VERS GENÈVE 9. VIIIième Congrès de la NLS "Fille, mère, femme au XXIième siècle" les juin 2010 à Genève

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VERS GENÈVE 9. VIIIième Congrès de la NLS "Fille, mère, femme au XXIième siècle" les 26-27 juin 2010 à Genève"

Transcription

1 VERS GENÈVE 9 VIIIième Congrès de la NLS "Fille, mère, femme au XXIième siècle" les juin 2010 à Genève Dans cette série de textes préparatoires au Congrès, nous publions aujourd hui deux textes écrits par deux membres de la NLS, Beatriz Premazzi et Despina Andropoulou. Ce sont deux interventions présentées au cours de cette année, lors d une activité de «préparation» : d une part, le «Séminaire NLS Vers le Congrès de Genève», qui s est déroulé de septembre à mai à Genève, animé par Pierre-Gilles Guéguen et Anne Lysy, et consacré au commentaire du texte de Lacan, «Propos directifs pour un Congrès sur la sexualité féminine» (Ecrits) ; d autre part, la journée de préparation au Congrès de l AMP à Athènes, en janvier, organisée par la Société Hellénique et en particulier Nassia Linardou. Beatriz Premazzi présente une référence importante de Lacan dans le chapitre VI des «Propos directifs», intitulée «Le complexe imaginaire et les questions du développement» : il s agit d un des trois articles d Ernest Jones sur la sexualité féminine, «Sexualité féminine primitive», de Lacan y répond point par point dans son texte. Il ranime ici le fameux débat sur la «phase phallique chez la femme» ; il en indique les «glissements conceptuels» et propose une issue aux impasses des théories du développement : le phallus comme signifiant, le complexe de castration comme «synchronie fondamentale». Despina Andropoulou écrit sur «Dieu comme semblant et son Autre face», un titre qui fait écho au titre du chapitre VI du Séminaire de Lacan, «Encore». Son texte nous rappelle que le thème du Congrès de la NLS a été choisi dans le fil de celui de l AMP sur «Semblants et sinthome». Un des points qui nous intéresse particulièrement pour Genève est celui-ci : «Lacan n a pas cessé de souligner la double face de la jouissance féminine dès le départ de son enseignement» ; elle en esquisse brièvement le parcours. Anne Lysy

2 Commentaire de l article «Sexualité féminine primitive», d Ernest Jones Beatriz Premazzi Le motif de cette conférence de 1935, d Ernest Jones, est de mettre en lumière les différences entre l école viennoise et l école anglaise. Ces différences tournent autour du «développement initial de la sexualité, chez la femme en particulier, les origines du surmoi et ses rapports avec le complexe d Œdipe, la technique de l analyse des enfants et la conception d un instinct de mort». Dans cet article, il va développer la question de la sexualité féminine. Jones veut montrer qu il n y a pas deux tendances différentes, partant, deux écoles: la viennoise et la londonienne. Il attribue les différences à un problème de communication: échanges/traductions, tout en disant que les nouvelles idées anglaises ne sont pas suffisamment étudiées à Vienne. Nous verrons par la suite que les divergences sont importantes. Son hypothèse de travail est «qu il y a plus de féminité chez la petite fille que les analystes ne l admettent habituellement et que la phase masculine qu elle peut traverser est plus complexe dans sa motivation qu on ne le pense généralement». Les différences par rapport à Freud concernent l étape phallique de la petite fille que Jones appelle masculine. Pour lui, cette phase obéit à une peur de la féminité aussi bien «que quelque chose de primaire». Il me semble que, pour Jones, «primaire» se réfère à ce qui était déjà là, à l origine, ce qui est «naturel»; c est que Lacan appelle le «préjugé de la dominance du naturel» chez Jones. Jones dit que, pour Freud, il y a d abord l attachement à la mère et qu il s agit là d une attitude masculine. Au cours de son développement postérieur, la fille devra changer «son attitude sexuelle» (masturbation clitoridienne?) et le sexe de l objet de son amour. Il n est pas d accord avec la conception freudienne et y substitue celle de Mélanie Klein, dont les analyses de jeunes enfants «nous ont fait entrevoir une conception tout à fait différente de ce premier stade». La fille est plus féminine au départ pour Jones, parce qu elle suit une tendance à «recevoir» et à «conserver». Et Lacan de pointer que la représentation de la sexualité féminine (refoulée ou non) conditionne sa mise en œuvre; évidemment la doctrine du thérapeute est incluse dans cette représentation. Suivons Jones qui suit Klein. La mère comble les désirs de la petite fille, mais pas complètement, parce que l objet (le sein maternel) est inadéquat ; c est là que l agressivité commence à se manifester. Jones avance que l envie du pénis et le mécontentement à l égard du clitoris ont pour origine cette inadéquation de l objet maternel: un objet plus

