Les risques environnementaux vus par les entreprises, leurs banquiers et leurs assureurs. Rapport du groupe de travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les risques environnementaux vus par les entreprises, leurs banquiers et leurs assureurs. Rapport du groupe de travail"

Transcription

1 ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Les risques environnementaux vus par les entreprises, leurs banquiers et leurs assureurs. Rapport du groupe de travail

2 OBJET DU RAPPORT La gestion du risque environnemental est devenue une problématique majeure du développement économique des entreprises, à laquelle sont aussi confrontés, par transfert direct ou indirect, les compagnies d assurances et les organismes bancaires en tant que partenaires financiers de ce développement. Comment repérer les risques environnementaux? Comment les réduire ou les éliminer? Comment les couvrir financièrement? Comment en retirer des opportunités de développement? L objet de ce document est de présenter les réflexions issues d un groupe de travail ad hoc, composé d industriels, de banquiers et d assureurs, qui s est réuni plusieurs fois entre 2003 et Ce groupe s est penché sur les approches des risques environnementaux par ces trois acteurs, avec comme objectif d en rapprocher les points de vue en identifiant les difficultés existantes et les synergies possibles. Ce rapport fait notamment le point sur les solutions assurantielles en matière de risque environnemental en France. Ce rapport est suivi d un «Guide de caractérisation des risques environnementaux d une entreprise, à usage de son banquier ou de son assureur» ; ce document propose des questions clés à aborder dans le dialogue entre les trois acteurs autour de la maîtrise des risques environnementaux des industriels. Enfin, un lexique est fourni en annexe : il tâche de clarifier un certain nombre de termes clés de la gestion des risques environnementaux, en vue du dialogue entre les entreprises et les assureurs ou les banquiers. Le plan de ce rapport est donc le suivant : OBJET DU RAPPORT - SOMMAIRE SOMMAIRE CHAPITRE I : INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU...3 CHAPITRE II : LES DIFFICULTÉS INHÉRENTES À CHACUNE DE CES APPROCHES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU...13 CHAPITRE III : COMPLÉMENTARITÉS ET SYNERGIES : OPPORTUNITÉS ET RECOMMANDATIONS...16 CONCLUSION...18 ANNEE I GUIDE DE CARACTÉRISATION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU D UNE ENTREPRISE, À USAGE DE SON BANQUIER OU DE SON ASSUREUR...19 ANNEE II QUELQUES DÉFINITIONS À RETENIR SUR LA GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU

3 CONSTITUTION DU GROUPE DE TRAVAIL Les personnes suivantes ont participé au groupe de travail : AGF...Mme Laville-Timsit AGF...Mme Thieck ALCAN...Mme Paupelin ALCAN...M. Sonigo ATOFINA...M. Berard AA...Mme Monereau AA...Mme Plichon BNP PARIBAS...M. Dumoulin BNP PARIBAS...M. Favarel CAISSE DES DÉPÔTS...M. Sicard CEA...M. Chambon COGEMA...M. Van Hecke DELOITTE...Mlle Lefevre DEIA...M. Flamand FRANCE TELECOM...M. Deflaux GAZ DE FRANCE...Mme Durand-Gouyet MARSH SA...M. Mocklinghoff PSA PEUGEOT CITROEN...M. Allot RATP...M. Charrier RENAULT...M. Dagher RENAULT...M. Le Saché RHODIA...M. Fort SAUR...M. Deguin SAINT GOBAIN...Mme Charbonnel SFR...Mme Moulin SNCF...Mme Guimard SOCIETE GENERALE...M. Godard SOLVAY...M.de Berraly SUEZ...Mme Mertens-Stobbaert VEOLIA ENVIRONNEMENT...M. Hayward VEOLIA ENVIRONNEMENT...M. Heron ZURICH...Mme Baillif EpE...M. Armand (animateur) EpE...M. Fischer (rapporteur) EpE remercie vivement l ensemble des personnes ayant participé aux travaux ; et tout particulièrement Sylvie Monereau (AA) et Christoph Mocklinghoff (MARSH SA) pour leur contribution sine qua non à l élaboration de ce rapport. 2

4 CHAPITRE I I. L APPROCHE DES INDUSTRIELS INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU Les conséquences de la concrétisation d un risque environnemental, pour une entreprise, dépassent très largement le simple constat des dégâts causés à la nature : impacts financiers, déficits d image, pertes de marché voire boycott des produits, etc. peuvent fragiliser la pérennité de l entreprise. Aussi, les risques environnementaux sont depuis longtemps intégrés dans la gestion des entreprises industrielles et dans les politiques de maîtrise de l ensemble des risques. Ces risques peuvent être induits par les éléments suivants : - exploitation des sites de production ou des installations (risques process), - transports de marchandises, - usage des produits (produits défectueux, mauvais usage ou usage non prévu, recyclage problématique en fin de vie), - prestations de services chez des tiers, - etc. Les politiques de gestion des risques environnementaux des entreprises reposent sur plusieurs compétences, qu il convient de croiser et d animer, si possible, par un Risk Manager en charge du processus global : Les ingénieurs chercheront notamment à : - anticiper au mieux les risques via une veille organisée, - avoir une cartographie exhaustive des risques environnementaux critiques liés à l activité de l entreprise, - évaluer leur niveau de maîtrise de l ensemble de ces risques environnementaux pour bien piloter les actions correspondantes, en hiérarchisant notamment ces actions en fonction de la criticité des risques. En collaboration avec le département financier, ils tâcheront ensuite d évaluer la capacité financière nécessaire à la bonne maîtrise des risques et les provisions budgétaires correspondantes. Si besoin, le Risk Manager (ou son équivalent) cherchera auprès de partenaires assurantiels une couverture supplémentaire. Les juristes pourront aider l entreprise à faire face à des responsabilités réglementaires croissantes et à évaluer leurs impacts, ainsi qu à mieux comprendre les conséquences de la responsabilité civile ou pénale. Enfin, les équipes de communication ou en charge des relations extérieures chercheront à répondre aux attentes des agences de notation extra financière et à se mettre en capacité de répondre aux pouvoirs publics, ainsi qu à la société civile (riverains, consommateurs, etc.) en matière de gestion des risques environnementaux. INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU De nombreuses méthodes de gestion des risques environnementaux ont été élaborées, et des organisations correspondantes ont été mises en place dans les entreprises. Les quelques exemples qui suivent ont été présentés au cours des réunions du groupe de travail. 3

5 INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU EEMPLE 1 : La Cartographie des Risques Développée par EpE en 2000, la «Cartographie des risques» propose une méthodologie pour apprécier ces risques en nature, en gravité et en probabilité, et permettre ainsi leur gestion : hiérarchisation, prévention, confinement, couverture, optimisation des mesures prises, suivi dans le temps Cette méthode vise notamment à : définir les risques environnementaux (concepts, principes de vocabulaire, champ retenu, exemples de référence), dresser un inventaire (recherche puis consignation dans une base de données), apprécier les risques (événements, typologie, gravité, probabilité, équivalences financières, représentations cartographiques), hiérarchiser et gérer les risques (prévention, confinement, couverture). Cette méthode est disponible sur simple demande auprès d EpE EEMPLE 2 : Le processus classique de gestion des risques Un modèle communément adopté de gestion cyclique des risques est constitué par les sept étapes suivantes : 1. Identification du risque 2. Evaluation de l enjeu (ou «criticité» du risque) : gravité potentielle du risque probabilité (= occurrence potentielle) 3. Evaluation de l accessibilité du traitement du risque : coûts ou difficultés des actions à mettre en place pour faire redescendre la criticité du risque à un niveau acceptable délai de mise en place de ces actions 4. Hiérarchisation des risques sur une matrice enjeu / accessibilité 5. Elaboration du plan d action qui découle de cette hiérarchisation 6. Mise en place des actions et des indicateurs associés 7. Suivi des résultats Ce modèle se révèle être conceptuellement simple et peu complexe à faire vivre (à l exception de l identification du risque qui est paradoxalement la phase la plus délicate dans la pratique, alors que la plupart des méthodes la considère comme une donnée existante). De plus, il offre une très bonne lisibilité des choix de l entreprise et garantit leur rationalité, en s affranchissant de perceptions erronées ou subjectives qui conduiraient à des hiérarchisations non fondées. EEMPLE 3 : La modélisation des risques selon la SAUR La méthode créée et mise en œuvre par la société SAUR (distribution d eau, d énergie et traitement des déchets) est fondée sur les processus de l entreprise et sur les risques qui résultent de ces activités, et se rapproche fortement du modèle cyclique présenté au paragraphe précédent. Elle vise à impliquer les responsables opérationnels et à déboucher sur l action. Elle intègre qualité, sécurité et environnement. Les risques associés, de nature juridique et financière, sont intégrés à cette analyse. En revanche, les risques de nature politique ou médiatique ne relèvent pas du même exercice, mais d une démarche parallèle qui prend elle aussi en compte leur gravité et leur probabilité. La méthode identifie d abord les risques, les évalue sous l angle de leur gravité et de leur probabilité, puis de leur maîtrise (prévention et surveillance). La priorité va aux risques les plus élevés et les moins maîtrisés. Le système est «bouclé» : c est par itérations successives que les risques sont traités, en ce sens, d une part que l on n attend pas une analyse exhaustive des risques pour définir des actions et que, d autre part, l amélioration de la situation et le suivi de l application de la méthode font apparaître pour l itération suivante de nouvelles zones non encore traitées car non prioritaires au stade précédent. 4

6 Des audits internes vérifient une fois par an, pour chaque unité opérationnelle (29 unités dans le monde), la mise en œuvre des actions prioritaires. Le groupe dispose à cette fin de cinq auditeurs internes. Les plans d amélioration sont également intégrés au contrôle de gestion à rythme mensuel. Le processus permet de réduire progressivement l insuffisance de maîtrise des risques à traiter : initialement plusieurs centaines de risques repérés au stade de l identification, réduits à quelques dizaines de risques significatifs après analyse de la gravité, avant d arriver aux risques prioritaires dont la maîtrise est urgente à améliorer. Après plusieurs cycles du management QSE, c'est-à-dire plusieurs réalisation de programmes d amélioration, la performance QSE est orientée sur les risques évalués comme moins prioritaires à l initial ; et ainsi de suite jusqu à assurer un niveau de maîtrise décidé pour l ensemble des risques de l entreprise. Ce niveau de maîtrise fait l objet ensuite d une surveillance continue. Les risques significatifs sont analysés par activité pour orienter la politique du groupe, par unité pour orienter la politique de l unité, et par site pour déboucher sur un plan d action. Le travail est effectué par des groupes de travail composés de représentants du «processus», de la fonction Qualité Sécurité Environnement (QSE) au niveau du groupe et de la même fonction au niveau d une ou deux régions, et d opérationnels. La caractéristique de cette méthode est qu elle traite de qualité, de sécurité et d environnement en termes opérationnels, sans aucun cloisonnement, en intégrant pour ce faire les responsables opérationnels. Cette philosophie tournée vers l action se manifeste par l attitude vis-à-vis de la certification ISO : laissée à la décision des unités opérationnelles et appliquée à l ensemble d une activité plutôt qu à des sites. La politique du groupe ne vise pas la certification en soi mais bien le fonctionnement d un système de management intégré. Pour en savoir plus : EEMPLE 4 : Prise en compte des risques environnementaux dans l outil Balanced Scorecard La méthode Balanced Scorecard a été mise au point par Kaplan & Norton en 1992 et vise à identifier les enjeux d une Business Unit par une approche séquentielle à quatre niveaux : l approche «Finances» : comment satisfaire les actionnaires (shareholders) en diminuant les coûts et en augmentant les ventes? l approche «Clients» : comment répondre aux attentes de nos clients pour augmenter les ventes? l approche «Processus Internes» : sur quels processus faut-il être performants pour répondre aux actionnaires et aux clients? l approche «Development & Growth» : comment maintenir la capacité au changement et à l amélioration continue des processus? C est une méthode analytique qui doit être déroulée par les Business Unit (BU), plus proche que la Holding, des clients et des processus opérationnels ; elle s appuie sur les indicateurs traditionnels des BU, notamment financiers, qui mesurent la gestion du passé mais ne renseignent pas sur la suite de la vie de l entreprise. Les parties prenantes autres que Clients et Actionnaires n apparaissent pas dans la forme initiale de l outil Balanced Scorecard : leurs attentes ne peuvent donc pas être prises en compte par les équipes de direction de la BU. De plus, dans une entreprise constituée d un siège (Holding ou Corporate) encadrant plusieurs BU, la gestion environnementale et sociétale est généralement confinée au sein de la Holding ; il convient donc de se demander comment faire pour faire redescendre ces préoccupations environnementales et sociétales au niveau des BU. Aussi, la méthode a été complétée par l INSEAD -et renommée Balanced Scorecard & Sustainability- pour intégrer une approche par les Risques, en complément des approches Coûts et Ventes présentes dans la version initiale. Les questions à se poser lors de l étape «Finances» deviennent donc : Comment diminuer les coûts? Comment augmenter les ventes? Comment minimiser les risques? Dès lors, en plaçant la diminution des risques comme question stratégique de l entreprise, les piliers environnemental et sociétal du Développement durable apparaissent naturellement dans la démarche, ainsi que les parties prenantes concernées par ces volets. La démarche replace donc les risques environnementaux à un niveau stratégique, tout en faisant bien appréhender ces volets par les acteurs opérationnels de l entreprise, et non uniquement par des fonctions Corporate. A noter que cette démarche reste tout de même très lourde à animer, et qu elle requiert presque nécessairement l appui d un cabinet de conseil extérieur pour être menée à son terme. INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 5

7 INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 6 II. L APPROCHE DES ASSUREURS Les assureurs, acteurs majeurs du développement économique des entreprises, sont tout naturellement concernés par la modélisation des risques environnementaux qu ils assurent, puisque le savoir-faire de mutualisation des risques constitue leur fond de commerce. Ils ont ainsi développé des méthodes permettant de repérer et d évaluer certains risques environnementaux de leurs clients. La relation assureur / assuré s apparente à la recherche d un compromis acceptable par les deux parties dans la prise de risques, recherche dans laquelle le courtier peut avoir un rôle de «facilitateur» à jouer, en cherchant des assureurs spécialisés dont la politique de souscription répondra à un risque spécifique. A noter que le courtier en assurances doit assumer une responsabilité civile professionnelle dans l interprétation qu il fait, auprès du souscripteur, du contenu de la souscription. Aussi, les assureurs présents dans le groupe de travail ont émis les attentes et objectifs suivants en matière de modélisation des risques environnementaux : identifier au mieux les risques environnementaux de leur client, par un travail en commun et en le complétant par des benchmarks sectoriels, positionner, avec le client, les risques selon leur probabilité d occurrence et leur gravité, et évaluer le niveau de leur maîtrise, juger de la pertinence et de l efficacité de la gestion des risques environnementaux du client (existence et bonne utilisation des procédures, résultats des dispositions prises, pilotage du programme de maîtrise, méthode de hiérarchisation des actions, évaluation des coûts, etc.), distinguer les risques assurables (i.e. qui présentent un aléa et dont la probabilité d occurrence est conforme à la politique de l assureur) des risques non assurables (i.e. qui ne présentent pas d aléa, ou dont la probabilité d occurrence n est pas conforme à la politique de l assureur, ou qui sont exclus du champ de souscription - voir exclusions plus loin), distinguer et évaluer séparément les risques de Responsabilité civile et les risques de Dommages. Afin de bien appréhender les garanties proposées par les assureurs et d asseoir le dialogue assureur - assuré sur un langage commun évitant les interprétations erronées, un glossaire de définitions a été annexé à ce document. Les assureurs distinguent : deux types d assurance : l assurance Responsabilité Civile et l assurance Dommages, deux types chronologiques de risques : les risques environnementaux en cours d exploitation et les risques liés au passif environnemental. 1. Types d assurance : Responsabilité Civile et Dommages L assurance des risques environnementaux constitue une particularité, car la Responsabilité Civile et les Dommages, généralement séparés pour les autres types de produits assurantiels, peuvent être dans ce cas réunis dans une même police sous deux volets : a- Le volet Responsabilité Civile couvre les pertes financières suite à la réclamation d un tiers (dommages corporels, matériels et immatériels causés aux tiers). Depuis 2003, un délai de garantie subséquente de 5 ans au-delà de la fin du contrat est obligatoire, dans tout contrat de droit français et pour toute police en Responsabilité Civile (voir cidessous dans «risques environnementaux en cours d exploitation»). A noter que pour la Responsabilité Civile, l injonction de l administration compétente n est pas considérée comme une réclamation s il n y a pas également un dommage aux biens d un tiers. La «Responsabilité Civile Professionnelle Etudes et Travaux» couvre certains dommages causés aux tiers hors du site de l assuré ; ce volet est très utile pour les prestataires de services qui travaillent sur le site de leur client. b- Le volet «Dommages» couvre les pertes financières de l assuré, y compris les pertes d exploitation, les frais de dépollution sur le site de l assuré (voir paragraphe 2-a-3 ci-après) et dans certaines limites les dommages aux biens de l assuré. Des frais de dépollution sur et hors site résultant d une injonction de l administration compétente en absence d un dommage aux biens d un tiers peuvent également être couverts par ce volet.

8 2. Types chronologiques de risques : Risques environnementaux en cours d exploitation et Risques liés au passif environnemental a- Risques environnementaux en cours d exploitation : Sur le marché français, la plupart des souscriptions portent sur les risques en cours d exploitation. Les caractéristiques de ces polices et notamment les volets de couverture sont les suivants : 1. Seules sont couvertes les atteintes à l environnement résultant d un fait générateur fortuit (i.e. une cause soudaine et imprévue : accident, fuite suite à une rupture de canalisation, glissement de terrain, inondation, etc.). La pollution chronique est donc exclue de ces polices (i.e. une pollution autorisée ou tolérée par les autorités administratives pour l'exploitation du site de l'assuré, résultant des conditions d'exécution normales de l activité ; ou encore une pollution incrémentale, i.e. dont on ne peut identifier le fait fortuit générateur -exemple de la station essence où une très faible quantité de carburant s échappe du tuyau à chaque utilisation de la pompe par les automobilistes mais finit par polluer progressivement le sol). La reprise du passé inconnu illimité dans le temps est intégrée dans tout contrat en droit français en Responsabilité Civile depuis 2003 : cette extension vise les atteintes à l environnement inconnues de l assuré à la date de mise en place du contrat, pour autant qu elles résultent d un fait antérieur fortuit et inconnu. 2. La garantie accidentelle est systématiquement proposée par ces polices ; elle porte sur les atteintes qui résultent d un fait générateur fortuit et ne se réalisent pas de façon lente, graduelle ou progressive. Elle couvre les conséquences financières de réclamations de tiers lorsque celles-ci sont connues dans un bref délai (de l ordre de quelques jours) après la survenue du fait générateur. 3. La garantie graduelle peut être proposée par ces polices. Elle porte sur les atteintes qui résultent d un fait générateur fortuit et se réalisent de façon lente, graduelle ou progressive. Elle couvre les conséquences financières de réclamations de tiers lorsque celles-ci sont portées après la survenue du fait générateur mais dans la période d assurance ou dans un délai subséquent de 5 ans au-delà de la fin de cette période. 4. Les frais de dépollution sur site sont couverts depuis 2000 par un volet complémentaire «Dommages». Cette extension constitue une importante avancée pour les assurés dans la mesure où une pollution survient généralement d abord sur leur site avant de générer la réclamation d un tiers. Cette extension comprend la couverture d une dépollution sur site, imposée ou non par une injonction administrative. 5. Les frais de prévention et de mise en sécurité sur le site de l assuré sont couverts par un volet «Frais de prévention» si cette intervention permet d éviter la survenance ou l aggravation d un dommage aux tiers imminent garanti par la police. Ce volet est offert sur la base de survenance d un fait dommageable pendant la durée de la police. Ni la reprise du passé inconnu (cf. ci-dessous), ni la garantie subséquente ne s appliquent à ce volet qui est à la frontière entre RC et Dommages. b- Risques liés au passif environnemental : Le passif environnemental est constitué des pollutions historiques (i.e. pollutions produites avant le début de la souscription) chroniques ou non (i.e. entraînées ou non par un fait générateur fortuit) et comporte aussi bien des risques en Responsabilité Civile qu en Dommages. Les solutions d assurance liées au traitement financier d un risque résultant d un passif environnemental permettent d éviter les contraintes liées à un provisionnement comptable assez aléatoire et des impacts potentiellement négatifs sur le bilan et les comptes de résultat. Elles peuvent notamment trouver une application dans les opérations de fusion & acquisition ainsi que le développement immobilier sur des anciens sites industriels. INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 7

9 INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU Certains produits d assurance en France permettent de prendre en charge certaines conséquences financières d un passif environnemental, décrites dans les cases V à VII du tableau de la page suivante, pour des pollutions survenues avant la date de souscription et engendrant des réclamations pendant la durée de garantie (durée maximale de 10 ans). La couverture de ces risques est fondée sur des audits environnementaux, de type Phase 1 / Phase 2 (approche anglo-saxonne) ou encore via la méthodologie du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) : Evaluation Simplifiée des Risques (ESR) / Evaluation Détaillée des Risques (EDR). Ces audits visent à conclure à la probabilité de présence de ces risques, et à les distinguer entre risques non connus et risques connus : 1. Les risques non connus : Outre le passé inconnu décrit ci-dessus et intégré à chaque contrat en Responsabilité Civile, les risques non connus peuvent comprendre aussi les pollutions non identifiées par les audits préalables et, au cas par cas et selon les politiques de souscription des Assureurs, les pollutions identifiées à des seuils en deçà des valeurs guides ou réglementaires, et pour lesquelles il n y a aucune évidence qu une remise en état soit nécessaire durant la durée de la police ou qu elles dégénèrent après la souscription jusqu à provoquer une réclamation de tiers. Les polices correspondantes peuvent inclure aussi le durcissement éventuel de la réglementation. 2. Les risques connus : Ce sont les risques identifiés et qui nécessitent des travaux de dépollution. Des marchés spécifiques se sont développés pour couvrir le dépassement des coûts initialement prévus dans le cadre d un chantier de dépollution. Sous réserve de la réalisation préalable d un audit approfondi de la pollution identifiée, ces surcoûts peuvent être couverts par des assurances du type «cost-cap». AA propose par exemple une telle police sous la dénomination «S Dépoll». c- Les risques suivants sont aujourd hui exclus des polices d assurance : Pour l ensemble des risques (en cours d exploitation ou liés au passif environnemental) : 1. les ondes électromagnétiques, 2. les organismes génétiquement modifiés, 3. l amiante (concerne principalement la responsabilité civile de l employeur vis-àvis de ses propres employés ; en revanche, le volet «Responsabilité Civile Professionnelle pour études et travaux» permet d assurer les entreprises spécialisées dans le diagnostic amiante ou dans le désamiantage), 4. le risque nucléaire, 5. l inobservation connue des textes réglementaires, 6. les dommages écologiques à des biens non appropriés (faune, flore, air, etc.) à l exception des frais de dépollution garantis par certains assureurs (mais les assureurs français travaillent à l élaboration de volets permettant de couvrir les nouvelles responsabilités environnementales induites par la directive européenne qui sera transposée en droit français avant avril 2007), 7. les risques de développement (voir définition en annexe). Pour les risques non connus liés au passif environnemental uniquement : 8. l augmentation des risques du fait de l assuré pour l une des raisons suivantes : investigation volontaire de l assuré après souscription (sans accord de l assureur), fermeture du site, développement du site vers un autre usage plus sensible (sans analyse préalable relative à ce nouvel usage). 8

10 I II III IV V VI Module de couverture Dommages corporels, matériels et immatériels aux tiers sur site et hors site (manifestation rapide : base accidentelle) Dommages corporels, matériels et immatériels aux tiers sur site et hors site (manifestation lente : base graduelle) Frais de prévention - complément RC Frais de dépollution sur site et frais de dépollution hors site sans réclamation de tiers (sur injonction administrative) Risques connus - passif environnemental: dépassements des coûts prévus de chantier de dépollution Risques non connus - passif environnemental : dommages corporels, matériels et immatériels aux tiers sur site et hors site hors frais de dépollution VII Risques non connus - passif environnemental : frais de dépollution non prévus sur site et hors site basés sur la réclamation d'un tiers y compris l'injonction administrative 3. Récapitulatif des modules de couvertures disponibles sur les marchés assurantiels actuels Le tableau ci-dessous, élaboré par la société MARSH S.A. synthétise les risques décrits cidessus. RC (Responsabilité Civile) Dommages (*) : Responsabilité Civile Atteinte Environnement (**) : limité en montant de garantie, et la plupart du temps aux installations non classées ou leur équivalent à l étranger. EEMPLE 1 : L approche des AGF Type de risques et Période de couverture Risques en cours d'exploitation. La manifestation doit intervenir pendant l'année de couverture. Risques en cours d'exploitation, y compris la reprise du passé inconnu (fait fortuit et inconnu). La réclamation doit intervenir pendant l'année ou dans les 5 ans qui suivent. Risques en cours d'exploitation. La manifestation doit intervenir pendant l'année de couverture. Dépassements des coûts prévus pendant la durée du chantier de dépollution Risques liés aux pollutions survenues avant la date de souscription, inconnues, ou repérées mais dont la dégénerescence en dommage n'était pas prévisible au moment de la souscription. Durée de couverture jusqu'à 10 ans pour des reclamations pour des faits survenus avant la souscription. RC Générale Les enchaînements conduisant à un sinistre environnemental sont si variés qu'il est difficile d'appliquer une modélisation à un tel risque, qu'il soit de type Responsabilité Civile ou Dommages aux Biens. Les AGF offrent des prestations de service et des garanties d'assurance contre les risques environnementaux en cours d'exploitation. Cette offre est de deux types : En amont, par des prestations de service d'audit des risques et de prévention. Ainsi, par des visites de sites, par le dialogue avec l'entreprise et par l'expérience, les AGF peuvent identifier et analyser les enchaînements possibles des risques et leur impact sur l'environnement. En aval, par des contrats d'assurance adaptés aux risques de l'entreprise et à sa demande : contrat d'assurance de RC Atteintes à l'environnement d'origine accidentelle et/ou graduelle avec la garantie des Frais de Prévention, contrat d'assurance Multirisques Environnementaux avec la garantie des frais de dépollution des sols de l'assuré, contrat RC Etudes et Travaux pour les BET travaillant dans l'environnement, etc.. Pendant la période de validité de ces contrats sont effectuées périodiquement des visites de sites par des équipes d'ingénieurs spécialisés afin d'identifier les risques environnementaux et proposer des recommandations de prévention et d'amélioration. Les AGF vont également proposer un nouveau contrat dans le courant de l'année 2006, lequel, outre l'aspect classique des risques de Responsabilité Civile et des frais de dépollution des biens de l'assuré (garantie Dommages aux Biens optionnelle), prendra en compte la réparation de dommages environnementaux tels qu'ils résultent de l'application de la Directive Européenne 2004/35/CE du 21 avril (**) Type de produit assurantiel RCAE (*) Assurpol Multirisques Assurpol Autres marchés spécialisés AA S Depoll et autres produits équivalents INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 9

11 INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU III EEMPLE 2 : L approche d AA CORPORATE SOLUTIONS Dans le processus d étude de garanties d assurance, la caractérisation des risques d atteintes à l Environnement s effectue à un double niveau : Une analyse de risques formatée et réalisée à l échelle du groupe qui s appuie sur l ensemble des données et des échanges tels que ceux présentés au titre du Guide figurant en Annexe 1 (Environmental Impairment Liability Account Engineering Review). Une analyse de risques effectuée à l échelle des sites de l Assuré ou sur sites de tiers sur la base d audits s appuyant sur la méthodologie DSP. Les deux niveaux d analyse sont confrontés, afin de permettre au souscripteur de la compagnie d apprécier le profil du client (forces et faiblesses) et de dimensionner son offre en conséquence. L offre Environnement d AA Corporate Solutions Assurance comporte : Une offre ingénierie : spécifique Environnement ou bien combinée multi-périls. Les garanties relatives aux risques opérationnels et pouvant être souscrites indépendamment des risques RC Générale : RC Atteintes à l Environnement comprenant les Frais de Prévention, Multirisque environnement avec extension possible aux dommages aux biens mobiliers et/ou immobiliers, ainsi qu à la Perte d exploitation, RC Atteintes à l Environnement pour les Chantiers de Dépollution / Désamiantage, RC Atteintes à l Environnement pour les prestations de services Etudes & Travaux. Le produit S Dépoll pour la protection financière des Chantiers de Dépollution en cas de dérapage des coûts. Courant 2006, le lancement d un nouveau produit permettant d étendre les garanties du produit Multirisque Environnement à la couverture de la Responsabilité Environnementale conformément à la Directive Européenne 2004/35/CE. L APPROCHE DES BANQUIERS Les banquiers s intéressent aux risques environnementaux des clients ou des projets qu ils financent, notamment en raison du risque crédit, c est-à-dire du risque de défaillance dans le remboursement, qu ils induisent. Mais au-delà du dommage économique, un déficit de réputation du client, et donc par transfert, du banquier, peut survenir à la suite d une crise environnementale ; il pourra même arriver que la société civile ou les pouvoirs publics se retournent vers le banquier, faute d autre acteur identifiable dans le montage du projet, pour en assumer les conséquences environnementales. Afin d évaluer les risques de crédit, les banquiers s intéressent principalement aux risques environnementaux non assurés, puisque les autres bénéficient, a priori, d une garantie économique suffisante. Ainsi, de nombreux risques non assurés sont in fine portés par les banques (exemple des ondes électromagnétiques pour un opérateur téléphonique, silice, etc.). Cette particularité apporte une difficulté supplémentaire à l identification et l évaluation des risques environnementaux de l industriel ou du projet financé. Il faut noter que les banquiers peuvent être poursuivis à la suite d un dommage environnemental avéré de leur client, ce qui les distingue notamment des assureurs. Aussi, les banquiers présents dans le groupe de travail ont listé les attentes et objectifs suivants en matière de modélisation des risques environnementaux de leurs clients : identifier au mieux les risques environnementaux, par un travail en commun avec l industriel, ou complété éventuellement par des benchmarks sectoriels, juger de l efficacité des dispositifs de gestion mis en place par l entreprise, identifier les risques non assurés, et évaluer le niveau de leur maîtrise, identifier les écarts par rapport à la conformité réglementaire, distinguer les risques inhérents à l activité courante de l entreprise et les risques liés à un projet particulier, mesurer l efficacité de la concertation avec les stakeholders afin d évaluer et de prévenir les risques de réputation, évaluer les impacts financiers potentiels des risques environnementaux et les traduire en termes de risque crédit. 10

12 Les risques d un établissement financier sont modélisés comme risque de crédit, risque de marché ou risques opérationnels. La réglementation dite «Bâle II» pousse l ensemble des établissements financiers à formaliser leurs outils, l enjeu étant de minimiser le capital «réglementaire» par l utilisation d une approche dite «avancée». Les risques environnementaux apparaissent soit comme un risque opérationnel (si la banque est concernée) soit comme un risque de crédit (si le client est concerné). Les exemples suivants d approches faites par certains banquiers ont été présentés lors des réunions du groupe de travail. EEMPLE 1 : L approche de BNP Paribas La modélisation des risques fait l objet de travaux qui sont au cœur des métiers de la banque sous un double aspect: réglementairement pour minimiser le capital minimal (cf. Bâle II) exigé, grâce à l utilisation de méthodes avancées (non standard), tratégiquement pour optimiser le couple rendement / risque. Cette démarche développée pour les risques de marché et les risques de crédit est en voie de finalisation pour les risques opérationnels. La modélisation des risques environnementaux ne fait pas l objet d une recherche spécifique. En revanche les risques environnementaux sont intégrés dans les méthodes d analyse et d évaluation des risques de crédit et des risques opérationnels. Concernant les risques de crédit, la banque de détail utilise des méthodes de scoring, tandis que la banque de grande clientèle pour les contreparties «corporate» utilise des méthodes du type RAROC (risk assessment of return on capital). Dans ce dernier cas, les risques environnementaux sont intégrés dans deux analyses qui permettent de calculer la perte prévisible : la probabilité de défaut du client (l exposition des activités de la contrepartie aux risques environnementaux étant une composante de sa note intrinsèque ou rating, corrigée par l existence d un éventuel support, par exemple une lettre de confort), le taux de récupération anticipé sur les actifs financés ou apportés en garantie. Concernant la banque de détail, la conception et le déploiement d outils simplifiés permettant d identifier une composante environnementale significative dans le risque de contrepartie sont en voie de finalisation. Les financements de projets font l objet de procédures spécifiques mises en œuvre par des équipes spécialisées qui intègrent de longue date toutes les natures de risques (y compris environnementaux et sociaux) susceptibles d entraver le fonctionnement des projets financés. EEMPLE 2 : L approche de la Société Générale Pour les activités de banque de détail, la Société Générale diagnostique les risques environnementaux chez ses clients ou prospects en procédant à une analyse reposant sur un filtrage à quatre échelons : 1. utilisation par les opérationnels de guides de bonnes pratiques (et non d audit) qui fournissent une démarche et listent les signaux d alarme, 2. questionnaire de niveau 1, avec des questions du type : «Y a-t-il beaucoup de déchets?», «Le site semblet-il propre?», «Existe-t-il un système de gestion du type ISO?», etc., 3. questionnaire de niveau 2, plus précis que le précédent si ce dernier fait présumer un risque : «Activité polluante ancienne?», «Habitations proches?», «Présence d amiante?», etc., 4. audit par un cabinet spécialisé extérieur si le questionnaire de niveau 2 maintient le doute. Cette approche permet à la banque de positionner l entreprise par rapport aux autres sociétés du même secteur d activité. Dans les opérations de financement de grands projets (en général traités par des syndicats bancaires) les «due diligences» environnementales sont confiées à des cabinets spécialisés. Les spécifications de réalisation incluent alors la vérification de l existence et de la qualité d une étude d impact environnementale (EIA) et sociale (ESIA) par rapport aux préconisations d organismes internationaux de référence (Banque Mondiale, OCDE, BIT). INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 11

13 INDUSTRIEL, BANQUIER OU ASSUREUR : TROIS APPROCHES DIFFÉRENTES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU IV SYNTHÈSE DES TROIS APPROCHES Le tableau suivant propose la synthèse des intérêts de chacune des trois parties (industrie, banque, assurance) portés aux différentes étapes de la gestion des risques environnementaux : Objectif Intérêt Industriel Assureur Banquier Identification des risques environnementaux, produits et process x x x Evaluation de leur criticité x x x Evaluation du niveau de maîtrise, et distinction entre risques maîtrisables et risques aléatoires x x x Evaluation des capacités techniques nécessaires pour les réduire à un niveau acceptable Evaluation des capacités financières nécessaires pour les réduire à un niveau acceptable x x x Distinction entre risques assurables et non assurables x x x Evaluation de la rigueur et de l efficacité des méthodes de gestion des risques utilisées par l entreprise x x x Suivi des évolutions de la réglementation et identification des non-conformités possibles et des adaptations nécessaires x x x Evaluation des conséquences potentielles en Responsabilité Civile de la concrétisation des risques environnementaux x x x Evaluation des conséquences financières potentielles x x x Evaluation de la communication externe et de la consultation des parties prenantes externes sur les risques environnementaux x x Compréhension de la façon dont les partenaires externes (assureurs, banquiers, mais aussi agences de notation) évaluent la gestion interne des risques environnementaux Une synthèse des trois approches, mais qui serait sans doute quelque peu réductrice voire tautologique, consisterait à affirmer que : les industriels s attachent à identifier et maîtriser l ensemble de leurs risques environnementaux, les assureurs regardent principalement les risques qu ils assurent, et les banquiers seront en revanche particulièrement sensibles aux risques non assurés ou pouvant entraîner un risque de crédit ou de réputation de leur client. x x 12

14 CHAPITRE II LES DIFFICULTÉS INHÉRENTES À CHACUNE DE CES APPROCHES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU Comme le chapitre précédent l a souligné, les intérêts des trois acteurs convergent fortement en matière de gestion des risques environnementaux ; de nombreuses difficultés rencontrées seront donc communes, même si le groupe de travail a identifié quelques problématiques spécifiques aux entreprises ou encore aux banques. I. DIFFICULTÉS COMMUNES AU TROIS ACTEURS : INDUSTRIELS, BANQUIERS ET ASSUREURS Les difficultés communes rencontrées dans l approche des trois partenaires des risques environnementaux portent sur les points suivants : identification des risques, gestion de la confidentialité, rigueur méthodologique et hiérarchisation des risques, charge de travail induite par la gestion des risques, difficultés sémantiques entre l industriel, le banquier et l assureur, suivi de la réglementation, organisation managériale de la gestion des risques par les entreprises. 1. Identification des risques Le travail préliminaire à toute gestion des risques consiste à les identifier. Cette étape apparaît, pour les industriels comme pour leurs partenaires financiers et assurantiels, la plus importante mais aussi la plus délicate, puisqu on ne saurait être convaincu de l exhaustivité des recherches effectuées et des risques identifiés. Domaine d intérêt commun mais aussi de difficulté commune aux trois acteurs, ce travail prospectif devra rassembler un grand nombre de parties prenantes, dans et en dehors de l entreprise, pour élargir le plus possible les points de vue et faire émerger toutes les potentialités de risque. A l intérieur de l entreprise, il n est pas rare que les responsables de site ne dévoilent pas certains risques de crainte d en être tenus pour responsables. Il faut souvent plusieurs «tours» d analyse pour obtenir une vue complète, à condition bien sûr que la Direction Générale ne sanctionne pas la franchise. En dehors des risques connus ou de ceux repérés au cours de la consultation des parties prenantes ou à l écoute des signaux faibles, de nouveaux risques peuvent apparaître : le «passif environnemental» d un site, qui ne se révèle souvent que tardivement et parfois lorsque le responsable de la situation n est plus forcément en mesure d en assumer et réparer les conséquences, les risques de catastrophe naturelle, les risques de développement liés à de nouvelles activités ou de nouveaux produits, les risques réglementaires et notamment ceux induits par la nouvelle directive européenne sur la Responsabilité Environnementale, ou encore par la loi Sarbanes-Oxley concernant les entreprises cotées aux Etats-Unis, les nouveaux risques économiques induits par des problématiques environnementales (exemple du marché des quotas d émission de CO2), les risques d actions collectives de la part des consommateurs ou autres parties prenantes (class action à la française), etc. LES DIFFICULTÉS INHÉRENTES À CHACUNE DE CES APPROCHES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 13

15 LES DIFFICULTÉS INHÉRENTES À CHACUNE DE CES APPROCHES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 2. Gestion de la confidentialité Les industriels peuvent être tentés de masquer un risque, ou tout au moins d en retarder ou minimiser la communication à l extérieur de l entreprise, du moins tant que n ont pas été menés à leur terme les contrôles nécessaires à l identification ou à l évaluation précise du risque. Cette posture est très certainement nuisible d une part à la maîtrise des risques en général, et à la prise en considération par les banquiers et les assureurs, et d autre part à l image de l entreprise ; à l inverse, une démarche de transparence permettra de maintenir la confiance des parties prenantes, et donc de prévenir les risques de crise et d atteinte à la réputation. 3. Rigueur méthodologique en matière de hiérarchisation des risques Une mauvaise connaissance des problématiques significatives du secteur de l entreprise, ou la pression d un stakeholder interne ou externe, peut pousser un industriel à surévaluer la criticité d un risque environnemental, et donc à lui accorder une priorité non fondée. Ce biais peut être évité par une démarche rationnelle de hiérarchisation et de gestion des risques, garantissant une affectation des priorités en fonction de critères connus et pertinents. Ce type de démarche ne se retrouve pas dans toutes les entreprises, tout au moins de façon formalisée, ce qui nuit à la lisibilité et au dialogue avec les partenaires économiques. Le cas échéant, l assureur peut aider l entreprise à mettre en place ce type de démarche. A titre d illustration, la mise en place d un Système de Management Environnemental (SME) facilite une hiérarchisation pertinente des risques environnementaux. 4. Charge de travail induite par la gestion des risques Si le risque zéro n existe sans doute pas, la posture naturelle de nombreux stakeholders est néanmoins de le rechercher ; la société civile, notamment, fait pression sur les entreprises pour tendre vers ce risque zéro. Or, prouver qu un risque n existe pas s avère souvent beaucoup plus difficile que rechercher des preuves de son existence, puisqu un doute peut toujours subsister ; c est même scientifiquement en général impossible. Aussi, la gestion des risques environnementaux peut se révéler une «boucle ouverte» : il conviendra donc de la circonscrire au regard du seuil d acceptabilité du risque et des capacités finies de gestion des entreprises et de leurs partenaires. 5. Difficultés sémantiques entre l industriel, le banquier et l assureur Dans le dialogue qui doit s instaurer autour de la gestion de risques environnementaux, la première difficulté concerne la terminologie employée. Bien souvent, chaque métier dispose de ses propres termes, et un travail préliminaire de clarification sémantique s impose : les incompréhensions et interprétations erronées seront ainsi évitées. Afin de limiter ce risque, le groupe de travail a listé et clarifié, en annexe à ce rapport, un certain nombre de termes utilisés dans la gestion des risques environnementaux. 6. Suivi de la réglementation Le suivi de la réglementation environnementale et de ses évolutions peut s avérer complexe, et induire une charge de travail importante pour l entreprise qui veut repérer l impact de ces évolutions sur sa propre situation et en tirer les adaptations ad hoc. Or, on l a vu précédemment, ce suivi revêt une importance capitale pour les industriels, mais tout autant pour les assureurs et les banquiers, dans un objectif d identifier et de prévenir les risques de non-conformité. Dans un souci d efficacité, le travail de suivi pourrait être partiellement mutualisé au sein d un secteur d activité : les syndicats professionnels ont donc naturellement un rôle à jouer en la matière, mais les assureurs peuvent aussi aider les industriels à compléter cette veille réglementaire, en raison du panel de clients dont ils peuvent disposer au sein d un même secteur. 14

16 II. III. 7. Organisation managériale de la gestion des risques environnementaux La fonction du Risk Manager n existe pas toujours dans les entreprises : la gestion des risques environnementaux est parfois confiée aux opérationnels ou à la direction Environnement. En l absence de Risk Manager, l assureur ou le banquier peine souvent à identifier ses interlocuteurs ad hoc. Cette situation nuit au traitement des risques environnementaux, et peut être l indice d une gestion non mature de ces risques. Lorsqu un Risk Manager est en place, il est l interlocuteur naturel des compagnies d assurances et des partenaires financiers. Mais la question de son positionnement hiérarchique n est pas neutre : rattaché à la direction Environnement, il aura accès à toutes les informations nécessaires au suivi des problématiques environnementales de l entreprise, et fera donc bénéficier les partenaires de l entreprise de cette connaissance et de sa compétence ; externe à ce service, il disposera d une marge plus importante pour animer la démarche de gestion des risques, mener des éventuels audits, et évaluer plus objectivement la maîtrise des risques environnementaux. DIFFICULTÉS SPÉCIFIQUES AU INDUSTRIELS En dehors des points cités précédemment, les industriels sont confrontés, dans leur gestion des risques environnementaux et dans le dialogue qu ils doivent avoir avec leurs partenaires financiers ou assurantiels à ce sujet, aux deux difficultés particulières suivantes : 1. Compréhension de la responsabilité civile Les conséquences potentielles en responsabilité civile de la concrétisation d un risque environnemental sont souvent mal appréhendées par les industriels, notamment en raison de la complexité de ce domaine et de sa récente émergence ; pour autant, c est un sujet qui les concerne au premier plan. 2. Compréhension des modes d évaluation externe de la gestion interne des risques environnementaux Les industriels souhaiteraient pouvoir mieux comprendre comment leurs entreprises sont évaluées en matière de gestion des risques environnementaux, notamment par les assureurs ou par les agences de notation extra financière. Cette compréhension permettrait d une part de pouvoir mieux répondre aux attentes de ces partenaires et d autre part de partager et enrichir les méthodes de gestion des risques environnementaux, et donc d en accroître la maîtrise. DIFFICULTÉS SPÉCIFIQUES AU BANQUIERS Les banquiers, comme on l a vu plus haut, cherchent plus particulièrement à estimer le risque de crédit ou le risque de réputation qui pourrait être induit par la concrétisation d un risque environnemental de leur client, et s attachent notamment aux risques non assurables. En sus de toutes les difficultés communes évoquées ci-dessus, les banquiers doivent renforcer les compétences de leurs équipes sur les problématiques environnementales industrielles, qui constituent souvent un domaine nouveau pour elles. Des actions de sensibilisation et de formation des équipes sont donc nécessaires, sur les enjeux et sur les méthodes de gestion. Le guide fourni en annexe de ce rapport peut constituer un support utile à de telles formations, ou être directement utilisé comme outil méthodologique pour structurer le dialogue du banquier avec son client. En complément de ce besoin de formation de leurs équipes, les banquiers du groupe de travail ont insisté sur la nécessité d entretenir une relation de confiance avec leurs clients : les industriels doivent se mettre en capacité de fournir à leurs banquiers une estimation simple et accessible, mais pour autant complète, de leur niveau de maîtrise des risques environnementaux. LES DIFFICULTÉS INHÉRENTES À CHACUNE DE CES APPROCHES DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU 15

17 COMPLÉMENTARITÉS ET SYNERGIES : OPPORTUNITÉS ET RECOMMANDATIONS CHAPITRE III COMPLÉMENTARITÉS ET SYNERGIES : OPPORTUNITÉS ET RECOMMANDATIONS Au regard des difficultés rencontrées par les industriels, les assureurs et les banquiers en matière de modélisation et de gestion des risques environnementaux, des complémentarités et des synergies apparaissent qui peuvent faire progresser chacune des parties, notamment sur les points suivants : identification des risques environnementaux et évaluation de leur criticité, outils et méthodes de gestion des risques environnementaux, coûts des risques environnementaux et traitement économique, veille réglementaire, responsabilité civile. 1. Identification des risques environnementaux et évaluation de leur criticité Les industriels sont naturellement les plus à même de connaître leurs risques environnementaux, que ce soit les risques relatifs aux produits ou ceux rattachés aux process. Ils bénéficient pour cela d indicateurs, de mesures, de retours d expériences, d études d impacts, et surtout de la connaissance et l expertise technique nécessaires pour évaluer correctement les criticités de ces risques. Il est donc opportun qu ils mettent ces résultats et ce savoir-faire à disposition de leurs partenaires financiers ou assurantiels. Cet échange ne serait naturellement pas unilatéral : les assureurs bénéficient, eux aussi, d une bonne expertise relativement à la nature et la criticité des risques environnementaux de leurs clients, notamment en raison de la vue sectorielle qu ils ont pu constituer et enrichir parfois pendant des durées très significatives. Ils sont ainsi en capacité de discuter et de compléter, par des benchmarks sectoriels, les points de vue de leurs clients. En complément de leur connaissance sectorielle, les assureurs entreprennent souvent des audits de site afin d évaluer au mieux la maîtrise des risques environnementaux du client, et de recommander des actions d amélioration. 2. Outils et méthodes de gestion des risques environnementaux Les industriels n utilisent pas forcément des méthodes formalisées de gestion des risques environnementaux, même si leur usage tend à se généraliser. Les assureurs peuvent réaliser un audit d évaluation des méthodes utilisées par les industriels, et leur apporter leurs propres méthodes ou les expériences sectorielles dont ils disposent. De même, les assureurs utilisent des méthodes d évaluation des risques aléatoires, dont ils peuvent partager les concepts et les résultats avec leurs clients afin de les sensibiliser à ces risques. En retour, les industriels viennent enrichir, par ces échanges, la connaissance sectorielle des assureurs. 3. Coûts des risques environnementaux et traitement économique Les services «Sinistres» des assureurs peuvent apporter aux industriels et aux banquiers leur expertise en matière de coûts économiques induits par la concrétisation d un risque environnemental, notamment en ce qui concerne la structure de ces coûts. Cet éclairage peut s avérer déterminant pour bien dimensionner une provision pour risque, ou encore pour estimer au mieux le risque de crédit d une entreprise. Aussi, les banquiers seront intéressés au premier plan par cette expertise. En outre, les assureurs pourront aussi aider les industriels à segmenter la couverture financière des risques entre provisions budgétaires, systèmes d auto assurance internes et, bien sûr, produits d assurance externe. 16

18 4. Veille réglementaire Au regard de la difficulté que peuvent avoir les industriels à assurer une veille réglementaire efficace et adaptée à leur situation, ces derniers peuvent s appuyer sur les assureurs qui font naturellement cette démarche ; les assureurs ont en effet besoin de juger des adaptations nécessaires qu ils doivent apporter à leurs polices ou à leurs approches des risques environnementaux, et d identifier les éventuelles non-conformités induites par les évolutions réglementaires. Les banquiers sont aussi intéressés par cette mise à jour, notamment en raison des risques d image de leur client : une non-conformité sera perçue comme une «circonstance aggravante» par la société civile en cas de dégât environnemental avéré. 5. Responsabilité civile Les assureurs peuvent apporter aux industriels leur expertise en matière de responsabilité civile, un domaine évolutif souvent mal connu par ces derniers en ce qui concerne les risques environnementaux, notamment en raison de sa complexité et du peu d expérience en la matière des entreprises. Cette expertise intéressera aussi naturellement les banquiers, pour les mêmes raisons que celles qui ont été développées au paragraphe précédent à propos de la veille réglementaire. COMPLÉMENTARITÉS ET SYNERGIES : OPPORTUNITÉS ET RECOMMANDATIONS 17

19 CONCLUSION CONCLUSION La modélisation et le traitement des risques environnementaux doivent faire intervenir les trois acteurs du développement économique durable que sont les entreprises, les compagnies d assurance et les banques. Les objectifs et les difficultés de chacun diffèreront naturellement en fonction de leur position, mais des synergies apparaissent : en matière de repérage et d évaluation de ces risques, d outils méthodologiques de gestion, d estimation des conséquences pécuniaires ou encore de suivi des textes réglementaires et juridiques, les expertises se complètent et appellent une mise en commun, afin de contribuer à la bonne compréhension par tous des enjeux induits par les risques environnementaux. Encore plus qu ailleurs, la maîtrise des risques environnementaux et de leurs enjeux nécessite que la confiance soit le fil conducteur du dialogue entre l entreprise, l assureur et le banquier, ce dialogue la renforçant en retour. 18

20 ANNEE I GUIDE DE CARACTÉRISATION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAU D UNE ENTREPRISE, À USAGE DE SON BANQUIER OU DE SON ASSUREUR Ce document est un outil d aide à la préparation du ou des entretiens que le banquier ou l assureur aura avec l industriel, concernant les risques environnementaux de celui-ci. L objectif de ces entretiens est de rassembler tous les éléments nécessaires à la caractérisation des risques environnementaux et la recherche de solutions assurantielles ou financières adaptées. Cela passe notamment par : identifier et évaluer les risques environnementaux de l entreprise, en comprendre les conséquences juridiques ou financières possibles. ANNEE I Au préalable de l entretien, un premier échange, par courrier ou par entrevue succincte, portera sur : les attendus de l entretien, le déroulé de l entretien, les modes et critères d évaluation utilisés par les interlocuteurs (assureurs, entreprises) de l entreprise : méthodologie employée, critères clés, exigences sine qua non. les documents internes ou externes relatifs aux risques environnementaux que l industriel pourrait rassembler, par exemple : législation en vigueur, correspondance avec les pouvoirs publics, prix, indices de notation extra financières le cas échéant, dossier de presse le cas échéant, charte de politique ou de gestion environnementale, outils de cartographie des risques environnementaux, procédures principales, documents ISO le cas échéant, rapports environnementaux des années précédentes, suivi d indicateurs internes, fiches de postes liés à la gestion environnementale, rapport sur l organisation du contrôle interne de l entreprise, documents liés aux relations avec les parties prenantes sur le domaine environnemental, etc. Le déroulé proposé de l entretien est le suivant : 1. Cerner le «profil environnemental» de l entreprise : identifier les risques environnementaux, et l image environnementale de l entreprise. 2. Cerner la maturité de gestion environnementale de l entreprise : cerner les points forts et faibles de la gestion de ces risques, ainsi que de la communication environnementale de l entreprise. 3. Identifier les conséquences juridiques, concrétisées ou possibles, de ces risques environnementaux : comprendre et estimer les conséquences juridiques (civiles ou pénales) pour l entreprise ou pour les dirigeants. 4. Estimer les conséquences financières, concrétisées ou possibles, de ces risques environnementaux : estimer les impacts économiques, pour l entreprise, de la concrétisation de ces risques, et évaluer la fiabilité des solutions en vigueur de couverture financière de ces risques. 5. Faire une première synthèse de l entretien : valider les constats avec l industriel et préparer le travail d analyse et de recherche de solutions adaptées. 19

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier.

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier. Petit guide de la Responsabilité Civile Professionnelle appelée RC PRO Pour les Instituts, Les SPA, les Centres de Bronzage en Cabines et les Centres d Embellissement des Cils et des Ongles Pour exercer

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL A LANCER LA

Plus en détail

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol 17 Mars 2010 Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance Présentation Intersol Dans quelles situations? Problématique Redéveloppement > Pression continue sur le foncier

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

Le contrat d assurance

Le contrat d assurance DOSSIER 20 Le contrat d assurance - Identifier les risques les plus courants en hôtellerie-restauration - Maîtriser le vocabulaire spécifique du contrat d'assurance Monsieur Lanson envisage de modifier

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Bâtir un système intégré

Bâtir un système intégré Florence GILLET-GOINARD Bâtir un système intégré Qualité/Sécurité/Environnement De la qualité au QSE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3651-8 CHAPITRE 1 Un système intégré, quels enjeux? 1. QU EST-CE

Plus en détail

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance 1 En cette période de tension sur leur rentabilité et de pression sur les tarifs, les assureurs soulignent la nécessité de renforcer leur dispositif

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Accéder au marché du gaz naturel

Accéder au marché du gaz naturel Accéder au marché du gaz naturel Guide opérationnel à destination des consommateurs Depuis l ouverture à la concurrence du marché du gaz naturel, les règles d accès au réseau de transport ont sans cesse

Plus en détail

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise LES GARANTIES DE LA POLICE "RESPONSABILITE CIVILE GENERALE" 1/. L'OBJET DE LA POLICE RESPONSABILITE CIVILE (notée "RC" dans ce document) De par son activité une entreprise peut causer des dommages aux

Plus en détail

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement Assurance Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Sommaire Les enjeux du contrôle interne 5 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Allianz Professionnels de l auto «Confort»

Allianz Professionnels de l auto «Confort» Multirisques Allianz Professionnels de l auto «Confort» Garanties et franchises Tableau récapitulatif Avec vous de A à Z L assurance des véhicules Article 1 - Responsabilité civile 3 Article 2 - Défense

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 PREVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES : Réforme de la tarification des risques professionnels Contacts Presse : Assurance Maladie - Risques

Plus en détail

> La responsabilité civile

> La responsabilité civile E 102 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance de la responsabilité civile de l entreprise La responsabilité civile peut se définir comme l obligation de réparer tout

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Edition 2015 des conditions modèles non contraignantes de l ASA. Les compagnies sont libres de convenir de conditions divergentes.

Edition 2015 des conditions modèles non contraignantes de l ASA. Les compagnies sont libres de convenir de conditions divergentes. Assurance de la responsabilité civile pour les architectes ainsi que pour les ingénieurs civils et en technique du bâtiment Conditions générales complémentaires (CGC) Edition 2015 des conditions modèles

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

FORD BUSINESS PARTNER LOCATION LONGUE DURÉE AVEC SERVICES

FORD BUSINESS PARTNER LOCATION LONGUE DURÉE AVEC SERVICES LOCATION LONGUE DURÉE AVEC SERVICES Allons plus loin dans l efficacité et la proximité. Ford Business Partner est le spécialiste de la location longue durée au sein de Ford Credit, leader mondial en matière

Plus en détail

Avant-propos. bruylant

Avant-propos. bruylant Avant-propos Éric Savaux Professeur à la Faculté de droit et des sciences sociales de l Université de Poitiers, Directeur de l équipe de recherche en droit privé Les 13 et 14 décembre 2013, s est tenu,

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES DESCRIPTION L analyse des parties prenantes est une approche structurée permettant de comprendre un système en précisant l intérêt, les besoins et les préoccupations

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public

Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public Octobre 2013 1 / 24 SOMMAIRE 1) LE PROCESSUS DE SOUSCRIPTION 1.1) Quand souscrire les assurances construction? 1.2) Quels sont les

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail