LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté"

Transcription

1 LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté La Découverte Revue Française de Socio-Économie 2014/1 - n pages 85 à 106 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Schotté Manuel, «La structuration du football professionnel européen» Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive», Revue Française de Socio-Économie, 2014/1 n, p Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 La structuration du football professionnel européen Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel SCHOTTÉ CERAPS, Université Lille 2 lille2.fr Il ne fait aucun doute que le football revêt aujourd hui une dimension économique. L article montre que celle ci ne relève pas d une intrusion récente et inéluctable des forces financières qui porteraient atteinte à ce sport, mais que les investissements marchands dont le football est l objet demeurent au contraire assujettis à sa logique spécifique. Loin d être réductible à une lecture économique, l espace footballistique européen n est intelligible que si l on met au jour les luttes symboliques et les enjeux sociaux qui le traversent et qui expliquent la prévalence de la «logique sportive» dans sa structuration. La structuration du football professionnel européen There is no doubt that football has today an economic dimension. The paper shows that it is not an inevitable intrusion of financial forces that would undermine the sport. The merchant investments in the football remain on the contrary liable for the specific logic of this sport. Far from being reducible to an economic interpretation, European football field is only intelligible if one reveals the symbolic struggles and social issues that cross and explain the prevalence of sports specificity in its structure. Mots clés : football, économie, spécificité, luttes symboliques, dirigeants. Keywords: football, economy, specificity, symbolic struggles, directors. Il ne fait aujourd hui aucun doute pour personne que le football revêt une dimension économique. C est d ailleurs sous cet angle qu il est, lorsque l on met de côté ce qui renvoie aux verdicts compétitifs, le plus souvent abordé. La lecture à laquelle il est alors procédé est souvent teintée d un moralisme pointant les dérives du «foot business» et le caractère «indécent» des rémunérations des joueurs. De façon générale, ce qui est critiqué, c est la pénétration de la logique économique

3 dans le football européen, la première étant décrite comme contribuant à pervertir les fondements du second. Au delà de la condamnation en tant que telle qui va de pair avec une nostalgie pour un supposé âge d or révolu, cette vision repose sur l idée d une intrusion récente de la logique économique dans le football ; une intrusion qui porterait atteinte à ce dernier et qui conduirait à considérer qu il est réductible à une lecture économique, seule à même de rendre compte de son fonctionnement et de ses évolutions. 86 Le texte se propose de revenir sur cette évidence en mobilisant les outils forgés par Pierre Bourdieu et en s appuyant sur une enquête relative à la structuration du football européen. Pour cela, divers chantiers empiriques ont été ouverts : sous la forme, d abord, d une série d entretiens (dix à ce jour) qui ont été menés avec des acteurs occupant ou ayant occupé des fonctions centrales au sein de cet espace ; par le biais, ensuite, d un travail sur archives (essentiellement les archives privées de Jacques Georges, qui fut membre puis président de l UEFA 1 pendant les années 1970 et 1980, ainsi que l ensemble des documents et rapports relatifs au football, émis par les institutions européennes depuis les années 1980) ; en procédant, enfin, à une sociographie des dirigeants du football à l échelle européenne. Ce versant du travail s appuie sur une grande variété de documents : sites officiels des institutions auxquelles ils appartiennent ; presse sportive, économique et «généraliste» ; Who s who nationaux. L ensemble de ces éléments vise à proposer une grille de lecture alternative à celle qui domine aujourd hui en plaçant le social au cœur de la compréhension de l espace du football professionnel européen L autonomie (du jeu) dans la dépendance (économique) La description dominante de l évolution du football considère que ce dernier est l objet d une pénétration récente et inéluctable des forces et logiques économiques. Cette lecture peut sembler, en première analyse, conforme à celle que propose Bourdieu pour d autres espaces sociaux : le principe organisateur de cette représentation est en effet celui de l existence de deux ordres, de deux espaces séparés l espace sportif et l espace économique régis par des logiques propres, l un venant «contaminer» l autre. Cela s apparente à des dynamiques que l auteur a pu mettre en évidence dans d autres espaces, comme celui de l édition par exemple [Bourdieu, 1999] où la montée des enjeux marchands porte atteinte à l autonomie de la production littéraire. On pourrait être tenté de faire le rapprochement entre les espaces littéraire et sportif et conclure à une érosion, dans un cas comme dans l autre, de la logique spécifique dont chacun de ces espaces est (ou était) le siège. S imposerait alors l image d une autonomie de l espace footballistique menacée par des considérations financières. Une telle conclusion repose davantage sur une transposition incontrôlée 1 Union of European Football Associations, c est à dire la fédération européenne de football. 2 C est par prudence que le terme d espace plutôt que celui de champ sera utilisé dans cet article. Voir si l on peut, en toute rigueur, parler de champ du football européen impliquerait en effet des développements qui dépassent de loin le cadre de cet article. Il n empêche que, même en l absence du terme (réservé à des espaces suffisamment «intégrés» pour justifier la désignation de champ), nous reprenons la grille de lecture qui lui est associée chez Bourdieu. 2014

4 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 des conclusions de travaux menés par Bourdieu que sur une réelle mobilisation des outils qu il a forgés. Contre cet usage incontrôlé de ses travaux, il faut rappeler que la cumulativité en sciences sociales ne saurait procéder de la généralisation abusive de résultats, mais bien de la mise à l épreuve de schèmes d interprétation sur différents terrains. Plutôt que d importer sans vigilance des conclusions d enquête hors de leur domaine de validité, sans doute vaut il mieux s inspirer de la démarche que Bourdieu a mise en œuvre et qui le conduit à être attentif à la genèse des espaces étudiés et aux luttes, notamment symboliques, dont ils sont le siège. Appliqué à l objet qui nous intéresse ici, ce principe permet de montrer, contre les apparences on pourrait dire «contre le bon sens sociologique» 3, que loin de s opposer à la «logique sportive» 4, la présence d argent a été consubstantielle au développement du football. C est en effet la précocité de son organisation sur un mode professionnel alors que la majorité des sports s organisaient sous une forme amateur qui a assuré son développement, en Angleterre notamment [Dunning, Sheard, 1989 ; Taylor, 2005]. Jacques Defrance [2000] montre par ailleurs que, au lieu de porter préjudice à la «logique sportive», le passage au professionnalisme des footballeurs français a conduit une autonomisation de cette dernière : en permettant à des joueurs de s engager dans le seul but de la performance sportive, l officialisation du professionnalisme met en effet à distance d autres finalités (hygiéniques, patriotiques, etc.) jusqu alors accolées au football. Avec le professionnalisme et les ressources économiques qui le rendent possible, ce sport s affranchit des causes extérieures qu il devait servir, devenant lui même sa propre fin. Il convient donc de ne pas accepter comme une évidence la contradiction apparente entre les logiques sportive et économique [Faure, Suaud, 2004]. Cela suppose d être particulièrement vigilant quant à l usage de la notion d autonomie [L Estoile, 2003 ; Lahire, 2006] et de la dissocier de celle d indépendance : tandis que la première renvoie à l existence de «règles du jeu» spécifiques à un espace social donné et à la capacité de ses membres à les contrôler [Bourdieu, 1992 ; Sapiro 2003], la seconde désigne la capacité de fournir les conditions matérielles d un engagement dans cet espace. Et, comme le souligne Chartier [2003], la conquête de l autonomie passe souvent par l acceptation de la dépendance, ce qui est précisément le cas pour les footballeurs : l autonomie de l espace footballistique s est construite en s appuyant sur la prise en charge matérielle des joueurs par des dirigeants de clubs, les premiers dépendant économiquement des seconds. Cet adossement de la logique spécifique du football sur les forces économiques qui l appuient se retrouve aussi dans le fait que l espace du football ne se polarise pas, comme un rapprochement trop rapide pourrait le faire croire, de la même façon que celui de l art par exemple 5 : il n oppose pas le pôle commercial (et/ou du succès 3 Dans la mesure où nombre de chercheurs en sciences sociales appuient cette vision, par exemple Piraudeau [2012] qui raisonne en termes de «dérives». Cela affleure aussi dans un texte pourtant beaucoup plus problématisé [Gasparini, Polo, 2012]. Pour une critique des travaux prétendument critiques, voir Loirand [2006]. 4 Par «logique sportive», nous entendons les règles et pratiques qui sont spécifiques au sport et ici au football, à savoir ce qui fait que les critères qui font le «bon footballeur» sont propres à l espace footballistique et ne peuvent se déduire des autres attributs sociaux dont les joueurs sont porteurs. Ceci dit, il ne s agit pas de sous entendre que ces aspects sont indépendants du social. D une part parce que l existence d un espace spécifique qui reconnaît les compétences footballistiques à l exclusion de toutes autres est bien sûr le produit d une histoire dont on peut reconstruire la genèse [Elias et Dunning, 1994]. Et d autre part, parce que la compétence spécifique s appuie toujours, pour se développer, sur d autres ressources [Schotté, 2012]. 5 Voir les travaux de Bourdieu sur le champ artistique [1992]

5 temporel) à celui de l excellence. Même s il existe quelques exceptions, les joueurs les mieux rémunérés sont ceux qui sont tenus comme les plus performants du point de vue des critères de consécration propres au football. On voit donc que, là encore, logiques économique et sportive ne sont pas incompatibles et que, aujourd hui comme hier, elles tendent à aller de pair. Au regard de l augmentation considérable du nombre d investisseurs (chaînes de télévision ; sponsors ; etc.) et des montants financiers engagés dans le football depuis les années 1980 [Drut, Raballand, 2010], on pourrait penser qu un changement s est opéré et que les enjeux économiques ont dorénavant pris le pas sur les enjeux sportifs. C est là encore considérer que ces deux catégories d enjeux seraient forcément contraires et oublier que les investissements consentis par les dirigeants de clubs ont, dans leur très large majorité, pour but la conquête de titres sportifs. 88 Il s agit en l occurrence d une particularité forte de l économie du football dont il a été montré qu elle est, du point de vue des clubs européens, très largement déficitaire [Lago, Simmons, Szymanski, 2006 ; Drut, 2011], notamment parmi les clubs les plus consacrés sportivement. D où l idée que l investissement financier des propriétaires de clubs ne vise pas tant le gain économique que la réussite sportive. C est principalement dans le but d attirer les joueurs considérés comme les plus à même de remporter des trophées qu ils déboursent des sommes considérables ; de même, l investissement des chaînes de télévision est fonction de la valeur sportive de l événement dont elles achètent les droits de retransmission [Spink, Morris, 2000 ; Szymanski, 2010]. Dans les deux cas, l investissement économique est lié à l excellence sportive : il s agit bien, dans le cas de «l achat» de joueurs réputés, de transformer du capital économique en capital sportif [Faure, Suaud, 1994], aspect qui est tout sauf nouveau dans l espace du football [Wahl, Lanfranchi, 1995]. Et concernant les droits de retransmission, la concurrence entre les chaînes de télévision porte sur les compétitions les plus prestigieuses du calendrier sportif. Au total, une conclusion s impose : même si l investissement dans le football peut servir d autres fins, l accès à ces dernières suppose d épouser les modes de hiérarchisation propres à ce sport. Et quand bien même un investisseur ne viserait que le profit, le fait est que la quête de l enrichissement n est aucunement incompatible avec la «logique sportive». Plus : elle est assujettie à cette dernière [Aglietta, Andreff, Drut, ]. Est ce à dire que l espace du football est inchangé depuis la fin du xix e siècle? Assurément, non. Montrer les limites d une analyse qui postule l idée d une rupture récente ne signifie pas remplacer l illusion de la nouveauté radicale par celle du «depuis toujours». Au titre des changements avérés, il faut signaler que les acteurs impliqués dans la structuration du football européen sont beaucoup plus nombreux que par le passé (institutions de l Union européenne, syndicats et agents de joueurs, chaînes de télévision, etc.) et que les flux financiers ont bel et bien changé d échelle tant du point de vue des sommes engagées que sur le plan spatial depuis les années 1980 [Bourg, Gouguet, 2005 ; Drut, 2011]. On ne saurait pour autant en conclure que l accroissement du capital économique investi soit le facteur unique de changement 6 Le succès est en effet une condition nécessaire (mais non suffisante) à la rentabilité. Ce qui explique pourquoi certains clubs de haut rang peuvent être en déficit. 2014

6 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 et que son étude suffise à rendre compte des dynamiques du football professionnel européen. Il s agit, à l inverse, de considérer que le capital économique ne devient efficient qu à la condition de se transformer en capital sportif [Faure, Suaud, 1999], ce qui revient non pas à relativiser le poids et l importance de la puissance financière, mais à s intéresser aux diverses médiations par lesquelles elle se trouve dotée d une force. L autonomie de l espace du football se donne précisément à voir dans la capacité qu il a d assujettir l argent extérieur aux règles et usages qui sont en vigueur en son sein. Cela signifie que le capital économique n est vecteur d autonomie que tant que les instances qui dirigent le football parviennent à le rendre compatible avec la «logique sportive». Les différents scandales des matches truqués et des paris illégaux qui les accompagnent sont de ce point de vue très parlants : la condamnation unanime de ces pratiques et la large mobilisation pour les empêcher attestent que ce que l on cherche à éradiquer c est l arrivée d une logique économique qui ne s indexe par sur la «logique sportive». L argent est critiqué quand il conduit à transformer le jeu dont les fédérations sont les garantes [Loirand, 1998]. Il est en revanche accepté, voire recherché, tant qu il «ne dénature pas le jeu», c est à dire tant que les canaux par lesquels il est investi sont en phase avec ce qui fonde la «spécificité sportive». 2. L émergence de l échelon européen et de l UEFA dans la régulation du football professionnel Expliquer la primauté de la «logique sportive» dans le football européen suppose de rendre compte des conditions de son émergence et de son maintien. La structuration particulière de cet espace professionnel n est en effet aucunement liée à ses propriétés intrinsèques, mais découle de l histoire dont elle est le produit ; une histoire dans laquelle les fédérations sportives ont joué un rôle majeur. Ce sont en effet elles qui, depuis la fin du xix e siècle, ont été les dépositaires de la «logique sportive» dont elles se font les défenseurs. Gardiennes des règles de la compétition sportive, les fédérations sont historiquement décisives dans l organisation du football, et ce aussi bien sur le plan international (c est la FIFA, la fédération internationale de football, qui définit les règles du jeu) que national (les fédérations nationales ayant été structurantes dans la genèse du professionnalisme dans la majorité des pays européens). Ces éléments amènent à prendre ses distances avec le «mythe du marché» [Fligstein, 2001] comme pure émanation des forces économiques. De même qu on ne peut comprendre le «marché de la maison» qu en reconstruisant l histoire de son édification par les acteurs étatiques notamment [Bourdieu, 2000], on ne peut rendre compte du fonctionnement du «marché du football» qu en s intéressant au rôle des fédérations. Il s agit donc d inverser la perspective habituelle qui consiste à dresser les fédérations contre le marché et à y voir deux réalités différentes, sinon antinomiques, pour montrer en quoi les premières s avèrent prégnantes dans la définition du second. Dire que les fédérations sont prégnantes ne signifie bien sûr pas qu elles sont les seules à peser sur la forme prise par le football professionnel. Le pouvoir de ces autorités non politiques que sont les fédérations sportives est en effet indissociable des relations

7 qu elles entretiennent avec, d une part, l État [Simon, 1990 ; Faure, Suaud, 1999 ; Defrance, 2001] et les instances supranationales, comme la Commission européenne [Parrish, 2003 ; Garcia, 2007], qui leur confèrent une légitimité, et avec, d autre part, les autres acteurs de l espace footballistique au premier rang desquels figurent les clubs [Holt, 2007] et les ligues professionnelles [Taylor, 2005]. Tout laisse d ailleurs à penser que ces dernières jouent aujourd hui, au niveau national, un rôle primordial dans la définition du professionnalisme footballistique. Cet élément, ajouté au fait que les formes prises par ce professionnalisme sont variables suivant les pays [Nieman, Garcia, Grant, 2001 ; Kleven, Landais, Saez, 20], pourrait conduire à mettre en doute l importance de l échelle européenne et le pouvoir de l UEFA dans la structuration du football professionnel. Il semble à l inverse que ces derniers soient désormais tout à fait centraux. 90 Même si l échelon national prime historiquement dans la structuration du football en Europe, le niveau européen est progressivement devenu un espace important : d abord du fait de la création, par l UEFA, d une compétition par clubs la Ligue des Champions 7 à l échelle du continent [Vonnard, 2012]. Cette épreuve, qui est rapidement devenue la plus importante du calendrier, a été centrale dans l émergence d un espace européen du football [Madsen, 2007]. Et même si l européanisation de l horizon compétitif s accommode d un fort ancrage national du professionnalisme footballistique (tant du point de vue de la propriété du capital 8, des règles de fonctionnement que de la relation salariale), l échelon européen s est peu à peu imposé comme un espace de régulation supplémentaire et décisif du fait de l implication des institutions de l Union européenne (UE) avec, notamment, ce qui a été appelé l arrêt Bosman (nom d une décision de la Cour de justice des Communautés européennes CJCE rendue en 1995, et qui s est opposée, en les considérant contraires aux principes du droit communautaire, à certains règlements fédéraux qui encadraient jusqu alors le football professionnel). Alors même que cette décision de justice est souvent perçue comme le signal d un ébranlement du pouvoir fédéral, elle a en réalité contribué à une intégration européenne des enjeux du football et à la reconnaissance des représentants agissant à ce niveau, et particulièrement de l UEFA, comme interlocuteurs des institutions de l UE. L UEFA était en effet, en 1995, la seule institution liée au football professionnel qui se déclinait à l échelle européenne. Et, en l absence de ligue professionnelle continentale, les dirigeants de l UEFA ont trouvé dans cette configuration particulière un appui à leur volonté de réguler le football européen. Si d autres acteurs collectifs sont apparus depuis à cette échelle (Fifpro Division Europe 9 ; European Professional Football Leagues ; European Club Association ; European Football Agents Association), l UEFA est assurément le plus puissant d entre eux, au point de signer en 2012 une «déclaration commune» document qui est d ordinaire publié en commun par l UE et un État relative au «Fair Play financier». Ce dispositif (dont l UEFA est le maître d œuvre) consiste en une opération de contrôle des comptes financiers des clubs avec des sanctions possibles (à terme, les clubs déficitaires ne pourront plus participer aux 7 Par ce nom générique, nous désignons la compétition par clubs, centrale dans le calendrier européen, qui a pris différents noms dans l histoire, depuis la coupe des clubs champions jusqu à la Champions League aujourd hui. 8 Les clubs sont en effet, dans leur très grande majorité, la propriété d investisseurs nationaux, à l exception, du as anglais. 9 La FifPro est le syndicat international des joueurs. 2014

8 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 compétitions de l UEFA), dénotant le pouvoir de structuration de cette dernière sur le football professionnel à l échelle continentale. En se faisant reconnaître par l UE, l UEFA se voit ainsi dotée, à l issue de ce qui s apparente à une «lutte pour le pouvoir sur le pouvoir» [Bourdieu, 2012], d un droit de régulation sur le football européen. Et elle devient en quelque sorte l équivalent d une ligue professionnelle à l échelle continentale dans la mesure où, en plus d organiser la Ligue des Champions, elle en exploite aussi les droits et retombées économiques. 3. Le football est il une activité économique comme les autres? La spécificité comme enjeu La reconnaissance de l UEFA comme interlocutrice légitime des institutions de l UE est le produit d une lutte symbolique quant à la façon de définir le football. Le pouvoir de régulation de telle ou telle institution dépend en effet de la façon dont ce sport est qualifié. C est ce que démontre l arrêt Bosman : en considérant que «l activité des joueurs professionnels ou semi professionnels de football [ ] constitue une activité économique», cet arrêt de la CJCE a conduit à déclarer comme illégaux des règlements fédéraux qui limitaient la circulation des joueurs communautaires. C est en vertu d une définition du football comme activité économique à part entière que la CJCE, ensuite relayée par la Commission européenne, a mis fin à «l exception sportive» comme le titrait le journal Le Monde dans les jours qui ont suivi la décision des juges 10. On comprend alors que la façon de qualifier le football professionnel soit un enjeu majeur pour tous ceux qui prétendent le régir. Les mots ne servent en effet pas simplement à décrire la réalité, ils la construisent, et dire ce qu il en est du football revient à pouvoir le gérer. Une lutte symbolique, se déroulant à l échelle européenne, oppose alors ceux qui défendent le principe d une spécificité du football et ceux qui y voient un espace économique comme les autres. Loin d être neutres, ces lectures s avèrent prescriptrices en induisant une vision de ce que doit (ou devrait) être le football : étayer le principe d une spécificité sportive conduit à le placer à l écart de (ou au dessus de) l économie «ordinaire». Ce cadrage a été historiquement le fait des fédérations nationales et internationales et, dans le cas présent, de l UEFA. L enjeu pour cette dernière n est pas tant de s opposer à la présence de relations marchandes dans le football les archives fédérales montrent qu elle a largement contribué à les alimenter 11 que de définir le mode d organisation (notamment économique) qui structure ce sport. Défendre le principe d une spécificité sportive est pour elle une façon de faire prévaloir sa centralité dans la gestion des affaires sportives et de mettre à distance d autres modes de régulation. Et en se présentant comme les garants du jeu, les acteurs fédéraux assimilent toute entreprise concurrente comme un risque d altération de ce dernier, quitte à employer des tons catastrophistes comme Michel Platini juste après son élection à la tête de l UEFA en 2007 (soit juste avant le Traité de Lisbonne, alors que planait une incertitude quant au traitement qui y serait réservé au sport) : 10 Bozonnet J. J. (1995), «L exception sportive a disparu», Le Monde, 30 décembre. 11 Archives privées de Jacques George, Archives nationales du monde du travail (ANMT), voir en particulier le dossier

9 «C est du sport, ce n est pas un produit. C est une part de notre vie. S ils [les dirigeants de l Union européenne] suivent cette idée, je serai très confiant [quant à l avenir du football]. S ils disent que c est un produit, c est la fin de notre sport 12.» En arguant que leurs «arguments l emporteront pour le bien du football», les dirigeants de l UEFA s érigent en défenseurs de ce sport 14. Et, ce faisant, ils transforment leur intérêt particulier en une cause plus générale qui les dépasse et qui engage l avenir de la discipline. Se revendiquant de la promotion d un universel, ils font de l impératif de la spécificité du football un rempart contre les appropriations privées risquant de profaner ce qui est décrit comme un bien commun («une part de notre vie») : «Une fédération est là pour représenter l intérêt général de sa discipline. Le risque c est que les intérêts privés s expriment [ ]. Notre objectif statutaire, c est de promouvoir le foot sur tout le continent [ ]. Les clubs sont culottés, ils touchent plein de blé, ils ont un déficit de malade, ils sont gérés n importe comment et ils réclament. Avant de réclamer, nettoyez devant votre porte!» [Dirigeant de l UEFA, environ 40 ans, diplômé en droit, Nyon, juin 2012] De façon opposée, une partie des plus gros clubs européens tente régulièrement de soustraire le football de cette emprise fédérale [Holt, 2007 ; Grant, 2009] en plaidant pour qu il soit traité comme un espace économique comme les autres : «Nous, on considère le sport professionnel en tant qu activité économique, et d ailleurs c est pas uniquement nous, c est la Cour de justice qui considère [que le sport] n est pas une exception à l application du droit communautaire. On a une position tout à fait claire là dessus. On ne peut pas être une exception, donc de toute façon, on sera il y aura une application de ces règles là à notre activité.» [Représentant d une ligue professionnelle, environ 40 ans, diplômé en droit, Bruxelles, avril 2011] Cette lutte symbolique n est pas nouvelle : on trouve en effet trace d une activité de défense de la particularité du football qui l exempterait d être soumis aux règlements régissant la vie économique communautaire dès les années Bien qu ancienne, l intensité de cette lutte semble s être accrue dans le courant des années 1990 et 2000 du fait notamment de l émergence de groupes d intérêt défendant les joueurs, les clubs et les ligues professionnelles à l échelle européenne [Dabscheck, 2003 ; Chatzigianni, 2010]. De leur côté, les dirigeants de l UEFA ont œuvré, de concert avec les dirigeants des fédérations d autres disciplines et avec le comité international olympique, pour faire inscrire dans la constitution européenne un article sur le sport où la spécificité de ce dernier serait explicitement évoquée [Rogulski, Miettinen, 2009 ; Garcia, 2009]. L enjeu est, pour ces instances, de disposer d un texte politique qui puisse être objecté à la jurisprudence de la CJCE qui assimile, depuis l arrêt 12 Michel Platini, interview au Financial Times, 20 mai 2007, traduite par l auteur. «Il faut protéger ce modèle, car le sport n est pas un secteur d activité (un business ) comme un autre et l UEFA ne permettra jamais qu il soit traité ainsi. Nous continuerons à défendre la spécificité du sport, et nous sommes convaincus que nos arguments l emporteront pour le bien du football.» [Les onze valeurs de l UEFA, com/uefa/elevenvalues/index.html, consulté le 30 janvier 20.] 14 Pour une proposition similaire à propos du CIO, voir Waser [2000]. 15 ANMT , 022, 023.

10 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 Bosman, le football professionnel à une activité économique. À cette fin, un intense travail de lobbying et d expertise a été mené auprès des institutions européennes afin de faire valoir les vues des organisations fédérales. La reconnaissance de la spécificité du sport dans un article (article 165) du Traité de Lisbonne peut donc, de ce point de vue, être interprétée comme une victoire pour les dirigeants fédéraux 16 ; une victoire qui les autorise aujourd hui à demander pour le sport un statut dérogatoire quant à l application des dispositions de l UE [Garcia, Weatherill, 2012]. L interprétation que fait l UEFA de cet article est en effet sans équivoque, comme le traduit cette note produite par ses services en juin 2010 : «L article 165 [ ] ne porte pas préjudice à l autonomie dont jouissent les fédérations sportives dans l accomplissement de leur mission. Au contraire, même, puisque le TFUE [Traité sur le Fonctionnement de l UE] grave dans le marbre du droit constitutionnel de l UE la spécificité du sport. Cela signifie que si le sport n est pas au dessus de la loi, il ne peut, pour autant, être appréhendé de la même manière qu une activité économique ordinaire 17.» On comprend que l enjeu de cette lutte symbolique soit central. Il s agit bien, pour l UEFA, de s imposer comme le régulateur légitime du football européen. En sus de l activité de lobbying auprès des institutions de l UE, cette lutte passe aussi par une stratégie de dramatisation dans l espace médiatique. Ses dirigeants rappellent sans cesse qu «il y a tout un système économique autour du foot qui est dangereux. On a besoin de personnes qui protègent le foot 18». Dramatiser la situation est une façon pour les dirigeants de l UEFA de faire valoir cette dernière comme une autorité morale, la seule à même de défendre le football, avec l aide des pouvoirs publics 19, contre ce qui est défini comme des instrumentalisations ou des agressions extérieures dont ce sport serait victime. 4. L intérêt au désintéressement des dirigeants de l UEFA Pour les dirigeants de l UEFA, la lutte symbolique visant à imposer une image du football à même d assurer leur emprise sur la structuration de ce sport n est pas exempte de considérations économiques. Le noble discours de la défense des «valeurs du sport» n est en effet pas incompatible avec la poursuite d intérêts financiers. Les archives de la fédération européenne mettent en évidence que, en même temps que ses dirigeants plaident pour un football «pur», ils négocient avec la plus grande 16 Comme l est le Rapport sur l avenir du football professionnel, rédigé par l eurodéputé Ivo Belet ( février 2007) et la résolution du Parlement européen qui en découle. Ce rapport indique que «[l] essence du jeu en lui même justifie également sa spécificité. Les lois de la libre concurrence économique ne peuvent pas être appliquées en tant que telles». Il est aussi précisé que «le défi principal aujourd hui est de maintenir les prérogatives des fédérations en matière de définition des règles du jeu, notamment pour l organisation des compétitions sportives». 17 Note de l UEFA [2010], Position de l UEFA sur l article 165 du Traité de Lisbonne, juin. 18 Platini M. [2011], L Équipe Magazine, 31 décembre. 19 Voir par exemple la lettre écrite par Platini, en septembre 2007, peu après son élection à la tête de l UEFA, aux chefs d États de l Union européenne pour demander leur aide afin de «protéger le football d un mercantilisme qui l assaille de toutes parts [ ]. Une grave menace plane sur le développement du football européen, l omniprésence de l argent. Notre but n est pas de nous réfugier dans un romantisme suranné et élitiste, mais l argent n a jamais été le but ultime du football, gagner des trophées restant l objectif principal. L Europe veut elle vraiment réduire le sport à une simple et triste transaction commerciale? Laissez la glorieuse incertitude du sport prévaloir sur les certitudes moroses de l argent»

11 fermeté les montants des droits télévisuels de la Ligue des Champions 20. L analyse sociologique, ainsi informée, ne peut alors plus opposer défense d un intérêt décrit comme général et poursuite d intérêts particuliers, sous forme économique notamment. Le fait que les dirigeants de l UEFA s érigent en défenseurs du sport s avère effectivement tout sauf neutre : outre l autorité qui leur est ainsi conférée, cela leur permet aussi, en gardant le contrôle des compétitions qu ils organisent, de conserver la maîtrise de leur commercialisation. En l absence d une ligue professionnelle européenne similaire à celles qui structurent le football professionnel à l échelon national, c est en effet l UEFA qui est en charge de la négociation des droits de télévision et du sponsoring, et de la redistribution des gains générés par la Ligue des Champions. 94 L accès à ces «profits de vertus» [Bourdieu, 1994] est indissociable du profil des dirigeants de l UEFA 21. Leur propension à épouser et à reproduire les principes de cette dernière est en effet liée à leur trajectoire. S agissant des membres du comité exécutif de l UEFA, le tableau n 1 montre clairement qu ils l usage du masculin se justifie dans la mesure où une seule femme appartient à cette instance dirigeante se situent très majoritairement du côté de l institution fédérale puisque la quasi totalité d entre eux (15 sur 17) est (ou a été) président de sa fédération nationale, tandis que les autres dénotent également un investissement dans l organisation du football dans leur pays respectif. L entrée au comité exécutif sanctionne ainsi une longue carrière de dirigeant à l échelle nationale et internationale (12 ans et demi en moyenne à partir de la première responsabilité nationale 22 ). En plus de ces éléments, il apparaît que près d un tiers d entre eux (5 sur 17) ont été joueurs dans leur équipe nationale. Au regard de la popularité du football et en particulier des épreuves par équipe nationale, ces sélections contribuent à faire d eux des personnages publics qui doivent une bonne part de leur visibilité et de leur importance sociale à l existence de telles compétitions dont les fédérations sont les dépositaires : tandis que l organisation des compétitions par clubs s inscrit au croisement des investissements de ces derniers et des fédérations, les épreuves par équipe nationale sont en effet du ressort complet des fédérations. Une autre dimension étaye que les ressources footballistiques des membres du comité exécutif de l UEFA sont très largement dépendantes de l institution fédérale : leur éloignement des tâches d encadrement dans le football professionnel. Aucun de ceux qui ont été joueurs professionnels n a eu ensuite de fonction dirigeante dans un club. Et si six ont, au total, préalablement occupé un tel poste, c est, pour trois d entre eux, dans des clubs mineurs, et tous ont abandonné leur engagement dans le football professionnel pour devenir présidents de leur fédération nationale. L ensemble de ces éléments montre que les membres du comité exécutif de l UEFA doivent l essentiel de leurs ressources dans le football à l institution fédérale. Et comme ils entrent tardivement au comité exécutif de l UEFA (plus de 54 ans de 20 ANMT, Pour une démarche similaire, voir Fleuriel [2006]. 22 Comme l indique la note 25, le mode de calcul conduit, selon toute vraisemblance, à minimiser la durée de la carrière dans l institution fédérale. 2014

12 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 moyenne d âge à l entrée), il est sans nul doute trop tard pour qu ils puissent investir un autre segment de l espace du football. Dans ces conditions, on comprend qu ils soient structurellement conduits à défendre l institution à laquelle ils appartiennent et à se faire les hérauts de la lutte contre la «dérégulation du football» 23 et de la protection du jeu contre les offensives des forces économiques qui risquent de le «dénaturer», comme le martèle par exemple Platini dans une interview récente où il indique qu il «ne trouve pas que c était une bonne chose de tolérer les pubs [sur les sites de paris]. Et tout ça pour gagner toujours de l argent. Ça dénature tout», avant d ajouter que son ambition principale est «que l on préserve le jeu», car «il faut protéger le football» 24. Qu on ne s y trompe pas : les dirigeants de l UEFA ne sont pas, comme on l a vu, opposés à la présence d argent dans le football. L enjeu est pour eux de promouvoir un modèle économique compatible avec le rayonnement de l UEFA pensée comme garante de la promotion d un universel. Là encore, cette attitude est liée au profil de ces dirigeants : si l on excepte ceux (au nombre de quatre) dont la carrière professionnelle s est entièrement déroulée dans l espace sportif, les membres du comité exécutif sont majoritairement d anciens hommes d affaires (pour six d entre eux) et des juristes (pour cinq d entre eux). Ces profils juridico économiques dénotent tout à la fois un sens des affaires et une sensibilité pour leur réglementation. Et ces deux dimensions sont mises au service de ce que leur appartenance à l UEFA leur impose, à savoir proposer un modèle d organisation qui ne peut être durable et rentable qu à la condition de se présenter comme une défense de l intérêt général : «Les clubs, ils n ont pas la longue vue, hein. Ils n ont pas la longue vue. Les clubs, ils doivent gagner. Ils doivent gagner chaque dimanche, c est ça leur intérêt. Ils n ont pas la vision pour les structures du football qui sont nécessaires pour sauvegarder l équilibre, l équité du sport. Donc, alors, il ne faut pas trop se baser sur les clubs. Et c est compréhensible. Moi j ai toujours dit : les clubs, ils ont le droit d être égoïstes parce qu ils doivent gagner. C est nous les organisateurs qui devons limiter, devons poser les limites à l égoïsme. C est pour protéger la majorité, protéger la communauté générale contre l égoïsme.» [Dirigeant de l UEFA, environ 60 ans, formation en économie, Morges, juillet 20.] Ainsi mises en série, les caractéristiques des dirigeants de l UEFA permettent de rendre compte du singulier enchâssement d intérêts, à la fois économiques et symboliques, particuliers et généraux, qui les caractérisent. Et ces derniers allant de pair avec une longue socialisation dans l espace fédéral, ils permettent de mieux comprendre en quoi consiste le modèle d organisation promu par ces dirigeants par le biais de l UEFA, modèle qui contribue à définir la structuration du football à l échelle européenne. 23 Voir par exemple l article «la dérégulation du football» dont l auteur, André Manzella [2002] s avère être un juriste et un membre de la fédération italienne du football. 24 Platini M. [2011], L Équipe magazine, 31 décembre

13 96 Tableau 1. Profil des dirigeants du comité exécutif de l UEFA (début 20) 2014 Fonction dirigeante dans le football professionnel Durée carrière fédérale nationale et internationale avant l entrée au comité exécutif UEFA ans 15 ans Aucune (ancien joueur pro) Âge d entrée au comité exécutif de l UEFA Carrière de dirigeant à l échelle nationale (plus haut poste obtenu avant l entrée à l UEFA) Carrière professionnelle Ancien joueur en équipe nationale Nom / fonction / année de naissance Dirigeant sportif Président du comité d organisation de la coupe du monde de football 1998 Oui, puis entraîneur Michel Platini Président 1955 Président de la fédération turque 48 ans ans Aucune Non Banquier Hommes d affaires Gestionnaire de projet UNICEF Senes Erzik Premier vice président ans 11 ans A dirigé un club de 2 e division en Angleterre Non Juge d instruction Président de la fédération anglaise de football Geoffrey Thompson Vice présient 1945 Oui Juriste Président de la fédération espagnole 42 ans 4 ans Aucune (ancien joueur pro) Angel Maria Villar Llona Vice président 1950 Non Homme d affaires Président de la fédération chypriote 50 ans 11 ans Aucune Marios Lefkaritis Vice président 1946 Président de la fédération italienne 59 ans 20 ans Aucune Non Chef d entreprise Député italien Giancarlo Abete Ne sont ici prises en compte que les hautes fonctions occupées à l échelle nationale (au moins membre du comité exécutif d une fédération nationale). À ce titre, les chiffres mentionnés qui découlent des limites afférentes au dispositif d investigations empiriques sous évaluent la durée de l investissement fédéral.

14 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > ans 24 ans Aucune Vice présidente de la fédération norvégienne Oui Directrice adjointe d un comté Karen Espelund 1961 Non Homme d affaires Président de la fédération russe 58 ans 2 ans Président du Zenith Saint Petersbourg (2 ans) Sergey Fursenko 1954 Non Juriste Président de la fédération suisse 56 ans 15 ans Président du FC Minerva Peter Gillieron 1953 Président de la fédération danoise 60 ans 12 ans Aucune Non Commissaire de police Allan Hansen 1949 Non Juriste Président de la fédération slovaque 58 ans 19 ans Aucune Frantisek Laurinec 1951 Non Banquier Président de la fédération israélienne 54 ans?? 26 Président du Petach Tikva FC Avraham Luzon 1955 Dirigeant sportif Président de la fédération bulgare 48 ans 11 ans Aucune (Ancien joueur pro) Oui (son père et son fils aussi) Borislav Mihaylov 1963 Oui Dirigeant sportif Président de la fédération roumaine 55 ans 17 ans Aucune Mircea Sandu ans 8 ans Président du Dynamo de Kiev (5 ans) Président de la fédération ukrainienne Non Homme d affaires Député Grigoriy Surkis ans 1 an Président de l Ajax d Amsterdam (14 ans) Non Dirigeant sportif Président de la fédération néerlandaise Michael Van Praag 1947 Non Magistrat Président de la fédération allemande 64 ans 17 ans Aucune Theo Zwanziger Luzon est devenu président de la fédération israélienne en 2006, après un investissement en son sein qui semble remonter aux années 1990, mais qu il n a pas été possible de dater avec précision

15 5. Être propriétaire d un club : les profits symboliques d un investissement économique 98 Le profil des dirigeants 27 des quinze plus grands clubs européens 28 est assez différent de celui de leurs homologues de l UEFA (cf. tableau 2). La très large majorité d entre eux sont des businessmen (là encore le masculin s impose, car on compte seulement une femme parmi les 17 dirigeants retenus) qui accèdent nettement plus jeunes que les dirigeants de l UEFA à des positions dominantes dans l espace du football européen (48 ans en moyenne contre 54). Cette différence est particulièrement grande s agissant des propriétaires (ou présidents) des trois plus grands clubs continentaux puisqu ils ont en moyenne moins de 40 ans (39 ans et demi) quand ils en prennent la tête. Cette précocité est rendue possible par un circuit d accès aux positions dominantes beaucoup plus court que pour les dirigeants fédéraux : alors que ces derniers arrivent au sommet de l UEFA après une longue carrière au sein de leur fédération nationale respective et/ou des instances internationales, la majorité de ceux qui investissent les clubs de l élite continentale le font en accédant d emblée à des positions dominantes (12 sur 17 sont directement entrés dans le club qu ils dirigent en qualité de propriétaires, présidents ou vice présidents). Et s il y a bien des cas de «carrières maison», c est à dire de carrières qui conduisent à diriger le club après avoir passé l essentiel de sa vie professionnelle dans et au service de ce dernier, elles sont très minoritaires (deux au total). En effet, même si les modalités d accès à la fonction sont variables (reprise du club «familial» vs achat d un club), c est pratiquement toujours au nom de ressources extérieures au football que l on arrive à la tête d un club de rang européen. Uli Hoeness, président du Bayern de Munich, est ainsi le seul à avoir été un ancien joueur de haut rang. Tous les autres dirigeants de clubs ont été, au mieux, des joueurs modestes, quand ils ne sont pas purement et simplement étrangers, par leurs pratiques, au football. Quand on ajoute à cela le fait que le football est un espace très largement déficitaire sur le plan financier 29, on peut s interroger sur ce qui est au principe de l investissement de ces patrons. Un travail, portant sur les seuls présidents français, fournit des pistes intéressantes : ces derniers ont en commun d être des dirigeants à faible capital culturel et ayant fait fortune sur un temps court. Ils trouvent dans le football un espace accessible à leur profil d élite illégitime comme en atteste leur absence du Who s who et leur fort ancrage local et leur permettant de transformer leurs profits économiques en capital symbolique [Schotté, 20]. Cette interprétation semble pouvoir prévaloir également à l échelle européenne avec de nombreux clubs qui appartiennent à des «nouveaux riches» dont les fortunes ont été acquises de façon parfois douteuse, et qui voient dans le football un espace pour les blanchir symboliquement 30. Autrement dit, l engagement dans le football professionnel n est rentable 27 Nous avons ici considéré le cas des investisseurs majoritaires et, lorsque les financements des clubs ne sont pas le fait d un ou deux actionnaires principaux, les présidents. 28 On reprend ici le classement réalisé par l UEFA en 2012 à partir des résultats obtenus par les clubs européens entre les saisons et Un rapport rédigé par l UEFA en février 2012 indique que 56 % des clubs professionnels européens étaient déficitaires en On fait ici l hypothèse que les analyses de Nicolas Guilhot [2006], relatives aux fondations philanthropiques par lesquelles les «barons voleurs» tentent de légitimer leur richesse, sont transposables au football. 2014

16 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 pour eux que parce qu il est un espace doté d une valeur symbolique particulière, celle ci ayant partie liée avec sa structuration singulière qui en fait un espace irréductible aux investissements économiques dont il est l objet. Vus sous cet angle, les dirigeants des clubs ont alors intérêt à ce que le football professionnel ne soit pas assimilé à un «business comme un autre». Outre les bénéfices symboliques qu il autorise, l argument de la spécificité vaut aussi pour des raisons strictement économiques : il rend en effet possible des modes de financement et des aménagements ordinairement interdits dans les industries «classiques». C est en effet au nom de la spécificité du sport que les collectivités publiques françaises financent le football professionnel de façon directe ou indirecte (notamment en mettant à disposition des clubs des équipements sportifs et en participant au financement des centres de formation). C est aussi en son nom que des dispositifs fiscaux dérogatoires propres aux footballeurs ont été mis en place dans différents pays d Europe (et notamment en Espagne avec la loi dite Beckham en 2004) afin de permettre aux clubs nationaux d attirer les meilleurs joueurs 31. Enfin, même s ils sont vecteurs d une importation massive de capitaux, et peuvent à l occasion revendiquer que le football européen s affranchisse de sa tutelle fédérale, le fait est que les propriétaires des clubs n ont pas forcément intérêt à une telle issue. En plus des éléments évoqués, une telle opération pourrait en effet s avérer particulièrement risquée, comme l indique ici le représentant d une ligue professionnelle : «Il y a toujours ce risque, mais ils auraient Je pense que les clubs [ ] auraient tellement à perdre, dans le court terme, pour un gain hypothétique, dans le moyen ou le long terme, qu ils ne prendront pas le risque [ ]. Aujourd hui, ils auraient beaucoup à perdre, peut être beaucoup à gagner, mais de façon hypothétique. Beaucoup à perdre, c est 50 millions par an en termes de droits TV chez nous, plus les revenus de la ligue des champions donc on a probablement entre 70 et 80 millions. Avant de retrouver ça sur une compétition qui est pas encore créée, structurée [ ], qui n est pas prestigieuse, qui n est pas vendue, euh Vu la situation économique de certains clubs, c est une décision lourde de conséquences quoi! Donc voilà, je ne suis pas convaincu qu ils le feront [ ]. Je ne crois pas que les clubs sont dans une situation où ils peuvent l envisager, très sincèrement. Plus tous les frais négatifs en termes de relations presse, politique. Vous imaginez? Les grands clubs se séparent, plus de solidarité, c est difficile à gérer quand même, c est difficile à gérer.» [Représentant d une ligue professionnelle, environ 40 ans, diplômé d un IEP, Bruxelles avril 2012.] 31 C est précisément ce que fut l argument des présidents de clubs de football français à l automne 20. C est au nom de la spécificité du football que ces derniers ont tenté de s opposer, en menaçant de lock out, à une application dans le football professionnel de la taxe à 75 % sur les très hautes rémunérations

17 100 Tableau 2. Profil des dirigeants des 15 plus grands clubs européens (début 20) Investissement antérieur dans le football Autre 2014 Carrière professionnelle Club Propriétaire (ou président) / Année de naissance Son père a été secrétaire du club Entrée au club en 2003 (vice-président). Président en 2010 Sandro Rosel (1964) Homme d affaires (industrie du sport) FC Barcelone Nationalité américaine Aucun Présidents en 2005 Fils de Malcolm Glazer qui a acheté le club en 2005 Homme d affaires (industrie alimentaire / pétrole /spectacle) Avram (1961) et Joel Glazer (1967) Manchester United Nationalité russe Aucun Propriétaire en 2003 Homme d affaires (industrie pétrolière et métallurgie) Chelsea Roman Abramovitch (1966) 68 e fortune mondiale en 2012* Ancien parlementaire Uli Hoeness (1952) Dirigeant de club Ancien joueur pro (9 ans au club) et en équipe nationale Fonctions dirigeantes au club pendant 30 ans Bayern de Munich Président en 2009 Real de Madrid Florentino Perez (1947) PDG (premier groupe de construction espagnol) Aucun (avait tenté de se faire élire en 1995) Président en 2000 Arsenal Peter Denis Hill (1936) Banquier d investissement 3 e membre de sa famille à devenir président du club (en 1982) Ancien joueur de cricket Président de la fédération internationale d escrime (2008) Nationalité russe Aucun Second actionnaire depuis 2007 Homme d affaires (industrie du fer, de l acier, du pétrole et des médias) 28 e fortune mondiale* en 2012 Alicher Ousmanov (1953) Président depuis 1995 Fils de l ancien président du club Ses frères et ses fils occupent des fonctions dirigeantes dans le club Massimo Moratti (1945) Homme d affaires (industrie du pétrole) Inter de Milan 7 e formule d Italie en 2008*

18 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 Enrique Cerezo (1948) Producteur de cinéma Président depuis 2003 Vice président du club depuis 1987 Athletico Madrid Banquier Président depuis 1982 Membre de l équipe dirigeante depuis 1976 (après avoir été président de la section Rink Hockey du FC Porto en 1962) FC Porto Jorge Nuno Pinto da Costa (1937) PDG (logiciels) Aucun Président depuis 1987 Jean Michel Aulas (1949) Olympique Lyonnais Producteur de télévision Aucun Président depuis 2010 Nationalité américaine Propriétaire d une franchise en MLB (Baseball) Liverpool Thomas Charles Werner (1950) Aucun Président depuis 1986 Milan AC Silvio Berlusconi (1936) Homme d affaires (bâtiment ; audiovisuel) Homme politique (président du Conseil) 1 re fortune italienne en 2004* Directeur de magasins Entre au club en 1995 Président en 2009 Valence FC Manuel Llorente Martin (1952) Entre au club en 2001 Président en 2003 Louis Filipe Viera (1949) Homme d affaires (pneumatique/ BTP /immobilier) Benfica de Lisbonne Veuve de l ancien président Présidente en 2009 Femme d affaires (multinationale négoce) Margarita Louis Dreyfus (1962) Olympique de Marseille * D après le magazine Forbes

19 102 Le risque d une éventuelle sécession des clubs avec les compétitions organisées par l UEFA n est pas seulement économique, il s exprime aussi en termes d image : les tentatives, comme celle orchestrée au début des années 2000 par le G14 (regroupement de quatorze grands clubs européens), de création d une ligue européenne indépendante de la structuration fédérale sont systématiquement présentées comme relevant de la poursuite d un intérêt particulier qui serait contraire au modèle européen du football «caractérisé par des compétitions ouvertes dans le cadre d une structure pyramidale, dans laquelle des centaines de milliers de clubs amateurs et des millions de bénévoles forment le vivier des clubs professionnels de haut niveau [et qui] est le résultat d une tradition démocratique bien ancrée dans la société tout entière» 32. Aussi, s engager dans la voie d une telle création dissidente conduirait, si l on suit l extrait d entretien qui précède, les propriétaires de clubs à se mettre en porte à faux vis à vis des pouvoirs publics, des journalistes et aussi sans doute d une partie des amateurs (dans tous les sens du terme). Ce qui ne serait vraisemblablement pas sans conséquence négative sur leurs possibilités de financement 33. Aussi, en dépit de ce qui les oppose en apparence, les intérêts des propriétaires de clubs ne sont ils pas, dans la configuration actuelle, si éloignés de ceux des dirigeants fédéraux. Et dans ces conditions, bien sûr susceptibles d évolution, les uns et les autres ont finalement des intérêts communs comme l atteste l extrait qui suit : 2014 «[Il y a] des questions plus business, vente des droits [ ] à des chaînes de télé, des sites internet, euh la question des paris sportifs, l intégrité des compétitions, où là, très sincèrement les positions [ ] sont très très proches. Donc là on fait vraiment du lobbying en commun, c est pour ça que je travaille très facilement et très souvent avec Untel et Untel [ ], même si les gens pensent que c est la guerre parfois entre la Premier League et la ligue française, ou entre l UEFA et la ligue allemande [ ]. On a des contacts entre nous. On est pas toujours d accord, ce qui est logique, mais sur les sujets commerciaux on a souvent des positions communes [ ]. À l heure actuelle, c est par exemple les sites internet qui utilisent notre contenu sans autorisation, les gens qui veulent la gratuité totale du contenu sur internet [ ]. L autre, je dirais pas ennemi, disons l autre groupe qui est un peu sur les questions de droit, c est les opérateurs de paris sportifs qu ils soient publics ou privés, qui considèrent qu eux peuvent utiliser le contenu sportif comme ils veulent, etc., et nous, on considère qu ils utilisent des compétitions que nous, on organise, et qu il doit y avoir des relations contractuelles.» [Ibid.] Au regard de cette convergence d intérêts, on comprend que les dirigeants des clubs et des ligues professionnelles puissent collaborer avec ceux de l UEFA. Et si l on ajoute que les cadres salariés des deux parties ont des profils proches (ils sont dans leur très large majorité diplômés en droit, en économie, ou en «gouvernance» 34, et tous partagent une appétence pour le sport 35 ), on comprend que les uns et les autres 32 Rapport sur l avenir du football professionnel, op. cit. 33 Il ne s agit bien sûr pas de faire ici de la «sociologie fiction», mais de mettre au jour la façon dont les dirigeants de clubs perçoivent la situation présente. 34 Par là, on entend les différents cursus comme les IEP en France ou les MBA. 35 Voir, pour le cas français, Chimot et Schotté [2006].

20 Dossier : Faire de la sociologie économique avec Bourdieu P85 > 106 puissent se retrouver dans une vision commune et être conduits à persévérer dans le présent mode de structuration du football professionnel européen. 6. Conclusion L ensemble de ces éléments relève d une invitation à se démarquer des interprétations dominantes apposées à la réalité du football européen. Ces dernières prennent le plus souvent la forme d un sens commun journalistique et savant condamnant l émergence récente du «foot business» qui porterait atteinte à «l esprit du jeu». Outre leur sous bassement d ordre moral, ces lectures posent problème pour au moins trois raisons : elles conduisent, d abord, à opposer «football» et «économie», comme si ce sport avait pu se développer indépendamment des investissements économiques dont il a été très précocement l objet et qui ont contribué à lui donner forme. Elles considèrent, ensuite, que l apport financier serait le déterminant ultime de son fonctionnement actuel et le moteur du changement, omettant ce faisant que l investissement économique est encastré dans un tissu de relations, qui détermine aussi bien ses conditions de possibilité que son efficacité. Enfin, en se cantonnant aux seuls aspects matériels, elles interdisent de prendre en compte les luttes et transactions symboliques dont le football professionnel européen est l objet. Contre ces lectures, il s agit de plaider, avec Bourdieu [1980], pour une analyse de l économie générale des investissements et des profits qui structure cet espace. On s offre ainsi la possibilité de montrer, d une part, que ce dernier s est constitué dans et par des pratiques sociales et avec l appui des pouvoirs publics européens sous une forme particulière ; et, d autre part, que cette spécificité objective cet espace fonctionne effectivement sur un mode particulier, inscrit dans le droit ne peut persister que parce qu elle constitue une ressource dotée d une plasticité suffisante pour que des acteurs très différents puissent s en saisir et la revendiquer en fonction d intérêts eux mêmes différents 36. Bibliographie Aglietta M., Andreff W., Drut S. (2008), «Bourse et football», Journal d économie politique, vol. 118, n 2, p Bourdieu P. (1980), Le sens pratique, Minuit, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1992), Les règles de l art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1994), Raisons pratiques. Sur la théorie de l action, Seuil, Paris, coll. «Le sens commun». Bourdieu P. (1999), «Une révolution conservatrice dans l édition», Actes de la recherche en sciences sociales, n os , p Bourdieu P. (2000), Les structures sociales de l économie, Seuil, Paris, coll. «Liber». 36 Cette description de la structuration globale du football européen appelle deux précisions : il convient de rappeler, d abord, que l importance de l échelon européen dans la structuration du football professionnel ne doit pas faire oublier que les arènes nationales et locales de régulation demeurent des lieux décisifs de la forme variable qu il prend suivant les contextes ; et qu ensuite cette caractérisation globale doit être pensée non comme un fin en soi, mais comme une invitation à prolonger les investigations en s intéressant plus finement aux diverses dimensions (financement des clubs et relations d emploi notamment) qui traversent cette configuration générale [Smith, 2012]

LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté

LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté LA STRUCTURATION DU FOOTBALL PROFESSIONNEL EUROPÉEN Les fondements sociaux de la prévalence de la «spécificité sportive» Manuel Schotté La Découverte Revue Française de Socio-Économie 2014/1 - n pages

Plus en détail

Annexes. Annexe de la Charte du Sport PAGE 1 / 7. www.european-lotteries.org. Version No 1 / Mai 2012

Annexes. Annexe de la Charte du Sport PAGE 1 / 7. www.european-lotteries.org. Version No 1 / Mai 2012 Annexes Liste des sujets examinés dans le cadre de la Charte EL du sport Table des matières: 1. Mesures permettant de préserver indirectement l intégrité du sport 1.1. Régulation des paris sportifs...

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions?

Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions? Rapport mensuel de l Observatoire du football du CIES n 4-04/2015 Revue d effectifs : qui gagnera la Ligue des Champions? Drs Raffaele Poli, Loïc Ravenel et Roger Besson 1. Introduction La Ligue des Champions,

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE I - Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes I La contribution de l Europe à l émergence du mouvement sportif et de l olympisme

Plus en détail

CONVENTION FFBB / LNB

CONVENTION FFBB / LNB CONVENTION FFBB / LNB 19/227 CONVENTION FFBB / LNB 2013-2017 Préambule La Fédération Française de Basket-ball (ci-dessous dénommée «FFBB»), association déclarée reconnue d utilité publique, est une fédération

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction 7 Pour le sportif, quelle que soit la modalité de sa pratique, compétition amateur, professionnalisme, loisir, etc., celle-ci est la quête d un plaisir qui exige un effet sur soi. C est une forme de thérapie

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L INTÉGRITÉ DU SPORT

PLAN D ACTION RELATIF A L INTÉGRITÉ DU SPORT THE EUROPEAN LOTTERIES PLAN D ACTION RELATIF A L INTÉGRITÉ DU SPORT 7 LE PROGRAMME EN POINTS AU BÉNÉFICE DU SPORT EUROPÉEN ET DE SES DÉVELOPPEMENTS FUTURS MARS 2013 THE EUROPEAN LOTTERIES PLAN D ACTION

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS Le 10 décembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION...3 1. FONDEMENT LÉGAL Loi sur l Instruction publique...3 Loi sur

Plus en détail

Justice sportive et justice étatique

Justice sportive et justice étatique Strasbourg Justice sportive et justice étatique I. Droit ordinaire et droit organique Préambule M exprimant dans la partie introductive de cette conférence, j ai pensé qu il était adéquat de vous présenter

Plus en détail

Annexe à la convention FFF / LFP

Annexe à la convention FFF / LFP Annexe à la convention FFF / LFP 41 RÈGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE DU CONTRÔLE DE GESTION (DNCG) ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3 ARTICLE 4 Conformément aux dispositions de l article L 132-2 du Code

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne Introduction Dans l Europe à 25, on compte environ 130 millions de

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Saison 2015-2016. Organisation : Uniteamsport Siège social : 201 rue de Vaugirard 75015 Paris

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Saison 2015-2016. Organisation : Uniteamsport Siège social : 201 rue de Vaugirard 75015 Paris Règlement Officiel EA SPORTS FC Saison 2015-2016 Sommaire 1. Introduction/Présentation du concept EA SPORTS FC 1.1 Principe général 1.2 Configuration de jeu Paramètres de jeu Choix des équipes 1.3 Règles

Plus en détail

CODE DE CONDUITE EL SUR LES PARIS SPORTIFS

CODE DE CONDUITE EL SUR LES PARIS SPORTIFS CODE DE CONDUITE EL SUR LES PARIS SPORTIFS General Secretariat Avenue de Béthusy 36 CH 1005 Lausanne T +41-21-311 30 25 F +41-21-312 30 11 info@european-lotteries.org www.european-lotteries.org Dans ce

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Rapport final sur la révision de la programmation sportive de Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Sommaire du rapport est fier d annoncer, qu à compter de 2006-2007, seize championnats

Plus en détail

Annexe à la convention FFF / LFP 15-16

Annexe à la convention FFF / LFP 15-16 Annexe à la convention FFF / LFP 15-16 RÈGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE DU CONTRÔLE DE GESTION (DNCG) ARTICLE 1 Conformément aux dispositions de l article L 132-2 du Code du sport et aux dispositions

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

«Sport et développement régional»

«Sport et développement régional» SPEECH/03/234 Viviane REDING Membre de la Commission européenne chargée de l Education et de la Culture «Sport et développement régional» Séance d inauguration de la Conférence «Sport et développement

Plus en détail

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique est une instance consultative indépendante, chargée de conseiller le

Plus en détail

CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT

CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT REGLEMENT Article 1 : Titre et Challenge La Ligue de Paris Ile-de-France de Football organise annuellement sur son territoire une épreuve intitulée «Critérium

Plus en détail

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France

It Works! Global. Conditions Générales de Distribution en France It Works! Global Conditions Générales de Distribution en France Mises à jour en avril 2013 CONDITIONS GÉNÉRALES DE DISTRIBUTION EN FRANCE 1. BASES DE LA COLLABORATION : 1.1. La société It Works! (ci-après

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

STATUTS Edition juillet 2013

STATUTS Edition juillet 2013 STATUTS Edition juillet 2013 1 ModificationsAdaptations par l Assemblée des délégués 30.02015 : Ch. 9 des définitions ; art. 3 ch. 3 (nouveau) ; art. 51 ch. 1 al. 3 ; art. 65 ch. 4 lettreslit. i et k ;

Plus en détail

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009 Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne Jeudi 5 mars 2009 Pourquoi ouvrir le marché des jeux en ligne? La situation actuelle : Un marché légal

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS 1. PRÉAMBULE La Société Forestière est une Société de Gestion de Portefeuille agréée par l Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le numéro

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

LE RÔLE DE L ORDRE DANS LA PRATIQUE DE L ACTE D AVOCAT

LE RÔLE DE L ORDRE DANS LA PRATIQUE DE L ACTE D AVOCAT LE RÔLE DE L ORDRE DANS LA PRATIQUE DE L ACTE D AVOCAT Les cas de mise en jeu de la Responsabilité Civile Professionnelle Rapport de Monsieur Larry PELLEGRINO Directeur de la Société de Courtage des Barreaux

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Le dialogue entre les membres du

Le dialogue entre les membres du LES CAHIERS DU JOURNALISME N O 11 DÉCEMBRE 2002 Sport et journalisme sportif : valeurs, réalités et déviances Loïc Hervouet Journaliste Directeur général de l ESJ-Lille Co-animateur du groupe de recherche

Plus en détail

ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES

ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES Interprétation Ce règlement a été rédigé pour répondre aux exigences contenues dans le Règlement FIFA sur la collaboration avec les Intermédiaires

Plus en détail

LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION

LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION TITRE I LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION ARTICLE 1 La Fédération Tunisienne de Basket- Ball est une Association sportive régie par : - La loi organique

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS?

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Rencontre professionnelle organisée par le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) Intervenants : -

Plus en détail

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff Samedi 7 décembre 2013 Stage de recyclage FSQ Julien Gourbeyre I. 3 personnages clés Jack REYNOLDS (1914-1947) - Premiers trophées. - Les prémices du football

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier.

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier. Etudes fiscales La mode du «french bashing» qui se développe à travers toute l Europe n épargne pas le domaine de la fiscalité. La France souffre en effet de l image assez négative que véhiculent les médias

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse POURQUOI? Favoriser la poursuite d études ou de formations dans le but d assurer l équilibre du sportif en activité

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Mémoire présenté au Ministère des Finances du Québec Dans le cadre de la consultation sur le Rapport sur l application

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL)

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) Décision de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) ayant siégé à Zurich, Suisse, le 16 novembre 2012, dans la composition suivante: Geoff Thompson (Angleterre), Président Theo van Seggelen (Pays-Bas),

Plus en détail

Projet d avis. Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels)

Projet d avis. Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels) Projet d avis Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels) Mots-clés Immobilisations incorporelles indemnité de transfert

Plus en détail

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE CONSULTATION CAPITALCOM AUPRES DES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE A quelques jours de la 1 ère Edition du «Village

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE SAINT-DENIS UNION SPORTS. Titre I : Objet

REGLEMENT INTERIEUR DE SAINT-DENIS UNION SPORTS. Titre I : Objet SAINT DENIS UNION SPORTS 2, bd Anatole France 93200 SAINT DENIS REGLEMENT INTERIEUR DE SAINT-DENIS UNION SPORTS PREAMBULE Le présent règlement intérieur de Saint Denis Union Sports annule et remplace celui

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Définition de l audit interne

Définition de l audit interne CHAPITRE 1 Définition de l audit interne Les collectivités territoriales sont régies par l article 72 de la Constitution française qui dispose que «Les collectivités territoriales de la République sont

Plus en détail

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Compétitions offlines. Saison 2010-2011

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Compétitions offlines. Saison 2010-2011 Règlement Officiel EA SPORTS FC Compétitions offlines Saison 2010-2011 1. Introduction/Présentation du concept EA SPORTS FC. 2. Tournois Clubs. 2.1 Principe général. Accueil & Inscription. Schéma de compétition

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Forum Sport, Loisir et Territoires Porte de Versailles, 22 novembre 2010

Forum Sport, Loisir et Territoires Porte de Versailles, 22 novembre 2010 Forum Sport, Loisir et Territoires Porte de Versailles, 22 novembre 2010 Plénière d ouverture «La fin du modèle d organisation du sport français?» Intervention de Bertrand JARRIGE, directeur des sports

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique Mathieu Albert, Ph.D. Université de Toronto Ontario, Canada Résumé La définition des critères de scientificité fait

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne SSIG, quelle définition? S ils sont le fruit de valeurs et de traditions propres à chaque pays, les services sociaux poursuivent tous,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Droit au pari au profit des fédérations sportives : Théorie et pratique Paris, 18 février 2010 Perrine Pelletier www.ulys.net Avocat au

Plus en détail

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année 1er partenaire du sport français TITRE DE LA PRÉSENTATION, AUTRE INFORMATION (DIRECTION, SERVICE,...) jj mmmm aaaa 2 Une stratégie, Reflet de la «culture»

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

LE BUREAU DIRECTEUR. TRESORIER M. Stéphane KRASNOPOLSKI Ingénieur Informatique stephane78@gmail.com

LE BUREAU DIRECTEUR. TRESORIER M. Stéphane KRASNOPOLSKI Ingénieur Informatique stephane78@gmail.com CE QU IL FAUT SAVOIR SAISON 2014/2015 LE PAC Création de l association PAC en septembre 1998 Le siège social : Avenue des Myosotis 94 370 Sucy en Brie tél. : 06 12 33 16 07 www.pac-paintball.com SOMMAIRE

Plus en détail

Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010. M. Pierre-Yves M.

Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010. M. Pierre-Yves M. Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010 M. Pierre-Yves M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 24 septembre 2010 par le Conseil d État d

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Aspects économiques et juridiques des transferts de joueurs

Aspects économiques et juridiques des transferts de joueurs KEA CDES: Study on the economic and legal aspects of transfers of players Aspects économiques et juridiques des transferts de joueurs Synthèse JANVIER 2013 KEA CDES: Study on the economic and legal aspects

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 10 août 2007, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Mick McGuire (Angleterre), membre Michele

Plus en détail

45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.)

45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.) 44. LES INSTANCES DIRIGEANTES 44. LES CLUBS 45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.) 44 Principes généraux 45 Présentation du dispositif 50 Contrôle du dispositif régional

Plus en détail

Fédération Algérienne de Football. Dispositions règlementaires relatives aux compétitions de football professionnel saison 2015/2016

Fédération Algérienne de Football. Dispositions règlementaires relatives aux compétitions de football professionnel saison 2015/2016 Fédération Algérienne de Football Dispositions règlementaires relatives aux compétitions de football professionnel saison 2015/2016 F.A.F Saison 2015/2016 FEDERATION ALGERIENNE DE FOOTBALL dinars. Au-delà

Plus en détail