3 adéquat prendrait la forme du pénis. C est donc la frustration orale qui provoque le premier désir du pénis. Le pénis qu elle désire a été introjecté par la mère au moyen du coït oral (selon un fantasme infantile), pénis qui appartient au corps de la mère, même si le père est la source de cet objet partiel. Comme la fille imagine que le coït a lieu par «mammalingus» ou par fellation, le père n est qu un rival pour l obtention du lait de la mère. La phase phallique de la fille (Freud) est réduite (reculée, nous dit Lacan) à l agression orale. C est vers la fin de la première année, poursuit Jones, que la fille, en même temps qu elle désire l organe sexuel, développe un amour réellement «féminin» pour le père. Le complexe d Œdipe commence vers la deuxième année, mais il est refoulé et inconscient. C est la «figure composite» des parents qui est importante. Lacan se demande si c est en tant qu image ou symbole que cette figure «hybride» viendrait à se constituer. Le sadisme de la fille envers le contenu du corps de sa mère se développe ainsi que le sadisme oral et urétral, sadisme qui finira par se reporter au corps propre parce qu elle n a pas un organe comme le garçon. L angoisse qui provoque le sadisme sera apaisée plus tard par la satisfaction que lui procurent l extérieur de son corps et ses vêtements. Le garçon trouve un autre exutoire que son organe pour son sadisme et sa haine dans la figure du père tandis que la fille n a que la mère comme rivale. En tant que la mère pourvoit à la satisfaction des besoins essentiels, la fille ne peut pas extérioriser son sadisme et celui-ci est retourné vers l intérieur. Tout ceci expliquera l attachement de la fille à l égard de sa mère et pourquoi il y a refoulement de ce stade du développement. Pour résumer, la phase phallique de la fille est pour Jones une défense contre son agressivité orale envers la mère et l angoisse que cela provoque. La féminité sera refoulée à cause de cette haine pour la mère et la peur qui s y loge. C est à partir de ce premier stade que la conception kleinienne s éloigne de Freud et, comme Jones le dit très bien, cela marque toutes les différences d opinion concernant le développement ultérieur de la femme. À la conception de la phase phallique chez la fille et de la présence du père comme tiers, Jones oppose l idée kleinienne du «mauvais objet d une phallophagie fantastique», pour le dire avec les mots de Lacan. Nous ne savons pas vraiment si cet objet extrait du corps de la mère appartient ou pas au père. Cette phallophagie fantastique est l explication que donne Jones du désir ou de l envie de pénis: pour lui, désir et envie sont équivalents: la petite fille veut dévorer le pénis qu elle croit situé dans le corps de la mère. Cette étape fait aussi partie du complexe d Œdipe, et l angoisse surgira donc comme retour de ce sadisme sur le corps propre. Jones revient toujours à quelque chose qui serait naturel et primaire chez la fille. Le désir de pénis n est pas une tendance masculine mais le désir féminin normal d incorporer le pénis d un homme, d abord par voie orale et après par voie vaginale. Le désir de bébé ne viendra pas comme substitut du phallus, cela concernerait le pénisclitoris de la phase phallique, mais comme substitut du pénis original incorporé oralement.

4 L objet pour Jones (kleinisme) n est pas l objet perdu freudien, il n est pas seulement divisé en deux (le bon pénis et le mauvais pénis, par exemple), mais, également, il peut être retrouvé et donné dans une sorte de compensation. «Le pénis, enfin, peut être utilisé pour être restitué au père châtré, en s identifiant tout d abord avec lui et en élaborant ensuite, en manière de compensation, un pénis intact». Pour le développement ultérieur de la féminité, Jones continue à être en désaccord avec Freud. La disparition de la phase phallique défensive s effectue parce que la fille reconnaît qu il s agit d un fantasme et renonce en faveur d un renforcement du moi. Dans le dernier paragraphe, Jones déploie son idée de la féminité. Pour lui, il y a une «constitution instinctuelle» vers laquelle la féminité évolue. Entre «naître femme» ou «le devenir», il penche clairement pour la premiere option. *

5 Dieu comme semblant et son Autre face Despina Andropoulou Par principe, Dieu dans l enseignement de Lacan est le dieu de la vérité, de la langue qui, comme Autre présupposé, se fonde dans la chaîne signifiante ; c est l Autre en tant que lieu de la parole, de l Instance de la Lettre, c est celui avec lequel Lacan a voulu exorciser sinon laïciser le bon vieux Dieu[1][1], comme il le dira dans Encore, et qu il a nommé «sujet supposé savoir». En tant que tel, il constitue l objet d une foi qui n est que la foi que nous faisons au langage[1][2]. D où son identification avec le dire à sa phrase sentencieuse : «Pour un rien, le dire ça fait Dieu. Et aussi longtemps que se dira quelque chose, l hypothèse Dieu sera là»[1][3]. Avec la métaphore paternelle, Lacan a abordé le père de la création, du nom, de la loi, de l interdit et du complexe de castration qui met en relief le rapport du sujet à son manque. Le nom-du-père «fait émerger le sens de la jouissance énigmatique»[1][4] et constitue le point de capiton qui garantit le rapport entre les signifiants et les signifiés. Sous cet angle, le père est la métaphore d une vérité cachée que le sujet hérite à son insu et refoule. Cet héritage surgit sous forme de symptôme, dont nous avions jadis l espoir que son déchiffrage conduirait à sa levée. Néanmoins, dès 1957, l année du séminaire IV, Lacan aborde les limites de la métaphore paternelle à travers la clinique de la phobie. Si Hans n a plus peur du cheval, «la tache noire autour de la bouche reste un point insoluble un reste[1][5] qui continue à l inquiéter ; la métaphore n est pas sans reste et le symbolique pas sans trou ; on voit là une préfiguration de ce que Lacan développera plus tard avec son objet a»[1][6]. L autre question que la métaphore paternelle laisse ouverte, concerne la sexualité féminine en tant que telle. D. Laurent remarque que l écriture de la métaphore paternelle permet de trouver une solution au problème difficile du passage fondamental de la femme, de la mère comme objet primaire au père comme objet d amour. Elle permet de dire que la première identification est une identification phallique, à partir du moment où le désir maternel est précisément saisi dans le registre phallique. De cette façon, la butée freudienne se déplace de l avoir ou pas à l être, à travers l identification au père. Par contre, la métaphore paternelle ne rend pas compte de la différence des sexes, de la position du père à l égard du phallus et en général de la cause de son désir, l éternisation de la demande d amour de la part de la fille à l égard du père, demande qui dans la clinique apparaît comme glissement de la mère vers le père et le partenaire sexuel[1][7]. Au-delà de l Œdipe, le père idéalisé est destitué au profit du père-partenaire d une femme ; au profit de celui qui, comme Lacan le dira dans RSI, en 1975, «n a droit au respect, sinon à l amour, que si le dit amour, le dit respect, est père-versement orienté, c est-à-dire fait d une femme, objet a qui cause son désir».

6 Dieu comme semblant À travers l élaboration de l objet petit a, Lacan est passé du nom aux noms-du-père, en faisant du père un semblant, tandis que la jouissance obtenue par le fantasme, la jouissance de la castration, la seule possible est telle qu elle ne renvoie pas à l autre. «La jouissance, dira Lacan dans Encore, ne s interpelle, ne se traque, ne s élabore qu à partir d un semblant»[1][8]. Dans son cours De la nature des semblants du 26 février 1992, J.-A. Miller désigne le nom-du-père, le phallus et l objet a en tant que trois noms de la jouissance, trois semblants. Pour le premier, il nous dit qu il s agit du nom qui substitue la jouissance innommable afin de la désigner et à la fois de l absorber, pour une raison précise : nous faire croire que le père l a confisquée. Le père fait semblant de s être approprié la jouissance et le sujet se plaint à lui pour qu il lui la rende. Le phallus est le nom de la jouissance qui donne sa signification à sa perte, tandis que l objet a est son reste, un mythe concernant la façon dont le sujet l a à jamais perdue. L objet a est le nom qui ouvre vers le réel, supporte l être en nommant la jouissance à travers la perte et la castration. À la différence de la métaphore paternelle en tant que semblant qui a rendu la jouissance impossible, la métonymie de la pulsion est réelle et fait que a) le sujet soit toujours heureux, puisque le père et la société n arrivent pas à radicalement annuler la jouissance et b) la jouissance immortelle qui comme nous l enseigne J.-A. Miller, a peut-être donné naissance à la croyance de l immortalité de l âme. Le Dieu du signifiant et celui de la jouissance phallique composent la figure de Dieu et rendent, la jouissance interdite pour Freud et impossible pour Lacan. Si Freud sauve Dieu le Père, Lacan le transforme en un habit qui voile la béance que la jouissance comporte, et se traduit par l absence du rapport sexuel. Le père est un nom qui répond à la question analytique : «Pourquoi il y a-t-il rien et non pas plutôt quelque chose?». Il s agit de la question que, depuis Freud, le sujet pose quand il se trouve devant le traumatisme de la sexualité. C est à ce sens qu il fonctionne comme un semblant, comme S1, voire le semblant par excellence dont on peut se passer à condition de s en servir, comme nous dit Lacan dans RSI ; à savoir, après avoir accepté ses conséquences : la puissance de la pure perte[1][9] et la réponse à celle-ci comme support de notre être[1] [10]. La béance de la jouissance comporte une conséquence supplémentaire pour le sujet en analyse. Elle comporte un trou et «ce trou s appelle l Autre [ ] en tant que lieu où la parole, d être déposée fonde la vérité, et avec elle le pacte qui supplée à l inexistence du rapport sexuel [ ] et que le discours se serait pas réduit à ne partir que du semblant»[1][11]. J.-A. Miller le 4 décembre 1991 désigne le sujet supposé savoir comme un pseudonyme de l inconscient qui se place là où il y a un trou dans le savoir. L inconscient n est rien d autre que l apanage d un sujet, nous dit-il. Au-delà de l amour pour le savoir, il y a le réel, «le mystère de l inconscient»[1]

7 [12]. «L analyste [ ] est celui qui, à mettre l objet a à la place du semblant, est dans la position la plus convenable à faire ce qu il est juste de faire, à savoir, interroger comme du savoir ce qu il en est de la vérité»[1][13]. La jouissance féminine: le Janus biface La femme est Autre à l égard de la jouissance de l Un, parce qu elle entretient un rapport particulier avec le S (A barré), le signifiant qui manque et lui permettrait de dire ce qu est la femme. «Lorsque manque le signifiant, dit D. Laurent, il y a un plus de jouissance» qui a des affinités avec l illimité s opposant à la limitation phallique[1][14]. La castration ne fonctionne pas en tant que limite, à savoir la jouissance ne se localise pas à l organe mais concerne la jouissance du corps, ce qui prouve que le passage de la fille au père n est jamais entièrement réussi. Dès lors, son rapport à la mère reste une affaire ouverte, souvent ravageante. La phrase de D. Laurent, «la pulsion et l amour désignent un registre de la libido pour Freud et pour Lacan de la jouissance sans limites»[1][15], renoue les deux destins de la jouissance féminine qui tend vers l infini ; en même temps, J.-A. Miller dans son cours remarque que «le ravage est l autre face de l amour»[1][16]. La version lacanienne du Phallusneid, de la revendication du phallus en tant que signifiant du désir qui s oppose au Penisneid freudien, traduit la demande incessante des paroles du partenaire. Si l amour selon Lacan est de donner ce qu on n a pas, le paradigme de sa revendication constitue l amour féminin homosexuel, de la façon dont Lacan le commente dans le chapitre VI du séminaire IV «Le primat du phallus et la jeune homosexuelle»[1][17]. Lacan lui attribue des caractéristiques remarquables : amour sacré, amour courtois, Schwärmerei [exaltation] selon Freud. Le particulier de cet amour est ceci : ce qui est désiré est au-delà de la femme aimé, c est justement ce qui lui manque. De l autre côté, il y a la version d après laquelle, «la libido devient le destin d une femme»[1][18]. Il s agit surtout des sujets féminins qui ont une relation particulière avec l objet c est le cas de l anorexie, de la boulimie, de la toxicomanie etc. Dans les deux versions de l illimité, la jouissance féminine dépasse les limites qui lui seraient imposées si sa jouissance était seulement phallique. Lacan n a pas cesse de souligner la double face de la jouissance féminine dès le départ de son enseignement. Dans le séminaire IV, en 1956, il avait prédisposé le public à la diplopie de la femme dans son rapport avec son enfant : «Loin d être harmonique, le rapport de la mère à l enfant est double, d un côté, par le besoin d une certaine saturation imaginaire, et de l autre, par ce qu il peut y avoir en effet de relations réelles efficientes avec l enfant, à un niveau primordial, instinctuel, qui reste en définitive mythique»[1][19]. «L enfant en tant que réel prend pour la mère la fonction symbolique de son besoin imaginaire»[1][20], tandis que «la mère est à la limite du symbolique et du réel»[1][21]. Mais aussi «lors de sa rencontre par l homme, le sujet féminin est toujours appelé à

8 s inscrire dans une sorte de retrouvaille, qui le place d emblée dans une position caractérisée par l ambiguïté des rapports naturels et des rapports symboliques. Cette ambiguïté est précisément ce dans quoi réside, la dimension analytique»[1][22]. Par la suite, en 1958, au chapitre «L homosexualité féminine et l amour idéal» de son écrit Pour un congrès sur la sexualité féminine Lacan souligne : «la sexualité féminine apparaît comme l effort d une jouissance enveloppée dans sa propre contiguïté pour se réaliser à l envi du désir que la castration libère chez le mâle en lui donnant son signifiant dans le phallus»[1][23]. Dans la première partie de la séance unique de son séminaire sur Les Noms-du-Père en 1963, Lacan parle de l au-delà inentamé de la jouissance féminine, incitant «les psychanalystes à regarder de plus près pour voir ce qu il y a dans ces moments d alibi fondamental : un alibi phallique. La femme se sublime en quelque sorte dans sa fonction de gaine, elle résout quelque chose qui va plus loin et reste infiniment au dehors. Aussi bien faut-il indiquer, nous dit Lacan, ce qui se voit de traces de cet au-delà inentamé de la jouissance féminine dans le mythe masculin de son prétendu masochisme»[1][24]. En 1973, nous pourrons dire que Lacan répond à cet au-delà inentamé par le biais de la jouissance des mystiques en constatant : «Cette jouissance qu on éprouve et dont on ne sait rien, n est-ce pas ce qui nous met sur la voie de l ex-sistence? Et pourquoi ne pas interpréter une face de l Autre, la face Dieu, comme supportée par la jouissance féminine? Comme tout cela se produit grâce à l être de la signifiance, et que cet être n a d autre lieu que le lieu de l Autre que je désigne du grand A, on voit la biglerie de ce qui se passe. Et comme c est là aussi que s inscrit la fonction du père en tant que c est à elle que se rapporte la castration, on voit que ça ne fait pas deux Dieu, mais que ça n en fait pas non plus un seul»[1][25]. Toutefois, cette jouissance supplémentaire, qui rend la jouissance féminine bigle, se réalisant à l envi du phallus, inentamée, permet à la femme d avoir une grande liberté à l endroit du semblant, d arriver à donner du poids même à un homme qui n en a aucun et fait d elle l heure de la vérité pour lui, en lui disposant sa place en tant que semblant. «Au regard de la jouissance sexuelle, la femme est en position de ponctuer l équivalence de la jouissance et du semblant. [ ] Nul autre que la femme, car c est en cela qu elle est l Autre, ne sait mieux ce qui de la jouissance et du semblant est disjonctif»[1][26]. La position féminine comme telle est la mise en cause radicale des semblants des noms du père dans la civilisation. Lacan affirme dans Encore qu il croit en Dieu, à la jouissance de la femme en tant qu elle est en plus. Sous cet angle Dieu n existe que comme un des noms du réel, et dans le rapport sexuel a le parfum d une femme : le nombre est singulier comme le sinthome, qui l est aussi. [1][1] Lacan J. (1975), Séminaire livre XX, Encore ( ), éd. Seuil (Essais-Points), p. 89. [1][2] Miller J.-A. Cours d orientation lacanienne du 14 et 21 mai 2003 : Religion, psychanalyse (inédit) [1][3] Lacan J., ibidem p. 59.

9 [1][4] Miller J-A, (2009) «L inconscient et le sinthome», in Revue de la Cause Freudienne, no 71, Au-delà de la clinique. [1][5] Lacan J., (1994) Séminaire IV, Relation d objet, Paris, Seuil, p [1][6]Borie Jacques, «Introduction à la lecture du Séminaire IV», La relation d objet, in [1][7] Laurent D. (2002), Ce qu on appelle le sexe in Quarto no 77 Les effets de la sexuation dans le monde, ACF en Belgique. [1][8] Lacan J., Le Séminaire, Livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975, p. 83. [1][9] Lacan J. (1966), «La signification du phallus» (1958) in Écrits, Paris, Seuil, p [1][10] Lacan J. (1975), Séminaire XX, Encore ( ), Dieu et la jouissance de la femme, Paris, Seuil, [1][11] Lacan J. (1975), Séminaire livre XX, Encore ( ), Du baroque [1][12] Lacan J. (1975), Séminaire livre XX, Encore ( ), Ronds de ficelle [1][13] Lacan J. (1975), Séminaire livre XX, Encore ( ), Le savoir et la vérité [1][14] Laurent D., ibidem. [1][15] Laurent D., ibidem. [1][16] Miller J.-A., «L orientation lacanienne. Le partenaire-symptôme» ( ), leçon du 18 mars [1][17] Lacan J., (1994), Séminaire livre IV, Relation d objet, Paris, Seuil, p. 95. [1][18] Laurent D. ibidem [1][19] Lacan J., (1994) Séminaire livre IV, Relation d objet, Paris, Seuil, p. 70. [1][20] Lacan J., (1994) ibidem, p. 71. [1][21] Lacan J., (1994) ibidem, p. 82. [1][22] Lacan J., (1994) Séminaire livre IV, Relation d objet, Paris, Seuil, p. 95. [1][23] Lacan J., (1966) «Propos directifs pour un Congrès sur la sexualité féminine», in Écrits, p [1][24] Lacan J. (1963), Des Noms-du-Père, Éditions du Seuil, [1][25] Lacan J. (1975), Séminaire livre XX, Encore ( ), «Dieu et la jouissance de la femme», Seuil [1][26] Lacan J. (2006), Séminaire livre XVIII, D un discours qui ne serait pas du semblant ( ), Paris, Seuil, p

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a.

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Il est déjà là dans le stade du Miroir, dans le graphe du désir, dans la

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction Le deuil au féminin Maria Tuiran Rougeon Introduction Lors du séminaire à l étude 1 il y a trois ans, nous avons pris la mesure de la cure analytique en tant qu acte. Acte qui est censé nous mener à un

Plus en détail

Homosexualité féminine

Homosexualité féminine Homosexualité féminine Notre thèse n a pas pour but d aborder la question de la ménopause chez les femmes qui se déclarent homosexuelles ou qui ont pour partenaire sexuel d autres femmes. Non pas que la

Plus en détail

Femmes, mères, filles : l impossible nomination 1 Claude Parchliniak

Femmes, mères, filles : l impossible nomination 1 Claude Parchliniak Femmes, mères, filles : l impossible nomination 1 Claude Parchliniak Une courte séquence, quelques minutes extraites du film d Ingmar Bergman Sonate d automne 2 intéresse notre thème, versus dialogue entre

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

Préface. à l épreuve de leur maternité

Préface. à l épreuve de leur maternité Préface la sexualité des femmes à l épreuve de leur maternité L opinion courante soutient que la féminité d une femme s épanouit dans la maternité et que l enfant, conçu avec l homme objet de son amour

Plus en détail

Vers l écriture de la jouissance sexuelle Marcel RITTER

Vers l écriture de la jouissance sexuelle Marcel RITTER 178 Lacan et les jouissances D un discours qui ne serait pas du semblant (1971) Vers l écriture de la jouissance sexuelle Marcel RITTER Le séminaire intitulé D un discours qui ne serait pas du semblant,

Plus en détail

Qu est-ce que devenir femme? Étapes et arrêts éventuels dans ce devenir*

Qu est-ce que devenir femme? Étapes et arrêts éventuels dans ce devenir* Thérèse Thévenard Qu est-ce que devenir femme? Étapes et arrêts éventuels dans ce devenir* Selon Freud, le devenir femme est avant la puberté ; il s agit non d une évolution mais de «tournants 1» qui sont

Plus en détail

INTRODUCTION PREMIERE PARTIE : L AMOUR ENTRE IMAGINAIRE ET SYMBOLIQUE

INTRODUCTION PREMIERE PARTIE : L AMOUR ENTRE IMAGINAIRE ET SYMBOLIQUE 1 L AMOUR L APRÈS-MIDI INTRODUCTION PREMIERE PARTIE : L AMOUR ENTRE IMAGINAIRE ET SYMBOLIQUE Voici comment cet après-midi va se dérouler. Je vais commencer par une première partie d introduction qui a

Plus en détail

Qu est-ce qu un symptôme névrotique? Vicente Palomera 1

Qu est-ce qu un symptôme névrotique? Vicente Palomera 1 Anna O (B. Pappenheim) Qu est-ce qu un symptôme névrotique? Vicente Palomera 1 Comme vous allez travailler cette année la question «Qu est-ce qu une névrose?», j ai pensé aborder la question du symptôme.

Plus en détail

Le transfert, sa «liquidation» et le désir de l analyste

Le transfert, sa «liquidation» et le désir de l analyste Le Bulletin Freudien nº 48 Septembre 2006 Le transfert, sa «liquidation» et le désir de l analyste Nicole Stryckman «Quant au transfert, il est une véritable croix. Ce qui dans la maladie agit avec une

Plus en détail

La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932

La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932 1 La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932 J ai découpé ces courts exposés de Freud «sur la sexualité féminine» écrit en 1931 et 1932 en quatre parties : une première partie où Freud s attache au

Plus en détail

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi?

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? C est un lieu commun de nos jours que d associer adolescence et crise, comme allant presque de soi, tout naturellement,

Plus en détail

Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie

Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie Le Bulletin Freudien nº 37-38 Août 2001 Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie Marie Christine Laznik Crise du milieu de la vie On entend souvent dire qu au moment de la crise

Plus en détail

a comme amour* Frédérique de Oña Mensuel 20

a comme amour* Frédérique de Oña Mensuel 20 Frédérique de Oña a comme amour* D où vient, où naît Amour? Quel est son lieu propre, où demeure-t-il? Est-il substance, accident ou souvenir? Est-il causé par les yeux ou est-il volonté du cœur? D où

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

Une mémoire en cadeau

Une mémoire en cadeau Une mémoire en cadeau Laure THIBAUDEAU La passe, en tant que moment, est une nécessité du processus analytique. Encore le sujet doit-il y consentir. Parce qu il peut décider de rester du côté de son aliénation

Plus en détail

Une femme, à venir de la fille Danièle Lacadée-Labro

Une femme, à venir de la fille Danièle Lacadée-Labro Une femme, à venir de la fille Danièle Lacadée-Labro La petite fille, selon Freud, tire d emblée la conséquence de la différence anatomique entre les sexes : elle a vu, elle sait, elle veut l avoir. Avoir

Plus en détail

L être de la couleur Nicolas Dissez

L être de la couleur Nicolas Dissez L être de la couleur Nicolas Dissez Mon titre, «L être de la couleur», provient de cette assertion pour le moins surprenante de la leçon du 9 mars 1976 du Sinthome : «Dans le sexe, il n y a rien de plus

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

De l'actualité du trauma et de ses modes de sédation

De l'actualité du trauma et de ses modes de sédation De l'actualité du trauma et de ses modes de sédation Elise Aurin 1 Lacan, dans Les complexes familiaux, rappelait que la psychanalyse est venue à Freud en un temps qui voyait s accomplir un bouleversement

Plus en détail

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Quelle satisfaction marque la fin d analyse?

Quelle satisfaction marque la fin d analyse? Patrick Barillot Quelle satisfaction marque la fin d analyse? «Le mirage de la vérité, dont seul le mensonge est à attendre (c est ce que l on appelle la résistance en termes polis) n a d autre terme que

Plus en détail

RÉVOLUTION DU SYMPTÔME

RÉVOLUTION DU SYMPTÔME Sidi ASKOFARÉ LA RÉVOLUTION DU SYMPTÔME Il me revient, redoutable privilège, de ponctuer cette série de conférences que vous avez organisez autour de notre thème de l année : «Que faisons-nous des symptômes?»

Plus en détail

INTERPRÉTER L ENFANT

INTERPRÉTER L ENFANT INTERPRÉTER L ENFANT par Jacques-Alain Miller Quel titre donner à la prochaine Journée de l Institut de l Enfant qui se tiendra en 2015*? Ce qui m a guidé, c est une chose très simple. Ayant passé beaucoup

Plus en détail

coupure, de pouvoir être fantasmé comme séparé du corps : l objet a, l objet

coupure, de pouvoir être fantasmé comme séparé du corps : l objet a, l objet Annie Staricky Questions sur la nomination 1 Le nom, Analyste de l École, A.E., signifie que le passant a transmis, dans le dispositif de passe, les franchissements qui l ont conduit à devenir analyste

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE I. F. A. P. P. Institut de Formation A la Psychanalyse et la Psychothérapie analytique AIX-en-PROVENCE - MARSEILLE - ORANGE FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE RESPONSABLE DES FORMATIONS : Philippe

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

L'identification au symtôme ou pire

L'identification au symtôme ou pire Journée du 10 juillet 1999 Versions du symptôme Colette Soler L'identification au symtôme ou pire Mon exposé porte sur la version du symptôme qui est en jeu dans la notion d identification au symptôme.

Plus en détail

Sur la transcription du séminaire Encore

Sur la transcription du séminaire Encore Le Bulletin Freudien n 56 Juillet 2010 Sur la transcription du séminaire Encore Chantal Gaborit-Stern Au fil de la transcription du séminaire Encore, nous nous sommes heurtés à un certain nombre de difficultés

Plus en détail

Y-a-t il une fonction maternelle?

Y-a-t il une fonction maternelle? ALEXANDRE STEVENS Y-a-t il une fonction maternelle? Que le père et la mère soient d une certaine façon impliqués quand on parle de psychose et de névrose paraît aller de soi, spécialement dans le champ

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

La clinique psychanalytique dans une institution d enfants*

La clinique psychanalytique dans une institution d enfants* ALEXANDRE STEVENS La clinique psychanalytique dans une institution d enfants* L intervention de psychanalystes dans les institutions d enfants n est pas neuve. Elle s est instaurée de manière d autant

Plus en détail

Ce bien pas comme les autres

Ce bien pas comme les autres Ce bien pas comme les autres M.J.D Orazio-Clermont Introduction Dans une cure, le patient comme l analyste peuvent parler de tout. L argent fait partie de ces questions que l on aborde pendant les entretiens

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

PROPRETÉ (et saleté? ): du clivage à l ambivalence

PROPRETÉ (et saleté? ): du clivage à l ambivalence PROPRETÉ (et saleté? ): du clivage à l ambivalence www.taneb.org 1 Approche clinique, par Jean-Pierre BÉNAT, Psychologue-Clinicien STATISTIQUES Propreté nocturne 20% à 3 ans, 80% à 4 ans, 90% à 5 ans.

Plus en détail

Un Dieu autre? Une lecture de Simone Weil

Un Dieu autre? Une lecture de Simone Weil Jean-Claude Battarel Un Dieu autre? Une lecture de Simone Weil Au-delà de la plainte, se font entendre dans les cures silence et solitude. Il y a bien sûr la solitude sociale, mais aussi une autre solitude

Plus en détail

Lydie Grandet. Surmoi et féminin*

Lydie Grandet. Surmoi et féminin* Lydie Grandet Surmoi et féminin* Jordanne est une jeune femme qui a réussi : elle a quitté, jeune, le foyer familial pour suivre des études, qui l ont conduite d abord à Paris puis à l étranger où elle

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

La création: l'inconscient à l œuvre Bernard Nominé

La création: l'inconscient à l œuvre Bernard Nominé La création: l'inconscient à l œuvre Bernard Nominé Je remercie Élisabeth Baillon d avoir accepté mon invitation à venir nous parler de son expérience de création. C est assez rare qu un artiste accepte

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Théorie de la personnalité 20/10/03

Théorie de la personnalité 20/10/03 Théorie de la personnalité 20/10/03 Modèle théorique de la réalité psychique de Freud (subjectivité à travers des relations d intersubjectivité. Une des mauvaises qualités de cette relation est de na pas

Plus en détail

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine GUIDE PROTÉINÉ SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS Texte de Colossiens à lire Colossiens 1.111 (Lisez ce passage chaque jour de la semaine, c est la meilleure manière de l apprendre par cœur) Sujets de prière

Plus en détail

Journée du Forum. Concetta Ciuro. Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Mensuel 88. Retour au sommaire

Journée du Forum. Concetta Ciuro. Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Mensuel 88. Retour au sommaire Concetta Ciuro Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Dans un premier temps, en lisant le cours de Colette Soler «L encorps du sujet 1», j ai été interpellée par cette

Plus en détail

Questions à Robert Lévy La formation du psychanalyste et les associations psychanalytiques

Questions à Robert Lévy La formation du psychanalyste et les associations psychanalytiques Questions à Robert Lévy La formation du psychanalyste et les associations psychanalytiques Alessandra Guerra: Le monde psychanalytique est un peu «fermé», à Votre avis? Robert Lévy: Oui, sinon on reste

Plus en détail

LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I

LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I Module théorique n 2 de Relation d aide LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I Toute reproduction partielle ou totale est interdite sans autorisation écrite des auteurs. SOMMAIRE I HISTORIQUE ET DEFINITION... 3 1.1

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

Revue de Presse AVIGNON 2014

Revue de Presse AVIGNON 2014 Revue de Presse AVIGNON 2014 1 2 3 4 5 6 7 8 PRESSE PARIS «Célimène et le Cardinal» : sur la corde raide Jacques Rampal est un auteur de théâtre confirmé. Il le fallait pour s attaquer simultanément

Plus en détail

La France catholique face à l'islam

La France catholique face à l'islam La France catholique face à l'islam Texte intéressant de Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers et Président de l Observatoire Foi et Culture (OFC) à propos du livre de Pierre Manent, Situation de

Plus en détail

Le transfert, de Freud à Lacan

Le transfert, de Freud à Lacan Le transfert, de Freud à Lacan Juan Pablo Lucchelli To cite this version: Juan Pablo Lucchelli. Le transfert, de Freud à Lacan. Psychology. Université Rennes 2, 2007. French. HAL Id: tel-00204461

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE fait son cinéma Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005.

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005. UN MOT DEUX PASSES Mireille Scemama Toulouse, décembre 2005. Freud et Lacan sont morts. La psychanalyse, elle, reste. La psychanalyse se transmet. Mais seule la pratique ne suffit pas à justifier son existence.

Plus en détail

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates Avec le support de Bernard Baert, Senior Consultant, A-Th. & Associates Et André Thioux, Fondateur A-Th & Associates

Plus en détail

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Le développement psychologique I: de 0 à3 ans Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Plan 1. Les définitions et les

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Laetitia Heslouis Membre de l ONS, Responsable de l Enquête Directrice de Czazen DU Paris V : Stress & Risques Psychosociaux Certifiée

Plus en détail

Lacanienne de psychanalyse

Lacanienne de psychanalyse "L'analyste ne s'autorise que de lui-même" Jacques Tréhot Lacanienne de psychanalyse Ce titre résonne comme un titre boursier dont il s agirait d établir la cotation dans notre société marchande. Mais

Plus en détail

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales De la pédiatrie à la psychanalyse Donald Wood Winnicott Biographie Plymouth 1896 Londres 1971 Etudes médicales 1923 analyse avec James Strachey 1933 seconde analyse avec Joan Rivière Supervision avec Mélanie

Plus en détail

Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques

Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques Informations générales Année de production : 2009 Pays : Langue : Age

Plus en détail

PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!»

PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!» PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!» L activité pédagogique Les petits découvreurs de la s exualité! comporte quatre capsules, chacune abordant

Plus en détail

LILLE 2009. QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image.

LILLE 2009. QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. LILLE 2009 HYPNOSE Application au couple en difficultés sexuelles JOELLE MIGNOT Psychologue Sexologue Clinicienne Praticienne de l hypnose clinique Rédactrice en chef de la revue Sexualités Humaines Qu

Plus en détail

DE L AMOUR COURTOIS A LA SUBLIMATION

DE L AMOUR COURTOIS A LA SUBLIMATION DE L AMOUR COURTOIS A LA SUBLIMATION «L Amour Courtois est un paradigme de la sublimation.» 1 «L Amour Courtois est aussi un discours sur l impossible d aimer.» 2 Si Lacan a choisi cet exemple pour appréhender

Plus en détail

ASSOCIATION FREUDIENNE DE BELGIQUE (AFB)

ASSOCIATION FREUDIENNE DE BELGIQUE (AFB) ASSOCIATION FREUDIENNE DE BELGIQUE (AFB) Présidente : Anne Joos Avenue de Roodebeek, 15, 1030 Bruxelles Site : association-freudienne.be BRUXELLES - Local de l AFB Préparation du Séminaire d été Tenants

Plus en détail

David Bernard. Le savoir de l adolescence *

David Bernard. Le savoir de l adolescence * David Bernard Le savoir de l adolescence * Nous pourrions croire Lacan peu disert sur la question de l adolescence. Je voudrais ici faire valoir ma surprise de découvrir que cela ne fut pas le cas. Certes,

Plus en détail

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman.

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman. Catéchèse 6 Pages 48 à 56 À prévoir avant la catéchèse Coin de prière avec Bible et cierge (briquet pour allumer le cierge) Un manuel pour chaque enfant Signets avec les devoirs à faire à la maison Hosties

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

aux troubles alimentaires!

aux troubles alimentaires! Il faut être au courant des mythes et réalités reliés aux troubles alimentaires! Cette activité s inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires de 2015. L activité

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Deux destins pour le sujet : identifications dans la névrose et pétrification dans la psychose

Deux destins pour le sujet : identifications dans la névrose et pétrification dans la psychose ALEXANDRE STEVENS Deux destins pour le sujet : identifications dans la névrose et pétrification dans la psychose Entre la carence du père chez le psychotique et l impuissance où l hystérique tient le père,

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Prédication du dimanche 27 sept. 2009

Prédication du dimanche 27 sept. 2009 Prédication du dimanche 27 sept. 2009 par le pasteur Stefan Wild Texte principal : Marc 10.1-12 Autre texte : Deutéronome 24.1-4 Ça ne vous est jamais arrivé, lorsque vous assistiez à un mariage et que

Plus en détail

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation 2 e cycle du secondaire OPTIONS Arts plastiques ou Arts plastiques et multimédia Fou de la pub ou pub de fou! Cahier de l élève Nom : SAÉ rédigée par Lyne Meloche pour le - 1 - Tâche 1 Je prends le temps

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Mario Binasco. Prélude

Mario Binasco. Prélude Mario Binasco Prélude J. Lacan en 1967 écrivait cette phrase assez énigmatique qui m a toujours frappé : «C'est quand la psychanalyse aura rendu ses armes devant les impasses croissantes de notre civilisation

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Quelques mécanismes de défense

Quelques mécanismes de défense Quelques mécanismes de défense Le déni Se protéger d'une réalité désagréable en refusant d'en admettre l'existence. Agir comme si les symptômes de la maladie n'existaient pas. L'évitement Se cacher la

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations

Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations Aperçu Dans cette activité, les élèves mettront en pratique leurs compétences linguistiques tout en faisant

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

La jeune homosexuelle

La jeune homosexuelle PHILIPPE HELLEBOIS La jeune homosexuelle Freud commence son texte de 1920 * Sur la psychogenèse d un cas d homosexualité féminine + en posant ce double constat: l homosexualité féminine, bien qu aussi

Plus en détail