État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne"

Transcription

1 État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé (ORS) Bourgogne Ce document a été réalisé avec l appui financier de l ARS de Bourgogne

2 2 Sommaire Introduction... 3 Données générales... 4 Couverture vaccinale... 7 Dépistage visuel... 8 Dépistage auditif...11 Dépistage dentaire...13 Dépistage des problèmes de poids...15 Orientations et conseils au sujet de l alimentation...17 Dépistage des troubles somatiques...19 Dépistage des troubles du langage...20 Orientations médico-sociales...22 Table des illustrations Graphique 1 : Nature et nombre des bilans en fonction de la zone d éducation de l école... 4 Graphique 2 : Fréquence des orientations vers un spécialiste... 6 Graphique 3 : Couverture vaccinale pour les principaux vaccins... 7 Graphique 4 : Évolution de la prévalence des troubles visuels dépistés depuis Graphique 5 : Troubles de l audition dépistés au cours du BSEM Graphique 6 : Évolution de la prévalence des troubles auditifs dépistés depuis Graphique 7 : Problème dentaire dépisté au cours du BSEM Graphique 8 : Évolution de la prévalence des anomalies bucco-dentaires dépistés depuis Graphique 9 : Prévalence du surpoids au cours du BSEM Graphique 10 : Évolution de la prévalence du surpoids et de la maigreur depuis Graphique 11 : Dépistage des déséquilibres de l alimentation au cours du BSEM Graphique 12 : Évolution des conseils et orientations par rapport à l alimentation depuis Graphique 13 : Fréquence des troubles somatiques, connus ou non Graphique 14 : Prévalence des troubles du langage dépistés et connus Graphique 15 : Évolution du dépistage du langage depuis Graphique 16 : Proportion d orientations vers des structures médico-sociales Carte 1 : Couverture par le bilan de santé en maternelle par unité territoriale... 5 Carte 2 : Troubles visuels dépistés au cours du BSEM par UTS... 8

3 3 Introduction Les services de Protection Maternelle Infantile (PMI) du Conseil Général sont responsables de l organisation de consultations et d actions de prévention médico-sociale en faveur des moins de 6 ans dans le cadre de leur rôle de protection sanitaire de l enfant et de la famille. Cette mission passe en particulier par la réalisation d un bilan de santé en école maternelle (BSEM) pour les enfants âgés de 3 à 4 ans. Ce bilan comprend des tests de dépistage d éventuels déficits sensoriels ou de troubles de l acquisition du langage, ainsi qu un entretien avec les parents, et un examen médical. Ce document présente les indicateurs de santé obtenus lors de ce bilan dans l Yonne (enfants de moyenne section) pour l année scolaire

4 4 Données générales Près de enfants vus en , soit un peu plus d un enfant sur deux de la classe d âge Au total, enfants ont été convoqués sur les inscrits en moyenne section de maternelle dans les écoles du département, soit un taux de convocation de 56,6 %. Parmi les enfants convoqués, 98,4 % (soit 2 196) ont effectivement eu un bilan de santé, ce qui représente une couverture par le bilan de santé de 55,7 % de l ensemble des 3-4 ans scolarisés, contre 40,2 % pour l année scolaire Ce bilan consistait pour tous en un bilan sensoriel réalisé par une infirmière, auquel s ajoutait pour d entre eux (53,1 %) un examen réalisé par un médecin. Dans les Réseaux d Éducation Prioritaire (REP) Zones d Éducation Prioritaire (ZEP), 466 enfants ont vu un médecin parmi les 646 qui ont eu un BSEM, soit 72,1 % de bilans complets. Graphique 1 : Nature et nombre des bilans en fonction de la zone d éducation de l école Source : BSEM Yonne

5 5 Une couverture territoriale exhaustive dans le Jovinien-Migennois, le Tonnerrois et la Puisaye-Forterre Tous les enfants de 3 Unités Territoriales de Santé (le Jovinien-Migennois, le Tonnerrois et Puisaye- Forterre) sur les 6 qui composent le département, ont bénéficié d un bilan de santé, soit respectivement 635, 232 et 310 bilans. Dans les 3 autres unités, 523 enfants ont bénéficié du bilan dans l Auxerrois (47 %), 416 dans le Sénonais (32 %) et 80 dans l Avallonnais (27 %). On note un déficit en médecins de PMI sur ces trois territoires. Carte 1 : Couverture par le bilan de santé en maternelle par unité territoriale Ensemble du département N= (56 %) Source : BSEM Yonne

6 6 De fréquentes orientations vers d autres professionnels de santé à l issue du bilan, en particulier en ZEP À l issue du bilan de santé, 12,6 % des enfants ont été orientés vers un ophtalmologue (17 % des enfants scolarisés en ZEP), 8,9 % vers un dentiste (14,2 % des enfants en ZEP), 6,4 % vers un ORL (8,1 % en ZEP), 7,2 % vers leur médecin traitant (8,2 % en ZEP), 10,3 % vers un orthophoniste (11,8 % en ZEP) et 1,1 % vers d autres spécialistes (1,7 % en ZEP). Graphique 2 : Fréquence des orientations vers un spécialiste Source : BSEM Yonne

7 7 Couverture vaccinale Le taux de couverture pour les vaccins obligatoires atteint presque les recommandations nationales Les trois vaccins obligatoires chez l enfant sont la diphtérie, le tétanos, et la poliomyélite. La couverture vaccinale des enfants de 3-4 ans du département atteint 94,7 % pour la vaccination combinée de la diphtérie, du tétanos, de la poliomyélite, de la coqueluche et de l Haemophilus influenzae. Le taux de couverture recommandé est de 95 %. 90 % des enfants ayant eu un bilan sont vaccinés pour la tuberculose, ce qui est un léger recul par rapport à l année précédente (92,1 %). La couverture vaccinale contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est de 93,6 %. Pour l hépatite B, la vaccination a été réalisée chez 44,4 % d entre eux. La couverture est plus faible dans 3 unités territoriales : 22,5 % pour le Tonnerrois, 31,9 % en Puisaye et 39,5 % pour l Avallonnais. Graphique 3 : Couverture vaccinale pour les principaux vaccins Source : BSEM Yonne

8 8 Dépistage visuel Un enfant sur cinq présente un trouble de la vision connu ou nouvellement dépisté. Le dépistage visuel au cours du BSEM a permis de mettre en évidence des troubles de la vision chez 439 enfants soit 20 % d entre eux. Les troubles étaient déjà connus chez 160 d entre eux (7,3 %) alors que c était un premier diagnostic pour 279 enfants (12,7 %). Par comparaison la moyenne nationale en 2002 (données DREES) était de 13 % de déficits connus, et 5,5 % de diagnostics initiaux. En zone ZEP-REP, la proportion de déficits connus est plus basse qu ailleurs : 5,1 %, c est à dire 33 enfants, contre un taux dans les autres écoles de 8,2 % (127 enfants). À l inverse, la proportion des déficits orientés est plus élevée (17 %, soit 110 enfants contre 10,9 % dans les zones non-zep-rep, soit 169 enfants). C est dans l Avallonnais qu on note le plus de troubles visuels : presque 30 % des enfants toutes écoles confondues. Carte 2 : Troubles visuels dépistés au cours du BSEM par UTS Déficit connu

9 9 Déficit orienté Sources : BSEM Yonne et DREES 2002

10 10 En ce qui concerne l évolution des troubles visuels observés au cours du BSEM, on note une tendance à la baisse pour les déficits orientés depuis 2006 (15 % pour l année scolaire , contre 12,7 % en ). Cependant le taux de troubles de la vision déjà connus avant la visite reste stable, de l ordre de 7,5 % chaque année. Graphique 4 : Évolution de la prévalence des troubles visuels dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

11 11 Dépistage auditif Les troubles de l audition affectent près de 9 % des enfants L examen auditif a retrouvé des problèmes d audition chez 191 des enfants vus, soit 8,7 % d entre eux. La prévalence des troubles auditifs dépistés est de 9,9 % en ZEP, et de 8,2 % en écoles non-zep. Là encore, c est dans le territoire de l Avallonnais que les troubles auditifs sont les plus fréquents, (16,3 % des enfants). Dans le reste des territoires, la proportion de troubles de l audition varie de 3,9 % (Sénonais) à 12,5 % (Tonnerrois). Graphique 5 : Troubles de l audition dépistés au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

12 12 L évolution des troubles auditifs retrouvés lors du bilan, est similaire à celle des troubles visuels : depuis 2006, on observe une décroissance de la proportion d enfants présentant des problèmes d audition découverts lors de l examen (6,6 % pour l année ), alors que le taux de déficits déjà connus reste relativement stable, autour de 2 %. Graphique 6 : Évolution de la prévalence des troubles auditifs dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

13 13 Dépistage dentaire Près de 15 % des enfants de ZEP orientés vers un dentiste 200 enfants ont été adressés à un dentiste à l issue de leur bilan, c est à dire 9,1 %. Cependant la proportion observée dans les écoles situées en ZEP est de 14,2 % (92 enfants), et celle des écoles non-zep de 7 % (108 enfants). Cette différence entre écoles en ZEP et non-zep est retrouvée dans toutes les unités territoriales possédant des ZEP. Graphique 7 : Problème dentaire dépisté au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

14 14 Depuis 2006, le taux d enfants adressés à un dentiste dans les suites du bilan de santé oscille entre 8 et 11 %. Graphique 8 : Évolution de la prévalence des anomalies bucco-dentaires dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

15 15 Dépistage des problèmes de poids Le surpoids concerne 6 % des enfants de 3-4 ans dans l Yonne L indice de masse corporelle (IMC) est considéré comme normal chez l enfant de 4 ans lorsqu il est compris entre 13,5 et 18 kg/m 2. Sur l ensemble du département, 8,4 % des enfants ont un IMC qui n est pas situé entre ces valeurs : 6,3 % des enfants (139) sont au-dessus du seuil, et 2,1 % (46) sont en-dessous. Parmi les enfants scolarisés en ZEP, 2,8 % ont un IMC inférieur à la norme, et 7,9 % ont un IMC trop élevé. Pour comparaison à l échelle de la France, le taux d enfants de 6 ans en surpoids en France était globalement de 14,5 % en 2002 (données Enquête en santé scolaire DREES) et de 17,2 % en ZEP. En Puisaye-Forterre, la proportion d enfants en surcharge pondérale (4,5 %) est plus basse que dans les autres unités territoriales. Dans le Sénonais elle est plus importante (9,6 %). C est aussi dans les écoles en ZEP de cette unité territoriale qu on trouve le taux de surpoids le plus élevé : 11,3 %. Graphique 9 : Prévalence du surpoids au cours du BSEM Sources : BSEM Yonne

16 16 L évolution des IMC relevés lors du BSEM montre une très légère diminution de la surcharge pondérale, passée de 7 % en , à 6,3 % en L évolution des IMC < 13,5 kg/m 2 suit la même progression (2,9 % en contre 2,1 % cette année). Graphique 10 : Évolution de la prévalence du surpoids et de la maigreur depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

17 17 Orientations et conseils au sujet de l alimentation L alimentation de plus d un enfant de ZEP sur deux a nécessité des conseils ou l orientation vers un spécialiste Des conseils alimentaires ont été donnés aux accompagnants de 697 des enfants (soit 31,7 %), et 104 enfants ont été adressés à un spécialiste (soit 4,7 % d entre eux). En ZEP, ces conseils alimentaires ont concerné près d un enfant sur 2 (48,3 %), et 46 ont été orientés (7,1 %). En écoles non situées en ZEP, ils ont concerné un enfant sur 4 (24,8 %), et 58 ont été orientés (3,7 %). La part de conseils donnés varie de 15,2 % à 44,2 % selon les unités territoriales, et celle des orientations de 0 % à 9,9%. Les recommandations sont les plus nombreuses dans le Sénonais. Elles le sont encore plus dans les écoles en ZEP de ce territoire : 51,1 % de conseils, et 11,9 % d orientations. Il n y a eu aucune orientation dans l Avallonnais, par refus parental ou par existence d une prise en charge par le médecin traitant. Graphique 11 : Dépistage des déséquilibres de l alimentation au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

18 18 Depuis 2006, la proportion d enfants dont l alimentation nécessite des conseils est assez variable d une année sur l autre, de 21,1 % en 2006 à 31,7 % en Cependant le taux d enfants adressés à un spécialiste reste plutôt stable (4,7 % ces deux dernières années). Graphique 12 : Évolution des conseils et orientations par rapport à l alimentation depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

19 19 Dépistage des troubles somatiques Un trouble somatique (non-connu auparavant) chez presque 5 % des enfants Le bilan de santé permet de rechercher la présence de problèmes de santé, qu ils soient connus ou non. Ainsi 127 enfants (6,9 %) dans le département présentaient un trouble somatique au moment de l examen. Pour 21 d entre eux (3,3 %) il était déjà connu, alors que pour les autres (106 enfants, soit 4,8 %) c était un premier diagnostic. En ZEP 21 enfants (3,3 %) étaient suivis avant l examen pour problème somatique, mais pour 13 autres enfants (2 %), l examen a permis le dépistage d une maladie non-connue. Tous les enfants n ayant pas été examinés par un médecin, le taux de dépistage est très variable entre les différentes unités. Graphique 13 : Fréquence des troubles somatiques, connus ou non Source : BSEM Yonne

20 20 Dépistage des troubles du langage Les troubles du langage affectent 17 % des enfants de 3-4 ans La prévalence des troubles du langage concerne 378 enfants (17,2 %), dont 118 avec des troubles déjà connus (5,4 %), alors qu ils ne l étaient pas pour les 260 autres (11,8 %). Ce taux est légèrement plus élevé en ZEP, avec 18,2 % d enfants ayant des problèmes de langage, soit 118 enfants, dont 4,6 % connus (soit 30 enfants), et 13,6 % nouvellement diagnostiqués (88 enfants). Dans le Tonnerrois, les troubles du langage sont plus élevés que dans les autres territoires : 22 % sur l ensemble des écoles, dont 7,8 % de troubles connus. Graphique 14 : Prévalence des troubles du langage dépistés et connus Source : BSEM Yonne

21 21 Les troubles du langage dépistés lors du BSEM restent stables depuis En revanche on observe une tendance à la hausse de la proportion d enfants déjà suivis pour trouble du langage (4,3 % en , en augmentation progressive jusqu à 5,4 % ). Graphique 15 : Évolution du dépistage du langage depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

22 22 Orientations médico-sociales Certains enfants ont été orientés vers des structures d action médico-sociale à l issue du bilan de santé : Centres Médico-Psycho Pédagogiques (CMPP), Centres d Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP), Réseaux d Aides Spécialisées Aux Enfants en Difficulté (RASED), Protection Maternelle et Infantile (PMI). À l issue du bilan, 2,3 % des enfants ont été orientés vers un CMPP ou un CAMSP ; 1,5 % y étaient déjà suivis. À noter que de nombreuses familles n ont pas bénéficié d une orientation sur le service de PMI car elles y étaient déjà suivies. Graphique 16 : Proportion d orientations vers des structures médico-sociales Source : BSEM Yonne

23 23 Document de synthèse réalisé avec l'appui de l'observatoire régional de la santé de Bourgogne. ORS Bourgogne 14 H rue Pierre de Coubertin DIJON Courriel : ; Site internet :

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

chiffres clés PMI La santé des enfants en 2004 et 2005

chiffres clés PMI La santé des enfants en 2004 et 2005 chiffres clés PMI La santé des enfants en 2004 et 2005 La santé des enfants dans l Aube en 2004 et 2005 La santé des enfants dans l Aube en 2004 et 2005 Les données épidémiologiques regroupées dans ce

Plus en détail

La santé de la mère et de l enfant. Chiffres clés 2013. en Dordogne

La santé de la mère et de l enfant. Chiffres clés 2013. en Dordogne La santé de la mère et de l enfant Chiffres clés 2013 en Dordogne Direction Départementale de la Solidarité et de la Prévention Pôle PMI - Actions de Santé Ces données épidémiologiques sont présentées

Plus en détail

O bservatoire R é g ional de la S anté de M idi-py rénées. La santé des élèves. en Midi-Pyrénées. Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2013/2014

O bservatoire R é g ional de la S anté de M idi-py rénées. La santé des élèves. en Midi-Pyrénées. Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2013/2014 O bservatoire R é g ional de la S anté de M idi-py rénées La santé des élèves en Midi-Pyrénées Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2013/2014 Décembre 2014 La santé des élèves en Midi-Pyrénées Le dispositif

Plus en détail

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région Une dynamique régionale, des partenariats au travers de quelques outils Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½ «Eval Mater» inscrits dans les écoles maternelles de la région

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

Bilan de santé dans les écoles maternelles de la région Provence-Alpes-Côte d Azur

Bilan de santé dans les écoles maternelles de la région Provence-Alpes-Côte d Azur Bilan de santé dans les écoles maternelles de la région Provence-Alpes-Côte d Azur Mars 2012 Résultats des enquêtes conduites en 2003 et en 2010 par les services de Protection Maternelle et Infantile de

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta Cas clinique n 1 Cas prototypique Dr D. Caprini Dr C. Casta Mme N. se présente le 15/09/12 à la consultation pour Noémie, née le 10/11/2011 : «Noémie ne marche pas encore alors que le fils de ma voisine

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Mises en place en 1999, les

Mises en place en 1999, les j u i n La santé des élèves de grande section de maternelle en 2013 : des inégalités sociales dès le plus jeune âge Dès l âge de 6 ans, indicateurs de santé et habitudes de vie rendent compte de fortes

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention. Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi

Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention. Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi 1 Cadre du travail Master 2 «Méthodes d Analyse des Systèmes

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

L état de santé des adultes en Zus en 2010

L état de santé des adultes en Zus en 2010 Chiffres clés L état de santé des adultes en L état de santé des adultes en en 2010 Un peu plus de la moitié des habitants des se déclarent en bonne ou très bonne santé. C est moins que ce qui est observé

Plus en détail

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS 1 Objectifs Déterminer 5 objectifs généraux (voire spécifiques) prioritaires sur la thématique : «Accès aux soins et à la santé pour tous» Base de la construction

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS PRESENTATION DU RELAIS Le Relais est un équipement municipal s inscrivant dans les projets du Contrat Enfance et Jeunesse signé avec la CAF de Lyon. Il s adresse aux professionnel(le)s

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Feuille d informations 5 Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de, et Evaluation comparative des données de l année scolaire 2013/2014 Abstract

Plus en détail

O bservatoire R égional de la S anté de M idi-pyrénées. La santé des élèves. en Midi Pyrénées. Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2012/2013

O bservatoire R égional de la S anté de M idi-pyrénées. La santé des élèves. en Midi Pyrénées. Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2012/2013 O bservatoire R égional de la S anté de M idi-pyrénées La santé des élèves en Midi Pyrénées Le dispositif «INFISCOL» - Résultats 2012/2013 Mars 2014 Table des matières Contexte et méthode... 5 Analyses...

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile Petite enfance Guide de la Protection Maternelle et Infantile Avant la naissance Après la naissance Tous les services du Conseil général de l Oise pour vous aider à bien accueillir votre bébé L avenir

Plus en détail

Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance

Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance Information presse Mardi 9 décembre 2014 Dossier de presse Les résultats 2013 de l Observatoire national de la petite enfance Contact presse Guillaume Peyroles Tél. : 01 45 65 54 05 Fax : 01 45 65 53 65

Plus en détail

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS Tout dossier incomplet ne sera accepté Séjour : Séjour vacances hiver à Saint Jean d Aulps Dates : du 13 au 21 avril 2013 L ENFANT Fille Garçon PRE Date de naissance RESPONSABLE

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Prévalence du surpoids et de l obésité chez des enfants et adolescents accueillis en IME et en Itep en Alsace

Prévalence du surpoids et de l obésité chez des enfants et adolescents accueillis en IME et en Itep en Alsace Prévalence du surpoids et de l obésité chez des enfants et adolescents accueillis en IME et en Itep en Alsace Juillet 2013 Document réalisé par l Observatoire régional de la santé d Alsace à la demande

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming

Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming Publié en septembre 13 À propos du rapport Introduction Le présent rapport vise

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Institut de Réhabilitation de la Parole et de l Audition Place Abbé de l Epée - 59790 Ronchin Tél. 03.20.18.03.06 - Fax : 03.20.86.09.

Institut de Réhabilitation de la Parole et de l Audition Place Abbé de l Epée - 59790 Ronchin Tél. 03.20.18.03.06 - Fax : 03.20.86.09. Institut de Réhabilitation de la Parole et de l Audition Place Abbé de l Epée - 59790 Ronchin Tél. 03.20.18.03.06 - Fax : 03.20.86.09.50 - irpa@epdsae.fr www.epdsae.fr L Institut de Réhabilitation de la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09.

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09. 2 Les établissements 2 2.1 Les écoles 36 2.2 Les classes du premier degré 38 2.3 Collèges et lycées : types d établissement et classes 40 2.4 Collèges et lycées par académie 42 2.5 Collèges et lycées :

Plus en détail

Examen de santé gratuit

Examen de santé gratuit DE EN ES FR Poser une question Accéder à mon compte 3939 Courriel mon.service-public.fr Particuliers Professionnels Associations Services en ligne et formulaires Annuaire de l'administration Rechercher

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Septembre 2008 SOMMAIRE I. Introduction... 3 II. Méthode... 3 III. Résultats... 4 1. Caractéristiques

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation N o de contrat avec TPSGC : #H1011-080016/001/CY N o d inscription : ROP 115-08 Date du contrat : 30/03/2009 Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation SOMMAIRE This executive

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE SYNEP Le «+ santé» Le «+ santé» est une mutuelle santé réservée aux adhérents de la CFECGC, à des conditions préférentielles négociées par la CFECGC en décembre 2007. Le «+ santé», mis à disposition des

Plus en détail

L Espérance Ecole primaire

L Espérance Ecole primaire L Espérance Ecole primaire Dossier d inscription 2015-2016 FAMILLE : Demande d inscription Ecole de l Espérance Année 2015-2016 1 Admission L admission à l école de l Espérance ne pourra être effective

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

Conditions particulières du contrat collectif facultatif Mocen Notice d'information 2012

Conditions particulières du contrat collectif facultatif Mocen Notice d'information 2012 Conditions particulières du contrat collectif facultatif Mocen Notice d'information 2012 Souscripteur TC 204.1 Date d'effet : 1/01/2012 Définition des garanties (cf tableaux des garanties ci-après) Le

Plus en détail

6/8 ans 9/11 ans 12-18 ans Quotient Familial

6/8 ans 9/11 ans 12-18 ans Quotient Familial 1 er inscription Renouvellement 6/8 ans 9/11 ans 12-18 ans Quotient Familial Je soussigné, NOM PRENOM: (Nom du représentant légal) Adresse Tel (domicile) Tel (travail ou port).. Adresse e-mail... Autorise

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Cette étude a été réalisée en collaboration entre les services de l Agence Régionale de Santé (ARS), Mme Anne ROUSSEL, statisticienne

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

La santé des jeunes en Haute-Normandie Santé et prévention

La santé des jeunes en Haute-Normandie Santé et prévention 5CLASSE DE E La santé des jeunes en Haute-Normandie Santé et prévention La santé est définie selon l Organisation mondiale de la santé (OMS) comme étant «un état de complet bienêtre physique, mental et

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Projet d éducation pour la santé auprès des jeunes enfants dans les établissements scolaires BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Contacts : Service Prévention/Education pour la santé CPAM de la

Plus en détail

Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg

Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg Pour une approche globale de la santé au sein des territoires Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg SIGNORINI Elodie Chargée

Plus en détail

4.2. Nutrition et pathologies associées. Allaitement maternel. Surpoids et obésité. Santé bucco-dentaire. Anémie par carence en fer

4.2. Nutrition et pathologies associées. Allaitement maternel. Surpoids et obésité. Santé bucco-dentaire. Anémie par carence en fer Nutrition et pathologies associées Allaitement maternel > L intention d allaiter concerne environ huit nouveau-nés sur dix à Paris. > Le système d information est peu performant sur la durée de l allaitement.

Plus en détail

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ENFANTS - ADOLESCENTS (1 À 14 ANS) MODES DE GARDE ET SCOLARISATION DES MOINS DE 6 ANS Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ressentir en France depuis

Plus en détail

chiffres clés PMI La santé des enfants en 2002

chiffres clés PMI La santé des enfants en 2002 chiffres clés PMI La santé des enfants en 2002 La santé des enfants dans l Aube en 2002 La santé des enfants dans l Aube en 2002 Les données épidémiologiques regroupées dans ce recueil ont été réalisées

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Comité Ile de France de Natation STAGE DE NATATION Perfectionnement A GRAND-COURONNE (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Ouvert aux 11 / 13 ans - Licencié(e)s FFN 340 Transport compris - Départ

Plus en détail

Voici les futures dates des vacances et des lieux:

Voici les futures dates des vacances et des lieux: L heure est venue de remplir les dossiers d inscriptions pour les accueils de loisirs. Vous trouverez ci-joint les documents, pour l inscription des enfants et des jeunes, qui sont valables toute l année

Plus en détail

INTRODUCTION. L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI. Sommaire CONTEXTE

INTRODUCTION. L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI. Sommaire CONTEXTE Sommaire L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI Octobre 2011 01 CONTEXTE L ANFH, OPCA de la Fonction Publique Hospitalière (FPH), assure la gestion et la mutualisation

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique Troubles des apprentissages et du développement 1 La démarche diagnostique 1.Eliminer une origine sensorielle, neurologique, médicale 2.Evaluer le fonctionnement et les répercussions fonctionnelles 3.Coordonner

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

Fiche sanitaire de liaison

Fiche sanitaire de liaison Fiche sanitaire de liaison Votre enfant : NOM : PRENOM : Age : Né(e) le : A : VACCINATIONS (Remplir à partir du carnet de santé et joindre les photocopies des pages correspondantes aux vaccinations). Vaccination

Plus en détail

Petite enfance (- de 6 ans) et famille

Petite enfance (- de 6 ans) et famille Petite enfance (- de 6 ans) et famille Eléments d état des lieux** Un nombre de naissances en baisse La part des moins de 6 ans dans la population jurassienne est de 8.4%, légèrement inférieure à la part

Plus en détail

RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DE LA CHARCUTERIE DE DÉTAIL Au 1 er avril 2015

RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DE LA CHARCUTERIE DE DÉTAIL Au 1 er avril 2015 RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DE LA CHARCUTERIE DE DÉTAIL Au 1 er avril 2015 RÉGIME DE BASE CCN OBLIGATOIRE NATURE DES FRAIS HOSPITALISATION MÉDICALE, CHIRURGICALE ET MATERNITÉ Frais de séjour Honoraires (actes

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Observatoire des technologies de l information Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Juin 2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 METHODOLOGIE... 3 2.1 Type d enquête et taille de l échantillon...

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Être jeune parent à la MSA

Être jeune parent à la MSA vous guider Être jeune parent à la MSA n Prestations, accueil et prévention santé du jeune enfant www.msa.fr L arrivée d un enfant occasionne souvent de grands bouleversements dans la vie d une famille.

Plus en détail

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles Ordre du jour Bilan intermédiaire 17 septembre 2009 - Participation des habitants - Présentation des résultats (réunions + enquête habitants) - Tour de table, échange sur les priorités de santé - Groupes

Plus en détail

RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY du concours d éducateur de jeunes enfants - Session 2011 -

RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY du concours d éducateur de jeunes enfants - Session 2011 - CENTRE INTERDÉPARTEMENTAL DE GESTION DE LA PETITE COURONNE RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY du concours d éducateur de jeunes enfants - Session 2011 - I- LES PRINCIPAUX CHIFFRES COMPARÉS DE LA SESSION Sessions

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

** COMMUNIQUÉ DE PRESSE **

** COMMUNIQUÉ DE PRESSE ** UN RECUL DU SURPOIDS ET DE L OBÉSITÉ INFANTILE RENDU POSSIBLE GRÂCE À LA MOBILISATION COMMUNAUTAIRE DES VILLES VIVONS EN FORME Nouvelle illustration avec la ville de Saint-André-lez-Lille 24 novembre 2015,

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail