Ethique de la lutte contre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ethique de la lutte contre"

Transcription

1 Master 2 Economie et Développement International I. Spécialité Développement Durable dans les PED II. et PET CERDI Université d Auvergne Année Universitaire III. IV. V. VI. Ethique de la lutte contre VII. la déforestation VIII. Professeur : François Régis MAHIEU Etudiants : Chloé BAO Patrick Engels RAVATSY Février

2 Table des matières INTRODUCTION... 3 I. Le contexte de la déforestation dans le monde Le rôle de la forêt Les statistiques de la déforestation dans le monde... 4 II. Les principales questions éthiques dans la lutte contre la déforestation L émission de gaz à effet de serre et le changement climatique La lutte contre la déforestation est un bien public mondial La pauvreté Le caractère social et culturel L utilisation durable de la forêt... 9 III. Les principales approches théoriques La théorie de l utilité La pensé écologique La théorie moderne de la justice de Rawls La théorie des capacités de Sen Amartya IV. Analyse éthique La morale et l éthique dans l action de lutter contre la déforestation Les intérêts fondamentaux (le bien être, la liberté et la justice) Bioéthique a. La dignité humaine, les droits de l homme et la justice : b. L action bienfaisante c. L altruisme d. La diversité culturelle, le pluralisme et la tolérance e. La solidarité, équité et coopération f. La responsabilité de l écosystème et de la biosphère V. Conclusion VI. Bibliographies

3 INTRODUCTION La lutte contre la déforestation est devenue un enjeu mondial, pour freiner le réchauffement climatique, et la perte des biodiversités dont l humanité commence à subir les conséquences. Les deux faits sont irréversibles et dont l homme est à l origine. Il faut noter au passage que la lutte contre la déforestation contribue à la réduction de la pauvreté. La destruction de la forêt n est pas exclusivement une disparition physique, à conséquence environnementale (ensablement des bassins versants, disparition des espèces etc,..) mais elle est aussi une disparition culturelle et humaine (population indigènes, ) et a un effet social (exode rurale, famine, etc ) A cause de la déforestation, les écologistes avancent aujourd hui que plantes et animaux disparaissent chaque année. Une plante sur huit serait menacée d extinction, et 11% des oiseaux le seraient déjà, un quart des espèces mammifères et 50% de la faune et flore mondiale en danger d extinction d ici un siècle. Il est urgent que nos actions progressent et qu il faut agir plus efficacement. La convention de Rio en 1992, la convention sur la diversité biologique signée par plus de 180 pays est un cadre international, aujourd hui, à la définition des actions de conservations au sein des pays. Vu l ampleur des dégâts, les actions sont urgentes et doivent enregistrer des résultats concrets et immédiates. Dans cette lutte, le jugement de valeur entre le mal et le bien est définie (la déforestation un mal et sa préservation ou à la limite sa reconstitution un bien) Nous nous retrouvons aujourd hui sur une chaine où chacun à sa part de responsabilité, depuis ceux qui coupent en dehors de cadre règlementaire et ceux qui bénéficient les produits finis issu des opérations. Il est difficile de ce fait de culpabilisé uniquement ceux qui se trouvent en amont de la chaine, et de ne pas tenir compte notre comportement quotidienne en avale. On se demande même si ce n est pas l inverse qui est le plus justifié. Notre problématique se penchera sur l aspect éthique de l humanité face à cette crise écologique et l action «conservantionniste». Pourquoi et comment préserver? À qui incombe la responsabilité face à la déforestation? Quels sont les enjeux économiques, sur le plan éthique, etc. Nous aborderons ainsi de manière critique, le sujet par rapport aux visions utilitaristes, aux critiques de Rawls à travers sa théorie, la pensé écologiques, la dignité humaine et notre action de bienfaisance, l altruisme en relation avec la lutte contre la déforestation, etc Nous présenterons à la fin des pistes à explorer davantage pour faire face à la problématique. Ces points de réflexions seront invoqués dans l analyse éthique. 3

4 I. Le contexte de la déforestation dans le monde 1. Le rôle de la forêt Les forêts sont des ressources naturelles renouvelables et potentiellement inépuisables. Elles ont des valeurs qui permettent de répondre aux besoins de l homme et de la nature. Tout d abord, l homme bénéfice de la forêt à travers ses valeurs d usage directe à des fins de consommation (biens commerciaux, industriels) ou à des fins de non consommation (valeur de récréation). Ces valeurs sont souvent appréciées par les groupes ayant des intérêts commerciaux. Ce sont aussi des valeurs de subsistances et de survie pour les habitants locaux en leur fournissant les bois, les produits alimentaires, les médicaments, les sources d approvisionnement en eau, les produits vendables qui permettent un revenu et des emplois. Ensuite, les valeurs d usages indirectes de la forêt contribuent à la protection de bassins versants, des sols, de la diversité biologique et des espèces. Elles permettent aussi à une amélioration de la fertilité, à l échange de gaz et de stockage de carbone. Ces valeurs sont des arguments utilisés par les écologistes et les non commerciaux pour conserver la forêt. Enfin, la forêt possède aussi une valeur d option et d existence qui permet une utilisation future ou celle des générations futures. Le phénomène d anthropisation qui se traduit par la pression démographique, l intensité de l agriculture et le développement industriel, les besoins énergétiques de la population locale et de la production de biocarburant.ensuite, les intérêts commerciaux en contribuant à une augmentation de la déforestation dans le monde entier. 2. Les statistiques de la déforestation dans le monde En utilisant les derniers travaux de la FAO (Avril 2010), «Evaluation des ressources forestières mondiales 2010», la superficie forestière relève 4 milliards d ha ( ) qui correspond à 31% de superficie des terres. Il est nécessaire que nous distinguions la déforestation brute et la déforestation nette. La déforestation nette est la déforestation en prenant compte la reforestation qui se traduit par un gain plus de 2.2 millions d ha/an net en Asie (Chine, Inde, Vietnam) et une perte nette importante de l intensité de forêt en Amérique du Sud et en Afrique respectivement à -4 millions d ha/an et -3.4 millions d ha/an (tableau 1). 4

5 Table 1 : Situation des forêts dans le monde (Source : FAO utilisé dans le rapport de Le Guen) En termes de déforestation brute, malgré qu il y a un recul dans la déforestation mondiale, la déforestation dans le monde reste encore très élevée (de 16 millions d ha/an à 13 millions d ha/an) dont les principaux pays sont Brésil et Indonésie avec la principale cause est la conversion des forêts tropicales en terres agricoles. Par conséquence, actuellement, nous estimons une perte considérablement des forêts primaires (-40 millions d ha de 2000 à 2010) qui a un impact important sur la fonction biologique de l écosystème (capacité d absorption de carbone a diminué 289 gigatonnes) (tableau 2). Table 2 : tableau récapitulatif (Source : FAO utilisé dans le rapport de Le Guen) 5

6 II. Les principales questions éthiques dans la lutte contre la déforestation Les activités de l homme exercées sur la forêt ont des impacts dévastateurs autant sur la vie humaine elle-même que sur l écosystème. Par conséquent, il apparait un enjeu important qui soulève des questions aujourd hui qui est la place de l éthique dans la lutte contre la déforestation et l intégrer dans la lutte est considéré comme un objectif. Les efforts de différents acteurs seront nécessaires pour atteindre ces objectifs. Il est donc nécessaire de construire une analyse objective sur les principales dimensions de l éthique. Tableau 3 : différentes dimensions éthiques pris en compte dans la lutte contre la déforestation Facteurs Dimensions Objectifs Les exploitants Utilisation durable de la forêt. Exploiter de façon - Les responsable, durable ou commerciaux conserver la forêt primaire. - La population locale La communauté des zones forestières, les politiciens et les autres parties prenantes La pauvreté Assurer la sécurité alimentaire et sanitaire, la liberté, le bienêtre et l accès équitable, la réduction de la pauvreté. La forêt Le caractère social et culturel Conserver l identité et diversité culturelle, sociale Stocks de carbones Emission de gaz à effet de Conserver un bon état de serre, changement climatique l écosystème et fonction biologique. (Source : Chloé BAO ; Patrick Engels RAVATSY) 1. L émission de gaz à effet de serre et le changement climatique La déforestation est la cause de 20% des émissions 1 des gaz à effet de serre mondiale qui est à un taux plus élevé que celui de transport toutes catégories comprises. Cette situation contribue largement au bouleversement climatique. La forêt de l Amazonie, premier puits à carbone de la planète, disparaisse à raison de 17% de sa surface 2 chaque année. La capacité de séquestration de carbone de l écosystème et leur capacité de conserver de l eau s en trouvent affectées. La 1 2 : FAO : la forêt amazonienne le poumon de la planète est l objet des conflits. Chaque kilomètre carré de forêt détruit correspond à l émission de tonnes de Dioxyde de carbone dans l atmosphère 6

7 déforestation est un acte humain et souvent irréversible et la lutte contre ce fléau est parmi les moins couteuses des politiques de lutte contre le changement climatique et pourtant l humanité est incapable d arrêter l hémorragie. Le comportement passif de l humanité est incompréhensible quand on prend acte de l effet catastrophique que peut engendrer le changement climatique 3 sur notre planète et si on veut la stopper, il est nécessaire d arrêter la déforestation. 2. La lutte contre la déforestation est un bien public mondial La lutte contre la déforestation est un bien public mondial, car aucun pays ne peut échapper à ses effets. La déforestation a un effet sur le climat qui est par la suite lié, étroitement à d autres biens publics mondiaux comme l air pur. Ces biens ne peuvent pas être fournis par le marché, une action collective indispensable pour y arriver et cela pose des questions aujourd hui pour les pays qui ne participent pas au financement, «les passagers clandestins», mais peuvent tout de même bénéficiers de l externalité positive de la lutte. L un des enjeux est de parvenir à imposer un mécanisme approprié au niveau mondial et que tous les pays s y adhère et mettre en place un environnement favorable pour faire avancer la lutte contre la déforestation. C est dans cet ordre d idée que s inscrivent les douze principes de l «Initiative de Mumbai Porto Alegre pour les forêts» 4 Par ailleurs, la convention-cadre des Nations -Unies sur le changement climatiques et le protocole de Kyoto mentionne que les pays industrialisés participent au financement de la préservation du climat en tant que biens publics mondiaux par la prise des différentes mesures d atténuation des émissions de gaz à effet de serre et à aider les pays en voie de développement à supporter les coûts de mesure d adaptation. En constatant qu aujourd hui la tendance n est pas au renforcement de cet accord, au contraire, certain pays signataire se retire de l accord et cela nous laisse perplexe en sachant que derrière tout cela, c est l intérêt économique qui est primé. Pourtant le rapport de N. Stern 5 confirme clairement qu une transition vers un monde émettant peu de gaz à effet de serre est compatible avec la poursuite du progrès économique et social. Par contre le retard dans le passage à l action, même de quelques décennies, pourrait avoir 3 Le changement climatique aura des conséquences sur les fondements de la vie à savoir l accès à l eau, la production de denrées alimentaires, la santé publique et l environnement, pour les habitants du monde entier. Des centaines de millions de personnes risquent de souffrir de la faim, de pénuries d eau et d inondations côtières, à mesure que la planète se réchauffera.» N.Stern, The Economics of Climate Change, octobre : C est une initiative lancée en 2004 et 2005 par une convergence d organisations sociales des cinq continents. Plaider sur la préservation des forêts et le respect des droits et des intérêts des populations qui les habitent ou en sont tributaires. Inviter les gouvernements à fournir un environnement politique, juridique et social favorable à la gouvernance des forêts par les communautés elles-mêmes. Dénoncer la marchandisation de la nature, l exploitation forestière et les plantations industrielles, ainsi que les dénommés projets de développement et de conservation de certaines ONG et institutions internationales, «qui provoquent la déforestation et la dégradation des forêts, le déplacement des populations forestières ou la perte de leurs moyens de subsistance». 5 :The Economics of Climate Change, octobre

8 un coût quasiment insurmontable. Les Etats-Unis, première puissance économique mondiale, n ont jamais signé le protocole de Kyoto et le Canada se retire de l accord en décembre Affiché à l échelle mondiale, ces inactions remettent en cause l aspect éthique face aux destructions des biens publics mondiaux et la lutte contre la déforestation ne fait pas exception. 3. La pauvreté La forêt abrite la moitié de la biodiversité mondiale et un cadre de vie des centaines de millions de la population. On estime que 90% de la population des pays pauvres dépend 6 des forêts pour vivre, soit plus de 3 milliards d habitants. Dans les pays pauvres et sous-développés, il n existe pas de structure sociale pour les sans-emplois et donc, sans source de revenu, et sous l emprise de la pauvreté, les soucis pour la génération future sont moins pesantes dans l arbitrage et jusqu au point de mettre sa propre vie en sursis. Peut-t-on en vouloir à ces milliards des pauvres? Certainement pas car pour eux c'est une question de vie ou de mort. La culpabilité est à trouver, particulièrement chez les entrepreneurs et les industriels qui concourent à cette activité sans y être contraint. Il viendra, le jour où tous les bois dans ces pays pauvre auront disparu, et cela aurait des conséquences importantes sur la sécurité alimentaire, la santé, les besoins énergétiques, et affecterait gravement la population vulnérable. Un scénario qui reflète un échec moral des habitants de notre société. Ces habitants devront trouver un autre moyen de subsistance par exemple un autre combustible. Cela peut être le pétrole, une ressource épuisable à l échelle humaine, et il faut un pouvoir d achat pour y accéder, ce qui n est pas toujours le cas pour la population des pays en voie de développement et comment alors dans ce cas concilier le bien-être de la population avec l'écologie? 4. Le caractère social et culturel La forêt a un usage comme lieu de repos et conserve un patrimoine historique et culturelle ce qui lui donnent un caractère social. Les activités de loisirs dans les forêts ont aussi un retombé positif sur l économie. «La déforestation confisque des millions de personnes de biens et de services forestiers cruciaux pour la sécurité alimentaire, le bien-être économique et la santé de l'environnement", a souligné Eduardo Rojas-Briales, sous-directeur général de la FAO responsable du département des forêts. La destruction de la forêt n est pas seulement une disparition physique, à conséquence 6 : Selon le rapport du 5eme "Forum sur les forêts" des Nations Unies (UNFF) qui s'est déroulé en 2005, ils utilisent pour faire de charbon de bois, cuire leurs aliments ou se chauffer. 8

9 environnemental (ensablement des bassins versant, ) elle est aussi une disparition culturelle 7 humaine et a un effet social (exode rurale, famine, ) et 5. L utilisation durable de la forêt Lorsque nous parlons de phénomène de surexploitation des ressources forestières, nous sommes en train de citer l existence d un seuil maximum de l exploitation des ressources. Les statistiques présentées dans la section I nous montrent que nous avons créé une perte d intensité forestière, c est-à-dire que nous sommes confrontés à un phénomène de surexploitation de ces ressources. Cette action peut avoir des conséquences sur la dégradation des sols, le changement climatique, le changement du fonctionnement biologique ect. La question éthique qui se pose dans la lutte contre la déforestation concerne surtout l exploitation de manière durable, responsable, la ressource, sinon la conservé pour la génération future. 7 : La disparition de la forêt de Mykea (communauté d être humain qui vivent à l écart du reste du monde) se trouvant dans la partie sud de Madagascar engendra non seulement une dégradation de leur lieu d habitation mais aussi la disparition de la richesse culturelle qu ils ont préservée jusqu ici. 9

10 III. Les principales approches théoriques. 1. La théorie de l utilité La théorie de l utilité est le fondement des théorèmes de l économie du bien-être qui est la base des sciences économiques modernes. Selon le 1 er théorème, tout équilibre de marché est un optimum de Pareto et l optimum de Pareto permet d atteindre l équilibre de marché c est-à-dire l équilibre concurrentiel (2 ème théorème) toutes choses égale par ailleurs et sous certaines conditions. Un optimum de Pareto est une situation dans laquelle l amélioration de la situation d un individu nécessite une détérioration de celle d au moins un autre. L amélioration du bien-être d une partie de la population par l utilisation des produits forestiers ou par le besoin de l espace nécessaire à l agriculture détériore le bien être non seulement des personnes dont la vie est directement liée à la forêt (externalité négative) mais aussi au reste du monde qui en subissent les conséquences de la déforestation indirectement, et cela y compris les générations futurs et l auteur même de l acte ( par exemple la déforestation qui entraine un effet sur le climat. L auteur de l acte est à la fois «origine» et «victime» à moyen et à long terme). Il est possible d atteindre un optimum de Pareto si les gagnants peuvent compenser les perdants en gardant sa situation améliorée. Dans cette théorie, on se demande, si on ne doit pas considérer l'homme avant tout souci de préservation de la Nature, et dans ce cas, l obligation morale de préserver l environnement est indirect; elle est découlée des annuités humains de préserver le support environnemental de la vie. Dans ce cas, la forêt doit être utilisé et considéré comme un produit banal dont l homme a besoin et cela sans se soucier des conséquences à court terme et encore moins pour les générations futures. Dans cette ordre d idée, l homme doit utiliser la forêt sans qu aucun jugement morale ou reproche lui est possible car il a accès aux ressources qui est lui incombe pour améliorer son bien-être et c est le deuxième théorème de l économie du bien-être appliquée dans la lutte contre la déforestation, dans laquelle on néglige totalement toutes autres informations dans le jugement de bien-être notamment la liberté des individus et la société. Par conséquent, l éthique n apporte pas des informations supplémentaires dans ce jugement. Mais est-ce la meilleur manière de cohabiter avec la nature, les mouvements écologistes ont leurs points de vue sur le sujet. 10

11 2. La pensé écologique Depuis le XXème siècle, la pensé écologique semble faire l unanimité dans la pensée humaine et dont le point de référence est que la biodiversité à une valeur intrinsèque et subjective. D une part l homme a commencé à apporter un nouveau regard sur la nature. D autre part, la naissance de l éthique environnementale a beaucoup influencé la manière de prise de décision vis-à-vis de l environnement. Une éthique de l environnement, basée sur la relativisation de l humanité et de ce qu est le propre de l homme. Toutefois, la pensé écologique est compliquée et flou. Si elle a pu imposer sa vision dans nos modes de pensé, elle reste minoritaire et surtout exposé aux plusieurs enjeux et lobbying des acteurs privées. Face à cela, souvent, la vision utilitarisme l emporte dans les prises de décision et que la nature passe après l homme. 3. La théorie moderne de la justice de Rawls Le problème qui se pose sur le plan éthique est aujourd hui, de savoir, comment intégrer l éthique dans nos comportements. L éthique permet de juger la valeur, unifier les jugements moraux dans les différentes situations. Mais dans nos pratiques quotidiennes, cela n est pas toujours évident. Un jugement peut être fait lorsqu on justifie si l action est bonne et juste. Si le résultat de la lutte contre la déforestation est mitigé (cf section I), les lois et règlementations ne sont que la partie visible de l iceberg. Alors le problème d éthique peut être un facteur considérablement omis dans la lutte. Mais comment l intégrer réellement dans la lutte pour être efficace? Selon John Rawls 8, l éthique n est pas une position théorique mais un choix de vie. Elle relève de la volonté et non de la représentation. C est pourquoi, «ce qui est éthique, on ne peut pas l enseigner. Si je ne pouvais expliquer à autrui l essence de ce qui est éthique que par le biais d une théorie, ce qui est éthique n aurait pas de valeur du tout.» ( id., p. 158). «Or c est avec la Théorie de la justice que la philosophie morale et politique en contexte analytique connaît un renouveau spectaculaire». Rawls présente un rationalisme éthique, dans la continuité de Kant, comme il l admet explicitement : «La théorie de la justice est une partie, peut-être même la plus importante, de la théorie du choix rationnel.» (p. 43). Voir surtout la page 40 consacré à «l interprétation kantienne de la justice comme équité». Selon Rawls d une manière générale (la théorie de la justice traditionnelle), les questions éthiques n étaient pas considérées comme des questions «primaires». «.Il s agissait toujours peu ou prou d envisager les questions éthiques comme des questions secondaires, c est-à-dire relevant de l analyse du discours 8 John Rawls, né le 21 février 1921 à Baltimore et décédé le 24 novembre 2002 à Lexington, est l'un des philosophes politiques les plus étudiés du XXe siècle. Professeur dans les universités de Princeton, Oxford, Cornell et Harvard jusqu'en 1995, il a été rendu célèbre par son œuvre majeure, à laquelle il travaillait depuis les années 1960 et qui parut sous le titre A Theory of Justice (Théorie de la justice) en

12 éthique dans sa différence avec les jugements cognitifs. Au lieu de se poser des problèmes moraux radicaux (quel choix de vie, pour quelle société?) on analysait l usage des prédicats «bon» ou «juste» (linguistic turn )». La Théorie de la justice moderne, par contre, considère que les questions éthiques sont des questions primaires, ce sont des questions pointilleuses dans la logique d un raisonnement C est sur ce point que la théorie de la justice est importante dans la lutte contre la déforestation car elle permet de mettre la question d éthique comme premier souci de l homme dans l approche d un problème. Par contre l intégrer dans la lutte contre la déforestation est plus facile dans la théorie que dans la pratique car la théorie se heurte souvent aux enjeux complexes du contexte réel (lobbying, intérêts économiques contradictoires) 4. La théorie des capacités de Sen Amartya Selon Sen, la vie d une personne est une combinaison des fonctionnements (capacités) qui dépend de la liberté de cette personne de faire un choix parmi ces fonctionnements. Un fonctionnement ou une capacité désigne des activités que les personnes reconnaissent spontanément comme important. L être humain doit avoir une liberté. Les aptitudes de l individu à poursuivre et à atteindre ses objectifs qu il estime important doivent être respectées par autrui. La liberté ici apparaît comme un enjeu de la répartition, une appréciation de la situation sociale, un critère d évaluation d un état social. Ce concept dépasse le simple accord contractuel chez Rawls(la dimension morale) pour arriver à l accord volontaire, rationnel et raisonnable (la dimension éthique) qui permet à un individu de négocier sa liberté avec autrui. La liberté est un argument qui nous permet d introduire l éthique dans le jugement de bien être dans l action de lutte contre la déforestation. 12

13 IV. Analyse éthique 1. La morale et l éthique dans l action de lutter contre la déforestation Certains auteurs rassemblent la dimension morale à la dimension éthique, d autres ne le font pas. Dans notre analyse éthique, nous faisons bien la distinction entre ces deux dimensions. La place de la morale dans la lutte contre la déforestation? La morale dans la lutte contre la déforestation peut être considérée comme les normes, les règles (par exemple, il existe aujourd hui des lois qui exigent la traçabilité des produits que nous consommions, et beaucoup de ces produits sont labélisés) qui protègent les biens être sociales liés à l action de lutte contre la déforestation et de coupage illicite des arbres. Ces règles et normes permettent aussi les interactions entre les différents individus dans une société et entre la société avec l environnement notamment la forêt. Cet aspect moral est la morale religieuse qui est souvent attachée avec des structures sociales de la communauté. Avons-nous, par exemple, l esprit tranquille après avoir acheté une guitare de marque légendaire Gibson? en sachant que les bois de fabrication 9 proviennent 10 de l abattage illégale du bois de rose sur l île de Madagascar et du bois d ébène de l Inde. Et l éthique dans ce contexte? L éthique permet de nous délibérer de la morale religieuse. L éthique de la lutte contre la déforestation consiste à juger les valeurs, les biens être des individus en conservant le bon fonctionnement de l écosystème. Dans l éthique, nous trouverons les intérêts fondamentaux tirés des valeurs de la forêt qui doivent être pris en compte dans l analyse de la lutte contre la déforestation. Par exemple, qui parmi nous dans ces gestes quotidienne d achat ont eu le souci de faire attention sur la traçabilité des produits que nous achetions?, alors que les bois sont partout dans nos vie quotidienne (papier, carton, meubles etc) et de ne pas acheter par rapport au prix, mais par rapport à la présence d un label qui justifie que les matières utilisées sont saine. Jusqu où sommes-nous prêts à fermer les yeux? et probablement le jour où nous décidons enfin de regarder la réalité en face, ce serait peut- être trop tard pour réagir. Jusqu où 9 ONG Friends of the Earth : «Les guitares Gibson ont trop saigné le bois malgache»- LeMonde.fr 10 Le légendaire fabricant d'instruments de musique est aussi accusé de faire pression sur le Congrès américain pour qu'il annule certaines dispositions du Lacey Act. Cette loi, adoptée en 2008 pour prévenir l'importation de bois précieux illégalement abattus, impose aux acquéreurs de déclarer la provenance de leur marchandise et de prouver leur légalité. A défaut, ceux-ci risquent de lourdes amendes. En 2011, les usines Gibson de Nashville ont fait l'objet de "descentes" des services de contrôle des autorités fédérales. Le fabricant était soupçonné d'utiliser du bois de rose de Madagascar et des bois d'ébène en provenance d'inde 13

14 sommes-nous prêts à sacrifier pour notre bien-être avant de mettre en avant, en priorité, le bien être de l humanité. Dans l action de lutte contre la déforestation, l éthique est utilisée pour critiquer l aspect moral religieux, et les avantages sociaux, dans une communauté donnée. Elle sert à identifier les intérêts humains fondamentaux. Ensuite, l éthique permettra d apporter un point de vue clair de l impact de morale sur le bien-être de la population et la protection de l écosystème. Et enfin la façon dont nous pouvons bénéficier les valeurs de la forêt de manière durable. 2. Les intérêts fondamentaux (le bien être, la liberté et la justice) Pour arriver au succès dans la lutte contre la déforestation, il est nécessaire de prendre en compte la dimension éthique dans cette action c est-à-dire procéder à une analyse critique de la morale, les intérêts fondamentaux. Nous pouvons décomposer les intérêts fondamentaux en trois axes : - L axe qui contient le bien être : l utilité que l individu obtient de la forêt (valeur usage et non usage de la forêt). - L axe qui contient la liberté : la liberté de l individu de faire un choix entre l exploitation ou la conservation de forêt (autodétermination), la liberté d accès aux ressources, la liberté de décider d exploiter la forêt de façon durable. - L axe qui contient la justice : le jugement sur la répartition des avantages de la forêt. Ces axes doivent être construits de façon pertinente. Si la morale nous apprend les avantages sociaux alors l éthique nous permet d identifier les intérêts humains fondamentaux qui sont considérablement des conditions nécessaires pour arriver vraiment à lutter contre la déforestation autrement dit l éthique permet de juger ces avantages sociaux. Ces axes décrivent la nécessité que les individus apprennent à faire les gestes quotidiennes, les actions dans la lutte contre la déforestation pour pouvoir vivre entre eux dans la communauté et avoir une bonne gestion des ressources forestières. Chaque être humain a la capacité de définir ses intérêts fondamentaux c est-à-dire qu il est libre à déterminer ce qui est bon pour lui. La lutte contre la déforestation doit dans un premier temps satisfaire ces intérêts fondamentaux qui peuvent être résumé dans le tableau 4 ci-dessous. 14

15 Tableau 4 : les intérêts fondamentaux dans la lutte contre la déforestation Bien être Liberté Justice Le stock matériel de la forêt La lutte permet une préservation de stock, La lutte doit fournir la liberté de se déplacer La lutte définit de bonnes pratiques qui des espèces végétales pour trouver une permettent à la forêt autre ressource de régénérer, une coupe sélective L écosystème Bon état de L être humain est Bonnes pratiques de l écosystème, libre dans le choix de protéger l écosystème, conserver la capacité la capacité de la biosphère. de stocker le carbone, résistance l habitat des animaux, conserver la biodiversité La communauté La réduction de la L être humain a La lutte doit définir forestière pauvreté. parfaitement la liberté un système de La lutte ne doit pas dans la participation compensation, respect avoir les dans la lutte contre la de l aspect équité conséquences sur le travail et le revenu de la communauté. déforestation aussi bien dans l accès aux ressources que dans la législation La lutte doit assurer la sécurité alimentaire des habitants. Politique de la lutte L être humain peut Liberté de décision doit être transparence, trouver un autre responsabilité et sous moyen de subsistance le contrôle public. (Source : Chloé Bao ; Patrick Engels RAVATSY) 15

16 3. Bioéthique a. La dignité humaine, les droits de l homme et la justice Les trois aspects «la dignité humaine, les droits de l homme et la justice» peuvent être traduit par un devoir pour la communauté, les parties prenants dans la lutte contre la déforestation de respecter les droits de la personne qui sont au centre de l action de lutte contre la déforestation. Ce sont les éléments de base des intérêts humains fondamentaux. Les objectifs d amélioration ou de maintenance de la situation forestière, de l écosystème et ne doivent pas avoir un impact sur ces trois aspects. L être humain a son droit, sa liberté dont l aptitude doit être respecté par l autrui. La lutte contre la déforestation doit permettre un droit à l être humain de l autodétermination de son acte, d exploiter immédiatement ou de conserver la forêt qu il considère comme important. Elle doit permettre à l être humain l accès équitable aux ressources, d assurer la sécurité alimentaire, et sanitaire. b. L action bienfaisante Il consiste à faire du bien à autrui dans un intérêt social. Contribuer dans la lutte contre la déforestation est un acte humain et des organisations mondiaux se lancent dans le domaine et en tête le PNUD (Programme des Nations Unis pour de Développement) et une multitude des ONG reparties dans le mondes œuvrant pour le bien de la planète (WWF, Greenpeace, FSC (Forest Stewardship Council ) ou PEFC (Programm for the Endorsement of Forest Certification schemes) Avant tous, ces actions sont apolitiques et sans objectif financière. Ils visent à réveiller la conscience locale ou internationale face à un problème dont aucun pays ne peut échapper, (auteur ou victime) et considéré souvent comme un besoin d accomplissement (pyramide de Maslow). Il existe aujourd hui des personnes qui cherchent à mettre en œuvre un modèle de sociétés plus équilibré, plus humaniste et cela est accompagné par des réussites environnementales, mais aussi industrielles et sociales. Des actions engagées localement, dans les associations, les groupements afin de faire bouger les choses et de pouvoir agir concrètement et chaque grain de sable qui bougera fera avancer la bataille et que le mouvement finira par s inverser. L assaut des sociétés passéiste et égoïste pour contre carrée la lutte contre la déforestation, est présent et pourrait toujours ruiner ces actions de bienfaisance. Ces organisations ne doivent pas lâcher prise et l éthique est leur dernier pilier. Ces actions de bienfaisance concerne le bien être humain, et permettent à l être d éviter des dommages irréversibles, (le changement climatique, érosion des sols, disparition de la biodiversité) et accéder à un partage équitable des avantages sociaux. 16

17 Des questions sans réponse évidente se posent aujourd hui sur l engagement et la conscience de chacun, face à la problématique de la dégradation de l environnement, on parle d un refus de prendre sa responsabilité, d une défaillance morale de l humanité. Est-ce que l on doit attendre que les besoins fondamentale, de sécurité, d appartenance et d estime soient accompli avant d œuvrer pour le bien être de la planète. Et même au niveau des entreprises qui semblent être convaincu et mettent leur souci pour l environnement comme fer de lance auprès des acheteurs, on se demande toujours, si c est pour un but réellement environnemental ou commercial avant tous?» Et enfin, ceux qui luttent pour préserver la nature, et faire avancer la lutte tous les jours, est-ce vraiment pour le bien être de la génération future et/ou pour leurs causes personnelles?» d où on parle de l truisme. c. L altruisme Quand on donne notre temps, notre dévouement pour une cause que l on juge être juste, comme l engagement dans la lutte contre la déforestation, l action peut être dite d altruiste. En réalité, pour qui agit-on? Est-ce qu on agit pour les autres comportant ainsi? ou pour nous en se Est-ce que ces actes n ont pas pour vocation de répondre en premier à notre satisfaction et conscience personnelle. En cas de réussite de l action dans la lutte contre la déforestation, notre entourage, notre planète en bénéficie, par contre si l action n a pas procuré une certaine satisfaction à l auteur, est-ce qu il l a quand même accompli? Robert Trivers et Robert Axelrod ont suggéré ( ), «.que l altruisme peut être favorisé par la sélection naturelle lorsqu il est réciproque». «On donne aujourd'hui pour recevoir demain» «Ce n'est plus vraiment de l'altruisme, car en fin de compte, tout le monde y gagne», précise Laurent Keller, «c'est de la coopération!» Si en constatant que l action humaine de détruire la forêt est en train de mettre en cause l avenir des générations futures, et qu on se sent mal, perturbé, gêner si on n agis pas, alors à qui on viens en aide en faisant des actions de «bienfaisance». En ayant cette attitude, c est d abord envers sa propre personne que l on agit en premier et par un heureux hasard, l action a eu des répercussions positives sur les autres. d. La diversité culturelle, le pluralisme et la tolérance La diversité culturelle, le pluralisme et la tolérance sont des valeurs à tenir compte en approchant la lutte contre la déforestation, chacun détermine les intérêts humains fondamentaux dans une communauté forestière donnée. La déforestation dans les zones rurales de Madagascar 11 exemple est un moyen le plus sûr pour les paysans de subvenir aux besoins de leur famille ; compte tenu de l Etat de la pauvreté dans lesquels ils vivent. Les conséquences de leurs actions à par 11 Source : Wildmadagascar.org/kids/20-environement-deforestation.html 17

18 long termes ne sont pas leur première préoccupation. Chacun définit sa meilleure façon de vivre en respectant la morale c est-à-dire les normes, les règles de la communauté forestière. Selon l article, au point de vue de ces paysans, s il en reste de la forêt à bruler, autant le faire avant le voisin. La culture du riz a des origines culturelles et spirituelles qui vont au-delà de la valeur économique et nutritionnelle du riz. Dans une situation pareille, la lutte contre la déforestation doit intégrer la lutte contre la pauvreté. En sachant que les deux paramètres sont corrélés et les séparer dans la résolution est immoral. Vouloir empêcher ses pauvres d abattre des forets pour planter du riz, sans proposer une alternative, en sachant pertinemment que cette culture est leur moyen de survie, c est sacrifier leur vie au profit de la génération future. Et c est là qu interviens le jugement moral et la tolérance. Dans un cas pareil, il est nécessaire de résoudre le problème de la pauvreté en premier et l environnement s en suit, et l éthique prend forme d une tolérance, de la compréhension des autres et leurs cultures, d un dialogue pour appréhender le problème dans son angle véritable. Toutes les cultures 12 sont égales selon M Jerome Bindé «toutes les cultures doivent donc être respectées, ce qui ne signifie en aucun cas qu au nom de la diversité culturelle, tous les actes soient permis ni tous les crimes justifiées». Et selon toujours l auteur «Le défi d'aujourd'hui est qu'une grande part du travail éthique soit faite à l'échelle d'une communauté mondiale, et que cette nouvelle orientation éthique soit fondée sur l'idée de dialogue des cultures. Un tel dialogue reposerait sur l'idée que les cultures doivent être respectées, mais que les valeurs peuvent être évaluées ensemble» Généralement, la diversité culturelle, le pluralisme et la tolérance se traduisent par la nécessité de prendre en compte des différentes valeurs dans la lutte contre la déforestation avec les limites de la morale. Les efforts, les participations de l être humain seront très important pour la réussir. e. La solidarité, équité et coopération La solidarité, équité et coopération sont les actions très importantes dans la lutte contre la déforestation. Il faut que toutes les parties prenantes partagent les informations, les technologies, les expériences dans cette action. Il faut également avoir une solidarité entre les individus dans une communauté (à l échelle locale) et entre les pays à l échelle globale qui pourra permettre d éradiquer la pauvreté, une équité entre la répartition des avantages sociaux entre les secteurs et entre les intra-secteurs (entre les exploitants et les consommateurs) 12 "OÙ VONT LES VALEURS?": Une éthique du futur, M. Jérôme Bindé (sous la direction de), Paris, Unesco/Albin Michel, 510 p. 28 avril /04/28 18

19 La politique de lutte contre la déforestation doit être responsable, transparent sous le contrôle public. Ce caractère peut créer la confiance de la population et les inciter à participer dans l action de lutte pour rendre l action plus efficace et efficience. f. La responsabilité de l écosystème et de la biosphère La forêt offre les principales fonctions nécessaires pour la vie humaine. Ce sont les fonctions de stockage de carbone, de fournir les ressources de bases (bois par exemple), d aménité, et de biosphère. Les trois premières fonctions peuvent être substituées par les fonctions artificielles de l activité humaine. Mais la biosphère, elle est très difficile à être substitué. Une perte de la fonction biosphère ou une dégradation de cette fonction peut avoir des impacts en retour à l être humain. Alors il est nécessaire que chaque individu contribue à la protection de cette fonction. Chaque individu doit être responsable de l action de déforestation. Certes, l homme a le droit, la liberté dans ses actions mais il faut prendre en compte les conséquences de la déforestation pour les générations futures alors dans ce cas le respecter l environnement, de la forêt et de l écosystème deviennent une obligation et un devoir morale envers l humanité. 19

20 V. Conclusion L analyse éthique dans la lutte contre la déforestation nous permet d avoir une nouvelle vision sur la morale de l action de lutter contre ce fléau. La morale doit impérativement satisfaire la dimension éthique. Et dans ce cas, elle n est plus la morale qui ne prenait en compte que les trois dimensions, économique, social, et environnemental de développement durable. L éthique joue un rôle majeur dans la lutte contre la déforestation et cela dans le contexte du développement durable, dans la prise de décision des parties prenantes, des parties politiques et dans la conservation de l écosystème. Sans prendre en compte l aspect éthique, la lutte contre la déforestation pourrait ne pas relever son défi et enregistré une réussite concrète. Par contre, la morale permet des interactions entre les individus et aussi entre les individus et l environnement. Alors la morale de la lutte contre la déforestation affecte les intérêts humains fondamentaux de l éthique dont l effet dépend du contexte où nous nous trouverons. L analyse des avantages sociaux obtenus de la lutte contre la déforestation peut être associée avec les l analyse éthique qui permet de définir une bonne décision, une politique qui bénéficiera à la fois l amélioration de l intensité de la forêt, de la conservation des forêts primaires et le bien-être, la liberté et la justice de l être humain. On parle d une situation «gagnant-gagnant». L éthique dans la lutte contre la déforestation porte aussi ses limites. Il y a des incertitudes sur les résultats de nos intérêts fondamentaux, de nos connaissances, de nos décisions. Il y a des incertitudes également sur les résultats, sur les intérêts, sur les connaissances ainsi que les décisions prises et qu il est nécessaire de toujours en tenir compte. 20

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Economie du Développement Durable - Licence

Economie du Développement Durable - Licence Economie du Développement Durable - Licence - Définitions 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Bibliographie: Qu est-ce que le développement durable? Brunel,

Plus en détail

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL Arrière-plan et objectifs Atelier de formation, le 4 novembre 2014 Montreux, Suisse Les zones

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable?

Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable? Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable? édito Dès 2004, la Région Rhône-Alpes a fait le choix du développement durable : pas d effets d annonce pour répondre aux enjeux

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

TERME DE REFERENCE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE»

TERME DE REFERENCE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE» TERME DE REFERENCE I. TITRE DE l ACTIVITE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE» II. TYPE D ACTIVITE Atelier de Réflexion III.CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE l ATELIER Nous observons

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille o Dans un contexte où les troubles et dommages consécutifs aux

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

L école de la Morelle souhaite rendre cet engagement explicite dans une charte d éducation à l environnement et au développement durable.

L école de la Morelle souhaite rendre cet engagement explicite dans une charte d éducation à l environnement et au développement durable. Préambule 1 De plus en plus d organisations s engagent dans une démarche concertée d éducation à l environnement et au développement durable tout en rendant public leur engagement. L école de la Morelle

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

ASIE (exceptés Chine et Inde)

ASIE (exceptés Chine et Inde) ASIE (exceptés Chine et Inde) Vous produisez peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu) mais vous êtes parmi les premières victimes des effets négatifs (sécheresses, inondations, etc.) du changement

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants?

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? Colloque UNIRèS «Education à la santé et complexité : Recherche, formation, pratiques» Atelier 3 : Pistes pour

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE Présenté par Mr Coulibaly Davy Wohary, Action en Faveur de l Homme et de la Nature Côte D Ivoire (AFHON_CI) GENERALITES SUR LA COTE D IVOIRE SITUATION ENERGETIQUE

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Version: Août 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L'AGRICULTURE ADAPTEE

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges Présentation de l atelier éducatif Aménagement urbain, développement durable. Agriculture urbaine. Créez et entretenez votre propre jardin

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail