Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences"

Transcription

1 Immunoanalyse et biologie spécialisée (2012) 27, Disponible en ligne sur STRATÉGIES D EXPLORATION FONCTIONNELLE ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE Évaluation d un test rapide immunochromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences Evaluation of a rapid immunochromatographic test as an aid to tetanus prophylaxis in the Emergency Department J.C. Cavenaile a,, P. Gérard b, J. Duchateau c a Service des urgences, CHU Brugman, 4, place VanGehuchten, 1020 Bruxelles, Belgique b Département de mathématiques, ULG Liège, Liège, Belgique c Laboratoire d immunologie, CHU Brugmann, 4, place VanGehuchten, 1020 Bruxelles, Belgique Reçu le 29 septembre 2011 ; accepté le 20 janvier 2012 KEYWORDS Tetanus; Tetanus protection; Tetanus prevention; Bedside diagnostic examination; Quality of tetanus prevention; Vaccine and globulin; Cost benefit study Summary Introduction. Preventing tetanus performed in emergency department is not optimal when based on history. In 2005 appeared an immunochromatographic rapid test (), which allows a semiquantitative determination of tetanus antibodies. Objectives. To perform a validity study of the test and to compare its performance with the performance of clinical history. Methods. In a prospective doubleblind study, we have tested the accuracy of the test and compared its performance with the performance of clinical history. The measure of the antibodies by ELISA method was the gold standard. Results. The sensitivity and specificity of were respectively 93% and 94%, while the sensitivity and specificity of the clinical history were respectively 41% and 85%. Conclusions. The was considered well above the history to determine the immune status of patients. Its use in the prevention of tetanus is possible in emergency departments Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Auteur correspondant. Adresse (J.C. Cavenaile) /$ see front matter 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.immbio

2 186 J.C. Cavenaile et al. MOTS CLÉS Tétanos ; Protection Prévention Test rapide Qualité prévention Vaccins et immunoglobulines ; Étude coût bénéfice Résumé Introduction. La prévention antitétanique réalisée au service des urgences n est pas optimale quand elle est basée sur l anamnèse. En effet, les patients qui ignorent leur statut bénéficient de rappels inutiles parfois entachés d effets secondaires, tandis que les patients à l anamnèse faussement positive n ont pas de prévention. En 2005 est apparu sur le marché un test rapide immunochromatographique () qui permet un dosage semiquantitatif des anticorps antitétaniques. Objectifs. Réaliser une étude de validité du test et comparer ses performances par rapport à l anamnèse. Méthodes. Dans une étude prospective réalisée en double insu, portant sur 174 patients, nous avons validé le test et comparé ses performances à celle de l anamnèse. Un dosage des anticorps antitétaniques réalisé au laboratoire, par méthode, nous a servi d outil de référence. Résultats. Les sensibilités et spécificités du sont respectivement de 93 % et de 94 % ; tandis que les sensibilités et spécificités de l anamnèse sont respectivement de 41 % (p < 0,0001) et de 85 % (p < 0,02). Les valeurs prédictives positives et négatives sont également significativement différentes. Conclusions. Le a été considéré comme nettement supérieur à l anamnèse pour déterminer le statut immunitaire des patients. Son utilisation dans la prévention du tétanos est envisageable dans les services d urgences Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Introduction Dans les pays industrialisés, le tétanos, bien que rare, n a pas encore disparu et cela malgré un système de vaccination performant. On observe que les décès suite à cette affection restent encore importants et touchent essentiellement les personnes les plus âgées [1]. En Belgique, la prophylaxie antitétanique (PAT) en cas de blessures est régie par une circulaire ministérielle émanant du Conseil supérieur d hygiène, ellemême inspirée des recommandations de l OMS [2]. En situation d urgence, ces règles se révèlent difficiles à appliquer car elles reposent non seulement sur l évaluation tétanigène de la plaie mais aussi sur la connaissance par le patient de son statut vaccinal [3,4]. Diverses études ont démontré que les patients méconnaissent, voire ignorent, leur état vaccinal réel. Moins de 10 % d entre eux possèdent une carte de vaccination valide. Cette anamnèse faussement fiable entraîne chez les patients déjà immunisés une prévention inutile et non dénuée d effets secondaires (réactions allergiques, fièvre, symptômes neurologiques....). D autres pensant être immunisés ne bénéficient pas d une prophylaxie adéquate [5 7]. En 2001, nous avons observé, dans notre unité des urgences de l hôpital universitaire Brugmann, une consommation importante de vaccins et d immunoglobulines antitétaniques. Nous avons alors décidé d utiliser, comme aide à la décision de la PAT, un test rapide immunochromatographique de détection des anticorps contre le tétanos : Tétanos Quick Stick, 20 minutes ( 20). Le 20 peut être effectué soit sur sang total (le seuil de positivité est de 0,2 UI/mL), soit sur sérum ou le plasma (le seuil de positivité est de 0,1 UI/mL). Ces seuils sont considérés par l OMS comme protecteurs. Le principe du test ainsi que sa manipulation ont été largement décrits ailleurs [7,8]. Plusieurs travaux ont évalué les performances du 20. Sa sensibilité est comprise entre 68 % et 82,8 % et sa spécificité entre 87,2 % et 100 % [8,10]. Dans une étude rétrospective réalisée entre 2001 et 2004 au sein de notre unité, nous avons montré que l utilisation du 20 avait permis une diminution substantielle de vaccins et d immunoglobulines antitétaniques (antitt) [11]. En 2005, une version dix minutes du a été commercialisée en Belgique. Avant de prendre une décision quant à la possibilité d utiliser cette variante du test, nous avons entrepris une étude de validité sur 174 patients. Les résultats préliminaires de cet essai ont fait l objet d une présentation, en 2005, au troisième Congrès méditerranéen de médecine d urgences [12]. L objectif principal de ce travail est de valider le 10. Pour ce faire, nous avons entrepris une étude prospective de concordance entre le test réalisé sur sang total aux urgences et le dosage du taux sérique des anticorps antitétaniques par la méthode de référence. Un second objectif est de comparer les performances du 10 à celles de l interrogatoire des patients sur leur état immunitaire visàvis du tétanos et d estimer l emploi du 10 dans la prévention de la maladie dans notre service d urgence. Patients, matériels et méthode Nous avons entrepris une étude prospective dans l unité des urgences de l hôpital universitaire Brugmann à Bruxelles entre le premier février et le 30 avril Ont été inclus dans cet essai, 174 patients non blessés, âgés de plus de 15 ans et pour lesquels un prélèvement sanguin devait être effectué aux urgences pour des raisons indépendantes de l étude ellemême. Les participants ont été invités à répondre à un petit questionnaire rempli par un membre du personnel infirmier des urgences (Annexe 1). Outre l âge et le sexe, l interrogatoire portait sur la connaissance par le patient de son état vaccinal visàvis du tétanos. Les individus ont été classés en trois catégories : ceux qui se disaient immunisés (vaccination complète et dernier rappel moins de dix ans) ceux qui se disaient non

3 Prophylaxie antitétanique aux urgences 187 immunisés (dernière vaccination plus de dix ans) et ceux qui ne savaient pas ou n étaient pas certains d être immunisés. Un échantillon de 5 ml de sang total prélevé sur chaque patient était réservé à l étude. Un membre du personnel infirmier réalisait un 10 selon la procédure décrite par le fabricant [13]. Le médecin lisait le 10 à la dixième minute sans avoir pris connaissance des réponses au questionnaire et confiait le résultat du 10 à l infirmière qui le transposait sur la fiche «Questionnaire du patient». Le reste de l échantillon de sang était envoyé au laboratoire d immunologie de notre hôpital afin d en mesurer le taux d anticorps antitt par la méthode classique de référence et cela en aveugle par rapport au résultat du 10 réalisé sur ce même échantillon aux urgences. Un 10 positif signifie que le patient est immunisé. Un 10 négatif implique que le patient ne possède plus un taux d anticorps suffisant. Un 10 «douteux» est considéré comme négatif. La validation du test a été réalisée par comparaison à la méthode de référence. Le dosage des anticorps IgG antitétanos est obtenu en déposant une dilution du sérum à tester dans une plaque multipuits en polystyrène dont la face interne est recouverte par adsorption passive avec de l anatoxine tétanique. Les sites libres sont saturés par de la gélatine de bœuf (non antigénique) Le contact est prolongé pendant une nuit à température ambiante. Les anticorps IgG, retenus après lavages, sont révélés par la fixation secondaire de Protéine A. Celleci est couplée à la peroxydase de raifort de sorte que l activité enzymatique résiduelle dans chaque puits, après de multiples rinçages, est proportionnelle à la rétention d anticorps spécifiques IgG antitétanos. Au contact du substrat colorimétrique, la quantité d enzyme retenue induit un changement de couleur dans chaque puits, mesuré avec un spectrophotomètre. La variation de l absorbance est interprétée en fonction d une courbe d étalonnage, obtenue à l aide d une série de mesures réalisées sur une source de sérum de titre connu. Cette source de référence est constituée d une préparation de gamma globulines TAT 250 UI (Croix Rouge de Belgique). Le titre de ce pool, constant d un lot à l autre, avait été calibré avec un standard de l OMS. Il est généralement admis qu un taux sérique d anticorps antitt supérieur à 0,15 UI/mL témoigne d une protection optimale. Nous avons donc décidé d utiliser ce seuil pour définir la séroprotection par la méthode. Pour chaque méthode ( 10 et interrogatoire), la concordance avec la méthode est calculée comme la proportion des sujets pour lesquels la méthode considérée est en accord avec le résultat selon l. Pour le 10, nous avons défini la sensibilité comme la proportion des sujets présentant un 10 positif parmi les sujets protégés selon la technique. La spécificité est définie comme la proportion des sujets présentant un 10 négatif ou douteux parmi les sujets non protégés selon la technique. Concernant l interrogatoire, la sensibilité est définie comme la proportion des sujets affirmant être protégés parmi les sujets protégés selon la méthode. La spécificité est définie comme la proportion des individus affirmant ne pas être protégés ou ne pas l être parmi les patients non protégés selon la méthode. La probabilité que la concordance observée entre les résultats du 10 et de l interrogatoire, d une part, et les résultats par la technique, d autre part, ne soit pas dû au hasard a été examinée à l aide du coefficient Kappa de Cohen. L exactitude du diagnostic du statut vaccinal a été évaluée en déterminant la sensibilité (Se) et la spécificité (Sp), la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative (VPN). Les intervalles de confiance (IC) à 95 % de ces paramètres ont été calculés. Nous avons utilisé le test de Mc Nemar pour comparer les sensibilités, les spécificités et la concordance entre le statut vaccinal évalué par le 10 sur sang total et le statut vaccinal d après l interrogatoire. Pour comparer les VPP et les VPN du 10 et de l interrogatoire, nous avons utilisé un test d égalité de rapport de deux proportions dans deux populations. En effet, l égalité VPP ( 10) = VPP (interrogatoire) est équivalente à l égalité : Se (10) Se (interrog) = 1 Sp (10) 1 Sp (interrog) De même, l égalité VPN ( 10) = VPN (interrogatoire) est équivalente à l égalité : Sp (10) Sp (interrog) = 1 Se (10) 1 Se (interrog) Résultats Caractéristiques de la population Les caractéristiques de la population étudiée sont reprises dans le Tableau 1. On note que la proportion des deux sexes reflète celle de la population générale. L âge moyen des femmes et des hommes est comparable. Il est respectivement de 53,1 ans et 53,4 ans. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont plus représentées dans l échantillon (35,7 %) que dans la population totale belge (17 %) [14]. Validation et performances du 10 Sur les 174 échantillons testés, la concordance entre le 10 et la technique est de 93 % (162/174) (Tableau 2). Le calcul du coefficient Kappa de Cohen donne un score de Tableau 1 Répartition par tranches d âges de la population de l étude. Groupe Totaln = 174 Femmesn = 78 Hommesn = 78 Âge moyen (ans) 53,1 53,4 Âge (ans) (9,8 %) 11 (6,3 %) 6 (3,45 %) (28,8 %) 27 (15,5 %) 23 (13,2 %) (25,9 %) 15 (8,6 %) 30 (17,24 %) (35,7 %) 34 (19,5 %) 28 (16,1 %)

4 188 J.C. Cavenaile et al. Tableau 2 Comparaison des résultats du 10 réalisé sur sang total aux urgences aux taux d anticorps antitétaniques mesurés par la méthode. Total Total Tableau 5 Comparaison des résultats de l anamnèse aux taux d anticorps antitétaniques mesurés par la méthode. Total Anamnèse Anamnèse Total Tableau 3 Comparaison des performances de l interrogatoire et du 10. Anamnèse 10 p value Concordance (%) < 0,0001 Coefficient Kappa 0,2 0,83 < 0,0001 Sensibilité (%) < 0,0001 Spécificité (%) ,0206 VPP (%) < 0,0001 VPN (%) < 0,0001 VPP : valeur prédictive positive ; VPN : valeur prédictive négative. Tableau 4 Taux de séroprotection antitétanique pour la population totale et pour les deux sexes par la méthode et le 10. Population totale(%) Hommes(%) Femmes(%) ,83. Selon l échelle de Landis et Koch [15], cela correspond à un accord presque parfait entre les résultats du 10 et le dosage des anticorps antitt mesurés par la méthode (Tableau 3). Les valeurs de la sensibilité et de la spécificité sont respectivement de 93 % et 94 %. Celles de la VPP et de la VPN sont de 98 % et de 83 %. Nous observons trois fauxpositifs (1,71 %) dont les taux d anticorps antitt calculés par la méthode sont de 0,075 UI/mL, 0,104 UI/mL et 0,117 UI/mL. Le Tableau 3 montre que la prévalence de la séroprotection estimée par la méthode est de 72 %. Celle estimée par le 10 est de 68 %. La différence entre ces deux proportions n est pas significativement différente (p = 0,08). Selon la méthode, les femmes sont moins bien protégées que les hommes avec un pourcentage de 64 % contre 79 % (Tableau 4). La répartition par tranches d âges montre que la séroprotection décroît chez les individus de plus de 65 ans. Elle n est plus que de 32,35 % chez les femmes et de 62,96 % chez les hommes. Performances de l interrogatoire La concordance entre l interrogatoire des patients et la méthode est de 53 % (93/174) (Tableau 5). Si on calcule le coefficient d accord Kappa de Cohen, il est de 0,2. Selon l échelle de Landis et Koch, cela traduit un accord faible entre les deux méthodes. La sensibilité de l interrogatoire est de 41 % et sa spécificité de 85 %. La VPP est de 88 % et la VPN de 36 %. Parmi les 174 patients inclus dans l étude, 46 % ne connaissent pas leur statut vaccinal. 34 % se disent protégés et 20 % se disent non protégés (Fig. 1). Parmi ceux qui se disent protégés, 88 % ont un taux d anticorps supérieur à 0,150 UI/mL. Parmi ceux qui se disent non protégés, 60 % ont un taux protecteur d anticorps. De ceux qui ne connaissent pas leur statut vaccinal, 66,25 % sont en fait protégés. Comparaison des performances du 10 et de l interrogatoire La différence entre les concordances des deux méthodes est élevée et significative (p < 0,0001). La comparaison entre les deux coefficients kappa est également significative (Tableau 3) (p < 0,0001). Il en est de même pour la VPP et la VPN. En ce qui concerne la sensibilité, la comparaison entre les deux techniques montre une différence très significative (p < 0,0001). Il y a une légère différence significative entre la spécificité du 10 et celle de l interrogatoire (p < 0,02). Il en est de même en ce qui concerne la prévalence de la séroprotection. Estimée par l anamnèse, elle est de 33 % tandis que si elle estimée par le 10 elle est de 69 %. Discussion et conclusion Le 10 est validé au regard de la méthode de référence. Le coefficient d accord Kappa (0,83) témoigne d un accord presque parfait entre les deux méthodes si l on se réfère à l échelle proposée par Landis et Koch. La valeur du coefficient Kappa est supérieure à celle estimée dans des essais similaires [8]. Le 10 offre une sensibilité de 93 % et une VPN de 83 %. Ces valeurs sont supérieures à celles trouvées dans d autres études (70 % à 85,5 %) [5,7 10]. Avec un seuil de séroprotection supérieur à 0,15 UI/mL, nous avons calculé une spécificité de 94 % et une VPP de 98 %. Ces chiffres sont supérieurs à ceux d autres travaux ayant utilisés le même seuil (Sp = 87,2 % et VPP = 92,1 %) [5]. Ces différences s expliquent probablement par la longue expérience de notre équipe dans la manipulation du 20 (il est utilisé dans notre unité depuis 2001), ce qui a sans doute contribué à abaisser, à un taux très faible, le pourcentage d erreurs de manipulation et de lecture. Pour un seuil de séroprotection fixé à 0,1 UI/mL (seuil recommandé par l OMS), la spécificité augmente à 98 % et la VPP à 99 % (Tableau 6). Ces valeurs sont comparables à celles estimées dans un autre travail ayant utilisé le même seuil [9 12]. Nous avons observé trois fauxpositifs, soit 1,71 %. Deux de

5 Prophylaxie antitétanique aux urgences 189 Patients inclus 174 Se disent immunisés 59 (33.9%) Se disent non Immunisés 35 (20.11%) Ne connaissent pas leur statut vaccinal 80 (45.98%) Figure 1 Description de l étude. Tableau 6 Caractéristiques du 10 en fonction du seuil d anticorps antitétaniques estimé par la méthode. 10 Sensibilité (%) Spécificité (%) VPP (%) VPN (%) Seuil antitt Seuil > 150 UI/mL Seuil > 100 UI/mL VPP : valeur prédictive positive ; VPN : valeur prédictive négative. ces trois tests, ont des taux d anticorps de 0,104 UI/mL et 0,117 UI/mL. Ces taux sont supérieurs au seuil recommandé par l OMS. Par conséquent, nous pouvons considérer qu en fin de compte, un seul test (0,075 UI/mL) peut être classé comme vrai «fauxpositif». Par conséquent, le pourcentage de fauxpositifs n est plus que de 0,57 %. Comme nous l avons dit, le choix de la prophylaxie antitt en cas de blessures, repose à la fois sur le type de plaie et sur le statut vaccinal réel du patient. En situation d urgence, nous sommes obligés de nous fier au seul interrogatoire du patient pour estimer son immunité puisque rares sont ceux qui ont une preuve écrite de leur état vaccinal. Nous observons, comme d autres, dans notre travail que cet interrogatoire n est pas fiable. Les patients qui se disent non protégés et ceux qui ne connaissent pas leur état vaccinal sont ceux qui d après les règles de la PAT devraient recevoir un vaccin et, en fonction de plaie à risque de tétanos, des gammaglobulines. Nous observons que dans ces deux catégories (qui représentent 66 % de notre échantillon), 65,5 % d entre eux sont déjà protégés et reçoivent donc des traitements inutiles. Il n est donc pas étonnant que la Se et la VPN de l interrogatoire soient relativement basses (41 % et 36 %). Cela signifie que 64 % des patients qui se déclarent nonprotégés sont en fait immunisés. La VPN du 10 est nettement supérieure à celle de l interrogatoire (83 % contre 36 % ; < 0,0001). Autrement dit, 83 % des patients à l anamnèse douteuse ou négative sont réellement non immunisés. Par conséquent, l emploi du test chez les patients qui se disent non protégés et ceux qui méconnaissent leur statut vaccinal réel devrait permettre une réduction significative de traitements inutiles. La sensibilité du 10 est de 93 % et celle de l interrogatoire est de 41 %. On en conclut que la probabilité de prescrire un traitement inutile est de 59 % quand on se base sur l anamnèse et de 7 % seulement si le est utilisé. La spécificité de l interrogatoire est de 85 % et sa VPP est de 88 %. La probabilité qu un patient qui se déclare protégé de l être réellement est de 88 %.

6 190 J.C. Cavenaile et al. La VPP du 10 est significativement meilleure que celle de l interrogatoire (98 % < 0,0001) Ce qui veut dire que chez les personnes qui se disent immunisées, l emploi du va, également, engendrer une épargne significative de traitements inutiles. Sur ce point, nos résultats divergent quelque peu de ceux du travail de Stubbe et al. Dans leur étude, la comparaison des VPP et des spécificités des deux méthodes est à la limite de la signification [5], tandis que dans notre travail les différences sont significatives. Dans ce travail, nous avons validé le 10 au regard de la technique de référence. Il montre que le 10 est plus fiable que l interrogatoire pour évaluer l état immunitaire du patient visàvis du tétanos. De plus, sa rapidité et son emploi aisé en font un outil adapté aux conditions de travail dans les services d urgence. Déclaration d intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. Annexe 1. Questionnaire patient Date : ID :.. Patient : Nom : Prénom. Adresse :. Date de naissance : Sexe : Etude validation Tétanos Quick Stick 10 minutes «Questionnaire patient» Statut vaccinal selon patient Statut vaccinal selon Féminin Masculin Immunisé Non immunisé Incertain ou douteux Douteux Références [1] Pascual FB, Mc Ginley EL, Zonardi LR, et al. Tetanus surveillance United States, MMWR 2003;52(55 3):1 8. [2] http ://www.health.fgov.be/csh HGR/. [3] Roper MH. Tetanus prophylaxis in the Emergency department. Ann Emerg Med 2004;43: [4] Talan DA, Abrahaniau FM, Moran GJ, et al. Tetanus immunity and physician compliance with tetanus prophylaxis practices among emergency department patients presenting with wounds. Ann Emerg Med 2004;43: [5] Stubbe M, Swinnen R, Crusiaux A, et al. Seroprotection against tetanus in patients attending an emergency department in Belgium and evaluation of a bedside immunotest. Eur J Emerg Med 2007;14: [6] Stubbe M, Mortelmans LJ, Desruelles D, et al. Improving tetanus prophylaxis in the emergency department: a prospestive, doubleblind costeffectivenes study. Emerg Med J 2007;24: [7] Tardy H. Situation vaccinale antitétanique et statut immunitaire des patients consultants au service d accueil des urgences du CH d Annecy. Thèse de doctorat. Université JosephFournier, faculté de médecine de Grenoble; [8] Elkharrat D, Espinoza P, De la Coussaye J, et al. Intégration d un test rapide dans l algorithme ministériel actuel pour affiner la prophylaxie antitétanique proposée aux blessés vus dans un service d urgence. Med Mal Infect 2005;35: [9] Colombet I, Saguez C, SansonLe Pors MJ, et al. Diagnosis of tetanus immunization status: multicenter assessment of a rapid biological test. Clin Diagn Lab Immunol 2005;12(9): [10] ArdeleanJaby D, KaddariHimmeur F, NkanaTameze K, et al. Evaluation du test sanguin Tetanos Quick Stick () en situation d urgence. Immuno Analyse Biol Spec 2002;17: [11] Cavenaile JC. Utilisation du tétanos quick stick dans un service d urgence 1 er congrès international interdisciplinaire sur les urgences, juin 2005 Montréal. [12] Cavenaile JC. Use of Tetanos Quick Stick in Emergency Department, Third Mediterranean Emergency Medicine Congress, 2 5 September 2005 Nice. [13] Tétanos Quick Stick: Notice explicative. Laboratoires Nephrotek; [14] structure/agesexe/popbel/index.jsp. [15] Landis JR, Koch GG. The measurement of observer agreement for categorical data. Biometrics 1977;33:

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE 11 questions pour interpréter les règles de prédiction clinique Comment utiliser cet outil d évaluation Lorsqu on évalue une étude, quelle

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

MISE EN EVIDENCE DE L IMMUNOPROTECTION ANTITENATIQUE EN CONTEXTE D URGENCE EVALUATION DES TESTS RAPIDES IMMUNOCHROMATOGRAPHIQUES.

MISE EN EVIDENCE DE L IMMUNOPROTECTION ANTITENATIQUE EN CONTEXTE D URGENCE EVALUATION DES TESTS RAPIDES IMMUNOCHROMATOGRAPHIQUES. MISE EN EVIDENCE DE L IMMUNOPROTECTION ANTITENATIQUE EN CONTEXTE D URGENCE EVALUATION DES TESTS RAPIDES IMMUNOCHROMATOGRAPHIQUES NOTE DE CADRAGE Décembre 2009 Service Évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR :

I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : I REPARTITION DES VALEURS OBTENUES AVEC LES 7 COFFRETS ELISA ET LE TEST DE FARR : Nous avo cotaté l'extrême difficulté de comparaison des résultats obtenus par les 7 trousses en raison de "valeurs-seuil"

Plus en détail

Assurance qualité, accréditation, biologie moléculaire. Démarche. KEYWORDS Quality insurance, accreditation, molecular biology

Assurance qualité, accréditation, biologie moléculaire. Démarche. KEYWORDS Quality insurance, accreditation, molecular biology Françoise LE VACON 1 Intérêt de l assurance qualité dans le domaine de la biologie moléculaire des virus RÉSUMÉ L assurance qualité est aujourd hui une dynamique dans les laboratoires de biologie médicale.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert Anticorps anti-nucléaire: anti nucléaire: Lecture automatisée avec le NOVA View Séminaire de formation continue IAL Lausanne 14 Lausanne, 14.11.2013 11 2013 Dr V. Aubert Service d immunologie Service d

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO POUR LA DETECTION ET LE DOSAGE DES ANTICORPS TOTAUX ANTI-VHA

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO POUR LA DETECTION ET LE DOSAGE DES ANTICORPS TOTAUX ANTI-VHA Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché-DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual Mini-COG Borson S, Scanlan J, Brush M, et al. (2000) The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual elderly. Instrument de mesure Abréviation Auteur Thème Objectif

Plus en détail

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com. Transfusion Clinique et Biologique 14 (2007) 381 385. Article original

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com. Transfusion Clinique et Biologique 14 (2007) 381 385. Article original Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Transfusion Clinique et Biologique 14 (2007) 381 385 Article original Intérêt de la technique de microtitrage des anticorps anti-rh1 dans le suivi immunohématologique

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

FAQ s EXEMPLES REMARQUE

FAQ s EXEMPLES REMARQUE Si vous avez des questions concernant la mise en oeuvre de votre système de qualité, des suggestions pour ce site ou si vous avez besoin de toute autre information pertinente, veuillez envoyer un message

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Dispositif: CDI 100 et 101 Système de Monitorage hématocrite/saturation en Référence: FSN106 2010-12 [FR] Action: Information Produit A l attention de: L Ingénieur Biomédical

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

TITRE : LA VACCINATION

TITRE : LA VACCINATION PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : LA VACCINATION classe : 3 durée : 40 minutes I - Choisir des objectifs dans les textes officiels. Dans

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase DIU hémostase biologique 26/01/2015 Lyon antoine.tournoys@chru-lille.fr INTRODUCTION 1 - L AUTOMATE D HEMOSTASE 1-1 Caractéristiques générales 1-2 Le

Plus en détail

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

STRATÉGIES D EXPLORATIONS FONCTIONNELLES ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE

STRATÉGIES D EXPLORATIONS FONCTIONNELLES ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE Immuno-analyse et biologie spécialisée (2009) 24, 37 41 STRATÉGIES D EXPLORATIONS FONCTIONNELLES ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE Sérosurveillance de l immunité tétanique et diphtérique des étudiants entre 2004

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 Contient Des Caractères ÉtrangesG. RENOUX, M. PLOMMET, A. Philippon To cite

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Dr D. Monnier Service d Immunologie Thérapie Cellulaire et Hématopoïèse (ITeCH) CHU de RENNES Données épidémiologiques

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart Les statistiques pour les «Nuls» en 2008 Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt Chen MS Ann Surg 2006;243:321-328 Critéres d inclusion

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Enquête du module sur la santé buccodentaire Élaboration et mise en œuvre d une enquête sur la santé buccodentaire

Enquête du module sur la santé buccodentaire Élaboration et mise en œuvre d une enquête sur la santé buccodentaire Enquête du module sur la santé buccodentaire Élaboration et mise en œuvre d une enquête sur la santé buccodentaire Aperçu Étapes pratiques dont on doit tenir compte : Organisation et planification de l

Plus en détail

Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste

Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste J Poissy Pôle de Réanimation, CHRU Lille; UMR Inserm U995 Eq 2, Lille 2 Candidémie chez les patients de réanimation: le délai d introduction

Plus en détail

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur.

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur. Eject Analyzer and Influenza FIA INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. PROCÉDURE DU TEST Tous les échantillons cliniques doivent être à température ambiante avant de commencer

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

BÜHLMANN fcal TM turbo

BÜHLMANN fcal TM turbo BÜHLMANN fcal TM turbo Dosage de la calprotectine par turbidimétrie Pour utilisation professionnelle Coffret de réactifs B-KCAL-RSET Revision date: 2015-11-05 BÜHLMANN LABORATORIES AG Baselstrasse 55 CH

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation N o de contrat avec TPSGC : #H1011-080016/001/CY N o d inscription : ROP 115-08 Date du contrat : 30/03/2009 Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation SOMMAIRE This executive

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Alexandra Benachi, Jean-Marc Costa Hôpital Antoine Béclère. Clamart-France Laboratoire CERBA-France

Alexandra Benachi, Jean-Marc Costa Hôpital Antoine Béclère. Clamart-France Laboratoire CERBA-France Dépistage Non Invasif de la T21 Oùen sommes nous? Alexandra Benachi, Jean-Marc Costa Hôpital Antoine Béclère. Clamart-France Laboratoire CERBA-France Pr Alexandra Benachi Exerçant au CHU Antoine Béclère,

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail