Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr"

Transcription

1 Travail de diplôme Evaluation d une nouvelle méthode pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr Ecole Supérieure de la Santé TAB 51 Département d immunologie Accompagnants : Mercedes Cipolli et Jean-Michel Druon Novembre Avril 2012

2 Table des matières 1 Résumé Introduction Description du laboratoire Généralités Le cycle de multiplication du virus Transmission Pathogénicité Diagnostic Traitement Caractéristiques des deux méthodes But Développement Matériel Méthode Résultats Répétabilité Reproductibilité Exactitude Contamination entre échantillons Sensibilité et spécificité Discussion des résultats Enzygnost Anti-EBV/IgM II Enzygnost Anti-EBV/IgG Enzygnost Anti-EBV/IgM II/conjugué IgA Conclusion Remerciements Bibliographie Lexique Annexe Annexe 1 : Résultats des IgM, IgG et IgA testés sur le Bep Annexe 2 : Résultats des reproductibilités pour les IgM, IgG et IgA Annexe 3 : Résultats de la répétabilité des IgM, IgG et IgA Annexe 4 : Résultats des IgM, IgG et IgA testés sur des sérums avec des Early Antigen positifs Les mots surlignés en bleu dans le texte se trouvent dans le lexique à la page 36. 2/113

3 1 Résumé Ce travail de diplôme repose sur une comparaison de méthodes entre Virotech (méthode de référence) et Siemens (méthode à tester). Les tests réalisés avec ces deux méthodes sont des tests immunoenzymatiques appelés ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay). Cette comparaison de méthodes est effectuée pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr. Ce dernier appartient à la famille des Herpesviridae et est retrouvé chez 95% de la population mondiale. Ce virus intervient dans la mononucléose infectieuse, est associé au lymphome de Burkitt et se retrouve également dans le syndrome lymphoprolifératif post-transplantation. Pour diagnostiquer une infection à EBV, des tests sérologiques sont effectués (recherche d anticorps dirigés contre les protéines VCA, EBNA et EA). Pour réaliser cette comparaison, j ai utilisé 73 échantillons de sérum sur lesquels les EBV IgM, IgG et IgA ont été testés. Les résultats ont ensuite été comparés avec ceux de la méthode de référence. Pour déterminer si la nouvelle méthode peut être utilisée en routine, plusieurs critères ont été vérifiés comme la sensibilité, la spécificité, la reproductibilité et la répétabilité. Suite aux résultats obtenus, nous pourrons décider si cette méthode peut être ou non introduite en routine. 1 Summary This diploma work is based on the comparison of two methods : Virotech (reference method) and Siemens (method to be tested). The tests employing these two methods are enzyme immunoassay conscript ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay). This comparison of methods is carried out to measure out the antibodies directed against the Epstein-Barr virus which belongs to the Herpesviridae family and affects 95 % of the world population. This virus intervenes in the infectious mononucleosis, is associated with the lymphoma of Burkitt and is also found in the post-transplant lymphoproliferative syndrome. In order to diagnose an EBV infection,serological tests are made (search for antibodies directed against proteins VCA, EBNA and EA). To realize this comparison, I used 73 samples of serum on which the EBV IgM, IgG and IgA were tested. The results were then compared with those of the reference method. To determine if the new method can be used routinely, several criteria were verified, such as sensitivity, specificity, reproducibility and repeatability. According to the obtained results, we can decide if this method can be introduced routinely or not. 3/113

4 2 Introduction 2.1 Description du laboratoire Le laboratoire Synlab BBR-LTC à Lausanne fait partie de la Société AMS SA du groupe international de laboratoires Synlab. Ces différents laboratoires sont implantés dans plusieurs villes de Suisse. A Lausanne, le laboratoire est divisé en plusieurs secteurs : immunologie-sérologie, chimie clinique, hématologie-hémostase, biologie moléculaire, bactériologie et génétique. Les prélèvements reçus dans ce laboratoire proviennent d hôpitaux, de cliniques, de cabinets médicaux et des centres de prélèvements. C est dans le département d immunologie-sérologie que j ai effectué mon stage ainsi que ce travail de diplôme. Figure 1 : Répartition des laboratoires Synlab en Suisse 4/113

5 2.2 Généralités Le virus Epstein-Barr (EBV) est un virus retrouvé chez la majorité de la population mondiale. La plupart du temps, chez l enfant, ce virus ne produit aucun symptôme alors que chez l adolescent et le jeune adulte, il se traduit par un état de fatigue intense, une forte fièvre, des adénopathies le plus souvent constantes ainsi qu une angine tenace. Ces signes cliniques sont regroupés sous le nom de mononucléose infectieuse. Le virus Epstein-Barr fait partie de la famille des Herpesviridae. La particule virale est composée d une capside icosaédrique entourée d une enveloppe dans laquelle sont insérées des glycoprotéines virales qui permettent l attachement du virus à sa cellule hôte. C est un virus à ADN bicaténaire qui peut coder gènes. Grâce à des séquences répétitives à l extrémité de chaque brin, le génome est capable de se circulariser. La circularisation du génome est la première étape du processus réplicatif. Dans le virion, le génome est toujours sous forme linéaire. [1 ; 2] Figure 2 : Structure et organisation du virus Epstein-Barr Le cycle de multiplication du virus Le cycle lytique Le début du cycle commence par l attachement du virus à la surface de sa cellule hôte par interaction entre la glycoprotéine gp350/220 de son enveloppe et le récepteur CD21 du lymphocyte B mature. Ensuite la particule virale est internalisée, puis elle migre vers le noyau de la cellule infectée. Durant ce trajet, la capside migre vers les pores nucléaires en se désintégrant progressivement pour ne laisser entrer que la molécule d ADN virale. Les gènes «très précoces» du génome viral sont transcrits, ce qui amène à l activation de l expression des gènes précoces. Les produits de ces gènes, comme l ADN-polymérase virale ainsi que d autres enzymes, répliquent l ADN. C est grâce à ces nouvelles molécules linéaires du génome EBV que les gènes tardifs sont transcrits. Les protéines de la capside et des glycoprotéines de l enveloppe sont produites. L'encapsidation de l'adn viral a lieu dans le noyau de la cellule. Les virions nouvellement produits sont transportés à la surface de la cellule. Durant ce transport ils acquièrent une enveloppe et des glycoprotéines qui leur serviront à s attacher à une cellule hôte. Ils sont ensuite libérés dans le milieu extracellulaire et la cellule est lysée. [1] 5/113

6 La latence Le virus a la capacité d établir une infection latente (arrêt de la réplication) des lymphocytes B, les rendant ainsi immortels. Toutes les personnes EBV-séropositives ont du génome EBV dans quelques lymphocytes B tissulaires ou sanguins. [1] Transmission Le virus Epstein-Barr, à l origine de la mononucléose infectieuse, se transmet par contact direct avec la salive (d où le nom de «maladie du baiser») ou par contact avec des objets contaminés par de la salive infectée tels que des verres et des ustensiles. Exceptionnellement, il peut aussi se transmettre par transfusion sanguine ou lors d une transplantation d organe. Une personne infectée par cette maladie peut transmettre le virus durant plusieurs mois après sa guérison. [1 ; 3] Pathogénicité Plus de 95% de la population mondiale a été infectée par le virus Epstein-Barr. La mononucléose infectieuse Selon une étude française 1 effectuée auprès de plusieurs médecins généralistes entre , l incidence de la mononucléose en France se situe entre '000 cas/an, dont 87% apparaissent avant l âge de 25 ans. La primo-infection à EBV, chez l adulte, donne dans 50 % des cas une mononucléose infectieuse. Mais la plupart des primo-infections à EBV se font très tôt dans l enfance et passent inaperçues. Après une incubation de 4-8 semaines, les symptômes qui apparaissent se traduisent sous forme de fatigue intense, forte fièvre, angine et adénopathie. Dans plus de 50% des cas, une splénomégalie est observée. La maladie se guérit entre 2-4 semaines, en laissant néanmoins persister une fatigue plus ou moins intense. Parfois, la mononucléose peut évoluer en infection chronique. La sérologie est utilisée pour le diagnostic et le traitement est symptomatique. [1] Infection chronique à EBV C est une infection chronique ou une mononucléose infectieuse récurrente grave dont les symptômes durent plus d un an. Ce cas est rare et survient chez des personnes immunocompétentes. Si elle est grave, cette infection est associée à une forte mortalité (43%). Elle peut également évoluer vers un lymphome. [1] Infection persistante normale Après la primo-infection à EBV, le virus demeure toute la vie dans l organisme. Le plus souvent il persiste à l état latent dans les lymphocytes B, le patient n a donc aucun symptôme. Mais parfois, le virus peut se réactiver. [1] 1 M.G.G., D. Abramowitch, J. M. Mosnier & A. Cohen Incidence de la mononucléose infectieuse diagnostiquée en médecine générale en France. (http://www.bioforma.net/cahiers/cahier36.pdf) 6/113

7 Réactivation Après la primo-infection, l EBV persiste à vie dans quelques lymphocytes B chez le sujet immunocompétent. Lors d une immunodéficience, une minorité de lymphocytes B infectés de façon latente entrent en infection lytique, c est la réactivation du virus. Le sujet excrète alors le virus dans sa salive. Tumeurs malignes L EBV est associé au lymphome de Burkitt, au carcinome rhinopharyngé et à la maladie de Hodgkin. Les mécanismes qui entrent en jeu dans ces maladies sont très complexes. Syndrome lymphoprolifératif post-transplantation Lorsqu un patient séronégatif pour EBV reçoit une greffe, il présente un grand risque de syndrome lymphoprolifératif post-transplantation. Ce risque est dû à une immunité cellulaire anti-ebv déficiente à cause du traitement immunosuppresseur administré lorsqu une greffe est effectuée. [1] Diagnostic Le diagnostic de l infection par le virus Epstein-Barr est réalisé dans la plupart des cas par la recherche d anticorps spécifiques et l analyse du profil sérologique. Un frottis sanguin peut également être effectué. Parfois, chez les patients immunodéprimés, la détection du génome viral (PCR) est nécessaire Hématologie En cas de mononucléose infectieuse, le diagnostic repose sur l examen clinique et la mise en évidence, par un frottis sanguin, de l augmentation du nombre de lymphocytes et de monocytes et la présence de lymphocytes stimulés (lymphocytes hyperbasophiles). Ces derniers se caractérisent par leur grande taille et un cytoplasme étendu fixant les colorants basiques Sérologie Pour diagnostiquer une infection à EBV, il est nécessaire d effectuer des tests sérologiques (recherche d anticorps dirigés contre les protéines VCA, EBNA et EA). La cinétique des différents anticorps luttant contre ce virus permet de dater l infection. Anticorps hétérophiles : ce sont des anticorps non spécifiques de l EBV qui surviennent au cours de la mononucléose infectieuse. Ce sont des IgM qui ont la capacité d agglutiner des globules rouges animaux (mouton, cheval, bœuf) ou des particules de latex recouvertes d antigènes érythrocytaires. C est un bon test pour identifier cette maladie. Néanmoins, ces anticorps ne sont détectables au début de la mononucléose infectieuse que pour 60 à 80% des patients. 7/113

8 VCA (Virus Capsid Antigen) : les IgM anti-vca, très précoces, apparaissent dès les premiers symptômes et disparaissent en 2 à 3 mois après le début de ceux-ci. Les IgG anti- VCA apparaissent 2 à 3 semaines après les premiers symptômes et persistent toute la vie. Lorsque le virus se réactive, une augmentation du titre des anticorps anti-vca peut être observée. EA (Early Antigen) : les anticorps anti-ea apparaissent dès le début de la maladie et disparaissent en 2 à 3 mois. Ils peuvent réapparaître chez des patients immunodéficients et traduisent alors une réactivation virale. EBNA (Epstein-Barr Nuclear Antigen) : les anticorps IgG anti-ebna apparaissent environ 3 mois après la primo-infection. Ils restent présents dans le sang durant toute la vie mais peuvent diminuer, et parfois disparaître, s il y a une baisse de l immunité cellulaire T. [1] Figure 3 : Cinétique des anticorps lors d une infection à EBV 8/113

9 L interprétation du profil sérologique est représentée dans le tableau ci-dessous : VCA IgG VCA IgM VCA IgA EA IgG EBNA Sujet séronégatif MNI aiguë - ou ou + ++ ou - - Infection ancienne + ou ou ++ Réactivation ou Lymphome de Burkitt associé à l EBV Carcinome indifférencié du nasopharynx ou Tableau 1 : Profil sérologique EBV +++ ou ou Traitement Le traitement est essentiellement symptomatique. Cependant, dans certaines situations, des corticoïdes et des anti-viraux peuvent être recommandés. Parfois, des antipyrétiques et des analgésiques sont également prescrits. 9/113

10 2.3 Caractéristiques des deux méthodes Méthode Référence Nouvelle Fournisseur Diasorin Siemens Appareil ETIMAX 3000 BEP 2000 Advance Technique ELISA indirect (Virotech) ELISA indirect (Siemens) Antigènes VCA EBNA VCA, EA, EBNA Anticorps dosés IgM IgG IgG IgM IgG IgA Unité Index Absorbance (IgM, IgA) U/ml (IgG) Figure 5 : Kit Enzygnost Anti-EBV/ IgM II de Siemens Figure 4 : Kit Virotech EBNA-IgG 10/113

11 3 But Evaluation d une nouvelle méthode (Enzygnost de Siemens) utilisée en routine pour le dosage des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr par la technique ELISA, sur l appareil Bep2000 Advance de Siemens. BEP2000 Advance Tiroir d accès à l unité de lavage Pipeteur Tiroir pour les embouts jetables et plaques de pré dilution Echantillon et réactifs Station de rinçage pipeteur Ejection des embouts Chargement des plaques Figure 6 : Description du Bep2000 Advance BEP2000 Advance Transport des microplaques Photomètre Incubateurs (x4) Laveur Eau distillée Flacons déchets liquides Solutions lavage (x3) + 1 eau distillée Figure 7 : Description du tiroir des solutions de lavage du Bep2000 Advance 11/113

12 4 Développement 4.1 Matériel Automate : Bep 2000 Advance de Siemens Bep 1 n de série : Bep 2 n de série : Réactifs communs pour EBV IgM, IgG et IgA : Diluant Lot : / Date d expiration : / Substrat Lot : / Date d expiration : / Chromogène Lot : / Date d expiration : / Solution Stop Lot : A/ A Date d expiration : / Solution Wash Lot : / Date d expiration : / Réactif à ajouter pour le kit IgM et IgA : RF-absorbant Lot : Date d expiration : Conjugué IgM Lot : Date d expiration : Conjugué IgA Lot : Date d expiration : /113

13 Contrôles pour le kit IgM et IgA : Contrôle positif Lot : Date d expiration : Contrôle négatif Lot : Date d expiration : Réactif à ajouter pour le kit IgG : Conjugué IgG Lot : / Date d expiration : / Contrôle pour le kit IgG : Contrôle P/N Lot : / Date d expiration : / échantillons de sérum frais ou congelés Matériel standard de laboratoire 13/113

14 4.2 Méthode Les dosages immunoenzymatiques sont apparus relativement récemment. Les premiers ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay) sont effectués en C est une technique biochimique permettant de détecter la présence d un antigène ou d un anticorps se trouvant dans un échantillon (sérum). Différentes étapes sont effectuées lors de la réalisation de la technique ELISA pour le virus Epstein-Barr sur le Bep2000 Advance : 1. Fixation de l antigène sur la plaque : pour l appareil mentionné ci-dessus, une plaque de microtitration commerciale est utilisée où l antigène est déjà fixé au fond des puits. L antigène est obtenu sur des cellules lymphoblastoïdes infestées par l EBV. Dans chaque puits se trouvent des antigènes de la capside virale (Ag VCA), des antigènes présents sur le noyau cellulaire de l EBV (Ag EBNA) et des antigènes dits «précoces» (Ag EA). 2. Dépôt du sérum du patient à tester puis incubation : les anticorps de l EBV présents dans l échantillon se fixent spécifiquement sur l antigène. 3. Lavage de la plaque qui permet aux anticorps qui ne se sont pas liés à l antigène d être éliminés. Après le lavage, il ne reste que des complexes antigène-anticorps fixés au fond du puits. 4. Ajout des anticorps anti-immunoglobulines humaines marqués par une enzyme (conjugué) : ils vont se lier aux complexes antigène-anticorps. 5. Lavage de la plaque qui permet d éliminer les anticorps en excès qui ne se sont pas liés aux complexes antigène-anticorps. 6. Ajout du substrat incolore (chromogène) : si la réaction est positive (l échantillon contient des anticorps dirigés contre le virus Epstein-Barr), le substrat est dégradé et une coloration bleue apparaît. Cette réaction est stoppée grâce à l ajout d une solution d arrêt POD qui colore la solution en jaune. 7. Quantification du résultat par une mesure spectrophotométrique de la réaction colorée à 450 nm et 650 nm comme référence. L intensité de la coloration est proportionnelle à la concentration de l anticorps recherché dans l échantillon. [4 ; 5] Figure 8 : Technique ELISA 14/113

15 Pour la recherche d IgM et d IgA, afin d éviter qu il y ait de faux positifs dus à la présence de facteurs rhumatoïdes dans l échantillon, un traitement est effectué à l aide d un réactif absorbant ces facteurs. Le RF-absorbant se fixe aux IgG de l échantillon à tester afin d éviter des faux positifs (facteurs rhumatoïdes) et des faux négatifs par compétition de site. Ce traitement permet d augmenter la sensibilité du test. [5] Selon Siemens, le dosage des IgA anti-ebv spécifiques est parfois utile au diagnostic. Les échantillons sur lesquels ce test doit être réalisé sont ceux dont le test Enzygnost Anti-EBV/IgG a démontré une activité > 650 U/ml et pour lesquels il est important de savoir si c est une réactivation de l EBV ou une infection chronique et persistante. En général, les enfants n ont pas de valeur > 650 U/ml, ce dosage n est donc pas utilisé pour eux. [5] Statut de l échantillon Anti-EBV/IgM Anti-EBV/IgG Anti-EBV/IgA Négatif négatif négatif - Primo-infection positif positif ou négatif - Infection ancienne négatif positif - Réactivation - > 650 U/ml positif Tableau 2 : Résultats sérologiques combinés de l exploration de l EBV et leurs interprétations : SIEMENS 15/113

16 4.3 Résultats Pour réaliser une évaluation de méthode, il faut analyser au minimum 20 échantillons. Ces derniers doivent couvrir l intégralité du domaine physiologique. Pour ce faire, il faut des valeurs basses, moyennes et hautes. Les tests sont effectués avec la méthode de référence (Virotech) et la nouvelle méthode (Enzygnost de Siemens). Les valeurs de Virotech sont celles obtenues en routine. [6] Pour cette évaluation de méthode, 73 échantillons ont été testés. Neuf échantillons early antigen positifs ont également été testés. Les résultats se trouvent dans les tableaux ci-dessous : N éch Enzygnost Virotech IFI Virotech IgM (absorb.) IgG (U/ml) IgA (absorb.) Monotest (pos/neg) VCA-IgM (index) VCA-IgM (titre) VCA-IgG (index) EBNA-IgG (index) < pos 6.6 > neg 0.1 < neg 0.3 < neg 0.2 < neg 0.3 < neg 0.6 < neg 0.6 < < pos 8.6 > pos 8.1 > neg 0.4 < neg 0.1 < neg 0.5 < neg 0.6 < neg 0.3 < neg 0.2 < neg 0.2 < neg 0.2 < < neg 0.1 < < neg 0.6 < neg 0.0 < neg 0.2 < neg 0.1 < neg 0.3 < neg 0.1 < neg 0.4 < neg 0.3 < neg 0.1 < < neg 0.3 < neg 0.3 < neg 0.2 < neg 0.5 < neg 0.2 < neg 0.4 < < neg 0.0 < neg 0.1 < < neg 0.1 < neg 0.1 < < neg 0.6 < /113

17 N éch Enzygnost Virotech IFI Virotech IgM (absorb.) IgG (U/ml) IgA (absorb.) Monotest (pos/neg) VCA-IgM (index) VCA-IgM (titre) VCA-IgG (index) EBNA-IgG (index) < neg 0.1 < < neg 0.1 < neg 0.2 < < neg 1.0 < < pos 0.3 < < neg 0.0 < < neg 0.2 < < neg 0.0 < < neg 0.1 < < neg 0.8 < pos 0.4 < < pos 4.8 > neg 0.9 < neg 0.0 < pos 0.0 < pos 4.3 > neg 0.7 < neg 0.4 < neg 2.5 < neg 2.6 < neg 0.1 < neg 1.3 < neg 0.4 < < pos 1.3 > neg 4.3 > < pos 4.0 > neg < pos 4.1 > pos 2.8 > pos 3.0 > < pos 5.6 > < neg 2.4 > neg 1.5 < pos 0.4 < pos 6.1 > Enzygnost Luminex N échantillon IgM IgG IgA EA-IgG (absorbance) (U/ml) (absorbance) (U/ml) /113

18 Les valeurs de référence se trouvent dans le tableau ci-dessous : IgM (absorb.) Enzygnost Virotech IFI Luminex IgG (absorb.) IgA (absorb.) Index Titre EA-IgG (U/ml) Négatif < < < < 0.9 < 10 < 100 Douteux Positif > > > 120 Remarque : Dans la notice du fournisseur, l interprétation des valeurs est faite en densité optique, c est pour cette raison que les valeurs de référence des IgG sont données dans cette unité. Lorsque les EBV IgM et IgA sont testés sur Siemens, les puits des plaques de microtitration sont à double : la rangée gauche de chaque barrette est recouverte d antigène obtenu sur des cellules lymphoblastoïdes infestées par l EBV, alors que la rangée droite est recouverte d antigène obtenu sur des cellules pour lesquelles la synthèse virale a été inhibée (antigène de contrôle). Tous les résultats des paramètres IgM et IgA sont rendus en absorbance corrigée. Cette dernière permet d éliminer les fluctuations et les perturbations lors des mesures. C est ce que l on appelle le lissage. Les variations que nous pouvons rencontrer sont en fonction de la série et du numéro de lot. Le lissage permet donc d obtenir de plus faibles coefficients de variations pour la reproductibilité. L absorbance corrigée se calcule de la manière suivante : 1. Calculer l absorbance moyenne pour l Anti-EBV positif. D.O. = Puits avec l Ag EBV puits avec l Ag de contrôle 2. Diviser la valeur nominale indiquée par le fabricant par cette valeur moyenne de D.O. obtenue pour l Anti-EBV positif. On obtient ainsi le facteur de correction. valeur nominale Facteur de correction = valeur moyenne D.O. Anti-EBV pos 3. Calculer la moyenne pour chaque échantillon et multiplier le résultat par le facteur de correction. D.O. corrigée = D.O. échantillon facteur de correction [5] 18/113

19 Les Early Antigen IgG (EA-IgG) ont été testés par le laboratoire de St-Gall selon la méthode Luminex. Grâce à cette méthode, il est possible de mesurer plusieurs analytes dans 50µl de sérum, de plasma ou d une culture cellulaire. Des microbilles de polystyrène sont colorées avec différentes concentrations de deux fluorophores (rouge et infrarouge) permettant d individualiser 100 types de microbilles. Chaque type de billes est marqué avec un antigène spécifique. Un kit comprend une solution qui est composée d un mélange de différents types de microbilles (avec différents antigènes spécifiques), ceci permettant la détection de plusieurs antigènes en une seule fois. Le sérum du patient est ajouté sur les billes de polystyrène et les anticorps présents dans l échantillon vont se fixer sur l antigène spécifique. Un anticorps marqué par un fluorochrome est ajouté et se lie au complexe bille-antigène/anticorps. Microbille Antigène Anticorps du patient Anticorps marqué par un fluorochrome Le Luminex analyzer est doté d un double laser : un laser rouge qui excite les fluorochromes incorporés aux billes pour l identification précise de chacune d elles. Les billes excitées par le laser rouge réémettent, de façon différente, une fluorescence rouge et infrarouge. Elles sont donc identifiées par l intensité des deux fluorescences qui sont enregistrées par un capteur à la sortie du flux. un laser vert qui excite le fluorochrome couplé à une molécule reporter (ex : antiimmunoglobuline) et qui détecte l interaction antigène/anticorps se produisant à la surface de la bille après avoir ajouté un conjugué marqué avec un fluorochrome émettant dans le vert. La fluorescence témoigne de la réaction à la surface de la bille et détermine si la réaction est positive en fonction d un seuil de fluorescence propre à chaque bille. [7] Figure 9 et 10 : Lasers rouge et vert excitant une microbille 19/113

20 4.3.1 Répétabilité Elle contribue à vérifier la fidélité des résultats obtenus lors de l analyse d un même échantillon pour un paramètre défini dans des conditions standardisées (même méthode réalisée par le même opérateur, utilisant le même appareil ainsi que les mêmes réactifs pendant un court intervalle de temps). Cette étude est effectuée au cours d une même série en utilisant, dans la mesure du possible, des échantillons de niveaux de concentration différents (bas, moyen, haut). Les échantillons choisis sont dosés 3-4 fois pour le paramètre défini. Puis on détermine la moyenne, l écart-type et le coefficient de variation (CV). Celui-ci est comparé avec le CV du fabricant. [6] Répétabilité EBV IgM Moyenne CV% Moyenne CV% 22.5 CV du fabricant : 5.2 % (échantillon positif) 6.1 % (échantillon négatif) Le CV de l échantillon positif est un peu plus haut que celui du fabricant, mais il est néanmoins évalué comme bon. Répétabilité EBV IgG Moyenne 542 CV% Moyenne CV% 25.1 CV du fabricant : 7.6 % Le CV de l échantillon positif est bon et est également meilleur que celui annoncé par le fabricant. 20/113

21 Répétabilité EBV IgA Il n est pas possible de tester la répétabilité sur plusieurs niveaux de concentration pour le paramètre EBV IgA car il n y a pas de sérum positif en quantité suffisante pour le séparer en 4 tubes. Elle a donc été réalisée sur un seul échantillon négatif Moyenne CV% 115 CV du fabricant : 3.9 % (échantillon négatif) Pour les échantillons négatifs de chaque paramètre, nous obtenons de grands coefficients de variation. Ces CV élevés sont dus à des résultats rendus en absorbance avec de très petites valeurs. Une variation minime de ces valeurs donne un très grand CV. Il n y a pas de différence significative entre les valeurs des échantillons négatifs. Nous pouvons donc considérer les répétabilités de ces trois paramètres comme bonnes dans ces conditions de travail. 21/113

22 4.3.2 Reproductibilité Elle consiste à vérifier la fidélité des résultats obtenus lors de l analyse d un même échantillon pour un paramètre défini dans des conditions différentes (facteurs environnementaux, autre opérateur, jours différents). Cette étude est effectuée au cours de séries consécutives. Il est préconisé d employer plusieurs niveaux de concentration (bas, moyen, haut). Les échantillons choisis sont dosés 3-4 fois pour le paramètre défini. Puis on détermine la moyenne, l écart-type et le coefficient de variation (CV). Celui-ci est comparé avec le CV du fabricant. [6] Reproductibilité EBV IgM er jour e e e e Moyenne CV% er jour e e e e Moyenne CV% 8.33 CV du fabricant : 2.1 % (échantillon positif) 2.8 % (échantillon négatif) Les CV de l échantillon positif et négatif sont un peu plus élevés que ceux du fabricant mais sont toutefois considérés comme bons. Reproductibilité EBV IgG er jour e e e e 203 Moyenne 268 CV% er jour e e e e Moyenne CV% 29.7 CV du fabricant : 9.5% Le CV de l échantillon positif est plus haut que celui annoncé par le fabricant. Néanmoins, ce résultat est bon. Pour l échantillon négatif, le CV est un peu élevé. Cependant, il n y a pas de différence significative entre les valeurs obtenues pour cet échantillon. 22/113

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

altona altona RealStar EBV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany

altona altona RealStar EBV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany altona DIAGNOSTICS altona DIAGNOSTICS RealStar EBV PCR Kit 1.0 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany phone +49 40 548 06 76-0 fax +49 40 548 06 76-10 e-mail info@altona-diagnostics.com

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

EBV VCA-IgM-ELA Test PKS medac. Français 127-PKS-VPF/221008

EBV VCA-IgM-ELA Test PKS medac. Français 127-PKS-VPF/221008 EBV VCAIgMELA Test PKS medac Français 127PKSVPF/221008 FABRICANT medac Gesellschaft für klinische Spezialpräparate mbh Fehlandtstraße 3 D20354 Hamburg DISTRIBUTION medac Gesellschaft für klinische Spezialpräparate

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur.

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur. Eject Analyzer and Influenza FIA INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. PROCÉDURE DU TEST Tous les échantillons cliniques doivent être à température ambiante avant de commencer

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Est-ce une mononucléose?

Est-ce une mononucléose? Est-ce une mononucléose? Louis Valiquette, MD, FRCPC et Louiselle Leblanc, MD Le cas d Amélie Amélie, âgée de 23 ans, se présente à votre clinique avec de la fièvre depuis 3 jours, de la fatigue, des ganglions

Plus en détail

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Fax 00 33 (0) 2 32 88 83 10 e-mail : francois.simon@chu-rouen.fr I. Les moyens du diagnostic sérologique VIH II. Les tests disponibles III. Les stratégies

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Rubéole et grossesse

Rubéole et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Rubéole et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif Infections

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Virus et Cancers EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980? HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Rétrovirus? Polyomavirus? PNAS, 2007 Carcinome de Merckel et nouveau polyomavirus, Feng H, Shuda M, Chang

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE THÈME : Des débuts de la génétique aux enjeux actuels des biotechnologies Niveau : Spécialité terminale S TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE EXTRAIT DU BO: Notions et contenus

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

LES CAUSES INFECTIEUSES PREDOMINENT. 1) Diagnostic positif. Hémogramme. 2) Diagnostic différentiel

LES CAUSES INFECTIEUSES PREDOMINENT. 1) Diagnostic positif. Hémogramme. 2) Diagnostic différentiel Item ECN Syndromes mononucléosiques N 334 -Syndrome mononucléosique Devant un syndrome mononucléosique, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les Examens complémentaires pertinents

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés Toxoplasmose La toxoplasmose Toxoplasma gondii Protozoaire Apicomplexa Intracellulaire strict parasite tout type de cellule Métamorphose/cycle tachyzoïte bradyzoïte/enkystement/latence Zoonose Chat, herbivores

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN"

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA TAQMAN LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN" I- Terminologie Le terme TaqMan est souvent utilisé par abus de langage pour désigner : - la technique de PCR quantitative par détection en temps réel de

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

CYTOMEGALOVIRUS (CMV) CYTOMEGALOVIRUS (CMV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

altona altona RealStar HSV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany

altona altona RealStar HSV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany altona DIAGNOSTICS altona DIAGNOSTICS RealStar HSV PCR Kit 1.0 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany phone +49 40 548 06 76-0 fax +49 40 548 06 76-10 e-mail info@altona-diagnostics.com

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte

1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte 1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte Sérologie infectieuse chez la femme enceinte Démarche : Evaluation du risque d infection congénitale ou périnatale Infections Tests sérologiques

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Biologie moléculaire Amplification PCR I. Dénaturation ADN 95 C II. Hybridation t = Tm III. Extension t dépend de la polymérase employée PCR «classique»

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail