LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté"

Transcription

1 LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté La Découverte Revue Française de Socio-Économie 2014/1 - n pages 85 à 106 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Schotté Manuel, «La structuration du football professionnel européen» Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive», Revue Française de Socio-Économie, 2014/1 n, p Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 La structuration du football professionnel européen Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel SCHOTTÉ CERAPS, Université Lille 2 lille2.fr Il ne fait aucun doute que le football revêt aujourd hui une dimension économique. L article montre que celle ci ne relève pas d une intrusion récente et inéluctable des forces financières qui porteraient atteinte à ce sport, mais que les investissements marchands dont le football est l objet demeurent au contraire assujettis à sa logique spécifique. Loin d être réductible à une lecture économique, l espace footballistique européen n est intelligible que si l on met au jour les luttes symboliques et les enjeux sociaux qui le traversent et qui expliquent la prévalence de la «logique sportive» dans sa structuration. La structuration du football professionnel européen There is no doubt that football has today an economic dimension. The paper shows that it is not an inevitable intrusion of financial forces that would undermine the sport. The merchant investments in the football remain on the contrary liable for the specific logic of this sport. Far from being reducible to an economic interpretation, European football field is only intelligible if one reveals the symbolic struggles and social issues that cross and explain the prevalence of sports specificity in its structure. Mots clés : football, économie, spécificité, luttes symboliques, dirigeants. Keywords: football, economy, specificity, symbolic struggles, directors. Il ne fait aujourd hui aucun doute pour personne que le football revêt une dimension économique. C est d ailleurs sous cet angle qu il est, lorsque l on met de côté ce qui renvoie aux verdicts compétitifs, le plus souvent abordé. La lecture à laquelle il est alors procédé est souvent teintée d un moralisme pointant les dérives du «foot business» et le caractère «indécent» des rémunérations des joueurs. De façon générale, ce qui est critiqué, c est la pénétration de la logique économique

3 dans le football européen, la première étant décrite comme contribuant à pervertir les fondements du second. Au delà de la condamnation en tant que telle qui va de pair avec une nostalgie pour un supposé âge d or révolu, cette vision repose sur l idée d une intrusion récente de la logique économique dans le football ; une intrusion qui porterait atteinte à ce dernier et qui conduirait à considérer qu il est réductible à une lecture économique, seule à même de rendre compte de son fonctionnement et de ses évolutions. 86 Le texte se propose de revenir sur cette évidence en mobilisant les outils forgés par Pierre Bourdieu et en s appuyant sur une enquête relative à la structuration du football européen. Pour cela, divers chantiers empiriques ont été ouverts : sous la forme, d abord, d une série d entretiens (dix à ce jour) qui ont été menés avec des acteurs occupant ou ayant occupé des fonctions centrales au sein de cet espace ; par le biais, ensuite, d un travail sur archives (essentiellement les archives privées de Jacques Georges, qui fut membre puis président de l UEFA 1 pendant les années 1970 et 1980, ainsi que l ensemble des documents et rapports relatifs au football, émis par les institutions européennes depuis les années 1980) ; en procédant, enfin, à une sociographie des dirigeants du football à l échelle européenne. Ce versant du travail s appuie sur une grande variété de documents : sites officiels des institutions auxquelles ils appartiennent ; presse sportive, économique et «généraliste» ; Who s who nationaux. L ensemble de ces éléments vise à proposer une grille de lecture alternative à celle qui domine aujourd hui en plaçant le social au cœur de la compréhension de l espace du football professionnel européen L autonomie (du jeu) dans la dépendance (économique) La description dominante de l évolution du football considère que ce dernier est l objet d une pénétration récente et inéluctable des forces et logiques économiques. Cette lecture peut sembler, en première analyse, conforme à celle que propose Bourdieu pour d autres espaces sociaux : le principe organisateur de cette représentation est en effet celui de l existence de deux ordres, de deux espaces séparés l espace sportif et l espace économique régis par des logiques propres, l un venant «contaminer» l autre. Cela s apparente à des dynamiques que l auteur a pu mettre en évidence dans d autres espaces, comme celui de l édition par exemple [Bourdieu, 1999] où la montée des enjeux marchands porte atteinte à l autonomie de la production littéraire. On pourrait être tenté de faire le rapprochement entre les espaces littéraire et sportif et conclure à une érosion, dans un cas comme dans l autre, de la logique spécifique dont chacun de ces espaces est (ou était) le siège. S imposerait alors l image d une autonomie de l espace footballistique menacée par des considérations financières. Une telle conclusion repose davantage sur une transposition incontrôlée 1 Union of European Football Associations, c est à dire la fédération européenne de football. 2 C est par prudence que le terme d espace plutôt que celui de champ sera utilisé dans cet article. Voir si l on peut, en toute rigueur, parler de champ du football européen impliquerait en effet des développements qui dépassent de loin le cadre de cet article. Il n empêche que, même en l absence du terme (réservé à des espaces suffisamment «intégrés» pour justifier la désignation de champ), nous reprenons la grille de lecture qui lui est associée chez Bourdieu. 2014

4 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 des conclusions de travaux menés par Bourdieu que sur une réelle mobilisation des outils qu il a forgés. Contre cet usage incontrôlé de ses travaux, il faut rappeler que la cumulativité en sciences sociales ne saurait procéder de la généralisation abusive de résultats, mais bien de la mise à l épreuve de schèmes d interprétation sur différents terrains. Plutôt que d importer sans vigilance des conclusions d enquête hors de leur domaine de validité, sans doute vaut il mieux s inspirer de la démarche que Bourdieu a mise en œuvre et qui le conduit à être attentif à la genèse des espaces étudiés et aux luttes, notamment symboliques, dont ils sont le siège. Appliqué à l objet qui nous intéresse ici, ce principe permet de montrer, contre les apparences on pourrait dire «contre le bon sens sociologique» 3, que loin de s opposer à la «logique sportive» 4, la présence d argent a été consubstantielle au développement du football. C est en effet la précocité de son organisation sur un mode professionnel alors que la majorité des sports s organisaient sous une forme amateur qui a assuré son développement, en Angleterre notamment [Dunning, Sheard, 1989 ; Taylor, 2005]. Jacques Defrance [2000] montre par ailleurs que, au lieu de porter préjudice à la «logique sportive», le passage au professionnalisme des footballeurs français a conduit une autonomisation de cette dernière : en permettant à des joueurs de s engager dans le seul but de la performance sportive, l officialisation du professionnalisme met en effet à distance d autres finalités (hygiéniques, patriotiques, etc.) jusqu alors accolées au football. Avec le professionnalisme et les ressources économiques qui le rendent possible, ce sport s affranchit des causes extérieures qu il devait servir, devenant lui même sa propre fin. Il convient donc de ne pas accepter comme une évidence la contradiction apparente entre les logiques sportive et économique [Faure, Suaud, 2004]. Cela suppose d être particulièrement vigilant quant à l usage de la notion d autonomie [L Estoile, 2003 ; Lahire, 2006] et de la dissocier de celle d indépendance : tandis que la première renvoie à l existence de «règles du jeu» spécifiques à un espace social donné et à la capacité de ses membres à les contrôler [Bourdieu, 1992 ; Sapiro 2003], la seconde désigne la capacité de fournir les conditions matérielles d un engagement dans cet espace. Et, comme le souligne Chartier [2003], la conquête de l autonomie passe souvent par l acceptation de la dépendance, ce qui est précisément le cas pour les footballeurs : l autonomie de l espace footballistique s est construite en s appuyant sur la prise en charge matérielle des joueurs par des dirigeants de clubs, les premiers dépendant économiquement des seconds. Cet adossement de la logique spécifique du football sur les forces économiques qui l appuient se retrouve aussi dans le fait que l espace du football ne se polarise pas, comme un rapprochement trop rapide pourrait le faire croire, de la même façon que celui de l art par exemple 5 : il n oppose pas le pôle commercial (et/ou du succès 3 Dans la mesure où nombre de chercheurs en sciences sociales appuient cette vision, par exemple Piraudeau [2012] qui raisonne en termes de «dérives». Cela affleure aussi dans un texte pourtant beaucoup plus problématisé [Gasparini, Polo, 2012]. Pour une critique des travaux prétendument critiques, voir Loirand [2006]. 4 Par «logique sportive», nous entendons les règles et pratiques qui sont spécifiques au sport et ici au football, à savoir ce qui fait que les critères qui font le «bon footballeur» sont propres à l espace footballistique et ne peuvent se déduire des autres attributs sociaux dont les joueurs sont porteurs. Ceci dit, il ne s agit pas de sous entendre que ces aspects sont indépendants du social. D une part parce que l existence d un espace spécifique qui reconnaît les compétences footballistiques à l exclusion de toutes autres est bien sûr le produit d une histoire dont on peut reconstruire la genèse [Elias et Dunning, 1994]. Et d autre part, parce que la compétence spécifique s appuie toujours, pour se développer, sur d autres ressources [Schotté, 2012]. 5 Voir les travaux de Bourdieu sur le champ artistique [1992]

5 temporel) à celui de l excellence. Même s il existe quelques exceptions, les joueurs les mieux rémunérés sont ceux qui sont tenus comme les plus performants du point de vue des critères de consécration propres au football. On voit donc que, là encore, logiques économique et sportive ne sont pas incompatibles et que, aujourd hui comme hier, elles tendent à aller de pair. Au regard de l augmentation considérable du nombre d investisseurs (chaînes de télévision ; sponsors ; etc.) et des montants financiers engagés dans le football depuis les années 1980 [Drut, Raballand, 2010], on pourrait penser qu un changement s est opéré et que les enjeux économiques ont dorénavant pris le pas sur les enjeux sportifs. C est là encore considérer que ces deux catégories d enjeux seraient forcément contraires et oublier que les investissements consentis par les dirigeants de clubs ont, dans leur très large majorité, pour but la conquête de titres sportifs. 88 Il s agit en l occurrence d une particularité forte de l économie du football dont il a été montré qu elle est, du point de vue des clubs européens, très largement déficitaire [Lago, Simmons, Szymanski, 2006 ; Drut, 2011], notamment parmi les clubs les plus consacrés sportivement. D où l idée que l investissement financier des propriétaires de clubs ne vise pas tant le gain économique que la réussite sportive. C est principalement dans le but d attirer les joueurs considérés comme les plus à même de remporter des trophées qu ils déboursent des sommes considérables ; de même, l investissement des chaînes de télévision est fonction de la valeur sportive de l événement dont elles achètent les droits de retransmission [Spink, Morris, 2000 ; Szymanski, 2010]. Dans les deux cas, l investissement économique est lié à l excellence sportive : il s agit bien, dans le cas de «l achat» de joueurs réputés, de transformer du capital économique en capital sportif [Faure, Suaud, 1994], aspect qui est tout sauf nouveau dans l espace du football [Wahl, Lanfranchi, 1995]. Et concernant les droits de retransmission, la concurrence entre les chaînes de télévision porte sur les compétitions les plus prestigieuses du calendrier sportif. Au total, une conclusion s impose : même si l investissement dans le football peut servir d autres fins, l accès à ces dernières suppose d épouser les modes de hiérarchisation propres à ce sport. Et quand bien même un investisseur ne viserait que le profit, le fait est que la quête de l enrichissement n est aucunement incompatible avec la «logique sportive». Plus : elle est assujettie à cette dernière [Aglietta, Andreff, Drut, ]. Est ce à dire que l espace du football est inchangé depuis la fin du xix e siècle? Assurément, non. Montrer les limites d une analyse qui postule l idée d une rupture récente ne signifie pas remplacer l illusion de la nouveauté radicale par celle du «depuis toujours». Au titre des changements avérés, il faut signaler que les acteurs impliqués dans la structuration du football européen sont beaucoup plus nombreux que par le passé (institutions de l Union européenne, syndicats et agents de joueurs, chaînes de télévision, etc.) et que les flux financiers ont bel et bien changé d échelle tant du point de vue des sommes engagées que sur le plan spatial depuis les années 1980 [Bourg, Gouguet, 2005 ; Drut, 2011]. On ne saurait pour autant en conclure que l accroissement du capital économique investi soit le facteur unique de changement 6 Le succès est en effet une condition nécessaire (mais non suffisante) à la rentabilité. Ce qui explique pourquoi certains clubs de haut rang peuvent être en déficit. 2014

6 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 et que son étude suffise à rendre compte des dynamiques du football professionnel européen. Il s agit, à l inverse, de considérer que le capital économique ne devient efficient qu à la condition de se transformer en capital sportif [Faure, Suaud, 1999], ce qui revient non pas à relativiser le poids et l importance de la puissance financière, mais à s intéresser aux diverses médiations par lesquelles elle se trouve dotée d une force. L autonomie de l espace du football se donne précisément à voir dans la capacité qu il a d assujettir l argent extérieur aux règles et usages qui sont en vigueur en son sein. Cela signifie que le capital économique n est vecteur d autonomie que tant que les instances qui dirigent le football parviennent à le rendre compatible avec la «logique sportive». Les différents scandales des matches truqués et des paris illégaux qui les accompagnent sont de ce point de vue très parlants : la condamnation unanime de ces pratiques et la large mobilisation pour les empêcher attestent que ce que l on cherche à éradiquer c est l arrivée d une logique économique qui ne s indexe par sur la «logique sportive». L argent est critiqué quand il conduit à transformer le jeu dont les fédérations sont les garantes [Loirand, 1998]. Il est en revanche accepté, voire recherché, tant qu il «ne dénature pas le jeu», c est à dire tant que les canaux par lesquels il est investi sont en phase avec ce qui fonde la «spécificité sportive». 2. L émergence de l échelon européen et de l UEFA dans la régulation du football professionnel Expliquer la primauté de la «logique sportive» dans le football européen suppose de rendre compte des conditions de son émergence et de son maintien. La structuration particulière de cet espace professionnel n est en effet aucunement liée à ses propriétés intrinsèques, mais découle de l histoire dont elle est le produit ; une histoire dans laquelle les fédérations sportives ont joué un rôle majeur. Ce sont en effet elles qui, depuis la fin du xix e siècle, ont été les dépositaires de la «logique sportive» dont elles se font les défenseurs. Gardiennes des règles de la compétition sportive, les fédérations sont historiquement décisives dans l organisation du football, et ce aussi bien sur le plan international (c est la FIFA, la fédération internationale de football, qui définit les règles du jeu) que national (les fédérations nationales ayant été structurantes dans la genèse du professionnalisme dans la majorité des pays européens). Ces éléments amènent à prendre ses distances avec le «mythe du marché» [Fligstein, 2001] comme pure émanation des forces économiques. De même qu on ne peut comprendre le «marché de la maison» qu en reconstruisant l histoire de son édification par les acteurs étatiques notamment [Bourdieu, 2000], on ne peut rendre compte du fonctionnement du «marché du football» qu en s intéressant au rôle des fédérations. Il s agit donc d inverser la perspective habituelle qui consiste à dresser les fédérations contre le marché et à y voir deux réalités différentes, sinon antinomiques, pour montrer en quoi les premières s avèrent prégnantes dans la définition du second. Dire que les fédérations sont prégnantes ne signifie bien sûr pas qu elles sont les seules à peser sur la forme prise par le football professionnel. Le pouvoir de ces autorités non politiques que sont les fédérations sportives est en effet indissociable des relations

7 qu elles entretiennent avec, d une part, l État [Simon, 1990 ; Faure, Suaud, 1999 ; Defrance, 2001] et les instances supranationales, comme la Commission européenne [Parrish, 2003 ; Garcia, 2007], qui leur confèrent une légitimité, et avec, d autre part, les autres acteurs de l espace footballistique au premier rang desquels figurent les clubs [Holt, 2007] et les ligues professionnelles [Taylor, 2005]. Tout laisse d ailleurs à penser que ces dernières jouent aujourd hui, au niveau national, un rôle primordial dans la définition du professionnalisme footballistique. Cet élément, ajouté au fait que les formes prises par ce professionnalisme sont variables suivant les pays [Nieman, Garcia, Grant, 2001 ; Kleven, Landais, Saez, 20], pourrait conduire à mettre en doute l importance de l échelle européenne et le pouvoir de l UEFA dans la structuration du football professionnel. Il semble à l inverse que ces derniers soient désormais tout à fait centraux. 90 Même si l échelon national prime historiquement dans la structuration du football en Europe, le niveau européen est progressivement devenu un espace important : d abord du fait de la création, par l UEFA, d une compétition par clubs la Ligue des Champions 7 à l échelle du continent [Vonnard, 2012]. Cette épreuve, qui est rapidement devenue la plus importante du calendrier, a été centrale dans l émergence d un espace européen du football [Madsen, 2007]. Et même si l européanisation de l horizon compétitif s accommode d un fort ancrage national du professionnalisme footballistique (tant du point de vue de la propriété du capital 8, des règles de fonctionnement que de la relation salariale), l échelon européen s est peu à peu imposé comme un espace de régulation supplémentaire et décisif du fait de l implication des institutions de l Union européenne (UE) avec, notamment, ce qui a été appelé l arrêt Bosman (nom d une décision de la Cour de justice des Communautés européennes CJCE rendue en 1995, et qui s est opposée, en les considérant contraires aux principes du droit communautaire, à certains règlements fédéraux qui encadraient jusqu alors le football professionnel). Alors même que cette décision de justice est souvent perçue comme le signal d un ébranlement du pouvoir fédéral, elle a en réalité contribué à une intégration européenne des enjeux du football et à la reconnaissance des représentants agissant à ce niveau, et particulièrement de l UEFA, comme interlocuteurs des institutions de l UE. L UEFA était en effet, en 1995, la seule institution liée au football professionnel qui se déclinait à l échelle européenne. Et, en l absence de ligue professionnelle continentale, les dirigeants de l UEFA ont trouvé dans cette configuration particulière un appui à leur volonté de réguler le football européen. Si d autres acteurs collectifs sont apparus depuis à cette échelle (Fifpro Division Europe 9 ; European Professional Football Leagues ; European Club Association ; European Football Agents Association), l UEFA est assurément le plus puissant d entre eux, au point de signer en 2012 une «déclaration commune» document qui est d ordinaire publié en commun par l UE et un État relative au «Fair Play financier». Ce dispositif (dont l UEFA est le maître d œuvre) consiste en une opération de contrôle des comptes financiers des clubs avec des sanctions possibles (à terme, les clubs déficitaires ne pourront plus participer aux 7 Par ce nom générique, nous désignons la compétition par clubs, centrale dans le calendrier européen, qui a pris différents noms dans l histoire, depuis la coupe des clubs champions jusqu à la Champions League aujourd hui. 8 Les clubs sont en effet, dans leur très grande majorité, la propriété d investisseurs nationaux, à l exception, du as anglais. 9 La FifPro est le syndicat international des joueurs. 2014

8 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 compétitions de l UEFA), dénotant le pouvoir de structuration de cette dernière sur le football professionnel à l échelle continentale. En se faisant reconnaître par l UE, l UEFA se voit ainsi dotée, à l issue de ce qui s apparente à une «lutte pour le pouvoir sur le pouvoir» [Bourdieu, 2012], d un droit de régulation sur le football européen. Et elle devient en quelque sorte l équivalent d une ligue professionnelle à l échelle continentale dans la mesure où, en plus d organiser la Ligue des Champions, elle en exploite aussi les droits et retombées économiques. 3. Le football est il une activité économique comme les autres? La spécificité comme enjeu La reconnaissance de l UEFA comme interlocutrice légitime des institutions de l UE est le produit d une lutte symbolique quant à la façon de définir le football. Le pouvoir de régulation de telle ou telle institution dépend en effet de la façon dont ce sport est qualifié. C est ce que démontre l arrêt Bosman : en considérant que «l activité des joueurs professionnels ou semi professionnels de football [ ] constitue une activité économique», cet arrêt de la CJCE a conduit à déclarer comme illégaux des règlements fédéraux qui limitaient la circulation des joueurs communautaires. C est en vertu d une définition du football comme activité économique à part entière que la CJCE, ensuite relayée par la Commission européenne, a mis fin à «l exception sportive» comme le titrait le journal Le Monde dans les jours qui ont suivi la décision des juges 10. On comprend alors que la façon de qualifier le football professionnel soit un enjeu majeur pour tous ceux qui prétendent le régir. Les mots ne servent en effet pas simplement à décrire la réalité, ils la construisent, et dire ce qu il en est du football revient à pouvoir le gérer. Une lutte symbolique, se déroulant à l échelle européenne, oppose alors ceux qui défendent le principe d une spécificité du football et ceux qui y voient un espace économique comme les autres. Loin d être neutres, ces lectures s avèrent prescriptrices en induisant une vision de ce que doit (ou devrait) être le football : étayer le principe d une spécificité sportive conduit à le placer à l écart de (ou au dessus de) l économie «ordinaire». Ce cadrage a été historiquement le fait des fédérations nationales et internationales et, dans le cas présent, de l UEFA. L enjeu pour cette dernière n est pas tant de s opposer à la présence de relations marchandes dans le football les archives fédérales montrent qu elle a largement contribué à les alimenter 11 que de définir le mode d organisation (notamment économique) qui structure ce sport. Défendre le principe d une spécificité sportive est pour elle une façon de faire prévaloir sa centralité dans la gestion des affaires sportives et de mettre à distance d autres modes de régulation. Et en se présentant comme les garants du jeu, les acteurs fédéraux assimilent toute entreprise concurrente comme un risque d altération de ce dernier, quitte à employer des tons catastrophistes comme Michel Platini juste après son élection à la tête de l UEFA en 2007 (soit juste avant le Traité de Lisbonne, alors que planait une incertitude quant au traitement qui y serait réservé au sport) : 10 Bozonnet J. J. (1995), «L exception sportive a disparu», Le Monde, 30 décembre. 11 Archives privées de Jacques George, Archives nationales du monde du travail (ANMT), voir en particulier le dossier

9 «C est du sport, ce n est pas un produit. C est une part de notre vie. S ils [les dirigeants de l Union européenne] suivent cette idée, je serai très confiant [quant à l avenir du football]. S ils disent que c est un produit, c est la fin de notre sport 12.» En arguant que leurs «arguments l emporteront pour le bien du football», les dirigeants de l UEFA s érigent en défenseurs de ce sport 14. Et, ce faisant, ils transforment leur intérêt particulier en une cause plus générale qui les dépasse et qui engage l avenir de la discipline. Se revendiquant de la promotion d un universel, ils font de l impératif de la spécificité du football un rempart contre les appropriations privées risquant de profaner ce qui est décrit comme un bien commun («une part de notre vie») : «Une fédération est là pour représenter l intérêt général de sa discipline. Le risque c est que les intérêts privés s expriment [ ]. Notre objectif statutaire, c est de promouvoir le foot sur tout le continent [ ]. Les clubs sont culottés, ils touchent plein de blé, ils ont un déficit de malade, ils sont gérés n importe comment et ils réclament. Avant de réclamer, nettoyez devant votre porte!» [Dirigeant de l UEFA, environ 40 ans, diplômé en droit, Nyon, juin 2012] De façon opposée, une partie des plus gros clubs européens tente régulièrement de soustraire le football de cette emprise fédérale [Holt, 2007 ; Grant, 2009] en plaidant pour qu il soit traité comme un espace économique comme les autres : «Nous, on considère le sport professionnel en tant qu activité économique, et d ailleurs c est pas uniquement nous, c est la Cour de justice qui considère [que le sport] n est pas une exception à l application du droit communautaire. On a une position tout à fait claire là dessus. On ne peut pas être une exception, donc de toute façon, on sera il y aura une application de ces règles là à notre activité.» [Représentant d une ligue professionnelle, environ 40 ans, diplômé en droit, Bruxelles, avril 2011] Cette lutte symbolique n est pas nouvelle : on trouve en effet trace d une activité de défense de la particularité du football qui l exempterait d être soumis aux règlements régissant la vie économique communautaire dès les années Bien qu ancienne, l intensité de cette lutte semble s être accrue dans le courant des années 1990 et 2000 du fait notamment de l émergence de groupes d intérêt défendant les joueurs, les clubs et les ligues professionnelles à l échelle européenne [Dabscheck, 2003 ; Chatzigianni, 2010]. De leur côté, les dirigeants de l UEFA ont œuvré, de concert avec les dirigeants des fédérations d autres disciplines et avec le comité international olympique, pour faire inscrire dans la constitution européenne un article sur le sport où la spécificité de ce dernier serait explicitement évoquée [Rogulski, Miettinen, 2009 ; Garcia, 2009]. L enjeu est, pour ces instances, de disposer d un texte politique qui puisse être objecté à la jurisprudence de la CJCE qui assimile, depuis l arrêt 12 Michel Platini, interview au Financial Times, 20 mai 2007, traduite par l auteur. «Il faut protéger ce modèle, car le sport n est pas un secteur d activité (un business ) comme un autre et l UEFA ne permettra jamais qu il soit traité ainsi. Nous continuerons à défendre la spécificité du sport, et nous sommes convaincus que nos arguments l emporteront pour le bien du football.» [Les onze valeurs de l UEFA, com/uefa/elevenvalues/index.html, consulté le 30 janvier 20.] 14 Pour une proposition similaire à propos du CIO, voir Waser [2000]. 15 ANMT , 022, 023.

10 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 Bosman, le football professionnel à une activité économique. À cette fin, un intense travail de lobbying et d expertise a été mené auprès des institutions européennes afin de faire valoir les vues des organisations fédérales. La reconnaissance de la spécificité du sport dans un article (article 165) du Traité de Lisbonne peut donc, de ce point de vue, être interprétée comme une victoire pour les dirigeants fédéraux 16 ; une victoire qui les autorise aujourd hui à demander pour le sport un statut dérogatoire quant à l application des dispositions de l UE [Garcia, Weatherill, 2012]. L interprétation que fait l UEFA de cet article est en effet sans équivoque, comme le traduit cette note produite par ses services en juin 2010 : «L article 165 [ ] ne porte pas préjudice à l autonomie dont jouissent les fédérations sportives dans l accomplissement de leur mission. Au contraire, même, puisque le TFUE [Traité sur le Fonctionnement de l UE] grave dans le marbre du droit constitutionnel de l UE la spécificité du sport. Cela signifie que si le sport n est pas au dessus de la loi, il ne peut, pour autant, être appréhendé de la même manière qu une activité économique ordinaire 17.» On comprend que l enjeu de cette lutte symbolique soit central. Il s agit bien, pour l UEFA, de s imposer comme le régulateur légitime du football européen. En sus de l activité de lobbying auprès des institutions de l UE, cette lutte passe aussi par une stratégie de dramatisation dans l espace médiatique. Ses dirigeants rappellent sans cesse qu «il y a tout un système économique autour du foot qui est dangereux. On a besoin de personnes qui protègent le foot 18». Dramatiser la situation est une façon pour les dirigeants de l UEFA de faire valoir cette dernière comme une autorité morale, la seule à même de défendre le football, avec l aide des pouvoirs publics 19, contre ce qui est défini comme des instrumentalisations ou des agressions extérieures dont ce sport serait victime. 4. L intérêt au désintéressement des dirigeants de l UEFA Pour les dirigeants de l UEFA, la lutte symbolique visant à imposer une image du football à même d assurer leur emprise sur la structuration de ce sport n est pas exempte de considérations économiques. Le noble discours de la défense des «valeurs du sport» n est en effet pas incompatible avec la poursuite d intérêts financiers. Les archives de la fédération européenne mettent en évidence que, en même temps que ses dirigeants plaident pour un football «pur», ils négocient avec la plus grande 16 Comme l est le Rapport sur l avenir du football professionnel, rédigé par l eurodéputé Ivo Belet ( février 2007) et la résolution du Parlement européen qui en découle. Ce rapport indique que «[l] essence du jeu en lui même justifie également sa spécificité. Les lois de la libre concurrence économique ne peuvent pas être appliquées en tant que telles». Il est aussi précisé que «le défi principal aujourd hui est de maintenir les prérogatives des fédérations en matière de définition des règles du jeu, notamment pour l organisation des compétitions sportives». 17 Note de l UEFA [2010], Position de l UEFA sur l article 165 du Traité de Lisbonne, juin. 18 Platini M. [2011], L Équipe Magazine, 31 décembre. 19 Voir par exemple la lettre écrite par Platini, en septembre 2007, peu après son élection à la tête de l UEFA, aux chefs d États de l Union européenne pour demander leur aide afin de «protéger le football d un mercantilisme qui l assaille de toutes parts [ ]. Une grave menace plane sur le développement du football européen, l omniprésence de l argent. Notre but n est pas de nous réfugier dans un romantisme suranné et élitiste, mais l argent n a jamais été le but ultime du football, gagner des trophées restant l objectif principal. L Europe veut elle vraiment réduire le sport à une simple et triste transaction commerciale? Laissez la glorieuse incertitude du sport prévaloir sur les certitudes moroses de l argent»

11 fermeté les montants des droits télévisuels de la Ligue des Champions 20. L analyse sociologique, ainsi informée, ne peut alors plus opposer défense d un intérêt décrit comme général et poursuite d intérêts particuliers, sous forme économique notamment. Le fait que les dirigeants de l UEFA s érigent en défenseurs du sport s avère effectivement tout sauf neutre : outre l autorité qui leur est ainsi conférée, cela leur permet aussi, en gardant le contrôle des compétitions qu ils organisent, de conserver la maîtrise de leur commercialisation. En l absence d une ligue professionnelle européenne similaire à celles qui structurent le football professionnel à l échelon national, c est en effet l UEFA qui est en charge de la négociation des droits de télévision et du sponsoring, et de la redistribution des gains générés par la Ligue des Champions. 94 L accès à ces «profits de vertus» [Bourdieu, 1994] est indissociable du profil des dirigeants de l UEFA 21. Leur propension à épouser et à reproduire les principes de cette dernière est en effet liée à leur trajectoire. S agissant des membres du comité exécutif de l UEFA, le tableau n 1 montre clairement qu ils l usage du masculin se justifie dans la mesure où une seule femme appartient à cette instance dirigeante se situent très majoritairement du côté de l institution fédérale puisque la quasi totalité d entre eux (15 sur 17) est (ou a été) président de sa fédération nationale, tandis que les autres dénotent également un investissement dans l organisation du football dans leur pays respectif. L entrée au comité exécutif sanctionne ainsi une longue carrière de dirigeant à l échelle nationale et internationale (12 ans et demi en moyenne à partir de la première responsabilité nationale 22 ). En plus de ces éléments, il apparaît que près d un tiers d entre eux (5 sur 17) ont été joueurs dans leur équipe nationale. Au regard de la popularité du football et en particulier des épreuves par équipe nationale, ces sélections contribuent à faire d eux des personnages publics qui doivent une bonne part de leur visibilité et de leur importance sociale à l existence de telles compétitions dont les fédérations sont les dépositaires : tandis que l organisation des compétitions par clubs s inscrit au croisement des investissements de ces derniers et des fédérations, les épreuves par équipe nationale sont en effet du ressort complet des fédérations. Une autre dimension étaye que les ressources footballistiques des membres du comité exécutif de l UEFA sont très largement dépendantes de l institution fédérale : leur éloignement des tâches d encadrement dans le football professionnel. Aucun de ceux qui ont été joueurs professionnels n a eu ensuite de fonction dirigeante dans un club. Et si six ont, au total, préalablement occupé un tel poste, c est, pour trois d entre eux, dans des clubs mineurs, et tous ont abandonné leur engagement dans le football professionnel pour devenir présidents de leur fédération nationale. L ensemble de ces éléments montre que les membres du comité exécutif de l UEFA doivent l essentiel de leurs ressources dans le football à l institution fédérale. Et comme ils entrent tardivement au comité exécutif de l UEFA (plus de 54 ans de 20 ANMT, Pour une démarche similaire, voir Fleuriel [2006]. 22 Comme l indique la note 25, le mode de calcul conduit, selon toute vraisemblance, à minimiser la durée de la carrière dans l institution fédérale. 2014

12 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 moyenne d âge à l entrée), il est sans nul doute trop tard pour qu ils puissent investir un autre segment de l espace du football. Dans ces conditions, on comprend qu ils soient structurellement conduits à défendre l institution à laquelle ils appartiennent et à se faire les hérauts de la lutte contre la «dérégulation du football» 23 et de la protection du jeu contre les offensives des forces économiques qui risquent de le «dénaturer», comme le martèle par exemple Platini dans une interview récente où il indique qu il «ne trouve pas que c était une bonne chose de tolérer les pubs [sur les sites de paris]. Et tout ça pour gagner toujours de l argent. Ça dénature tout», avant d ajouter que son ambition principale est «que l on préserve le jeu», car «il faut protéger le football» 24. Qu on ne s y trompe pas : les dirigeants de l UEFA ne sont pas, comme on l a vu, opposés à la présence d argent dans le football. L enjeu est pour eux de promouvoir un modèle économique compatible avec le rayonnement de l UEFA pensée comme garante de la promotion d un universel. Là encore, cette attitude est liée au profil de ces dirigeants : si l on excepte ceux (au nombre de quatre) dont la carrière professionnelle s est entièrement déroulée dans l espace sportif, les membres du comité exécutif sont majoritairement d anciens hommes d affaires (pour six d entre eux) et des juristes (pour cinq d entre eux). Ces profils juridico économiques dénotent tout à la fois un sens des affaires et une sensibilité pour leur réglementation. Et ces deux dimensions sont mises au service de ce que leur appartenance à l UEFA leur impose, à savoir proposer un modèle d organisation qui ne peut être durable et rentable qu à la condition de se présenter comme une défense de l intérêt général : «Les clubs, ils n ont pas la longue vue, hein. Ils n ont pas la longue vue. Les clubs, ils doivent gagner. Ils doivent gagner chaque dimanche, c est ça leur intérêt. Ils n ont pas la vision pour les structures du football qui sont nécessaires pour sauvegarder l équilibre, l équité du sport. Donc, alors, il ne faut pas trop se baser sur les clubs. Et c est compréhensible. Moi j ai toujours dit : les clubs, ils ont le droit d être égoïstes parce qu ils doivent gagner. C est nous les organisateurs qui devons limiter, devons poser les limites à l égoïsme. C est pour protéger la majorité, protéger la communauté générale contre l égoïsme.» [Dirigeant de l UEFA, environ 60 ans, formation en économie, Morges, juillet 20.] Ainsi mises en série, les caractéristiques des dirigeants de l UEFA permettent de rendre compte du singulier enchâssement d intérêts, à la fois économiques et symboliques, particuliers et généraux, qui les caractérisent. Et ces derniers allant de pair avec une longue socialisation dans l espace fédéral, ils permettent de mieux comprendre en quoi consiste le modèle d organisation promu par ces dirigeants par le biais de l UEFA, modèle qui contribue à définir la structuration du football à l échelle européenne. 23 Voir par exemple l article «la dérégulation du football» dont l auteur, André Manzella [2002] s avère être un juriste et un membre de la fédération italienne du football. 24 Platini M. [2011], L Équipe magazine, 31 décembre

13 96 Tableau 1. Profil des dirigeants du comité exécutif de l UEFA (début 20) 2014 Fonction dirigeante dans le football professionnel Durée carrière fédérale nationale et internationale avant l entrée au comité exécutif UEFA ans 15 ans Aucune (ancien joueur pro) Âge d entrée au comité exécutif de l UEFA Carrière de dirigeant à l échelle nationale (plus haut poste obtenu avant l entrée à l UEFA) Carrière professionnelle Ancien joueur en équipe nationale Nom / fonction / année de naissance Dirigeant sportif Président du comité d organisation de la coupe du monde de football 1998 Oui, puis entraîneur Michel Platini Président 1955 Président de la fédération turque 48 ans ans Aucune Non Banquier Hommes d affaires Gestionnaire de projet UNICEF Senes Erzik Premier vice président ans 11 ans A dirigé un club de 2 e division en Angleterre Non Juge d instruction Président de la fédération anglaise de football Geoffrey Thompson Vice présient 1945 Oui Juriste Président de la fédération espagnole 42 ans 4 ans Aucune (ancien joueur pro) Angel Maria Villar Llona Vice président 1950 Non Homme d affaires Président de la fédération chypriote 50 ans 11 ans Aucune Marios Lefkaritis Vice président 1946 Président de la fédération italienne 59 ans 20 ans Aucune Non Chef d entreprise Député italien Giancarlo Abete Ne sont ici prises en compte que les hautes fonctions occupées à l échelle nationale (au moins membre du comité exécutif d une fédération nationale). À ce titre, les chiffres mentionnés qui découlent des limites afférentes au dispositif d investigations empiriques sous évaluent la durée de l investissement fédéral.

14 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > ans 24 ans Aucune Vice présidente de la fédération norvégienne Oui Directrice adjointe d un comté Karen Espelund 1961 Non Homme d affaires Président de la fédération russe 58 ans 2 ans Président du Zenith Saint Petersbourg (2 ans) Sergey Fursenko 1954 Non Juriste Président de la fédération suisse 56 ans 15 ans Président du FC Minerva Peter Gillieron 1953 Président de la fédération danoise 60 ans 12 ans Aucune Non Commissaire de police Allan Hansen 1949 Non Juriste Président de la fédération slovaque 58 ans 19 ans Aucune Frantisek Laurinec 1951 Non Banquier Président de la fédération israélienne 54 ans?? 26 Président du Petach Tikva FC Avraham Luzon 1955 Dirigeant sportif Président de la fédération bulgare 48 ans 11 ans Aucune (Ancien joueur pro) Oui (son père et son fils aussi) Borislav Mihaylov 1963 Oui Dirigeant sportif Président de la fédération roumaine 55 ans 17 ans Aucune Mircea Sandu ans 8 ans Président du Dynamo de Kiev (5 ans) Président de la fédération ukrainienne Non Homme d affaires Député Grigoriy Surkis ans 1 an Président de l Ajax d Amsterdam (14 ans) Non Dirigeant sportif Président de la fédération néerlandaise Michael Van Praag 1947 Non Magistrat Président de la fédération allemande 64 ans 17 ans Aucune Theo Zwanziger Luzon est devenu président de la fédération israélienne en 2006, après un investissement en son sein qui semble remonter aux années 1990, mais qu il n a pas été possible de dater avec précision

15 5. Être propriétaire d un club : les profits symboliques d un investissement économique 98 Le profil des dirigeants 27 des quinze plus grands clubs européens 28 est assez différent de celui de leurs homologues de l UEFA (cf. tableau 2). La très large majorité d entre eux sont des businessmen (là encore le masculin s impose, car on compte seulement une femme parmi les 17 dirigeants retenus) qui accèdent nettement plus jeunes que les dirigeants de l UEFA à des positions dominantes dans l espace du football européen (48 ans en moyenne contre 54). Cette différence est particulièrement grande s agissant des propriétaires (ou présidents) des trois plus grands clubs continentaux puisqu ils ont en moyenne moins de 40 ans (39 ans et demi) quand ils en prennent la tête. Cette précocité est rendue possible par un circuit d accès aux positions dominantes beaucoup plus court que pour les dirigeants fédéraux : alors que ces derniers arrivent au sommet de l UEFA après une longue carrière au sein de leur fédération nationale respective et/ou des instances internationales, la majorité de ceux qui investissent les clubs de l élite continentale le font en accédant d emblée à des positions dominantes (12 sur 17 sont directement entrés dans le club qu ils dirigent en qualité de propriétaires, présidents ou vice présidents). Et s il y a bien des cas de «carrières maison», c est à dire de carrières qui conduisent à diriger le club après avoir passé l essentiel de sa vie professionnelle dans et au service de ce dernier, elles sont très minoritaires (deux au total). En effet, même si les modalités d accès à la fonction sont variables (reprise du club «familial» vs achat d un club), c est pratiquement toujours au nom de ressources extérieures au football que l on arrive à la tête d un club de rang européen. Uli Hoeness, président du Bayern de Munich, est ainsi le seul à avoir été un ancien joueur de haut rang. Tous les autres dirigeants de clubs ont été, au mieux, des joueurs modestes, quand ils ne sont pas purement et simplement étrangers, par leurs pratiques, au football. Quand on ajoute à cela le fait que le football est un espace très largement déficitaire sur le plan financier 29, on peut s interroger sur ce qui est au principe de l investissement de ces patrons. Un travail, portant sur les seuls présidents français, fournit des pistes intéressantes : ces derniers ont en commun d être des dirigeants à faible capital culturel et ayant fait fortune sur un temps court. Ils trouvent dans le football un espace accessible à leur profil d élite illégitime comme en atteste leur absence du Who s who et leur fort ancrage local et leur permettant de transformer leurs profits économiques en capital symbolique [Schotté, 20]. Cette interprétation semble pouvoir prévaloir également à l échelle européenne avec de nombreux clubs qui appartiennent à des «nouveaux riches» dont les fortunes ont été acquises de façon parfois douteuse, et qui voient dans le football un espace pour les blanchir symboliquement 30. Autrement dit, l engagement dans le football professionnel n est rentable 27 Nous avons ici considéré le cas des investisseurs majoritaires et, lorsque les financements des clubs ne sont pas le fait d un ou deux actionnaires principaux, les présidents. 28 On reprend ici le classement réalisé par l UEFA en 2012 à partir des résultats obtenus par les clubs européens entre les saisons et Un rapport rédigé par l UEFA en février 2012 indique que 56 % des clubs professionnels européens étaient déficitaires en On fait ici l hypothèse que les analyses de Nicolas Guilhot [2006], relatives aux fondations philanthropiques par lesquelles les «barons voleurs» tentent de légitimer leur richesse, sont transposables au football. 2014

16 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 pour eux que parce qu il est un espace doté d une valeur symbolique particulière, celle ci ayant partie liée avec sa structuration singulière qui en fait un espace irréductible aux investissements économiques dont il est l objet. Vus sous cet angle, les dirigeants des clubs ont alors intérêt à ce que le football professionnel ne soit pas assimilé à un «business comme un autre». Outre les bénéfices symboliques qu il autorise, l argument de la spécificité vaut aussi pour des raisons strictement économiques : il rend en effet possible des modes de financement et des aménagements ordinairement interdits dans les industries «classiques». C est en effet au nom de la spécificité du sport que les collectivités publiques françaises financent le football professionnel de façon directe ou indirecte (notamment en mettant à disposition des clubs des équipements sportifs et en participant au financement des centres de formation). C est aussi en son nom que des dispositifs fiscaux dérogatoires propres aux footballeurs ont été mis en place dans différents pays d Europe (et notamment en Espagne avec la loi dite Beckham en 2004) afin de permettre aux clubs nationaux d attirer les meilleurs joueurs 31. Enfin, même s ils sont vecteurs d une importation massive de capitaux, et peuvent à l occasion revendiquer que le football européen s affranchisse de sa tutelle fédérale, le fait est que les propriétaires des clubs n ont pas forcément intérêt à une telle issue. En plus des éléments évoqués, une telle opération pourrait en effet s avérer particulièrement risquée, comme l indique ici le représentant d une ligue professionnelle : «Il y a toujours ce risque, mais ils auraient Je pense que les clubs [ ] auraient tellement à perdre, dans le court terme, pour un gain hypothétique, dans le moyen ou le long terme, qu ils ne prendront pas le risque [ ]. Aujourd hui, ils auraient beaucoup à perdre, peut être beaucoup à gagner, mais de façon hypothétique. Beaucoup à perdre, c est 50 millions par an en termes de droits TV chez nous, plus les revenus de la ligue des champions donc on a probablement entre 70 et 80 millions. Avant de retrouver ça sur une compétition qui est pas encore créée, structurée [ ], qui n est pas prestigieuse, qui n est pas vendue, euh Vu la situation économique de certains clubs, c est une décision lourde de conséquences quoi! Donc voilà, je ne suis pas convaincu qu ils le feront [ ]. Je ne crois pas que les clubs sont dans une situation où ils peuvent l envisager, très sincèrement. Plus tous les frais négatifs en termes de relations presse, politique. Vous imaginez? Les grands clubs se séparent, plus de solidarité, c est difficile à gérer quand même, c est difficile à gérer.» [Représentant d une ligue professionnelle, environ 40 ans, diplômé d un IEP, Bruxelles avril 2012.] 31 C est précisément ce que fut l argument des présidents de clubs de football français à l automne 20. C est au nom de la spécificité du football que ces derniers ont tenté de s opposer, en menaçant de lock out, à une application dans le football professionnel de la taxe à 75 % sur les très hautes rémunérations

17 100 Tableau 2. Profil des dirigeants des 15 plus grands clubs européens (début 20) Investissement antérieur dans le football Autre 2014 Carrière professionnelle Club Propriétaire (ou président) / Année de naissance Son père a été secrétaire du club Entrée au club en 2003 (vice-président). Président en 2010 Sandro Rosel (1964) Homme d affaires (industrie du sport) FC Barcelone Nationalité américaine Aucun Présidents en 2005 Fils de Malcolm Glazer qui a acheté le club en 2005 Homme d affaires (industrie alimentaire / pétrole /spectacle) Avram (1961) et Joel Glazer (1967) Manchester United Nationalité russe Aucun Propriétaire en 2003 Homme d affaires (industrie pétrolière et métallurgie) Chelsea Roman Abramovitch (1966) 68 e fortune mondiale en 2012* Ancien parlementaire Uli Hoeness (1952) Dirigeant de club Ancien joueur pro (9 ans au club) et en équipe nationale Fonctions dirigeantes au club pendant 30 ans Bayern de Munich Président en 2009 Real de Madrid Florentino Perez (1947) PDG (premier groupe de construction espagnol) Aucun (avait tenté de se faire élire en 1995) Président en 2000 Arsenal Peter Denis Hill (1936) Banquier d investissement 3 e membre de sa famille à devenir président du club (en 1982) Ancien joueur de cricket Président de la fédération internationale d escrime (2008) Nationalité russe Aucun Second actionnaire depuis 2007 Homme d affaires (industrie du fer, de l acier, du pétrole et des médias) 28 e fortune mondiale* en 2012 Alicher Ousmanov (1953) Président depuis 1995 Fils de l ancien président du club Ses frères et ses fils occupent des fonctions dirigeantes dans le club Massimo Moratti (1945) Homme d affaires (industrie du pétrole) Inter de Milan 7 e formule d Italie en 2008*

18 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 Enrique Cerezo (1948) Producteur de cinéma Président depuis 2003 Vice président du club depuis 1987 Athletico Madrid Banquier Président depuis 1982 Membre de l équipe dirigeante depuis 1976 (après avoir été président de la section Rink Hockey du FC Porto en 1962) FC Porto Jorge Nuno Pinto da Costa (1937) PDG (logiciels) Aucun Président depuis 1987 Jean Michel Aulas (1949) Olympique Lyonnais Producteur de télévision Aucun Président depuis 2010 Nationalité américaine Propriétaire d une franchise en MLB (Baseball) Liverpool Thomas Charles Werner (1950) Aucun Président depuis 1986 Milan AC Silvio Berlusconi (1936) Homme d affaires (bâtiment ; audiovisuel) Homme politique (président du Conseil) 1 re fortune italienne en 2004* Directeur de magasins Entre au club en 1995 Président en 2009 Valence FC Manuel Llorente Martin (1952) Entre au club en 2001 Président en 2003 Louis Filipe Viera (1949) Homme d affaires (pneumatique/ BTP /immobilier) Benfica de Lisbonne Veuve de l ancien président Présidente en 2009 Femme d affaires (multinationale négoce) Margarita Louis Dreyfus (1962) Olympique de Marseille * D après le magazine Forbes

19 102 Le risque d une éventuelle sécession des clubs avec les compétitions organisées par l UEFA n est pas seulement économique, il s exprime aussi en termes d image : les tentatives, comme celle orchestrée au début des années 2000 par le G14 (regroupement de quatorze grands clubs européens), de création d une ligue européenne indépendante de la structuration fédérale sont systématiquement présentées comme relevant de la poursuite d un intérêt particulier qui serait contraire au modèle européen du football «caractérisé par des compétitions ouvertes dans le cadre d une structure pyramidale, dans laquelle des centaines de milliers de clubs amateurs et des millions de bénévoles forment le vivier des clubs professionnels de haut niveau [et qui] est le résultat d une tradition démocratique bien ancrée dans la société tout entière» 32. Aussi, s engager dans la voie d une telle création dissidente conduirait, si l on suit l extrait d entretien qui précède, les propriétaires de clubs à se mettre en porte à faux vis à vis des pouvoirs publics, des journalistes et aussi sans doute d une partie des amateurs (dans tous les sens du terme). Ce qui ne serait vraisemblablement pas sans conséquence négative sur leurs possibilités de financement 33. Aussi, en dépit de ce qui les oppose en apparence, les intérêts des propriétaires de clubs ne sont ils pas, dans la configuration actuelle, si éloignés de ceux des dirigeants fédéraux. Et dans ces conditions, bien sûr susceptibles d évolution, les uns et les autres ont finalement des intérêts communs comme l atteste l extrait qui suit : 2014 «[Il y a] des questions plus business, vente des droits [ ] à des chaînes de télé, des sites internet, euh la question des paris sportifs, l intégrité des compétitions, où là, très sincèrement les positions [ ] sont très très proches. Donc là on fait vraiment du lobbying en commun, c est pour ça que je travaille très facilement et très souvent avec Untel et Untel [ ], même si les gens pensent que c est la guerre parfois entre la Premier League et la ligue française, ou entre l UEFA et la ligue allemande [ ]. On a des contacts entre nous. On est pas toujours d accord, ce qui est logique, mais sur les sujets commerciaux on a souvent des positions communes [ ]. À l heure actuelle, c est par exemple les sites internet qui utilisent notre contenu sans autorisation, les gens qui veulent la gratuité totale du contenu sur internet [ ]. L autre, je dirais pas ennemi, disons l autre groupe qui est un peu sur les questions de droit, c est les opérateurs de paris sportifs qu ils soient publics ou privés, qui considèrent qu eux peuvent utiliser le contenu sportif comme ils veulent, etc., et nous, on considère qu ils utilisent des compétitions que nous, on organise, et qu il doit y avoir des relations contractuelles.» [Ibid.] Au regard de cette convergence d intérêts, on comprend que les dirigeants des clubs et des ligues professionnelles puissent collaborer avec ceux de l UEFA. Et si l on ajoute que les cadres salariés des deux parties ont des profils proches (ils sont dans leur très large majorité diplômés en droit, en économie, ou en «gouvernance» 34, et tous partagent une appétence pour le sport 35 ), on comprend que les uns et les autres 32 Rapport sur l avenir du football professionnel, op. cit. 33 Il ne s agit bien sûr pas de faire ici de la «sociologie fiction», mais de mettre au jour la façon dont les dirigeants de clubs perçoivent la situation présente. 34 Par là, on entend les différents cursus comme les IEP en France ou les MBA. 35 Voir, pour le cas français, Chimot et Schotté [2006].

20 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 puissent se retrouver dans une vision commune et être conduits à persévérer dans le présent mode de structuration du football professionnel européen. 6. Conclusion L ensemble de ces éléments relève d une invitation à se démarquer des interprétations dominantes apposées à la réalité du football européen. Ces dernières prennent le plus souvent la forme d un sens commun journalistique et savant condamnant l émergence récente du «foot business» qui porterait atteinte à «l esprit du jeu». Outre leur sous bassement d ordre moral, ces lectures posent problème pour au moins trois raisons : elles conduisent, d abord, à opposer «football» et «économie», comme si ce sport avait pu se développer indépendamment des investissements économiques dont il a été très précocement l objet et qui ont contribué à lui donner forme. Elles considèrent, ensuite, que l apport financier serait le déterminant ultime de son fonctionnement actuel et le moteur du changement, omettant ce faisant que l investissement économique est encastré dans un tissu de relations, qui détermine aussi bien ses conditions de possibilité que son efficacité. Enfin, en se cantonnant aux seuls aspects matériels, elles interdisent de prendre en compte les luttes et transactions symboliques dont le football professionnel européen est l objet. Contre ces lectures, il s agit de plaider, avec Bourdieu [1980], pour une analyse de l économie générale des investissements et des profits qui structure cet espace. On s offre ainsi la possibilité de montrer, d une part, que ce dernier s est constitué dans et par des pratiques sociales et avec l appui des pouvoirs publics européens sous une forme particulière ; et, d autre part, que cette spécificité objective cet espace fonctionne effectivement sur un mode particulier, inscrit dans le droit ne peut persister que parce qu elle constitue une ressource dotée d une plasticité suffisante pour que des acteurs très différents puissent s en saisir et la revendiquer en fonction d intérêts eux mêmes différents 36. Bibliographie Aglietta M., Andreff W., Drut S. (2008), «Bourse et football», Journal d économie politique, vol. 118, n 2, p Bourdieu P. (1980), Le sens pratique, Minuit, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1992), Les règles de l art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1994), Raisons pratiques. Sur la théorie de l action, Seuil, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1999), «Une révolution conservatrice dans l édition», Actes de la recherche en sciences sociales, n os , p Bourdieu P. (2000), Les structures sociales de l économie, Seuil, Paris, coll. «Liber». 36 Cette description de la structuration globale du football européen appelle deux précisions : il convient de rappeler, d abord, que l importance de l échelon européen dans la structuration du football professionnel ne doit pas faire oublier que les arènes nationales et locales de régulation demeurent des lieux décisifs de la forme variable qu il prend suivant les contextes ; et qu ensuite cette caractérisation globale doit être pensée non comme un fin en soi, mais comme une invitation à prolonger les investigations en s intéressant plus finement aux diverses dimensions (financement des clubs et relations d emploi notamment) qui traversent cette configuration générale [Smith, 2012]

LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté

LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté La Découverte Revue Française de Socio-Économie 2014/1 - n pages

Plus en détail

Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions?

Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions? Rapport mensuel de l Observatoire du football du CIES n 4-04/2015 Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions? Drs Raffaele Poli, Loïc Ravenel et Roger Besson 1. Introduction La Ligue des Champions,

Plus en détail

«Le football n est pas une activité économique comme les autres» Profits et luttes symboliques autour de la question de la spécificité sportive

«Le football n est pas une activité économique comme les autres» Profits et luttes symboliques autour de la question de la spécificité sportive «Le football n est pas une activité économique comme les autres» Profits et luttes symboliques autour de la question de la spécificité sportive Manuel Schotté CERAPS (UMR 8026) Il ne fait aujourd hui aucun

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction 7 Pour le sportif, quelle que soit la modalité de sa pratique, compétition amateur, professionnalisme, loisir, etc., celle-ci est la quête d un plaisir qui exige un effet sur soi. C est une forme de thérapie

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

Le sport et ses pouvoirs

Le sport et ses pouvoirs Le sport et ses pouvoirs (XIXe - XXe) Les travaux des historiens et sociologues du sport visent à rendre compte de la complexité des enjeux culturels, sociaux et politiques soulevés par les sports et les

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Déclaration envers l UEFA Programme de bourses de recherche de l UEFA Déclaration envers l UEFA Avant de commencer leur projet de recherche, les

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS Guide à l attention des parents des jeunes compétiteurs 1 - FFT Ce guide a pour objet de présenter la réforme fédérale de la formation des jeunes de moins de 12 ans et notamment

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff Samedi 7 décembre 2013 Stage de recyclage FSQ Julien Gourbeyre I. 3 personnages clés Jack REYNOLDS (1914-1947) - Premiers trophées. - Les prémices du football

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Critères de sélection de l équipe de France senior de ski-alpinisme pour les championnats du monde 2015 à Verbier (Suisse)

Critères de sélection de l équipe de France senior de ski-alpinisme pour les championnats du monde 2015 à Verbier (Suisse) Critères de sélection de l équipe de France senior de ski-alpinisme pour les championnats du monde 2015 à Verbier (Suisse) fédération française de la montagne et de l escalade I. CADRE RÉGLEMENTAIRE La

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG

REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG Applicable pour les étudiants en mobilité à partir de 2013/2014 La troisième année du diplôme de l

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Annexes. Annexe de la Charte du Sport PAGE 1 / 7. www.european-lotteries.org. Version No 1 / Mai 2012

Annexes. Annexe de la Charte du Sport PAGE 1 / 7. www.european-lotteries.org. Version No 1 / Mai 2012 Annexes Liste des sujets examinés dans le cadre de la Charte EL du sport Table des matières: 1. Mesures permettant de préserver indirectement l intégrité du sport 1.1. Régulation des paris sportifs...

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

INVITATIONS A PARTICIPER AU CHAMPIONNAT DE FRANCE PROA SAISON

INVITATIONS A PARTICIPER AU CHAMPIONNAT DE FRANCE PROA SAISON INVITATIONS A PARTICIPER AU CHAMPIONNAT DE FRANCE PROA SAISON 2013-2014 Cahier des Charges 1. PREAMBULE Ce cahier des charges s inscrit dans la décision de l Assemblée générale de la Ligue Nationale de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT SOUFIANE MOMTAZ

MOT DU PRÉSIDENT SOUFIANE MOMTAZ MOT DU PRÉSIDENT Le Club Forteresse Alqods des Echecs constitue une fierté pour ses membres et supporters. Après sa fondation il y a quelques années, nous avons pu obtenir la reconnaissance et l estimation

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

STATUTS Edition juillet 2013

STATUTS Edition juillet 2013 STATUTS Edition juillet 2013 1 ModificationsAdaptations par l Assemblée des délégués 30.02015 : Ch. 9 des définitions ; art. 3 ch. 3 (nouveau) ; art. 51 ch. 1 al. 3 ; art. 65 ch. 4 lettreslit. i et k ;

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la pratique d un établissement de crédit consistant à refuser l accès à ses crédits aux populations d

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE 1) Droits d exploitation audiovisuelle des compétitions professionnelles... 185 2) Match télévisé... 185 3) Match des Champions... 185

Plus en détail

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La Cotation Banque de France Novembre 2013 La Cotation Banque de France 2 Objectifs de la Banque de France Définition de la Cotation Banque de France Les sources d informations pour l attribution de la

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Réglementation des cartes jaunes et rouges

Réglementation des cartes jaunes et rouges Réglementation des cartes jaunes et rouges Si un arbitre s est trompé d identité du joueur lorsqu il a donné une carte jaune, il doit reconnaître son erreur au plus tard le premier jour ouvrable qui suit

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2 TABLEAU COMPARATIF ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct Acte de 1976 Article premier Article premier Les représentants, au Parlement européen, des peuples

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotionde l Investissement Institut National Algérien de la Propriété Industrielle La contrefaçon dans le domaine des TIC, en vertu

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Déjeuner du forum international de Paris Europlace prononcé par Claire WAYSAND,

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail