État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne"

Transcription

1 État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé (ORS) Bourgogne Ce document a été réalisé avec l appui financier de l ARS de Bourgogne

2 2 Sommaire Introduction... 3 Données générales... 4 Couverture vaccinale... 7 Dépistage visuel... 8 Dépistage auditif...11 Dépistage dentaire...13 Dépistage des problèmes de poids...15 Orientations et conseils au sujet de l alimentation...17 Dépistage des troubles somatiques...19 Dépistage des troubles du langage...20 Orientations médico-sociales...22 Table des illustrations Graphique 1 : Nature et nombre des bilans en fonction de la zone d éducation de l école... 4 Graphique 2 : Fréquence des orientations vers un spécialiste... 6 Graphique 3 : Couverture vaccinale pour les principaux vaccins... 7 Graphique 4 : Évolution de la prévalence des troubles visuels dépistés depuis Graphique 5 : Troubles de l audition dépistés au cours du BSEM Graphique 6 : Évolution de la prévalence des troubles auditifs dépistés depuis Graphique 7 : Problème dentaire dépisté au cours du BSEM Graphique 8 : Évolution de la prévalence des anomalies bucco-dentaires dépistés depuis Graphique 9 : Prévalence du surpoids au cours du BSEM Graphique 10 : Évolution de la prévalence du surpoids et de la maigreur depuis Graphique 11 : Dépistage des déséquilibres de l alimentation au cours du BSEM Graphique 12 : Évolution des conseils et orientations par rapport à l alimentation depuis Graphique 13 : Fréquence des troubles somatiques, connus ou non Graphique 14 : Prévalence des troubles du langage dépistés et connus Graphique 15 : Évolution du dépistage du langage depuis Graphique 16 : Proportion d orientations vers des structures médico-sociales Carte 1 : Couverture par le bilan de santé en maternelle par unité territoriale... 5 Carte 2 : Troubles visuels dépistés au cours du BSEM par UTS... 8

3 3 Introduction Les services de Protection Maternelle Infantile (PMI) du Conseil Général sont responsables de l organisation de consultations et d actions de prévention médico-sociale en faveur des moins de 6 ans dans le cadre de leur rôle de protection sanitaire de l enfant et de la famille. Cette mission passe en particulier par la réalisation d un bilan de santé en école maternelle (BSEM) pour les enfants âgés de 3 à 4 ans. Ce bilan comprend des tests de dépistage d éventuels déficits sensoriels ou de troubles de l acquisition du langage, ainsi qu un entretien avec les parents, et un examen médical. Ce document présente les indicateurs de santé obtenus lors de ce bilan dans l Yonne (enfants de moyenne section) pour l année scolaire

4 4 Données générales Près de enfants vus en , soit un peu plus d un enfant sur deux de la classe d âge Au total, enfants ont été convoqués sur les inscrits en moyenne section de maternelle dans les écoles du département, soit un taux de convocation de 56,6 %. Parmi les enfants convoqués, 98,4 % (soit 2 196) ont effectivement eu un bilan de santé, ce qui représente une couverture par le bilan de santé de 55,7 % de l ensemble des 3-4 ans scolarisés, contre 40,2 % pour l année scolaire Ce bilan consistait pour tous en un bilan sensoriel réalisé par une infirmière, auquel s ajoutait pour d entre eux (53,1 %) un examen réalisé par un médecin. Dans les Réseaux d Éducation Prioritaire (REP) Zones d Éducation Prioritaire (ZEP), 466 enfants ont vu un médecin parmi les 646 qui ont eu un BSEM, soit 72,1 % de bilans complets. Graphique 1 : Nature et nombre des bilans en fonction de la zone d éducation de l école Source : BSEM Yonne

5 5 Une couverture territoriale exhaustive dans le Jovinien-Migennois, le Tonnerrois et la Puisaye-Forterre Tous les enfants de 3 Unités Territoriales de Santé (le Jovinien-Migennois, le Tonnerrois et Puisaye- Forterre) sur les 6 qui composent le département, ont bénéficié d un bilan de santé, soit respectivement 635, 232 et 310 bilans. Dans les 3 autres unités, 523 enfants ont bénéficié du bilan dans l Auxerrois (47 %), 416 dans le Sénonais (32 %) et 80 dans l Avallonnais (27 %). On note un déficit en médecins de PMI sur ces trois territoires. Carte 1 : Couverture par le bilan de santé en maternelle par unité territoriale Ensemble du département N= (56 %) Source : BSEM Yonne

6 6 De fréquentes orientations vers d autres professionnels de santé à l issue du bilan, en particulier en ZEP À l issue du bilan de santé, 12,6 % des enfants ont été orientés vers un ophtalmologue (17 % des enfants scolarisés en ZEP), 8,9 % vers un dentiste (14,2 % des enfants en ZEP), 6,4 % vers un ORL (8,1 % en ZEP), 7,2 % vers leur médecin traitant (8,2 % en ZEP), 10,3 % vers un orthophoniste (11,8 % en ZEP) et 1,1 % vers d autres spécialistes (1,7 % en ZEP). Graphique 2 : Fréquence des orientations vers un spécialiste Source : BSEM Yonne

7 7 Couverture vaccinale Le taux de couverture pour les vaccins obligatoires atteint presque les recommandations nationales Les trois vaccins obligatoires chez l enfant sont la diphtérie, le tétanos, et la poliomyélite. La couverture vaccinale des enfants de 3-4 ans du département atteint 94,7 % pour la vaccination combinée de la diphtérie, du tétanos, de la poliomyélite, de la coqueluche et de l Haemophilus influenzae. Le taux de couverture recommandé est de 95 %. 90 % des enfants ayant eu un bilan sont vaccinés pour la tuberculose, ce qui est un léger recul par rapport à l année précédente (92,1 %). La couverture vaccinale contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est de 93,6 %. Pour l hépatite B, la vaccination a été réalisée chez 44,4 % d entre eux. La couverture est plus faible dans 3 unités territoriales : 22,5 % pour le Tonnerrois, 31,9 % en Puisaye et 39,5 % pour l Avallonnais. Graphique 3 : Couverture vaccinale pour les principaux vaccins Source : BSEM Yonne

8 8 Dépistage visuel Un enfant sur cinq présente un trouble de la vision connu ou nouvellement dépisté. Le dépistage visuel au cours du BSEM a permis de mettre en évidence des troubles de la vision chez 439 enfants soit 20 % d entre eux. Les troubles étaient déjà connus chez 160 d entre eux (7,3 %) alors que c était un premier diagnostic pour 279 enfants (12,7 %). Par comparaison la moyenne nationale en 2002 (données DREES) était de 13 % de déficits connus, et 5,5 % de diagnostics initiaux. En zone ZEP-REP, la proportion de déficits connus est plus basse qu ailleurs : 5,1 %, c est à dire 33 enfants, contre un taux dans les autres écoles de 8,2 % (127 enfants). À l inverse, la proportion des déficits orientés est plus élevée (17 %, soit 110 enfants contre 10,9 % dans les zones non-zep-rep, soit 169 enfants). C est dans l Avallonnais qu on note le plus de troubles visuels : presque 30 % des enfants toutes écoles confondues. Carte 2 : Troubles visuels dépistés au cours du BSEM par UTS Déficit connu

9 9 Déficit orienté Sources : BSEM Yonne et DREES 2002

10 10 En ce qui concerne l évolution des troubles visuels observés au cours du BSEM, on note une tendance à la baisse pour les déficits orientés depuis 2006 (15 % pour l année scolaire , contre 12,7 % en ). Cependant le taux de troubles de la vision déjà connus avant la visite reste stable, de l ordre de 7,5 % chaque année. Graphique 4 : Évolution de la prévalence des troubles visuels dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

11 11 Dépistage auditif Les troubles de l audition affectent près de 9 % des enfants L examen auditif a retrouvé des problèmes d audition chez 191 des enfants vus, soit 8,7 % d entre eux. La prévalence des troubles auditifs dépistés est de 9,9 % en ZEP, et de 8,2 % en écoles non-zep. Là encore, c est dans le territoire de l Avallonnais que les troubles auditifs sont les plus fréquents, (16,3 % des enfants). Dans le reste des territoires, la proportion de troubles de l audition varie de 3,9 % (Sénonais) à 12,5 % (Tonnerrois). Graphique 5 : Troubles de l audition dépistés au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

12 12 L évolution des troubles auditifs retrouvés lors du bilan, est similaire à celle des troubles visuels : depuis 2006, on observe une décroissance de la proportion d enfants présentant des problèmes d audition découverts lors de l examen (6,6 % pour l année ), alors que le taux de déficits déjà connus reste relativement stable, autour de 2 %. Graphique 6 : Évolution de la prévalence des troubles auditifs dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

13 13 Dépistage dentaire Près de 15 % des enfants de ZEP orientés vers un dentiste 200 enfants ont été adressés à un dentiste à l issue de leur bilan, c est à dire 9,1 %. Cependant la proportion observée dans les écoles situées en ZEP est de 14,2 % (92 enfants), et celle des écoles non-zep de 7 % (108 enfants). Cette différence entre écoles en ZEP et non-zep est retrouvée dans toutes les unités territoriales possédant des ZEP. Graphique 7 : Problème dentaire dépisté au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

14 14 Depuis 2006, le taux d enfants adressés à un dentiste dans les suites du bilan de santé oscille entre 8 et 11 %. Graphique 8 : Évolution de la prévalence des anomalies bucco-dentaires dépistés depuis 2006 Source : BSEM CG 89

15 15 Dépistage des problèmes de poids Le surpoids concerne 6 % des enfants de 3-4 ans dans l Yonne L indice de masse corporelle (IMC) est considéré comme normal chez l enfant de 4 ans lorsqu il est compris entre 13,5 et 18 kg/m 2. Sur l ensemble du département, 8,4 % des enfants ont un IMC qui n est pas situé entre ces valeurs : 6,3 % des enfants (139) sont au-dessus du seuil, et 2,1 % (46) sont en-dessous. Parmi les enfants scolarisés en ZEP, 2,8 % ont un IMC inférieur à la norme, et 7,9 % ont un IMC trop élevé. Pour comparaison à l échelle de la France, le taux d enfants de 6 ans en surpoids en France était globalement de 14,5 % en 2002 (données Enquête en santé scolaire DREES) et de 17,2 % en ZEP. En Puisaye-Forterre, la proportion d enfants en surcharge pondérale (4,5 %) est plus basse que dans les autres unités territoriales. Dans le Sénonais elle est plus importante (9,6 %). C est aussi dans les écoles en ZEP de cette unité territoriale qu on trouve le taux de surpoids le plus élevé : 11,3 %. Graphique 9 : Prévalence du surpoids au cours du BSEM Sources : BSEM Yonne

16 16 L évolution des IMC relevés lors du BSEM montre une très légère diminution de la surcharge pondérale, passée de 7 % en , à 6,3 % en L évolution des IMC < 13,5 kg/m 2 suit la même progression (2,9 % en contre 2,1 % cette année). Graphique 10 : Évolution de la prévalence du surpoids et de la maigreur depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

17 17 Orientations et conseils au sujet de l alimentation L alimentation de plus d un enfant de ZEP sur deux a nécessité des conseils ou l orientation vers un spécialiste Des conseils alimentaires ont été donnés aux accompagnants de 697 des enfants (soit 31,7 %), et 104 enfants ont été adressés à un spécialiste (soit 4,7 % d entre eux). En ZEP, ces conseils alimentaires ont concerné près d un enfant sur 2 (48,3 %), et 46 ont été orientés (7,1 %). En écoles non situées en ZEP, ils ont concerné un enfant sur 4 (24,8 %), et 58 ont été orientés (3,7 %). La part de conseils donnés varie de 15,2 % à 44,2 % selon les unités territoriales, et celle des orientations de 0 % à 9,9%. Les recommandations sont les plus nombreuses dans le Sénonais. Elles le sont encore plus dans les écoles en ZEP de ce territoire : 51,1 % de conseils, et 11,9 % d orientations. Il n y a eu aucune orientation dans l Avallonnais, par refus parental ou par existence d une prise en charge par le médecin traitant. Graphique 11 : Dépistage des déséquilibres de l alimentation au cours du BSEM Source : BSEM Yonne

18 18 Depuis 2006, la proportion d enfants dont l alimentation nécessite des conseils est assez variable d une année sur l autre, de 21,1 % en 2006 à 31,7 % en Cependant le taux d enfants adressés à un spécialiste reste plutôt stable (4,7 % ces deux dernières années). Graphique 12 : Évolution des conseils et orientations par rapport à l alimentation depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

19 19 Dépistage des troubles somatiques Un trouble somatique (non-connu auparavant) chez presque 5 % des enfants Le bilan de santé permet de rechercher la présence de problèmes de santé, qu ils soient connus ou non. Ainsi 127 enfants (6,9 %) dans le département présentaient un trouble somatique au moment de l examen. Pour 21 d entre eux (3,3 %) il était déjà connu, alors que pour les autres (106 enfants, soit 4,8 %) c était un premier diagnostic. En ZEP 21 enfants (3,3 %) étaient suivis avant l examen pour problème somatique, mais pour 13 autres enfants (2 %), l examen a permis le dépistage d une maladie non-connue. Tous les enfants n ayant pas été examinés par un médecin, le taux de dépistage est très variable entre les différentes unités. Graphique 13 : Fréquence des troubles somatiques, connus ou non Source : BSEM Yonne

20 20 Dépistage des troubles du langage Les troubles du langage affectent 17 % des enfants de 3-4 ans La prévalence des troubles du langage concerne 378 enfants (17,2 %), dont 118 avec des troubles déjà connus (5,4 %), alors qu ils ne l étaient pas pour les 260 autres (11,8 %). Ce taux est légèrement plus élevé en ZEP, avec 18,2 % d enfants ayant des problèmes de langage, soit 118 enfants, dont 4,6 % connus (soit 30 enfants), et 13,6 % nouvellement diagnostiqués (88 enfants). Dans le Tonnerrois, les troubles du langage sont plus élevés que dans les autres territoires : 22 % sur l ensemble des écoles, dont 7,8 % de troubles connus. Graphique 14 : Prévalence des troubles du langage dépistés et connus Source : BSEM Yonne

21 21 Les troubles du langage dépistés lors du BSEM restent stables depuis En revanche on observe une tendance à la hausse de la proportion d enfants déjà suivis pour trouble du langage (4,3 % en , en augmentation progressive jusqu à 5,4 % ). Graphique 15 : Évolution du dépistage du langage depuis 2006 e : BSEM CG 89 Sourc

22 22 Orientations médico-sociales Certains enfants ont été orientés vers des structures d action médico-sociale à l issue du bilan de santé : Centres Médico-Psycho Pédagogiques (CMPP), Centres d Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP), Réseaux d Aides Spécialisées Aux Enfants en Difficulté (RASED), Protection Maternelle et Infantile (PMI). À l issue du bilan, 2,3 % des enfants ont été orientés vers un CMPP ou un CAMSP ; 1,5 % y étaient déjà suivis. À noter que de nombreuses familles n ont pas bénéficié d une orientation sur le service de PMI car elles y étaient déjà suivies. Graphique 16 : Proportion d orientations vers des structures médico-sociales Source : BSEM Yonne

23 23 Document de synthèse réalisé avec l'appui de l'observatoire régional de la santé de Bourgogne. ORS Bourgogne 14 H rue Pierre de Coubertin DIJON Courriel : ; Site internet :

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS UN DISPOSITIF : 3 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES Apprendre... et habituer les enfants aux Apprendre... bonnes

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Comité Ile de France de Natation STAGE DE NATATION Perfectionnement A GRAND-COURONNE (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Ouvert aux 11 / 13 ans - Licencié(e)s FFN 340 Transport compris - Départ

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE SYNEP Le «+ santé» Le «+ santé» est une mutuelle santé réservée aux adhérents de la CFECGC, à des conditions préférentielles négociées par la CFECGC en décembre 2007. Le «+ santé», mis à disposition des

Plus en détail

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généralistes et spécialistes 150% Analyses

Plus en détail

Représentant légal 1. Représentant légal 2. Situation de la famille

Représentant légal 1. Représentant légal 2. Situation de la famille DOSSIER FAMILLE PERISCOLAIRE 2014-2015 Ce dossier est à rendre en mairie avec les pièces justificatives et ce, quelque soit votre situation avant le Tout dossier non complet ne sera pas traité. Date de

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS Synthèse des questionnaires destinés aux établissements

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3283 Convention collective nationale IDCC : 2021. GOLF AVENANT N 58 DU 12 FÉVRIER

Plus en détail

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Mesure de la couverture vaccinale en France Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Document préparé par le Comité de pilotage sur la couverture vaccinale en France sous la coordination de l InVS

Plus en détail

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter GARANTIE Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. a été pensée pour vous apporter les garanties adaptées à vos attentes. La protection de votre famille est assurée

Plus en détail

L offre qui protège ceux qui protègent. Complémentaire frais de santé Contrat collectif

L offre qui protège ceux qui protègent. Complémentaire frais de santé Contrat collectif L offre qui protège ceux qui protègent Complémentaire frais de santé Contrat collectif Notre priorité Protéger ceux qui nous protègent Pour votre entreprise, MGP Sécurité, c est : Un moyen simple et facile

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

SMACL. Santé. Protection complémentaire santé. avec. Proposition de contrat collectif à adhésions facultatives

SMACL. Santé. Protection complémentaire santé. avec. Proposition de contrat collectif à adhésions facultatives avec SMACL Santé En protégeant la santé des agents, nous assurons la qualité du service public territorial. Protection complémentaire santé Proposition de contrat collectif à adhésions facultatives Solidaire

Plus en détail

GARANTIE Optimale. garantie santé

GARANTIE Optimale. garantie santé GARANTIE Mutuelle Référencée Ministère De la Défense Pour vous et votre famille, vous voulez ce qui se fait de mieux : une protection santé optimale et des prestations vous garantissant les meilleurs soins.

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS Mutuelle santé Activance TNS Vous pourrez toujours compter sur votre mutuelle! Activance TNS Le haut de gamme pour les professionnels! Les Produit Prise en charge maximale pour l hospitalisation dès la

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION AUX ACCUEILS PERISCOLAIRES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES AGLY-FENOUILLEDES NAP ALSH DES MERCREDIS APRES-MIDI ALAE RESTAURATION SCOLAIRE Nom de l enfant :... Prénom :... Date de naissance

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles.

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles. ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (2013/2014) «Rien n est permanent, sauf le changement.» (Bouddha) Reprenant strictement les décisions de l'ani, le texte de loi (décembre 2013) prévoit la généralisation

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Direction de la collection Thanh Le Luong Édition Jeanne Herr Institut national

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Les formules Santé. Choisissez une complémentaires santé qui prend en compte vos exigences! OFFERT. La prise en charge des médecines douces

Les formules Santé. Choisissez une complémentaires santé qui prend en compte vos exigences! OFFERT. La prise en charge des médecines douces Les formules Santé Choisissez une complémentaires santé qui prend en compte vos exigences! OFFERT *Offre valable jusqu au 31 décembre 2013 sur la 1ère année de cotisation dès le 1er contrat souscrit. Voir

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Comparaison technique de l assurance maladie des quatre principaux régimes de protection sociale des doctorants en France

Comparaison technique de l assurance maladie des quatre principaux régimes de protection sociale des doctorants en France Comparaison technique de l assurance maladie des quatre principaux régimes de protection sociale des doctorants en France Les régimes considérés sont : Régime général de l Assurance maladie française Sécurité

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Les formules Santé. Choisissez une complémentaire santé qui prend en compte vos exigences!

Les formules Santé. Choisissez une complémentaire santé qui prend en compte vos exigences! Les formules Santé Choisissez une complémentaire santé qui prend en compte vos exigences! La gratuité à partir du 3ème enfant mineur La prise en charge des médecines douces Une option Renforts optique

Plus en détail

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit Livret de suivi de l élève l élève l é ve... né(e) le..... /..... /..... C o n t a c t s L inspection académique de votre département IA 22 6 et 8 place du Champs de Mars - BP 2369-22023 St-Brieuc IA 29

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Parent d un enfant particulier : Où être accueilli, écouté, informé?

Parent d un enfant particulier : Où être accueilli, écouté, informé? Parent d un enfant particulier : Où être accueilli, écouté, informé? Guide pratique pour l accueil d un enfant en situation de handicap DIRECTION GéNéRALE ADJOINTE de l ACTION SOCIALE ET DE LA SOLIDARITé

Plus en détail

CATÉGORIE B TEST D ORIENTATION TECHNIQUES D'EXPRESSION ÉCRITE

CATÉGORIE B TEST D ORIENTATION TECHNIQUES D'EXPRESSION ÉCRITE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CATÉGORIE B TEST D ORIENTATION TECHNIQUES D'EXPRESSION ÉCRITE Durée : 3h00 Un concours ou un examen de catégorie B exige un champ de connaissances élargi

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 avec le soutien de édito sommaire Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 N Retrouvez au dos les lieux sur le plan Notre ville est riche de sa diversité, qui

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL Contrat de préfiguration 2012 Sommaire PREAMBULE -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------5

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

à l école maternelle

à l école maternelle Guide pratique des parents Année 2011-2012 Tout au long du primaire, vos enfants apprennent à Mon s exprimer et à vivre ensemble. à l école maternelle Guide pratique des parents Année 2011-2012 Mon enfant

Plus en détail

Formule Santé / Prévoyance : équilibre Régime général ou local Sécurité Sociale

Formule Santé / Prévoyance : équilibre Régime général ou local Sécurité Sociale Formule Santé / Prévoyance : équilibre Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généralistes et spécialistes

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Accueils de Loisirs & Périscolaires S INSCRIRE

Accueils de Loisirs & Périscolaires S INSCRIRE Accueils de Loisirs & Périscolaires S INSCRIRE Documents d inscrip$on Ufcv Délégaon régionale de Franche-Comté 6 B Boulevard Diderot 25000 Besançon L espace famille en 5 points 1 2 3 4 5 Un portail public

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION 2015/2016

DOSSIER D'INSCRIPTION 2015/2016 NOM :. PRENOM :. DOSSIER D'INSCRIPTION 2015/2016 pour les mercredis loisirs : minimum deux semaines avant le début de chaque cycle pour les petites vacances : aux dates indiquées sur les coupons Merci

Plus en détail

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Quels sont les indicateurs socio-sanitaires utiles pour la promotion de la santé en milieu scolaire? Ce que nous apprend la littérature

Quels sont les indicateurs socio-sanitaires utiles pour la promotion de la santé en milieu scolaire? Ce que nous apprend la littérature Secteur des Sciences de la Santé UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Institut de Recherche Santé et Société Quels sont les indicateurs socio-sanitaires utiles pour la promotion de la santé en milieu

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE préfiguration 2012 2 Sommaire Préambule... 5 1- Les éléments de diagnostic général... 6 1.1 L indice de développement humain (IGH2)... 6 1.2 Caractéristiques sociodémographiques...

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Fiche d inscription : Le stagiaire :

Fiche d inscription : Le stagiaire : Fiche d inscription : Le stagiaire : Nom : Sexe : Club : Position (Joueur ou Gardien) : Taille en cm: Les parents : Père : Nom : Prénom : Adresse: E- mail : Tél portable : Tél bureau : Prénom : Né(e) le

Plus en détail

Dossier d inscription

Dossier d inscription Partie réservée au service : N d arrivée : Ville de Digne-les-Bains Service éducation education@dignelesbains.fr Ecole : Classe : Année scolaire 2015/2016 Services d accueil pour les enfants des écoles

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

de l Yonne D ENTREPRISES Les hôtels et pépinière PARIS STRASBOURG Sens ORLÉANS Saint-Florentin Auxerre Tonnerre Toucy Avallon LYON LILLE LE HAVRE

de l Yonne D ENTREPRISES Les hôtels et pépinière PARIS STRASBOURG Sens ORLÉANS Saint-Florentin Auxerre Tonnerre Toucy Avallon LYON LILLE LE HAVRE Les hôtels et pépinière D ENTREPRISES de l Yonne LE HAVRE LILLE PARIS Sens STRASBOURG ORLÉANS Saint-Florentin Toucy Auxerre Tonnerre Avallon LYON CLERMONT-FERRAND Solutions sur-mesure Solution n 1 Domiciliation

Plus en détail

et de suivi de la corpulence des enfants

et de suivi de la corpulence des enfants CALIMCO Logiciel d'évaluation et de suivi de la corpulence des enfants version 2.0 1 / 8 1.Introduction En 2004, un logiciel, CalIMCo, produit dans le cadre du PNNS, a été diffusé sous forme de CD Rom

Plus en détail

UES COFELY INEO COMPLÉMENTAIRE SANTÉ RÉGIME ALSACE MOSELLE SALARIÉS EN CONGÉ SANS SOLDE PARTICULIERS NOTICE D INFORMATION ÉDITION 2013

UES COFELY INEO COMPLÉMENTAIRE SANTÉ RÉGIME ALSACE MOSELLE SALARIÉS EN CONGÉ SANS SOLDE PARTICULIERS NOTICE D INFORMATION ÉDITION 2013 UES COFELY INEO COMPLÉMENTAIRE SANTÉ RÉGIME ALSACE MOSELLE SALARIÉS EN CONGÉ SANS SOLDE NOTICE D INFORMATION ÉDITION 2013 PARTICULIERS LES GARANTIES À COMPTER DU 1 ER AVRIL 2013 Sauf indications contraires

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

MARS 2012. rapport d analyse. étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte

MARS 2012. rapport d analyse. étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte rapport d analyse MARS 2012 rapport d analyse étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte introduction w La malnutrition se définit par des apports inférieurs ou

Plus en détail

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge ét udes et résultats N 847 juillet 213 Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge La santé bucco-dentaire des enfants s est nettement améliorée ces vingt dernières années.

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP DESCRIPTION DE L ACCUEIL EN ETABLISSEMENTS ET SERVICES DES PERSONNES AVEC DES

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

SCOLARISER LES ÉLÈVES À HAUT POTENTIEL

SCOLARISER LES ÉLÈVES À HAUT POTENTIEL académie Dijon MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCOLARISER LES ÉLÈVES À HAUT POTENTIEL AIDE AU REPÉRAGE DE L ÉLÈVE À HAUT POTENTIEL PRÉAMBULE

Plus en détail

CMU. Vaccins. Reste à charge. Nomenclature. Ticket modérateur. Parodontologie. Forfait 18 euros. Assurance Maladie Obligatoire

CMU. Vaccins. Reste à charge. Nomenclature. Ticket modérateur. Parodontologie. Forfait 18 euros. Assurance Maladie Obligatoire Glossaire de l assurance santé Ticket modérateur Ayant droit Assurance Maladie Obligatoire CMU Forfait 18 euros Vaccins Reste à charge Nomenclature Prestations Parodontologie Auxiliaires médicaux 1 Vous

Plus en détail

SOMMAIRE ANNEXES... 63

SOMMAIRE ANNEXES... 63 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 PRESENTATION DU TERRITOIRE... 6 I. LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE PONT-AUDEMER... 6 II. LA COMMUNAUTE DE COMMUNES PAR RAPPORT AU TERRITOIRE DE PROXIMITE... 7 I. LES ELEMENTS DEMOGRAPHIQUES

Plus en détail

ASSOCIATION GESTIONNAIRE DE CFA DU RÉSEAU CCCA-BTP Complémentaire santé

ASSOCIATION GESTIONNAIRE DE CFA DU RÉSEAU CCCA-BTP Complémentaire santé ASSOCIATION GESTIONNAIRE DE CFA DU RÉSEAU CCCA-BTP Complémentaire santé NOTICE D INFORMATION ÉDITION 2012 PARTICULIERS GARANTIES Les remboursements sont exprimés soit en forfait, soit en pourcentage de

Plus en détail

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Cette étude a été réalisée en collaboration entre les services de l Agence Régionale de Santé (ARS), Mme Anne ROUSSEL, statisticienne

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Arélia, la santé et la prévoyance des travailleurs indépendants. Fiscalité Madelin

Arélia, la santé et la prévoyance des travailleurs indépendants. Fiscalité Madelin Arélia, la santé et la prévoyance des travailleurs indépendants. Fiscalité Madelin Arélia prévoyance Protégez vos proches en cas de décès et maintenez vos revenus en cas d arrêt de travail ou d invalidité

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Les acteurs publics de la politique vaccinale en Île-de-France

Les acteurs publics de la politique vaccinale en Île-de-France ORS Île-de-France Observatoire régional de santé Île-de-France Les acteurs publics de la politique vaccinale en Île-de-France Avril 2014 POLITIQUES DE SANTÉ PUBLIQUE Synthèse de l ORS Île-de-France réalisée

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

TOUS !#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!$& #!$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013 RAPPORTS THEMATIQUES 2013 - OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et

Plus en détail

BILAN MSPU du Véron 12 rue des roches 37420 Avoine

BILAN MSPU du Véron 12 rue des roches 37420 Avoine BILAN MSPU du Véron 12 rue des roches 37420 Avoine Bilan 2012/2013. Synthèse des actions Préambule : Compte tenu de la taille de la MSPU du Véron, du nombre d acteurs impliqués, les échanges interprofessionnels

Plus en détail

Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5

Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5 Table des matières Introduction...1 Module 1 Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5 Chapitre 1..Historique de la profession d hygiéniste dentaire en santé dentaire publique au Québec...7

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail