La Vie économique. Plateforme de politique économique. L ÉVÉNEMENT Les économistes, de nouveaux prophètes? UN CERTAIN REGARD La neuroéconomie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Vie économique. Plateforme de politique économique. L ÉVÉNEMENT Les économistes, de nouveaux prophètes? UN CERTAIN REGARD La neuroéconomie"

Transcription

1 88 e année N 8 9/2015 Frs. 12. La Vie économique Plateforme de politique économique ENTRETIEN Aymo Brunetti, professeur de politique économique à Berne 6 MARCHÉ DU TRAVAIL Les répercussions du chômage sur la suite de la vie professionnelle 39 UN CERTAIN REGARD La neuroéconomie 50 POLITIQUE DE LA CONCURRENCE La révision du droit des cartels: un projet ambitieux 52 L ÉVÉNEMENT Les économistes, de nouveaux prophètes?

2 Siehe auch Handbuch Corporate Design der Schweizerischen Bundesverwaltung Kapitel Grundlagen, 1.5 / Schutzzone www. cdbund.admin.ch Il existe un nombre suffisant de raisons pour consulter le site de La Vie économique La Vie économique Plateforme de politique économique Die Volks Plattform für W STRUKTURPOLITIK Vertiefte Zusammenarbeit der Wettbewerbsbehörden zwischen der Schweiz und der EU 13 FINANZPOLITIK Die Unternehmenssteuerreform III ist ein komplexes Grossprojekt 15 Découvrez qui a écrit quoi Wichtiger HINWEIS! Innerhalb der Schutzzone (hellblauer Rahmen) darf kein anderes Element platziert werden! Ebenso darf der Abstand zu Format- resp. Papierrand die Schutzzone nicht verletzen! Hellblauen Rahmen der Schutzzone nie drucken! Tous les articles sont classés par rubrique dans les archives en ligne Une page d accueil claire permet d accéder à son contenu de différentes manières Une conception optimisée pour les appareils mobiles Un symbole dans la version imprimée mentionne l adresse Internet d objets, comme les graphiques interactifs Pour lire La Vie économique hors ligne, il suffit de la télécharger tous les mois gratuitement dans l App Store

3 ÉDITORIAL Les économistes en ligne de mire La corporation des économistes constitue l événement de ce numéro. Ce choix trouve sa source dans les critiques acerbes que ceux-ci ont essuyées après la crise. Comme le secteur financier n a pas suffisamment été pris en compte dans les modèles prévisionnels, les économistes n ont pas prévu que les perturbations qu il subissait allaient se propager à toute l économie. Ce numéro se penche sur les sévères critiques formulées à l époque envers l ensemble de la discipline. En le parcourant, vous en saurez plus sur l apparition des crises, la valeur des prévisions conjoncturelles et la manière dont la crise financière et économique a influencé la pensée économique. Nous l avons déjà mentionné dans ces colonnes: les connaissances économiques doivent se compléter, il ne s agit pas de repartir de zéro. Ainsi, la théorie macroéconomique se préoccupe davantage des marchés financiers aujourd hui. Encore une chose: nos archives en ligne (3300 articles depuis octobre 2005) ont été transférées, en avril dernier, sur le nouveau site Internet en une seule opération. Pour des raisons techniques, un dixième de ce matériel a été perdu lors du transfert. Il manque donc un bon nombre d articles. Nous faisons de notre mieux pour compléter rapidement nos archives électroniques. Cet outil apprécié des journalistes, des politiques, des chercheurs et des collaborateurs de la Confédération sera de nouveau disponible dans son intégralité après les vacances d été. Bonne lecture! Nicole Tesar et Susanne Blank Rédactrices en chef de La Vie économique

4 SOMMAIRE L événement Les finances éclipsent la pensée économique Josef Falkinger Université de Zurich La société a besoin d une économie moderne Reiner Eichenberger Université de Fribourg David Stadelmann Université de Bayreuth Le monde serait-il meilleur si les économistes ne se trompaient pas? Bruno Parnisari Secrétariat d État à l économie 26 L homo œconomicus, principe intangible de l économie Ulrich Thielemann MeM Denkfabrik für Wirtschaftsethik 6 Entretien avec Aymo Brunetti, professeur de politique économique, Berne 29 À quoi servent les prévisions conjoncturelles Jan-Egbert Sturm KOF Centre de recherches conjoncturelles 33 Des allers-retours entre une tour d ivoire et le public Monika Bütler Université de Saint-Gall «Au fond, les économistes sont des artisans de l analyse» 36 Seco: l analyse économique au service des politiques Eric Scheidegger Secrétariat d État à l économie

5 SOMMAIRE Rubriques 39 MARCHÉ DE L EMPLOI Comment se répercute le chômage sur la suite du parcours professionnel? Elischa Bocherens, Bernhard Weber Secrétariat d État à l économie 43 MARCHÉS FINANCIERS Le plafonnement des règlements en espèces est une menace inutile pour l économie Edoardo Beretta Université de la Suisse italienne 45 MARCHÉS FINANCIERS Compétitivité des places financières: méthodes et limites Daniel Schmuki Administration fédérale des finances b 50 UN CERTAIN REGARD AVEC PHILIPPE TOBLER Bref portrait de la neuroéconomie Université de Zurich POLITIQUE DE LA CONCURRENCE La réforme du droit des cartels pour lutter contre l îlot de cherté suisse: une entreprise ambitieuse Stefan Bühler Université de Saint-Gall POLITIQUE FINANCIÈRE Les communes profitent de taux faibles Christoph Lengwiler, Patrick Köchli, Philipp Richner, Gökan Tercan Université de Lucerne Repères i IMPRESSUM Tout sur la revue Secrétariat d État à l économie CHIFFRES-CLÈS Infographique et indicateurs économiques Secrétariat d État à l économie HUMOUR Économie et météorologie Stephan Bornick RECHERCHE Les publications suisses sont très appréciées dans le monde scientifique Isabelle Maye, Müfit Sabo Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation

6 i IMPRESSUM Publication Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR, Secrétariat d État à l économie SECO Rédaction Cheffes de la rédaction: Susanne Blank, Nicole Tesar Rédaction: Käthi Gfeller, Christian Maillard, Stefan Sonderegger Comité de rédaction Eric Scheidegger (président), Antje Baertschi, Susanne Blank, Eric Jakob, Evelyn Kobelt, Peter Moser, Markus Tanner, Nicole Tesar Chef du secteur Publications: Markus Tanner Holzikofenweg 36, 3003 Berne Téléphone +41 (0) Fax +41 (0) Courriel: Internet: Mise en page Patricia Steiner, Marlen von Weissenfluh Graphisme de couverture Alina Günter, Humour Stephan Bornick, Abonnements/service aux lecteurs Téléphone +41 (0) Fax +41 (0) Courriel: Prix de l abonnement Suisse Fr. 100., étranger Fr. 120., Vente au numéro Fr. 12. (TVA comprise) Parution dix fois par an en français et en allemand (sous le titre La Vie économique), 87 e année, avec suppléments périodiques. Impression Jordi AG, Aemmenmattstrasse 22, 3123 Belp La teneur des articles reflète l opinion de leurs auteurs et ne correspond pas nécessairement à celle de la rédaction. Reproduction autorisée avec l accord de la rédaction et indication de la source; remise de justificatifs souhaitée. ISSN X

7 L ÉVÉNEMENT Les économistes, de nouveaux prophètes? Après la crise de 2008, les économistes ont été critiqués. Ils ont dû se justifier pour ne pas avoir vu les nuages s accumuler sur la finance et l économie mondiales. Pour certains médias, l économie avait même été happée par la crise. L événement de ce numéro d été explique ce qui reste de cette critique. Il se penche sur l influence de l économie et se demande s il faudrait changer quelque chose dans les théories qu elle véhicule.

8 «On ne doit pas réinventer l économie». Aymo Brunetti dans les couloirs de l université de Berne (Uni-S). LA VIE ÉCONOMIQUE, MARLEN VON WEISSENFLUH

9 L ÉVÉNEMENT «Au fond, les économistes sont des artisans de l analyse» Où commence et où s arrête l emprise des économistes? Pour Aymo Brunetti, professeur de politique économique à l université de Berne, cette corporation montre comment les objectifs pourraient être atteints le plus efficacement possible. Un économiste devrait faire preuve de retenue. Dans son cours d introduction à l économie politique, il parle «beaucoup plus des banques, des marchés financiers et de la réglementation financière» que de la crise financière. Au cours des prochaines années, ce secteur connaîtra encore quelques bouleversements rapides, affirme celui qui dirige également le comité consultatif «Avenir de la place financière» mis sur pied par le Conseil fédéral. Nicole Tesar Monsieur Brunetti, pourquoi êtes-vous devenu économiste? J ai commencé par étudier d autres branches et puis je suis resté bloqué sur l économie. Vous ne le dites pas avec beaucoup d enthousiasme. Je m intéressais à beaucoup de choses et n étais pas très déterminé sur mes objectifs au début. Avec le temps, il est devenu toujours plus évident que c est l économie qui m offrait le plus de perspectives. La crise financière de 2008 a pris de court la plupart des économistes. C est pourquoi l économie politique fait l objet de vives critiques dans l opinion publique. Ces reproches sont-ils justifiés? (Hésitation) Dire que l on aurait pu prévoir la crise est une critique injustifiée. Ce serait un peu trop demander. Il ne faut pas oublier que la dernière crise financière d une telle ampleur remontait aux années trente. Depuis, beaucoup de choses se sont passées. La structure économique et le monde de la finance ont complètement changé. Cependant, on a sous-estimé la question de la stabilité financière tout simplement parce que la situation financière mondiale est restée relativement stable pendant des décennies. Quelques économistes comme le professeur Nouriel Roubini qui enseigne à New York avaient vu venir la crise. On devrait aussi compter le nombre de crises que des gens comme lui ont prédites et qui ne se sont jamais produites En outre, on ne peut pas affirmer que personne n a jamais mis en avant les menaces qui se profilaient. Je m en souviens: j étais alors au Seco et nous n avons cessé de répéter que le déficit de la balance des paiements courants aux États-Unis constituait un grand problème, qui devrait être corrigé. Mettre en garde contre des déséquilibres et prédire une telle crise sont toutefois deux choses différentes. À la Banque des règlements internationaux (BRI), le département économique a très vite remarqué que quelque chose n allait pas. Bill White, Claude Borio et leur équipe ont tiré la sonnette d alarme bien avant les autres économistes. en se basant sur des analyses très étayées. Cela m impressionne plus qu un Roubini, qui écrit beaucoup de choses. Pour le prix Nobel Paul Krugman, le fait que les économistes n aient pas prédit la crise n est pas un échec conceptuel, mais un cas de myopie évitable. N est-ce pas une excuse trop facile? Au fond, je partage ce point de vue. On ne doit pas réinventer l économie. Il existe de nombreuses analyses sur les crises financières, mais certaines de ces connaissances sont tombées dans l oubli durant la longue période de stabilité financière qui a suivi la guerre. L invité Né à Bâle, Aymo Brunetti est professeur de politique économique et d économie régionale, au département d économie politique de l université de Berne. Il dirige, par ailleurs, le comité consultatif «Avenir de la place financière suisse» mis sur pied par le Conseil fédéral. Il a également conduit le groupe d experts chargé du développement de la stratégie en matière de marchés financiers. Le rapport final, que ce dernier a présenté en décembre 2014 au Conseil fédéral, a suscité un grand intérêt. Auparavant, Aymo Brunetti avait fait partie de la commission d experts sur la problématique «too big to fail». De 2003 à 2012, il a été chef de la Direction de la politique économique au Secrétariat d État à l économie (Seco). La Vie économique 8 9 /

10 Lesquelles, par exemple? On a oublié les importantes distorsions que peut engendrer une crise financière dans une économie mondialisée. On a sous-estimé le risque que plusieurs grandes banques aient des problèmes en même temps. D un autre côté, on peut aussi dire: si nous n avons pas sombré dans une deuxième Grande Dépression, c est parce que nous avons bien réagi. Lorsque la crise est arrivée, les instituts d émission n ont pas adopté de politique restrictive comme à l époque; ils ont, au contraire, augmenté la masse monétaire. Une abondance de liquidités très bon marché sont venues soutenir les banques. Cela montre que nous avons tiré les leçons de la Grande Dépression. Notamment grâce à la théorie keynésienne. On a fait tout juste? Non, bien sûr que non. Mais on a mieux agi que pendant la Grande Dépression. Pourtant, en voyant l extension inouïe de la masse monétaire et les taux d intérêt négatifs, un économiste n atteint-il pas ses limites? Ces dispositions sont extrêmes. C est absolument vrai. Seul l avenir nous dira si elles parviendront à normaliser la situation ou si elles ne font que retarder le «crash». Est-ce envisageable? Naturellement. Toutefois, je le répète: la réaction à court terme le sauvetage des banques a certainement été meilleure qu en On ne peut pas encore dire aujourd hui si la réponse à long terme une politique monétaire non conventionnelle fortement expansionniste a été la bonne. Nous sommes ici en terre inconnue. N avons-nous pas besoin de renouveler nos manuels ou nos cartes? Actuellement, il serait extrêmement dangereux de dire: jetons tout ce que nous savons et faisons quelque chose d entièrement nouveau. Naturellement, la crise financière et tout ce qui se passe maintenant nous fera avancer en théorie. Cependant, il s agira plus d une évolution que d une révolution. Votre cours d introduction à la politique économique est-il différent d avant la crise? La seule différence est que je parle beaucoup plus des banques, des marchés financiers et de la réglementation financière. Auparavant, je donnais exclusivement des exemples tirés du domaine environnemental pour illustrer la défaillance du marché. Aujourd hui, je signale que d importants effets externes se manifestent aussi dans le secteur financier et que les choses peuvent mal tourner si la réglementation n est pas adéquate. Les risques dus aux banques ne constituent, toutefois, pas une redécouverte. La stabilité des marchés financiers était déjà au centre du débat économique avant la Seconde Guerre mondiale. Jusqu en 2008, de nombreux modèles n intégraient pas les marchés financiers. C est certainement un problème. La recherche macroéconomique y travaille intensément en ce moment. Avant la crise, les modèles de base assimilaient l investissement à l épargne, pour dire les choses simplement. Les banques jouaient un rôle 8 La Vie économique 8 9 / 2015

11 L ÉVÉNEMENT d intermédiaire, qui entre-temps avait perdu de son intérêt. Cela a changé. Les modèles actuels ont conforté le rôle du secteur financier. On a aussi relativisé l hypothèse selon laquelle les marchés financiers sont efficients. Cela s est fait plus tôt: l économie comportementale appliquée à la finance a relativisé cette hypothèse avant la crise. De même, il était déjà clair à ce moment-là que le marché pouvait présenter des défaillances dans le domaine financier. Une réglementation forte s impose, dès lors, là aussi. La question du «too big to fail» est extrêmement importante à cet égard. On se préoccupe également beaucoup plus de l asymétrie de l information. Certes, mais les effets externes, susceptibles de venir en particulier des grandes banques, sont plus importants: si ces dernières font faillite, elles peuvent entraîner dans leur chute des banques saines de plus petite taille et donc la totalité du système financier. L ampleur de ces interconnexions est un enseignement plus important de la crise que l asymétrie de l information. On ne remet donc pas en question les fondements de l économie, à savoir la «main invisible», l homo œconomicus ou les modèles qui s appuient sur la rationalité? Ces concepts restent importants, mais il faut les interpréter correctement. La «main invisible» ne fonctionne de manière optimale que si le marché ne souffre d aucune défaillance, comme des externalités, des biens publics, des monopoles ou des informations asymétriques. C est ce qu enseignent les manuels les plus répandus: il est inefficace de laisse jouer librement les lois du marché en présence de telles défaillances. Voilà pourquoi l on a besoin de réglementer certains cas bien définis. Cela vaut aussi pour la théorie des «attentes rationnelles» -- qui n est pas un dogme, mais un modèle de référence. Elle dit simplement que les gens ne commettent pas systématiquement des erreurs. Cela ne permet pas de tout expliquer. Toutefois, c est souvent une hypothèse qui n explique pas trop mal le comportement. Tous ces modèles de référence ne disparaîtront pas, mais il conviendra naturellement de les enrichir en menant une analyse approfondie. Quelle importance revêt l économie pour le monde réel? Une grande importance, je crois (rires). Keynes l a déjà dit: «Les praticiens qui se croient totalement libres d influences intellectuelles sont habituellement les esclaves d un sombre économiste quelconque.» Pourtant, je ne cesse de le répéter à mes étudiants: un économiste doit faire preuve de retenue. Sur les questions de répartition justement, nous devrions jouer le rôle d analystes et ne nous exprimer que positivement (sur des faits) c est-à-dire de manière non normative (sans porter de jugement). Quand les étudiants me demandent pourquoi l équité de la répartition n est pas l objectif suprême de l économie, je réponds: les économistes en prendraient trop à leur aise. En effet, un tel objectif doit être défini politiquement. Les économistes montrent seulement comment les objectifs pourraient être atteints le plus efficacement possible. Au fond, ce sont des artisans de l analyse. Les économistes sont aussi des individus qui défendent des idéologies. Bien sûr, mais ils doivent essayer de dissocier ces différentes casquettes. Cela me dérange quand des économistes proclament une vérité qui n est en réalité rien d autre que leur opinion personnelle. Prenons la politique agricole. Un économiste est tenté de dire qu il est inefficace, donc erroné, de protéger l agriculture suisse. Seulement, il existe une volonté politique de maintenir des paysans productifs dans ce pays. Ce n est donc pas à l économiste de dire que cet objectif est stupide il n a pas à s occuper de cela. En revanche, il devrait montrer quelle est la manière la plus ou la moins efficace d atteindre ce but: paiements directs, subventions, taxes douanières, etc. C est à mon avis plus important que d annoncer des objectifs généraux. Comment faire pour répartir les ressources le mieux possible dans certaines conditions-cadres? C est de cela qu il s agit. Nous avons parlé de la prévisibilité des crises. Y a-til une bulle immobilière en Suisse? De manière générale, je dirais ceci: les liquidités existantes n exercent pas d effet inflationniste Mon cours d introduction parle beaucoup plus des banques, des marchés financiers et de la réglementation financière. La Vie économique 8 9 /

12 LES ÉCONOMISTES, DE NOUVEAUX PROPHÈTES? sur les prix à la consommation. C est beaucoup plus le cas des actifs, car une partie de cet argent est investi, notamment dans des emprunts. Les taux extrêmement bas ont pour conséquence que les prix des obligations sont très élevés. Le secteur de l immobilier, qui recèle un risque latent de bulle, constitue effectivement une autre zone dangereuse. L appréciation du franc augmente-t-elle le risque d une bulle immobilière? Le risque est potentiellement élevé aussi longtemps que la BNS est obligée de poursuivre une politique aussi expansionniste qu actuellement, en raison de la pression exercée sur le franc. La BNS suit la situation. Les mesures prises sontelles suffisantes? En ce moment, les indicateurs ne montrent pas de fluctuations extrêmes. C est pourquoi j attendrais. Cependant, il y a des problèmes de fond. Dans le groupe d experts sur la stratégie en matière de marchés financiers, nous avons signalé que le système fiscal incite fortement à l endettement. Ainsi, les privés sont encouragés à acheter un bien immobilier en prenant des hypothèques et à ne pas l amortir au-delà du minimum obligatoire, car les dettes hypothécaires sont déductibles des impôts. Des incitations aussi peu judicieuses contribuent à massifier l endettement privé, ce qui peut menacer la stabilité au moment où les taux d intérêt remontent. Vous parlez du groupe d experts que vous présidiez et qui a exigé en décembre dernier des prescriptions plus sévères pour les banques. Depuis juin, vous dirigez le comité consultatif «Avenir de la place financière». Que dit votre cœur d économiste sur cette déferlante réglementaire que vous contribuez à façonner? Le marché financier a besoin de réglementations. C est incontestable. Les principaux problèmes sont les risques d instabilité financière, qui concernent en particulier les établissements «too big to fail», et la protection des clients. Certes, on peut aussi réglementer de manière excessive. Le but est de combattre la défaillance des marchés dans le secteur financier. On peut, toutefois, le faire plus ou moins bien; la question est là. Nous devons faire en sorte que les instituts financiers puissent continuer à être actifs dans ce secteur. À cette fin, une analyse rationnelle doit être menée en tenant compte des intéressés. Pourquoi fallait-il créer un nouveau groupe d experts, à savoir le comité consultatif? Le premier groupe a présenté au Conseil fédéral des recommandations dont la mise en œuvre va encore durer un certain temps. Dans les prochaines années, ce secteur connaîtra encore quelques bouleversements rapides qui pourraient à leur tour affecter l ensemble de l économie. C est pourquoi il est raisonnable que, pendant cette phase de transition, un groupe largement représentatif puisse analyser le processus en restant éloigné des opérations quotidiennes et aborder à temps les thèmes importants. Vous dites que les réglementations devraient être fortement réduites. Je ne suis pas favorable à une déréglementation générale dans le secteur financier, mais plutôt à une re-réglementation axée sur l efficacité. Fondamentalement, je suis bien sûr d avis que l on ne doit réglementer que là où c est nécessaire. Prenons par exemple la protection des clients. On peut procéder de telle sorte qu ils n aient plus à réfléchir du tout. Ou alors on laisse aux gens une certaine responsabilité et la réglementation ne sert qu à leur éviter d être systématiquement trompés. Les excès nourrissent les États paternalistes, ceux qui prescrivent ce que nous devons faire. Nous nous rapprochons de l économie planifiée. Pourquoi les banques siègent-elles dans le comité consultatif? Les banques sont les premières concernées. Il ne s agit pas seulement d introduire une réglementation efficace, mais également de savoir si leur accès aux marchés financiers internationaux pourrait être menacé. Les gens qui sont au front ressentent plus directement les failles que les régulateurs ou moi dans mon bureau. L idée n est pas que la branche financière dicte la manière de réglementer, mais qu elle soit associée à la formulation des problèmes et des possibilités d amélioration. Cette procédure a fait ses preuves dans la thématique «too big to fail». Au sein de notre groupe d experts, les banques étaient même prêtes à accepter des dispositions supplémen- 10 La Vie économique 8 9 / 2015

13 taires. On ne peut donc pas dire qu il n en sorte que des objets sans consistance. Quand commence la surréglementation sur le marché financier, à votre avis? Quand on ne cherche plus à atténuer le plus efficacement possible les défaillances du marché, mais que l on commence à prescrire en détail l activité commerciale ou les relations avec la clientèle. Que valent les prévisions conjoncturelle? Du fait que les prévisions sont souvent fausses, certains disent qu il ne faudrait pas en faire. Ce n est pas la solution. Nous avons besoin de prévisions, ne serait-ce que pour établir le budget de l État. Le frein à l endettement ne fonctionne pas sans elles. On ne peut pas le faire en flairant le vent. Il est plus intelligent de se baser sur des modèles économétriques et des avis d experts. La combinaison de ces deux méthodes produit un chiffre compréhensible. Les prévisionnistes savent que l écart est au minimum d un point de pourcentage vers le haut et vers le bas. La tâche du météorologue est beaucoup plus facile. Il peut regarder par la fenêtre et voir que le soleil brille. Par contre, je ne sais pas quelle est la situation économique aujourd hui. Le Seco fournit une première estimation au plus tôt deux mois après la fin d un trimestre. Le contexte initial est difficile: avec quelques données en partie imprécises, on essaie de saisir quelque chose d aussi compliqué que l économie globale. En fin de compte, une prévision n est guère plus qu un scénario plausible basé sur certaines hypothèses qui ont le mérite de la clarté. Des enquêtes montrent que la fiabilité est mince pour les prévisions à plus d un an. Dès lors, une mauvaise prévision vaut-elle mieux que pas du tout? Oui, mais il faut être conscient des limites. Quand j en étais encore directement responsable, je le résumais souvent ainsi: les prévisions pour l année en cours sont relativement fiables, celles pour l année suivante comportent une marge considérable d incertitude et tout ce qui va au-delà relève de la science-fiction. Étonnamment, il est plus facile de prédire les taux de croissances moyens pour les trente prochaines années. Pourquoi? Ceux-ci ne dépendent pas des fluctuations conjoncturelles, mais de l évolution de la structure démographique et de la productivité. Formuler une hypothèse dans ce domaine est plus facile que de deviner les variations à court terme. Les erreurs de prévision sont-elles dommageables? Si une entreprise fonde son budget ou une décision d investissement sur des prévisions totalement erronées, elle en subira les conséquences. J ai, toutefois, quelque peine à incriminer le prévisionniste. Ce dernier fait simplement «la meilleure approximation possible», avec une grande marge d incertitude. Les bons prévisionnistes sont d ailleurs toujours prêts à le reconnaître. Qui supporte le coût des erreurs de prévisions? Celui qui en a besoin pour prendre une décision. Heureusement, il existe de nombreuses prévisions. On ne doit donc pas s appuyer sur une seule. Entretien: Nicole Tesar La Vie économique 8 9 /

14 LES ÉCONOMISTES, DE NOUVEAUX PROPHÈTES? Les finances éclipsent la pensée économique Les marchés financiers monopolisent le débat scientifique, imposant une vision réductrice contraire à l histoire de la pensée économique. Josef Falkinger Abrégé Toute crise durable doit être placée dans un contexte plus large. Ces dernières décennies, l économie et la pensée économique se sont «financiarisées». Elles se sont détournées des véritables sources de la prospérité la production dont l étude marque l aube de l économie politique moderne et elles ont remis à la mode la pensée mercantiliste appliquée aux valeurs financières. L examen des bases et de l histoire de l économie politique aboutit inévitablement à la conclusion qu il faut revenir à une vision réelle du monde. L a finance a pris de plus en plus d importance dans l économie. On s en aperçoit aux salaires et bénéfices versés par le secteur, à l attrait qu il exerce sur le personnel qualifié, au nombre de produits négociés ou encore à la part des transactions dans le produit intérieur brut. La pensée économique, notamment le regard porté sur les crises, n échappe pas à cette financiarisation: les liquidités et la gestion des attentes accaparent la recherche des causes, tandis que les instruments monétaires se présentent comme la solution. Cette focalisation sur les marchés financiers ne rend pas justice à l économie politique, comme le montre un retour sur l histoire de la pensée économique. L examen auquel nous nous livrons se limite à des sujets qui ont façonné l économie politique moderne. Le marché et ses défaillances: autorégulation ou interventionnisme? Selon Adam Smith ( ), le fondateur de l économie nationale classique, les individus, lorsqu ils peuvent mettre librement à profit leurs forces et leur esprit d initiative, agissent sur le marché en faveur de l intérêt public, sans besoin d intervention extérieure. Mus certes par l égoïsme, ils ne sont pas pour autant dépourvus d empathie et d une certaine conscience du devoir. Cette idée a ensuite été étendue aux échanges entre nations par David Ricardo ( ), considéré depuis lors comme l apôtre du libre-échange. Relayée par Léon Walras ( ), elle a trouvé son apogée provisoire dans la formulation rigoureuse de la théorie de l équilibre général par Kenneth Arrow (né en 1921) et par Gérard Débreu ( ). Ce courant aboutit à la formulation des principales thèses de l économie du bien-être, lesquelles peuvent s entendre comme une réponse au débat opposant l économie de marché et l économie planifiée. Ce dernier est passé dans l histoire sous le nom de controverse Mises- Lange, du nom de ses chefs de file Ludwig von Mises ( ) du côté des libéraux et Oskar Lange ( ) du côté des socialistes. En gros, ces théorèmes postulent que, dans un monde «idéal», les deux systèmes sont interchangeables, car ils aboutissent tous deux à un résultat efficace. Dans ce monde «idéal», on compare une autorité de planification bienveillante et parfaitement informée à des marchés complets caractérisés par la libre concurrence et l absence de pouvoir de marché ou de problèmes d information. Évidemment, le monde réel est bien différent, de sorte que la controverse sur la vision correcte du système économique se déroule sur le terrain de l imperfection. Connaissance limitée et traitement de l information dans les prix du marché Les limites de la connaissance sont l une des principales contingences de la nature humaine. L économiste autrichien Friedrich von Hayek ( ) a démontré que la formation des prix sur le marché peut s entendre comme un mécanisme décentralisé de traitement de l information. Puisque les individus connaissent leurs souhaits et leurs capacités, il est efficient de les laisser réagir, sur la base de ce savoir, aux réalités 12 La Vie économique 8 9 / 2015

15 CORBIS du marché qui s expriment par le biais des prix. Si, cumulées, les réactions individuelles aboutissent à des contradictions, les prix se modifieront jusqu à ce que les connaissances dispersées soient correctement rassemblées et que le marché trouve son équilibre. S appuyant sur l idée de Hayek qui faisait des marchés un mécanisme décentralisé de traitement de l information, la théorie financière moderne a créé la notion d efficience informationnelle des marchés financiers. Celle-ci veut que le libre arbitrage aboutisse à une coordination des opinions s harmonisant avec les connaissances disponibles. Toutefois, le mécanisme de fixation des prix peut lui aussi être perturbé. Faut-il alors intervenir pour résoudre ces perturbations ou toute ingérence ne fait-elle qu empêcher le marché de retrouver son équilibre par lui-même? De nos jours, le débat a repris de plus belle. D une part, les déséquilibres entraînent des modifications de prix et fournissent de précieuses informations. D autre part, ils indiquent la présence de défaillances: entrepôts remplis à ras bord ou files d attente interminables, chômage ou inflation, bulles spéculatives ou crises financières. Théorie de la demande effective L économiste britannique John Maynard Keynes ( ) a montré très tôt le rôle problématique que joue le marché en matière de coordination des connaissances et des opinions. Il estime ainsi que les affaires se concluent sur la base de conventions et d attentes des agents économiques. Cela induit des comportements grégaires qu il faut endiguer en appliquant une politique monétaire et fiscale stabilisatrice. Si l ambiance est au pessimisme, les agents économiques font de grandes réserves de liquidités plutôt que d investir dans des projets réels. La politique moné- Les économistes classiques avaient une vision à long terme. Quelles sont les motivations des personnes? Quelles sont les sources de la richesse et de la croissance? La Vie économique 8 9 /

16 LES ÉCONOMISTES, DE NOUVEAUX PROPHÈTES? taire est alors impuissante et la relance doit provenir des investissements publics. Avec son contemporain polonais Michal Kalecki ( ), Keynes a ainsi fondé la théorie de la demande effective, qui a réfuté la validité à court terme de la loi de Say. Celle-ci, baptisée ainsi en référence à Jean-Baptiste Say ( ), affirme que l offre crée sa propre demande. Ainsi, l épargne est l un des principaux facteurs de l investissement, car on ne renonce à un bien que pour exprimer une demande. Selon la théorie de la demande effective, en revanche, ce n est pas le désir mais le pouvoir d achat qui détermine la demande réelle et le désir d épargner ne peut se réaliser que si des investissements réels se sont produits. Fondée sur les modèles d attente rationnelle, la macroéconomie moderne a revu avec minutie le volet monétaire de la politique de stabilisation keynésienne. Elle l a développé pour en faire un instrument efficace de maîtrise des fluctuations en temps normal. Toutefois, la recherche a confirmé l utilité plus que relative de la politique monétaire, prise isolément, en temps de grave crise. L argent injecté dans le circuit a alors tendance à alimenter la spéculation plutôt qu à encourager les projets d investissement réels des entreprises, dans une situation qualifiée de «trappe à liquidités». Les déséquilibres structurels ayant marqué l évolution de la pensée macroéconomique au siècle dernier, il convient, pour comprendre les profonds chocs de ces dernières années, de revenir aux aspects fondamentaux de l économie politique classique. Prospérité: notion et sources À ses origines, l économie politique moderne se met en quête de réponses aux questions suivantes: qu est-ce que la prospérité? Qui la génère? À quoi sert-elle? Et comment se répartit-elle? Dans le système mercantiliste, la prospérité se mesure à l aune de la fortune et, en particulier, de la possession d or, de métaux précieux et d autres valeurs patrimoniales. Ces biens servent à financer un mode de vie féodal et la puissance du pays. Leur acquisition est en effet un jeu à somme nulle: ce qu une nation acquiert, une autre le perd. Les physiocrates 1 ont opposé à cette perspective le cycle de production, soulignant que seule 1 Précurseurs des économistes classiques; de physiocratie, gouvernement par la nature. 2 «No society can surely be flourishing and happy, of which the far greater part of the members are poor and miserable», dans Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, traduction de Germain Garnier, Livre I, p. 71. la production de biens agricoles, dans leur cas accroît la prospérité. Les économistes classiques Smith, Ricardo et Karl Marx ( ) ajoutent au facteur de production du sol ceux du travail et du capital (soit le travail déjà réalisé qui s accumule sous la forme de biens d investissement). Ils placent ainsi dans une perspective systématique la création et la répartition de la richesse. C est à Smith que revient le mérite d avoir reconnu l énorme énergie générée par le travail et le capital, alimentée par le désir d ascension sociale et d amélioration des conditions de vie. Il l a présentée de façon méthodique comme étant à l origine de la «richesse des nations». Le père de l économie classique a aussi abordé de façon claire la répartition des richesses: «Assurément, on ne doit pas regarder comme heureuse et prospère une société dont les membres les plus nombreux sont réduits à la pauvreté et à la misère 2 Ricardo n ignorait pas non plus que la création de richesses, grâce, par exemple, aux échanges commerciaux, provoquait des conflits de répartition. Les propriétaires terriens virent une déclaration de guerre dans sa défense du libre-échange et son aversion pour le protectionnisme agricole. Il a toutefois fallu attendre Marx pour établir un lien entre l essor des forces productives et la question de la répartition. L inégalité et l exploitation plongent en effet le système dans la crise, que le mouvement ouvrier et l État social moderne ont contribué à prévenir. La mondialisation survenue durant la seconde moitié du XIXe siècle et la réaction protectionniste précédant la Première Guerre mondiale ont fait prendre conscience de l interaction entre l essor des forces productives et les conflits de répartition qu il entraîne. Un siècle plus tard, nous constatons que, si l on gratte sous le débat superficiel consacré à la crise financière, les questions fondamentales de croissance et de répartition reviennent sur le tapis économique. Le temps et son rythme Les économistes classiques avaient une vision à long terme. Quelles sont les motivations des personnes? Quelles sont les sources de la richesse et de la croissance? Quel est le rapport entre pro- 14 La Vie économique 8 9 / 2015

17 L ÉVÉNEMENT duction et répartition? L équilibre néoclassique échappe en partie à l emprise du temps. On ne sait ainsi pas quand travaille le commissaire-priseur de Walras, ni le temps qu il lui faut pour fixer le prix d un marché parfait. Alfred Marshall ( ) est le premier à avoir signalé qu il est important de garder à l esprit les mécanismes d adaptation et d établir une distinction réfléchie entre long, moyen et court termes. Ensuite, Keynes a souligné l importance du court terme dans les déséquilibres macroéconomiques. Ironie du sort, la théorie conjoncturelle keynésienne n est pas la seule à avoir fait sienne l idée du cycle court: ses détracteurs restent eux aussi prisonniers de la logique du choc provisoire. Dans l intervalle, les modèles d équilibre dynamiques, fondés sur des méthodes statistiques, sont devenus une pratique courante dans le monde de la finance au XXI e siècle. Si l on est tenté de croire que l économie s occupe enfin sérieusement de la dimension temporelle, c est en fait le contraire qui semble vrai: on confond les périodicités, de sorte qu il est devenu difficile de distinguer le très court terme de l éternité. On ne sait ainsi pas toujours quel est l objet étudié: s agit-il des fluctuations de cours, des cycles conjoncturels, des cycles financiers, des phénomènes de croissance et de développement, des bulles spéculatives ou des chocs structurels? Il en va de même du rythme: la fréquence retenue est-elle la microseconde, le jour, le trimestre, l année, la décennie, la génération, le siècle ou l ère? Les chocs structurels comptent plus que la crise financière L histoire de la pensée économique montre que les œillères des marchés financiers et de la politique monétaire nous donnent une vision du monde aussi partielle que l obsession des cycles ou des chocs temporaires. La propension à attribuer tous les problèmes actuels à la crise financière de 2007 semble particulièrement peu crédible. N oublions pas en effet que près de dix ans se sont écoulés depuis cet événement et que le monde avait déjà été secoué par des crises financières en 1997, 2000 et KEYSTONE Il faut revenir à une vision réelle du monde. Un sans-abri à l aéroport de Zurich. La Vie économique 8 9 /

18 LES ÉCONOMISTES, DE NOUVEAUX PROPHÈTES? L histoire de l économie politique nous invite à placer les chocs dans un contexte plus large et à les inscrire dans une perspective économique à long terme. Ce faisant, nous identifierons les changements structurels plus profonds, qu il nous faut comprendre pour résoudre durablement les crises. À cet effet, axons notre analyse sur les pays occidentaux et sur la période qui nous sépare de la dernière grande crise, à savoir le «choc pétrolier» des années septante. Celui-ci n est pas sans lien avec un changement de paradigme dans l économie et la politique, connu sous le nom d économie de l offre. Quelles sont donc les tendances majeures des dernières décennies? D une part, la croissance s est ralentie par rapport aux trois décennies qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, pendant que l inflation diminuait, voire disparaissait. D autre part, la déréglementation et la privatisation ce qui inclut la transformation de l économie planifiée en économie de marché ont lancé sur le marché un grand volume de ressources et de capital physique. Cela a rendu plus attrayants l acquisition et le commerce de droits de propriété, stimulé le marché financier et donné des ailes à la vision mercantiliste de la richesse. Cette évolution s est accompagnée au cours des quarante dernières années d une mondialisation imparable qui englobe non seulement les marchés des biens et des services, mais aussi ceux des facteurs de production et le marché monétaire. Les migrations ne sont pas assimilables aux échanges de marchandises et le libre-échange des droits de propriété porte directement atteinte à la souveraineté des pays. En parallèle, de forts déséquilibres de la balance courante sont apparus. Visant l équilibre du commerce extérieur un objectif de la politique économique, l alternance de périodes déficitaires et excédentaires a cédé le pas à une situation où les rôles de pays débiteurs et de pays créanciers sont figés. La répartition des revenus s est elle aussi foncièrement modifiée: l inégalité s est fortement creusée dans les tranches supérieures et les salaires médians ont reculé dans les principaux pays industrialisés, suivis par les quotesparts salariales. Une croissance démesurée des transactions financières, comparée à celle de l économie réelle, a accompagné cette évolution. En fin de compte, les crises bancaires et le renflouement public des banques ont clairement montré que la capacité d autoguérison du marché est inopérante sur un marché financier pourtant réputé efficient. Il nous faut donc revenir à une vision réelle du monde. Le désir de devenir riche sous forme d argent ou d options sur des biens futurs ne génère pas la «richesse des nations». L avenir étant le fruit de souhaits et d efforts réels, voici les questions déterminantes: quels sont les grands besoins et désirs d avenir que nous voulons, nous ou nos enfants, assouvir en investissant et en stimulant la croissance? Quels services financiers nous faut-il pour consacrer les ressources et les biens d investissement à la satisfaction des besoins de demain? Comment garantir que les fruits de la croissance seront partagés entre tous, de sorte que chacun soit motivé à y apporter sa contribution? Josef Falkinger Professeur de sciences de la finance et de macroéconomie de l université de Zurich. Le désir de devenir riche sous forme d argent ou d options sur des biens futurs ne génère pas la «richesse des nations». 16 La Vie économique 8 9 / 2015

19 L ÉVÉNEMENT La société a besoin d une économie moderne Les économistes veulent comprendre les problèmes socioéconomiques et les résoudre. Les modèles mathématiques et les analyses économétriques peuvent certes les aider, mais l élément essentiel demeure une pensée économique simple et disciplinée. Reiner Eichenberger, David Stadelmann Abrégé On reproche souvent à l économie d être naïve, ultratechnique et coupée de la réalité. C est vrai dans certains cas, mais pas pour l économie en tant que discipline globale et encore moins dans une optique comparative. D autres représentants des sciences sociales sont parfois bien plus coupés de la réalité. Une bonne économie aide à comprendre et à résoudre les problèmes socioéconomiques. Les modèles théoriques formels sont quelquefois très utiles, les procédures empiriques sophistiquées le sont le plus souvent et une pensée économique simple et disciplinée l est presque toujours. Les économistes modernes ne sont pas des apôtres de l efficacité du marché, mais plutôt des spécialistes de ses dysfonctionnements, des défaillances de l État et des remèdes à appliquer. Le présent article présente des éléments-clés de ce mode de pensée économique simple et de son inventivité au moyen d exemples politico-économiques actuels. L es économistes ont toujours le coût et le profit en tête, ce qui paraît trop restrictif aux yeux de certains. Pourtant, les termes coûts et profits ne sont qu une autre manière de décrire les avantages et les inconvénients; il s agit d un concept très large. Souvent, les non-économistes pensent soit seule- ment au profit soit seulement au coût. Ainsi, beaucoup estiment que si le taux de natalité augmentait, cela permettrait de consolider la prévoyance professionnelle. Ils oublient les importants coûts sociaux que génèrent les enfants. En effet, calculé sur toute sa vie, un enfant dans la moyenne coûte davantage à l État que ce qu il lui verse. C est pourquoi une politique nataliste menace la prévoyance vieillesse, sauf si elle encourage délibérément des enfants hautement productifs. Les économistes tiennent compte de tous les coûts et de tous les profits, en incluant ceux qui ne sont pas monétaires. Les non-économistes, en revanche, se fixent bien trop souvent sur les valeurs monétaires. Ainsi, la politique de la santé se concentre surtout sur la croissance des dépenses. Elle néglige le fait que les sommes en jeu sont énormes en raison du temps perdu, de la Les non-économistes oublient souvent les importants coûts sociaux que génèrent les enfants. KEYSTONE La Vie économique 8 9 /

20 LES ÉCONOMISTES, DE NOUVEAUX PROPHÈTES? maladie, des traitements, des effets secondaires et des risques. Elles diminuent avec les progrès de la médecine. Les ressources utilisées ne pouvant plus être employées ailleurs, les économistes mettent toujours l accent sur les coûts d opportunité. Le monde politique les néglige de manière impardonnable. Dans le cadre de la réforme de l armée, on ne discute que du budget qui doit s élever à 4 ou 5 milliards ou plus; on en oublie les coûts d opportunité qu engendrent les places militaires et les 6 millions de jours de service. Alors, coûts d opportunité compris, l armée suisse est deux fois plus chère que ce que l on affirme. Par rapport au nombre d habitants, c est l une des armées les plus onéreuses du monde. Ceux qui s en rendent compte appellent de leurs vœux une nouvelle réforme. En fait, les économistes ne se focalisent pas seulement sur les coûts totaux et le bénéfice global, mais surtout sur les coûts marginaux et le bénéfice marginal. Des études montrent régulièrement que les crèches pour les enfants, les transports publics ou les institutions culturelles engendreraient plus de bénéfices que de coûts. Cette constatation est Ils oublient aussi la charge fiscale qui est largement transférée vers le facteur sol et les coûts externes qu engendrent le trafic individuel en raison des dommages à l environnement, des accidents et des embouteillages. secondaire, parce que la question n est pas vraiment de savoir s il faut supprimer ces prestations, mais plutôt s il nous en faut beaucoup ou peu, autrement dit si les bénéfices marginaux sont plus élevés ou plus bas que les coûts marginaux. Les études ne l évoquent pas la plupart du temps. Une conception réaliste de l homme On reproche régulièrement aux économistes leur conception irréaliste de l homme. Effectivement, ils avancent souvent des hypothèses de comportement étroites, parce qu elles facilitent la modélisation mathématique. La pensée économique simple, quant à elle, repose sur une conception de l homme tout à fait générale et très réaliste. Pour l exprimer de manière familière: les êtres humains ne sont ni des anges qui savent tout ni des imbéciles! Ils ne sont jamais informés sur tout; ils ne recherchent pas uniquement le bien commun, mais poursuivent aussi leurs propres buts; ils préfèrent les avantages aux inconvénients et les évaluent de manière à peu près raisonnable; ils ne suivent pas toutes les prescriptions, mais recherchent les solu- 18 La Vie économique 8 9 / 2015

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs 75 qui influencent directement le financement des hypothèques reste parfaitement imprévisible. Pour cette raison, il est recommandé de calculer précisément son budget afin de déterminer exactement quelles

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers»

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Discours de Christian Noyer Gouverneur de la Banque de France

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ [Basé sur la note CAE écrite en collaboration avec Guillaume Plantin et David Thesmar] CDA - IAST - UT1C, 23 octobre 2013 Jean Tirole I. INTRODUCTION

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 5 mars 2012 Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national a renvoyé le projet du Conseil fédéral demandant la modification de

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Objectif : comprendre le rôle de l Etat dans l économie et son influence sur les décisions de production des entreprises. Introduction Théorie néoclassique

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

Les effets positifs de la gestion de l information

Les effets positifs de la gestion de l information Une seule solution Les effets positifs de la gestion de l information Conseils pratiques pour savoir comment réduire vos couts, renforcer votre niveau de conformité et accroitre votre efficacité Les données

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang?

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang? Q et R Questions et réponses sur le financement de second rang En quoi consiste le financement de second rang? Le financement de second rang est un emprunt hypothécaire que contracte votre coopérative

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Notre objectif: être un assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Chiffres-clés Données en milliers de CHF 2010 2009 Effectif des assurés 882 023 830 115 Effectif du

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 Objectifs et mesures recommandées 2 > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 OFEV 2014 > Garantir l approvisionnement en eau n est pas

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail