Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan."

Transcription

1 Le facteur CC Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan.

2 Table des matières Sommaire 1 1: Introduction 6 2: Comptes Clients : France 9

3 Sommaire L objectif du présent rapport est d évaluer les avantages du financement des Comptes Clients (CC) pour les quatre plus grandes économies européennes et les entreprises qui en bénéficient. Son premier objectif est de quantifier la mesure dans laquelle les niveaux actuels de financement des Comptes Clients contribuent aux résultats économiques et d évaluer comment son utilisation accrue pourrait améliorer les performances économiques des pays. La valeur actuelle du financement des Comptes Clients au sein des principales économies européennes est significative et la valeur potentielle d une utilisation accrue l est plus encore. La modélisation économétrique utilisée aux fins du présent rapport révèle que d ici 2020, si les niveaux de croissance et d utilisation actuels se maintiennent, un peu moins de 59 milliards de données trimestrielles combinées relatives au PIB en France, Allemagne, Italie et au Royaume-Uni et 1,66 million d emplois dépendraient de l existence du financement des Comptes Clients. Plus important encore, la généralisation de l utilisation des comptes clients aurait un grand impact sur la croissance future. Selon ce scénario, d ici 2020, le PIB combiné de ces quatre nations pourrait croître de 53 milliards supplémentaires par et nouveaux emplois pourraient être créés. Pleins feux sur le financement des Comptes Clients Au total, le volume du financement des Comptes Clients en Europe était de millions en D après la «Federation of Factoring and Commercial Finance» européenne, ce nombre représentait 8,43 % du PIB européen total en Le financement des Comptes Clients offre, par rapport au crédit traditionnel, plusieurs avantages distincts aux entreprises incluant la fourniture de financement à très court terme, sans que les entreprises n aient à fournir des garanties supplémentaires ; l amélioration des flux de trésorerie, en raison des délais d obtention de liquidités réduits par le biais du financement des Comptes Clients ; la flexibilité concernant le mode d utilisation du financement, permettant donc une réponse immédiate aux besoins et un accès au financement plus facile grâce à un processus de demande nettement simplifié. Le financement des Comptes Clients offre également une protection contre les risques d impayés. Au niveau sectoriel, le secteur manufacturier joue un rôle majeur dans la croissance du financement des Comptes Clients, qui, de plus, fait face à la tempête financière. Qu est-ce que le financement des Comptes Clients? Le financement des Comptes Clients permet aux sociétés d avoir accès à un financement, soit assorti d une garantie portant sur les factures ou Comptes Clients, soit par le biais de la vente de ces factures à un tiers. Ce financement revêt deux formes connues : L escompte de factures permet à une entreprise de tirer de l argent de ses factures de vente avant que le client n effectue le paiement. Pour ce faire, l entreprise emprunte un pourcentage de la valeur de son registre de ventes auprès d une société de financement, utilisant effectivement les factures de vente impayées au titre de garanties de l emprunt. L affacturage est un outil financier qui permet à une société d obtenir le paiement de factures en quelques jours. Il permet aux sociétés, généralement des PME, de disposer du fonds de roulement nécessaire à leurs activités, au paiement des fournisseurs et à la croissance. L affacturage implique la vente des factures à prix réduit en échange de liquidités immédiates. La société d affacturage attend d être payée cependant que la société ayant fait appel à ses services peut immédiatement utiliser les fonds. Illustration 1 - Pénétration du financement des Comptes Clients 15% 10% 5% 0% Royaume-Uni Allemagne France Italie % du PIB % de PME Bien qu il soit de plus en plus communément admis que cette pratique constitue une alternative positive au crédit bancaire traditionnel, le financement des Comptes Clients n est pas une forme de financement très utilisée par rapport aux autres instruments : Au Royaume-Uni, l Asset Based Finance Association (ABFA) estime que sur un million de PME britanniques 2, seules font appel au financement des Comptes Clients. Ce qui veut dire que le taux de pénétration n est que de 4,1 % au sein des sociétés britanniques. Cependant, la pénétration du PIB totale (c est-à-dire la proportion du PIB financée par le biais du financement des Comptes Clients) est considérablement plus élevée, pour atteindre 13,34 % selon les estimations Selon des données du Department for Business, Innovation and Skills pour 2009 indiquant que 1,02 million de sociétés avaient un effectif entre 2 et 250 employés au Royaume-Uni. 1

4 En France, sociétés ont fait appel au financement des Comptes Clients en , soit 3,1 % des PME françaises 4. En Allemagne par contre, bien que l affacturage ait représenté plus de 5 % 5 du PIB du pays en 2010, seules sociétés y ont fait appel. Ce qui représente moins de 1 % des PME allemandes 6. En Italie, sociétés (un peu moins de 2 % des PME) font appel au financement des Comptes Clients, mais 9,78 % du PIB est issu de ce mode de financement. Aperçu de la méthodologie Afin d évaluer les bienfaits et l ampleur des retombées économiques du financement des Comptes Clients, GE Capital s est penchée sur les avantages économiques du financement des Comptes Clients dans quatre marchés principaux : le Royaume-Uni, la France, l Italie et l Allemagne. Les résultats reposent sur un examen approfondi des données relatives aux prêts et à d autres activités de financement fondées sur les actifs ; des statistiques économiques et financières et des commentaires de banques centrales et gouvernements ; des données exclusives de GE Capital relatives à la tendance d utilisation du financement des Comptes Clients ; des entretiens avec les entreprises pertinentes, les réseaux du secteur financier et les organisations gouvernementales et avec plus de 50 sociétés qui font actuellement appel au financement des Comptes Clients. Sur la base de ces résultats et points de vue, un modèle économétrique, quantifiant les avantages économiques plus larges pour chaque économie de l utilisation actuelle et future du financement des Comptes Clients, a été mis en place afin d évaluer plusieurs scénarios sur les court (trois ans), moyen (cinq ans) et long (10 ans) termes. Les modèles qui étayent l analyse reposent sur une vaste base de données économiques, financières, commerciales, démographiques et sur l emploi pour chacun des quatre pays de la zone EMEA. Un modèle économétrique a été appliqué à chacun des quatre pays EMEA étudiés dans ce rapport. Les modèles séparent les secteurs industriels, les facteurs de production, les dépenses des ménages et publiques, ainsi que le commerce extérieur et les investissements pour chaque pays. Vous trouverez de plus amples détails sur ce modèle et les résultats en page 6 du présent rapport. LE FACTEUR DE FINANCEMENT DES CC Avantages du financement des Comptes Clients Octroi de financements à très court terme : les CC permettent un financement à très court terme sans que les entreprises n aient à fournir de garanties supplémentaires Amélioration de la trésorerie : le délai d obtention de la trésorerie est plus court via le financement de CC que via un crédit bancaire Utilisation flexible du financement : les fonds peuvent être utilisés aussitôt, afin que les entreprises puissent répondre à leurs besoins immédiats quels qu ils soient Processus de demande simplifié : le processus de financement de CC exige généralement bien moins de documents que pour un crédit bancaire ordinaire Protection contre le non-paiement des factures dans le cas de l affacturage, le risque de non-paiement est entièrement transféré à la société d affacturage La Valeur du financement des Comptes Clients L étude, après s être penchée sur les retombées positives de l usage actuel et étendu, examine également la mesure dans laquelle ces économies reposent sur le financement des Comptes Clients pour alimenter la croissance attendue de l économie et de l emploi. Le résultat de notre modèle illustre que si le financement des Comptes Clients n était pas proposé aux sociétés dans les pays considérés et que tous les bienfaits qui en découlent étaient supprimés, les quatre économies s en trouveraient lourdement touchées et, à terme, enregistreraient une croissance restreinte. Afin de prouver la valeur du financement des Comptes Clients pour les quatre économies étudiées dans le présent rapport, nous nous sommes penchés sur l impact du retrait immédiat du financement des Comptes Clients de chaque économie. Vues l ampleur du financement des Comptes Clients et son importance en tant que source des fonds de roulement et même en envisageant la disponibilité de formes alternatives de financement, nos modèles montrent que la majorité des économies européennes seraient immédiatement touchées Valeur du financement des Comptes Clients pour les principales économies européennes 4e de e de e de 2020 Contribution au PIB trimestriel % du PIB trimestriel Contribution au PIB trimestriel % du PIB trimestriel Contribution au PIB trimestriel % du PIB trimestriel Royaume-Uni 6,06 milliards 1.84% 8,46 milliards 2.29% 13,17 milliards 3.19% Allemagne 3,15 milliards 0.57% 7,62 milliards 1.34% 18,24 milliards 2.84% France 3,95 milliards 0.96% 7,38 milliards 1.66% 15,3 milliards 3.19% Italie 3,76 milliards 1.24% 6,25 milliards 1.95% 11,9 milliards 3.49% Total 16,92 milliards 1.04% 29,71 milliards 1.71% 58,61 milliards 3.13% Royaume-Uni * ( ) 4,91 milliards 6,85 milliards 10,67 milliards * Conversion en livres sterling basée sur les taux de change effectifs réels d avril Selon les données de l INSEE, on dénombrait en France en ,19 million d entreprises avec un effectif de 2 à 250 personnes. 5 les données de l ifm Bonn, il y avait en 2009 en Allemagne 1,2 million d entreprises avec un effectif de 2 à 250 personnes 2

5 par un impact notable : sur les quatre économies, 16,92 milliards disparaîtraient du PIB combiné au quatrième D ici au quatrième 2015, la valeur globale du PIB qui reposerait sur le financement des Comptes Clients passerait à 29,71 milliards et à plus de 58,611 milliards d ici Des emplois seraient également perdus. À l heure actuelle, plus de emplois respectivement en France, en Allemagne et en Italie s appuient sur la disponibilité et l utilisation du financement des Comptes Clients, alors qu au Royaume-Uni, ce chiffre se rapproche des emplois. D ici 2015, vus la croissance économique actuelle et le rôle de l affacturage, plus de emplois en Italie dépendraient de l existence du financement de Comptes Clients, alors qu en Allemagne et en France, ce nombre atteindrait respectivement plus de et emplois. Emplois dépendant du financement des Comptes Clients dans les principales économies européennes Royaume-Uni 258, , ,000 Allemagne 108, , ,000 France 112, , ,000 Italie 123, , ,000 Total 601, ,000 1,657,000 Par exemple, en Allemagne, d ici 2020, la valeur du financement des Comptes Clients pour l économie dépasserait les 18 milliards par, incluant l impact actuel et la restriction sur la croissance qui surviendrait selon notre modèle. En d autres termes, si le financement des Comptes Clients venait à disparaître aujourd hui, l économie allemande se contracterait de près de 3 % en Les avantages d une adoption plus généralisée Selon les résultats du modèle, les quatre économies européennes pourraient tirer des avantages considérables d une adoption plus généralisée du financement des Comptes Clients. Plusieurs obstacles à une adoption plus généralisée du financement des Comptes Clients en ont freiné la pénétration en Europe. Si ces obstacles venaient à être surmontés, le nombre de sociétés utilisant les CC pourrait tripler dans le cas de la France et plus encore dans le cas de l Allemagne. Illustration 2 - Niveau actuel par rapport à l utilisation potentielle plus large du Financement des CC 7. No. de consommateurs Royaume-Uni Allemagne France Italie Actuelle 42,000 12,000 35,000 37,000 Potentielle 105, , , ,000 Après consultation des associations d affacturage des quatre marchés évalués dans ce rapport, il est communément admis que 6-10 % des entreprises de chaque marché n utilisant actuellement pas le financement CC sont éligibles et en tireraient profit, ce qui équivaut à % en termes de PIB. La flexibilité additionnelle offerte aux entreprises utilisant les CC induirait potentiellement une amélioration des flux de trésorerie et des tampons du fonds de roulement, permettant donc aux entreprises de répondre à la demande, de s étendre et de croître plus efficacement. L impact sur l économie et l emploi de chaque marché serait tout d abord modeste, mais au fil du temps cependant, il deviendrait réel sur les résultats. D ici la fin de 2015, l économie française gagnerait 4,4 milliards supplémentaires par et d ici 2020, elle augmenterait de 13,5 milliards supplémentaires par, l économie évoluerait de 2,8 % supplémentaires. En Allemagne, l impact serait plus important en raison du niveau de pénétration actuel relativement faible des CC en comparaison avec celui du Royaume-Uni et de la France, et l économie devrait croître de 2,9 % supplémentaires d ici la fin de Ce financement soutiendrait également une croissance significative du nombre d emplois disponibles dans ces économies. L économie britannique, par exemple, connaîtrait une croissance de 2,09 % additionnels par et cette croissance induirait la création de plus de nouveaux emplois. Nouveaux emplois potentiels découlant de l utilisation «optimale» du financement des CC Royaume-Uni 10,000 92, ,000 Allemagne 9,000 68, ,000 France 6,000 52, ,000 Italie 8,000 70, ,000 Total 34,000* 282, ,000 *NB. Ce chiffre est en raison de l arrondi au millier le plus proche est correct Croissance potentielle - Impact économique d une utilisation «optimale» du financement des CC 4e e e 2020 PIB trimestriel additionnel PIB trimestriel additionnel (%)* PIB trimestriel additionnel PIB trimestriel additionnel (%)* PIB trimestriel additionnel PIB trimestriel additionnel (%)* Royaume-Uni 0,54 milliard 0.17% 2,77 milliards 0.75% 8,63 milliards 2.09% Allemagne 1,23 milliard 0.22% 6,12 milliards 1.03% 18,62 milliards 2.90% France 0,91 milliard 0.22% 4,42 milliards 0.99% 13,48 milliards 2.78% Italie 0.84bn 0.28% 4,06 milliards 1.27% 12,17 milliards 3.57% Total 3,52 milliards 0.22% 17,37 milliards 1.01% 52,90 milliards 2.83% Royaume-Uni ( ) 0,44 milliard 2,25 milliards 6,99 milliards * En pourcentage du PIB trimestriel actuellement attendu * Conversion en livres sterling basée sur les taux de change effectifs réels d avril Les données du nombre d utilisateurs actuels et du nombre «optimal» d utilisateurs reposent sur une consultation avec des associations européennes d affacturage (le nombre optimal étant le milieu de gamme des estimations) 3

6 Les tableaux suivants illustrent la valeur du financement des CC pour les 4 économies européennes entre le 4e 2011 et le 4e 2020 Valeur des solutions de financement des Comptes Clients dans l'économie britannique (Prévision du PIB trimestriel, en milliards de livres sterling) GBP : Valeur additionnelle estimée: 7 Md Valeur actuelle: 10,67 Md : Valeur additionnelle estimée: 2,25 Md Valeur actuelle: 6,85 Md Valeur potentielle totale: 17,67 Md }5,18% du PIB* : Valeur additionnelle estimée: 0,44 Md Valeur actuelle: 4,91Md 270 Valeur additionnelle potentielle des solutions de financement des Comptes Clients Valeur actuelle des solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon le recours actuel aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel sans prendre en compte les solutions de financement des Comptes Clients 250 *Prévision du PIB trimestriel en pourcentage selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Valeur des activités de financement des Comptes Clients dans l'économie allemande (Prévision du PIB trimestriel, en milliards d'euros) EUR : Valeur additionnelle estimée: 18,62 Md Valeur actuelle: 18,24 Md : Valeur additionnelle estimée: 6,12 Md Valeur actuelle: 7,62 Md } Valeur potentielle totale: 36,9Md, 5,58% du PIB* : Valeur additionnelle estimée: 1,23 Md Valeur actuelle: 3,15 Md Valeur additionnelle potentielle des solutions de financement des Comptes Clients Valeur actuelle des solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon le recours actuel aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel sans prendre en compte les solutions de financement des Comptes Clients *Prévision du PIB trimestriel en pourcentage selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Valeur des solutions de financement des Comptes Clients dans l'économie française (Prévision du PIB trimestriel, en milliards d'euros) EUR : Valeur additionnelle estimée: 13,48 Md Valeur actuelle: 15,50 Md : Valeur additionnelle estimée: 4,42 Md Valeur actuelle: 7,38 Md } Valeur potentielle totale: 28,9 Md, 5,8% du PIB* : Valeur additionnelle estimée: 0,91Md Valeur actuelle: 3,95 Md Valeur additionnelle potentielle des solutions de financement des Comptes Clients Valeur actuelle des solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon le recours actuel aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel sans prendre en compte les solutions de financement des Comptes Clients *Prévision du PIB trimestriel en pourcentage selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients 4

7 Valeur des solutions de financement des Comptes Clients dans l'économie italienne (Prévision du PIB trimestriel, en milliards d'euros) EUR : Valeur additionnelle estimée: 12,17 Md Valeur actuelle: 11,90 Md : Valeur additionnelle estimée: 4,06 Md Valeur actuelle: 6,25 Md } Valeur potentielle totale: 24,1Md 6,82% du PIB* : Valeur additionnelle estimée: 0,84 Md Valeur actuelle: 3,76 Md Valeur additionnelle potentielle des solutions de financement des Comptes Clients Valeur actuelle des solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel selon le recours actuel aux solutions de financement des Comptes Clients Prévision du PIB trimestriel sans prendre en compte les solutions de financement des Comptes Clients *Prévision du PIB trimestriel en pourcentage selon un recours optimal aux solutions de financement des Comptes Clients Obstacles à une adoption plus généralisée Alors que le financement des CC génère actuellement une valeur ajoutée substantielle, les principaux chiffres du modèle indiquent que son potentiel est plus grand, pour le nombre d entreprises qui pourraient y avoir accès et dont il stimulerait la croissance, et d une manière plus large pour l économie, malgré certains obstacles. Aux fins de cette étude, l impact général d une adoption plus généralisée constitue un exercice théorique. Néanmoins, ce potentiel existe et pourrait être concrétisé, tant au niveau des entreprises individuelles que de l économie plus large si certains obstacles ayant été identifiés dans la recherche étaient surmontés. Il s agit d un manque de sensibilisation et de perception de l image des solutions de financement des CC. Ils pourraient être surmontés grâce à des programmes éducatifs du gouvernement, des associations professionnelles et des fournisseurs et, potentiellement, d une union des trois. Ces deux points ont été les obstacles les plus fréquemment cités dans nos entretiens avec des utilisateurs du financement de CC.. OBSTACLES A L ADOPTION Manque de sensibilisation : Nombre de PME ne sont que peu sensibilisées aux instruments de financement de CC en tant qu alternative au financement bancaire ou à d autres sources de financement du fonds de roulement. Image : Certains pensent que cette voie est principalement utilisée par des sociétés en difficulté. Coûts :Plusieurs des entreprises interrogées dans le cadre de ce rapport ont indiqué que le coût du financement de CC peut constituer une contrainte à une certaine échelle. Flexibilité réduite : Bien que la flexibilité du financement des CC soit l un de ses principaux avantages, lorsque le nombre de commandes diminue, la portée d utilisation du financement de CC diminue considérablement Désavantage sectoriel : Les fournisseurs de financement des CC assortissent les entreprises individuelles de primes de risque et il y aura des secteurs industriels pour lesquels le financement de CC ne sera pas toujours accessible. Complexité : Certains estiment que l affacturage est un mécanisme relativement complexe nécessitant un investissement additionnel dans des systèmes de gestion financière. 5

8 1: Introduction Objectif du rapport 1.1 Ce rapport montre que le financement des Comptes Clients devient un moyen de plus en plus utilisé par les entreprises européennes pour répondre aux nouvelles opportunités qui s offrent à elles en cette période de reprise du cycle économique. Il s intéresse à l utilisation actuelle et potentielle future du financement des Comptes Clients au sein de quatre marchés européens : la France; l Allemagne; l Italie et le Royaume-Uni. 1.2 Le fonctionnement du financement des Comptes Clients (CC) est très différent de celui d un prêt ou d un découvert bancaire. Le financement des CC ne consiste pas à prêter de l argent à une entreprise : l entreprise vend un compte client (c est-àdire un actif financier tangible et réel) dans le but d augmenter sa trésorerie. Le financement des Comptes Clients offre des mécanismes de financement alternatifs et flexibles, ainsi qu un support client à la disposition des PME et plus grandes entreprises, destiné aussi bien à améliorer la trésorerie qu à maîtriser les crédits impartis ou à instaurer une marge de crédit flexible et réactive, ajustable selon les besoins de l entreprise. Approche 1.3 L approche de l étude consiste à développer cinq éléments de recherche, distincts mais complémentaires, dans le but d estimer l importance actuelle et potentielle du financement des CC sur les quatre marchés européens. Ces éléments d analyse sont expliqués ci-dessous. 1.4 En premier lieu, nous avons regroupé des documents et données disponibles issus de différentes sources : statistiques mensuelles, trimestrielles et annuelles sur les prêts bancaires et le soutien aux petites entreprises pour chacun des quatre pays ; statistiques sur les activités financières basées sur des actifs dans les quatre pays ; statistiques économiques et financières et commentaires formulés par les banques centrales et d autres sources ; autres données et renseignements produits par les réseaux de l industrie financière et commerciale ainsi que d autres observateurs au sein des quatre pays et du reste de l Europe. 1.5 Puis, nous avons été autorisés à consulter et à étudier un certain nombre d informations confidentielles provenant des données internes de GE Capital, notamment des données sur les tendances liées à l utilisation des produits de financement des CC depuis Nous avons ensuite mené une série d entretiens en vue d études de cas avec plus de cinquante entreprises qui utilisent le financement des CC au sein des quatre pays. L objectif de ces entretiens était d étudier plus en détail certains points tels que les bénéfices enregistrés par les entreprises grâce au financement des CC, et ce, selon le point de vue des utilisateurs, ainsi que les avantages et inconvénients des instruments de financement des CC par rapport aux autres possibilités. Dans la plupart des cas, les entreprises interrogées étaient des clients actuels de GE Capital, et les entretiens étaient généralement réalisés avec les Directeurs financiers de ces entreprises. 1.8 Enfin, et en se fondant sur les conclusions de ces quatre premiers éléments d analyse, SQW a construit des modèles économiques capables de quantifier les bénéfices économiques au sens large, pour les économies étudiées, de l utilisation actuelle et future des instruments de financement des CC. Les modèles économiques ont considéré un certain nombre de scénarios futurs sur le court-terme (3 ans), le moyen-terme (5 ans) et le long-terme (10 ans) pour chacun des quatre pays de la zone EMEA. L approche utilisée lors de la modélisation est expliquée plus en détail dans la prochaine section. Approche de la Modélisation 1.9 Les modèles qui étayent l analyse sont basés sur une vaste base de données économiques, financières, commerciales, démographiques et sur l emploi pour chacun des quatre pays de la zone EMEA. Un modèle économétrique est déployé pour chacun des quatre pays de la zone EMEA objet du présent rapport Les modèles sont basés sur une série d équations portant sur la consommation, l investissement, la productivité, le commerce, les prix, la demande de matériaux, le marché du travail (offre et demande de travail, compétences et professions) ainsi que les tendances démographiques sous-jacentes. Une représentation graphique simplifiée de la structure du modèle économétrique sous-jacent est présentée ci-dessous. Figure 1 : Modèle économétrique : schéma Exportations Demande Importations 1.6 Nous avons ensuite réalisé des entretiens ciblés avec des parties prenantes clés du secteur financier au sein des quatre pays et du reste de l Europe. Il s agissait notamment de représentants des banques centrales des quatre pays, de responsables de ministères en charge de la croissance et du développement des PME, et des plus importantes organisations commerciales dans chacun des quatre pays. Dépenses Revenu Investissement Emploi Production Source: SQW 6

9 1.11 Les modèles décomposent les secteurs industriels, les facteurs de production, les dépenses des ménages et gouvernementales, ainsi que le commerce et l investissement extérieur pour chacun des quatre pays. Les modèles intègrent un cadre «entrées-sorties» afin d identifier les interdépendances entre les secteurs d activité et les autres activités économiques, ce qui permet une simulation de l interaction dynamique et des effets de rétroaction entre différents pans de l économie : secteurs industriels, gouvernement, consommateurs et commerce international Le modèle intègre des relations économétriques de séries chronologiques et des relations entrées-sorties croisées. La demande globale est estimée à l aide de fonctions de consommation, d équations d investissement et d équations d import-export. Le modèle est rendu dynamique via des hypothèses concernant les taux futurs d innovation et la croissance de la productivité dans les différents secteurs de l économie. Le cas de référence 1.13 Pour commencer, un cas de référence a été mis au point : un scénario central pour chacun des quatre pays EMEA, basé sur les tendances macro-économiques mondiales et européennes existantes ainsi que les tendances nationales et les problèmes spécifiques de chaque pays Les projections sectorielles pour la production économique 1 et l emploi dans le cadre du scénario du cas de référence sont étayées par les données remontant au premier Les prévisions couvrent un total de 28 secteurs industriels et commerciaux dans chaque pays 2. Les prévisions ont été générées sur une base trimestrielle de la période allant du premier 2010 au quatrième 2030, mais dans ce rapport, nous nous sommes concentrés sur la période allant jusqu au quatrième 2020, et en particulier sur : des prévisions à court terme ( 2013) ; des prévisions à moyen terme ( 2015) ; des prévisions à plus long terme ( 2020) Dans le cas de référence, aucun changement fondamental n est censé avoir lieu en termes de demande ou d offre de produits financiers des CC au sein des quatre pays EMEA. Pour le cas de référence, nous partons ainsi du principe que les marchés financiers continuent à opérer conformément aux tendances récentes et sous-jacentes. Sur cette base, les prévisions économétriques actuelles ont été employées pour fournir des estimations des tendances économiques sous-jacentes futures anticipées pour les 28 secteurs dans chacun des quatre pays pour la période allant jusqu au quatrième Puis, en utilisant les prévisions du cas de référence comme point de départ, deux scénarios futurs alternatifs ont alors été développés : un scénario de la contribution actuelle et un scénario de croissance accélérée. La base du développement de chaque scénario alternatif est expliquée ci-dessous. Scénario de la Contribution Actuelle ; retrait des services des CC 1.17 Ce scénario modélise un futur alternatif où les produits financiers des CC deviennent indisponibles dans chacun des quatre marchés de la zone EMEA à partir de Le point de départ du scénario est une situation hypothétique où le financement des CC devient indisponible plus ou moins du jour au lendemain. Cela peut par exemple être la conséquence d un changement de la législation ou d une directive de l Union européenne. Il est souligné que cette situation n est pas du tout considérée comme probable : il s agit plutôt d un moyen d estimer la valeur de la contribution existante des produits des CC dans chacun des quatre pays La logique qui sous-tend le scénario est la suivante : suite à la suppression de l accès aux produits financiers des CC, un financement efficace du fonds de roulement sera plus difficile et/ou plus coûteux à obtenir pour de nombreuses entreprises. Par effet de ricochet, les projets d investissements, la Recherche & Développement, l innovation produit, le développement de nouveaux marchés (dont les exportations) et/ou l investissement dans la main-d œuvre seront plus difficiles et/ ou coûteux pour les entreprises affectées. Progressivement, l impact net de financements restreints, moins flexibles et/ou plus onéreux se traduira par une baisse d activité commerciale pour les entreprises touchées, une baisse qui se répercutera sur d autres entreprises de la chaîne d approvisionnement en raison de la diminution de la demande de matériaux, de produits intermédiaires et de main-d œuvre Les hypothèses ont deux effets sur le modèle : un impact immédiat pour les entreprises qui ne peuvent trouver d alternatives appropriées, pratiques et abordables au financement des CC (ce qui, en retour, aura des répercussions secondaires sur les autres entreprises de la chaîne d approvisionnement) des effets à plus long terme sur le potentiel de croissance de l économie dans son ensemble suite à l indisponibilité du financement des CC L ajustement à la baisse des taux de croissance sectoriels annuels moyens pour la production effectué dans le cadre du scénario de la «contribution actuelle» a été basé sur les résultats de la recherche documentaire, des interviews de parties prenantes et des interviews d entreprises utilisatrices menés par SQW dans le cadre de cette étude L approche utilisée a consisté à évaluer la sensibilité potentielle de chacun des 28 secteurs à une suppression immédiate du financement des CC et à un accroissement de la concurrence pour les alternatives L échelle des ajustements a varié de zéro (aucune sensibilité) à un ajustement maximum pour des secteurs ayant été évalués comme très sensibles à l indisponibilité de sources flexibles de financement de fonds de roulement. La plage des ajustements allait de zéro à un ajustement à la baisse maximum de 0,025% 1 La production économique est la valeur des biens et services produits sur une période de temps dans chaque pays. La valeur de la production économique est l un des moyens disponibles pour mesurer le PIB. Les autres approches se concentrent respectivement sur les dépenses et les revenus. 2 Une liste complète des secteurs est fournie en annexe de ce rapport. 3 Les prévisions économétriques sous-jacentes ont été effectuées en mai

10 par an du taux de croissance futur anticipé des secteurs les plus sensibles à une disponibilité restreinte du financement du fonds de roulement. Toutefois, l échelle des ajustements pour les secteurs sensibles n était pas la même dans chacun des quatre pays. Ceci est dû au fait que les résultats de la phase de recherche de l étude suggéraient que l étendue du recours historique et actuel aux produits financiers des CC variait significativement pour certains secteurs dans chacun des quatre pays Suite à ces différents ajustements sectoriels fondés sur les résultats de la phase de recherche de l étude, les ajustements des taux de croissance futurs anticipés des secteurs ont été déterminés et ont été rentrés dans le modèle. Le modèle économétrique calcule ensuite les effets du deuxième tour et des tours suivants résultant des effets du premier tour sur tous les secteurs de l économie. Par exemple, les entreprises des secteurs susceptibles de souffrir de répercussions négatives directes d une disponibilité restreinte du financement des CC achèteront moins de biens intermédiaires et autres facteurs de production, ce qui, en retour, aura des répercussions négatives sur les entreprises qui fournissent ces mêmes biens intermédiaires et autres ressources. Cela se traduira à son tour par une réduction des achats de ces entreprises, et l effet de ricochet se propagera à l ensemble de l économie. Des ajustements similaires ont également été effectués pour les taux de croissance annuels de l emploi Les répercussions en aval entraînées par une future baisse de performance sur d autres secteurs industriels et commerciaux sensibles ont été modélisées à partir d équations couvrant les facteurs de l investissement, de la productivité, du commerce, de la demande de matériaux et du marché du travail. Ce procédé a conduit à des estimations pour la production totale de l ensemble du secteur et l emploi total par secteur pour chaque pays et chaque sur la période Le résultat final est une série de prévisions de la production économique qui seront inférieures aux prévisions équivalentes produites en vertu du cas de référence. Le niveau de contribution économique nette existant des produits financiers des CC peut être estimé en soustrayant les résultats du scénario de contribution actuelle à ceux du cas de référence. Scénario de croissance 1.26 Le scénario de croissance modélise un futur alternatif dans lequel une utilisation et une disponibilité accrues des produits financiers des CC permettent aux entreprises de mieux exploiter leur potentiel de croissance. Ce scénario suit la logique inverse du scénario de contribution actuelle : un accès renforcé à un financement flexible du fonds de roulement (sous la forme des produits financiers des CC) et un recours accru à celui-ci rendront les projets d investissements, la Recherche & Développement, l innovation produit, le développement de nouveaux marchés (dont les exportations) et/ou l investissement dans la maind œuvre plus faciles et/ou moins coûteux. répercussions positives sur d autres entreprises de la chaîne d approvisionnement grâce à une augmentation de la demande de matériaux, de produits intermédiaires et de main-d œuvre L échelle des ajustements à la hausse des taux de croissance annuels moyens de la production (et de l emploi) des secteurs considérés comme pouvant bénéficier d une disponibilité accrue du financement des CC a été basée sur les conclusions des entretiens menés par SQW avec des parties prenantes et des entreprises utilisatrices pour les besoins de cette étude. Pour résumer, la réaction potentielle de chacun des 28 secteurs à une disponibilité accrue du financement des CC a été évaluée d après les résultats obtenus lors de la phase de recherche de l étude (recherche documentaire et entretiens). L échelle des ajustements a varié de zéro (aucune réaction) à un ajustement maximum pour les secteurs évalués comme les plus limités par les niveaux existants de disponibilité des fonds de roulement et d utilisation des instruments financiers des CC La plage des ajustements a varié de zéro à un ajustement à la hausse maximum de : 0,02 % par an du taux de croissance futur anticipé de la production 0,05 % par an du taux de croissance futur anticipé de l emploi pour les secteurs considérés comme étant les plus susceptibles de réagir positivement à une disponibilité accrue des produits financiers des CC L échelle des ajustements pour les secteurs a toutefois varié dans les quatre pays, les résultats de la phase de recherche de l étude ayant suggéré que l étendue des contraintes actuelles et la pénétration moins importantes des produits financiers des CC variaient significativement pour certains secteurs dans les quatre pays Une fois les ajustements du premier tour calculés, l effet de ricochet potentiel sur le reste de l économie a été estimé à l aide d équations couvrant les facteurs de l investissement, de la productivité, du commerce, de la demande de matériaux et du marché du travail. Ce procédé a conduit à des estimations pour l ensemble de la production pour la totalité du secteur et l emploi total par secteur pour chaque pays et chaque sur la période Le résultat final est une série de prévisions de la production économique (et de l emploi) qui seront supérieures aux prévisions équivalentes produites en vertu du cas de référence. La contribution économique nette supplémentaire potentielle d un recours accru au produits financiers des CC est estimée en soustrayant les résultats du scénario de croissance de ceux du cas de référence. Le chapitre suivant présente une vue d ensemble des recherches effectuées sur le marché des CC en France, ainsi qu une évaluation de la contribution actuelle et potentielle future du financement des CC à la production économique et à l emploi en France Progressivement, l impact net de financements du fonds de roulement plus accessibles, plus flexibles et/ou moins onéreux entraînera une augmentation de l activité commerciale des entreprises bénéficiaires, ce qui aura en retour des 8

11 2: Comptes Clients : France Contexte 2.1 Les conditions économiques en France se sont améliorées suite à la récente récession. En conséquence, les entreprises nécessitent un accès renforcé et adapté aux fonds de roulement pour répondre aux opportunités et pour se développer, et l offre de crédits devient plus souple pour tous les types de financements. 2.6 GE Capital nous a fourni des données qui illustrent les récentes tendances de leur activité de financement des CC en France pour toute une gamme d instruments. Le graphique ci-dessous montre le détail par secteur d activité de la fourniture en décembre 2010 : Graphique 3-2 : Répartition par secteur de l affacturage de GE Capital en France 2.2 Les entreprises qui utilisent les produits des CC sont enthousiastes et conscientes des bénéfices commerciaux, même si, actuellement, seule une faible proportion des entreprises pouvant prétendre à des financements des CC en bénéficient, principalement par manque d information. Ce constat, associé aux bénéfices que certains utilisateurs tirent des CC (en particulier dans l industrie de la fabrication), signifie que l octroi renforcé de financements peut engendrer des bénéfices financiers et économiques importants. 2.3 En France, l affacturage est de plus en plus considéré comme une solution efficace pour gérer les créances clients des entreprises, en leur offrant un financement qui complète (voire remplace en partie) les services bancaires traditionnels. De nombreuses PME françaises considèrent de plus en plus l affacturage comme une source de liquidités qui leur permet de s adapter à l évolution de leurs besoins. 2.4 Les entreprises utilisant l affacturage gagnent en compétitivité, notamment en convertissant les coûts fixes en coûts variables. Par ailleurs, l affacturage peut davantage élargir les sources de financement à court-terme que ne le font les produits traditionnels. Ces entreprises ont ainsi la possibilité de maintenir leurs lignes avec leurs partenaires bancaires, qui acceptent sans hésiter l effet de commerce émis par le procédé d affacturage. Par conséquent, en France, les créances clients représentent en moyenne 40 % des actifs d une entreprise. 2.5 Le graphique ci-dessous représente les tendances récentes pour l ensemble du marché de l affacturage en France. Les données indiquent que la récession de n a entraîné qu un recul temporaire de la croissance du recours au financement des CC, à nouveau en forte progression. Graphique 3-1 : Récentes tendances du volume d affacturage en France, en milliards d euros 200M 180M 160M 140M 120M 100M 80M Source : SQW, de différentes sources Industrie Primaire Construction Industrie de Transformation Transport Utilities Vente au Détail Source : GE Capital, données interprétées par SQW Financier Services Commerciaux Autres Services 2.7 Le graphique montre qu en France, l activité (en valeur) concerne principalement l industrie de la fabrication (44,5 %). Le secteur de la vente au détail et de la distribution (17,8 %), les services financiers (15,3 %) et les services aux entreprises (13,2 %) constituent également une importante source de clients. Les données de GE Capital montrent également une importante reprise de la demande, en particulier depuis septembre Entretiens avec les parties prenantes 2.8 Les entretiens avec les parties prenantes menés dans le cadre de la présente étude avaient pour but d obtenir des réponses sur une série de questions concernant les tendances récentes et futures de la demande et de la disponibilité des fonds de roulement pour les entreprises, notamment le financement des CC et autres produits et instruments (concurrents et/ou complémentaires). Les questions concernaient également les impacts potentiels sur la croissance commerciale et la performance du niveau de disponibilité du financement des CC et des coûts associés. 2.9 Voici les points clés soulevés au cours de ces entretiens : Demande de fonds de roulement : toutes les personnes interviewées se sont accordées à dire que la demande de fonds de roulement est maintenant importante, après une 9

12 chute au cours de l année Il est également avéré que dans certains cas, la demande demeure insatisfaite. Autre inquiétude soulevée : la position concurrentielle des PME en France semble s être détériorée par rapport à la situation des principaux concurrents. Le principal moteur d augmentation de la demande est la reprise des marchés dans le contexte de l après-récession. Disponibilité des fonds de roulement : toutes les personnes interviewées se sont accordées à dire que les banques adoptent une approche beaucoup plus sélective et conservatrice en matière de prêt aux entreprises, et qu elles considèrent les emprunts moins élevés comme peu intéressants. L une des personnes interrogées a cité une étude interne selon laquelle 23 % des entreprises envisageaient de réduire leurs demandes de crédits en raison des difficultés et des coûts encourus pour obtenir le financement d une banque. Autre remarque formulée : si le financement des CC a été plus restreint pour certains utilisateurs au cours de la crise économique, tout le monde s accorde à dire que la disponibilité des financements des CC n a pas autant baissé que le financement bancaire. Impacts sur l activité et les secteurs : un certain nombre de personnes interviewées ont remarqué que des financements plus restrictifs freinaient bien plus la capacité des PME à développer leurs activités. Les secteurs de la construction et de l automobile ont été cités comme particulièrement touchés par la restriction des emprunts. Tendances des coûts de financements et répercussions sur l activité et les secteurs : les coûts de financement (pour toutes les formes de crédit) suivent une tendance à la hausse en France depuis le mois de septembre Les remises sur factures ont été perçues comme aussi compétitives que les emprunts bancaires, mais l affacturage a été perçu comme étant parfois plus cher. L augmentation des coûts de financement associée à une disponibilité restreinte (notamment pour les emprunts bancaires) a été perçue comme faisant peser un effet potentiellement modérateur sur l activité commerciale, et en particulier sur l investissement des entreprises. Les secteurs les plus touchés semblent être l automobile et l industrie aérospatiale. Tendances futures attendues : Globalement, tout le monde s est accordé à dire que les conditions du marché du crédit pouvaient se durcir, entraînant des restrictions supplémentaires sur les emprunts et des répercussions importantes sur l activité commerciale et l investissement. Un facteur clé potentiel a été mentionné par plusieurs des personnes interrogées. Il s agit du renforcement des restrictions dans le cadre de la réforme «Bâle III», perçue comme risquant d entraîner des crédits plus coûteux et plus restreints 4. Autres commentaires : L affacturage en France est généralement offert aux entreprises dont le chiffre d affaires est supérieur à Certains secteurs sont généralement exclus, notamment les entreprises de construction, les institutions financières et les sociétés Business to Consumer (B2C). Alors que entreprises bénéficient actuellement du procédé d affacturage en France, l association ASF estime à plus de le nombre potentiel d entreprises qui pourraient bénéficier de l affacturage. Interviews d entreprises 2.10 Seize entreprises françaises ont été interviewées dans le cadre de cette étude 5. Toutes ces entreprises ont recours aux financements des CC, et toutes sont des clientes actuelles de GE Capital. Les entretiens ont été menés avec les cadres supérieurs des entreprises, généralement les Directeurs financiers ou d autres cadres de l équipe financière, et dans certains cas avec le PDG. Un résumé des réponses données figure ci-dessous. Environnement commercial : toutes les entreprises ont signalé une performance accrue au cours des derniers mois. Les principales raisons identifiées comprenaient une amélioration générale de l environnement commercial et des facteurs plus spécifiques comme des tarifs défiant toute concurrence et une meilleure qualité du service ou du produit. Position et financement du flux de trésorerie : La majorité des personnes interrogées ont exprimé une inquiétude ou une prudence concernant leur flux de trésorerie. Environ un tiers des entreprises ont signalé qu elles avaient dû faire face à des difficultés pour obtenir un crédit bancaire au cours de l année précédente. Comme l a dit l une des personnes interrogées : Lorsque les conditions commerciales sont plus difficiles, de nombreuses PME subissent des restrictions de leurs financements. Il est ainsi possible de passer à côté d opportunités, et nous pouvons être exposés à des problèmes de trésorerie qui peuvent nous mettre en danger d échec. Utilisation et disponibilité des financements : Toutes les personnes interrogées ont affirmé que les financements des Comptes Clients avaient considérablement aidé leur entreprise à faire face aux défis de l après-récession et enclencher la reprise. Environ la moitié des sociétés ont indiqué que les emprunts et/ou les découverts bancaires étaient également importants pour leurs entreprises. Concernant les tendances en matière de coût du financement au cours des 12 derniers mois environ, les réponses ont été très variées. La moitié des personnes a indiqué que le coût du financement avait augmenté (dans certains cas de façon importante). Impact sur les entreprises : Près des trois-quarts des entreprises ont indiqué que les conditions du marché financier avaient eu des répercussions négatives sur leurs activités commerciales, le plus souvent un investissement en capital retardé ou réduit. Ces réponses ne concernaient pas seulement les entreprises de l industrie de la fabrication, mais aussi le secteur des services et les entreprises de vente au détail/en gros. Comme l a dit une personne interrogée : Le coût du crédit a eu un impact réel sur l investissement pendant la période En conséquence, nous avons dû réduire notre programme d investissement et restreindre une partie de notre activité. La disponibilité moindre du crédit et la hausse de son coût ont donc eu des répercussions négatives directes sur notre activité. Utilisation et impact des produits de financement des CC : toutes les entreprises interrogées avaient recours à l affacturage, et environ la moitié d entre elles utilisaient les remises sur facture. Le seul «inconvénient» mentionné par les entreprises dans l utilisation des CC est leur coût. Toutes 10 4 Bâle III est une proposition de réglementation bancaire instituant notamment un ratio de liquidité. Elle a été votée par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. 5 Les entreprises comptent en moyenne 135 salariés. Leur effectif varie entre 6 et 700 salariés et leur CA annuel moyen entre 1M et 90M, avec une moyenne légèrement inférieure à 30M. Les entreprises sont implantées à travers toute la France. La répartition par secteur était relativement équitable, avec huit entreprises dans l industrie de la fabrication, quatre dans le secteur tertiaire et quatre dans la distribution au détail et la vente en gros.

13 les entreprises interrogées, à l exception de deux d entre elles, ont révélé qu elles prévoyaient d utiliser autant, voire plus, de produits financiers des CC au cours des 12 prochains mois. Les principaux avantages commerciaux cités sont : a a une meilleure faculté de reprise financière, notamment la capacité de faire face aux pics d activité et aux creux (y compris les fluctuations saisonnières de la demande) et la possibilité d une trésorerie plus régulière. un financement de la croissance et du développement de l entreprise : un certain nombre d entreprises ont mentionné qu elles utilisaient des solutions de financement CC depuis environ dix ans, et que cette utilisation avait eu un lien direct avec la croissance de leur entreprise au cours de cette période Les utilisateurs du financement des CC interrogés pour les besoins de cette étude en France étaient globalement très satisfaits : (1) Au cours de l année passée, l affacturage nous a vraiment aidés à développer notre activité. Cela nous a en particulier aidé à respecter nos échéances financières et à tenir nos engagements vis-à-vis des fournisseurs et autres créanciers. C était vital pour nous, car tandis que notre trésorerie était limitée, les paiements de nos clients étaient de plus en plus tardifs. (2) L affacturage est une solution idéale pour nous, étant donné que le marché pour nos produits est excessivement saisonnier. L affacturage nous permet de faire face aux fluctuations de notre cycle de trésorerie normal. (3) L affacturage permet d obtenir un flux de trésorerie régulier et évite les problèmes inhérents aux retards de paiement des clients. Nous utilisons cette méthode depuis près de dix ans et c est devenu une partie intégrante de notre façon de fonctionner. (4) Le grand avantage de l affacturage, c est la flexibilité qu il apporte à l entreprise, en particulier pendant les périodes d expansion. L affacturage nous permet de répondre rapidement et efficacement à la hausse de la demande de nos produits en réapprovisionnant notre stock. Importance actuelle et future potentielle du financement des CC Cas de référence 2.12 À partir des conclusions des recherches de données et des entretiens avec les différentes parties prenantes et entreprises, nous sommes en mesure d estimer la contribution actuelle du financement des CC à l économie française. Le point de départ est l établissement du cas de référence. Le premier tableau cidessous indique les niveaux futurs de production économique totale prévus pour tous les secteurs d activité, mesurés en milliards d euros à partir des tarifs de Les résultats sont également présentés sous forme d indice, où le quatrième 2007 = 100,0. Le tableau présente également les niveaux attendus en termes d emploi total (exprimé en milliers). Toutes les données figurant dans le tableau sont basées sur des prévisions économétriques datant du mois d avril D après le présent cas de référence, l économie française devrait atteindre 486 milliards d euros (tarifs 2005) d ici le quatrième 2020, ce qui représente une croissance d environ 19 % par rapport au quatrième Au cours de la même période, l emploi devrait augmenter de 3,3 % pour atteindre 24,3 millions d emplois. Tableau 3-1 : Cas de référence : production économique et emploi, France, Indicateur Production en milliards d euros Indice de production Emplois (en milliers) Indice des emplois ,555 23,277 23,606 23,874 24, Source : SQW, selon les prévisions d Oxford Economics Scénario de la Contribution Actuelle 2.13 La prochaine étape consiste à examiner la contribution actuelle et future anticipée des niveaux existants d utilisation des produits financiers des CC en France jusqu en Cette évaluation des avantages attendus des niveaux actuels de fourniture est appelée scénario de la contribution actuelle. L évaluation a été effectuée en estimant l impact potentiel d un retrait hypothétique du financement des CC de l économie française à partir de On prévoit que l économie française connaîtra une croissance d environ 19 % entre 2007 et 2020 conformément au cas de référence, et sans l apport du financement des CC, cette croissance potentielle serait grandement restreinte. Nous estimons la production économique apportée par le financement des CC à environ 15,5 milliards d euros sur la période , ce qui représente environ 20 % de la croissance totale attendue sur cette période De plus, l impact immédiat de l absence du financement des CC sur l économie française serait particulièrement significatif. Nous estimons qu un retrait soudain des services de CC réduirait la taille de l économie française d environ 3,9 milliards d euros par au Bien sûr, ce scénario n est aucunement considéré comme probable, mais sert à souligner la valeur de la contribution actuelle du financement des CC pour l économie française Un paysage similaire émerge de l emploi. Selon le cas de référence, l économie française est censée créer environ nouveaux emplois sur la période , et une proportion significative de ces emplois serait perdue si le financement des CC s avérait indisponible. Nous estimons qu il y aurait environ emplois de moins en France d ici 2020 (comparé à 2007) si les instruments des CC n étaient pas accessibles aux entreprises françaises à partir de Les résultats pour 11

14 la production économique et les emplois sont présentés cidessous. Tableau 3-2 : Contribution actuelle : production économique et emploi, France, Indicateur Production en milliards d euros Indice de production Emplois (en milliers) Indice des emplois Source : SQW ,555 23,277 23,466 23,693 23, Nous estimons en outre que l impact immédiat d une perte du financement des CC serait la perte directe et indirecte plus ou moins immédiate de près de emplois pour l économie française. En d autres termes, on estime que le financement des CC est responsable de près de emplois en France au Le tableau ci-dessous résume la différence entre le scénario de la contribution actuelle et le cas de référence pour la France, en se concentrant sur les différences entre les résultats d indice des deux scénarios. Tableau 3-3 : Scénario de la Contribution Actuelle : comparaison avec le cas de référence, France, Indicateur Indice de production Indice d emploi Source : SQW Outre la situation économique dans son ensemble, nous avons étudié le scénario de la contribution actuelle en nous penchant spécifiquement sur l industrie de la fabrication, qui a beaucoup recours au financement des CC en France. Tableau 3-4 : scénario de la contribution actuelle : impact sur l industrie de la fabrication, France, Indicateur Production totale en milliards d euros Total des emplois en milliers Production de l industrie de la fabrication en milliards d euros Emplois de l industrie de la fabrication (en milliers) Source : SQW 2.19 Ainsi, sur les quelque 15,5 milliards d euros de croissance attendue en production économique trimestrielle d ici 2020 rendus possibles par la disponibilité des financements des CC, 4,1 milliards d euros (26,5 %) concernent le secteur de la fabrication. De même, sur les emplois supplémentaires liés au financement de CC, se trouvent dans le secteur de la fabrication. Scénario de croissance 2.20 Jusqu ici, nous avons imaginé un futur hypothétique où les financements des CC étaient indisponibles, dans le but de nous aider à évaluer la contribution sous-jacente potentielle du financement des CC en termes de croissance future anticipée de l emploi et de la production. Il convient maintenant de développer un scénario futur alternatif qui donne une idée de ce à quoi ressemblerait l avenir si davantage d entreprises étaient informées des avantages commerciaux des financements des CC et pouvaient y prétendre Bien que seulement environ entreprises profitent actuellement de l affacturage en France, on estime le nombre potentiel d entreprises à qui ce procédé pourrait bénéficier à plus de (comme l ont indiqué certaines parties prenantes et entreprises interrogées). Cependant, il serait faux d affirmer que l affacturage est adapté à tous les secteurs économiques et à toutes les entreprises au sein d un même secteur. Les résultats de ce scénario de croissance en termes de production économique et d emploi sont présentés ci-dessous. Tableau 3-5 : Scénario de croissance potentiel : production économique et emploi, France, Indicateur Production en milliards d euros Indice de production Emplois (en milliers) Indice des emplois ,555 23,278 23,630 23,926 24, Source : SQW 12

15 2.22 Le tableau ci-dessous résume la différence entre le scénario potentiel de croissance et le cas de référence, en se concentrant sur les différences des résultats d indice des deux scénarios. Tableau 3-6 : Scénario de croissance potentiel : comparaison avec le cas de référence, France, Indicateur Indice de production Indice d emploi Source : SQW Bien que l économie française soit censée croître d environ 19 % au cours de la période , nous estimons que si le potentiel du financement des CC était pleinement exploité, la croissance dans son ensemble pourrait être considérablement plus importante. Nous estimons ce potentiel de croissance supplémentaire à environ 13,5 milliards d euros en production économique trimestrielle, ce qui correspond à une augmentation de 2,7 % de la production économique au-delà du niveau attendu pour le quatrième 2020 selon le cas de référence. Cette augmentation de la production économique correspond à une augmentation de 0,21 % du taux de croissance annuel moyen au cours de la période En ce qui concerne l emploi, selon le cas de référence, l économie française est censée créer environ nouveaux emplois entre 2007 et Mais si le financement des CC était pleinement exploité, emplois supplémentaires pourraient être créés d ici 2020 en France par rapport au cas de référence Nous avons également soumis l industrie de la fabrication au scénario du plein potentiel, le financement des CC étant une méthode très populaire parmi les entreprises de ce secteur en France. Synthèse des impacts combinés potentiels 2.27 L impact combiné des scénarios de la contribution actuelle et de la croissance accélérée peut être considéré comme la valeur ajoutée potentielle totale du financement des CC pour l économie française. Le graphique ci-dessous illustre cette valeur supplémentaire progressive (en termes de production économique sur la période La valeur totale qui serait générée d ici 2020 est d environ 29 milliards d euros par, sur lesquels 15,5 milliards d euros de «contribution actuelle» sous-jacente et 13,5 milliards d euros de potentiel de nouvelle croissance supplémentaire. Figure 3-3 : impact combiné de la croissance et des contributions sous-jacentes : Production en milliards d euros T1 Croissance potentielle de la production en France - cas de référence Contribution actuelle à la production en France - cas de référence 2009T4 Source : SQW 2010T3 2011T2 2012T1 2012T4 2013T3 2014T2 2015T1 2015T3 2017T2 2018T1 2018T4 2019T3 2020T2 Tableau 3-7 : Scénario du plein potentiel : impacts sur l industrie de la fabrication, France, Indicateur Production totale en milliards d euros Production de l industrie de la fabrication en milliards d euros Total des emplois en milliers Emplois de l industrie de la fabrication (en milliers) Source : SQW 2.26 Ainsi, sur les 13,5 milliards d euros de production économique trimestrielle supplémentaire potentiellement disponibles d ici le quatrième 2020 si le financement des CC était pleinement exploité par les entreprises françaises, 4,7 milliards d euros (35 %) concernent le secteur de la fabrication. De même, sur les emplois supplémentaires qui pourraient être créés si le financement des CC était utilisé à la hauteur de son potentiel, emplois se situeraient dans ce secteur. 13

16 2.28 Le graphique suivant illustre le même effet, mais pour l emploi. Figure 3-4 : impact combiné de la croissance et des contributions sous-jacentes : Emplois (en milliers) 200 Croissance potentielle des emplois en France - cas de référence Contribution actuelle à l emploi en France - cas de référence 2.29 Le graphique montre que, d ici 2020, près de emplois supplémentaires seraient gagnés, sur lesquels environ emplois seraient soutenus par la contribution actuelle (à savoir sous-jacente) et nouveaux emplois seraient gagnés grâce au potentiel de croissance accélérée T1 2009T4 2010T3 2011T2 2012T1 2012T4 2013T3 2014T2 2015T1 2015T3 2017T2 2018T1 2018T4 2019T3 2020T2 Source : SQW Case Study: Factoring Adecom L entreprise Adecom, est spécialisée dans la signalétique extérieure et intérieure (lettre adhésive, impression numérique, façonnage et finition). Elle propose l impression numérique grand format de visuels pour des grandes enseignes. Basée en région parisienne, elle a été créée en 1998 et est composée de 5 personnes. Depuis sa création, son chiffre d affaires est compris entre et 1,2 million d euros. A la suite de difficultés de financement en 2002, Paul Alves, co-gérant, s est tourné vers une solution Loi Dailly auprès de sa banque. Après quelques années, cet établissement bancaire a cessé ce mode de financement et a souhaité se repositionner sur des entreprises de taille plus importante, ce qui a conduit Paul Alves, à rechercher un nouveau partenaire financier. Pour une TPE telle qu Adecom, certains clients réglant leurs factures à 120 ou 160 jours, la réduction des délais de paiement est cruciale. C est pour cette raison qu Adecom fait appel, en 2010, à GE Capital Factofrance, pour la mise en place d une solution d affacturage classique pour la quasi-totalité de son compte client (entre à euros par mois). Pour Adecom, s appuyer sur un factor est intéressant à plusieurs niveaux. Au quotidien, Paul Alves souligne la réactivité de l équipe de GE Capital Factofrance : «Quand je transmets une facture dans l après-midi, mon interlocuteur de GE Capital Factofrance fait en sorte d accélérer le processus de vérification afin que j obtienne le financement dès le lendemain. Auparavant, avec le système de la Dailly, il me fallait parfois attendre 4 à 5 jours». Il explique également que le recours à l affacturage a contribué au maintien d un bon équilibre financier de son entreprise notamment en palliant les délais de paiement induits par la LME (Loi de modernisation de l économie). Enfin, le financement du poste client a notamment permis la création d un nouvel emploi ainsi que le financement d investissements ponctuels tels que l achat de matériel indispensable à son activité, comme par exemple, une machine à coudre professionnelle d une valeur d environ euros et à l avenir une machine à souder les bâches. 14

Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan.

Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan. Le facteur CC économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan. Sommaire L objectif du présent rapport est d évaluer les avantages du financement des Comptes

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Checklist pour éventuelle utilisation incorrecte du crédit de caisse.

Checklist pour éventuelle utilisation incorrecte du crédit de caisse. Circulaire P11905 FEB187551 Published CORP 2013-004 Checklist pour éventuelle utilisation incorrecte du crédit de caisse. La checklist ci-dessous permet à l'entrepreneur de vérifier s'il utilise correctement

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Affacturage : concept, évolution et défis. Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD

Affacturage : concept, évolution et défis. Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD Affacturage : concept, évolution et défis Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD Evolution - Les débuts de l affacturage Initialement utilisé pour le commerce international. Les affactureurs agissent

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 21 - Contact : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion & Stratégie d Entreprise flore-aline.colmet.daage@ifop.com

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Animé par : Valérie

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail