Une trousse à outils de l Analyse Economique des Espèces Envahissantes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une trousse à outils de l Analyse Economique des Espèces Envahissantes"

Transcription

1 Une trousse à outils de l Analyse Economique des Espèces Envahissantes Lucy Emerton et Geoffrey Howard Traduction de Laurent Ntahuga

2

3 Une trousse à outils de l Analyse Economique des Espèces Envahissantes Lucy Emerton et Geoffrey Howard Traduction de Laurent Ntahuga

4 Ce document est le produit du projet sur «Le renforcement des capacités en Afrique en matière d analyse économique des menaces posées par les espèces envahissantes exotiques : élaboration de matériels de formation de l analyse économique». Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles du GISP, CABI, UICN ou de la Banque Mondiale. Publié par: Le Programme Mondial des Espèces Envahissantes (Global Invasive Species Programme, GISP) Copyright: 2008 Global Invasive Species Programme ISBN: xxx Citation: Traduction : Emerton, L. et G. Howard, 2008, Une trousse à outils de l Analyse Economique des Espèces Envahissantes. Global Invasive Species Programme, Nairobi. Laurent Ntahuga Design: Lucy Emerton Produit par: Le Programme Mondial des Espèces Envahissantes de l UICN ainsi que le Programme Mondial de l UICN sur les Aspects Economiques de l Environnement Disponible dès: xxx

5 Table des matières Introduction à la trousse à outils... 1 Comprendre le phénomène d envahissement comme un problème économique... 3 La trousse à outils... 3 A propos du GISP... 5 Remerciemments... 5 Module 1 à propos des espèces envahissantes A Que couvre ce module? B Comprendre les espèces envahissantes un problème biologique et de développement C Mouvement et introduction des espèces envahissantes D Types d organismes pouvant devenir envahissants E Mise en rapport des envahissements avec les autres pressions environnementales F Références Module 2 comprendre les causes économiques des envahissements A Que couvre ce module? B Identifier les facteurs économiques conduisant aux envahissements C Utiliser les matrices d analyse des politiques pour comprendre les causes économiques des envahissements D Mise en rapport des envahissements avec les changements du bien-être humain E Références Module 3 impacts des espèces envahissantes et voies de les aborder A Que couver ce module? B Comprendre les impacts des espèces envahissements C Types d impacts des envahissements par les espèces D Prévention des envahissements biologiques E Gérer les envahissements F Restauration des écosystèmes après envahissement G Références Module 4 définir les coûts & bénéfices relatifs aux envahissements A Que couvre ce module? B Regard sur les impacts des espèces envahissantes en termes économiques C Définir les bénéfices et les coûts des espèces envahissantes D Catégoriser les coûts et les bénéfices des espèces envahissantes en termes de valeurs des écosystèmes E Liste de vérification pour identifier les coûts et bénéfices des espèces envahissantes F Reconnaître la complexité des coûts et bénéfices des espèces envahissantes G Références Module 5 evaluation des impacts sur les écosystèmes A Que couvre ce module? B Voir l évaluation comme un moyen à une fin C Prédire et mesurer les impacts: les limites de la science D Faire face aux distorsions des prix et aux manquements des marchés D Une synthèse des méthodes d évaluation des écosystèmes F Les techniques de prix du marché G Effet sur les techniques de production H Techniques des coûts de voyage I Techniques de fixation hédoniste des prix J Techniques des coûts de remplacement K Techniques des dépenses atténuantes et préventives L Techniques des coûts des dommages M Techniques de l évaluation des aléas N Autres méthodes de préférence déclarées: analyse conjointe et expériences de choix O L applicabilité et les limites de l évaluation économique P Références Module 6 fournir des informations relatives aux actions nécessaires pour traiter des espèces envahissantes A Que couvre ce module? B Traiter des espèces envahissantes par des interventions de gestion C Outils d estimation des coûts et bénéfices des espèces envahissantes D Incorporer la dimension du temps E Gérer le risque et l incertitude F Distinguer les valeurs financières des valeurs économiques G Concevoir des instruments économiques et financiers pour traiter de la question des espèces envahissantes H Références Bibliographies -clés sur les aspects économiques des espèces envahissantes Glossaire des termes-clés tels qu appliqués en économie et biologie des envahissements Analyse Economique des Espèces Envahissantes

6 Liste des encadrés, figures et tableaux Encadrés Encadré 1: definitions clés...11 Encadré 2: Impacts économiques directs et indirects des espèces envahissantes...47 Encadré 3: Coûts directs et indirects de l euphorbe feuillue dans le Montana, le sud du Dakota et le Wyoming...48 Encadré 4: Lier les impacts biophysiques des espèces végétales exotiques envahissantes en Afrique du Sud aux changements des valeurs économiques...49 Encadré 5: Coûts et bénéfices économiques des espèces envahissantes en Afrique...58 Encadré 6: Présenter des arguments pour le contrôle des espèces envahissantes en Afrique du Sud - l importance des arguments économiques et le besoin de meilleures méthodes et données économiques...63 Encadré 7: application des techniques d évaluation des prix du marché à l utilisation locale des espèces de zones humides dulcicoles dans le bassin du Zambèze, Afrique Australe...67 Encadré 8: application des techniques de l effet sur l évaluation de la production aux coûts agricoles du déclin des polinisateurs...69 ncadré 9: application des techniques d'évaluation du coût de voyage à la qualité environnementale améliorée en matière de récréation dans les milieux des eaux douces aux USA...71 Encadré 10: application des techniques d évaluation de la détermination hédoniste des prix à l évaluation des zones humides urbaines aux USA...72 Encadré 11: application des techniques d évaluation des coûts de remplacement au service de la qualité des eaux des zones humides dans le marais de Nakivubo, Ouganda...73 Encadré 12: application des techniques d évaluation des dépenses atténuantes et préventives aux services d atténuation des inondations dans les zones humides du Sri Lanka...75 Encadré 13: application des techniques d évaluation des coûts des dommages aux plantes exotiques envahissantes en Afrique du Sud...76 Encadré 14: Application des techniques d évaluation des aléas aux services d atténuation de la sécheresse dans les aires de captage en Indonésie de l Est...78 Encadré 15: Application des techniques d analyse conjointe à la qualité de la rivière au Parc National de Kruger...79 Encadré 16: calcul des bénéfices et des coûts des espèces envahissantes...86 Encadré 17: Analyse du coût-bénéfice du contrôle du Ruffe (espèce de poission) des Grand Lacs, USA...88 Encadré 18: analyse de l effectivité des coûts du contrôle des perforations du gastéropode (Ocinebrellus inornatus) à Willapa Bay, USA...88 Encadré 19: exemples de l application de l analyse multi-critères aux espèces envahissantes...89 Encadré 20: Analyse de la décision d évaluer les stratégies alternatives de gestion pour contrôler l envahissement par les mauvaises herbes en Australie...92 Encadré 21: Instruments économiques et financiers pouvant être utilisés pour traiter d espèces envahissantes...95 Figures Figure 1: graphique montrant les phases d envahissement au cours du temps...13 Figure 2: envahissements, services écosystémiques et bien-être humain...28 Figure 3: Les moteurs du changement dans les écosystèmes tels qu évalués par le MA...33 Figure 4: impacts économiques directs et indirects des espèces envahissantes...51 Figure 5: la valeur économique totale des écosystèmes...53 Figure 6: mise en rapport de la valeur économique totale avec le cadre service des écosystème/bien-être humain...54 Figure 7: Méthodes d évaluation des écosystèmes...66 Figure 8: typologie des interventions pour traiter des espèces envahissantes...85 Figure 9: Les effets entraînés par l application d un taux de rabais...90 Figure 10: Typologie d instruments économiques et financiers pour traiter des espèces envahissantes...94 Tables Table 1: désignations du statut d envahissement...12 Table 2: exemples de causes économiques directes et indirectes des envahissements...22 Table 3: exemple de matrice d analyse des politiques #1: causes économiques des envahissements agricoles...25 Table 4: exemple de matrice d analyse des politiques #2: causes économiques des envahissements agricoles...26 Table 5: exemple de matrice d analyse des politiques #3: causes économiques des envahissements agricoles...26 Table 6: Liste de vérification des bénéfices et coûts des espèces envahissantes...55 Table 7: Liste de vérification des coûts de gestion directs des espèces envahissantes...56 Analyse Economique des Espèces Envahissantes

7 Photos des pages annonçant les chapitres Page du titre de l introduction Page du titre du Module 1 Page du titre du Module 2 Page du titre du Module 3 Page du titre du Module 4 Page du titre du Module 5 Page du titre du Module 6 Le pavot méxicain (Argemone mexicana) infestant les champs au Kenya. Geoffrey Howard. La mauvaise herbe du brochet (Pontederia cordata) a ses orgines dans la partie australe des USA, et est envahissante dans les zones humides de certaines parties de l Afrique. Geoffrey Howard. Espèces envahissantes introduites accidentellement par les containers des bateaux, Rotterdam Netherlands. Jeff McNeely. Récolte du châtaignier aquatique- une plante aquatique envahissante du Népal. Giridhar Amatya. Fougère envahissante dans le Parc National de Nyika au Malawi. Nigel Dudley. Zone humide peuplée de Typha, une graminée envahissante dans le bassin de la rivière Komadugu Yobe au Nord Est du Nigéria. Danièle Perrot-Maître. Deux membres du personnel de la fondation des Nations Unies contrôlant des espèces envahissantes sur l île de Santa Cruz, Galapagos. Jim Thorsell. Page du titre des Bibliographies- Clés Lantana camara, une plante envahissante sur l île de Pâques, Chilie. Imène Meliane. Page du titre du Glossaire Araignée souris (= mouse spider) sautant d un bateau arrivant de Tanzanie dans le port des Seychelles. Geoffrey Howard. Analyse Economique des Espèces Envahissantes

8

9 Introduction à la trousse à outils Analyse Economique des Espèces Envahissantes

10

11 introduction Comprendre le phénomène d envahissement comme un problème économique Les problèmes associés aux envahissements biologiques ont été traditionnellement considérés comme étant de l apanage des biologistes. Cependant, étant donné que les espèces envahissantes se sont de plus en plus répandues sur le globe et que leurs impacts dans les systèmes de la vie de l homme se sont accrues, la communauté scientifique a cherché de plus en plus à recevoir la contribution des économistes et d autres personnes du domaine des sciences sociales dans la recherché des solutions. En effet, les espèces envahissantes représentent fondamentalement un problème économique - vus leurs causes, effets et remèdes. La plupart des envahissements peuvent être associés aux conséquences voulues ou non voulues d activités économiques, ce qui donc signifie que des solutions économiques doivent être trouvées. En même temps, la raison majeure (même si ce n est pas la seule) pour laquelle les espèces envahissantes sont considérées comme étant un problème par l homme est tout simplement parce qu elles influent tout compte fait sur les systèmes économiques et portent atteinte au bien-être humain: du fait qu elles affectent directement des secteurs, des sites ou des groupes particuliers ; du fait qu elles affectent indirectement des processus et des opportunités économiques par leurs effets "knock-on" (effet de conséquence) et par leurs impacts secondaires ainsi que par les dépenses nécessitées pour leur gestion. Malgré la reconnaissance grandissante par la communauté scientifique du besoin de la vision économique et la conscience tout aussi grandissante parmi les économistes de l importance à accorder aux espèces envahissantes, l utilisation d approches et d instruments économiques pour mieux comprendre et traiter des espèces envahissantes, représente une vraie innovation. Un petit, mais croissant, nombre de bibliographies sur les aspects économiques des espèces envahissantes se met progressivement sur pied. Toutefois, la plupart d entre elles ont été produites au cours de la dernière décennie et une grande majorité d entre elles se réfèrent aux problèmes de la propagation des espèces envahissantes en Amérique du Nord (surtout) et en Europe (beaucoup moins). En particulier, il y a eu une tendance de calculer les coûts associés aux espèces envahissantes : ce n est que seulement au cours des tout dernières années qu une analyse économique plus en profondeur a commencé à être intégrée aux sciences naturelles pour trouver des modèles des causes et des effets des espèces envahissantes, et pour déterminer la nature et les impacts des politiques ainsi que d autres instruments influençant leur dissémination. Partant d une tendance initiale centrée sur la recherche de «nombres» qui souligneraient les coûts économiques massifs associés à des espèces envahissantes particulières, il est maintenant largement reconnu que les aspects économiques de l envahissement ne concernent pas seulement la compréhension des coûts des espèces envahissantes ou les avantages de leur gestion. Ils concernent également la compréhension des causes complexes de l introduction et propagation des espèces envahissantes, des liens entre le comportement humain et les processus naturels ainsi que la recherche des solutions. La trousse à outils Malgré qu il soit largement reconnu que l analyse économique ainsi que l utilisation d outils économiques soient des éléments clés pour traiter des questions relatives aux problèmes associés aux envahissements biologiques, il n existe que peu d éléments pour guider la mise en pratique d approches et l utilisation d instruments économiques. Les espèces envahissantes possèdent plusieurs caractéristiques uniques et inhabituelles qui font que leurs problèmes se distinguent des autres questions environnementales et de la gestion terrienne, ce qui signifie que leur analyse ne s intègre pas facilement dans les modèles économiques conventionnels. Ainsi, une approche innovatrice et réfléchie est requise, qui serait à la taille des problèmes, questions et propriétés spécifiques aux espèces envahissantes. L analyse économique a également besoin de cibler la disponibilisation de techniques pratiques et pertinentes ainsi que l information qui sera utilisée pour soutenir et informer les politiques du monde réel, la planification et la gestion. Le but de cette trousse à outils est de pourvoir un guide claire et facile à utiliser pour l application d approches et d outils économiques aux espèces envahissantes. Elle traite des questions relatives à l identification des facteurs à la base de l expansion des espèces envahissantes, à leur incorporation Analyse Economique des Espèces Envahissantes 3

12 introduction dans la planification et l élaboration des politiques économiques ainsi qu à l identification d outils et de mesures économiques pour soutenir des actions de gestion pratique conçues pour traiter des envahissements biologiques. Cette trousse à outils a été mise au point pour être utilisée dans des cours de formation en Afrique. Elle a pour cible en premier lieu les économistes travaillant dans le domaine de la recherche et de la planification dans les universités, institutions de recherche, agences gouvernementales et organisations non gouvernementales. Toutefois, cette trousse à outils devrait également servir de guide pour l utilisation d instruments et approches économiques aux scientifiques travaillant sur la gestion des espèces envahissantes. La trousse à outils emploie une approche modulaire, et travaille selon une série d étapes itératives qui peuvent être suivies pour identifier, comprendre, traiter et gérer les aspects économiques relatifs aux espèces envahissantes. Les composantes modulaires de la trousse à outils ont été développées pour être utilisées dans un cours de formation de trois jours, et sont accompagnées par un cahier d exercices de cas d étude pratiques Africains, qui illustrent comment les outils et approches économiques ont pratiquement été appliqués aux espèces envahissantes. L intention existe de produire dans le future des cahiers d exercices similaires pour d autres régions. La première partie de la trousse à outils (Module1) représente une introduction aux espèces envahissantes en tant qu entités biologiques. Elle décrit le comment et le pourquoi de leur importance et définit les termes et concepts clés dans la science de l envahissement biologique. Les modules suivants traitent des étapes de l analyse économique des espèces envahissantes : comprendre les raisons économiques de l introduction des espèces exotiques et de leurs envahissements (Module 2) ; établir l envergure et le niveau des impacts des espèces envahissantes ainsi que leur gestion (Module 3) ; comprendre et définir les coûts et bénéfices économiques des espèces envahissantes (Module 4) ; évaluer les effets économiques des espèces envahissantes sur les écosystèmes et le bien-être humain (Module 5) enfin soutenir et informer la prise de décision ainsi qu identifier les instruments économiques et financiers qui peuvent être utilisés pour traiter des questions relatives aux espèces envahissantes (Module 6). La trousse à outils comprend également un glossaire de termes scientifiques et économiques clés de même qu une liste de référence clé sur les aspects économiques des espèces envahissantes. A propos des des espèces Module envahissantes 1 Comprendre les les causes économiques des des envahissements Module 2 A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur aura aura acquis acquis une une certaine certaine compréhension compréhension de de la la situation situation actuelle actuelle des des espèces espèces envahissantes envahissantes à à l échelle l échelle régionale régionale et et globale globale et et il il sera sera conscient conscient du du besoin besoin des des perspectives perspectives économiques. économiques. A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur aura aura acquis acquis des des outils outils pour pour l identification l identification et et la la reconnaissance reconnaissance des des causes causes économiques économiques des des envahissements envahissements et et les les impacts impacts de de ces ces derniers derniers sur sur le le bien-être bien-être humain humain Impacts des des espèces envahissantes et et voies de de les les aborder Module 3 A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur aura aura obtenu obtenu des des informations informations concernant concernant les les attributs attributs biologiques biologiques des des espèces espèces envahissantes envahissantes et et sur sur les les voies voies à à travers travers lesquelles lesquelles elles elles influent influent sur sur les les écosystèmes écosystèmes et et il il sera sera informé informé sur sur les les moyens moyens de de prévention prévention et et de de gestion gestion des des envahissements envahissements biologiques biologiques Définir les les coûts et et bénéfices Module relatifs aux aux envahissements 4 A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur comprendra comprendra les les différents différents types types des des coûts coûts et et bénéfices bénéfices économiques économiques associés associés aux aux espèces espèces envahissantes envahissantes et et sera sera capable capable de de catégoriser catégoriser ces ces dernières dernières selon selon un un cadre cadre d évaluation d évaluation économique économique générale. générale. Evaluation des des impacts sur sur les les Module écosystèmes 5 A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur sera sera très très familier familier avec avec la la nature nature et et les les limites limites de de l évaluation l évaluation des des écosystèmes, écosystèmes, sera sera capable capable d identifier d identifier la la technique technique la la plus plus appropriée appropriée à à appliquer appliquer dans dans une une situation situation donnée donnée et et aura aura une une compréhension compréhension générale générale des des étapes étapes et et des des données données nécessaires nécessaires à à l application l application de de différents différents outils outils d évaluation.. d évaluation.. Elaborer des des informations pour pour les les actions conçues pour le le Module traitement des des espèces 6 envahissantes A A la la fin fin de de ce ce module, module, le le lecteur lecteur saura saura mieux mieux comment comment et et quand quand les les espèces espèces envahissantes envahissantes ont ont besoin besoin d être d être incorporées incorporées dans dans un un système système d informations d informations et et d indicateurs d indicateurs servant servant à à la la prise prise de de décisions décisions économiques économiques et et aura aura une une meilleure meilleure compréhension compréhension des des types types d instruments d instruments économiques économiques et et financiers financiers pouvant pouvant être être utilisés utilisés pour pour renforcer renforcer le le contrôle contrôle des des espèces espèces envahissantes.. 4 Analyse Economique des Espèces envahissantes

13 introduction A propos du GISP La trousse à outils a été élaborée sous les auspices du Programme Mondial des Espèces Envahissantes (Global Invasive Species Programme : GISP). Le GISP a été mis sur pied en 1997 en tant que petit programme de partenariat, principalement volontaire, entre trois organisations internationales : l Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), CAB International (CABI) et le Comité Scientifique sur les Problèmes de l Environnement (Scientific Committee on Problems of the Environment -SCOPE). Au début de l année 2005, le GISP a été institué en tant qu entité légale ayant pour membres fondateurs l UICN, CABI, The Nature Conservancy (TNC) et le South African National Biodiversity Institute (SANBI). Il a son siège à Nairobi, Kenya, au Bureau de CABI Africa. La mission du GISP est de conserver la biodiversité et renforcer les moyens d existence humains en minimisant l expansion et l impact des espèces exotiques envahissantes. A cet effet, le GISP cherche à : améliorer la base scientifique de la prise de décision sur les espèces envahissantes, développer les capacités d utiliser le système de pré-alerte et celui d identification et réponse rapides, améliorer l aptitude de gérer les espèces envahissantes, réduire les impacts économiques des espèces envahissantes et les méthodes de contrôle, développer de meilleures méthodes d identification et, renforcer les accords internationaux. En outre, le GISP cherche à : développer l éducation publique en matière d espèces envahissantes, améliorer la compréhension de l écologie des espèces envahissantes, examiner les cadres légaux et institutionnels pour le contrôle des espèces envahissantes, développer de nouveaux codes de conduite pour le mouvement des espèces et concevoir de nouveaux outils pour la quantification de l impact des espèces envahissantes. Remerciemments La trousse à outils a été produite grâce à un don de la Banque Mondiale et du Programme du Bank Netherlands Partnership (BNPP) en tant que partie du projet sur le renforcement des capacités en Afrique pour l analyse économique des menaces causées par les espèces exotiques envahissantes (Building Capacity in Africa for Economic Analysis of the Threats Posed by Invasive Alien Species) Beaucoup de remerciements vont à Madame Kathy Mackinnon de la Banque Mondiale et Madame Sarah Simons de CABI pour leurs conseils et soutien pendant toute la durée du projet. Jeff McNeely, Sriyanie Miththapala et Jane Turpie ont revu la trousse à outils en fournissant beaucoup de commentaires et observations utiles ; cependant, toute omission ou erreur demeurent la responsabilité des seuls auteurs. Analyse Economique des Espèces Envahissantes 5

14

15 Module 1 à propos des espèces envahissantes Analyse Economique des Espèces Envahissantes

16

17 à propos des espèces envahissantes Module 1 1A Que couvre ce module? Ce module introduit les espèces envahissantes en tant qu entités biologiques et dit comment et pourquoi elles sont importantes A la fin de ce module, le lecteur aura acquis une compréhension de la situation actuelle des espèces envahissantes au niveau national, régional et mondial. Le module sensibilise sur le besoin des perspectives économiques qui doivent être intégrées aux voies et moyens que nous utilisons pour améliorer notre compréhension du comment traiter de cette problématique, qui se retrouve à plusieurs niveau : local, national, régional et mondial et qui affecte le développement des peuples, leurs moyens d existence, leur santé et leur bien-être ainsi que la biodiversité dont dépendent beaucoup de gens. La formation comprendra une introduction à certains des termes techniques utilisés pour discuter des espèces envahissantes, mais elle n exige pas que le lecteur soit biologiste. l Les envahissements biologiques impliquent la colonisation et l expansion rapides des espèces dans de nouvelles aires beaucoup plus que cela ne ce serait passé naturellement avant que nos espèces n atteignent le niveau actuel des voyages internationaux, commerce et globalisation générale. Les effets des envahissements biologiques ont un impact sur la vie quotidienne de beaucoup de gens - même si ces derniers n en sont pas nécessairement conscients. C est pour cette raison que nous utiliseront ce premier module pour introduire le phénomène des envahissements, les acteurs impliqués et commencer à analyser les impacts qu ils exercent sur nous et nos voisins. 1B Comprendre les espèces envahissantes un problème biologique et de développement Que signifie envahissement biologique et pourquoi nous en occuper? Un envahissement biologique a lieu quant une espèce pénètre dans un nouveau milieu, s y établit et commence à modifier les populations des espèces qui y existaient avant en même temps qu elle perturbe l équilibre des communautés végétales et animales. Les espèces se déplacent d un endroit à l autre comme résultat de processus naturels, cela a été ainsi depuis le début de la vie sur terre. Mais, ces mouvements (dus aux courants éoliens et aquatiques, mouvements telluriques et drifts continentaux, nouvelles opportunités d expansions, etc.) ont été limités par des barrières géographiques, tels que les océans et les montagnes. Ces processus sont considérés comme étant des phénomènes naturels qui sont à la base de modifications subtiles dans la composition de la faune, la flore et les écosystèmes du monde entier mais ils ne sont pas l objet de ce Module. «Les envahissements naturels» forment le contexte des changements qui s opèrent et qui se sont opérés indépendamment de la présence de l homme. Le changement qui nous intéresse pour ce cours et qui nous pousse à nous poser la question du pourquoi nous sentir concernés par les envahissement biologiques, est l accroissement extraordinaire de ces derniers, dans leur fréquence et leur impact, depuis que l homme a commencé à se déplacer autour du monde de façon si importante. Nous décrirons et illustrerons comment les gens ont, soit accidentellement, soit intentionnellement, mu des espèces autour du monde avec pour résultat des envahissements biologiques de loin beaucoup plus fréquents et de manière beaucoup plus dommageable que dans le cas du mouvement naturel des espèces. L assistance humaine et l accroissement du mouvement des espèces se sont renforcés considérablement au cours des dernières décennies, proportionnellement au phénomène de la globalisation et à l accroissement du commerce, transport, voyages et tourisme internationaux jusqu à leurs niveaux actuels. Le phénomène de l implication humaine dans le mouvement des espèces et les invasions biologiques qui en résultent est cependant connu depuis des siècles et des informations historiques existent là-dessus depuis au moins dix mille ans. Mai ce «processus» est devenu plus fréquent au cours des deux derniers siècles, grâce aux moyens de déplacement beaucoup plus sophistiqués et effectifs et du fait que l exploration, la colonisation et le commerce mondial se sont vus encouragés par les pays. Cela fait maintenant cinquante ans qu un traité sur ce sujet a été publié par Charles Elton (Elton, C.S., 1958) et que la constatation a commencé à voir le jour que l expansion et l envahissement des espèces avaient des impacts négatifs (ainsi que des impacts positifs) sur le développement humain et sur le monde naturel des animaux, des plantes et des microorganismes. Analyse Economique des Espèces Envahissantes 9

18 Module 1 à propos des espèces envahissantes Les modules suivants discuteront des coûts économiques (et des bénéfices occasionnels) des envahissements biologiques, mais inutile de dire que le coût pour l économie mondiale est de l ordre de millions de dollars si toutes les estimations disponibles sont totalisées pour une année. Ceci provient du fait que les envahissements biologiques affectent tous les types d écosystèmes (terrestres, dulcicoles, marins et costaux) et sont connus pour leur présence sur tous les continents, dans tous les océans et biomes. Les envahissements biologiques ont existé et continuent à exister dans les écosystèmes les plus sauvages, dans les aires protégées, dans les systèmes de production tels que les systèmes agricoles, forestiers, halieutiques et ont été démontrés comme étant parmi les pires causes de la dégradation des écosystèmes (Millennium Ecosystem Assessment, MEA, voir Module 3). Il serait peut être utile d évoquer un exemple d un envahissement spécifique, bien connu en Afrique: celui de la Jacinthe d eau, une plante aquatique flottante de l Amérique tropicale, qui a amené avec elle de nombreux problèmes au système dulcicole africain depuis son introduction et envahissement. La Jacinthe d eau (Eichhornia crassipes) est une plante flottante commune dans les rivières, les lacs et les marais de l Amérique centrale et dans la partie tropicale de l Amérique du Sud, dans son environnement naturel, où il ne représente aucun problème pour les populations ou les écosystèmes de la région. Elle possède une fleur mauve et jaune, très attrayante, qui a été la raison majeure de sa collection par les voyageurs qui l ont disséminée dans d autres parties du monde, où elle poussait dans les «jardins aquatiques» et les mares en Europe et en Amérique du nord. De là, dans les années 1880, elle a trouvé son chemin (par l effet de l homme) vers beaucoup de pays d Afrique en tant que curiosité floristique et plante attrayante associée à l eau. La Jacinthe d eau peut se reproduire à partir de ses semences (provenant de ses fleurs tant prolifiques) et de ces extensions végétatives à partir de la plante-mère ainsi qu à partir de morceaux de plantes répandus ça et là par les gens, les animaux sauvages et domestiques, l eau et le vent. Elle peut également croître très vite placée en conditions idéales, doublant son aire d occupation en quelques jours seulement. Dans les années 1990, cette plante est apparue dans les lacs, les rivières et les marais de beaucoup de pays Africains des régions tropicale et subtropicales, causant des effets dévastateurs sur l approvisionnement en eau, perte de l eau, voyages et transports aquatiques, production hydroélectrique, pêcheries, la santé humaine et la biodiversité originale. Les bibliographies abondent fournissant des estimations des coûts de cet envahissement (qui continue à se faire) dans beaucoup de partie de l Afrique ainsi que des coûts de son contrôle et gestion totalisant des milliards de dollars à travers le continent et causant des changements permanents à la biodiversité sauvage et à l accès et l utilisation des systèmes aquatiques naturels et artificiels par l homme. Cela représente un exemple classique d une introduction intentionnelle suivie d une expansion non intentionnelle par une espèce exotique, qui s est établie puis est devenue envahissante avec beaucoup d impacts négatifs sur les gens, leur développement et santé ainsi que sur la biodiversité. Quelques définitions et étapes à l envahissement biologique La science de la Biologie de l Envahissement est devenue progressivement bien établie et détaillée au fur et à mesure que les scientifiques étudient les mécanismes de l envahissement et essayent de prédire quelles espèces deviendront envahissantes, où elles seront envahissantes et pourquoi. Néanmoins, il est encore extrêmement difficile de prédire ce phénomène avec exactitude. Aujourd hui, il existe un bon nombre de termes qui possèdent plusieurs définitions différentes selon les intérêts de ceux qui les proposent et la complexité du sujet. Dans cette formation, nous adopterons un simple jeu de définitions mais nous reconnaissons qu il en existe bien d autres, plus détaillées et plus complexes, qui pourraient être d application. Un principe de base de l envahissement est que l espèce concernée vienne d un «autre endroit» ce qui, biologiquement, signifie qu elle ne fait pas partie de la flore ou de la faune de l écosystème en vue. Pour décrire ce caractère d «étranger», le terme «EXOTIQUE» a été utilisé en rapport avec les espèces envahissantes dans beaucoup de cas et a le mérite de nous rappeler, si cela était encore nécessaire, que l envahissement est un résultat d espèces non autochtones. Les concepts d écosystème et de caractère étranger seront décrits dans l exposé en termes simples, de manière que cette formation n exige pas des participants d entrer dans une discussion sémantique concernant les terminologies d autochtone (indigène), versus étranger (exotique) 10 Analyse Economique des Espèces Envahissantes

19 à propos des espèces envahissantes Module 1 Encadré 1: definitions clés Espèce exotique Espèce exotique envahissante (EEE) Une espèce qui a été introduite à un endroit (ou une aire, ou une région) où elle n existe pas en conditions normales Une espèce exotique qui cause (ou a le potentiel de causer) des dommages à l environnement, aux économies et/ou à la santé humaine. Cette définition peut être également utilisée pour une espèce envahissante (EE).là où l adjectif exotique est présumé Alors que nous continuerons à utiliser ces deux définitions, il est important de mentionner qu il en existe d autres qui en diffèrent dans le détail. Une qui a besoin d être considérée est celle utilisée dans le cadre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), qui est un accord international sur la conservation et l utilisation de la biodiversité. La CDB considère qu une EEE est une «espèce exotique dont l introduction et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces par des dommages socioculturels, économiques et/ou environnementaux, et/ou par des dommages à la santé humaine». Ceci représente une définition plus détaillée qui fait la liaison entre d une part les impacts de l EEE sur la biodiversité et d autre part la condition humaine incluant les aspects économiques. Le document de la CDB possède une section sur les espèces envahissantes (Article 8 (h)) qui atteste que «chaque partie contractante devra, autant que possible et de manière appropriée, prévenir l introduction de, contrôler ou éradiquer ces espèces exotiques, qui menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces» - ce qui est la définition de l EEE à partir d une perspective différente. Nous reviendrons à cette définition et à cet Article 8 (h) au Module 3. Comment les espèces exotiques introduites deviennent-elles envahissantes? La Biologie de l Envahissement a identifié des étapes successives qu un organisme exotique a besoin de franchir avant de porter le qualificatif d envahissant. En résumé, il existe quatre étapes majeures dans la progression vers l envahissement : Introduction, Etablissement, Expansion = Naturalisation, Expansion = Envahissement L introduction représente l entrée, pour une espèce exotique, dans une aire nouvelle (qui peut être un habitat, un écosystème, un biome, un pays ou même une région du globe où elle n est pas autochtone). Ce processus peut être intentionnel par l action «voulue» de l homme, spécialement pour utilisation dans, par exemple, la production alimentaire, l agriculture, la horticulture, la foresterie, l agroforesterie, la pêche, le sport halieutique, la décoration, l aménagement paysager, le commerce d animaux domestiques et de plantes, le contrôle biologique, les collections zoologiques/botaniques, la recherche, etc. A l opposé, il peut être non intentionnel quand une espèce entre «accidentellement» dans un endroit comme résultat d un transport de marchandises, comme «auto-stoppeurs» sur d autres espèces ou activités, dans les effets, les habits, les bagages des voyageurs, ainsi de suite. Nous considérerons les différentes situations dans lesquelles les introductions intentionnelles peuvent être autorisées ou pas, mais il est clair que les introductions non intentionnelles ne peuvent pas faire l objet d autorisation si ce n est qu éventuellement réduire leur probabilité. L établissement : il y a établissement quand l organisme qui a été introduit survit suffisamment longtemps pour constituer une population, capable de se reproduire dans son nouvel environnement. Un exemple serait l établissement d une espèce étrangère de mauvaise (indésirable) herbe qui survivrait dans un nouveau pays dans des endroits sujets à des dérangements, tel que le long des routes, mais qui ne se répandrait pas. L expansion la naturalisation: quand l animal, la plante ou le microorganisme établis commencent à se répandre et se reproduire sans assistance humaine aucune. Ils deviennent des parties intégrantes de la flore ou de la faune naturelles et se «mêlent» aux espèces autochtones. L expansion l envahissement: quand l espèce exotique naturalisée se propage au désavantage d autres espèces (autochtones ou naturalisées) et cause d une certaine manière des ruptures dans son nouvel écosystème. Ce genre de ruptures sera un sujet majeur du Module 3. Il existe d autres classifications des étapes de l envahissement avec des nuances subtiles dans la signification de chaque terme. Certaines sont listées pour information dans le tableau 1 ci-dessous Analyse Economique des Espèces Envahissantes 11

20 Module 1 à propos des espèces envahissantes mais nous utiliserons les quatre étapes expliquées ci-haut pour des raisons de simplicité et parce qu elles sont plus usitées. Table 1: désignations du statut d envahissement Catégorie Synonyme Définition Exotique (Exotique occasionnel) introduit, non-autochtone, non-indigène orphelin, transitoire, évadé occasionnel, adventif, persistant après la culture Espèce présente par le fait d une introduction intentionnelle ou non intentionnelle en tant que résultat d une activité anthropique Des exotiques qui fleurissent et même se reproduisent occasionnellement dans une aire, mais qui ne constituent pas des populations s auto remplaçant et qui dépendent d introductions répétitives pour leur survie telles que les plantes des jardins cultivées à partir de semences importées. Naturalisé Etabli Des exotiques qui se reproduisent de manière consistante et engendrent des populations sur plusieurs cycles de reproduction sans intervention directe de l homme mais qui n envahissent pas nécessairement des écosystèmes naturels, semi-naturels ou artificiels.. Envahissant Etendu, Consolidé Des espèces naturalisées qui se reproduisent souvent en grand nombre et qui peuvent se répandre sur une aire considérable, causant des dommages aux espèces autochtones. (Mauvaise indésirableherbe/peste) Organisme dangereux, nuisible, problème Un terme anthropocentrique pour les plantes, animaux ou d autres envahisseurs (pas nécessairement exotiques) qui existent là où ils ne sont pas désirables et qui habituellement ont des effets détectables sur l économie ou l environnement. «Les mauvaises herbes environnementales» sont des plantes exotiques qui envahissent la végétation naturelle. Transformateur Edificateur (plantes formatrices de l environnement) Une sous-section des espèces envahissantes, qui modifient le caractère, la condition, la forme ou la nature d un écosystème donné sur une aire relativement grande par rapport à tout l écosystème. D après Kumpel et Baillie, 2006 basé sur Richardson et al., 2000, Pysek et al., 2004 et McGeoch et al., 2006 Peu importe la terminologie ou la catégorie de l envahissement, car il y a une petite probabilité pour qu une espèce introduite franchisse effectivement chacune des étapes successives de l envahissement. Une loi générale utilisée occasionnellement est que chaque étape réduit de 90% le nombre des espèces qui l atteignent. Ainsi, 10% des ces espèces effectivement introduites deviennent établies; 10% de ces espèces établies deviennent naturalisées et autour de 10% (ou moins) de ces espèces naturalisées deviennent des espèces envahissantes. Ainsi, la probabilité d une espèce introduite de devenir envahissante est autour de 0,1% - certains disent : une à partir d un million d espèces! Ceci est heureux vu le fait que des milliers d espèces (ou d autres taxa) sont introduits dans de nouveaux écosystèmes chaque année. Le temps qui s écoule entre l introduction et l envahissement peut varier considérablement, parce que la progression d une étape à l autre varie selon les espèces, les habitats/écosystèmes. Pour certaines espèces, le temps de l introduction à la naturalisation peut être de l ordre de semaines ou de mois, pour d autres, tels que les arbres, cela peut prendre des années, des décennies voir des siècles. Quelquefois, on en parle comme une phase d «établissement», qui alors est suivie par l agrandissement de l étendue ou l impact du nouvel envahissement avant sa consolidation. 12 Analyse Economique des Espèces Envahissantes

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) pour une visibilité des fournisseurs de Shell à l échelle internationale www.shell.com/supplier/qualification Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Cinquante-et-unième session du Comité permanent Bangkok (Thaïlande), 1 er octobre 2004 SC51 Doc.

Plus en détail

Pour un véhicule utilitaire plus sûr

Pour un véhicule utilitaire plus sûr Pour un véhicule utilitaire plus sûr Résultats et commentaires de l enquête réalisée par les services prévention des Caisses régionales d assurance maladie. La CNAMTS a mobilisé les services prévention

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Termes de référence. Appui au projet Développement des capacités des OCBs

Termes de référence. Appui au projet Développement des capacités des OCBs Contexte Termes de référence Appui au projet Développement des capacités des OCBs Le projet Développement des capacités des OCBs, appuyé par le PNUD et le SVF, a démarré en mars 2007 avec le recrutement

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries Le Nord du N.-B. $16.8 millions en investissement Avril 2014 Scieries Scierie Grande Rivière (Saint Léonard) $2.5 millions en investissement Nouveau tamis et système de convoyeur pour copeaux Scierie Kedgwick

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT

LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT Camille BUYCK (Programme mondial de l UICN sur la gestion des écosystèmes) Pourquoi intégrer gestion des

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

FORMATIONS PRÉPARATOIRES ET INITIALES

FORMATIONS PRÉPARATOIRES ET INITIALES FORMATIONS PRÉPARATOIRES ET INITIALES Formations Préparatoires et Initiales Grâce aux formations préparatoires, les étudiants améliorent leurs aptitudes d apprentissage et se préparent pour passer une

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

ENTRE (MAROC) (FRANCE) Page 1 sur 6

ENTRE (MAROC) (FRANCE) Page 1 sur 6 A C C O R D D E J U M E L A G E ENTRE L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU TENSIFT (MAROC) ET L AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE ET CORSE (FRANCE) Page 1 sur 6 PREAMBULE La présente convention s inscrit

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL Arrière-plan et objectifs Atelier de formation, le 4 novembre 2014 Montreux, Suisse Les zones

Plus en détail

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote Projet de Note d orientation XXXX Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote I. INTRODUCTION L article 1 de la Règle XXXX des courtiers membres concernant la fixation d un juste prix pour

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

La Région de Manchester

La Région de Manchester Zoom Région La Région de Manchester Sylvie Morton, Business Development Manager, Manchester s Investment and Development Agency (MIDAS) Le succès croissant qu a connu la région Manchester au cours de ces

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX Règles foncières liées à la GDT Contexte 60% de la population dépend de la terre pour vivre Une mise en culture de plus de 65% des terres arables Un déplacement du front arachidier vers les zones d élevages

Plus en détail

De l Eau de Là CALA 2009. En partenariat avec la communauté Urbaine d Antalaha. Et en collaboration avec :

De l Eau de Là CALA 2009. En partenariat avec la communauté Urbaine d Antalaha. Et en collaboration avec : De l Eau de Là Madagascar 2009 Le Chantier Ecole d Ambodikakaze Projet présenté par CALA (Comité d'aide aux Lépreux d'antalaha) Côte de la vanille Madagascar janvier 2009 De l Eau de Là Chantier Ecole

Plus en détail