Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens"

Transcription

1 Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques gaussiens, dont l étude fait l objet de ce chapitre, constituent un volet incontournable de la statistique. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Toutes les variables aléatoires de cette section sont implicitement définies sur un espace probabilisé (Ω,A,P). A l instar des échantillons, X signifie que la variable aléatoire X suit la loi. Dans le monde des vecteurs gaussiens, orthogonalité et indépendance se confondent. Ce lien entre la géométrie et les probabilités a pour conséquence le théorème ci-dessous, qui constitue la pierre angulaire de toute la statistique des échantillons gaussiens. Dans la suite, les vecteurs considérés sont implicitement des vecteurs colonnes. Théorème [COCHRAN] Soient σ > 0, X N n (0,σ 2 Id) et V 1 V p une décomposition de R n en sous-espaces vectoriels orthogonaux de dimensions r 1,,r p. Alors les projections orthogonales π 1,,π p de X sur 85

2 86 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS V 1,,V p sont des vecteurs gaussiens indépendants, et pour chaque i = 1,, p: 1 σ 2 π i 2 χ 2 r i. Preuve. Soit (e i j ) i, j une base orthonormée de R n telle que pour chaque i = 1,, p, (e i j ) j=1,,r i est une base orthonormée de V i. Si i = 1,, p, π i = M i X où M i est la matrice symétrique de format n n définie par M i =(e i 1 ei r i )(e i 1 ei r i ). Noter que puisque les vecteurs (e i j ) i, j sont normés et orthogonaux, M i est idempotente et de plus M i M k = 0 pour tout i = k. Montrons tout d abord la première assertion du théorème. Tout d abord, X étant gaussien, toute combinaison linéaire de ses composantes est gaussienne, donc (π 1,,π p ) est gaussien. De plus, la covariance entre les vecteurs aléatoires π i et π k est nulle pour tout i = k. En effet, ces vecteurs aléatoires étant centrés, C(π i,π k )=E(π i Eπ i )(π k Eπ k ) = Eπ i π k, C et E désignant respectivement la matrice de covariance et l espérance sous la probabilité P. Il vient, C(π i,π k )=EM i X(M k X) = M i EXX M k = σ 2 M i M k = 0. Par suite, π 1,,π p sont des vecteurs gaussiens indépendants, d où le premier point. Pour montrer la deuxième assertion du théorème, fixons i = 1,, p et remarquons que comme M i est symétrique et idempotente : π i N n 0,σ 2 M i IdM i = Nn (0,σ 2 M i ). En notant E i la matrice de format n r i définie par E i =(e i 1 ei r i ), on a donc π i σe i N ri (0,Id). Or, si Z est un vecteur aléatoire de loi N ri (0,Id), E i Z 2 = Z 2 χ 2 r i car E i E i = Id, d où le théorème.

3 7.1. PROJECTION DE VECTEURS GAUSSIENS 87 A l instar des échantillons, notons pour une suite X =(X 1,,X n ) de variables aléatoires réelles : X n = 1 n n i=1 X i et S 2 n(x)= 1 n 1 n i=1 (X i X n ) 2. Rappelons (cf section 2.3) que lorsque X =(X 1,,X n ) est un échantillon d une loi produit, X n et S 2 n(x) sont des estimateurs sans biais de la moyenne et de la variance de X 1. Le théorème ci-dessous met en évidence le rôle tenu par la loi de Student T n dans le cadre des modèles gaussiens. Théorème [FISHER] Soient σ > 0, m R et X 1,,X n des variables aléatoires indépendantes et de même loi N (m,σ 2 ). Alors, si X =(X 1,,X n ) : (i) X n et S n (X) sont indépendantes ; (ii) (n 1)S 2 n(x)/σ 2 χ 2 n 1 ; (iii) n( X n m)/s n (X) T n 1. Remarques. Dans ce théorème, noter que (iii) est à comparer à la propriété classique n( X n m)/σ N(0,1) d un échantillon gaussien. De plus, comme S 2 n(x)= 1 n 1 n i=1 X 2 i n 2, X n n 1 S n (X) converge en probabilité vers σ d après la loi des grands nombres. Par suite, le lemme de Slutsky et (iii) montrent que la loi de Student T n converge vers la loi N (0,1) lorsque n. Preuve. Pour simplifier les écritures, considèrons le cas m = 0 et σ = 1. Soit V le sous-espace vectoriel de R n engendré par e =(1 1) et, par abus, X =(X 1 X n ). Le projecteur orthogonal P sur V est la matrice n n dont tous les coefficients valent 1/n. De ce fait, PX = X n e et (Id P)X = X 1 X n. X n X n.

4 88 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS Comme (Id P)X est la projection orthogonale de X sur l orthogonal de V et X suit la loi N n (0,Id), on déduit du théorème de Cochran (Théorème 7.1.1) que PX est indépendant de (Id P)X, et donc en particulier que X n est indépendant de S 2 n(x), d où (i). De plus, comme V est de dimension 1, (n 1)S 2 n(x)=(id P)X 2 χ 2 n 1 d après le théorème de Cochran, d où (ii). Enfin, (iii) se déduit des résultats précédents, car n X n et (n 1)S 2 n(x) sont indépendantes, et de lois respectives N (0,1) et χ 2 n Tests sur les paramètres d un échantillon Soit (x 1,,x n ) une observation provenant de répétitions indépendantes d une même expérience modélisée par une loi gaussienne sur R. Le modèle statistique qui lui est associé est R n,{n (m,σ 2 ) n } m R,σ>0. L objectif est de construire des tests sur la valeur des paramètres de la loi dont l observation (x 1,,x n ) est issue. Dans la suite de cette section, on note P m,σ = N (m,σ 2 ) n pour m R et σ > 0, et X =(X 1,,X n ) P m,σ. Test de Student On veut construire un test pur de niveau α ]0,1[ dans le problème de test unilatère : H 0 : m m 1 contre H 1 : m < m 1, avec m 1 un réel fixé. En notant comme d habitude, pour une suite de réels u =(u 1,,u n ) : ū n = 1 n n i=1 une région de rejet naturelle pour ce problème de test est de la forme {u R n :ū n s} avec s un seuil à préciser, car H 0 est rejetée lorsque la moyenne u i,

5 7.2. TESTS SUR LES PARAMÈTRES D UN ÉCHANTILLON 89 des observations prend une valeur anormalement petite. Cependant, une telle région de rejet n est pas utilisable car la loi de la statistique X n, en l occurence N (m/n,σ 2 /n), fait intervenir les paramètres inconnus m et σ. On adapte la construction du test à cette contrainte : si t est le quantile d ordre α de la loi T n 1, alors sous H 0 i.e. m m 1 : P m,σ X n m 1 +t S n(x) P m,σ X n m +t S n(x), n n et donc d après le théorème de Fisher (Théorème 7.1.2), P m,σ X n m 1 +t S n(x) n X n m P m,σ n S n (X) t = α, avec égalité lorsque m = m 1. Ainsi, si s n (u) 2 = 1 n 1 n i=1 (u i ū n ) 2, pour la suite de réels u =(u 1,,u n ), le test pur de région de rejet R Student = u R n :ū n m 1 +t s n(u) n, appelé test de Student, est de niveau α. La procédure de décision consiste donc à rejeter H 0 au niveau α lorsque (x 1,,x n ) R Student. Test de Fisher On veut construire un test pur de niveau α ]0,1[ dans le problème de test unilatère de H 0 : σ σ 1 contre H 1 : σ < σ 1, avec σ 1 > 0 fixé. Une région de rejet naturelle pour ce problème de test est de la forme {u R n : s n (u) s} avec s un seuil à préciser, car H 0 est rejetée lorsque la variance empirique prend une valeur anormalement faible. Soit χ le quantile d ordre α de la loi χ 2 n 1. Sous H 0 i.e. σ σ 1 : P m,σ S 2 n(x) χ n 1 σ 1 2 P m,σ Sn(X) 2 χ n 1 σ 2.

6 90 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS D après le théorème de Fisher (Théorème 7.1.2), P m,σ Sn(X) 2 χ n 1 σ 1 2 P m,σ (n 1) S2 n(x) σ 2 χ = α, avec égalité lorsque σ = σ 1. Le test de Fisher est le test pur de région de rejet R Fisher = u R n : s 2 n(u) < χ n 1 σ 1 2. Ce test est de niveau α, et la procédure de décision consiste à rejeter H 0 au niveau α lorsque (x 1,,x n ) R Fisher. 7.3 Test d égalité des moyennes Soient k jeux indépendants x (1),,x (k) d observations réelles et indépendantes, chaque jeu d observation x (i) étant issu de la répétition n i fois d une même loi gaussienne sur R. Supposons que le modèle associé à ces observations vérifie l hypothèse d homoscédasticité, i.e. les variances des k jeux d observations sont les mêmes. L objectif de cette section est de construire un test portant sur l égalité des moyennes dans ces jeux d observations. Dans la suite, chaque vecteur sera implicitement représenté sous la forme d un vecteur colonne ; en particulier, un échantillon de taille n sera un vecteur colonne de R n. Modèle statistique Le modèle statistique décrivant l expérience ci-dessus est un exemple de modèle linéaire gaussien : R n, N (m 1,σ 2 ) n 1 N(m k,σ 2 ) n k m 1,,m k R,σ>0,. Le modèle linéaire gaussien représente une expérience dont l observation de R n est la somme d un effet moyen et d un bruit gaussien. Il s écrit sous la forme : R n,{n n (µ,σ 2 Id)} µ F,σ>0, avec F un sous-espace vectoriel de R n. En général, ce modèle est écrit sous la forme équivalente X = µ + ε, avec µ F, σ > 0 et ε N n (0,σ 2 Id).

7 7.3. TEST D ÉGALITÉ DES MOYENNES 91 si n = n n k. Nous allons en donner une formulation probabiliste plus habituelle. Soient n 0 = 0 et, pour tout i = 1,,k, I i = n 1 + +n i e j, j=n 1 + +n i 1 +1 où e j est le j-ème vecteur de la base canonique de R n. Si m 1,,m k R, notons alors µ = k i=1 m i I i, et X (1),,X (k) des échantillons gaussiens indépendants, de lois respectives N (m 1,σ 2 ) n 1,,N (m k,σ 2 ) n k, avec σ > 0. Chaque échantillon X (i) étant par convention identifié à un vecteur colonne de R n i, le vecteur aléatoire X de R n défini par X = X (1). X (k) suit donc une loi N n (µ,σ 2 Id). Si E est l espace vectoriel engendré par les vecteurs I 1,,I k, on trouve la représentation probabiliste suivante du modèle statistique considéré : X = µ + ε, avec ε N n (0,σ 2 Id), pour µ E et σ > 0. Problème de test Le problème de test portant sur l égalité des moyennes des jeux d observations x (1),,x (k) se formule ainsi : H 0 : m 1 = = m k contre H 1 : il existe i = j tel que m i = m j. Notons V l espace vectoriel de dimension 1 engendré par le vecteur (1 1) de R n. Avec cette écriture, le problème de test ci-dessus s écrit de manière équivalente : H 0 : µ V contre H 1 : µ E \V. La construction du test s appuie sur cette formulation vectorielle du problème de test.

8 92 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS Test d égalité des moyennes Dans la suite, u F désigne la projection orthogonale de u R n sur le sousespace vectoriel F de R n. Pour le problème de test de H 0 contre H 1, une région de rejet naturelle est de la forme {u R n : u E u V s} avec s un seuil à préciser, car H 0 est rejetée lorsque les projections orthogonales de x = x (1). x (k) sur E et V sont significativement différentes, chaque observation x (i) étant par convention identifiée à un vecteur colonne de R n i. Le calcul du seuil s est basé sur la loi de la statistique X E X V sous H 0. Par linéarité de la projection orthogonale, X E = µ + ε E car µ E. De plus, sous H 0, X V = µ + ε V car µ V d où X E X V = ε E ε V. Le théorème de Cochran (Théorème 7.1.1) appliqué au vecteur gaussien ε donne, sous H 0 : X E X V 2 σ 2 χ 2 k 1. Il n est donc pas possible d utiliser directement ce test car la loi sous H 0 de la statistique X E X V dépend de la quantité inconnue σ. Adaptons la construction du test défini ci-dessus à cette contrainte. Comme X X E = ε ε E, le théorème de Cochran appliqué au vecteur gaussien ε montre que X X E 2 σ 2 χ 2 n k. Sous H 0, le théorème de Cochran appliqué au vecteur gaussien ε montre de plus que X X E = ε ε E est indépendant de X E X V = ε E ε V. Notons alors, pour u R n : F(u)= u E u H 2 /(k 1) u u E 2 (n k). Sous H 0, la statistique F(X) suit donc une loi de Fisher : F(X) F(k 1,n k).

9 7.4. RÉGRESSION LINÉAIRE MULTIPLE 93 Reprenant l idée de la région de rejet définie plus haut, on note R moy = u R n : F(u) f, avec f le quantile d ordre (1 α) de la loi F(k 1,n k). Si P µ,σ désigne la loi de X, sous H 0, P µ,σ Rmoy = Pµ,σ F(X) f = α. Par suite, R moy définit un test pur de niveau α dans le problème de test de H 0 contre H 1. La procédure de décision consiste à rejeter H 0 au niveau α si x R moy. 7.4 Régression linéaire multiple Pour motiver le modèle de régression linéaire multiple, considérons le cas d une observation (x 1,,x n ), chaque x i représentant la consommation de l individu i = 1,,n. En première approximation, cette quantité est influencée par de nombreuses causes comme par exemple, l âge de l individu, sa catégorie socio-professionnelle, le cours du pétrole... et, pourquoi pas, la température sur la planète Krypton. Dans ce contexte, chaque x i est la somme d une combinaison linéaire de paramètres influents connus, appelés régresseurs, et de perturbations non observables que l on résume par des variables aléatoires réelles gausiennes. Modèle statistique De manière générale, il s agit de modéliser une expérience dont chaque observation est influencée par des régresseurs, représentés par k vecteurs de R n connus notés R 1,,R k. On impose l hypothèse d homoscédasticité du modèle selon laquelle la matrice de variance de la loi dont l observation est issue est proportionnelle à la matrice identité. En désignant par R =(R 1 R k ) la matrice des régresseurs de format n k, le modèle statistique admet la formulation suivante : X = Rθ + ε,. La convention de la section précédente est adoptée : tout vecteur est implicitement représenté comme un vecteur colonne ; en particulier, un échantillon ou une observation de taille n est un vecteur colonne de R n.

10 94 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS avec ε N n (0,σ 2 Id), θ R k et σ > 0. Il s agit à nouveau (cf section 7.3) d un cas particulier de modèle linéaire gaussien. En réduisant au besoin leur nombre, on peut toujours considérer que les régresseurs sont linéairement indépendants et que, par conséquent, la matrice des régresseurs R est de rang k. Estimation des paramètres Dans ce qui suit, E désigne l espace vectoriel engendré par les vecteurs R 1,,R k. Puisque X E est dans E, il s écrit X E = R ˆθ avec ˆθ un estimateur de θ. On peut décrire explicitement ˆθ en remarquant que, comme X R ˆθ est dans l orthogonal de E, pour tout u R k : Ru,X R ˆθ = 0. Par suite, u,r X R R ˆθ = 0 pour tout u R k et donc R X = R R ˆθ. Puisque R est de rang plein, la matrice R R est inversible, d où ˆθ =(R R) 1 R X. L estimateur ˆθ est sans biais car, si E θ,σ désigne l espérance sous la loi de X : E θ,σ ˆθ = (R R) 1 R E θ,σ X = (R R) 1 R Rθ = θ. Construisons maintenant un estimateur de σ 2. Comme X E = Rθ + ε E, X X E = ε ε E d où X X E 2 σ 2 χn k 2 d après le théorème de Cochran (Théorème 7.1.1). La moyenne de la loi χn k 2 valant n k, l estimateur de σ 2 est donc sans biais. Test de l utilité des régresseurs σˆ 2 = X X E 2 n k

11 7.4. RÉGRESSION LINÉAIRE MULTIPLE 95 Reprenons le problème de modélisation du début de la section : x i, qui représente alors la consommation de l individu i = 1,,n, est influencé par son âge, sa catégorie socio-professionnelle, le cours du pétrole,... et la température sur la planète Krypton. En fait, l influence de la planète Krypton sur la consommation peut l égitimement être contestée... Dans le cadre d une modélisation trop complète, tous les régresseurs n ont pas la même influence, et certains n ont qu une contribution mineure. Nous allons construire un test dans le but de supprimer ces régresseurs à l influence réduite. Pour q = 0,,k 1, on veut tester l utilité des (k q) derniers régresseurs. Cela nous mène au problème de test suivant : H 0 : i = q + 1,,k : θ i = 0 contre H 1 : i = q + 1,,k : θ i = 0. Sous H 0, la matrice des régresseurs utiles R =(R 1 R q ) est la restriction de R à ses q premiers régresseurs. L effet moyen Rθ se trouve alors dans l espace vectoriel V engendré par R 1,,R q, dont la dimension est q car R 1,,R q sont linéairement indépendants par hypothèse. Avec ces notations, le problème de test se réécrit de la manière suivante : H 0 : Rθ V contre H 1 : Rθ E \V. Le principe de construction d un tel test est de rejeter H 0 lorsque les projections orthogonales de l observation sur E et sur V sont significativement différentes. Selon ce principe, une région de rejet naturelle est de la forme {u R n : u E u V s} avec s un seuil à préciser. Mais la loi de X E X V dépend du paramètre inconnu σ. En effet, sous H 0, X V = Rθ + ε V car Rθ V et donc, d après le théorème de Cochran (Théorème 7.1.1) appliqué au vecteur gaussien ε, X E X V 2 = ε E ε V 2 σ 2 χ 2 k q. Or, le théorème de Cochran montre aussi que sous H 0, le vecteur aléatoire ε E ε V = X E X V est indépendant de ε ε E = X X E. Enfin, X X E 2 σ 2 χ 2 n k. En réunissant ces observations, et en notant pour u Rn : F(u)= u E u V 2 /(k q) u u E 2 /(n k), on trouve F(X) F(k q,n k) sous H 0. Si f désigne le quantile d ordre (1 α) de la loi de Fisher F(k q,n k) alors, sous H 0 : P θ,σ F(X) f = α

12 96 CHAPITRE 7. STATISTIQUE DES ÉCHANTILLONS GAUSSIENS avec P θ,σ la loi de X. La région de rejet R regress = u R n : F(u) f nous donne donc un test pur de niveau α pour le problème de test de H 0 contre H 1. Pour l observation x R n, la procédure de décision consiste à rejeter H 0 au niveau α si x R regress.

Examen d accès - 28 Septembre 2012

Examen d accès - 28 Septembre 2012 Examen d accès - 28 Septembre 2012 Aucun document autorisé - Calculatrice fournie par le centre d examen Cet examen est un questionnaire à choix multiples constitué de 50 questions. Plusieurs réponses

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Adrien REISNER 1 Abstract. We here study a couple of algebraic and analytic properties of certain binary matrices in the spaces M n(r). In particular,

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

9. Distributions d échantillonnage

9. Distributions d échantillonnage 9. Distributions d échantillonnage MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v3) MTH2302D: distributions d échantillonnage 1/46 Plan 1. Échantillons aléatoires 2. Statistiques et distributions

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Introduction à l analyse des données. Analyse des Données (1) Exemple, ville et (in)sécurité. Exemple, ville et (in)sécurité

Introduction à l analyse des données. Analyse des Données (1) Exemple, ville et (in)sécurité. Exemple, ville et (in)sécurité Introduction à l analyse des données Analyse des Données () Le but de l analyse de données est de synthétiser, structurer l information contenue dans des données multidimensionnelles Deux groupes de méthodes

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Le Modèle Linéaire par l exemple :

Le Modèle Linéaire par l exemple : Publications du Laboratoire de Statistique et Probabilités Le Modèle Linéaire par l exemple : Régression, Analyse de la Variance,... Jean-Marc Azaïs et Jean-Marc Bardet Laboratoire de Statistique et Probabilités

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Le modèle de régression linéaire

Le modèle de régression linéaire Chapitre 2 Le modèle de régression linéaire 2.1 Introduction L économétrie traite de la construction de modèles. Le premier point de l analyse consiste à se poser la question : «Quel est le modèle?». Le

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Cours 2-3 Analyse des données multivariées

Cours 2-3 Analyse des données multivariées Cours 2-3 des données s Ismaël Castillo École des Ponts, 13 Novembre 2012 Plan 1 2 3 4 1. On s intéresse à un jeu de données multi-dimensionel, avec n individus observés et p variables d intérêt ( variables

Plus en détail

Tests du χ 2. on accepte H 0 bonne décision erreur de seconde espèce on rejette H 0 erreur de première espèce bonne décision

Tests du χ 2. on accepte H 0 bonne décision erreur de seconde espèce on rejette H 0 erreur de première espèce bonne décision Page n 1. Tests du χ 2 une des fonctions des statistiques est de proposer, à partir d observations d un phénomène aléatoire (ou modélisé comme tel) une estimation de la loi de ce phénomène. C est que nous

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Faicel Chamroukhi Maître de Conférences UTLN, LSIS UMR CNRS 7296 email: chamroukhi@univ-tln.fr web: chamroukhi.univ-tln.fr 2014/2015 Faicel Chamroukhi

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009 Projets scilab L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 2 Avril 29 REMARQUE: quelques résultats importants concernant le théorème central limite et les intervalles de confiance sont rappelés dans la

Plus en détail

Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques :

Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques : Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques : applications sur ordinateur GLELE KAKAÏ R., SODJINOU E., FONTON N. Cotonou, Décembre 006 Conditions d application des méthodes statistiques

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II TABLE DES MATIERES CHAPITRE I - COMBINATOIRE ELEMENTAIRE I.1. Rappel des notations de la théorie des ensemble I.1.a. Ensembles et sous-ensembles I.1.b. Diagrammes (dits

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e A. Zerrad 1, R&D, Nexialog Consulting, Juin 2015 azerrad@nexialog.com Les crises financières survenues dans les trente dernières années et les

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

Exercices de simulation 1

Exercices de simulation 1 Licence MIA 2ème année Année universitaire 2009-2010 Simulation stochastique C. Léonard Exercices de simulation 1 Les simulations qui suivent sont à effectuer avec Scilab. Le générateur aléatoire de Scilab.

Plus en détail

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève 30-1- 2013 J.F.C. p. 1 F 1 F 2 F 3 Assez simple ou proche du cours. Demande du travail. Délicat. EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005 Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 X est une variable aléatoire de

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Eléments de statistique Introduction - Analyse de données exploratoire

Eléments de statistique Introduction - Analyse de données exploratoire Eléments de statistique Introduction - Louis Wehenkel Département d Electricité, Electronique et Informatique - Université de Liège B24/II.93 - L.Wehenkel@ulg.ac.be MATH0487-2 : 3BacIng, 3BacInf - 16/9/2014

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

STATISTIQUES. UE Modélisation pour la biologie

STATISTIQUES. UE Modélisation pour la biologie STATISTIQUES UE Modélisation pour la biologie 2011 Cadre Général n individus: 1, 2,..., n Y variable à expliquer : Y = (y 1, y 2,..., y n ), y i R Modèle: Y = Xθ + ε X matrice du plan d expériences θ paramètres

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab

l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab scilab à l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab Tests de comparaison pour l augmentation du volume de précipitation 13 février 2007 (dernière date de mise à jour) Table

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

Outils mathématiques pour le datamining. http://www.elseware.fr/univevry

Outils mathématiques pour le datamining. http://www.elseware.fr/univevry Outils mathématiques pour le datamining http://wwwelsewarefr/univevry Géométrie Distance Distance entre parties Matrice de variance/covariance Inertie Minimisation Probabilités Définition Théorème de Bayes

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Scientifique (ECS) Discipline : Mathématiques- Informatique Seconde année Ministère de l enseignement

Plus en détail

Algèbre 2, Cours de deuxième année de l Université de Bordeaux. Jean-Jacques Ruch 1

Algèbre 2, Cours de deuxième année de l Université de Bordeaux. Jean-Jacques Ruch 1 Algèbre 2, Cours de deuxième année de l Université de Bordeaux 1 1 Institut de Mathématiques Bordeaux, UMR 5251 du CNRS, Université de Bordeaux, 351 cours de la Libération, F33405 Talence Cedex, France

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Chapitre 1 Introduction générale Ce chapitre est consacré à une présentation rapide des méthodes numériques qui sont étudiées en détail dans ce cours Nous y donnons une approche très simplifiée des quatre

Plus en détail

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation.

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation. Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4 Lois limites ; estimation. Exercice 1. Trois machines, A, B, C fournissent respectivement 50%, 30%, 20% de la production d une usine. Les pourcentages

Plus en détail

M1 IMAT, Année 2009-2010 MODELES LINEAIRES. C.Chouquet Laboratoire de Statistique et Probabilités - Université Paul Sabatier - Toulouse

M1 IMAT, Année 2009-2010 MODELES LINEAIRES. C.Chouquet Laboratoire de Statistique et Probabilités - Université Paul Sabatier - Toulouse M1 IMAT, Année 2009-2010 MODELES LINEAIRES C.Chouquet Laboratoire de Statistique et Probabilités - Université Paul Sabatier - Toulouse Table des matières 1 Préambule 1 1.1 Démarche statistique...................................

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Chapitre 3: Variables aléatoires discrètes Espérance-Variance Loi des grands nombres

Chapitre 3: Variables aléatoires discrètes Espérance-Variance Loi des grands nombres Chapitre 3: Variables aléatoires discrètes Espérance-Variance Loi des grands nombres 1 Introduction Le nombre de piles obtenus au cours d une série de n lancers de pile ou face ou plus généralement dans

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

La régression logistique PLS

La régression logistique PLS La régression logistique PLS Michel Tenenhaus Groupe HEC, 78351 Jouy-en-Josas 1 Introduction La régression PLS permet de relier une ou plusieurs variables de réponse y àun ensemble de variables prédictives

Plus en détail

Principales caractéristiques de Mixmod

Principales caractéristiques de Mixmod Modèle de mélanges Principales caractéristiques de Mixmod Gérard Govaert et Gilles Celeux 24 octobre 2006 1 Plan Le modèledemélange Utilisations du modèle de mélange Les algorithmes de Mixmod Modèle de

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

C) Fiche : Espaces vectoriels.

C) Fiche : Espaces vectoriels. C) Fiche : Espaces vectoriels. 1) Définition d'un espace vectoriel. K= I ou est le corps des scalaires. E est un K-espace I vectoriel si et seulement si : C'est un ensemble non vide muni de deux opérations,

Plus en détail

Analyse des données et algèbre linéaire

Analyse des données et algèbre linéaire Analyse des données et algèbre linéaire Fondamentaux pour le Big Data c Télécom ParisTech 1/15 Machine-Learning : Une donnée x i = un ensemble de features (caractères) d un individu i x i = (x i,1,...,

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS Cours de Probabilités Jean-Yves DAUXOIS Septembre 2013 Table des matières 1 Introduction au calcul des probabilités 7 1.1 Espace probabilisable et loi de variable aléatoire........ 8 1.1.1 Un exemple

Plus en détail

Ch.12 : Loi binomiale

Ch.12 : Loi binomiale 4 e - programme 2007 - mathématiques ch.12 - cours Page 1 sur 5 1 RÉPÉTITION D'EXPÉRIENCES INDÉPENDANTES Lancer plusieurs fois un dé et noter les résultats successifs. Ch.12 : Loi binomiale Prélever des

Plus en détail

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : densité de probabilité Exercice 2 : loi exponentielle de paramètre

Plus en détail

Introduction au modèle linéaire général

Introduction au modèle linéaire général Résumé Introductions au modèle linéaire général Retour au plan du cours Travaux pratiques 1 Introduction L objet de ce chapitre est d introduire le cadre théorique global permettant de regrouper tous les

Plus en détail

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 17 Matrices et applications linéaires Sommaire 171 Matrices et applications

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr Géométrie Cours de Licence Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1 Version du 19 janvier 2004 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr 2 Table des matières Table des matières 4 Introduction 5 1 Rappels d algébre

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Cours de Probabilités : Modèles et Applications.

Cours de Probabilités : Modèles et Applications. Cours de Probabilités : Modèles et Applications. Anne Philippe & Marie-Claude Viano 2 Niveau Master Université de Nantes Année 2009-200. Anne.Philippe@univ-nantes.fr 2. Marie-Claude.Viano@univ-lille.fr

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Introduction à la statistique non paramétrique

Introduction à la statistique non paramétrique Introduction à la statistique non paramétrique Catherine MATIAS CNRS, Laboratoire Statistique & Génome, Évry http://stat.genopole.cnrs.fr/ cmatias Atelier SFDS 27/28 septembre 2012 Partie 2 : Tests non

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Guillaume Chauvet École Nationale de la Statistique et de l Analyse de l Information 27 avril 2015 Guillaume Chauvet (ENSAI) Echantillonnage 27 avril

Plus en détail