INTRODUCTION GENERALE...2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION GENERALE...2"

Transcription

1 SOMMAIRE INTRODUCTION GENERALE....2 CHAPITRE 1: CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE 4 SECTION 1: PROBLEMATIQUE ET OBJECTIFS DE LA RECHERCHE... 4 SECTION 2: REVUE DE LITTERATURE SECTION 3: METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE.. 23 CHAPITRE 2: ETAT DES LIEUX DE LA CORRUPTION DANS L'ESPACE UEMOA SECTION 1 : ANALYSE DE LA SITUATION SOCIOECONOMIQUE DES PAYS DE L'UEMOA. 38 SECTION 2 : INSTRUMENTS ET MECANISMES, CAUSES ET CONSEQUENCES DE LA CORRUPTION DANS L'ESPACE UEMOA 48 CHAPITRE 3: ANALYSE DES EFFETS DE LA CORRUPTION SUR LA CROISSANCE ECONOMIQUE DES PAYS DE L'UEMOA 56 SECTION 1 : RESULTATS DES ANALYSES..56 SECTION 2 : INTERPRETATION ET IMPLICATIONS DE POLITIQUES ECONOMIQUES. 61 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES. 75 1

2 INTRODUCTION La corruption est un phénomène planétaire qui ne cesse de gagner du terrain dans les pays à économie de transition (Begovic, 2007). Cette montée se fait dans un contexte caractérisé par des niveaux d'inégalité les plus élevés qu'a connus l'histoire. Les 20% les plus riches de la population mondiale se disputent presque 70% du revenu total tandis que les 20% au bas de l'échelle des revenus n'en reçoivent que 2% (Christensen, 2007) Selon le sous-secrétaire d'etat américain (Eizenstat, 1998), l examen de la conjoncture mondiale montre que la recherche d une croissance économique soutenue a réservé des surprises aussi bien pour les pays en voie de développement que ceux industrialisés. Ces turbulences économiques sont essentiellement dues d'une part, à l'étroitesse des liens existants entre les économies du monde, et d'autre part aux perturbations enregistrées dans les pays en développement dont le capitalisme est aux forts relents de népotisme et de corruption. En effet, l'union Africaine estime que cent quarante huit (148) milliards de dollars quittent chaque année le continent à cause de la corruption (Christensen, 2007). Ces dernières années, la corruption a eu des conséquences désastreuses au Nigéria, en Indonésie et en Russie, pour ne citer que ces exemples, parce qu elle a entraîné la corrosion du régime économique et politique de ces pays. Rien d étonnant, dès lors, que ceux-ci figurent en 2007 au nombre des plus corrompus selon l indice créé par l association «Transparency International» : sur 180 pays répertoriés, ils occupent respectivement la 149eme, la 144eme et la 145eme places. Au Nigéria, l ancien Président, le général Sanni Abacha et ses acolytes ont détourné des milliards de dollars qui auraient dû revenir à l industrie pétrolière, la principale richesse du pays, qui assure 80 % des recettes de l Etat. Le détournement des fonds destinés au trésor public a été à l origine de la nette détérioration de l infrastructure et des services sociaux, sans compter que les raffineries pétrolières du secteur public se sont presque effondrées. Le revenu par habitant, qui a atteint jusqu à 800 dollars dans les années quatre vingt, est tombé maintenant à moins de 300 dollars. Lorsque ce pays riche en pétrole s est trouvé en proie à la dépression et à la pénurie de carburant, les autorités ont durci leur répression, déterminées qu elles étaient à ne pas céder un pouce de terrain. Seule la disparition prématurée du général Abacha a permis aux réformes politiques et économiques de faire leur chemin (Eizenstat, 1998). Dans le cas notoire de l Indonésie, les banques publiques ont financé des projets dans lesquels trempaient la famille et les amis de l ancien président Suharto, ceci montre aussi que la 2

3 corruption des pouvoirs publics sape l économie nationale. Dans les années quatre vingt dix, les banques ont laissé s accumuler les arriérés des remboursements de prêts et contourner la réglementation visant à empêcher les emprunts excessifs en devises, tant et si bien que, tout le système financier a commencé à s écrouler lorsque la roupie s est trouvée dévaluée en Conséquence directe des faillites et des licenciements massifs, près de la moitié des 200 millions d habitants que compte l Indonésie ont sombré une nouvelle fois dans la pauvreté (Eizenstat, 1998). La Russie offre un troisième exemple notable des effets de la corruption sur le développement politique et économique. Dans ce pays, les combines manigancées par une oligarchie 1 industrielle et financière de mèche avec des agents publics ont eu pour conséquences de fausser la privatisation, de saper les réformes économiques, de décourager les échanges commerciaux et les investissements et de miner la confiance du public dans les institutions de l Etat. Le piètre état dans lequel se trouve l économie, conjugué à la crise financière récente, a fait l effet d un véritable ballon d oxygène pour les anciens communistes et autres opposants aux réformes. La situation dans les pays de l Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine est loin d être reluisante. En effet à l analyse des données disponibles sur le phénomène dans l espace UEMOA, on est en raison de s inquiéter de sa persistance. Elle a sans doute un effet que nous ignorons sur la croissance économique. Dans tous les cas la zone UEMOA évoluera dans une incertitude économique tant que ce phénomène perdura. Il donc est important de réfléchir sur l'effet de la corruption sur l'économie des pays de l UEMOA. C'est ce qui fait l'objet de cette étude intitulée : Analyse des effets de la corruption sur la croissance économique des pays de l UEMOA : une étude réalisée sur la période Elle s'inscrit dans le cadre du mémoire de fin de formation à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l'université d'abomey-calavi. Elle s articulera autour de trois chapitres à savoir : - Cadre théorique et méthodologique de la recherche - Etat des lieux de la corruption dans les pays membres de l UEMOA - Analyse des effets de la corruption sur la croissance économique. 1 Système de gouvernement ou le pouvoir est aux mains de quelques privilégiés. (Eizenstat, 1998) 3

4 CHAPITRE I: CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE Il s'agira d'abord dans ce chapitre d'inscrire le sujet de l'étude dans un cadre théorique. Ensuite nous définirons la méthodologie à adopter. 4

5 Dans une telle démarche, il paraît important de commencer par aborder la problématique et les objectifs de la recherche de l'étude. SECTION I: Problématique et objectifs de la recherche Cette section nous permettra d'une part de définir la problématique de l'étude, les objectifs et hypothèses et d'autre part de montrer son intérêt. PARAGRAPHE I: La problématique Les pays en voie de développement en général et ceux de l espace UEMOA en particulier, sont confrontés d'une part, aux problèmes de réglementation inadéquate des banques, au caractère peu judicieux des décisions prises en matière d investissements, à l évaluation douteuse des risques, à l opacité des méthodes comptables et à l ouverture limitée de leur gouvernement et d'autre part, à la pauvreté (Eizenstat, 1998). Ces différents problèmes d ordres structurels auxquels sont confrontés les pays membres de l UEMOA que sont : Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo se sont vus aggravés par «une série d événements socioéconomiques tels que la crise économique des années 80, les Programmes d Ajustement Structurels (PAS), le changement de parité intervenu en janvier 1994, les conflits armés» (Ouattara, 2007) ou encore la crise financière actuelle. En outre, le taux de croissance moyen des pays membres de l UEMOA ces cinq dernières années n a guère dépassé la barre des 4,4% 2. Le graphique suivant retrace cette évolution ( ). Graphique 1 : Evolution du taux de croissance de la zone UEMOA de Rapport semestriel d'exécution de la surveillance multilatérale: annexes statistiques Juin

6 Source : Données du rapport semestriel d'exécution de la surveillance multilatérale: annexes statistiques Juin 2008 UEMOA/Département des politiques économiques. Une analyse du graphique retraçant l évolution de la croissance économique à long terme ( ) réalisé par (Ouattara, 2007) confirme la tendance observée dans le graphique 1, et qui montre que la croissance économique dans la zone UEMOA évolue en dents de scie. Et mieux, elle peut prendre des valeurs nulles ou négatives. Mais il faut reconnaître que, les reformes entamées ces dernières années ont globalement permis aux pays de l UEMOA de garder un taux de croissance positif au lendemain de la dévaluation du franc CFA et ce, jusqu à nos jours. Néanmoins ces taux de croissance (4,4% en moyenne dans la période ) sont encore loin du taux requis (7%) pour lutter efficacement contre la pauvreté et permettre d atteindre en 2015 les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Cette faiblesse des taux de croissance persiste dans un contexte caractérisé par plusieurs maux au nombre desquels figurent la corruption. Une analyse de l évolution de l Indice de Perception de la Corruption (IPC) de l ONG Transparency International indique une persistance et une stabilité relative du niveau de corruption dans la zone UEMOA, car la valeur moyenne annuelle de l IPC entre 2004 et 2008 est d environ 2,7. Le tableau suivant indique les valeurs de l IPC par pays membre et par année. Tableau 1 : Evolution de l IPC des pays de l UEMOA de 2004 à

7 N pays Burkina-Faso Bénin Côte d Ivoire Guinée Bissau Sénégal Mali Niger Togo UEMOA Sources : Rapports annuels de Transparency International de Il faut également retenir que les institutions de Bretton Woods sont de plus en plus exigeant quant au respect des normes de bonne gouvernance en l occurrence la lutte contre la corruption. Toutes choses sans lesquelles, elles deviennent très réticentes pour le financement des pays en voie de développement (Cartier-Bresson, 2000). De tout ce qui précède on identifie deux problèmes cruciaux à savoir : - La faiblesse du taux de croissance qui ne permet pas d'amorcer un réel développement économique. - La persistance d'un niveau élevé de corruption face à la faiblesse du taux de croissance économique D'où la question centrale : comment la corruption affecte t elle la croissance économique dans les pays de l UEMOA? De cette question centrale découlent d'autres plus spécifiques à savoir : - Comment la croissance économique évolue t elle par rapport à la corruption? - Comment la corruption influe-t-elle sur la croissance économique? C'est pour apporter quelques réponses à ces interrogations que j'ai choisi de réfléchir sur les effets de la corruption sur la croissance économique des pays de l'uemoa. 7

8 PARAGRAPHE II : Objectifs et Hypothèses de la recherche A- Objectifs Notre étude repose sur un certain nombre d'objectifs et d'hypothèses. Ils se situent à la fois sur un plan général que sur un plan spécifique. 1- Objectif général Il consiste à analyser l'effet de la corruption sur l'économie de la zone UEMOA et sur la période Objectifs spécifiques Il s'agit précisément dans le cadre de ce travail de : 1- Evaluer l'élasticité de la croissance économique par rapport à la corruption dans les pays de l UEMOA. UEMOA. 2- Déterminer l effet de la corruption sur la croissance économique de la zone B- Hypothèses De ce qui précède il découle les hypothèses ci-après : Hypothèse 1: la croissance économique est élastique à la corruption dans les pays de l'uemoa. Hypothèse 2 : la corruption ralentit la croissance économique dans les pays de l'uemoa. PARAGRAPHE III : L'intérêt de l'étude Les interrogations ci-dessus énumérées sont essentielles tant il est vrai que toute politique visant la correction d'un déséquilibre doit être suffisamment renseignée sur les causes du phénomène par la présentation des points de vue théorique, fonctionnel et opérationnel. Elles constituent les préoccupations autour desquelles est bâtie la présente étude et lesquelles préoccupations permettront de valider ou non, au plan empirique, les différentes constructions théoriques quant à l'impact de la corruption sur l'économie de la zone UEMOA. Par ailleurs, l'étude présente l'intérêt de tester, de présenter et de comparer un éventail d'explications rompant ainsi avec des approches beaucoup plus restrictives. Ainsi l étude se veut opérationnel, en ce sens qu elle fournit des éléments d analyses empiriques propres à renforcer les bases décisionnelles des autorités compétentes en matière de prévision et d'éradication de la corruption. 8

9 SECTION II : Revue de littérature Il s'agira dans cette section de passer en revue les différentes approches de la question de la corruption tant sur le plan théorique qu'empirique, tout en abordant les déterminants de la croissance économique. PARAGRAPHE I : Approches théoriques de la corruption et de la croissance économique. En économie comme dans plusieurs domaines scientifiques, les mots peuvent parfois revêtir des sens qui n'ont rien à avoir avec leur étymologie : c'est la terminologie. Ces terminologies font bien souvent appel à d'autres notions auxquelles elles sont liées. Ainsi, il est intéressant d'élucider le sens des concepts de la corruption et de la croissance au regard de la littérature économique et de les inscrire dans des cadres théorique et empirique pertinents. A- Clarification du concept de la corruption La clarification du concept de la corruption nous permettra d'une part d'aborder ses différentes approches de définition, et d'autre part d'en faire une typologie. 1- Approche de définition du concept de la corruption Du point de vue théorique, il est nécessaire d'aborder avant toute chose les différentes approches de définition du concept de la corruption. En effet, deux approches de définition de cette terminologie s'affrontent : celle dite endogène et celle exogène. La définition selon l'approche endogène fait de la corruption l abus d une charge publique à des fins privées. Cette approche est celle de Bardhan (1997) cité par Honlonkou (2007) qui définit la corruption comme étant «l'ensemble des pratiques d'usage abusif (illégales et/ou illégitimes) d'une charge publique procurant des avantages privés induits.» Au niveau international, elle est exprimée par la formule : Corruption = situation de monopole + pouvoir discrétionnaire responsabilité (F MI, 1998). Cette formule traduit bien l'idée de Banfield (1958), celles de Rose-Ackerman (1979) et de Klitgard (1988) qui affirment que la corruption pose un problème d'asymétrie d'information. 9

10 Dans un tel contexte, la maîtrise du phénomène dépend essentiellement des coûts de monitoring 3 que le centre de décision (dirigeants politiques) est prêt à supporter. Cette approche de définition qui est celle de la Banque Mondiale et qui concorde avec la pensée du lauréat du Prix Nobel Gary Becker qui a déclaré : «Si nous abolissons l'etat, nous abolissons la corruption» (Begovic, 2007). Elle est celle dite endogène, car elle considère la corruption comme un processus endogène à la politique. Elle se différencie de l'approche exogène par l'exclusion de la possibilité de corruption dans le secteur privé, et considère que la cause de la corruption réside dans l'autorité publique et dans son abus et lie la corruption à l'etat, à ses activités, à son intervention sur les marchés, et à l'existence du secteur public. La seconde approche de définition considère la corruption comme étant un processus exogène à la politique. L'une des définitions les plus séduisantes comme l'affirme Begovic (2007) est celle de Tanzi (1995) qui affirme que : «La corruption est la violation intentionnelle du principe d'impartialité dans le but de retirer de ce comportement des avantages pour soi-même ou pour des personnes avec lesquelles on est en relation» P 2. Trois éléments caractérisent cette définition. Le premier se réfère à la violation du principe d'impartialité, qui se caractérise par la préférence envers des agents économiques particuliers dans la prise de décisions économiques auxquelles sont associées plus d'une partie. Deux autres éléments sont nécessaires pour qu'il y ait corruption, il s'agit du caractère intentionnel de la violation du principe d'impartialité, et qui doit être fait dans le souci d'en tirer un avantage. Obtenir un avantage, ou procurer un bénéfice à l'agent économique corrompu peut revêtir plusieurs formes. Au delà de la notion répandue qui consiste à recevoir de l'argent, elle peut consister également en cadeaux ou en services rendus qui représentent des montants similaires. Offrir des bijoux de prix à la femme de la personne qui a violé le principe d'impartialité ou fournir un emploi bien rémunéré (pour peu de travail) à son fils est sans doute de la corruption (Begovic, 2007). Selon le même auteur la corruption entraîne de celui qui est corrompu pour celui qui corrompt, «une obligation informelle mais parfois contraignante à rendre le service ou à le payer en retour» P 3; cette obligation subsistant dans le temps, la possibilité d'obtenir des avantages de la personne corrompue subsiste également. En outre lorsqu'on conclut un contrat de corruption, le service à rendre n'est pas spécifié, mais il y a présomption d'obligation. 3 C'est l'opération qui consiste à suivre méticuleusement le fonctionnement d'un système, d'un processus en temps réel. Encyclopédie - Wikipédia 10

11 De ces deux approches théoriques celle qui sera adoptée dans le présent travail de recherche est celle qui fait de la corruption un processus endogène à la politique. Ce choix se justifie par le souci d'une meilleure gestion des biens publics et d'une redistribution efficiente et efficace des moyens mis à la disposition de l'etat par les contribuables, gage d'une bonne politique de réduction de la pauvreté. Elle est également celle adoptée par (Honlonkou, 2007) qui affirme que le secteur public est le déterminant de l'environnement économique. Ce choix nous amène à aborder les différents types de corruption. 2- Typologie de la corruption Dans le souci de catégoriser les formes de corruption, chaque auteur a apporté sa contribution sans pour autant se soucier de l'approche adoptée par les autres. Ce qui a conduit à l'existence d'une pléthore de charpentes de types de corruption. Ainsi les auteurs utilisent parfois des terminologies différentes pour désigner le même phénomène. En effet, certains auteurs ont classé la corruption en deux grandes catégories, et d'autres en trois et d'autres encore en quatre. Nous essaierons à travers le paragraphe suivant d'en aborder les plus significatives (catégories/formes), et d'en faire une synthèse. Selon Ventelou (2002) on distingue analytiquement deux sortes de corruption: celle des agents subalternes, qui profitent de leur poste pour s'enrichir au détriment d'un centre dont on suppose les objectifs raisonnablement bien définis; et celle des hommes politiques qui atteint le comportement du centre lui-même, et les relations entre le pouvoir politique et les électeurs. Le manuel du GOPAC quant à lui classe la corruption en quatre formes qui selon ses auteurs, sont étroitement liées. Il s'agit du pot-devin et du graissage de pattes; de la petite et de la grande corruption; de la corruption bureaucratique; et enfin de la corruption politique. Le pot-de-vin correspond au paiement que demandent les agents publics (ou offert par des agents privés) en échange de faveur comme un marché public. Le graissage de patte est l'argent payé à des fonctionnaires pour effectuer le travail pour lequel ils sont déjà payés, comme la délivrance d'un permis de conduire. Au second rang figure la petite et la grande corruption. La petite corruption est la collusion entre un fonctionnaire et un membre du public pour contourner le système à propos des transactions relativement moins importantes. Elle implique donc majoritairement des fonctionnaires subalternes. Par contre la grande corruption correspond à la subversion du système par de hauts fonctionnaires du gouvernement, des ministres et des chefs d'etat. En troisième lieu se trouve la corruption bureaucratique qui est l'abus de la latitude des fonctionnaires pour modifier ou contourner des règles et règlements en échange de certains 11

12 avantages. Elle survient le plus souvent lorsque d'importantes récompenses et pénalités se trouvent sous le contrôle d'un agent. Et pour finir cette seconde série des formes de corruption, nous définirons la corruption politique qui est le trafic d'autorité par des dirigeants politiques et peut même englober l'octroi de faveurs, des irrégularités dans les campagnes de financement et la fraude. C'est ce que Akakpo (2006) appelle les dépenses de corruptions électorales. Begovic (2007) affirme qu'il existe trois types de corruption: la corruption sans vol, la corruption administrative et la capture de l'etat. Il définit la corruption sans vol comme étant celle destinée à obtenir ou à accélérer la matérialisation d'un droit qu'un citoyen ou une entité peut faire valoir. Nous pouvons citer à titre illustratif la corruption d'un fonctionnaire lors de la délivrance d'un passeport. Le même auteur cite la corruption des fonctionnaires en vue de passer avant les autres dans l'obtention d'un service tout à fait légal, comme une version spécifique et plus agressive de cette forme de corruption. Dans son analyse, il ajoute que la fréquence de ce type de corruption est un bon indicateur de l'aptitude et de l'efficacité de l'administration d'un pays. La seconde variante de types de corruption selon (Begovic, 2007) est la corruption administrative qui est la demande de pot-de-vin par des fonctionnaires pour violer les règles. La caractéristique majeure de cette forme de corruption est que la législation et les politiques publiques ne sont pas appliquées convenablement. Elle peut être une réaction pour contourner les mauvaises politiques. Enfin la capture de l'etat vise à transformer les lois et règlement en vue de privilégier les intérêts de celui qui corrompt. «La présomption de base est que la législation et les politiques sont sous l'influence décisive de législateurs corrompus par quelques oligarques» (Begovic, 2007) P 6. Après avoir explicité le concept de la corruption et abordé ses différentes typologies, il est alors nécessaire d élucider le concept de la croissance économique qui constitue le deuxième axe de cette étude. B- La théorie de la croissance Depuis Adam Smith et sa richesse des nations, la croissance économique occupe l esprit de nombreux économistes. De nos jours, deux analyses tendent à être privilégiées : Les plus anciennes reposent sur les modèles néo-classiques développés par Solow- Swan (1956) ; 12

13 perspectives. La seconde, la théorie de la croissance endogène semblerait ouvrir de nouvelles 1- Le modèle de Solow 1.1- La fonction de production Le modèle de Solow se présente comme suit : la production (Y) est une fonction du capital (K), du travail (L) et du progrès technique (A), soit : Y t = F (K t ; A t L t ) Cette fonction vérifie les propriétés suivantes : Elle est homogène de degré 1 et à rendement d échelle constant ; c'est-à-dire que si tous les facteurs de production sont multipliés par une quantité donnée, il en sera de même pour la production. Comme F est homogène de degré 1, la fonction de production par tête s écrit : y t = f (k t ); où k t = k t /A t L t = Y t /A t L t sont deux grandeurs par tête on a : f (k t ) = F (K t ;1) La productivité marginale des facteurs de production est positive, mais décroissante au fur et à mesure que le capital augmente. f (0) = 0 ; f (k) > 0 ; f (k) < 0 La fonction de production est supposée remplir les conditions d Inada : f (0) = 0 ; sans capital pas de production f ( ) = ; la production n est pas bornée lim f (k) = et lim f (k) = 0 k 0 k 1.2- Le modèle Soit : s le taux d épargne ; n et g les taux de croissance respectifs de la main d œuvre et du progrès technique ; d le taux de dépréciation du capital ; on a : k = sf (k) (n + g + d)k Il existe pour chaque valeur de s, une valeur unique k*, constante au cours du temps qui vérifie : sf (k*) = (n + g + d)k* 13

14 Solow (1956) suppose que le progrès technique est neutre au sens de Harrod ; cela revient à considérer que la démographie et le progrès technique jouent à peu près le même rôle économique : la démographie détermine le nombre d unités de main d œuvre, le progrès technique celui de l efficacité d une unité de main d œuvre. D un point de vue économique c est l efficacité de l ensemble des unités de mains d œuvre qui compte. L analyse de Solow (1956) attribue l origine de la croissance par tête au montant de capital technique investi (machine, équipement, logiciels, infrastructure, etc.). Lorsque l investissement par tête dépasse le montant de la dépréciation du capital par tête existant, chaque travailleur dispose d un équipement plus performant et peut produire davantage. Toutefois, lorsqu on augmente le capital par tête, la production augmente mais pas de façon proportionnelle, (c est le principe des rendements décroissants). Ainsi, à force d augmenter le capital par tête, va venir un moment où la production par tête augmentera moins vite que cela ne coûte, jusqu à atteindre le sentier de croissance équilibré. Sur le sentier de croissance équilibré, le taux de croissance de la production est déterminé uniquement par le taux de croissance du progrès technique et de la main d œuvre. 2- les théories de la croissance endogène 2.1- Les sources de la croissance La théorie néo-classique identifie une seule source de croissance : l accumulation du capital physique. Les théoriciens n ignorent pas les autres sources, mais ils ne les intègrent pas explicitement dans les modèles, considérant que la variable exogène appelée «progrès technique» capte tous ces effets. A l inverse, les modèles de croissance endogène sont caractérisés par une grande diversité des sources retenues : investissement en capital physique, en capital humain, en capital public, apprentissage par la pratique, recherche et innovation technologique. Ces sources ont été de longues dates identifiées par les économistes, mais la croissance endogène les formalise pour la première fois, et permet donc de mieux comprendre leurs effets Le capital physique C est l équipement dans lequel investit une entreprise pour la production des biens et services. C est une source commune à l ancienne et à la nouvelle théorie, mais celle-ci le traite différemment. En effet, pour qu il y ait croissance auto-entretenue, il faut une constance du rendement marginal du capital. Le modèle fondateur de la croissance endogène [Romer, 14

15 (1986)] repose sur des phénomènes d externalité entre les firmes. En investissant dans de nouveaux équipements, une firme se donne les moyens d accroître sa propre production mais également celle des autres firmes concurrentes ou non. L explication de ce phénomène réside dans le fait que l investissement dans de nouvelles technologies est le point de départ à de nouveaux apprentissages par la pratique. Parmi les formes d apprentissage, on peut citer : l amélioration des équipements en place, les travaux d ingénierie (agencement des techniques existantes), l augmentation de la compétence des travailleurs. Or, ce savoir ne peut être approprié par la firme qui le produit. Il se diffuse inévitablement aux autres firmes. L investissement dans le capital physique a un double effet : Il agit directement sur la croissance et indirectement sur le progrès technique La technologie La technologie peut être définie comme «un ensemble de connaissances relatives à certains types d évènements et d activités associées à la production et à la transformation de matériaux» [Rosenberg, 1982]. Le progrès technique désigne donc une augmentation de la capacité des hommes à maîtriser la nature, sous la forme d une plus grande productivité. Il repose sur l analyse des conditions économiques qui favorisent le changement technique. Chaque changement technique provient d une idée mise en forme et testée. Les coûts de mise au point peuvent être très élevés. En revanche, une fois ces étapes franchies, si l idée est acceptée, le produit peut être multiplié avec un coût bien moindre, (le premier disque compact, le 1 er ordinateur ont nécessité des efforts colossaux de la part de ceux qui les ont mis au point, cependant leur reproduction à l identique a été beaucoup plus facile). Le progrès technique donne naissance à des rendements croissants si bien que pour celui qui s est efforcé de transformer l idée produite, le risque existe que des concurrents s enrichissent et que lui ne récupère jamais son investissement initial. Des droits de propriétés limiteront ce risque : brevets ou copyright protègent l inventeur qui dispose d un monopole d exploitation (limité dans le temps) sur l œuvre ou le produit tiré de son travail. D un point de vue économique, cette théorie porte atteinte au cadre concurrentiel et permet l apparition de nouveaux produits et de nouvelles idées. A défaut les idées nouvelles ne tombent pas forcément dans les mains de l inventeur mais celles de l humanité (exemple de l écriture, de la mécanique, etc). C est justement lorsque l on souhaite que les idées nouvelles bénéficient à tous qu il devient nécessaire d en faire supporter le coût par la collectivité ; ainsi le financement est public, afin que chacun puisse librement accéder à ses résultats : c est un bien collectif. 15

16 Pour Romer (1986) le changement technique sera d autant plus intense que les innovateurs espéreront en tirer un profit important. Le progrès technique n est pas exogène, il est produit. Son niveau de production dépendra de la rémunération attendue, c'est-à-dire des droits de propriétés et rente monopolistiques (on se situe dans le cadre de la concurrence imparfaite). Si au travail et au capital utilisé, on ajoute des idées nouvelles génératrices de changement technique, tout sera modifié, car les idées ont un rendement croissant : plus on s appuie sur un stock d idées importantes, plus on aura de nouvelles idées Le capital humain Le capital humain désigne le stock de connaissances valorisables économiquement et incorporées aux individus. Ce sont non seulement les qualifications, mais aussi (et dans le cas des pays en développement surtout) l état de santé, la nutrition, l hygiène. Dans le modèle de Solow, la croissance provient, d une part, de l augmentation de la population active (or la quantité de capital humain est liée au nombre de personnes actives) et, d autre part, de l accroissement de l efficacité de la combinaison productive (ce qui peut s interpréter aussi bien par le progrès technique que par l accroissement de la «qualité» au sens d efficacité productive du capital humain). L approche économique contemporaine de l éducation s est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Schultz (1963), Becker (1964) et Mincer (1958, 1974) qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d enseignement (école, collège, université etc.) augmentent la productivité des individus et partant accroissent les revenus qu ils tirent de leur travail. En d autres termes elles constituent une forme de capital dont la particularité est d être «incorporée» dans les personnes qui les détiennent, d où son nom de capital humain : les individus décident de la durée et du contenu de leurs études en fonction de leurs coûts ainsi que des bénéfices qu ils espèrent en tirer. De ces décisions résulte la demande d éducation ; le système d enseignement est l offre qui vient répondre à cette demande. L enseignement est conçu comme un processus de production dont on peut analyser l efficacité, c'est-à-dire la façon dont les dépenses d éducation sont traduites en résultats scolaires. En effet, l éducation est un investissement. La valeur de celui-ci dépend directement du coût monétaire de l éducation et des gains futurs anticipés procurés par l information. L éducation représente un investissement avantageux, si la valeur actualisée nette des coûts et des avantages est positive. L investissement en capital humain est aussi un investissement profitable du point de vue de la société. Autrement dit l éducation procure des 16

17 gains sociaux, supérieurs aux gains privés. Cette externalité positive justifie pour certains l intervention de l Etat dans la prise en charge du système éducatif. Dans ce schéma, l éducation est un investissement dont l individu attend un retour. Il est alors naturel de souligner que la tendance séculaire dans les pays occidentaux à un allongement de la durée moyenne de la scolarité est une cause non négligeable de la croissance. Le capital humain disponible dans l économie est réparti en deux catégories : celui qui est utilisé dans la production (les travailleurs) ; celui qui est dans le système de formation (c'està-dire à la fois les professeurs et les élèves). La part des élèves et des professeurs dans la population active est en quelque sorte un taux d investissement de l économie. De même que l investissement est la partie de la production qui n est pas consommée (mais investie afin d accroître la production et la consommation future), les personnes qui ne sont pas employées dans le secteur de la production soustraient une ressource (il y a moins de biens produits), mais permettent d accroître l efficacité future du travail (puisque les personnes formées sont plus efficaces), dans la production et la consommation. Pour qu un tel modèle puisse engendrer une croissance auto entretenue il suffit que le rendement marginal du capital humain soit constant. S il est décroissant il n y aura pas de croissance à long terme. S il est croissant, il y aura une croissance explosive. PARAGRAPHE II : revue empirique de la recherche Il s agira dans ce paragraphe d aborder quelques unes des recherches empiriques ayant trait à la croissance économique, à l investissement et ensuite à la corruption. A- Les analyses empiriques de la corruption Il s'agira dans cette partie du travail de mettre en relief les résultats auxquels ont abouti les recherches pour ce qui est de la relation existant entre la corruption, la croissance économique et l'investissement. 1- La relation corruption, croissance économique et investissement S'agissant de la relation existant d'une part entre corruption et croissance économique, et d'autre part entre corruption et investissement public, il faut généralement retenir que les statistiques sont souvent peu fiables, mais les données disponibles laissent penser que celle-ci 17

18 occupe une place importance dans l'activité économique 4. Au Kenya, les dépenses publiques «douteuses décelées, par le Contrôleur et Auditeur général en 1997 représentaient 7,6% du PIB. En Lettonie, d'après une récente enquête de la Banque mondiale, plus de 40% des ménages et entreprises admettent que la corruption est chose normale et aide à résoudre bien des problèmes. En Tanzanie, selon les données d'une enquête sur la prestation de service, les pots-de-vin versés aux fonctionnaires de police, aux employés des tribunaux et à ceux des services fiscaux et du bureau du cadastre représentent 62% des dépenses publiques officielles dans les secteurs respectifs. Aux Philippines la commission d'audit estime que 4 milliards de dollars sont détournés tous les ans par la corruption dans le secteur public. Honlonkou (2007) dans une étude basée sur des statistiques disponibles sur des indicateurs de performance économiques et les indices de corruption, à essayer de mettre en évidence les liens existants entre la corruption, l'inflation, la croissance économique et le développement humain durable. Au nombre des conclusions auxquelles il a abouti nous pouvons retenir que la corruption sans vol induit des surcoûts (prix de revient et de vente des produits plus élevés) qui peuvent être à la base d'une hausse généralisée des prix et des revenus. Cette hausse peut à son tour entrainer une accélération de l'inflation si les agents corrompus répercutent leurs anticipations d'une hausse des prix et des revenus sur les pots-de-vin. Elle agit dans ce cas comme une taxe. Mais dans le cas de la corruption avec vol il y a plutôt une réduction de coût. Elle peut être donc considérée comme une subvention illégale. Dans ce cas de figure, elle ne saurait être source d'inflation. Alors le sens de la relation entre l'inflation et la corruption dépend de la forme de corruption prédominante dans un pays. La corruption induit une mauvaise allocation des ressources. Elle diminue la productivité et l'efficacité générale de l'économie. Elle peut être la source de la perte d'emplois durables dans les entreprises au profit des emplois précaires dans le secteur informel. Ainsi elle entrave non seulement la croissance économique par une mauvaise allocation des ressources et le développement, la mauvaise utilisation et même la perte du capital humain (Proximité, 1999), mais également, elle entrave le développement par son impact négatif sur le revenu, l'instruction et la santé. La corruption est également à l'origine du déficit chronique de la balance des paiements et de l'établissement par l'administration publique, de fausses statistiques servant de bases aux politiques économiques. 4 Anwar Shah et Mark Schacter (2005) 18

19 En utilisant le coefficient de rang de Spearman, (Honlonkou, 2007) est parvenu à la conclusion selon laquelle, le coefficient de corrélation entre la corruption et l'inflation est de (- 0,59) et hautement significatif. Les coefficients de corrélation partielle montrent que la relation entre l'inflation est mieux mise en évidence lorsqu'on tient compte des autres éléments de performance de l'économie. La relation entre la corruption et la croissance économique via l'investissement est faible et significative, mais parfois fragile. (Honlonkou, 2007) parvient également à montrer que la corruption n'entrave pas toujours la croissance économique surtout dans les pays en développement. Il ressort par ailleurs d'une étude faite en 2004 par la Banque Mondiale sur les ramifications de la corruption dans le secteur des services qu'une amélioration de l'écart-type de l'indice de corruption du Guide international du risque-pays donne lieu à une baisse de 29% du taux de mortalité infantile, à une augmentation de 52% de la satisfaction chez les bénéficiaires de soins de santé publique et à un accroissement de 30 à 60% de la satisfaction du public devant l'amélioration des routes. Les études montrent aussi que la corruption nuit à la croissance, compromet la formation de capital, réduit l'efficacité de l'aide au développement et accroît l'inégalité des revenus et la pauvreté. Dubly & Montmaquette (1987) dans une étude empirique ont tenté d'approcher la corruption par ses effets supposés sur la structure fiscale et ont abouti à la conclusion qu'elle induit un taux d'impôt excessif. Mauro (1995) se basant sur des données fournies par une agence privée de rating (Business International) mène une analyse statistique des conséquences de la corruption. Elle lui permet de mettre à jour deux relations extrêmement fortes : 1- L'investissement privé et la croissance économique d'un pays sont fortement et négativement corrélés avec son niveau de corruption. 2- La corruption s'accompagne statistiquement d'autres dysfonctionnements institutionnels telles que l'inefficacité bureaucratique, celle du système juridique et l'instabilité politique. Selon toujours Mauro (1995), seules deux alternatives sont possibles. Soit la corruption reste limitée, et le contrôle central possible; soit au delà d'un seuil, l'ensemble paraît s'écrouler à taux croissant. Mais ce raisonnement est controversé par certains auteurs qui soutiennent qu une certaine corruption est désirable pour deux raisons principales (Leff, 1964). La première est qu en jouant le rôle d une prime par tâche effectuée par l agent, le surcoût encaissé par ce 19

20 dernier l incite à travailler beaucoup plus. La deuxième raison est que la corruption permet aux entrepreneurs de contourner une administration inhibitrice. Ainsi, la corruption permet par exemple «d huiler les rouages» d une administration rigide (Bardhan, 1997). Selon cette ligne de pensée, dans le contexte de certaines régulations envahissantes des pays en développement, la corruption peut accroître l efficacité économique. Cette pensée est soutenue par la théorie selon laquelle dans un environnement de préexistence de politiques génératrices de distorsions où il est impossible d atteindre l optimum parétien, les politiques correctrices, en fait défaillantes, permettent d aboutir à un optimum de second rang. Ainsi, dans des pays où des salaires sont bas et où les biens et services ne sont pas vendus à leur vraie valeur sur des marchés fortement régulés, la corruption restaurerait le mécanisme des prix et améliorerait l allocation des ressources (Lui, 1996). Honlonkou (2007) sur les traces d'autres auteurs va tenter de démontrer la fausseté de cette argumentation. Car en exigeant un surcoût, l agent exclut certains bénéficiaires potentiels de l accès à des biens publics (fait référence à la violation du principe d'impartialité évoqué plus haut). Ce qui crée des problèmes d équité. Par ailleurs, il affirme que l argument du «graissage des rouages administratifs» est faible parce qu il ne prend pas en compte le fait que l agent corrompu peut créer une situation de pénurie artificielle, c est-à-dire «rouiller les rouages administratifs» ou «créer et allonger artificiellement les rangs» pour pouvoir imposer un surcoût aux bénéficiaires potentiels. On perçoit ainsi pourquoi la corruption, acceptée comme correctrice d une situation initiale inefficace, peut elle-même aggraver cette situation. Dans une large mesure, l instabilité politique en Afrique, génératrice d état de non droit, est attribuée à la corruption (Umo 1986). Ainsi, le présent travail de recherche prend comme hypothèse de départ que la corruption est nuisible au développement (Shleifer et Vishny, 1993; Bardhan, 1997; Ali et Isse, 2003; Honlonkou, 2007) De tout ce qui précède, nous retenons que dans la plupart des cas, la corruption constitue un déterminant majeur de la croissance économique. Mais la plupart des études ne prennent pas en compte d une part le cas des pays de l UEMOA, et d autre part utilisent des méthodologies qui diffèrent de celle adoptée dans cette étude, sans occulter les résultats mitigés des recherches empiriques antérieurs. C est le cas par exemple de (Bludo et Sardan, 2003) qui ont adopté une approche anthropologique, de (Honlonkou, 2007) qui utilisa le coefficient de rang de Spearman pour étudier la corrélation entre ces différentes grandeurs. Ce qui justifie la présente étude. Pour cela il s avère nécessaire de présenter0 notre méthodologie. 20

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance?

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 13:38 Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité

Plus en détail

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Par Koffi SODOKIN Laboratoire d économie et de gestion Université de Bourgogne (France) Koffi.Sodokin@u-bourgogne.fr

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen * Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen LOKOSSA, 25 février 2010 Jean-Pierre DEGUE Chargé de Programmes Social Watch Bénin, Tél. 95 15 22 48 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions

Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions Analyse économétrique des apports du téléphone mobile dans l inclusion financière et dans la croissance économique en Afrique. Mihasonirina Andrianaivo

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

L effet de levier de trésorerie

L effet de levier de trésorerie L effet de levier de trésorerie La Théorie Financière attire notre attention sur les conséquences du poids des charges de structure dans l activité d une entreprise. L effet de levier d exploitation exprime

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs

Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs 4.1 Le concept d Analyse en Temps Probabilisé Le concept d Analyse en Temps Probabilisé, développé et appliqué

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail