetra. Réf. 774541AA (Septembre 2009) Beckman Coulter, Inc. 4300 N. Harbor Blvd. Fullerton, CA 92835 CLEAR WATER Logiciel Navios teta Guide du système CAROUSEL CLEANING: PREPARE A SOLUTION OF 11 PART HOUSHOLD BLEACH (5% SOLUTIONOF SODIUM HYPOCHLORITE) AND 99 PARTS WATER, RINSE CAROUSEL WITH SOLUTION,

Plus en détail

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables E MODULE E GESTION DES BIENS SOMMAIRE E MODULE E GESTION DES BIENS... 1 E.1 DEFINITIONS... 2 E.2 PRINCIPES DE GESTION... 3 E.2.1 OBJECTIFS POURSUIVIS... 3 E.2.2 DESTINATION FINALE DES BIENS MIS A DISPOSITION...

Plus en détail

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution

Microfondements du canal étroit du crédit bancaire : le motif de précaution Micofondements du canal étoit du cédit bancaie : le motif de pécaution Modèle de compotement d une banque confontée à un isque de liquidité et à une offe de financement extene impafaitement élastique Julio

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE EPARGNE REMUNERE (Réservé aux particuliers) Exemplaire Client (à conserver)

DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE EPARGNE REMUNERE (Réservé aux particuliers) Exemplaire Client (à conserver) GE Money Bank DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE EPARGNE REMUNERE (Résevé aux paticulies) Exemplaie Client (à conseve) Vote Conseille Cachet du Conseille Le (date de l offe) O l'offe. N de poposition : N

Plus en détail

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps

Plus en détail

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement Modélisation des actions mécaniques, statique des solides indéfomables, puissance et endement Les actions mécaniques. Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : 4modifie le mouvement

Plus en détail

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique CHPITRE VI : Le potentiel électiue VI. 1 u chapite III, nous avons vu ue losu'une foce est consevative, il est possible de lui associe une énegie potentielle ui conduit à une loi de consevation de l'énegie.

Plus en détail

Évaluation de l'incertitude de mesure par une méthode statistique ("méthode de type A") Voir cours d'instrumentation

Évaluation de l'incertitude de mesure par une méthode statistique (méthode de type A) Voir cours d'instrumentation G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 1 16 - Instuments de mesues Eeu et incetitude su la mesue d'une gandeu Ce qui suit découle des pesciptions du IPM (ueau Intenational des Poids et Mesues, Fance),

Plus en détail

Les déterminants de la diffusion d Internet en Afrique

Les déterminants de la diffusion d Internet en Afrique Les déteminants de la diffusion d Intenet en Afique pa Benad Conte Maîte de Conféences, Cente d économie du développement Univesité Montesquieu-Bodeaux IV - Fance 6µWYQµ Les pogès apides des technologies

Plus en détail

GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES

GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES GESTION DES RELATIONS HUMAINES ET COMPÉTENCES DEMANDE D INFORMATION Vous souhaitez ecevoi de l infomation elative aux solutions de la thématique Gestion des elations humaines et des compétences? Photocopiez

Plus en détail

LE LOGEMENT AU NUNAVIK

LE LOGEMENT AU NUNAVIK SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC LE LOGEMENT AU NUNAVIK DOCUMENT D INFORMATION WWW.HABITATION.GOUV.QC.CA Coodination du contenu et édaction Diection des affaies integouvenementales et autochtones Coodination

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

PRECISION ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION. mensuel PRECISION

PRECISION ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION. mensuel PRECISION mensuel Nouvelles sur la recherche, l éducation et la défense du dossier de l arthrite : juin/juillet 2014 ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION Dans ce numéro du Mensuel JointHealth, nous regardons de plus près

Plus en détail

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs Moments patiels cédibilistes et application à l évaluation de la pefomance de fonds spéculatifs Alfed MBAIRADJIM M. 1 & Jules SADEFO K. 2 & Michel TERRAZA 3 1 LAMETA- Univesité Montpellie 1 et moussa alf@yahoo.f

Plus en détail

La maladie cœliaque. Le lien au gluten

La maladie cœliaque. Le lien au gluten La maladie cœliaque Le lien au gluten Santé Canada est le ministère fédéral qui aide les Canadiennes et les Canadiens à maintenir et à améliorer leur état de santé. Nous évaluons l innocuité des médicaments

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

D'CLICS CONSO. ayez les bons réflexes! Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteur de votre consommation! www.crij.org.

D'CLICS CONSO. ayez les bons réflexes! Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteur de votre consommation! www.crij.org. n 26 2013/2014 Jounal du Cente Régional d Infomation Jeunesse Midi-Pyénées D'CLICS CONSO ayez les bons éflexes! d o s s i e Logement, téléphonie, mobilité, budget : soyez acteu de vote consommation! www.cij.og

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Rencontrez votre filleul... au Bangladesh

Rencontrez votre filleul... au Bangladesh Rencontez vote filleul... au Bangladesh Vote guide de visite Afin d oganise au mieux vote visite et de péveni l équipe locale ainsi que vote filleul de vote aivée, Contactez-nous 2 mois avant il est impotant

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

PHYSIQUE DES SEMI-CONDUCTEURS

PHYSIQUE DES SEMI-CONDUCTEURS Dépatement Mico-électonique et télécommunications Pemièe année 004/005 PHYSIQUE DES SEMI-CONDUCTEURS Rouge Violet Infa-Rouge Visible Ulta-Violet Cd x Hg 1-x Te InSb Ge Si GaAs CdSe AlAs CdS GaP SiC GaN

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

CLINICAL RESEARCH GRANTS FOR CLINICAL RESEARCH (PRINCIPAL INVESTIGATOR) PHRC, STIC 2007-2011 (INVESTIGATEUR PRINCIPAL)

CLINICAL RESEARCH GRANTS FOR CLINICAL RESEARCH (PRINCIPAL INVESTIGATOR) PHRC, STIC 2007-2011 (INVESTIGATEUR PRINCIPAL) CLINICAL RESEARCH GRANTS FOR CLINICAL RESEARCH (PRINCIPAL INVESTIGATOR) PHRC, STIC 2007-2011 (INVESTIGATEUR PRINCIPAL) Tite Année IP Nom (Sce/Eq) DACAR (étude pilote de la dialyse pa simple passage d albumine

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

yvoi$c Diffici Opticiens lucratif,le bien des vocations Essilor dicte sa loi marché a suscité Munid'une ordonnance, notre client mystère Très

yvoi$c Diffici Opticiens lucratif,le bien des vocations Essilor dicte sa loi marché a suscité Munid'une ordonnance, notre client mystère Très Opticiens l i ô i Diffici Munid'une odonnance, note client mystèe a visité 7 magasins dbptique et 6 sitesweb spécialisés. Opacité des taifs, pix vaiant du simple au quaduple, infomation pacellaie... Pas

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Problèmes locomoteurs

Problèmes locomoteurs VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 10 Problèmes locomoteurs Problèmes locomoteurs 343 Problèmes locomoteurs J.P. Praet, T. Mets Les problèmes locomoteurs sont fréquents et le deviennent de plus en plus

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables ATRACOM-Centafique Manuel de Pocédues Administatives Financies et Comptables G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE SOMMAIRE G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE... 1 G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

A la mémoire de ma grande mère A mes parents A Mon épouse A Mes tantes et sœurs A Mes beaux parents A Toute ma famille A Mes amis A Rihab, Lina et

A la mémoire de ma grande mère A mes parents A Mon épouse A Mes tantes et sœurs A Mes beaux parents A Toute ma famille A Mes amis A Rihab, Lina et Remeciements e tavail a été effectué au sein du laboatoie optoélectonique et composants de l univesité Fehat Abbas (Sétif, Algéie) en collaboation avec le goupe MALTA consolido du Dépatement du Physique

Plus en détail