outlook.eco Faits et chiffres La structure économique valaisanne en 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "outlook.eco Faits et chiffres La structure économique valaisanne en 2009"

Transcription

1 outlook.eco Faits et chiffres La structure économique valaisanne en 2009 Chambre Valaisanne de Commerce et d'industrie Walliser Industrieund Handelskammer

2 Impressum Chambre valaisanne de commerce et d industrie Rue Pré-Fleuri 6, 1951 Sion Tél Fax Avec l aimable coopération de Banque Cantonale du Valais Département de l économie, de l énergie et du territoire Et le soutien de la Délégation valaisanne à la Loterie Romande Rédaction Vincent Riesen Régine Seppey Antoine Oggier Plus d informations 2

3 Survol Bernard Bruttin Président Vincent Riesen Directeur Chambre valaisanne de commerce et d industrie Depuis la débâcle financière de 2007, l économie mondiale ne cesse d encaisser des chocs jamais connus depuis le Grande Dépression des années 30. Après une période de croissance sans précédent dans l Histoire qui a permis de sortir des millions d êtres humains de la pauvreté, tous les modèles de production, d investissements mais aussi de collaboration et d intégration se sont vus remis en question. Cette conjoncture difficile n a pas épargné le Valais. Notre industrie a fortement souffert du repli des marchés mondiaux. Le recours massif au chômage partiel par des acteurs bien établis témoigne des craintes et des obstacles auxquels notre économie a dû faire face. Pourtant, certains secteurs ont mieux résisté, à l image de la construction ou du commerce de détail. Car derrière le potentiel de réaction aux inévitables dégradations conjoncturelles se cachent les réalités structurelles d une économie. Ces fondamentaux définissent les forces et les faiblesses du Canton, et donc ses opportunités de développement. Or, ces éléments sont pratiquement inconnus du public. Trop peu de Valaisans savent par exemple que nous sommes le numéro deux de la chimie suisse, après Bâle. L illusion d une région à l abri des turbulences mondiales demeure tenace : notre prospérité économique est intimement liée aux performances du commerce international, du fait de la grande qualité des produits industriels manufacturés sur notre territoire. La Chambre valaisanne de commerce et d industrie, Association faîtière de l économie valaisanne, dédie ce document à l approfondissement et à la propagation de nos connaissances dans ce domaine. Nous entendons donner aussi bien aux décideurs politiques et économiques qu à nos concitoyens une information aussi précise et complète que possible sur la structure et les perspectives valaisannes. Le Valais, tout comme le reste du monde en cette période de crise profonde, est appelé à se remettre en question. Nos modèles de pensées seront-ils encore valides à l avenir? Nos représentations correspondent-elles à la réalité des faits? Quels chemins emprunter pour garantir notre prospérité? Dans la compétition que se livrent les régions pour attirer les facteurs de production capital, travail, savoir celles qui auront répondu aujourd hui seront les mieux préparées demain. La politique économique compte La croissance valaisanne s affiche parmi les plus lentes du pays (p. 11). Le PIB n aura progressé en 15 ans que de 13%, contre 26% en Suisse (p. 9). Notre niveau de vie ne montre pas de signe de convergence vers la moyenne nationale, au contraire. Les indices de productivité prennent chaque année de la distance par rapport à l ensemble des autres cantons suisses (p. 20). Que cache ce déclin relatif de productivité? Dans les chapitres qui suivent, nous vous invitons à parcourir l ensemble des fondamentaux de l économie valaisanne. Il ressort un certain nombre de constats. En voici quelques exemples : les travailleurs jeunes et bien formés ont tendance à quitter le canton (p. 51). Le taux de participation des femmes au marché de travail est beaucoup plus faible qu en moyenne nationale (p. 63). La forte saisonnalité du chômage freine la formation continue pour certaines catégories de travailleurs (p. 67). 3

4 La modernisation imposée par ces défis ne sera simple ni à définir, ni à mettre en œuvre. Pourtant il est urgent de s atteler à cette tâche. Nous avons le devoir collectif d imaginer le Valais de demain, de simplifier les structures, de proposer des solutions créatrices. Nous devons faire preuve d une innovation d un genre nouveau, non technologique : de l innovation institutionnelle. Ta panta rei «Tout s écoule» écrivait au VIe siècle avant J.-C.en Héraclite d'éphèse. Même si le lit de la rivière demeure le même, l eau qui s y verse n est jamais la même. Le présocratique reconnaissant déjà que le monde est en perpétuel mouvement, que ses mutations sont fréquentes et que l Homme doit vivre en s adaptant à ses conséquences. Nous vivons l heure de l accélération du changement. Le progrès technologique d une part et l intégration des marchés et des sociétés d autre part ont multiplié les opportunités. Dans ce contexte de plus en plus en mouvant, l adaptation est devenue une condition incontournable pour le maintien et le développement de notre qualité de vie. Cette évolution n est pas nouvelle. Il suffit de regarder notre canton pour s en convaincre. Les Valaisans, par leur ingénuité et leur créativité, ont réussi à transformer une région de montagne dangereuse et inhospitalière en un joyau brillant dans l écrin des Alpes. Le combat d hier, contre une nature hostile et avec des moyens rudimentaires, invite au respect et à la modestie aujourd hui. Pourtant, entre volonté et adaptation, nos prédécesseurs ont réussi à transformer les difficultés du terrain en autant d opportunités à l exemple des barrages ou des remontées mécaniques ou de savoir-faire comme en témoigne l excellence de notre sauvetage en montagne ou la précision de notre industrie. Notre situation actuelle est propice au changement. Nous disposons d un stock de capital important, sous la forme de voies de communication, d installations hydroélectriques ou de bâti. La majorité de la force de travail n est ni trop jeune, ni trop vieille ; elle est en pleine activité et continue à former l épargne qui financera les investissements de demain. La formation est de bonne qualité, aussi bien dans les écoles que dans les apprentissages. Le savoir-faire valaisan est reconnu. Notre contribution Le développement harmonieux de l économie compte parmi les missions statutaires principales de la Chambre valaisanne de commerce et d industrie. Un environnement sain pour les entreprises profite à l ensemble de la population. Un tissu économique dynamique dégage les gains en productivité qui financent les assurances sociales par exemple. Il crée les places de travail nécessaires à la réalisation de chacun, lutte efficacement contre la pauvreté et l exclusion sociale. Il embrasse le progrès technologique et l innovation, qui permettent de faire mieux et plus avec toujours moins, offrant une solution évidente aux problèmes environnementaux. Le document que nous vous présentons n est que le point de départ d un processus d apprentissage. Cette radiographie que nous avons voulue la plus exhaustive possible montre les forces et les faiblesses de l économie valaisanne. Elle illustre aussi par contraste les zones d ombre qui existent encore dans notre connaissance du tissu économique comme par exemple le manque de statistiques dans le domaine de l énergie. Nous nous sommes en revanche montrés avare en interprétations et en propositions de solutions. Notre intention est plutôt d ouvrir le débat à tous sur l avenir économique de notre Canton. Nous vous souhaitons une agréable lecture. 4

5 Editorial Jean-Daniel Papilloud Président de la Direction générale Banque cantonale du Valais L ancrage de la Banque Cantonale du Valais (BCVs) dans le Valais est évident, sa proximité reconnue et saluée, sa légitimité et son identité défendues. Seule banque valaisanne, la BCVs n en est pas moins intégrée dans un système globalisé. L identité de la Banque est construite sur la compétence, la pérennité, la proximité et la durabilité. Ces spécificités dictent son quotidien et voient leur pertinence confirmée par les résultats en forte progression de ces dernières années. La BCVs a étroitement contribué à l essor économique du Valais, participant à tous les grands chantiers qui ont transformé le Valais de hier, essentiellement agricole, en canton pluri-économique d aujourd hui. Elle a aussi marqué de son empreinte la construction des liaisons internationales, l assainissement de la plaine du Rhône, la modernisation et l intensification de l agriculture, le développement du tourisme ou encore la construction des barrages. Grâce à son rôle de proximité, la BCVs occupe la place d un observateur privilégié des développements économiques valaisans. Soucieuse de diffuser ses informations et ses connaissances à tous les acteurs du Canton, notre Banque collabore depuis maintenant plus de dix à la publication mensuelle des rapports de l Observatoire conjoncturel, qu elle a fondé avec l institut universitaire bâlois BAK Basel Economics et la Chambre valaisanne de commerce et d industrie. Cet instrument, à la disposition de tous, a connu maintes améliorations à travers le temps. Il renseigne continuellement le public sur les perspectives, les dangers et les opportunités économiques. Le présent document offre une extension naturelle à nos travaux précédents. Il contribue au renforcement des connaissances économiques de nos concitoyens et de nos entreprises. Alors que les publications existantes de l Observatoire conjoncturel se concentrent sur le court terme, nous avons choisi ici un point de vue plus large, qui exploite l immense somme de données récoltées depuis une dizaine d année. outlook.eco met ainsi bout à bout une myriade de rapports mensuels et semestriels, leur donne du sens et en fait émerger une image de la structure économique valaisanne. Le tableau peint au travers des pages suivantes montre un paysage économique riche et diversifié. Le Valais a réussi sa transformation d une activité essentiellement rurale en une économie moderne dominée par les services et l industrie de pointe. Notre canton abrite un grand nombre de sociétés qui se distinguent par la qualité de leurs prestations et de leurs produits, et qui font preuve d une étonnante capacité d innovation. Nous espérons que les renseignements qui suivent éclaireront vos choix et vos réflexions, et vous adressons nos meilleurs vœux dans ce voyage au cœur de l économie valaisanne. 5

6 Résumé Produit Intérieur Brut Lors du pic de 2007, le PIB réel valaisan a atteint 12.9 milliards de francs, ce qui représente 2.7% de la production nationale. Le Valais croît deux fois plus lentement que la Suisse. Entre 1996 et 2007, le taux de croissance annuel moyen de l économie valaisanne s établit à 1.35%, contre 2.02% pour la moyenne suisse. Un actif valaisan génère en moyenne 62'700 francs de PIB (CH : 90'800 francs). La productivité des actifs valaisans a stagné (+4.2%) entre 1996 et 2007 par rapport à celle du Suisse (+15.1%). Revenu cantonal Le revenu du canton du Valais se montait, en 2005, à plus de 11 milliards de francs, soit 2.74% du revenu national. Avec un revenu par habitant de 38'385 francs, le Valais se situait en 2005 en avant dernière position en comparaison avec les autres cantons. La moyenne nationale est de 54'031 francs par habitant. Finances publiques Les dépenses du canton du Valais étaient, en 2006, de 2.23 milliards. Les recettes fiscales s élevaient à millions de francs. Entre 1990 et 2006, les dépenses cumulées du Canton et des communes ont augmenté de 54.9%, alors que le PIB progressait de 11.1%. Des allocations familiales élevées, des bas loyers et des primes de l assurance-maladie basses permettent aux foyers valaisans de disposer d un revenu disponible (indicateur RDI : 0.48) supérieur à la moyenne. Cependant, le revenu marginal de 63 centimes démontre la forte progression de l impôt sur le revenu en Valais, ce qui réduit les avantages provenant des autres facteurs. Population La population valaisanne a franchi la barre des 300'000 habitants. Le Valais enregistre une croissance nettement plus forte que la moyenne nationale. Cette évolution s explique davantage par les migrations cantonales et internationales que par le solde des naissances. Le Valais connait à ce jour une situation propice puisque la majorité de sa population est en âge de travailler. Pourtant, les rapports de dépendance entre personnes âgées et actifs vont se détériorer plus fortement en Valais que dans le reste de la Suisse. En effet outre les tendances sous-jacentes telle que l augmentation de l espérance de vie on constate que les jeunes actifs ont tendance à quitter le canton, tandis que les personnes âgées de plus de 65 ans viennent s installer en Valais. Marché du travail En 2007, le Valais compte actifs pour une population totale de 294'000 habitants et un PIB de 12.9 milliards. De plus, lors du dernier recensement en 2005, l économie valaisanne offrait 133'317 emplois en équivalant plein temps. Entre 1996 et 2007, le Valais a vu sa population active croître de 8.6 %, soit 3 points de moins que la moyenne suisse (+11.7%) Le taux de participation au marché du travail valaisan a progressé entre 1990 et 2000, passant de 71.4% à 74.6%. Malgré cela, il reste inférieur à la moyenne nationale (CH : 78.9% en 2000). Le taux de participation des femmes (63.5%) a fortement augmenté durant les années 90, mais est inférieur à la moyenne suisse (70.2%). 6

7 Structure des entreprises En 2005, le Valais comptait 12'073 entreprises. Ces entreprises se répartissaient selon la taille comme suit : 86.72% de micro-entreprises, 11.66% de petites entreprises, 1.41% de moyennes entreprises et 0.21% de grandes entreprises. Il n y a aucune grande différence avec la Suisse. Les micro-entreprises offrent 35.1% des emplois, les petites entreprises 29.1%, les moyennes entreprises 16.93% et les grandes entreprises 18.87%. Les grandes entreprises offrent moins d emplois en Valais qu en Suisse (32.5%). Structure sectorielle En 2007, en Valais, 7.14% des actifs sont employés dans le secteur primaire, 23.33% dans le secteur secondaire et 69.53% dans le secteur tertiaire. De 1996 à 2007, le nombre d actifs par secteur est en forte augmentation dans le secteur tertiaire (+13.3%), en légère hausse dans le secteur secondaire (+3.3%) et en forte baisse dans le secteur primaire (-12%). En Valais, la productivité horaire réelle en 2007 était de 6 francs dans le secteur primaire (16 en Suisse), de 61 francs dans le secteur secondaire (68 en Suisse) et de 50 francs dans le secteur tertiaire (62 en Suisse). Structure par branche En Valais, les principales branches en termes d actifs sont l hôtellerie (11.72%), la santé/social (11.27%), le commerce de détail/réparation (10.19%) et la construction (9.35%). En termes de part au PIB, les plus importantes branches sont les services aux entreprises (16.13%), la chimie (9.86%), la construction (7.5%), le commerce de détail/réparation (7.16%) et la santé/social (6.92%). Commerce extérieur En 2007, le Valais exporte pour 2.5 milliards et importe pour 4.5 milliards de francs. Le résultat déficitaire de la balance commerciale s explique par les hausses importantes des prix des matières premières depuis 2004, en particulier des matières énergétiques. La part relative du canton du Valais dans les exportations suisses est de 1.25%. La part de la production valaisanne exportée est de 18.8%. Bien que parmi les plus bas taux suisse, le Valais apparait mieux intégré au commerce mondial que des pays réputés pour leur ouverture économique, tels que le Japon, les Etats-Unis ou la Grande Bretagne. Immobilier et construction En Valais, entre 1998 et 2006, la construction de nouveaux bâtiments a augmenté en Valais de +70.7%, tandis qu en Suisse seulement de 1.9%. Le nombre de nouveaux logements, dont la construction s est terminée durant l année, est passé de 751 en 1998 à 1282 en 2006, soit une progression de +86.5%. Cette hausse est nettement plus élevée qu en Suisse (+24.5%). Le taux de logements vacants du Valais (1.48%) était, en 2007, supérieur à la moyenne suisse (1.07%). En 2003, le loyer moyen du Valais s élevait à 890 francs et se situait en dessous de la moyenne suisse (1 116 francs). Tourisme Le secteur de l hébergement représentait, en 2007, avec un PIB de millions de francs, 5.3% du PIB du canton du Valais. De plus, ce secteur employait 17'326 actifs, soit 11.7% des actifs du canton. Cependant, depuis 1997, on constate une baisse de -9.5% du PIB et de -1.3% des actifs dans ce secteur. En 2006, les hôtes étrangers représentaient plus de la moitié des nuitées dans l hôtellerie. Ils provenaient 77% d Europe, 9% du Japon, 8% des USA/Canada et 5% du reste du Monde. Les hôtes européens étaient 34% d Allemagne, 23% de France/Italie/Autriche, 17% de Grande-Bretagne/Irlande, 14% du Benelux et 12% du reste de l Europe. 7

8

9 Produit intérieur brut Les faits marquants Le PIB réel valaisan atteignait 12.9 milliards de francs en 2007, ce qui représente 2.7% de la production annuelle suisse (PIB CH en 2007 : milliards de francs). Sur la période entre 1996 et 2007, le PIB valaisan aura crû en moyenne annuelle de 1.35%, soit bien plus lentement que l ensemble du pays (CH : +2.02%). La tendance de long terme montre que le Valais croît moins rapidement que le reste du pays et est distancié par la moyenne nationale. Dans ce chapitre, nous nous intéressons à la production valaisanne de richesse (son PIB), et le rapportons à sa population (son PIB par habitant, qui mesure la performance économique) et au nombre de ses actifs (son PIB par actif, qui renseigne sur la productivité et l efficacité de l allocation des ressources productives). Enfin, nous donnons une estimation de la productivité horaire, soit la valeur moyenne d une heure de travail fournie à l économie valaisanne. Evolution du PIB cantonal Le Produit intérieur brut (PIB) est une mesure de la performance économique d une région. Il correspond à la somme de toutes les valeurs ajoutées réalisées au sein d une économie, biens et services compris. Par contre, il ne prend pas en compte les consommations intermédiaires nécessaires à la réalisation d un produit ou d un service. 1 Evolution comparée du PIB réel, de 1990 à 2010p Echelle de gauche : PIB réel du Valais, en millions de francs Echelle de droite : PIB suisse et valaisan indexés Base 100 = 1990 Sources : BAK Basel Economics 1 Le PIB renseigne sur la productivité d une économie, et mesure la production de richesse sur un territoire donné. Le niveau de vie est décrit par le Revenu Cantonal (voir chap. 2) qui recense les revenus qui s écoulent vers le Valais, quelque soit le lieu du gain. 9

10 L Office Fédéral de la Statistique ne mesure le PIB qu au niveau national. Les données régionales du PIB sont réalisées par l institut universitaire bâlois BAK Basel Economics. En 2007, le canton du Valais crée de la richesse pour 12.9 milliards de francs. Après de nombreuses années difficiles, le PIB réel progresse considérablement depuis 2004, signe d une conjoncture favorable. Les années 90 s accompagnent d un ralentissement économique mondial, qui intervient plus tardivement en Valais, provoquant toutefois des effets qui disparaissent plus lentement. Le retard accumulé entre 1993 et 1997 par le Valais par rapport à l économie suisse ne se comble pas malgré quelques années à fort taux de croissance. Il sera encore creusé durant la récession du début des années Alors que sur 17 ans le PIB suisse a augmenté de 26% par rapport à son niveau de 1990, le PIB valaisan connaît une progression d à peine 14%. Croissance du PIB La croissance est définie comme la variation annuelle du PIB exprimée en pourcent. Elle exprime le dynamisme d une économie. Elle est issue soit de la consommation intérieure, soit de l expansion des exportations, soit des investissements des collectivités publiques (grands travaux tels que les infrastructures de transport). La fiscalité a un effet de levier important sur la croissance, en favorisant les investissements des entreprises ou en augmentant le revenu disponible des ménages. A long terme, la croissance d une économie dépend avant tout de la productivité totale des facteurs de production (en d autres termes, des progrès technologiques), ainsi que des niveaux de travail engagés et des investissements cumulés. Taux de croissance du PIB réel, de 1990 à 2010p Sources : BAK Basel Economics La récession qui sévit dans l économie mondiale dès 1990 ne laisse pas la Suisse indemne. Le ralentissement de la demande et l insécurité économique amènent de nombreuses entreprises à restructurer. Durant cette période, les taux de croissance sont faibles, voire négatifs. Le rétablissement de l économie prend du temps et ne se confirme qu à partir de

11 Dès 2004, la conjoncture économique se renforce pour atteindre en Suisse des taux de croissance rarement égalés ces dernières années. La forte croissance du PIB des années 2004 à 2007 a été générée par une demande intérieure élevée et des exportations importantes. 2 L économie valaisanne arbore la même évolution durant ces dernières années. Le Valais a largement subi la récession, avec un taux de décroissance de 2.7% du PIB réel en La reprise qui suit est plus lente que pour l ensemble du pays. Entre 1993 et 1997, le PIB stagne ou décroît et la conjoncture favorable n apparaît que provisoirement en En 2001, malgré un environnement difficile, la croissance en Valais est supérieure à la moyenne suisse mais cette situation profitable ne dure pas. Le recul obtenu en 2002 est imputable en grande partie à la baisse des exportations. Par ailleurs, le secteur des services est également marqué par l insécurité ressentie par les consommateurs ainsi que par la faiblesse de la demande étrangère. 3 La tendance continue en 2003, où les branches exportatrices sont particulièrement touchées par la récession. L année suivante, alors que la Suisse profite largement de la reprise, l économie valaisanne reste en marge d une amélioration marquée qui n arrivera qu en Après trois années difficiles, le PIB réel croît finalement plus fortement en Valais que dans l ensemble du pays, stimulé par une demande étrangère vigoureuse. Cependant, malgré une bonne croissance enregistrée en 2006, le Valais reste à la traine. Croissance annuelle moyenne du PIB, de 1996 à 2007p Régions : Bâle Suisse centrale Bassin lémanique Espace Mittelland Suisse orientale Région sud BS, BL LU, OW, NW, ZG, SZ, UR VD, GE BE, FR, SO, NE, JU SG, TG, GL, SH, AI, AR VS, TI, GR Sources : BAK Basel Economics Au bilan de la période , le Valais se classe parmi les cantons les moins dynamiques. Alors que la région de Bâle qui comprend la ville et le canton s approche des 3% de croissance annuelle moyenne, le Valais atteint à peine la moitié de cette performance. La comparaison avec des régions alpines similaires n est guère favorable : le Valais se situe 0.15% en dessous de la Région sud, qui l agrége aux cantons des Grisons et du Tessin ce dernier disposant, à la décharge de la vallée du Rhône, d une place financière forte. 2 Selon les commentaires de l Annuaire statistique de la Suisse 2008 publié par l OFS 3 Selon l indicateur conjoncturel valaisan publié par la Banque Cantonale du Valais et la Chambre valaisanne de commerce et d industrie 11

12 PIB par habitant (capacité économique) La mesure du PIB prend tout son sens lorsqu il est rapporté à la taille de la population concernée. Le PIB par habitant exprime la capacité économique d une région et l attractivité de son site. Il peut différer du revenu par habitant qui mesure le bien être car il est recensé sur le lieu de production. Dans un canton périphérique à solde pendulaire négative, les lieux de résidence et de travail se trouvent fréquemment à cheval sur les frontières cantonales. Au niveau régional, cet indicateur montre de fortes variations. Les centres urbains jouissent d un PIB par habitant largement supérieur par rapport aux régions périphériques. PIB par habitant aux prix courants en 2006 En francs Moyenne suisse CHF Sources : BAK Basel Economics Le Valais, avec une moyenne de CHF 44'640 par habitant, se situe dans le bas de l échelle, avec Obwald, Fribourg, Appenzell Rhodes Intérieures, Glaris, Thurgovie et Soleure. Le PIB par habitant du canton le plus développé est plus de 3 fois plus élevé qu en Valais. Les facteurs topographiques et le plus faible développement des secteurs secondaire et tertiaire expliquent cette différence. Taux de croissance annuel moyen : pas de convergence entre les régions suisses L observation de l évolution du PIB par habitant dans les différentes régions permet de contester une convergence claire entre cantons suisses durant ces dix dernières années. Si les centres urbains présentent un PIB par habitant plus élevé, ils bénéficient également d une plus forte croissance de cet indicateur. Par contre, les cantons disposant d une capacité économique plus faible ne peuvent profiter que d une croissance très limitée. Avec un taux annuel moyen de 0.47%, le Valais se situe largement en-dessous de la croissance nationale de 1.37%. La Région sud qui comprend les Grisons et le Tessin progressent deux fois plus vite. La région bâloise, la plus dynamique du pays, enregistre, quant à elle, une croissance très marquée de 2.64%, bien au-dessus de toute autre région. Si la tendance se poursuit dans les prochaines années, la formation d écarts encore plus considérables entre les cantons est attendue. 12

13 Taux de croissance annuel moyen du PIB réel par habitant, de 1996 à 2007p Régions : Bâle Suisse centrale Bassin lémanique Espace Mittelland Suisse orientale Région sud BS, BL LU, OW, NW, ZG, SZ, UR VD, GE BE, FR, SO, NE, JU SG, TG, GL, SH, AI, AR VS, TI, GR Sources : BAK Basel Economics Pourtant, un PIB par habitant faible n implique pas automatiquement un taux de croissance plus bas. Appenzell Rhodes Intérieur, dont le PIB par habitant est similaire au niveau valaisan, montre une croissance nettement plus forte durant ces dernières années, de même que Fribourg et Soleure dans une moindre mesure. Taux de croissance annuel moyen du PIB réel par habitant, de 1996 à 2007p Croissance annuelle suisse : 1.37% Sources : BAK Basel Economics L évolution du PIB réel par habitant durant la fin des années 1990 a été très similaire en Valais et en Suisse. Cependant, la différence s est dès l an 2000 creusée et a persisté tout au long des années qui ont suivi. 13

14 Calculée en termes de PIB par habitant, la capacité économique du Valais est largement plus faible que pour le reste du pays, et cet écart augmente d année en année. Cette mesure a augmenté en Suisse entre 1996 et 2007 de 16.2% alors que la progression n a été que de 5.3% en Valais. Evolution comparée du PIB par habitant Base 100 = 1996 Données provisoires pour 2007 Sources : BAK Basel Economics Cette différence s explique d abord par une croissance du PIB réelle largement inférieure en Valais avec 15.85% contre 24.6% en Suisse. Cependant, une partie non négligeable de l explication réside dans le fait que le Valais connaît une augmentation de sa population relativement forte par rapport à la moyenne suisse. 4 Dès lors, le développement démographique atténue encore la croissance économique déjà relativement faible. PIB par actif (productivité) Le PIB par actif est utilisé comme mesure de la productivité. Il désigne le PIB généré par une personne active en moyenne. Il met en rapport la valeur des moyens de production engagés investissements, ressources, énergie, travail, qualifications, etc. et la valeur du bien produit. En d autres termes, le PIB par actif offre une mesure de l efficacité avec laquelle les facteurs travail et capital sont engagés dans les processus de production. 4 Une autre observation qui a également son importance : le solde migratoire est largement positif pour les classes d âge jusqu à 20 ans et audelà de 50 ans. Les classes d âge actives de 20 à 50 ans ont plutôt tendance à quitter le canton (cf. chapitre Population). 14

15 En comparaison intercantonale, le Valais se classe dans les derniers rangs avec un PIB par actif de 62'650 francs alors que Bâle-Ville, Zug, Genève et Zurich se partagent le haut du tableau. PIB par actif en 2006 En milliers de francs, aux prix courants Régions : Bâle Suisse centrale Bassin lémanique Espace Mittelland Suisse orientale Région sud BS, BL LU, OW, NW, ZG, SZ, UR VD, GE BE, FR, SO, NE, JU SG, TG, GL, SH, AI, AR VS, TI, GR Sources : BAK Basel Economics La carte ci-après donne un aperçu régional de l efficacité économique. Bien qu il soit naturellement difficile et peu à propos de se mesurer aux centres urbains, un constat s impose : le Valais se classe parmi les cantons les moins efficaces de toute la région alpine suisse, derrière les Grisons, un canton pourtant comparable. PIB par actif, aux prix courants en 2006 En francs Moyenne suisse : CHF Sources : BAK Basel Economics L écart entre le Valais et la Suisse, en termes de PIB par actif, est non seulement conséquent, mais il tend également à s amplifier. Ainsi, alors qu en 1996, le Valais était un quart moins efficace que l ensemble du pays, cette différence s élève aujourd hui à près d un tiers. 15

16 PIB par actif, aux prix courants en 2006 Moyenne suisse 2006 : CHF Base 100 = Moyenne annuelle suisse Sources : BAK Basel Economics L évolution du PIB par actif décrit par la carte suivante montre un Valais dans la moyenne des cantons alpins, avec un taux de croissance annuel moyen de 0.37%. Le Tessin présente un dynamisme certain, qui s explique par l importance de son secteur des services financiers. Pourtant, le Valais reste bien en dessous du taux de croissance national moyen, qui atteint 1.29% sur la période En d autres termes, la Suisse a vu son efficacité s accroître trois fois plus vite que le Vieux Pays. Taux de croissance annuel moyen du PIB réal par actif, de 1996 à 2007p Croissance annuelle suisse : 1.29% Sources : BAK Basel Economics 16

17 L évolution indexée rend fidèlement compte de cette tendance. Le PIB par actif suisse a progressé en 10 ans de 15.1 points, contre seulement 4.2 en Valais. Cette mesure est débarrassée des effets démographiques 5 puisqu elle ne prend en compte que la population active. La tendance qui se dégage pour la période laisse envisager une divergence encore plus marquée pour les années à venir. Evolution comparée du PIB par actif Base 100 = 1996 Sources : BAK Basel Economics La baisse enregistrée entre 2001 et 2003 est un effet paradoxal de la haute conjoncture dont notre économie a bénéficié : les entreprises peu efficaces n ont pas subi de pression suffisante pour se restructurer et un grand nombre de «poids morts» ont été maintenus. L économie valaisanne ne s est ainsi pas soumise au processus de destruction créatrice de Schumpeter : les crises incitent les entrepreneurs à explorer des idées nouvelles, tandis que les périodes fastes freinent l innovation et conduisent les entreprises à devenir vieillissantes et peu rentables. Productivité horaire La productivité horaire du travail mesure l efficience avec laquelle le travail est utilisé dans l activité économique. Il représente la valeur créée par heure de travail. L'amélioration des technologies permet en premier lieu l augmentation de la productivité horaire. Il s agit d un bon indice pour évaluer la diffusion dans une économie de l innovation, qu il s agisse des technologies de l information et de la communication, de machines de production récentes et de meilleurs processus. Tous les secteurs ne bénéficient pas de manière égale des nouvelles technologies. Un salon de coiffure par exemple ne tirera pas les mêmes gains en productivité qu une entreprise de services financiers. L évolution de la productivité horaire renseigne donc indirectement sur la nature de l activité économique. 5 Notamment la baisse de la proportion des actifs dans la population valaisanne, pour une augmentation des moins de 20 ans et des plus de 65 ans. 17

18 Productivité horaire à prix courants en 2006 En francs Moyenne suisse : CHF 68.4 Sources : BAK Basel Economics En termes nominaux pour 2006, la productivité horaire de Valais est largement inférieure au niveau suisse et s élève à moins de 80% de la moyenne du pays. Les cantons bénéficiant d une meilleure productivité génèrent également une plus forte valeur ajoutée par habitant. La productivité horaire peut donc sembler être un élément primordial pour expliquer les différences de PIB par habitant entre les cantons. Cependant, ces écarts sont davantage expliqués par la quantité de travail fournie par les habitants. De manière réjouissante, le Valais évolue dans la catégorie moyenne des cantons en matière de croissance de la productivité horaire. Il reste cependant à la traîne par rapport aux cantons alpins comparables. La différence face aux Grisons est frappante : la productivité horaire est marquée dans les deux cantons par une part importante du tourisme au secteur des services. 18

19 Taux de croissance annuelle moyen de la productivité horaire, de 1996 à 2007p Moyenne suisse : 1.12% Sources : BAK Basel Economics En comparaison nationale, l évolution valaisanne suit de près la tendance suisse. Le canton progresse certes moins rapidement sur l ensemble de la période , mais l écart est nettement moins désavantageux que la comparaison entre les PIB par actif. Le taux de croissance annuel moyen est inférieur en Valais par rapport au niveau suisse, mais la différence reste toutefois restreinte. Evolution comparée de la productivité horaire Base 100 = 1996 Sources : BAK Basel Ecomomics Le Valais apprend donc, investit et bénéficie de la dispersion des technologies nouvelles et des innovations dans une mesure comparable au reste du pays. 19

20 De 1996 à 2007, le Valais connaît une spirale descendante de sa productivité, en comparaison nationale. Indexé au niveau suisse (CH = 100), son PIB par actif a reculé, passant de 75% du niveau national à 68%. Evolution similaire en matière de productivité horaire : alors qu elle se situait à un niveau correspondant à 81% de la moyenne nationale en 1996, elle a concédé globalement deux points en Evolution de la productivité horaire valaisanne par rapport à la moyenne suisse 100% = Moyenne annuelle suisse Sources : BAK Basel Economics PIB par actif par rapport au niveau suisse 76 % 75 % 74 % 73 % 72 % 71 % 70 % 69 % 68 % 78.5 % % % % 80.5 % % % Productivité horaire par rapport au niveau suisse % % 83.0 % Une vision optimiste de ce graphique conclut à une excellente performance de l économie helvétique dans son ensemble. Le Valais ne recule pas, c est la Suisse qui le laisse sur place. Il faut tempérer cet enthousiasme pour deux raisons. Premièrement, la Suisse a enregistré une bonne croissance dans l absolu, mais s est elle-même placée parmi les membres les moins dynamiques de l OCDE. Elle est aujourd hui dépassée dans bon nombre d indicateurs macroéconomiques. En second, quelque soit le développement national, le Valais reste en retard. Avec comme conséquence une diminution de l attractivité de son site aussi bien pour les actifs que pour les entreprises. En se poursuivant, cette érosion engendrera un cercle vicieux qui accélérera la spirale descendante illustrée par le graphique cidessus. 20

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q1/ Q1/ Les entreprises suisses se portent très bien: le recul des offres d emploi au cours du dernier trimestre était en fait une exception saisonnière et

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Statistique de l aide sociale

Statistique de l aide sociale Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Division Santé et affaires sociales 13 Protection Sociale avril 2011 Statistique de l aide sociale La population comme grandeur

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

chimique et pharmaceutique

chimique et pharmaceutique L industrie chimique et pharmaceutique, un puissant moteur de croissance Avec son taux de croissance exceptionnel et sa forte implication dans l économie nationale, l industrie chimique et pharmaceutique

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier MÉMENTO FINANCIER CANTON DE NEUCHÂTEL 213 Réalisation Service de statistique Impression (1'75 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier Renseignements complémentaires Service de statistique Rue du Château 19

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne Statistiques relatives au comportement de paiement: voici comment paient les entreprises en Suisse Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre Chiffres par 31 janvier 2010 19. 2. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnbswitzerland.ch/presse La vague de faillites continue à déferler

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q2/215 Q2/215 Depuis mars dernier, le nombre d offres d emploi publiées n a certes guère évolué, mais, si l on compare les chiffres avec ceux de l année précédente,

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Ce que les Suisses pensent des banques

Ce que les Suisses pensent des banques Novembre 2015 Ce que les Suisses pensent des banques Résultats des échanges au sein des groupes de réflexion et de l enquête d opinion de l Association suisse des banquiers (ASB) Introduction Quels avantages

Plus en détail

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Novembre 2008 Sommaire Récapitulatif des coûts (page 3) Coûts nets des cantons (page 4) Différences des coûts nets par rapport

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Formation professionnelle à plein temps CH GE NE JU TI VS BL VD FR BS BE GR AR LU SG ZG AG OW SZ TG ZH BE 9,2 % Nombres de

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q4/213 Q4/213 L économie suisse tourne à plein régime tant et si bien que l offre d emploi ne subit même pas le ralentissement hivernal habituel. C est ce

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q2/213 Q2/213 Bien que la reprise de l économie mondiale repose sur des pieds d argile et que la crise de l euro continue de couver, les entreprises suisses

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ

FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ COMMENTAIRES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC PRÉSENTÉS AU COMITÉ D EXPERTS SUR LES BESOINS DE PROTECTION SOCIALE

Plus en détail

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch La durabilité est rentable www.volets-roulants.ch Nous nous portons garant de la longévité et de la haute qualité de nos produits Les volets roulants aident à économiser de l argent La gestion et l entretien

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des personnes physiques

Réforme de la fiscalité des personnes physiques Réforme de la fiscalité des personnes physiques Présentation de la commission fiscalité aux médias Mardi 8 mai 2012, Le Château COMMISSION FISCALITÉ 1 Déroulement de la présentation 1. Rappel du contexte

Plus en détail

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE: ASSURANCE VIEILLESSE ET SURVIVANTS avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes Le nombre croissant de retraités va placer l AVS face à un défi de taille

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La Suisse centrale: bien plus qu un «havre fiscal»

La Suisse centrale: bien plus qu un «havre fiscal» La Suisse centrale: bien plus qu un «havre fiscal» La Suisse centrale est l une des grandes régions suisses qui ont connu le plus fort dynamisme économique ces dernières années. La progression de la valeur

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels

L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels La construction est toujours l une des principales branches de l économie suisse, même si son importance est souvent sous-estimée,

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 06 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 10 février 2013 Le commerce extérieur du canton de Genève en 2011 En 2011, selon les résultats définitifs de la statistique du commerce extérieur établie par l Administration

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail