Pas de frontières générationnelles pour les troubles auditifs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pas de frontières générationnelles pour les troubles auditifs"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE

2 Pas de frontières générationnelles pour les troubles auditifs En matière d'audition, pas de frontières générationnelles : les jeunes français connaissent, comme leurs aînés, des problèmes de perception auditive. Principaux responsables, les concerts, riches, trop riches en décibels, la musique écoutée «plein pot» sur son mp3 ou son téléphone, désormais outil à tout faire. Et comme ni la mode du rock, ni les baladeurs qui ont précédé l'apparition du numérique ne datent d'hier, les générations intermédiaires connaissent plus ou moins les mêmes pertes d'acuité auditive. Au même titre que les autres nations industrialisées, la France est en passe de devenir un pays de «durs de la feuille» Les différentes études conduites en France montrent qu'environ dix millions de personnes présentent des problèmes d'audition. Sur ce nombre, environ six millions de Français sont malentendants et deux millions ont moins de 55 ans, selon les différentes études menées dans notre pays, Ces limitations auditives, considérées comme allant de «moyennes» à «totales», sont susceptibles d'avoir des répercussions sur la vie quotidienne mais aussi sur la santé (pathologies et troubles associés). Parmi les personnes touchées, connaissent des limitations graves à totales puisqu'elles sont dans l'incapacité de suivre une conversation à plusieurs. Les pertes auditives sont de plusieurs degrés : légères (perte 20 à 40 db), moyennes (perte 40 à 70 db), sévères (perte 70 à 90 db) et profondes (perte 90 à 120 db). Elles entraînent des conséquences variables sur la vie sociale. Les surdités moyennes ont un impact négatif sur les apprentissages scolaires, le développement cognitif et l'adaptation sociale. Les surdités profondes ne permettent pas l'acquisition du langage oral. Les surdités acquises sont assez fréquemment accompagnées d'acouphènes. Il s'agit d'une perception auditive en l'absence de tout stimulus externe (battements, grésillements, sifflements) qui peut être très invalidante. En France, près de 5 millions de personnes en souffriraient. Sous l effet de la presbyacousie, due au vieillissement naturel de l oreille, les difficultés auditives sont évidemment plus fréquentes en vieillissant. Après 50 ans, une personne sur trois en déclare et plus d'une sur deux après 80 ans. 46 % des personnes ayant des difficultés auditives moyennes à totales sont atteintes d'autres limitations (motrices, visuelles, intellectuelles, psychiques ou cognitives) contre 20 % de l'ensemble de la population.

3 La Presbyacousie Cette altération du système auditif trouve son origine dans notre oreille interne, au niveau de la cochlée, et plus précisément dans l organe de Corti qui se compose des cellules sensorielles de l audition (environ cellules par oreille). En charge de la transformation des sons en information électrique, ces cellules ciliées se dégradent au fil des ans et provoquent une baisse de l'acuité auditive, avec notamment une modification de la perception des sons. Le vieillissement de l organisme, l exposition à des bruits délétères ou encore la prise de certains médicaments ototoxiques sont autant de facteurs contribuant à la destruction des cellules sensorielles. L oreille est de moins en moins performante, ne traitant plus correctement les sons, notamment les aigus qui participent à la bonne compréhension de la parole et les fréquences graves qui prédominent rendant difficile la perception dans le bruit. L appauvrissement de la qualité des informations sonores transmises, accentué par l isolement engendré par les difficultés de communication, provoque des modifications du fonctionnement des aires cérébrales auditives lorsque la déficience perdure sans être compensée. L appareillage permet d y remédier, en suscitant, peu à peu, la plasticité neuronale. Les personnes souffrant d un déficit auditif non corrigé sont ainsi davantage exposées à des restrictions dans les activités de la vie quotidienne. Près du tiers des personnes ayant des problèmes auditifs se font aider par leur entourage ou des professionnels pour des actes de la vie courante. Seul un cinquième des personnes ayant des difficultés moyennes à totales portent une aide auditive.

4 Les personnes ayant des limitations très graves ou totales vivent moins souvent en couple et ont moins souvent une activité professionnelle. Si les troubles auditifs affectent en premier lieu les populations les plus âgées qui souffrent de presbyacousie, soit 90% de la population malentendante, les études françaises et internationales montrent que les jeunes sont de plus en plus nombreux à connaitre, eux aussi, des troubles de l'audition. Ainsi, environ 10 % des moins de 25 ans présentent une perte auditive qualifiée de pathologique. Les expositions sonores représentent une des causes majeures de déficit auditif chez les jeunes de moins de 25 ans, estime l'inpes. La moitié des personnes atteintes de déficit auditif déclarent une autre limitation fonctionnelle. Les problèmes auditifs sont souvent associés à d'autres troubles impliquant des limitations fonctionnelles motrices, psychiques, intellectuelles, cognitives ou visuelles. Cela concerne les plus âgés mais également les populations plus jeunes.

5 Quelques rappels Le son et l'oreille Le son est une vibration aérienne, une onde, qui se caractérise par sa hauteur (aigue ou grave) et son intensité (son fort, son faible). Un des rôles de l'oreille est de transformer la vibration de l'air - ou onde sonore - en un signal nerveux qui se propage jusqu'au cerveau. C'est là que naît la sensation d'entendre. L'oreille est constituée de trois régions anatomiques distinctes : l'oreille externe : elle comprend le pavillon et le conduit auditif fermé par le tympan. Le pavillon capte les vibrations de l'air (onde sonore) et les transmet au tympan à travers le conduit auditif, l'oreille moyenne : c'est une cavité remplie d'air contenant les osselets qui sont reliés d'un coté au tympan, de l'autre à l'oreille interne. Le son fait vibrer le tympan qui transmet les vibrations aux osselets puis à l'oreille interne, l'oreille interne : elle comprend la cochlée qui est l'organe de l'audition. C'est là que siègent les mécanismes qui permettent de transformer les vibrations en signaux électriques. Le long de la cochlée se trouvent les cellules ciliées qui sont reliées au nerf auditif. Le mouvement des osselets agite les cils des quelques cellules ciliées qui transforment les vibrations en impulsions électriques. Les cellules ciliées réagissent à des fréquences (hauteurs de son) différentes: certaines seront activées pour des sons aigus, d'autres pour des sons plus graves. Les impulsions électriques sont ensuite transmises au cerveau par le nerf auditif. Le cerveau analyse alors les informations reçues, donnant la sensation d'entendre et identifie les bruits, les paroles, la musique. L'oreille interne est la partie la plus fragile de l'oreille. Les cellules ciliées ne sont pas renouvelables. Elles constituent le "capital auditif", un capital limité et périssable.

6 Les dangers du bruit L'exposition à un bruit intense, si elle est prolongée ou répétée, peut provoquer des lésions graves du système auditif qui peuvent être irréversibles. Notre capacité à comprendre ce que les autres nous disent est liée à l'état de nos cellules ciliées. Or, ce sont les premiers éléments à être endommagés par une exposition trop importante au bruit. Les cellules ciliées endommagées ne sont pas remplacées; leur perte est irréversible et responsable de troubles définitifs de l'audition. L'oreille peut être endommagée bien avant que l'on ne ressente une quelconque douleur. Le seuil de danger pour l'oreille se situe à 85 décibels (db) alors que le seuil de douleur, lui, se situe à 120 db. Le décibel, comment ça marche? Le décibel (db) est l'unité qui permet de mesurer l'intensité d'un volume sonore. L échelle des décibels est logarithmique ce qui veut dire que 3 décibels supplémentaires correspondent à un doublement du niveau sonore. Par exemple, 85 db et 91 db peuvent sembler très proches alors qu en réalité à 91 db, l intensité sonore reçue par les oreilles est 4 fois plus élevée qu à 85 db.

7 Au quotidien, il arrive que nous soyons exposés à des niveaux sonores dépassant le seuil de danger. Les atteintes à l'audition dépendent du volume sonore, de la durée et de la fréquence de l'exposition, mais aussi d'un certain nombre d'autres facteurs : - un son aigu est plus nocif qu'un son grave, - un son impulsionnel, ayant un caractère imprévisible, est plus dangereux pour l'audition qu'un son continu. Il est important de noter que nous ne sommes pas égaux face au bruit. Certaines personnes sont particulièrement vulnérables face au volume sonore, en particulier en cas d'antécédents médicaux comme les otites. Les dommages ne sont pas identiques pour tous. La vulnérabilité aux sons est sans doute d origine génétique. Les atteintes de l'ouïe Les atteintes de l'audition peuvent prendre plusieurs formes : Si les effets sont temporaires, on parle de fatigue auditive. Elle correspond à un déficit temporaire d'audition après une exposition à des volumes sonores excessifs. Un temps de récupération dans le calme permet de recouvrer une capacité auditive normale. Lorsqu'ils sont définitifs, on parle alors de perte auditive. la perte auditive définitive survient, quant à elle lorsque les cellules ciliées sont endommagées. Elle se caractérise par son irréversibilité. Différents niveaux de pertes auditives peuvent être distingués : - une surdité légère : la personne ne se rend pas compte de sa perte auditive car sa capacité à percevoir les niveaux de fréquences sonores de la parole humaine n'est que peu touchée, - une surdité moyenne : la personne atteinte n'entend plus les fréquences sonores élevées (sons aigus) d'une conversation, elle devient "dure d'oreille" et ne comprend plus distinctement ce qui est dit, - une surdité sévère ou profonde : l'amplification des sons est alors insuffisante pour qu'il y ait compréhension du langage. - des acouphènes : ils correspondent à un bruit d'origine neurologique. Ce sont des sifflements ou bourdonnement d'oreilles, entendus sans cesse, jour et nuit "dans l'oreille" ou "dans la tête", sans aucun stimulus sonore extérieur. L'acouphène n'est pas une hallucination auditive. - L'hyperacousie : elle désigne une intolérance aux bruits, même les plus banals. Souffrir d'hyperacousie, c'est percevoir les sons plus forts qu'ils ne le sont vraiment. L'hyperacousie est souvent la séquelle d'un traumatisme sonore et accompagne l'acouphène dans 40 % des cas. Cette hypersensibilité peut s'accompagner de douleurs auditives (hyperacousie douloureuse). Tous ces symptômes peuvent arriver brutalement et à tout âge : une seule exposition à un bruit fort peut suffire.

8 Certains signes doivent toujours être pris au sérieux : bourdonnements, sifflements, sensation d'oreille cotonneuse ne sont jamais anodins. Ces signaux d'alerte indiquent que les oreilles ont souffert de l'exposition sonore. S ils persistent quelques heures après l'exposition ou après une nuit de sommeil, une consultation immédiate chez un médecin ORL ou aux urgences hospitalières est recommandée. Attention musique! Les jeunes, une population très exposée Que ce soit dans les salles de concerts, en discothèques, ou avec un baladeur mp3, l'exposition des adolescents et des jeunes adultes à de la musique à volume sonore élevé est omniprésente. L'utilisation du mp3 ou du smartphone s'est généralisée, en particulier dans les transports en commun. D'après les données du Baromètre santé environnement de l'inpes (2007), parmi les ans, un jeune sur dix déclare écouter régulièrement son baladeur à un volume sonore élevé. D'après cette même enquête, plus de huit jeunes sur dix (81,1 %) déclarent avoir été au moins une fois exposés à un volume sonore élevé lors d'un concert, en discothèque, ou encore en jouant de la musique au cours des douze derniers mois. 74% d entre eux écoutent de la musique avec un casque plus d une heure par jour. 84% augmentent le volume dans les transports. 43% s endorment avec un casque sur les oreilles. Ces résultats ont été obtenus lors d une étude pilote menée par AGIR POUR l AUDITION dans 4 lycées d Ile de France afin d explorer la santé auditive des élèves, en relation avec leurs pratiques d écoute. En 2012, les jeunes sont toujours aussi fan de musique un sur trois au moins l écoute trois heures par jour. Le sondage Ipsos réalisé pour la Journée Nationale de l'audition cette année là montre que: 71% pensent que, à tout âge, les capacités auditives peuvent être altérées 96% jugent que le bruit peut avoir des conséquences sur l'audition 56% trouvent le volume sonore trop élevé dans les discothèques (40% lors de concerts). 58% des ans disent avoir ressenti une douleur, un sifflement, un bourdonnement ou une perte brusque d'audition 8% seulement ont consulté 74% ont «attendu que ça passe».

9 Pour autant, peu de comportements préventifs sont mis en œuvre par les plus jeunes. Ainsi, parmi les jeunes âgés de 15 à 25 ans : 34 % de ceux ayant une écoute «excessive» ne s éloignent «jamais» des enceintes en concert ou en discothèque 57 % ne font «jamais» de pauses 97% ne portent «jamais» de bouchons d oreille. Toujours d après la même enquête, seuls 13 % des ans se sont vu proposer des bouchons d oreille à l entrée d une salle de concert ou d une boîte de nuit. Pourtant, 42 % des jeunes (13-25 ans) se disent prêts à les porter systématiquement en soirée si on les leur distribuait gratuitement. Quelques idées, souvent fausses Un certain nombre d'idées fausses sont encore ancrées ; en particulier sur le caractère immédiat et irréversible ou non des conséquences des agressions sonores sur l'audition. - Les effets sont toujours temporaires : «après un concert on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe». FAUX : Une exposition sonore particulièrement intense peut déclencher un acouphène instantanément qui peut rester à vie. - Les effets "graves" ne sont pas immédiats : «les problèmes arrivent quand on est vieux». VRAI : parce que l'audition peut se dégrader avec l'âge. Et FAUX : parce que les habitudes d'écoute (durée, fréquence et volume) jouent aussi dans l'apparition d'une surdité prématurée. - L'oreille s'habitue : «l'oreille s'habitue. Au début, ça a du faire ça une ou deux fois, après, c'est passé». FAUX : Ce n'est pas l'oreille qui s'habitue, c'est le cerveau qui apprécie la musique à un niveau sonore élevé avec parfois des sensations corporelles. Le seuil de danger se situe à 85 décibels et le seuil de douleur est à 120 décibels. Ces seuils ne varient pas, même pour les personnes "habituées" à écouter fort de la musique. - Ce sont uniquement les professionnels de la musique qui sont à risque: «c'est risqué pour les professionnels de la musique, ceux qui sont tout le temps dedans». FAUX : Ecouter de la musique très fort est un risque, même si on ne le fait pas souvent.

10 La prévention des risques auditifs liés à l'écoute de musique amplifiée peut s'envisager selon deux axes complémentaires : agir sur l'environnement pour inciter les professionnels du secteur (fabricants de baladeurs, salles de concerts, discothèques etc.) à se mobiliser sur ce risque et à mettre en place un environnement sonore plus sûr agir sur les comportements afin que les jeunes connaissent le risque et les moyens d'adopter une écoute responsable, lorsqu'ils utilisent leur baladeur, vont à des concerts ou en discothèque. La réglementation des lieux de musique amplifiée Les lieux dits de «musique amplifiée» sont définis réglementairement comme les établissements ou locaux recevant du public et diffusant à titre habituel de la musique amplifiée. Ce sont les discothèques, les salles de concerts, les piano-bars, les karaokés ainsi que les salles polyvalentes. Le décret «lieux musicaux» du 15 décembre 1998 limite le niveau sonore dans ces lieux à 105 db en niveau moyen et 120 db en niveau de crête La réglementation sur les baladeurs Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France, dans un avis du 4 avril 1996 a interdit à la vente en France «les baladeurs excédant une puissance sonore maximale de sortie de 100 décibels. Ils doivent porter un message de caractère sanitaire précisant que, à pleine puissance, l'écoute prolongée du baladeur peut endommager l'oreille de l'utilisateur.

11 Tout cela n est pas qu une question d oreille Les études et les publications sont plus nombreuses à démontrer chaque année que préserver son audition et / ou la corriger, c est aussi retarder les troubles cognitifs et prolonger le maintien de l autonomie. Après plusieurs études nord-américaines notamment, des travaux récents, ceux de Bordeaux en particulier, confirment ce constat. L étude Paquid (personne âgée quid) - INSERM U 897, Epidémiologie et biostatistiques, Bordeaux - est une cohorte populationnelle constituée en 1988 pour suivre à très long terme (depuis 24 ans) sujets âgés de 65 ans et plus dans 75 villes et villages de Gironde et de Dordogne. L objectif principal de Paquid était l étude épidémiologique du vieillissement cognitif et fonctionnel en population générale, notamment l épidémiologie de la maladie d Alzheimer et des maladies apparentées (Mama), mais aussi l épidémiologie de la dépendance du sujet âgé. Les sujets ont été revus à onze reprises environ tous les deux ans avec mesures répétées de la cognition, recueil d échelles fonctionnelles et détection systématique de la démence. Paquid a fourni les premières estimations de la prévalence, de l incidence, de la durée moyenne de la maladie en population générale. Cette cohorte a permis d étudier de multiples facteurs de risque (âge, sexe, niveau d études, consommation de vin et de tabac, activité de loisirs, etc.) des Mama et l histoire naturelle de la phase prodromale de la maladie d Alzheimer sur plus de dix ans. Paquid a montré que les démences étaient de loin la cause principale de dépendance du sujet âgé. Elle montre aussi que le déclin cognitif est plus important chez les sujets âgés ayant un trouble de l'audition par rapport aux personnes âgées sans troubles auditifs. Elle met aussi en évidence une persistance d'une différence de déclin chez les personnes âgées ayant un trouble de l'audition et non appareillées comparées au personnes sans troubles de l'audition ainsi qu'une absence de différence de déclin chez les personnes malentendantes appareillées par rapport à celles qui ne présentent pas de troubles de l'audition. En conclusion, elle estime qu'une prise en charge des troubles de l'audition permettrait d'atténuer le déclin cognitif des personnes âgées ayant des troubles de l'audition.

12 Une étude américaine du Pr Frank Lin (The Johns Hopkins School of Medicine) publiée en 2013 dans la revue JAMA et portant sur 1984 patients de 77 ans d'âge moyen conclut que la perte d'audition non corrigée est associée à une accélération du déclin cognitif chez les personnes vivant en maison de retraite. Une autre étude du même auteur (Hearing Loss and Gait speed among older adults in the US, May 2013 NIH) menée sur 1180 personnes de 50 à 69 ans montre qu'il existe un lien entre perte d'audition et dégradation de la condition physique. Les chercheurs ont soumis les patients à des tests d'audition complets et identiques et à des tests physiques simples. Ils ont constaté que les personnes malentendantes réussissaient moins biens à ces tests physiques. «La réduction de la condition physique associée à une perte auditive de 35 db» donnait l'impression par rapport au groupe témoin qu'ils étaient «plus vieux de 12 ans». En 2011 déjà, Frank Lin, à travers deux études d envergure, concluait qu une personne ayant une perte auditive légère de 25 db a en moyenne une baisse de sa performance cognitive équivalente à celle d une personne ayant 7 ans de plus qu elle. «Hearing loss and cognition in the Baltimore Longitudinal Study of Aging» Neuropsychology Nov ; 25(6): «Hearing loss and cognition among older adults in the United States» J Gerontol A Biol Sci Med Sci ; 66(10):

13 Déficit auditif, mémoire et maladies neuro-dégénératives, quel rapport? La mémoire se construit à partir des informations transmises par nos sens, dont l ouïe. Si l un des sens est défaillant, ou le devient, la mémoire n a plus accès à une partie de cette matière nécessaire à ses fonctions d archivage et de traitement, favorisant peut-être le développement de troubles cognitifs. Les premières études s intéressant au rapport audition/cognition ont ainsi observé l incidence de la perception auditive sur la mémoire, tentant de distinguer ce qui relevait de la presbyacousie de ce qui était dû à un trouble de la cognition. Il s agissait dans un premier temps de mieux comprendre les mécanismes neurosensoriels : de la perception auditive de notre environnement à la codification des informations collectées ; du traitement de l influx nerveux à l extraction des indices les plus utiles au processus de cognition. Un processus réalisé en synergie avec les autres sens, en particulier la vue, qui permet de fournir à notre cerveau la synthèse des éléments sensoriels essentiels à stocker et à exploiter pour une cognition efficiente (ainsi pour suivre une conversation dans un environnement bruyant, on a recours à la fois aux informations sonores (parole), mais aussi aux informations visuelles en lisant sur les lèvres de l interlocuteur). L effet potentiel de la perte auditive sur la cognition a ainsi été suggéré lorsque les conditions de perception étaient complexes et nécessitaient une surexploitation des ressources dédiées à la transformation des stimuli auditifs. Cette réaffectation des ressources au traitement auditif épuiserait la réserve cognitive, au détriment des autres processus. Ainsi, comprendre la parole lorsque l audition est défaillante, nécessite une concentration intense, et des traitements au niveau des aires auditives plus nombreux car l information sonore, déformée, n est pas reconnue. Ceci entrave d autres processus tels le stockage ou la mémorisation, et engendre un surcroit de fatigue. De plus, en privant le système nerveux central de repères sensoriels fondamentaux, la presbyacousie participerait également d un manque de stimulation intellectuelle responsable de la dégradation rapide des capacités cognitives et mnésiques.

14 L étude cas /contrôle d Ulhmann (Ulhmann RF et al.jama) avait révélé, dès 1989, que la perte auditive était significativement associée à la sévérité de la dysfonction cognitive. Cette étude comparait deux groupes de personnes âgées : 100 personnes atteintes de la maladie d Alzheimer versus 100 personnes sans signes de démences. La prévalence d une perte auditive de 30dB, ou plus, était significativement plus élevée chez les sujets atteints de la maladie d Alzheimer que chez les «non déments». Une relation entre le degré de surdité et le risque élevé de démence a également été observée. La perte auditive était ainsi corrélée à la dysfonction cognitive, telle que mesurée par l examen d'évaluation Mini-Mental State (MMSE), toutes populations confondues. Une étude longitudinale de suivi d une cohorte de 1990 à 2008 a été plus loin dans l exploration de la relation entre presbyacousie et démence, se concentrant plus particulièrement sur la maladie d Alzheimer. «Hearing Loss and Incident Dementia» Frank R. Lin, MD, PhD ; E. Jeffrey Metter, MD ; Richard J. O Brien, MD, PhD ; Susan M. Resnick, PhD ; Alan B. Zonderman, PhD ; Luigi Ferrucci, MD, PhD (The Johns Hopkins School of Medicine) Arch Neurol - Vol. 68, n 2, Février 2011 Elle tend à prouver que les problèmes d audition augmenteraient de manière significative l apparition de la maladie d Alzheimer. 639 patients, âgés de 36 à 90 ans et ne présentant aucun trouble neurologique au moment de l inclusion, ont été suivis de 1990 à Ils ont été soumis à des tests auditifs mesurant leur acuité ainsi qu à des examens neurologiques visant à déceler d éventuels troubles cognitifs liés à la maladie d Alzheimer. Le bilan des tests a révélé que 455 d entre eux avaient une audition considérée comme normale, 125 présentaient une légère perte auditive, 53 souffraient d une perte d audition moyenne et, enfin, 6 étaient atteints de surdité importante. Quant aux résultats des examens neurologiques, ils ont permis de diagnostiquer, après 12 ans de suivi, 58 cas de démence dont 37 liés à la maladie d Alzheimer. Selon l analyse de l équipe de recherche, le risque de développer une maladie neurodégénérative apparentée à la maladie d Alzheimer serait corrélée au degré de surdité. Plus précisément, elle démontre que pour chaque dizaine de décibels perdue, l individu aurait 20 % de risques supplémentaires de développer la maladie d Alzheimer.

15 L appareillage, un cap toujours difficile à franchir La multiplication des études qui font toutes le même type de constat, la robustesse de leurs résultats devraient faire évoluer les attitudes et les perceptions à l égard des techniques de correction auditive. Pourtant, la situation évolue encore lentement, très lentement. Alors que chercheurs et professionnels de l audition s accordent tous sur l importance d un dépistage et d une prise en charge précoce des troubles auditifs, la proportion de personnes appareillées reste faible en Europe et la France ne fait pas exception. Aujourd hui encore, selon l étude Euro Trak 2012 conduite à l initiative de l Ehima (European Hearing Instruments Manufacturers Association), seulement 30% des malentendants franchissent le cap de l appareillage. Or, parmi les personnes interrogées dans l étude Euro Trak 2012, 95% des personnes ayant une vie professionnelle jugent leurs aides auditives «très utiles» (63%), et «utiles» (32%). Autre point positif : plus les utilisateurs portent leurs appareils au cours de la journée, plus leur degré de satisfaction augmente. Les personnes interrogées confirment aussi que leurs aides auditives ont amélioré: leur efficacité à communiquer pour 49% leur vie familiale pour 42% leur vie sociale pour 40% leur confiance en soi pour 42% Quant à l entourage, il note en particulier une baisse des disputes pour 23% des personnes interrogées! Ce qui «fait vieux» n est pas de porter une prothèse auditive, c est de ne pas comprendre une conversation, comme le souligne une orthophoniste. D autant que les solutions auditives sont aujourd hui nombreuses. Elles ont gagné en efficacité, en confort et en discrétion. Elles sont adaptées au degré de perte auditive de chacun et participent au maintien des stimulations auditives du cerveau. 3 grandes catégories : le contour d oreille : appareil placé autour de l oreille l intra-auriculaire : oreillette dans le conduit auditif l implant cochléaire : oreille interne artificielle Pourtant, ces aides auditives souffrent, encore aujourd'hui, d'une image collective négative qui participe à un défaut de traitement. Peu de malentendants envisagent spontanément d avoir recours à l appareillage, mettant en moyenne 7 ans avant de franchir le pas : un temps précieux qui retarde la réhabilitation et amenuise les chances de récupérer pleinement ses facultés auditives. Plus on attend longtemps, plus il faudra du temps pour renouer avec l environnement sonore qui nous entoure.

16 L appareillage peut ainsi s accompagner d une rééducation auditive chez un orthophoniste pour faciliter l adaptation et optimiser la réhabilitation. Perdre l habitude d entendre un son, c est perdre l habitude de le reconnaitre et d y prêter attention. La clef d une réhabilitation réussie réside en partie dans une prise en charge et un suivi multidisciplinaires (médecin généraliste, ORL, audioprothésistes et orthophonistes) adaptés à chacun. Si la peur de «faire vieux» a la vie dure, il est un autre frein incontestable à l appareillage : son prix. En 2011 le coût moyen d une prothèse auditive s établissait à 1535 avec un faible taux de remboursement de l assurance maladie et une couverture complémentaire par les mutuelles insuffisante pour couvrir la totalité du prix. Il est temps d AGIR POUR L AUDITION Pour toutes les raisons évoquées dans ce dossier, davantage confortée encore par les récents travaux scientifiques sur le sujet et par les recherches en cours, l association AGIR POUR L AUDITION en devenir de fondation, poursuit et amplifie ses actions autour de ses deux missions majeures : le soutien à la recherche scientifique les actions de sensibilisation et d information sur la santé auditive ainsi que les programmes d aide à la personne C est précisément dans l esprit de cette mission d information qu elle met en œuvre en octobre l Audition Tour 2014, de Vincennes à Clermont-Ferrand en passant par Espelette. Après sa participation, deux années de suite au train Bien Vivre Toute Sa Vie, c est maintenant à bord d un camion «Transformer» qu elle ira au devant du public pour tenter de lever les tabous. Elle le fera auprès des seniors comme lors de sa campagne Presby Quoi? mais aussi auprès des jeunes. Vous saurez tout sur l AuditionTour 2014 grâce au communiqué de presse cijoint.

17 Relations presse et communication Marie-Hélène Coste / Frédérique Impennati 12, rue des Tournelles Paris Tél: +33 (0)

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF 1 Collège Jean-Baptiste Carpeaux Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF Quelques chiffres : Environ 10% des jeunes de moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique.

Plus en détail

LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS

LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS UNSPF Pauline Laproye Audition Mai 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction

Plus en détail

Le son est une vibration aérienne, une onde, qui se caractérise par sa hauteur (aigu ou grave) et son intensité (son fort, son faible).

Le son est une vibration aérienne, une onde, qui se caractérise par sa hauteur (aigu ou grave) et son intensité (son fort, son faible). «À force d écouter la musique trop fort, on finit par l entendre à moitié» Dossier de presse octobre 2008 1 Sommaire Les jeunes de plus en plus exposés aux risques auditifs... p.3 Le fonctionnement de

Plus en détail

SE PROTEGER DU BRUIT

SE PROTEGER DU BRUIT SE PROTEGER DU BRUIT Situation : La «consommation» de musique amplifiée est aujourd hui en pleine expansion : de plus en plus de jeunes vont en concert, en discothèque et écoutent quotidiennement un baladeur.

Plus en détail

Ne tirez pas comme un sourd

Ne tirez pas comme un sourd Ne tirez jamais sans protection Ne tirez pas comme un sourd Accompagnateurs, public, tireurs à air comprimé vous êtes également concernés Page 1 sur 7 Vestibule (organe de l'équilibre) Marteau Enclume

Plus en détail

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE Jean-Baptiste Lemasson Audioprothésiste D.E. Audiologie D.U. Vendredi 3 avril 2015 TRAVAIL AUTOUR DE LA COCHLÉE 1. Introduction 2. Notions & épidémiologie 3. Fatigue

Plus en détail

L audition représente la qualité de vie

L audition représente la qualité de vie Amplifon SA Sihlbruggstrasse 109 CH-6340 Baar L audition représente la qualité de vie Emmanuel Kant avait écrit Ne pas voir éloigne l homme des choses. Ne pas entendre éloigne l homme des hommes. L ouïe

Plus en détail

Mes oreilles, c est du sérieux!

Mes oreilles, c est du sérieux! la fondation romande des malentendants Mes oreilles, c est du sérieux! Information et prévention des risques auditifs chez les jeunes Les sons et le bruit Quelle est la différence entre la parole, la musique

Plus en détail

Handicaps sensoriels La surdité

Handicaps sensoriels La surdité La surdité 1 2. Classification des différents types de handicap Handicaps sensoriels La surdité La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou complète de l ouïe. Dans le langage

Plus en détail

Présentation de la perte auditive

Présentation de la perte auditive Présentation de la perte auditive L audition, c est important La capacité d entendre est importante pour profiter d une vie active et agréable. Une audition normale nous permet de nous connecter au monde

Plus en détail

Guide. Appareillage. 45 rue de la Tour de Beurre 76000 Rouen. www.dyapason.fr

Guide. Appareillage. 45 rue de la Tour de Beurre 76000 Rouen. www.dyapason.fr 45 rue de la Tour de Beurre 76000 Rouen www.dyapason.fr Libre Cours Caen. Photos : Goodshoot, PhotoAlto - Imp. Alfa B Caen - Déc. 2009 Guide Appareillage * Bienvenue dans le réseau Dypason Le réseau Dyapason

Plus en détail

Mieux comprendre la surdité

Mieux comprendre la surdité Mieux comprendre la surdité Comment entendons-nous? L oreille se divise en 3 parties : l oreille externe, l oreille moyenne et l oreille interne. L oreille externe capte, amplifie et transmet le son jusqu

Plus en détail

TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.)

TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.) TITRE : LE BRUIT, UNE AGRESSION DE NOTR ENVIRONNEMENT (BLANCHEMAIN J.) classe : 4ème durée : 1 heure la situation-problème 9h30 23h le(s) support(s) de travail Doc.1 : Les cellules auditives et leur fonctionnement.

Plus en détail

MIEUX ENTENDRE, C EST MIEUX VIVRE. Par Nathalie BARONE, audioprothésiste D.E. De l AUDITION AUXERROISE

MIEUX ENTENDRE, C EST MIEUX VIVRE. Par Nathalie BARONE, audioprothésiste D.E. De l AUDITION AUXERROISE MIEUX ENTENDRE, C EST MIEUX VIVRE Par Nathalie BARONE, audioprothésiste D.E. De l AUDITION AUXERROISE 1 ère partie AUDITION ET PERTE AUDITIVE Comment entendons-nous? L oreille se compose de 3 parties :

Plus en détail

DOSSIER THEMATIQUE D INFORMATION ET DE PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS

DOSSIER THEMATIQUE D INFORMATION ET DE PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS DOSSIER THEMATIQUE D INFORMATION ET DE PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS Les beaux jours arrivent avec la Fête de la musique, les festivals de l été, et aussi, le plaisir d écouter de la musique Comment

Plus en détail

Âge, santé et maladie. Lorsque l ouïe diminue

Âge, santé et maladie. Lorsque l ouïe diminue Âge, santé et maladie Lorsque l ouïe diminue 122 Âge, santé et maladie Lorsque l ouïe diminue Sommaire Lorsque l ouïe diminue Dans ce chapitre : À quoi remarquet-on que son ouïe a baissé?... 123 Faire

Plus en détail

Diagnostiquer. S équiper. Accéder. Rééduquer. Prévenir. Rencontrer. La baisse d audition n est pas une fatalité. La première étape : oser en parler!

Diagnostiquer. S équiper. Accéder. Rééduquer. Prévenir. Rencontrer. La baisse d audition n est pas une fatalité. La première étape : oser en parler! Diagnostiquer Baisse d audition avec sifflements ou bourdonnements dans les oreilles, intolérance aux bruits... Les troubles de l audition sont multiples et affectent fortement la vie quotidienne. S équiper

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

Les musiques amplifiées et les risques auditifs

Les musiques amplifiées et les risques auditifs Le 16 novembre, notre classe (402) a participé à une prévention sur le thème suivant : les musiques amplifiées et les risques auditifs. Des spécialistes dans le domaine nous ont expliqué de manière simple

Plus en détail

ON Y TIENT! NOS OREILLES, PLUS D INFOS : Pour mieux vivre avec son corps et son environnement

ON Y TIENT! NOS OREILLES, PLUS D INFOS : Pour mieux vivre avec son corps et son environnement GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION NOS OREILLES, ON Y TIENT! Campagne d'information et de prévention des risques auditifs chez les jeunes PLUS D INFOS : ASSOCIATION POUR L INFORMATION ET LA PRÉVENTION

Plus en détail

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail.

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail. 40 à 60 db(a) Il faut le savoir Pour une journée de travail de 8 h, votre audition est en danger à partir de 80 db(a). Au-delà de 130 db(a), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Plus en détail

AUDITION ET LOGICIEL LIBRE

AUDITION ET LOGICIEL LIBRE AUDITION ET LOGICIEL LIBRE GROUPE DE TRAVAIL «ACCESSIBILITÉ ET LOGICIEL LIBRE» DE L'APRIL - explorer d'autres approches de l'appareillage auditif - le logiciel libre, un enjeu de santé publique? AUDITION

Plus en détail

Quelques infos... com rubrique Documents à. sensibilisation au risque bruit " votre audition avec le logiciel de. CotralAudiotest " (ce test n'a pas

Quelques infos... com rubrique Documents à. sensibilisation au risque bruit  votre audition avec le logiciel de. CotralAudiotest  (ce test n'a pas Quelques infos... Vous souhaitez des informations supplémentaires? vous pouvez consulter le responsable du dossier bruit dans votre entreprise ou le médecin du travail, consulter le site internet www.

Plus en détail

PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS

PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS Journée nationale de l audition 2009 Afin de proposer des axes de prévention correspondant aux grandes problématiques de santé actuelles et d animer des initiatives

Plus en détail

Les déficiences auditives

Les déficiences auditives Les déficiences auditives Le système auditif est un système très perfectionné qui permet à l individu à la fois d être en alerte constante au niveau de son environnement, de recevoir et de traiter les

Plus en détail

«J entends tout et vous ne voyez rien.»

«J entends tout et vous ne voyez rien.» www.groupeforget.com les aides auditives «J entends tout et vous ne voyez rien.» Retrouvez le plaisir d'entendre Prêts pour l appareillage! L ouïe est sans doute l un des sens les plus importants de l

Plus en détail

GENERALITES SUR LE BRUIT

GENERALITES SUR LE BRUIT GENERALITES SUR LE BRUIT SES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES Pression atmosphérique durée Un son est constitué par une vibration sonore produite par des variations plus ou moins rapides de la pression atmosphérique

Plus en détail

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant.

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. Page 1 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. 150083011 Page 2 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Médecins généralistes, pédiatres. Professionnels amenés à suivre les

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie SOMMAIRE Introduction 1 Première partie ACCOMPAGNER LES PERSONNES SOUFFRANT D ACOUPHÈNES 1. COMPRENDRE LES ACOUPHÈNES 5 2. ÊTRE SOPHROLOGUE SPÉCIALISÉ DANS LES ACOUPHÈNES 17 Deuxième partie MISE EN PRATIQUE

Plus en détail

Sensibilisation-information bruit AST 25 - septembre 2006

Sensibilisation-information bruit AST 25 - septembre 2006 1 SOMMAIRE 1. Qu est ce que le bruit? 2. Les effets du bruit sur la santé 3. Le bruit en milieu de travail 4. Comment mesure-t-on le bruit? 5. Prévenir les risques, protéger les salariés 2 Première partie

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Académie de. Année :... Situation de formation Domaine Français Niveau Cycle d orientation. TITRE : Les dangers de la musique

Académie de. Année :... Situation de formation Domaine Français Niveau Cycle d orientation. TITRE : Les dangers de la musique [logo établissement] Académie de Nom : Prénom :.. Année :... Situation de formation Domaine Français Niveau Cycle d orientation TITRE : Les dangers de la musique La journée nationale de l audition Compétences

Plus en détail

LE BRUIT. Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante.

LE BRUIT. Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante. LE BRUIT QU EST CE QUE LE BRUIT? Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante. L oreille comprend 3 parties: - l oreille

Plus en détail

Version du 17 octobre 2011. Le bruit

Version du 17 octobre 2011. Le bruit Version du 17 octobre 2011 Le bruit Bruit et BTP Etat des lieux Surdité professionnelle : handicap irréversible SUMMER 2003 : 25% des salariés victimes du bruit Maladies professionnelles (tableau N 42)

Plus en détail

Baisse de l'audition

Baisse de l'audition Baisse de l'audition Les causes La baisse de l'audition se manifeste à différents niveaux. Avec une perte moyenne de 20 à 40 db, le malentendant perd les bruits faibles et certains éléments phonétiques.

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Au quotidien: - enfants de différents âges. - Retard de langage. - Suspicion de

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

La surdité, un handicap qui ne se voit pas

La surdité, un handicap qui ne se voit pas Mme Voisin Marie-José enseignante spécialisée, IES de Langres La surdité, un handicap qui ne se voit pas Et dont on se moque parfois. 1) Quand est-on sourd? Anatomie de l oreille: L oreille est constituée

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

La surdité. de la connaissance du problème à l analyse ciblée de la surdité chez l enfant

La surdité. de la connaissance du problème à l analyse ciblée de la surdité chez l enfant La surdité de la connaissance du problème à l analyse ciblée de la surdité chez l enfant Consultantes en insertion handicap : LE COCQUEN Régine COUM Nadège FONCTIONNEMENT DE L OREILLE Quand nous parlons,

Plus en détail

CAMPAGNE D'INFORMATION ET DE PRÉVENTION DES RISQUES AUDITIFS CHEZ LES JEUNES PLUS D INFOS : WWW.NOSOREILLES-ONYTIENT.ORG

CAMPAGNE D'INFORMATION ET DE PRÉVENTION DES RISQUES AUDITIFS CHEZ LES JEUNES PLUS D INFOS : WWW.NOSOREILLES-ONYTIENT.ORG G U I D E D I N F O R M A T I O N E T D E P R É V E N T I O N D E L A J N A CAMPAGNE D'INFORMATION ET DE PRÉVENTION DES RISQUES AUDITIFS CHEZ LES JEUNES PLUS D INFOS : WWW.NOSOREILLES-ONYTIENT.ORG POUR

Plus en détail

avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs

avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs Peace & Lobe : Une tournée régionale d animations-concerts À destination des collèges (4 e et 3 e ) des lycées généraux

Plus en détail

PRÉSERVEZ DES MAINTENANT VOTRE AUDITION!

PRÉSERVEZ DES MAINTENANT VOTRE AUDITION! Par leur durée et leur intensité, les sons de la nature ne constituent pas un danger pour notre audition. Mais l'homme a créé des sources sonores capables de détruire l'oreille. Ainsi, la musique écoutée

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr

vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr vous informer Le bruit n Passeport santé www.msa.fr L oreille Notre oreille sert à capter, à canaliser les sons pour les transmettre à un nerf, le nerf auditif, puis au cerveau qui va interpréter et comprendre

Plus en détail

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Année 2011 / 2012 EVALUATION MODULE 7 Première BAC Prévention Santé Environnement Date :. Nom : Prénom : Classe :.. Orthographe-présentation :../1 NOTE :./20 EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Compétences

Plus en détail

Phonétique auditive. L'appareil auditif humain

Phonétique auditive. L'appareil auditif humain Phonétique auditive La fonction auditive permet d'instituer entre les individus un moyen de communication à partir d'émissions sonores codées pour lesquelles l'ouïe constitue le récepteur sensoriel. L'oreille

Plus en détail

MEMOIRE DIPLOME UNIVERSITAIRE DE MEDECIN COORDONNATEUR

MEMOIRE DIPLOME UNIVERSITAIRE DE MEDECIN COORDONNATEUR UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT ROYAL MEMOIRE POUR LE DIPLOME UNIVERSITAIRE DE MEDECIN COORDONNATEUR PROTHESES AUDITIVES EN EHPAD : RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Tu viens de voir que le système nerveux permet de s adapter à notre environnement, grâce à des réactions coordonnées par notre cerveau. Dans certains cas, le fonctionnement du

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Audioprothésiste une profession diversifiée

Audioprothésiste une profession diversifiée Amplifon SA Sihlbruggstrasse 109 CH-6340 Baar Audioprothésiste une profession diversifiée 6 étapes vers un nouvel appareil auditif De nombreuses personnes ne s aperçoivent pas ou ne veulent pas s avouer

Plus en détail

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs 3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs Comment CBM envisage les soins auditifs permettant d éviter une perte de l audition Cette année, le thème retenu par l'organisation mondiale

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

Audition Mutualiste. Pour le prix et pour GUIDE PRATIQUE. Vos progrès. sont les nôtres

Audition Mutualiste. Pour le prix et pour GUIDE PRATIQUE. Vos progrès. sont les nôtres GUIDE PRATIQUE Pour le prix et pour Partout en France, animés du même état d esprit, plus de 280 centres d audition sont à votre écoute pour vous conseiller, vous faciliter l accès à un équipement de qualité

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Le Guide Pratique. Mieux entendre, c est mieux vivre. Plus d infos sur www.journee-audition.org EDITIONS

Le Guide Pratique. Mieux entendre, c est mieux vivre. Plus d infos sur www.journee-audition.org EDITIONS Le Guide Pratique Mieux entendre, c est mieux vivre EDITIONS Plus d infos sur www.journee-audition.org SOMMAIRE Partie 1 : le système auditif, un «capital santé» à préserver «Mieux entendre, c est mieux

Plus en détail

Nuisances sonores et gêne auditive

Nuisances sonores et gêne auditive Les Français face aux nuisances et pollutions sonores ENQUETE NATIONALE JNA-IPSOS-REUNICA / MARS 2011 Résultats et synthèse Nuisances sonores et gêne auditive Enquête réalisée dans le cadre de la 14 e

Plus en détail

Grâce à l audition : être avec les autres!

Grâce à l audition : être avec les autres! Grâce à l audition : être avec les autres! ENTENDRE AVEC LES OREILLES... Nos deux oreilles peuvent être comparées à une chaîne hi-fi : l oreille externe collecte les sons et les achemine vers le tympan.

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

Prévention des troubles MOI ET MON AUDITION. Je m évalue. Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR

Prévention des troubles MOI ET MON AUDITION. Je m évalue. Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Prévention des troubles MOI ET MON AUDITION Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Natasha Wehner-Hewson Centre de prévention Les Arcades - Troyes En cas de suspicion de perte d audition,

Plus en détail

Baladeurs numériques et audition

Baladeurs numériques et audition page 1/12 Baladeurs numériques et audition Source : CSRSEN (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Ces dernières années, les ventes de baladeurs numériques ont explosé, en particulier celles de

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage Langage et Intégration Centre Rabelais Sensibilisation à la surdité et repérage Qui sommes-nous? Le Centre Rabelais est : -un établissement médico-social pour les enfants déficients auditifs et/ou avec

Plus en détail

PRÉVENTION, SANTÉ, ENVİRONNEMENT. SESSION 2014. DUREE : 1 H 00 maximum COEFFICIENT : 1

PRÉVENTION, SANTÉ, ENVİRONNEMENT. SESSION 2014. DUREE : 1 H 00 maximum COEFFICIENT : 1 DANS CE CADRE NE RIEN ÉCRIRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms :

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

QUEL SYSTÈME AUDITIF POUR MOI? UN PETIT GUIDE DE L ACTION ASSA POUR UNE MEILLEURE AUDITION EN SUISSE.

QUEL SYSTÈME AUDITIF POUR MOI? UN PETIT GUIDE DE L ACTION ASSA POUR UNE MEILLEURE AUDITION EN SUISSE. QUEL SYSTÈME AUDITIF POUR MOI? UN PETIT GUIDE DE L ACTION ASSA POUR UNE MEILLEURE AUDITION EN SUISSE. 2 ENSEMBLE POUR UNE MEILLEURE AUDITION. Les troubles auditifs sont monnaie courante. Près d un tiers

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

Oui à l ouïe! Guide prévention. www.prevention-sante.com. www.prevention-sante.com

Oui à l ouïe! Guide prévention. www.prevention-sante.com. www.prevention-sante.com Audition Guide prévention Mutuelle Spheria Val de France Service Prévention Tél. : 02 38 78 74 00 e-mail : prevention@svf.fr Mutuelle régie par le livre II du code de la mutualité inscrite au Registre

Plus en détail

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige I. Les surdités du sujet âgé II. Vertiges et troubles de l équilibre du sujet âgé Objectifs pédagogiques -- Les objectifs nationaux

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Déficit sensoriel du sujet âgé

Déficit sensoriel du sujet âgé Déficit sensoriel du sujet âgé Troubles de l audition et de l équilibre Frédéric Venail CCA Service ORL B Voies auditives Mécanotransduction Neurones primaires Cellules ciliées Homéostasie ionique Strie

Plus en détail

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières 1. Surdités du sujet âgé... 3 1.1.

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Le guide de l audition Dans Audition Conseil, il y a conseil.

Le guide de l audition Dans Audition Conseil, il y a conseil. Le guide de l audition Dans Audition Conseil, il y a conseil. 1 2 Le guide de l audition Bien entendre, c est sourire à la vie! L audition est précieuse car elle joue un rôle déterminant dans notre existence

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE CARTO KIDZ FESTIVAL

DOSSIER PEDAGOGIQUE CARTO KIDZ FESTIVAL DOSSIER PEDAGOGIQUE CARTO KIDZ FESTIVAL AUDITION SANS MALENTENDUS Exposition sur la prévention des risques auditifs Du 16 février au 19 février 2014 CONCERT PEDAGOGIQUE PEACE & LOBE Spectacle de sensibilisation

Plus en détail

Nous sommes faits pour nous entendre!

Nous sommes faits pour nous entendre! Risques Risques auditifs auditifs Nous sommes faits pour nous entendre! «Hein? Quoi? Qu est ce que tu dis?» voilà une phrase que l on a tous au moins entendu une fois dans sa vie. Bien souvent, cela n

Plus en détail

«L AUDITION GÉNÉRIQUE» C EST AUSSI EFFICACE C EST AUSSI SÛRE ET BEAUCOUP PLUS ECONOMIQUE!

«L AUDITION GÉNÉRIQUE» C EST AUSSI EFFICACE C EST AUSSI SÛRE ET BEAUCOUP PLUS ECONOMIQUE! «L AUDITION GÉNÉRIQUE» C EST AUSSI EFFICACE C EST AUSSI SÛRE ET BEAUCOUP PLUS ECONOMIQUE! Il y a en France, plus de deux millions de déficients auditifs qui ne peuvent s acheter des aides auditives parce

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Petit guide. de prévention sur l audition

Petit guide. de prévention sur l audition Petit guide de prévention sur l audition Avant-propos L audition au sein de la Mutualité Française : les synergies mutualistes Le mouvement peut s appuyer sur les connexions entre les services mutualistes

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE TS - Physique-Chimie - Spécialité Son et musique - Séance 1/9 Domaine d étude : émetteurs et récepteurs sonores Mots-clefs : voix, acoustique physiologique, reconnaissance vocale LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE

Plus en détail

AVIS. DE L ASSEMBLEE PLENIERE DU CNB DU 10 décembre 2014

AVIS. DE L ASSEMBLEE PLENIERE DU CNB DU 10 décembre 2014 AVIS DE L ASSEMBLEE PLENIERE DU CNB DU 10 décembre 2014 Sur les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique en matière d exposition aux niveaux sonores élevés de la musique RAPPEL DE LA SAISINE

Plus en détail

Risques communs à tous les secteurs professionnels

Risques communs à tous les secteurs professionnels 1 Nom : Prénom : Distribué le : Classe : Risques communs à tous les secteurs professionnels Plan du module : Risques liés à l activité physique Risques liés à la charge mentale Risques liés au bruit 2

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

BOCCRF Bulletin officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes

BOCCRF Bulletin officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes Page 1 sur 5 BOCCRF Bulletin officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes Sommaire N 03 du 07 mars 2000 Avis du Conseil national de la consommation relatif aux prothèses

Plus en détail

Aspects de santé publique et réglementaires

Aspects de santé publique et réglementaires Contexte général : les jeunes et l écoute de la musique amplifiée Aspects de santé publique et réglementaires Yves CAZALS, Directeur de Recherche à l INSERM, Université Aix-marseille Rapporteur du groupe

Plus en détail