Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences"

Transcription

1 Immunoanalyse et biologie spécialisée (2012) 27, Disponible en ligne sur STRATÉGIES D EXPLORATION FONCTIONNELLE ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE Évaluation d un test rapide immunochromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences Evaluation of a rapid immunochromatographic test as an aid to tetanus prophylaxis in the Emergency Department J.C. Cavenaile a,, P. Gérard b, J. Duchateau c a Service des urgences, CHU Brugman, 4, place VanGehuchten, 1020 Bruxelles, Belgique b Département de mathématiques, ULG Liège, Liège, Belgique c Laboratoire d immunologie, CHU Brugmann, 4, place VanGehuchten, 1020 Bruxelles, Belgique Reçu le 29 septembre 2011 ; accepté le 20 janvier 2012 KEYWORDS Tetanus; Tetanus protection; Tetanus prevention; Bedside diagnostic examination; Quality of tetanus prevention; Vaccine and globulin; Cost benefit study Summary Introduction. Preventing tetanus performed in emergency department is not optimal when based on history. In 2005 appeared an immunochromatographic rapid test (), which allows a semiquantitative determination of tetanus antibodies. Objectives. To perform a validity study of the test and to compare its performance with the performance of clinical history. Methods. In a prospective doubleblind study, we have tested the accuracy of the test and compared its performance with the performance of clinical history. The measure of the antibodies by ELISA method was the gold standard. Results. The sensitivity and specificity of were respectively 93% and 94%, while the sensitivity and specificity of the clinical history were respectively 41% and 85%. Conclusions. The was considered well above the history to determine the immune status of patients. Its use in the prevention of tetanus is possible in emergency departments Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Auteur correspondant. Adresse (J.C. Cavenaile) /$ see front matter 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.immbio

2 186 J.C. Cavenaile et al. MOTS CLÉS Tétanos ; Protection Prévention Test rapide Qualité prévention Vaccins et immunoglobulines ; Étude coût bénéfice Résumé Introduction. La prévention antitétanique réalisée au service des urgences n est pas optimale quand elle est basée sur l anamnèse. En effet, les patients qui ignorent leur statut bénéficient de rappels inutiles parfois entachés d effets secondaires, tandis que les patients à l anamnèse faussement positive n ont pas de prévention. En 2005 est apparu sur le marché un test rapide immunochromatographique () qui permet un dosage semiquantitatif des anticorps antitétaniques. Objectifs. Réaliser une étude de validité du test et comparer ses performances par rapport à l anamnèse. Méthodes. Dans une étude prospective réalisée en double insu, portant sur 174 patients, nous avons validé le test et comparé ses performances à celle de l anamnèse. Un dosage des anticorps antitétaniques réalisé au laboratoire, par méthode, nous a servi d outil de référence. Résultats. Les sensibilités et spécificités du sont respectivement de 93 % et de 94 % ; tandis que les sensibilités et spécificités de l anamnèse sont respectivement de 41 % (p < 0,0001) et de 85 % (p < 0,02). Les valeurs prédictives positives et négatives sont également significativement différentes. Conclusions. Le a été considéré comme nettement supérieur à l anamnèse pour déterminer le statut immunitaire des patients. Son utilisation dans la prévention du tétanos est envisageable dans les services d urgences Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Introduction Dans les pays industrialisés, le tétanos, bien que rare, n a pas encore disparu et cela malgré un système de vaccination performant. On observe que les décès suite à cette affection restent encore importants et touchent essentiellement les personnes les plus âgées [1]. En Belgique, la prophylaxie antitétanique (PAT) en cas de blessures est régie par une circulaire ministérielle émanant du Conseil supérieur d hygiène, ellemême inspirée des recommandations de l OMS [2]. En situation d urgence, ces règles se révèlent difficiles à appliquer car elles reposent non seulement sur l évaluation tétanigène de la plaie mais aussi sur la connaissance par le patient de son statut vaccinal [3,4]. Diverses études ont démontré que les patients méconnaissent, voire ignorent, leur état vaccinal réel. Moins de 10 % d entre eux possèdent une carte de vaccination valide. Cette anamnèse faussement fiable entraîne chez les patients déjà immunisés une prévention inutile et non dénuée d effets secondaires (réactions allergiques, fièvre, symptômes neurologiques....). D autres pensant être immunisés ne bénéficient pas d une prophylaxie adéquate [5 7]. En 2001, nous avons observé, dans notre unité des urgences de l hôpital universitaire Brugmann, une consommation importante de vaccins et d immunoglobulines antitétaniques. Nous avons alors décidé d utiliser, comme aide à la décision de la PAT, un test rapide immunochromatographique de détection des anticorps contre le tétanos : Tétanos Quick Stick, 20 minutes ( 20). Le 20 peut être effectué soit sur sang total (le seuil de positivité est de 0,2 UI/mL), soit sur sérum ou le plasma (le seuil de positivité est de 0,1 UI/mL). Ces seuils sont considérés par l OMS comme protecteurs. Le principe du test ainsi que sa manipulation ont été largement décrits ailleurs [7,8]. Plusieurs travaux ont évalué les performances du 20. Sa sensibilité est comprise entre 68 % et 82,8 % et sa spécificité entre 87,2 % et 100 % [8,10]. Dans une étude rétrospective réalisée entre 2001 et 2004 au sein de notre unité, nous avons montré que l utilisation du 20 avait permis une diminution substantielle de vaccins et d immunoglobulines antitétaniques (antitt) [11]. En 2005, une version dix minutes du a été commercialisée en Belgique. Avant de prendre une décision quant à la possibilité d utiliser cette variante du test, nous avons entrepris une étude de validité sur 174 patients. Les résultats préliminaires de cet essai ont fait l objet d une présentation, en 2005, au troisième Congrès méditerranéen de médecine d urgences [12]. L objectif principal de ce travail est de valider le 10. Pour ce faire, nous avons entrepris une étude prospective de concordance entre le test réalisé sur sang total aux urgences et le dosage du taux sérique des anticorps antitétaniques par la méthode de référence. Un second objectif est de comparer les performances du 10 à celles de l interrogatoire des patients sur leur état immunitaire visàvis du tétanos et d estimer l emploi du 10 dans la prévention de la maladie dans notre service d urgence. Patients, matériels et méthode Nous avons entrepris une étude prospective dans l unité des urgences de l hôpital universitaire Brugmann à Bruxelles entre le premier février et le 30 avril Ont été inclus dans cet essai, 174 patients non blessés, âgés de plus de 15 ans et pour lesquels un prélèvement sanguin devait être effectué aux urgences pour des raisons indépendantes de l étude ellemême. Les participants ont été invités à répondre à un petit questionnaire rempli par un membre du personnel infirmier des urgences (Annexe 1). Outre l âge et le sexe, l interrogatoire portait sur la connaissance par le patient de son état vaccinal visàvis du tétanos. Les individus ont été classés en trois catégories : ceux qui se disaient immunisés (vaccination complète et dernier rappel moins de dix ans) ceux qui se disaient non

3 Prophylaxie antitétanique aux urgences 187 immunisés (dernière vaccination plus de dix ans) et ceux qui ne savaient pas ou n étaient pas certains d être immunisés. Un échantillon de 5 ml de sang total prélevé sur chaque patient était réservé à l étude. Un membre du personnel infirmier réalisait un 10 selon la procédure décrite par le fabricant [13]. Le médecin lisait le 10 à la dixième minute sans avoir pris connaissance des réponses au questionnaire et confiait le résultat du 10 à l infirmière qui le transposait sur la fiche «Questionnaire du patient». Le reste de l échantillon de sang était envoyé au laboratoire d immunologie de notre hôpital afin d en mesurer le taux d anticorps antitt par la méthode classique de référence et cela en aveugle par rapport au résultat du 10 réalisé sur ce même échantillon aux urgences. Un 10 positif signifie que le patient est immunisé. Un 10 négatif implique que le patient ne possède plus un taux d anticorps suffisant. Un 10 «douteux» est considéré comme négatif. La validation du test a été réalisée par comparaison à la méthode de référence. Le dosage des anticorps IgG antitétanos est obtenu en déposant une dilution du sérum à tester dans une plaque multipuits en polystyrène dont la face interne est recouverte par adsorption passive avec de l anatoxine tétanique. Les sites libres sont saturés par de la gélatine de bœuf (non antigénique) Le contact est prolongé pendant une nuit à température ambiante. Les anticorps IgG, retenus après lavages, sont révélés par la fixation secondaire de Protéine A. Celleci est couplée à la peroxydase de raifort de sorte que l activité enzymatique résiduelle dans chaque puits, après de multiples rinçages, est proportionnelle à la rétention d anticorps spécifiques IgG antitétanos. Au contact du substrat colorimétrique, la quantité d enzyme retenue induit un changement de couleur dans chaque puits, mesuré avec un spectrophotomètre. La variation de l absorbance est interprétée en fonction d une courbe d étalonnage, obtenue à l aide d une série de mesures réalisées sur une source de sérum de titre connu. Cette source de référence est constituée d une préparation de gamma globulines TAT 250 UI (Croix Rouge de Belgique). Le titre de ce pool, constant d un lot à l autre, avait été calibré avec un standard de l OMS. Il est généralement admis qu un taux sérique d anticorps antitt supérieur à 0,15 UI/mL témoigne d une protection optimale. Nous avons donc décidé d utiliser ce seuil pour définir la séroprotection par la méthode. Pour chaque méthode ( 10 et interrogatoire), la concordance avec la méthode est calculée comme la proportion des sujets pour lesquels la méthode considérée est en accord avec le résultat selon l. Pour le 10, nous avons défini la sensibilité comme la proportion des sujets présentant un 10 positif parmi les sujets protégés selon la technique. La spécificité est définie comme la proportion des sujets présentant un 10 négatif ou douteux parmi les sujets non protégés selon la technique. Concernant l interrogatoire, la sensibilité est définie comme la proportion des sujets affirmant être protégés parmi les sujets protégés selon la méthode. La spécificité est définie comme la proportion des individus affirmant ne pas être protégés ou ne pas l être parmi les patients non protégés selon la méthode. La probabilité que la concordance observée entre les résultats du 10 et de l interrogatoire, d une part, et les résultats par la technique, d autre part, ne soit pas dû au hasard a été examinée à l aide du coefficient Kappa de Cohen. L exactitude du diagnostic du statut vaccinal a été évaluée en déterminant la sensibilité (Se) et la spécificité (Sp), la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative (VPN). Les intervalles de confiance (IC) à 95 % de ces paramètres ont été calculés. Nous avons utilisé le test de Mc Nemar pour comparer les sensibilités, les spécificités et la concordance entre le statut vaccinal évalué par le 10 sur sang total et le statut vaccinal d après l interrogatoire. Pour comparer les VPP et les VPN du 10 et de l interrogatoire, nous avons utilisé un test d égalité de rapport de deux proportions dans deux populations. En effet, l égalité VPP ( 10) = VPP (interrogatoire) est équivalente à l égalité : Se (10) Se (interrog) = 1 Sp (10) 1 Sp (interrog) De même, l égalité VPN ( 10) = VPN (interrogatoire) est équivalente à l égalité : Sp (10) Sp (interrog) = 1 Se (10) 1 Se (interrog) Résultats Caractéristiques de la population Les caractéristiques de la population étudiée sont reprises dans le Tableau 1. On note que la proportion des deux sexes reflète celle de la population générale. L âge moyen des femmes et des hommes est comparable. Il est respectivement de 53,1 ans et 53,4 ans. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont plus représentées dans l échantillon (35,7 %) que dans la population totale belge (17 %) [14]. Validation et performances du 10 Sur les 174 échantillons testés, la concordance entre le 10 et la technique est de 93 % (162/174) (Tableau 2). Le calcul du coefficient Kappa de Cohen donne un score de Tableau 1 Répartition par tranches d âges de la population de l étude. Groupe Totaln = 174 Femmesn = 78 Hommesn = 78 Âge moyen (ans) 53,1 53,4 Âge (ans) (9,8 %) 11 (6,3 %) 6 (3,45 %) (28,8 %) 27 (15,5 %) 23 (13,2 %) (25,9 %) 15 (8,6 %) 30 (17,24 %) (35,7 %) 34 (19,5 %) 28 (16,1 %)

4 188 J.C. Cavenaile et al. Tableau 2 Comparaison des résultats du 10 réalisé sur sang total aux urgences aux taux d anticorps antitétaniques mesurés par la méthode. Total Total Tableau 5 Comparaison des résultats de l anamnèse aux taux d anticorps antitétaniques mesurés par la méthode. Total Anamnèse Anamnèse Total Tableau 3 Comparaison des performances de l interrogatoire et du 10. Anamnèse 10 p value Concordance (%) < 0,0001 Coefficient Kappa 0,2 0,83 < 0,0001 Sensibilité (%) < 0,0001 Spécificité (%) ,0206 VPP (%) < 0,0001 VPN (%) < 0,0001 VPP : valeur prédictive positive ; VPN : valeur prédictive négative. Tableau 4 Taux de séroprotection antitétanique pour la population totale et pour les deux sexes par la méthode et le 10. Population totale(%) Hommes(%) Femmes(%) ,83. Selon l échelle de Landis et Koch [15], cela correspond à un accord presque parfait entre les résultats du 10 et le dosage des anticorps antitt mesurés par la méthode (Tableau 3). Les valeurs de la sensibilité et de la spécificité sont respectivement de 93 % et 94 %. Celles de la VPP et de la VPN sont de 98 % et de 83 %. Nous observons trois fauxpositifs (1,71 %) dont les taux d anticorps antitt calculés par la méthode sont de 0,075 UI/mL, 0,104 UI/mL et 0,117 UI/mL. Le Tableau 3 montre que la prévalence de la séroprotection estimée par la méthode est de 72 %. Celle estimée par le 10 est de 68 %. La différence entre ces deux proportions n est pas significativement différente (p = 0,08). Selon la méthode, les femmes sont moins bien protégées que les hommes avec un pourcentage de 64 % contre 79 % (Tableau 4). La répartition par tranches d âges montre que la séroprotection décroît chez les individus de plus de 65 ans. Elle n est plus que de 32,35 % chez les femmes et de 62,96 % chez les hommes. Performances de l interrogatoire La concordance entre l interrogatoire des patients et la méthode est de 53 % (93/174) (Tableau 5). Si on calcule le coefficient d accord Kappa de Cohen, il est de 0,2. Selon l échelle de Landis et Koch, cela traduit un accord faible entre les deux méthodes. La sensibilité de l interrogatoire est de 41 % et sa spécificité de 85 %. La VPP est de 88 % et la VPN de 36 %. Parmi les 174 patients inclus dans l étude, 46 % ne connaissent pas leur statut vaccinal. 34 % se disent protégés et 20 % se disent non protégés (Fig. 1). Parmi ceux qui se disent protégés, 88 % ont un taux d anticorps supérieur à 0,150 UI/mL. Parmi ceux qui se disent non protégés, 60 % ont un taux protecteur d anticorps. De ceux qui ne connaissent pas leur statut vaccinal, 66,25 % sont en fait protégés. Comparaison des performances du 10 et de l interrogatoire La différence entre les concordances des deux méthodes est élevée et significative (p < 0,0001). La comparaison entre les deux coefficients kappa est également significative (Tableau 3) (p < 0,0001). Il en est de même pour la VPP et la VPN. En ce qui concerne la sensibilité, la comparaison entre les deux techniques montre une différence très significative (p < 0,0001). Il y a une légère différence significative entre la spécificité du 10 et celle de l interrogatoire (p < 0,02). Il en est de même en ce qui concerne la prévalence de la séroprotection. Estimée par l anamnèse, elle est de 33 % tandis que si elle estimée par le 10 elle est de 69 %. Discussion et conclusion Le 10 est validé au regard de la méthode de référence. Le coefficient d accord Kappa (0,83) témoigne d un accord presque parfait entre les deux méthodes si l on se réfère à l échelle proposée par Landis et Koch. La valeur du coefficient Kappa est supérieure à celle estimée dans des essais similaires [8]. Le 10 offre une sensibilité de 93 % et une VPN de 83 %. Ces valeurs sont supérieures à celles trouvées dans d autres études (70 % à 85,5 %) [5,7 10]. Avec un seuil de séroprotection supérieur à 0,15 UI/mL, nous avons calculé une spécificité de 94 % et une VPP de 98 %. Ces chiffres sont supérieurs à ceux d autres travaux ayant utilisés le même seuil (Sp = 87,2 % et VPP = 92,1 %) [5]. Ces différences s expliquent probablement par la longue expérience de notre équipe dans la manipulation du 20 (il est utilisé dans notre unité depuis 2001), ce qui a sans doute contribué à abaisser, à un taux très faible, le pourcentage d erreurs de manipulation et de lecture. Pour un seuil de séroprotection fixé à 0,1 UI/mL (seuil recommandé par l OMS), la spécificité augmente à 98 % et la VPP à 99 % (Tableau 6). Ces valeurs sont comparables à celles estimées dans un autre travail ayant utilisé le même seuil [9 12]. Nous avons observé trois fauxpositifs, soit 1,71 %. Deux de

5 Prophylaxie antitétanique aux urgences 189 Patients inclus 174 Se disent immunisés 59 (33.9%) Se disent non Immunisés 35 (20.11%) Ne connaissent pas leur statut vaccinal 80 (45.98%) Figure 1 Description de l étude. Tableau 6 Caractéristiques du 10 en fonction du seuil d anticorps antitétaniques estimé par la méthode. 10 Sensibilité (%) Spécificité (%) VPP (%) VPN (%) Seuil antitt Seuil > 150 UI/mL Seuil > 100 UI/mL VPP : valeur prédictive positive ; VPN : valeur prédictive négative. ces trois tests, ont des taux d anticorps de 0,104 UI/mL et 0,117 UI/mL. Ces taux sont supérieurs au seuil recommandé par l OMS. Par conséquent, nous pouvons considérer qu en fin de compte, un seul test (0,075 UI/mL) peut être classé comme vrai «fauxpositif». Par conséquent, le pourcentage de fauxpositifs n est plus que de 0,57 %. Comme nous l avons dit, le choix de la prophylaxie antitt en cas de blessures, repose à la fois sur le type de plaie et sur le statut vaccinal réel du patient. En situation d urgence, nous sommes obligés de nous fier au seul interrogatoire du patient pour estimer son immunité puisque rares sont ceux qui ont une preuve écrite de leur état vaccinal. Nous observons, comme d autres, dans notre travail que cet interrogatoire n est pas fiable. Les patients qui se disent non protégés et ceux qui ne connaissent pas leur état vaccinal sont ceux qui d après les règles de la PAT devraient recevoir un vaccin et, en fonction de plaie à risque de tétanos, des gammaglobulines. Nous observons que dans ces deux catégories (qui représentent 66 % de notre échantillon), 65,5 % d entre eux sont déjà protégés et reçoivent donc des traitements inutiles. Il n est donc pas étonnant que la Se et la VPN de l interrogatoire soient relativement basses (41 % et 36 %). Cela signifie que 64 % des patients qui se déclarent nonprotégés sont en fait immunisés. La VPN du 10 est nettement supérieure à celle de l interrogatoire (83 % contre 36 % ; < 0,0001). Autrement dit, 83 % des patients à l anamnèse douteuse ou négative sont réellement non immunisés. Par conséquent, l emploi du test chez les patients qui se disent non protégés et ceux qui méconnaissent leur statut vaccinal réel devrait permettre une réduction significative de traitements inutiles. La sensibilité du 10 est de 93 % et celle de l interrogatoire est de 41 %. On en conclut que la probabilité de prescrire un traitement inutile est de 59 % quand on se base sur l anamnèse et de 7 % seulement si le est utilisé. La spécificité de l interrogatoire est de 85 % et sa VPP est de 88 %. La probabilité qu un patient qui se déclare protégé de l être réellement est de 88 %.

6 190 J.C. Cavenaile et al. La VPP du 10 est significativement meilleure que celle de l interrogatoire (98 % < 0,0001) Ce qui veut dire que chez les personnes qui se disent immunisées, l emploi du va, également, engendrer une épargne significative de traitements inutiles. Sur ce point, nos résultats divergent quelque peu de ceux du travail de Stubbe et al. Dans leur étude, la comparaison des VPP et des spécificités des deux méthodes est à la limite de la signification [5], tandis que dans notre travail les différences sont significatives. Dans ce travail, nous avons validé le 10 au regard de la technique de référence. Il montre que le 10 est plus fiable que l interrogatoire pour évaluer l état immunitaire du patient visàvis du tétanos. De plus, sa rapidité et son emploi aisé en font un outil adapté aux conditions de travail dans les services d urgence. Déclaration d intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. Annexe 1. Questionnaire patient Date : ID :.. Patient : Nom : Prénom. Adresse :. Date de naissance : Sexe : Etude validation Tétanos Quick Stick 10 minutes «Questionnaire patient» Statut vaccinal selon patient Statut vaccinal selon Féminin Masculin Immunisé Non immunisé Incertain ou douteux Douteux Références [1] Pascual FB, Mc Ginley EL, Zonardi LR, et al. Tetanus surveillance United States, MMWR 2003;52(55 3):1 8. [2] http ://www.health.fgov.be/csh HGR/. [3] Roper MH. Tetanus prophylaxis in the Emergency department. Ann Emerg Med 2004;43: [4] Talan DA, Abrahaniau FM, Moran GJ, et al. Tetanus immunity and physician compliance with tetanus prophylaxis practices among emergency department patients presenting with wounds. Ann Emerg Med 2004;43: [5] Stubbe M, Swinnen R, Crusiaux A, et al. Seroprotection against tetanus in patients attending an emergency department in Belgium and evaluation of a bedside immunotest. Eur J Emerg Med 2007;14: [6] Stubbe M, Mortelmans LJ, Desruelles D, et al. Improving tetanus prophylaxis in the emergency department: a prospestive, doubleblind costeffectivenes study. Emerg Med J 2007;24: [7] Tardy H. Situation vaccinale antitétanique et statut immunitaire des patients consultants au service d accueil des urgences du CH d Annecy. Thèse de doctorat. Université JosephFournier, faculté de médecine de Grenoble; [8] Elkharrat D, Espinoza P, De la Coussaye J, et al. Intégration d un test rapide dans l algorithme ministériel actuel pour affiner la prophylaxie antitétanique proposée aux blessés vus dans un service d urgence. Med Mal Infect 2005;35: [9] Colombet I, Saguez C, SansonLe Pors MJ, et al. Diagnosis of tetanus immunization status: multicenter assessment of a rapid biological test. Clin Diagn Lab Immunol 2005;12(9): [10] ArdeleanJaby D, KaddariHimmeur F, NkanaTameze K, et al. Evaluation du test sanguin Tetanos Quick Stick () en situation d urgence. Immuno Analyse Biol Spec 2002;17: [11] Cavenaile JC. Utilisation du tétanos quick stick dans un service d urgence 1 er congrès international interdisciplinaire sur les urgences, juin 2005 Montréal. [12] Cavenaile JC. Use of Tetanos Quick Stick in Emergency Department, Third Mediterranean Emergency Medicine Congress, 2 5 September 2005 Nice. [13] Tétanos Quick Stick: Notice explicative. Laboratoires Nephrotek; [14] structure/agesexe/popbel/index.jsp. [15] Landis JR, Koch GG. The measurement of observer agreement for categorical data. Biometrics 1977;33:

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales Transparents Philippe Lambert http : //www.statsoc.ulg.ac.be/quali.html Institut des Sciences Humaines et Sociales

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Document préparé par Janelle LeBlanc, Étudiante en 5 ième année en travail social à l Université de Moncton Stagiaire à la Coalition pour

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE 11 questions pour interpréter les règles de prédiction clinique Comment utiliser cet outil d évaluation Lorsqu on évalue une étude, quelle

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009).

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009). ROYAL BRISBANE AND WOMEN S HOSPITAL (RBWH) DYSPHAGIA SCREENING TOOL Instrument de Royal Brisbane and Women s Hospital (RBWH) Dysphagia Screening Tool mesure Abréviation RBWH Dysphagia Screening Tool Auteur

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997 5.6.1. Introduction Les caries dentaires sont une maladie dans laquelle les gencives minéralisées ne sont plus protégées en conséquence de la formation d acides qui proviennent de la fermentation d hydrates

Plus en détail

Méthode en trois étapes destinée à une évaluation globale des résultats obtenus pour différents échantillons.

Méthode en trois étapes destinée à une évaluation globale des résultats obtenus pour différents échantillons. ISP Rue J. Wytsman, 14 B-1050 BRUXELLES SERVICE PUBLIC FEDERAL (SPF) SANTE PUBLIQUE, PROTECTION DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

DATATION de la GROSSESSE

DATATION de la GROSSESSE DATATION de la GROSSESSE Julia BEGLER-FONNIER Maternité CHU CAREMEAU Intérêts Améliorer le pronostic de la grossesse: Déterminer la date d accouchement; Évaluer la croissance fœtale Pouvoir interpréter

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007

Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007 Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007 Carole Cornaglia, MG Henri Partouche, MG, MCU-A Département de Médecine Générale Conflit d intérêt

Plus en détail

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II)

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II) Büro für arbeits- und sozialpolitische Studien BASS AG Konsumstrasse 20. CH-3007 Bern Tel. +41 (0)31 380 60 80. Fax +41 (0)31 398 33 63 info@buerobass.ch. www.buerobass.ch Departement Gesundheit Technikumstrasse

Plus en détail

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Dispositif: CDI 100 et 101 Système de Monitorage hématocrite/saturation en Référence: FSN106 2010-12 [FR] Action: Information Produit A l attention de: L Ingénieur Biomédical

Plus en détail

Le compromis entre efficacité contre les taches, respect des couleurs et protection de l environnement. Comment avons nous procédé?

Le compromis entre efficacité contre les taches, respect des couleurs et protection de l environnement. Comment avons nous procédé? Essai comparatif sur les lessives à mains en poudre : Le compromis entre efficacité contre les taches, respect des couleurs et protection de l environnement Choix des échantillons L actuel essai comparatif

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51.

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Eton Scale OR Norgine Risk Assessment Tool for constipation Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Instrument

Plus en détail

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale Annexe au mémoire présenté par BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la Loi sur l équité salariale Mars 2003 AVANT-PROPOS Cette annexe se veut un document complémentaire au

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche février 2015 Preparé par : 1. Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE Dans le cadre du Projet de Port Granby, l Initiative dans la

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR :

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : Nous avo cotaté l'extrême difficulté de comparaison des résultats obtenus par les 7 trousses en raison de "valeurs-seuil"

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Contexte Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker symptômes 1 2 Démarche diagnostique Objectifs d une étude diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD,

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013 Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique Novembre 2013 Principaux points de l'étude : Présentation Accenture a réalisé une enquête en ligne auprès de 9 015 adultes, âgés de 18 ans et

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015

Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015 Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015 Calculatrice autorisée conformément à la circulaire n o 99-186 du 16 novembre 1999. Le candidat doit traiter les quatre exercices. Il

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée),

1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée), Survol des indicateurs du taux de tabagisme au Québec (Mis à jour en octobre 2014) 1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée), 2) l Enquête

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d auxiliaire de soins territorial de 1 ère classe Spécialité : Aide-soignant Session 2013

Rapport du président du jury Concours d auxiliaire de soins territorial de 1 ère classe Spécialité : Aide-soignant Session 2013 Filière médico-sociale Rapport du président du jury Concours d auxiliaire de soins territorial de 1 ère classe Spécialité : Aide-soignant Session 2013 Le concours d'auxiliaire de soins territorial de 1

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail