L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015"

Transcription

1 L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015

2 Table des matières Le volet agriculture des négociations du cycle de Doha Les principaux résultats de Bali en matière d agriculture Les négociations depuis Bali Potentiel(s) résultat(s) à Nairobi

3 Le volet Agriculture Pilier central de Doha pour de nombreux Membres Négociations couvrent principalement 3 piliers (mandat de la Déclaration ministérielle de Doha, 2001): - mesures de soutien interne V (aux agriculteurs) -accès aux marchés -concurrence à l'exportation Le traitement spécial et différentié pour les PED et PMA fait partie intégrante des négociations.

4 Négociations de quoi s agit-il? Négocier l inclusion dans les listes d engagements des Membres des modalités (objectifs, notamment chiffrés) comprenant des éléments relatifs aux règles et qui permettraient l'aboutissement des négociations. Accord des Membres pour s appuyer sur le texte de 2008 du président des négociations de l époque «Rev.4» mais désaccord sur comment l ajuster

5 Principaux résultats de la Conférence ministérielle de Bali Concurrence à l exportation éliminationdes subventions à l exportationet disciplines sur mesures équivalentes- Déclaration- WT/MIN(13)/40 Coton Décision- WT/MIN(13)/41 Détentionstocks publics sécurité alimentaire Décision- WT/MIN(13)/38 amendement à la Boîte verte

6 Décision de Bali: concurrence à l exportation (WT/MIN(13)/40) De quoi parle-t-on? Subventions et autresavantagesconféréspar les programmes de créditset d assuranceà l exportation soutenus par les gouvernements L aide alimentaire Les entreprises commerciales d Etat exportatries

7 Décision de Bali: concurrence à l exportation (WT/MIN(13)/40) Dans l accord, les Membres s engagent politiquement à continuer de réduire les subventions à l'exportation ou à les maintenir basses, le cas échéant. L'objectif final étant de les éliminer totalement Déclaration d intention ferme Non juridiquement contraignante Objectif : que les agriculteurs des PED n aient plus à faire face ni à la concurrence des importations dans leurs pays de produits subventionnés à bas prix, ni aux exportations subventionnées vers des marchés tiers.

8 Décision de Bali : sécurité alimentaire(wt/min(13)/38) Négocier un accord pour une solution permanente pour adoption par la 11ème Conférence ministérielle D ici là, mécanisme intérimaire qui restreint le droit de contestation devant l organe de règlement des différends pour les programmes existants de stockage public à des fins de sécurité alimentaire avec acquisition des produits à prix administré > Notifications et transparence > Anti contournement et sauvegardes > Consultations Programme de travail en vue d accord à MC11 et rapport à la 10ème conférence à Nairobi

9 Décision de Bali: coton ( WT/MIN(13)/41 Réaffirmationdu mandatde négociationsde la Conférenceministériellede Hong Kong (2005) et regret face à l absence de résultats Tendancepositive de la croissanceet améliorationdes résultats du secteur du coton, notamment en Afrique Engagement politique pour renforcer la transparence dansles négociationsliéesaux 3 piliers rapports périodiques sur l aide au développement Non juridiquement contraignante

10 Et après Bali? Déclarationministériellede Bali: «La priorité sera donnée aux questions figurant dans le Paquet de Bali pour lesquelles des résultats juridiquement contraignants n'ont pas pu être obtenus.» (paragraphe 1.11)

11 Négociationspost-Bali Globalement, recentragedu programme de travail sur le développement, notamment sur le volet agriculture G33 ou Amis des produits spéciaux dans le secteur agricole -Coalition de PED souhaitant qu une certaine flexibilité soit ménagée aux PED pour leur permettre d ouvrir leurs marchés de façon limitée dans le secteur agricole 47 Membres de l OMC Questions: Agriculture

12 Le G33 à l OMC

13 Propositions du G33: quelques exemples Proposition du 23 mars 2015 TN/AG/GEN/35/Rev.1 Augmenter les flexibilités existantes pour les PED dans le cadre du Mécanisme de Sauvegarde Spéciale (augmentation temporaire des droits à l'importation visant à compenser une poussée des importations ou une baisse des prix, au titre de dispositions spéciales de l'accord sur l'agriculture) Lier le Mécanisme au volet «concurrence à l exportation» soutien du Groupe africain et le groupe des pays d Afrique, des Caraïbes et du Pacifique Exclure certains produits issus des PED d engagements de réduction de droits de douane

14 Négociationspost- Bali Plusieurs délégations ont indiqué que Mécanisme de Sauvegarde Spéciale, les produits spéciaux et la détention de stocks publics sont des éléments primordiaux. Selond autresdélégations, ilfaudraitplus de temps pour espérerobtenirdes résultatssur cesquestions pour Nairobi

15 Concurrence à l exportation: potential résultat à Nairobi A la dernière réunion des chefs de délégations le 29 octobre, un certain nombre de délégations ont souligné l importance du volet concurrence à l exportation comme potentiel résultat à Nairobi. Pour certaines, sans un tel accord, il leur sera impossible d apporter leur soutien à une quelconque autre décision lors de MC10. Pour d autres délégations, un accord sur la concurrence à l exportation ne peut être isolé d accords sur les deux autres piliers de l agriculture. Selon eux, en tous cas, il est impératif que les ministres donnent pour instruction aux Membres de poursuivre les négociations sur les deux piliers restants.

16 Divergences Certaines délégations s opposent à la proposition du Mécanisme de SauvegardeSpéciale(MSS) dansle cadre de la concurrence à l exportation, notammentle Cairns groupe(20 Membres), qui prône une libéralisation en matière agricole Ilsévoquent: Une avancée contraire au principe de libéralisation (augmentation des droits de douane) Un accord sur la concurrence à l exportation seul présentera déjà des bénéfices alorsque le MSS porteraitatteinteà l équilibre des résultats de Nairobi pour les Membres MSS sans réductionde droits de douanen auraitpas de sens, notamment pour les négociations sur l accès aux marchés

17 Le coton Le 29 octobre, certaines délégations ont appelé à inclure dans une Déclaration ministérielle de Nairobi la question du coton de manière explicite et concrète. Ces délégations espèrent une décision juridiquement contraignante proposition de décisiondu C4 du 12 octobrequi couvre les 3 piliers

18 Merci pour votre attention! Me contacter: Visitez notre site: Suivez-nous:

19 Pilier «Soutien interne» - quels enjeux?

20 Catégoriesde soutieninterne Exempté de réduction Soumis à engagements de reduction, sauf de minimis Effet nul ou minime sur la production Programmes de développement Programmes limitant la production Toute autre forme de soutien De minimis Catégorie verte Art. 6.2 Catégorie bleue Catégorie orange subventions ayant des effets de distorsion des échanges

21 Soutien interne -classification des subventions Effets de distorsion sur les échanges ou la production? Critère de base: si à la suite de la mesure de soutien interne 21 21

22 Actuellement, qui peututiliser quoi? Tous les Membres, sans aucune limite 22 Tous les membres, sans aucune limite Art 6.2 Les PED, sans aucune limite traitement spécial et différencié Les Membres ayant des engagements de réduction sur leur MGS ; les autres jusqu à limite de minimis 5% de la valeur de la prod pour les membres ayant des engagements, 10% pour les PVD 22

23 Négociationscycle de Doha Objectif réductions substantielles du soutien interne ayant des effets de distorsion sur les échanges Le soutien global ayant des effets de distorsion (SGEDE) Nouveaux plafonds par boîtes Plafonds par produit 23

24 Subventions de la catégorie orange: qui peut en accorder? 34 Membres de l OMC se sont engagés à réduire leurs mesures de soutien interne ayant des effets de distorsion sur les échanges (catégorie orange): la mesure globale du soutien total ou MGS. (USA, Canada, Mexique, Suisse, Taipei chinois, Corée, Maroc ) Certains PVD ont souligné à plusieurs reprises le besoin des petites économies vulnérables de bénéficier d un traitement spécial, y compris de préférences commerciales et de périodes plus longues pour l ajustement - flexibilité

25 Soutieninterne post-doha Catégorie orange Catégorie verte Art. 6.2 Catégorie bleue De Minimis

26 Réductions MGS consolidée Formule de réduction étagée Taux de réduction plus élevés pour niveaux de soutien les plus élevés Bande Seuil (US$ milliards) Taux réduction 1 > 40 (UE) 70% (Etats-Unis et Japon) 3 < 15 (autres pays développés) 60% 45% Pays développésavec un niveauélevéde MGS ( 40%) : effort additionnel(japon, Islande, Norvège, Suisse) 26

27 Catégorieverte "... Effets de distorsion des échanges ou de la production nuls ou, au plus, minimes" Critères de base Mesures de la boîte verte peuvent être utilisées sans limites Assistance: - Fournie dans le cadre d'un programme public financé par des fonds publics - N'impliquant pas de transferts de la part des consommateurs - N'ayant pas pour effet d'apporter un soutien des prix aux producteurs

28 Catégoriebleue Les versements directs au titre de programmes de limitation de la production sont exemptés des engagements de réduction: s'ils sont fondés sur une superficie et des rendements fixes; ou s'ils sont effectués pour 85 % ou moins du niveau de base de la production; ou si les versements pour le bétail sont effectués pour un nombre de têtes fixe

29 Traitement spécial et différencié- Article 6:2 Programmes de développement exemptés des engagements de réduction: Subventions à l'investissement qui sont généralement disponibles pour l'agriculture Subventions aux intrants qui sont généralement disponibles pour les producteurs ayant de faibles revenus ou dotés de ressources limitées Soutien destiné à encourager le remplacement des cultures de plantes narcotiques illicites

30 Afrique du Sud Argentine Australie Brésil Bulgarie Canada Chypre Colombie Corée Costa Rica Croatie États-Unis Hongrie Islande Israël Japon Jordanie Lituanie Maroc Mexique Moldova Norvège Nouvelle-Zélande Papouasie-Nouvelle-Guinée Pologne République slovaque République tchèque Slovénie Suisse-Liechtenstein Taipei chinois Thaïlande Tunisie UE Venezuela

31 Propositions: quelques exemples initiaux dans quelle mesure ces subventions devraient être encore réduites? fixer des limites pour des produits donnés plutôt que des limites globales pour tous les produits? Certains pays proposent que les réductions visant les niveaux de soutien élevés soient plus importantes, avec une certaine désagrégation selon les produits (actuellement, les réductions du soutien relevant de la catégorie orange s appliquent globalement à tous les produits). Certains pays veulent qu en fin de compte les subventions relevant de la catégorie orange soient complètement éliminées. Réductions moins importantes pour les PVD

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte,

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Nous, membres d ATN (Africa Trade Network) et d autres organisations

Plus en détail

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 Déclaration de Monsieur Fatiou AKPLOGAN Ministre de l Industrie, du Commerce et de la Promotion

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Position d Alliance Sud sur la X e conférence ministérielle de l OMC Nairobi, 15 18 décembre 2015

Position d Alliance Sud sur la X e conférence ministérielle de l OMC Nairobi, 15 18 décembre 2015 Position d Alliance Sud sur la X e conférence ministérielle de l OMC Nairobi, 15 18 décembre 2015 La ministérielle de Nairobi ne doit pas enterrer le développement La dixième conférence ministérielle de

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités

Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités Dialogue Régional L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges Situation, Défis et Opportunités Mercredi 9 et Jeudi 10 Mars 2005 Ouagadougou Burkina Faso Produits spéciaux

Plus en détail

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009)

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009) PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS non soumis au régime général de l'obligation de visa Franchise 3 mois Franchise 1 mois ALLEMAGNE *** ANDORRE ARGENTINE AUSTRALIE AUTRICHE *** BELGIQUE *** BRESIL BRUNEI BOLIVIE

Plus en détail

L agriculture dans l Organisation Mondiale du Commerce (OMC)

L agriculture dans l Organisation Mondiale du Commerce (OMC) 1 L agriculture dans l Organisation Mondiale du Commerce (OMC) Union Suisse des Paysans, Département économie agraire et relations internationales Mai 2005 1 Du GATT à l OMC L'Accord général sur les tarifs

Plus en détail

Politique économique extérieure:

Politique économique extérieure: Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche / DEFR Secrétairiat d état à l économie Direction des affaires économiques extérieures Politique économique extérieure: Chances et

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement»

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement» Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement». Enjeux et perspectives des négociations sur le Commerce et l investissement... Amadou BA Chef de la Division des Négociations Commerciales Internationales

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe Pour la zone caraïbe du Royaume des Pays-Bas, soit : les éléments territoriaux d Aruba, de Curaçao et de Saint-Martin, et les Pays-Bas

Plus en détail

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT LA CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DE L'OMC DE BALI ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT : LA RÈGLEMENTATION DES SUBVENTIONS AGRICOLES DOIT ÊTRE JUSTE ET ÉQUITABLE Nous présentons ci-dessous un

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada

L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada Le 15 juillet 2014 Sommaire L environnement commercial actuel Le point

Plus en détail

LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX

LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX Bénédicte Hermelin Karine Tavernier Juin 2003 Document réalisé pour le Séminaire de haut niveau sur les enjeux de la conférence ministérielle de Cancun

Plus en détail

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Pays 2 Intérêts 3 Dividendes 4 Redevances

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture biologique en Afrique de l Est

Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture biologique en Afrique de l Est Numéro 18 Octobre-Décembre 2005 Disponible en ligne à: http://www.unep.ch/etb/publications/etbinforbul.php Sommaire Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI. Version du 4 Mai 2012

Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI. Version du 4 Mai 2012 Guichet Unique de la Mobilité Entrante DRI Version du 4 Mai 2012 Objectifs Identification des étudiants, doctorants, stagiaires, chercheurs étrangers accueillis à l INSA Vérification de la conformité par

Plus en détail

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers.

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers. Notice n 29/357 de l'administration fiscale cantonale sur l'imposition à la source des intérêts hypothécaires de personnes qui ne sont ni domiciliées ni en séjour en Suisse (du 19 mars 2013) Valable depuis

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

FICHE TARIFAIRE JUIN 2013

FICHE TARIFAIRE JUIN 2013 FICHE TARIFAIRE JUIN 2013 Internet Très Haut Débit Télévision Numérique HD Téléphonie Fixe ZEOP SAS 39 rue Pierre Brossolette 97420 LE PORT - capital de 500 000 - RCS SAINT DENIS 531 379 295 Les prix sont

Plus en détail

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU FÉVRIER 202, N 7 Cette fiche d information de l ISU présente les dernières données de l enquête sur les films de long

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) constitue une démonstration exceptionnelle des gains que peuvent obtenir des pays ouverts

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Accord de libre-échange Suisse-Chine:

Accord de libre-échange Suisse-Chine: Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d état à l économie SECO Direction des affaires économiques extérieures Accord de libre-échange Suisse-Chine: Importance,

Plus en détail

Des Concepts Sur Mesure

Des Concepts Sur Mesure Des Concepts Sur Mesure Découper avec ALPMA Le monde est si petit... La qualité sans frontières. Filiales : ESPAGNE FRANCE GRANDE-BRETAGNE RUSSIE ALPMA se consacre dans le monde entier au découpage et

Plus en détail

DISPENSE DE VISA EN MOIS Franchise 3 mois par période de 6 mois PAYS

DISPENSE DE VISA EN MOIS Franchise 3 mois par période de 6 mois PAYS AFRIQUE DU SUD ALBANIE ALGERIE ALLEMAGNE *** ANDORRE ANTIGUA-et-BARBUDA ARABIE SAOUDITE ARGENTINE ARMENIE AUSTRALIE AUTRICHE *** BAHAMAS BAHREIN BARBADE BELGIQUE *** BOLIVIE BOSNIE - HERZEGOVINE BRESIL

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 Offre réservée aux particuliers exclusivement ZEOP SAS 39 rue Pierre Brossolette 97420 LE PORT - capital de 500 000 - RCS SAINT DENIS 531 379 295 Les prix sont exprimés en

Plus en détail

DE BALI À NAIROBI : ÉCLAIRAGES SUR LES NÉGOCIATIONS MULTILATÉRALES

DE BALI À NAIROBI : ÉCLAIRAGES SUR LES NÉGOCIATIONS MULTILATÉRALES DE BALI À NAIROBI : ÉCLAIRAGES SUR LES NÉGOCIATIONS MULTILATÉRALES NOTE D ANALYSE DÉCEMBRE 2015 SOMMAIRE I. RAPPEL DES DÉCISIONS DE BALI...5 II. ANALYSE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PAQUET DE BALI...9 III.

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Accord de libre-échange Suisse-Chine

Accord de libre-échange Suisse-Chine Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à l économie SECO Direction des affaires économiques extérieures Accord de libre-échange Suisse-Chine Christian

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES)

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Volet déplacements professionnels L Université et la lutte aux changements climatiques L Université Laval souhaite contribuer à la lutte

Plus en détail

Négociations commerciales internationales

Négociations commerciales internationales Négociations commerciales internationales Bureau des négociations commerciales Juin 2016 Peu de conclusions et d'avancées depuis mi- 2015, mais beaucoup de nouvelles négociations 1. La déclaration de Nairobi

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance Bien que les difficultés relatives à la conformité puissent souvent être résolues au niveau local, la ligne d assistance de RPM International

Plus en détail

Définition des considérations autres que d ordre commercial

Définition des considérations autres que d ordre commercial Solagral Mars 2001 Les agricultures du Sud et l OMC Transparent 9.1 Définition des considérations autres que d ordre commercial Les considérations autres que d ordre commercial recouvrent largement le

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.1/EM.27/1 6 juin 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives > Les synthèses de FranceAgriMer février 2011 numéro5 ÉLEVAGE / VIANDES CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS

SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS Introduction La Société d assurance-dépôts du Canada (SADC) a dépouillé les réponses recueillies dans le cadre de la deuxième

Plus en détail

Nature des revenus Impôt canadien Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Procédure voir chiffres

Nature des revenus Impôt canadien Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Procédure voir chiffres C A N A D A (Etat au 1 er janvier 2014) Index Aperçu des effets de la convention contre les doubles impositions 1 Imputation forfaitaire d'impôt (cf. remarque sous ch. IV) 5 Formule 196 " NR 7 - R Aperçu

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Tableau: Participation des travailleurs au conseil d administration ou de surveillance dans les 31 pays de l Espace Economique Européen

Tableau: Participation des travailleurs au conseil d administration ou de surveillance dans les 31 pays de l Espace Economique Européen ALLEAGNE AUTRICHE SA,SARL, SCA et coopératives de 500 à 2 000 SA, SARL, SCA et coopératives >2 000 entreprises du secteur du charbon et de l acier>1 000 SARL > 300 SA PROPORTION/NOBRE REPRESENTANTS S 1/3

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Augmentation de presque un tiers des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables (211 milliards de dollars)

Augmentation de presque un tiers des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables (211 milliards de dollars) Embargo : 9 h 30 EDT (13 h 30 GMT), jeudi 7 juillet 2011 Le rapport Global Trends in Renewable Energy Investment 2011 (Tendances mondiales de l investissement dans les énergies renouvelables 2011) va être

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À L ASSISTANCE ALIMENTAIRE PRÉAMBULE

CONVENTION RELATIVE À L ASSISTANCE ALIMENTAIRE PRÉAMBULE CONVENTION RELATIVE À L ASSISTANCE ALIMENTAIRE Les Parties à la présente Convention, PRÉAMBULE Confirmant leur engagement continu à l égard des objectifs toujours valables de la Convention relative à l

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC):

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC): CONFERENCE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE CMA/AOC Avenue Bourguiba BP. 15799 Dakar-Fann Tél : (221) 869 11 90 Fax : (221) 825 47 30 Email : cmaoc@cmaoc.org CONFERENCE

Plus en détail

- quel est l impact d une baisse des prix des. matières premières pour les pays en voie de. développement?

- quel est l impact d une baisse des prix des. matières premières pour les pays en voie de. développement? Commerce International Philippe Martin, 2004 - ORGANISATION : - Travaux dirigés une semaine sur deux : 6 séances dont une consacrée au contrôle continu - Documents du cours distribués au 1 er TD - Les

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations sur le commerce. Le commerce est essentiel pour notre secteur agricole

L agriculture canadienne et les négociations sur le commerce. Le commerce est essentiel pour notre secteur agricole L agriculture canadienne et les négociations sur le commerce international a Le 3 mai 2011 Le commerce est essentiel pour notre secteur agricole Une croissance soutenue dépend de la capacité du Canada

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

Exportations de grain canadien et de farine de blé

Exportations de grain canadien et de farine de blé Commission canadienne des grains Canadian Grain Commission MARS CAMPAGNE AGRICOLE 2011- Exportations de grain canadien et de farine de blé 2011- À Tonnes (millions) 10.0 7.0 9.0 6.5 6.0 8.0 5.5 7.0 5.0

Plus en détail

Réf : EO/SGB/JA/TO Le 5 décembre 2012

Réf : EO/SGB/JA/TO Le 5 décembre 2012 Réf : EO/SGB/JA/TO Le 5 décembre 2012 Notification du Directeur exécutif Vingt-septième session du Conseil d administration/forum ministériel mondial sur l environnement (Nairobi, 18-22 février 2013) 1.

Plus en détail

LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : qu est-ce que c est?

LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : qu est-ce que c est? LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : qu est-ce que c est? ATELIER DE LECTURE sur l accord de Partenariat Transatlantique sur le Commerce et l Investissement (TTIP) Parce que dans électeur, il y a lecteur!

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012 Offre Entreprises Colissimo Solution d affranchissement en ligne s applicables au 1 er mars 2012 OFFRE Nationale Colissimo Access F Livraison en boîte à lettres* Colissimo Expert F Colissimo Services F

Plus en détail

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines Texte original Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines 0.822.724.2 Conclue à Genève le 23 juin 1975 Approuvée

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

GATT - 1948 1947 23 (12 11 PVD)

GATT - 1948 1947 23 (12 11 PVD) Le point sur les négociations commerciales et l OMC - historique sur le GATT et l OMC GATT: General Agreement on Tariffs and Trade Origines: négociations après guerre pour créer l organisation Internationale

Plus en détail

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales 18 mars 2015 Pierre Pagesse Président de momagri 1 Le constat momagri : l'exploitation agricole est au cœur de la mondialisation Constat historique

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

- Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale

- Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale Collections Statistiques N 194/2015 Série E : Statistiques Economiques N 84 EVOLUTION DES ECHANGES EXTERIEURS DE MARCHANDISES DE 2004 A 2014 - Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale

Plus en détail

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES ABRÉVIATIONS ET SYMBOLES...vii REMERCIEMENTS...ix AVERTISSEMENT...x AVANT-PROPOS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL...xi RÉSUMÉ ANALYTIQUE...xiii I SITUATION DU COMMERCE EN 2008-2009...

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.5.2014 COM(2014) 297 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS sur

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo Sustainable Development and Trade Issues ICTSD Resource Paper No. 3 Les pays africains et l Accord sur l agriculture Quelle place pour le développement durable? Isabelle Mamaty Economiste du développement,

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail