Le KOF Centre de recherches conjoncturelles de l EPF Zurich a 75 ans. Recherche scientifique et indépendante depuis 1938

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le KOF Centre de recherches conjoncturelles de l EPF Zurich a 75 ans. Recherche scientifique et indépendante depuis 1938"

Transcription

1 Le KOF Centre de recherches conjoncturelles de l EPF Zurich a 75 ans Recherche scientifique et indépendante depuis 1938

2 Sommaire KOF : 75 ans 2 Editorial 3 Les temps forts du KOF, vus par ses directeurs 4 Eugen Böhler 4 Hans Würgler 5 Bernd Schips 6 Jan-Egbert Sturm 8 Historique du KOF 10 Recherche pour la société 12 Mesure et analyse de la conjoncture 12 Observation de la mutation structurelle 14 Connexions du KOF 16 Organigramme du KOF 18 Rapports du KOF depuis 1938 (en haut) Réunion de prévision (en bas)

3 3 KOF : 75 ans Editorial Le KOF Centre de recherches conjoncturelles de l EPF Zurich fête en 2013 son 75ème anniversaire. Il figure sans aucun doute parmi les plus anciens instituts de recherche économique au monde. Né du besoin de fournir une juste appréciation de l évolution économique de la Suisse, il est toujours demeuré fidèle à ce principe initial. Pour le développement à moyen et à long terme de l économie suisse, d autres préoccupations dominantes du KOF, tels l innovation, l internationalisation et le cadre légal et politique, revêtent une importance capitale. Là encore, nous nous appuyons sur nos enquêtes menées auprès des entreprises, mais aussi sur des analyses empiriques fondées sur des modèles. Aujourd hui, le KOF est synonyme d institut de recherche tourné vers l avenir et voué à l analyse de l évolution de l économie suisse à court et à long terme. Nous prenons le pouls de l économie, abordons des questions pertinentes du point de vue politique, économique et social, utilisons notre compétence universitaire pour trouver des solutions poli tiquement indépendantes et encourageons l échange d idées entre les économistes et un large public. Le KOF jette des ponts entre les sciences économiques et l opinion publique, tout en exerçant une fonction de catalyseur et de révélateur. Pour pouvoir encore satisfaire à nos exigences de qualité pour les 75 années à venir, il importe d entretenir cette base avec soin et de promouvoir la recherche appliquée à l économie nationale. Le KOF entend jeter d autres ponts et offrir une plateforme de débat sur les questions économiques. Dans l espoir d un avenir riche en acquis Depuis sa création en 1938, l activité du KOF repose sur les sondages d entreprises, une base qui n a cessé de s élargir au fil des ans. Nos enquêtes constituent une source d information unique pour le public, les chercheurs et nous-mêmes. Sur elles se fondent de nombreux projets de recherche, et l établissement de nos prévisions conjoncturelles ne pourrait s en passer. Jan-Egbert Sturm Directeur KOF Centre de recherches conjoncturelles Présentation des prévisions du KOF par Jan-Egbert Sturm

4 LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Eugen Böhler ( ) Directeur du KOF Eugen Böhler 4 Après la création de la Société suisse pour la recherche économique (Société suisse pour la recherche conjoncturelle, par la suite), Eugen Böhler, secondé par seulement deux assistantes et deux scientifiques, commença en 1938 à rédiger des rapports conjoncturels concernant les pays et les marchés à l Institut de recherche économique (plus tard, Centre de recher ches conjoncturelles). En bénéficiaient les entreprises qui faisaient partie de la Société. Eugen Böhler avait pour souci majeur d entretenir le contact avec ces entreprises. Il débutait systématiquement les réunions mensuelles de l ERFA (Groupe d échange pour l observation conjoncturelle), créé en 1937, par un bref exposé sur la situation économique. Durant les années de guerre , des problèmes confidentiels liés au gouvernement y étaient souvent débattus. L ERFA donna le jour au «test conjoncturel», une enquête périodique menée auprès des entreprises membres. Le cercle des participants ne cessa de s étendre, y compris au-delà des membres de la société. Conseiller en politique économique auprès de la Confédération En tant qu un des premiers membres de la Commission de recherches économiques, Eugen Böhler fut de plus en plus impliqué à titre de conseiller dans la politique économique de la Confédération. Cette fonction fut à l origine de diverses expertises portant sur des réglementations liées à la politique conjoncturelle, monétaire, financière ou agricole ainsi qu au marché de l emploi et au marché immobilier. Multiples centres d intérêt Les nombreuses activités d Eugen Böhler dans l enseignement, la recherche et le conseil se traduisirent par d innombrables exposés et publications. En 1944 parut son manuel «Grundlehren der Nationalökonomie». Bon nombre de ses publications figurent dans l ouvrage «Der Mythus in Wirtschaft und Wissenschaft», publié en Ses centres d intérêt dépassaient toutefois largement le cadre économique. En témoigne la plaquette «Kultur und Wirtschaft» qui lui fut consacrée à l occasion de son 70ème anniversaire. Son amitié avec Carl Gustav Jung, fondateur de la psychologie analytique, suscita chez lui un vif intérêt pour la psychologie et la philosophie, ce qui engendra des publications telles que «Ethik und Wirtschaft» ou «Das Gewissen im Wirtschafts leben». Hommage Eugen Böhler fut un pionnier non seulement dans l analyse conjoncturelle en Suisse, mais aussi dans les sciences économiques en tant que science sociale interdisciplinaire. Il s intéressait tout particulièrement à l être humain en tant qu acteur conscient et inconscient de l économie. Il fut l un des premiers défenseurs de la théorie des circuits économiques, laquelle englobe l ensemble des processus d échange entre les entreprises et les ménages. Par la suite, Eugen Böhler se focalisa davantage sur le comportement des divers acteurs économiques. Il s intéressa de plus en plus à l observation conjoncturelle systématique et fut l un des premiers à expliquer les développements macroéconomiques à un niveau microéconomique. Il explora ainsi les problèmes de la dynamique économique en complément de la théorie statique. Premier site du KOF : Universitätstrasse 1, Zurich (Texte : Hans Würgler)

5 5 Hans Würgler Durant mon mandat de directeur du KOF, j ai appliqué plusieurs modèles de direction, en fonction des données institutionnelles, pour tenir compte le mieux possible de la structure du personnel dans la recherche et l information. Il s agissait en outre d organiser des manifestations intéressantes pour les membres de la Société suisse pour la recherche conjoncturelle (SGK). Conseils et expertises multiples La participation aux travaux des commissions de la Confédération engendra souvent des mandats d exper tise, par exemple dans le domaine de la politique financière, de l évolution du marché immobilier, de la sécurité sociale, du marché de l emploi ou de la politique salariale. Le KOF effectua également des études structurelles. LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Emergence du KOF Dans toutes les phases de développement du KOF, je devais évoluer dans un cadre financier restreint. Les progrès suivants ont toutefois été accomplis : Extension constante des enquêtes conjoncturelles, basées tant sur un plan sectoriel, qu avec des évaluations cantonales et régionales Coopération avec l Université de Genève, création du Centre romand d observation et d information sur la situation économique (CROISÉ) (présentation des prévisions du KOF en français en Suisse romande) Intégration dans le réseau international des instituts de conjoncture (AIECE) Participation régulière au congrès du CIRET (Centre for International Research on Economic Tendency Surveys) Mise en place d un modèle économétrique pour la simulation prévisionnelle de la conjoncture suisse Début de la mise sur pied d une recherche structurelle suisse (modèle à 4 secteurs) Le lien entre la direction du KOF et la présidence de la Commission pour les questions conjoncturelles (CQC) de la Confédération donna lieu en 1968 à un vaste mandat de recherche pour le KOF, qui fut au centre de mes activités. La Parlement fédéral confia au KOF la mission d élaborer les bases d une politique de la Con fédération en matière de conjoncture et de croissance. Il devait en résulter la formulation d un nouvel article de la Constitution sur la politique conjoncturelle. Article conjoncturel dans la Constitution La CQC boucla son rapport en 1971 et le publia en Le projet d article constitutionnel fut ensuite transmis par le Conseil fédéral à un groupe de juristes chargé de la formulation définitive d une révision de l art. 31. Cette version du nouvel article conjoncturel fut soumise à la votation populaire le 2 mars 1975 : malgré une majorité populaire pour, le Conseil des Etats désavoua cette votation. Il fallut que le conseiller fédéral Ernst Brugger et moi-même révisions notre copie en tenant compte des critiques. La version corrigée fut ensuite approuvée lors de la votation du 26 février Cet article fut repris tel quel lors de la révision de la Constitution fédérale le 18 avril 1999 et porte désormais le numéro 100, sous le titre «politique conjoncturelle» (voir encadré à droite). Hans Würgler Directeur du KOF Constitution fédérale de la Confédération suisse Art. 100 Politique conjoncturelle (Abs. 1 3) 1 La Confédération prend des mesures afin d assurer une évolution régulière de la conjoncture et, en particulier, de prévenir et combattre le chômage et le renchérissement. 2 Elle prend en considération le développement économique propre à chaque région. Elle collabore avec les cantons et les milieux économiques. 3 Dans le domaine du crédit et de la monnaie, du commerce extérieur et des finances publiques, elle peut, au besoin, déroger au principe de la liberté économique. Deuxième site du KOF : Scheuchzerstrasse 66/68, Zurich

6 LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Bernd Schips Directeur du KOF Bernd Schips 6 La période fut marquée par de grands défis tant pour le personnel du KOF que pour sa direction. Le KOF constituait certes pour bon nombre d entreprises et de services publics la principale instan ce susceptible de répondre aux questions d économie nationale. Les analyses et les prévisions élaborées par le KOF de même que les services rendus aux membres de la Société suisse pour la recherche conjoncturelle (SGK) étaient très appréciés. Mais dès le milieu des années 1970, et surtout dans les années 1980, des instituts financiers et de grandes entreprises industrielles développèrent progressivement leur propre service économique. De même, les pouvoirs publics étendirent leurs capacités à l analyse et à la prévision des développements économiques. Certaines banques conçurent leurs propres indicateurs conjoncturels et procédèrent à une très large diffusion des résultats de leurs enquêtes. Avec le durcissement de la concurrence sur ce marché spécifique des analyses économiques et l accès gratuit à un volume croissant d informations sur l évolution actuelle et probable de l économie suisse et étrangère, l intérêt du secteur économique à un cofinancement du KOF s est réduit. Le KOF, institut indépendant Grâce au soutien de la SGK et de l EPFZ, une «réorientation» put toutefois être amorcée en Le KOF devait être perçu par la classe politique, l économie et l opinion publique comme un institut indépendant des intérêts spécifiques et voué à une recherche économique empirique. L objectif consistait en premier lieu à fournir à nouveau des services au profit de l économie suisse. Analyse renforcée des données Une première approche importante dans cette direction consista à sensibiliser le personnel au problème du traitement des données et des mesures, omniprésent en économie. Dans les travaux du KOF, il importait de mettre davantage l accent sur la description détaillée des processus économiques et des institutions existantes ainsi que des corrélations entre les données statistiques. Les connaissances en techniques de modélisation et en méthodes statistiques constituaient une partie des qualifications requises. Le savoir lié aux limites inhérentes d un modèle et aux prérequis de l application d un processus statistique donné constituait l autre volet, tout aussi important, des qualifications exigées de nos collaborateurs. Cette évolution offrit à de jeunes scientifiques de Suisse et de l étranger la possibilité de se perfectionner en recherche économique empirique et d acquérir des expériences pertinentes, utiles à la poursuite de leur carrière. Troisième site du KOF : Weinbergstrasse 35, Zurich

7 7 Bernd Schips Contrôle systématique de la qualité En raison de cette réorientation, l élaboration des données de base et la vérification systématique de la qualité des données statistiques devinrent un aspect essentiel du travail. En collaboration avec l Office fédéral de la statistique, le KOF s efforça de compléter et d améliorer les comptes nationaux. D autres données également, telles que la mesure des variations du niveau de prix de diverses perspectives et les propositions de critères chiffrés pour la mesure de l inflation de base, s inscrivirent dans le nouveau programme de travail. Les analyses basées sur la théorie et étayées de manière empirique concernant des problématiques macroéconomiques et de l économie industrielle demeurèrent toutefois un volet essentiel des travaux de recherche menés au KOF. Un grand nombre de ces activités n ont aujourd hui rien perdu de leur actualité et de leur pertinence, en témoignent par exemple : les scénarios de financement de l AVS, l identification du besoin de réforme dans la prévoyance professionnelle, l analyse des incidences de la configuration technique du frein à l endettement, ou encore les études sur l influence de l extension infrastructurelle sur le développement économique ou les travaux pré liminaires de la nouvelle conception de l indice na tio nal des prix à la consommation (IPC). Extension des enquêtes conjoncturelles Parallèlement à ces activités, des secteurs d activité supplémentaires furent intégrés dans les enquêtes conjoncturelles courantes (bâtiment et instituts financiers, p. ex.) et la réalisation ainsi que l évaluation des enquêtes furent adaptées aux nouvelles possibilités techniques. Les indices composites, conçus comme des indicateurs avancés, ont été totalement révisés et soumis à un examen permanent, l attention étant particulièrement accordée, d un point de vue méthodologique, à l identification des signaux actuels. Prévisions fondées sur un modèle macroéconométrique Les prévisions semestrielles de l évolution économique de la Suisse furent établies sur la base d un modèle macroéconométrique afin d éviter a posteriori les causes d erreurs de prévision réflexions économiques erronées ou hypothèses non pertinentes. Tous les objectifs ne purent être atteints dans leur intégralité, mais, grâce aux efforts fournis par l ensemble du personnel, l opinion du KOF bénéficia durant ces années d un crédit croissant. LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Cash, 6 Janvier 2005, p. 17 «Dieu nous a crées avec deux yeux un pour la demande, l autre pour l offre» Bernd Schips Le pape de la conjoncture s exprime sur les inondations, le vieillissement de la population et la consommation. «Le travail au KOF en qualité d assistant du professeur Schips, d une part, et en tant que chercheur, d autre part, a marqué mon travail jusqu à aujourd hui. L expérience acquise au sein d une équipe d experts remarquables dans la recherche d une évaluation commune et d une prévision de la conjoncture n a rien perdu de sa pertinence dans mes fonctions actuelles.» Andreas Höfert, chef économiste, UBS Wealth Management

8 LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Jan-Egbert Sturm Directeur du KOF depuis 2006 Jan-Egbert Sturm 8 Lorsque j ai été appelé par l EPFZ en 2005, je dois avouer que je ne connaissais pas grand-chose du KOF, ce qui m a permis au début d analyser le travail et la productivité du KOF avec un regard impartial. J ai rapidement compris que le KOF jouissait d une excellente réputation auprès du grand public et des institutions publiques de la Suisse. Il la devait à sa remarquable compétence dans le domaine de l analyse et de la prévision conjoncturelle notamment, à son indépendance politique et à sa forte présence médiatique. Présence internationale renforcée A vrai dire, le KOF n était pas particulièrement présent sur le plan international ou scientifique. C est pourquoi mon objectif a consisté à accroître la présence internationale du KOF par la promotion de la recherche universitaire dans des domaines importants pour le KOF et, en même temps, de renforcer voire d étendre ses activités en analyse conjoncturelle et économique appliquées. A cet effet, l EPFZ a créé au KOF la chaire d enseignement «Economie appliquée : innovation et internationalisation». Grâce à l arrivée en 2009 de Peter Egger, l un des économistes les plus axés sur la recherche en Europe, la présence universitaire et internationale du KOF s est nettement améliorée. L étape suivante a eu lieu en 2013, avec la création d une troisième chaire d enseignement : Marko Köthenbürger dirige, depuis le 1 er février, la nouvelle chaire de «Finances publiques», renforçant ainsi un secteur de plus en plus important, tant sur le plan structurel que conjoncturel. Les fortes turbulences subies par l économie mondiale au cours des dernières années et les défis à long terme tels que le développement démographique, la sollicitation croissante des systèmes sociaux et la concurrence internationale dans le recrutement des têtes pensantes, exigent un renforcement de la recherche fondamentale, qu il importe d aborder dans le débat public. La nouvelle orientation a déjà porté ses fruits : non seulement neuf doctorants travaillent actuellement au KOF et neuf au sein des chaires associées, mais le nombre absolu des publications dans des revues spécialisées internationales a affiché une progression impressionnante. Enfin, le regain d internationalisation se remarque également dans le type de pub lication. Alors que, jusqu en 2005, les publications provenaient généralement des seuls collaborateurs du KOF, le nombre de coauteurs externes s est sensiblement accru depuis lors. Bien sûr, les chaires d enseignement associées au KOF jouent aussi un rôle important dans la formation de la relève universitaire au département Gestion, technologie et économie (D-MTEC) de l EPF Zurich. Connexion internationale La notoriété du KOF hors de Suisse a pu s accroître grâce à divers projets. En 2006, par exemple, le KOF a intégré, en tant que premier institut non allemand, le groupe de projet chargé de l établissement du «Gemeinschaftsdiagnose», prévision conjoncturelle semestrielle allemande, et constitué des principaux instituts de recherche économique d Allemagne. Ce projet prestigieux est soutenu par le ministère allemand de l économie et de la technologie. En 2007, le KOF a été chargé par la Commission européenne Site du KOF à partir de 2014 : Leonhardstrasse, Zurich

9 9 Jan-Egbert Sturm d apprécier les incidences de l introduction de l euro sur l inflation. L indice de la mondialisation du KOF est devenu quant à lui une norme de mesure de l internationalisation ; il a déjà été cité dans plus de 100 travaux de recherche scientifiques dans le monde. Expertise demandée en enquêtes conjoncturelles En tant qu une des institutions leaders dans la réalisation d enquêtes conjoncturelles, nous avons souvent été sollicités ces dernières années pour apporter notre soutien scientifique et organisationnel dans la mise en oeuvre et l organisation d enquêtes dans un certain nombre de pays en transition et en voie de développement (Azerbaïdjan, Kosovo, Pérou, Ukraine, Vietnam). Nos échanges permanents avec les Nati ons unies, l Organisation pour la coopé ration et le développement économiques (OCDE) et la Commission euro péenne nous aident à réaliser ces projets. Nouvelles approches en prévisions économiques Pour les prévisions à court terme, les estimations rapides fondées sur des enquêtes revêtent une importance croissante et complètent aujourd hui le modèle de prévision macroéconométrique développé par le KOF. Il nous est ainsi possible de mieux saisir la rapidité des événements économiques actuels. Depuis 2007, nous publions nos prévisions conjoncturelles quatre fois et non plus deux fois par an. Sur le plan de la politique économique, le débat autour de la vigueur du franc suisse et de l intro duction d un taux de change minimal vis-à-vis de l euro par la Banque nationale suisse aura été l un des plus marquants des dernières années. Le KOF s était déjà exprimé en faveur de cette mesure avant la fixation du taux plancher, pour que le taux de change et l économie d exportation bénéficient d une stabilisation temporaire. Promotion du débat économique Parmi les projets internationaux figure également la plateforme Internet «Ökonomenstimme», créée en mars 2010 et soutenue par le KOF. Elle a pour objectif d offrir un lieu d échange sur des questions d économie nationale dans l espace germanophone, à l attention de tous les économistes et de tous ceux qui s intéressent aux thèmes économiques. Avec aujourd hui des centaines d auteurs et des milliers de lecteurs, cette nouvelle plateforme occupe désormais une place importante dans le paysage médiatique et l univers des économistes germanophones. Rétrospectivement, il est permis de dire qu au cours des dernières années, le KOF est resté fidèle à sa fonction initiale de phare dans le monde des observateurs de l économie suisse. Sur cette base, il lui restera la mission délicate de trouver le juste équilibre entre le conseil en politique économique et la recherche conjoncturelle. LES TEMPS FORTS DU KOF, VUS PAR SES DIRECTEURS Divers documents publiés par ou avec le KOF «Le KOF a constitué pour moi un véritable tremplin entre la théorie et la pratique, et la meilleure école en matière de prévision économique et de pro blèmes de politique économique. J y ai appris à interpréter des données incomplètes ou obsolètes pour en tirer des conclusions sur le présent et l avenir.» Thomas Moser, membre suppléant du directoire de la Banque nationale suisse

10 HISTORIQUE DU KOF 10 Acte fondateur, documents de réunion de prévision, rapports d enquête (de droite à gauche) 1937 Création du Groupe d échange pour l observation conjoncturelle 1938 Création de la Société suisse pour la recherche économique et du Centre de recherches conjoncturelles de l EPF. Directeur : Eugen Böhler 1955 Lancement des enquêtes conjoncturelles écrites dans l industrie et le commerce 1957 Election d Eugen Böhler à la présidence de la Commission de recherches économiques de la Confédération 1964 Nouveau directeur du KOF : Hans Würgler Les analyses mettent l accent sur les marchés des matières premières, les rapports nationaux et la conjoncture suisse 1965 Le KOF adhère à l Association d instituts européens de conjoncture économique (AIECE) 1974 Premières prévisions suisses à l aide d un modèle macro-économique 1966 Récession en Allemagne 1945 Fin de la Seconde Guerre mondiale 1939 Début de la Seconde Guerre mondiale 1949 Turbulences économiques d après-guerre 1958 Récession mondiale 1975 Premier choc pétrolier Taux de variation annuelle du PIB Suisse Evénements historiques Etapes de l histoire du KOF

11 11 HISTORIQUE DU KOF 1988 Extension des enquêtes au secteur tertiaire 1989 Première parution de l étude spéciale «Taux d intérêt et taux de change», qui contient aussi une évaluation de la conjoncture internationale 1990 Extension des enquêtes périodiques : première enquête sur l innovation, effectuée tous les trois ans 1996 Emploi d un modèle à moyen terme et à long terme pour l économie suisse (jusqu en 2003) 1997 Mise en place d un panel d entreprises pour le compte de la Confédération, permettant une observation durable de l évolution économique dans les entreprises 1999 Prise en charge du secrétariat du CIRET, puis de sa présidence à partir de Nouveau directeur du KOF : Jan-Egbert Sturm 2006 Le KOF devient le premier institut non allemand membre du groupe de projet «Gemeinschaftsdiagnose» en Allemagne 2007 Introduction de l indice de la mondialisation du KOF 2007 Publication trimestrielle des prévisions conjoncturelles, jusque-là semestrielles 2010 Lancement de la plateforme Internet «Ökonomenstimme», pour les économistes de l espace germanophone 2012 Introduction de l indicateur de la situation des affaires 2013 Chaire d enseignement supplémentaire au KOF (finances publiques) et nouveau secteur de recherche (systèmes éducatifs) 1976 Début de l évaluation cantonale des enquêtes conjoncturelles 1978 Adoption du principe de financement du KOF à 3 piliers : SGK, Confédération, tiers 1992 Création du comité directeur et du comité consultatif de la SGK 1993 Nouveau directeur du KOF : Bernd Schips 2000 Début de consultations auprès de pays en développement dans le cadre de l extension des enquêtes conjoncturelles 2001 Adhésion du KOF au réseau Euroconstruct 2008 Affectation du KOF au département Gestion, technologie et économie (d-mtec) de l EPFZ 2009 Introduction de l indicateur de l emploi du KOF 1979 Introduction du baromètre conjoncturel du KOF 2009 Chaire d enseignement supplémentaire au KOF : Innovation et internationalisation 1982 Deuxième choc pétrolier 2000 Expansion d Internet 1991 Eclatement de la bulle immobilière suisse 2009 Crise financière

12 RECHERCHE AU PROFIT DE LA SOCIETE «Au KOF, le travail empirique est une priorité. Les théories économiques sont ici soumises à un test de réalité. Ainsi, au contraire du Fonds monétaire international, il a toujours été évident pour le KOF que la politique en matière de recettes et de dépenses jouait un rôle capital pour la conjoncture.» Daniel Lampart, chef économiste à l Union syndicale suisse Indicateur de la situation des affaires du KOF Recherche au profit de la société 12 Mesure et analyse de la conjoncture Comment l économie suisse évoluera-t-elle à court terme? Qu en est-il de la situation européenne et mondiale? Quels secteurs d activité sont en expansion? Les entreprises embauchent-elles davantage? Telles sont les questions qui constituent le cœur des observations conjoncturelles du KOF. Nos experts analysent les tendances économiques du passé, obser vent l évolution actuelle et s efforcent d en déduire des prévisions pour l avenir. Pilier important de l observation conjoncturelle : nos enquêtes, menées auprès d environ entreprises suisses de tous les grands secteurs d activité. Les résultats de ces enquêtes servent à calculer diffé rents indicateurs. Le plus connu est sans doute le baromètre conjoncturel du KOF. Mais les enquêtes elles-mêmes sont de plus en plus appréciées. Le KOF n effectue toutefois pas que des prévisions et des enquêtes. Il s exprime également sur des thèmes importants de politique économique : Quelles sont les incidences des paquets conjoncturels? Comment la politique monétaire de la Banque nationale suisse se répercute-t-elle? Le KOF est un interlocuteur recherché lors de tablerondes de la Confédération, des cantons, mais aussi pour les médias et le grand public. Il est soutenu à cet égard par les chaires de «Recherche économique appliquée», «Finances publiques» et «Economie appliquée : innovation et internationalisation». Le volet international du KOF Bien que surtout connu pour son observation de la conjoncture suisse, le KOF fournit également une multitude d analyses et de prévisions sur l évolution de la conjoncture internationale, car la Suisse, en tant que petite économie ouverte, est étroitement liée aux autres pays et régions. Bon nombre de sociétés multinationales se sont établies en Suisse, mais un certain nombre d entreprises suisses opèrent également aujourd hui à l échelle mondiale. Quelles sont les conséquences de cette imbrication? Le KOF analyse les incidences de cette mondialisation dans une perspective suisse. A intervalles réguliers, le KOF établit aussi une prévision détaillée de l évolution économique réelle, ainsi que de l évolution des taux d intérêt, du taux de change et de l inflation dans l économie mondiale, l accent étant mis sur l UE, les Etats-Unis et l Asie du Sud- Est. Il se focalise notamment sur les interactions avec l évolution de la situation en Suisse. S inscrivent aussi dans cet engagement international l adhésion à l Association d instituts européens de conjoncture économique (AIECE) de même que la collaboration au «Gemeinschaftsdiagnose» des principaux instituts de recherche économique de l espace germanophone. Le volet «enquêtes» du KOF Les enquêtes conjoncturelles constituent un pilier de nos activités depuis la création du KOF. Elles fournissent des informations pertinentes et rapidement disponibles sur le climat économique et l évolution tendancielle de l économie, sans modélisations d envergure ni analyses complexes Solde, valeurs originales

13 13 Recherche au profit de la société Bien que les questions soient principalement de Le modèle ne permet pas seulement de pronostiquer natu re qualitative, il est parfaitement possible d appré cier la situation de l économie suisse. Les répon- l emploi, la consommation, mais aussi de simuler les diverses données, comme la création de valeur, ses indiquent si la demande a progressé dans les répercussions de mesures de politique économique entreprises et renseignent sur les plannings d embauche, le taux d utilisation des capacités ou encore sur l économie suisse. les attentes concernant l évolution des affaires. Par ailleurs, divers modèles partiels sont également utilisés afin de répondre à certaines questions (évolution des salaires, productivité, chômage, investisse- Pour assurer la comparabilité internationale, le KOF s inspire des méthodes d enquêtes de l Union européenne, ce qui permet également d effectuer des précise des données utilisées dans les travaux empiments, p. ex.). L accent est aussi mis sur l analyse comparaisons temporelles. riques, aussi bien en ce qui concerne la définition concrète et le calcul des données disponibles que Nous ne sommes pas les seuls à utiliser les données dans l optique de leurs propriétés statistiques. des enquêtes pour notre recherche ; les entreprises participantes, l administration publique, les chercheurs et le grand public exploitent aussi les résul- Nous suivons, analysons et commentons les ques- Le volet «politique conjoncturelle» du KOF tats des enquêtes dans le cadre de leur travail. tions de politique conjoncturelle de la Suisse, notamment en ce qui concerne la politique monétaire de la Le volet «modèle» du KOF Banque nationale suisse, la politique fiscale liée aux Les prévisions conjoncturelles trimestrielles sont budgets de l Etat et l évolution du marché de l emploi. l un de nos produits les plus connus. Les prévisions Dans le domaine de la politique monétaire, la recherche se concentre sur les attentes inflationnistes et la du KOF sont des prévisions conditionnelles ; autrement dit, elles se fondent systématiquement sur des communication des banques centrales. S agissant de hypothèses bien déterminées en ce qui concerne le la politique fiscale, elle s attache à évaluer les possibilités et les exigences des mesures conjoncturelles. cadre conjoncturel. Les prévisions se basent sur un modèle structurel macroéconométrique, mis à jour et A cet égard, le KOF est secondé par la chaire d enseig nement «Finances publiques». vérifié périodiquement. Il comprend actuellement 321 équations. Dans le cas de la recherche sur le marché de l emploi, il s agit en premier lieu de procéder à une analyse critique de l évolution du marché. S y ajoutent des analyses approfondies sur certains aspects de l évolution du marché de l emploi et des salaires. Le nouveau secteur sur la recherche en éducation fournira à cet effet des impulsions supplémentaires. RECHERCHE AU PROFIT DE LA SOCIETE «Je garde un excellent souvenir de mon passage au centre de recherches conjoncturelles. J y ai appris à utiliser des modèles économiques et statistiques. La confrontation de ces modèles avec les données suisses m a permis de développer un sens des corrélations économiques et de l utilité des différents modèles, ce qui m a constamment été utile par la suite dans ma vie professionnelle.» Serge Gaillard, directeur Administration fédérale des finances Baromètre conjoncturel du KOF 4,5 3,0 1, ,5 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 3,0 4, Baromètre conjoncturel du KOF, échelle de gauche Taux de variation annuelle du PIB, échelle de droite

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1)

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée Le CMI, le Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée,

Plus en détail

POLITIQUE BUDGÉTAIRE & POLITIQUE FISCALE DANS UN CONTEXTE FÉDÉRALISTE. Sous la direction du Professeur Nils Soguel

POLITIQUE BUDGÉTAIRE & POLITIQUE FISCALE DANS UN CONTEXTE FÉDÉRALISTE. Sous la direction du Professeur Nils Soguel MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION POLITIQUE BUDGÉTAIRE & POLITIQUE FISCALE 12 mercredis du 8 janvier au 2 avril 2014 THÉMATIQUE Concurrence, coordination, harmonisation...

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016

Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016 Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016 L Organe d accréditation et d assurance qualité des hautes écoles suisses (OAQ) réalise pour les hautes écoles des évaluations au niveau institutionnel et au

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation DEMOKRATIE «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation civique en Suisse» Un projet visant à renforcer la démocratie La Suisse est fière de sa longue tradition civique,

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Octobre 2013

Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, automne 2013» Pour toute question

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires 8 Assemblée des délégué e s des 6 et 7 novembre 2006 à Berne Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires Propositions L Assemblée des délégués: 1. prend connaissance du

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ)

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Questions d'ordre général Compétences requises pour l'emt La procédure de sélection EMT Aspects techniques Questions d ordre général 1. Qu

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Evolution et futurs défis

Evolution et futurs défis Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Formation professionnelle duale Evolution et futurs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus Développement des collaborateurs et évolution des salaires dans le secteur des achats Etude 2014 Prof. Dr. Stephan M. Wagner Chaire de gestion logistique Département Management, technologie et économie

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES

De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES MANDAT IAM ACTIONS INTERNATIONALES Une diversification géographique et sectorielle supérieure Notre absolue priorité: générer de la valeur ajoutée

Plus en détail

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Troisième partie Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po 1 2 Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Gouvernance - Sciences Po entend

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. La mesure du chômage par l Insee. N 4 Septembre 2012. Combien y a t il de chômeurs en France?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. La mesure du chômage par l Insee. N 4 Septembre 2012. Combien y a t il de chômeurs en France? L INSEE EN BREF L Insee en bref N 4 Septembre 2012 La mesure du chômage par l Insee Combien y a t il de chômeurs en France? Quelle définition des chômeurs retient l Insee? Comment l Insee mesure t il le

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Rapport annuel 2013 Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Sommaire 1 Assemblées générales... 3 2 Comité / Présidence... 3 3 Direction...

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L ÉCONOMIE LUXEMBOURGEOISE

TABLEAU DE BORD DE L ÉCONOMIE LUXEMBOURGEOISE TABLEAU DE BORD DE L ÉCONOMIE LUXEMBOURGEOISE N 5, Mai 2015 Luxembourg D après le Programme de stabilité et de croissance du Luxembourg publié fin avril, c est le printemps économique au Grand-Duché (cette

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 21 2. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES La gestion des ressources humaines a pour objectif de mettre l institution en mesure de réaliser au mieux ses choix stratégiques dans un environnement en mutation.

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec)

Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec) Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec) Priorité au discours prononcé Bonjour Mesdames et Messieurs. Je suis

Plus en détail