TERMINALES ES / L LA FRANCE DE 1945 À NOS JOURS ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, CULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TERMINALES ES / L LA FRANCE DE 1945 À NOS JOURS ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, CULTURE"

Transcription

1 TERMINALES ES / L LA FRANCE DE 1945 À NOS JOURS ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, CULTURE PIERRE PAPET et JEAN-PIERRE ROUX LYCÉE CHARLES PONCET, 74 CLUSES OBJECTIFS : - Montrer que les documents INA ne sont pas exempts de critiques ; que les images d archives nécessitent comme celles des publicités un recul critique - Travail en groupes et en autonomie, en salle informatique - Comparer les évolutions françaises et mondiales en réutilisant les notions, le vocabulaire et la chronologie vus dans le chapitre "de la société de consommation à la société de communication" - Retrouver dans des vidéos très spécifiques des notions et évolutions plus générales (passer du particulier au général), mais aussi à l inverse apprendre à «nourrir» des notions générales par des exemples particuliers PLACE DANS LE PROGRAMME : Ce chapitre est un des 4 chapitres consacrés à «la France de 1945 à nos jours». les compléments de programmes proposent de lui consacrer 4 ou 5 heures. eu égard aux contraintes de l année scolaire (nous proposons ce travail au retour des vacances d avril) et au fait que de nombreuses notions et évolutions ont déjà été vues à l échelle mondiale - chapitre «de la société de consommation à la société de communication»- ce travail est prévu pour être réalisé en 2h. PROBLÉMATIQUE : ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, CULTURE EN FRANCE DE 1945 À NOS JOURS : DE L IMAGE À L IMAGINAIRE DÉROULEMENT : En salle informatique, la classe est divisée en groupes de 2 élèves, autour d un ordinateur équipé de 2 casques audio. Chaque groupe va étudier 2 des thèmes que nous avons sélectionnés, en visionnant entre 6 et 12 films (pour une durée comprise entre 27 et 31 mn). Ces films sont des reportages d actualités (parfois réduits par nos soins et dont les titres tels qu ils apparaissent dans la liste jointe sont parfois un peu différents des titres proposés par le site d origine) et des films de publicité. Chaque groupe doit compléter (en 2h une séance) la fiche chronologique distribuée en réutilisant les notions et mots-clés vus dans l étude des évolutions économiques, sociales et culturelles du monde. Pour chacun des thèmes étudiés, une fiche aboutie est photocopiée et distribuée à titre de corrigé pour ceux qui n ont pas travaillé sur ce thème. 1

2 Remarque : La plupart des publicités utilisées ici sont tirées du site de la «nuit des publivores» et sont gratuites. Comme rien n est précisé quant aux droits éventuels, nous les utilisons telles quelles. Nous remercions J.P. Meyniac et B. Papet pour les extraits du film «50 ans d économie par la pub» (Conception : Jean-Louis Missika Réalisation : Valérie Santerelli Production : FR3 Grand Est, LMK Images, en association avec La Cinquième, 1997 / Durée totale : 53 min). Là encore, en admettant que nous ayons les droits de diffusion du film, nous supposons que cela reste vrai pour les extraits. Quant aux films issus de «Jalons pour une histoire du temps présent», ils sont librement utilisables si votre établissement a souscrit un abonnement. Les films utilisés (entièrement ou en extraits) dans chacun des 6 thèmes donnés à étudier aux élèves sont les suivants : Thème 1 : Défis à relever : 1-Bilan matériel en 45 (1,39).avi - Jalons 2-pub-vittel 45 (1,00).mpg - 50 ans d éco par la pub 3-pub Miko (technique) 1957 (0,32).mpg - la nuit des publivores 4-Bidonvilles Paris 1963 (1,31).avi - Jalons 5-pub twenty 63 (0,46).mpg - la nuit des publivores 6-modernisation agricole 1966 (3,15).avi - Jalons 7-Analyse vieillissement par Sauvy en 74 (1,04).avi - Jalons 8-pub pas petrole (0,35).mpg - 50 ans d éco par la pub 9-crise sidérurgie avril 1977 (2,55).avi - Jalons 10-pub mini four moulinex 82 (0,24).mpg - la nuit des publivores 11-pub mac 84 (1,06).mpg - la nuit des publivores 12-pub concurrence auto années 90 (0,26).mpg - 50 ans d éco par la pub 13-pub-mondialisation (0,52).mpg - 50 ans d éco par la pub 14-Exports vers Chine (2,10).avi - Jalons Thème 2 : Le rôle de l'etat : 1-Nationalisation houillères en 45 (1,20).avi - Jalons 2-1er bateau plan marshall 1948 (0,34).mpg - Jalons 3-marché commun 1957 (1,14).avi - Jalons 4-pub Fromage Europe (0,26).mpg - 50 ans d éco par la pub 5-accords Maastricht dec 1991 (2,53).avi - Jalons 6-Sarcelles 1960 (1,22).mpg - Jalons 7-Aménagement Languedoc 1963 (2,24).mpg - Jalons 8-pub pas petrole (0,35).mpg - 50 ans d éco par la pub 9-pub ptt 79 (0,46).mpg - la nuit des publivores 10-Privatisation TF (1,18).avi - Jalons 11-privatisation partielle de F T 09/1997 (0,48).avi - Jalons 12-Statut EDF, (1,57).avi - Jalons 13-Secu de 45 à 2005 (3,34).mpg - Jalons 2

3 Thème 3 : Les contestations : 1-Les grèves de l'automne 47 (0,18).mpg - Jalons 2-Manifs étudiantes mai 68 (2,38).avi - Jalons 3-pub régilait 69 (0,14).mpg - la nuit des publivores 4-levi's 71 (hippie!) (0,45).mpg - la nuit des publivores 5-Essor Attac (2,21).avi - Jalons Thème 4 : Les évolutions de l'habitat : 1-Bilan matériel en 45 (1,39).avi - Jalons 2-pub bains douches 47 (0,20).mpg - la nuit des publivores 3-Recensement 1952 (2,07).mpg - Jalons 4-Sarcelles 1960 (1,22).mpg - Jalons 5-Bidonvilles Paris 1963 (1,31).avi - Jalons 6-contestation gds ensembles 73 (1,50).mpg - Jalons 7-HLM 1980 (1,46).mpg - Jalons 8-Emeutes Vaux en Velin 90 (1,36).mpg - Jalons Thème 5 : Les évolutions de la consommation : 1-pub-vittel 45 (1,00).mpg - 50 ans d éco par la pub 2-pub bains douches 47 (0,20).mpg - la nuit des publivores 3-pub Miko (technique) 1957 (0,32).mpg - la nuit des publivores 4-pub-dauphine 1960 (0,24).mpg - 50 ans d éco par la pub 5-pub vedette 1961 (3,23).mpg - la nuit des publivores 6-pub twenty 63 (0,46).mpg - la nuit des publivores 7-reportage supermarchés 1970 (2,16).avi - Jalons 8-pub parly 2 75 (0,46).mpg - la nuit des publivores 9-pub-crise-triste 1980 (0,28).mpg - 50 ans d éco par la pub 10-pub bolino 82 (0,30).mpg - la nuit des publivores 11-pub what a burger 84 (0,51).mpg - la nuit des publivores 12-pub-mondialisation 1992 (0,52).mpg - 50 ans d éco par la pub 13-pubs informatique et telecom années 1990 (2,11).mpg - 50 ans d éco par la pub Thème 6 : Les évolutions socio-culturelles: 1-Recensement 1952 (2,07).mpg - Jalons 2-mixité scolaire 65 (2,36).avi - Jalons 3-Tournage Corniaud 64 (2,53).avi - Jalons 4-50 ans livre de poche 2003 (1,56).avi - Jalons 5-levi's 71 (hippie!) (0,45).mpg - la nuit des publivores 6-pub dim homme 74 (0,33).mpg - la nuit des publivores 7-pub eram 83 (0,16).mpg - la nuit des publivores 8-pub bolino 82 (0,30).mpg - la nuit des publivores 9-pub what a burger 84 (0,51).mpg - la nuit des publivores 10-pub-mondialisation (0,52).mpg - 50 ans d éco par la pub 11-Téléchargement musique 2001 (0,29).mpg - Jalons 12-Pratiques religieuses 98 (1,14).mpg - Jalons 13-famille monoparentale et recomposées (1,51).avi - Jalons 3

4 FICHES ÉLÈVES TRAVAIL À PARTIR DU CORPUS DE VIDÉOS DISTRIBUÉ Consignes : 6 thèmes ont été sélectionnés, chaque groupe en traite deux (nous proposons une répartition fondée sur la durée des films mais on peut en imaginer d autres). Pour chaque thème, l objectif est de construire une frise chronologique détaillée (modèle joint) qui fasse apparaître le découpage en grandes périodes, les principales notions et mots-clés qui permettent de présenter le thème, accompagnés d exemples pertinents tirés des vidéos. L objectif est de mettre en évidence ce qui rapproche la France des évolutions des autres pays développés et ce qui l en différencie. Outils : le corpus de vidéos (reportages ou publicités des années 1945 à 2005), le cours «de la société de consommation à la société de communication», les chapitres du manuel consacrés à ce chapitre et à celui sur l évolution économique, sociale et culturelle de la France, les extraits des accompagnements des programmes de terminales et le vocabulaire cinématographique joints. Thèmes : Les défis à relever par l économie et la société Française (18 mn) : groupe 1 Les évolutions de l'habitat en France (12 mn) : groupe 1 Le rôle de l'état dans l économie et la société Française (20 mn) : groupe 2 Les contestations de l économie et de la société en France (7 mn) : groupe 2 Les évolutions de la consommation en France (15 mn) : groupe 3 Les évolutions socio-culturelles en France (16 mn) : groupe 3 Extraits des accompagnements des programmes LA FRANCE DE 1945 À NOS JOURS - Économie, société, culture Ce thème d étude vise à dégager l évolution d ensemble de la démographie, des structures économiques, du niveau de vie et des modes de vie, au sein desquels s inscrivent le fait religieux et les pratiques culturelles. Il se nourrit de l analyse de données statistiques et de faits et témoignages signifiants. Le repérage des rythmes et des inflexions aide les élèves à maîtriser cette évolution ; ainsi l installation structurelle du chômage à partir de 1975 ( personnes et un dépassement du seuil de 3 %) dessine-t-elle peu à peu un nouveau paysage social, politique et culturel. La césure de la décennie 1970 ne se révèle pas systématiquement pertinente : des mutations sociales entamées durant les années 1960 l enjambent, le PIB par habitant s accroît autant entre 1973 et 2001 qu entre 1950 et La croissance est l un des maîtres-mots de l analyse : elle vaut pour l espérance de vie et la population qui augmente de 19 millions entre 1946 et le début du XXI e siècle, soit nettement plus que de 1700 à 1950, la productivité et la production, le niveau de vie et la consommation, la formation, dont la prolongation transforme le niveau moyen d études et de qualification de la population. Ce dernier trait contribue à dessiner une nouvelle France du travail. Il en est d autres : recul du travail indépendant, augmentation de la population active, diminution de la durée du travail (à nuancer selon les périodes et les catégories), redistribution des activités collectives. D une répartition presque égalitaire en 1954 : 6,4 millions d actifs dans l agriculture, 6,7 millions dans l industrie et 7,1 millions dans les services, on passe à la ventilation hiérarchisée du début du XXI e siècle et à ses 16,5 millions d actifs dans les services. C est la population employée dans l industrie qui connaît l évolution la plus heurtée, atteignant son apogée historique en 1973 puis diminuant de 3 millions en trente ans. Un tel contraste attire l attention sur la rapidité voire la brutalité des changements et sur l importance de la chronologie. Bien des phénomènes possèdent la même caractéristique : les 4

5 modes de gestion et de management des entreprises successivement dominés par le modèle du fordisme puis par celui du toyotisme, la place des femmes sur le marché du travail d abord en net repli puis en expansion, la géographie des espaces productifs industriels ou encore l appel aux travailleurs immigrés. Ce dernier est massif et multiforme dans les décennies d aprèsguerre (nourrissant le second grand flux migratoire de l histoire de France : 1,7 million d étrangers en 1954, 3,4 millions en 1975) puis se tarit dans les années 1970, sous le double effet du retournement de conjoncture et de l arrivée de classes d âge nombreuses sur le marché du travail ; il cède alors la place à une immigration de regroupement familial. Immigration, arrivée des rapatriés, croissance naturelle, exode rural et mutation de l appareil productif, tout se conjugue pour favoriser les villes. Pour faire face, l urbanisation est d abord majoritairement verticale, avant de s épandre en vastes nappes pavillonnaires maisons individuelles sont construites en Elle donne naissance à de nouvelles manières d occuper le territoire et à de nouveaux paysages, comme le font aussi l avènement des hypermarchés à partir de 1963, la modernisation des infrastructures de transport ou l équipement des littoraux. Pour valoriser l espace national, orienter les phénomènes qui l affectent et établir une certaine équité spatiale, une politique d aménagement du territoire est officialisée dès 1950 et assurée de manière volontariste jusqu au début des années 1970 ; c est l un des aspects du renforcement du rôle de l État, si sensible depuis les années ( ). L amélioration du niveau de vie des plus de soixante/soixante-cinq ans constitue l un des tournants les plus nets ; à la fin du siècle, c est au sein d autres groupes que vit la majorité des exclus : jeunes de quinze à vingt-cinq ans, femmes à la tête d une famille monoparentale La mutation affecte aussi le rapport de la société au religieux. Au sortir de la guerre, rares sont les régions coupées des traditions chrétiennes. Ainsi l Église catholique baptise-t-elle neuf enfants sur dix et marie-t-elle huit couples sur dix dans les années L après-guerre apparaît même comme l un des apogées du catholicisme français, ce que reflète plus tard l intérêt suscité par le concile oecuménique Vatican II. Mais l érosion de la place du religieux est manifeste au fil des trente glorieuses. Compte tenu de sa position dominante, le catholicisme est le plus touché, et la crise qui l affecte à partir des années 1960 retentit sur tout le dispositif social, symbolique et spirituel. À la suite de ces évolutions et de nombreuses autres, le paysage religieux français contemporain apparaît contrasté et fluctuant : le judaïsme et l islam, renouvelés par des apports migratoires, se sont donné une plus grande visibilité communautaire ; les Églises chrétiennes, ébranlées, demeurent une instance de transmission et d activité caritative sans beaucoup d équivalents dans la société civile ; l émergence de nouveaux courants spirituels ou, dans un tout autre registre, le succès de l ésotérisme, de la voyance ou de l astrologie manifestent une religiosité diffuse, une recherche d équilibre et des besoins de certitudes ; la modernité est soumise à un questionnement inquiet. Autre trait majeur du second XX e siècle : la montée en puissance d une culture de masse fondée sur le son et l image, qui concourt à la dislocation des cultures closes (celles des terroirs et des groupes socioprofessionnels) et à l uniformisation de la société. Caractérisée par la consommation en très grand nombre de spectacles et d objets culturels identiques, elle se diffuse par de multiples canaux. Mais c est avec la télévision qu elle entretient les rapports les plus étroits : ils font de cette dernière le média souverain de la période, même s il est loin d être hégémonique : en 1963 et 1964 deux tiers des quatorze/vingt ans lisent le mensuel Salut les copains, de 1958 à 1978, la radio triple son parc. Dans ce contexte, la culture «cultivée» est l objet d une évolution ambiguë : nombre de ses vecteurs (enseignement secondaire et supérieur en 1936, 2,7 % d une classe d âge obtient le baccalauréat pour 20 % en 1970, 36 % en 1989 et 63 % en 1995, livres, revues de haute vulgarisation, expositions, etc.) et de ses thématiques sont plus répandus qu avant-guerre ; parallèlement, elle est mise en concurrence et relativisée par la critique des hiérarchies dont est porteur l esprit de Ce contraste n est que l un de ceux dont témoigne l histoire culturelle contemporaine : culture de masse mais privatisation des pratiques culturelles permise et encouragée par le progrès technologique, uniformisation mais constat au fil des enquêtes du maintien de fortes distinctions culturelles entre groupes sociaux. 5

6 Film Le vocabulaire cinématographique - Un film est composé de plusieurs séquences. - Une séquence correspond au développement d une action se déroulant en un ou plusieurs plans. - Un plan est une unité de temps et de lieu (début du plan (moteur) : la caméra se met à filmer ; fin du plan (coupez) la caméra s arrête de filmer) Séquence 1 Séquence 2 Séquence 3 - Chaque plan possède un ou des cadrages qui se différencient en fonction du champ - On entend par champ la portion d espace retenue par le cadrage, ainsi on obtient une échelle de plans : Plans Le plan rapproché, cadre à la taille ou la poitrine Le gros plan Prend le visage Le plan demiensemble : le décor se réduit au profit des personnages qui s y découpent Le plan d ensemble découvre la majeure partie du décor qui est prépondérant, où plusieurs personnages peuvent être visibles en pied à certaine distance : 60 ANS D ÉCONOMIE FRANCAISE PAR L IMAGE ANIMÉE MONDIALE FRANCAISE (Nommez les étapes) Quel est le rôle de l État? Quelles sont les contestations qui touchent cette économie et cette société? 6

7 Film Le vocabulaire cinématographique - Un film est composé de plusieurs séquences. - Une séquence correspond au développement d une action se déroulant en un ou plusieurs plans. - Un plan est une unité de temps et de lieu (début du plan (moteur) : la caméra se met à filmer ; fin du plan (coupez) la caméra s arrête de filmer) Séquence 1 Séquence 2 Séquence 3 - Chaque plan possède un ou des cadrages qui se différencient en fonction du champ - On entend par champ la portion d espace retenue par le cadrage, ainsi on obtient une échelle de plans : Plans Le plan rapproché, cadre à la taille ou la poitrine Le gros plan Prend le visage Le plan demiensemble : le décor se réduit au profit des personnages qui s y découpent Le plan d ensemble découvre la majeure partie du décor qui est prépondérant, où plusieurs personnages peuvent être visibles en pied à certaine distance : 60 ANS D ÉCONOMIE FRANCAISE PAR L IMAGE ANIMÉE MONDIALE FRANCAISE (Nommez les étapes) Quelles sont les évolutions de la consommation? Quelles sont les évolutions socio-culturelles? 7

8 Film Le vocabulaire cinématographique - Un film est composé de plusieurs séquences. - Une séquence correspond au développement d une action se déroulant en un ou plusieurs plans. - Un plan est une unité de temps et de lieu (début du plan (moteur) : la caméra se met à filmer ; fin du plan (coupez) la caméra s arrête de filmer) Séquence 1 Séquence 2 Séquence 3 - Chaque plan possède un ou des cadrages qui se différencient en fonction du champ - On entend par champ la portion d espace retenue par le cadrage, ainsi on obtient une échelle de plans : Plans Le plan rapproché, cadre à la taille ou la poitrine Le gros plan Prend le visage Le plan demiensemble : le décor se réduit au profit des personnages qui s y découpent Le plan d ensemble découvre la majeure partie du décor qui est prépondérant, où plusieurs personnages peuvent être visibles en pied à certaine distance : 60 ANS D ÉCONOMIE FRANCAISE PAR L IMAGE ANIMÉE MONDIALE FRANCAISE (Nommez les étapes) Quels sont les défis à relever? Quelles sont les évolutions de l habitat? 8

9 Evaluations : En évaluation, on peut imaginer l explication d un des documents filmés (la publicité «Bolino» de 1982) et portant sur le contexte économique de cette publicité, sur le statut des femmes qui apparaît là, sur les évolutions socio-cuturelles qui sous-tendent ce film. Autre piste, l explication d un document iconographique «fixe», une publicité pour Moulinex de On garderait les 2 premières questions, la 3 e portant sur les éléments qui témoignent de la mise en place d une consommation de masse. 9

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Poste 4 le montage. Le montage

Poste 4 le montage. Le montage 1/11 Le montage Conseils et astuces pour le montage de clips vidéo Situations de montage modèles Exercice pratique Information aux enseignants: logiciel de traitement vidéo 2/11 Un montage parfait! Description

Plus en détail

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France SCIENCE-ACTUALITÉS Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France Rappel historique La salle Science-Actualités a été inaugurée

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Le petit lexique du cinéma

Le petit lexique du cinéma Le petit lexique du cinéma Dossier réalisé par Alice Mennesson 1 QUELQUES DEFINITIONS POUR COMMENCER La séquence (Sequenz) est un groupe de plans qui forment un ensemble narratif. On peut comparer la séquence

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Thème nouveau (dans le programme précédent abordé lors de la séquence Sur les transformations économiques après 1945). Ici à partir de 1900.

Thème nouveau (dans le programme précédent abordé lors de la séquence Sur les transformations économiques après 1945). Ici à partir de 1900. Thème nouveau (dans le programme précédent abordé lors de la séquence Sur les transformations économiques après 1945). Ici à partir de 1900. 3/4 heures On ne parle pas des conflits sociaux ou des avancées

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE Parler devant des micros ou face à une caméra, se retrouver sous les projecteurs d un plateau de télévision représentent des situations peu ordinaires. Surtout,

Plus en détail

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice Animatrice : Evelyne Bévort, Directrice déléguée du CLEMI Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice De nos jours Internet constitue une

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Lean Media : première étape vers le Digital Media

Lean Media : première étape vers le Digital Media Lean Media : première étape vers le Digital Media Les marges de manœuvre des groupes medias s amenuisent. Cette fragilité est d abord liée à l affaiblissement du média traditionnel, soumis à de fortes

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique Synthèse Les techniciens et agents de maîtrise de l électricité et de l électronique rassemblent les salariés qui participent

Plus en détail

La diversification des publics à l Opéra national de Paris

La diversification des publics à l Opéra national de Paris La diversification des publics à l Opéra national de Paris Françoise ROUSSEL * Au moment de son projet, l Opéra Bastille correspondait à une volonté de démocratisation de l Opéra. Dix ans après son ouverture,

Plus en détail

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Culture et festivités Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Introduction Nous proposons de faire découvrir Marseille à l occasion de la nuit des musées (16 mai

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015

Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015 Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015 Laurent Carlier Enseignant / Consultant-Formateur numérique pédagogique inovateach lt.carlier@gmail.com Résumé. L enseignant à l ère du numérique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Atelier : Numérique et Œnotourisme en Aquitaine. Document de cadrage pour la réunion du 7 mars 2012

Atelier : Numérique et Œnotourisme en Aquitaine. Document de cadrage pour la réunion du 7 mars 2012 Atelier : Numérique et Œnotourisme en Aquitaine Document de cadrage pour la réunion du 7 mars 2012 Ce document de travail rassemble quelques chiffres-clés et éléments de cadrage pour les participants aux

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Diocèse de Toulouse Service diocésain de la communication pôle Internet

Diocèse de Toulouse Service diocésain de la communication pôle Internet Service diocésain de la communication pôle Internet Projet pour l'évolution de la lettre électronique d'information (Newsletter) du site internet toulouse.catholique.fr Version 1.0 du 2 janvier 2013 page

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources GRATUIT audio vidéo actualités Chat activités ressources Cher professeur Août 2010 Notre site Web en anglais est devenu très populaire parmi les professeurs et les élèves d Anglais Langue Etrangère depuis

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café!

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café! Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 des discussions au World Café! Secrétariat CFM Quellenweg 6, 3003 Berne-Wabern Tel. +41 31 325 91 16 ekm@ekm.admin.ch

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science. Syllabus 2015-2016

Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science. Syllabus 2015-2016 Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science Syllabus 2015-2016 Intitulés des UE de l'ue Heures encadrées Formes du remploi dans le cinéma

Plus en détail

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV)

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Livre numérique et terminaux de lecture, quels usages? note d analyse Dans le cadre de la mission légale d observation des utilisations licites et

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Introduction - définition du sujet (termes et cadrage) : En 1850, les

Plus en détail

Être agriculteur aujourd'hui

Être agriculteur aujourd'hui Être agriculteur aujourd'hui Jacques ABADIE sociologue INP-ENSAT Action conduite avec le concours financier de : l'adar VIVEA l'union Européenne FEOGA Etre agriculteur aujourd hui Comprendre ce qu est

Plus en détail

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE 5 ème conférence européenne des entreprises publiques locales organisée par la Commission entreprises locales du CEEP Bruxelles - 29 octobre 2002 Comité économique et social européen ******** LE PARTENARIAT

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Exposition du 23 septembre 2011 au 15 janvier 2012 aux Archives de l Aube, 131, rue Etienne Pédron à Troyes.

Exposition du 23 septembre 2011 au 15 janvier 2012 aux Archives de l Aube, 131, rue Etienne Pédron à Troyes. Exposition du 23 septembre 2011 au 15 janvier 2012 aux Archives de l Aube, 131, rue Etienne Pédron à Troyes. Dans l exposition A l Aube de la pub, retrouvez les entreprises et commerces aubois à travers

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail