La centralité d affaires parisienne face au desserrement des emplois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La centralité d affaires parisienne face au desserrement des emplois"

Transcription

1 La centralité d affaires parisienne face au desserrement des emplois Un examen par le biais de la localisation d activités «témoins» ( ) Laurent Terral et Miguel Padeiro Introduction La métropole parisienne enregistre, depuis quelques décennies déjà, une profonde recomposition de son espace économique, exprimant deux logiques qui, sans être forcément liées, sont concomitantes. La première, unanimement constatée dans toutes les grandes métropoles occidentales, se caractérise par une transformation rapide du tissu productif, marquée par l élimination progressive des activités manufacturières et par un niveau supérieur de tertiarisation, grâce en particulier à la concentration des services à la production. La deuxième logique à l œuvre se manifeste dans le desserrement de l activité économique (et de l emploi) ; on assiste à un redéploiement de grande envergure des lieux d emploi, dirigé principalement vers les banlieues de première et de deuxième couronne, qui traduit un glissement de la croissance du centre vers sa périphérie. Ce dernier schéma est désormais habituel dans les métropoles marquées par une forte périurbanisation des populations résidentes. En matière de localisation de l activité économique, l intensité du desserrement a toujours suscité des questions, sinon des inquiétudes, sur la vitalité de l espace central et sur son pouvoir organisateur. L espace économique intra-métropolitain s est historiquement ordonné à partir d un lieu central, et c est en fonction de la distance à ce centre unique que l expansion urbaine se structurait, que les densités d emploi et de population ainsi que la rente foncière se différenciaient (Alonso, 1964). Sans que ce schéma se soit complètement effacé, on constate avec l évolution actuelle que les localisations peuvent obéir à d autres logiques, que les rapports entre centre et périphérie se recomposent, que le pouvoir d attraction qu on prêtait traditionnellement au centre nécessite d être repensé, et que parler de centralité n est plus aussi simple que par le passé (Gaschet et Lacour, 2002 ; Bourdeau-Lepage et al., 2009). Pour ce qui est de l emploi, les analyses empiriques montrent généralement un espace central peu dynamique, quelques fois en déclin ; certains secteurs économiques autrefois attachés au quartier d affaires historique (Central Business District) n hésitent désormais plus à le délaisser. Cette évolution annonce-t-elle pour autant le recul de la centralité d affaires des espaces qui, historiquement, lui étaient dédiés? La réponse est loin d être entendue, notamment quand on l aborde par le biais de l évolution des marchés fonciers (Anas et al., 1998 ; Chapain et Polèse, 2000 ; Gaschet et Pouyanne, 2011 ; Li, 2011), ou de manière plus originale encore par le biais des échanges téléphoniques (Halbert, 2007). Les examens réguliers de la déconcentration de l activité indiquent 1

2 la variabilité des situations d un contexte urbain à l autre, entre métropoles d un même continent (Dijst et Vasquez, 2007), ou bien d un même pays (Glaeser, 2001 ; Bogart, 2006 ; Shearmur et al., 2002). Par bien des aspects, la situation parisienne ne fait pas exception à la règle. Elle fait partie de ces métropoles qui, recensement après recensement depuis trente ans, voient les effectifs d emploi de la ville-centre se réduire (Gilli, 2009 ; Halbert, 2005). Ce déclin de l emploi dans la capitale perte d environ emplois dans le dernier quart du siècle passé pose inévitablement la question de la contribution politique à ce scénario, à la suite des invitations successives faites à l activité économique pour sortir de Paris. Pour n en citer qu une, rappelons que l opération visant la création d un nouveau quartier d affaires hors Paris, La Défense, a vu le jour il y a déjà cinquante ans (Piercy, 1999). Aujourd hui, et c est un des paradoxes de la situation parisienne, on aurait plutôt tendance à s inquiéter de la situation inverse, et à débattre des risques d un affaiblissement trop important de Paris dans l espace économique métropolitain. Certains, à ce propos, n hésitent déjà plus à mettre en doute la capacité de Paris à satisfaire le besoin de centralité des entreprises (Davezies, 2006). Pour comprendre les difficultés qui affectent l espace économique central parisien, on a d abord besoin de les remettre dans le contexte de l évolution générale des localisations intra-urbaines de l emploi. Et ensuite se demander si les arbitrages dont serait victime l espace d affaires parisien sont bien le signe d un relâchement de sa centralité et, par conséquence, d une concurrence de nouvelles localisations, plus lointaines, en périphérie. Cette question pousse inévitablement à discuter des formes prises par le desserrement de l activité économique, même si ce n est pas l objectif principal de notre réflexion ; ce type d approche, comme on essaiera de le montrer, peut poser dans le contexte parisien certains problèmes d interprétation. Les analyses conduites dans ce papier sont donc une manière de participer au débat engagé sur l évolution de la centralité d affaires parisiennes, et à celui plus abstrait qui cherche à identifier des schémas explicatifs. Les réponses apportées sont le fruit d un examen du desserrement de l emploi sur une période de quinze ans ( ) par le biais de secteur témoins, et à partir d un découpage spatial original. Pour commencer, nous revenons sur vingt ans de desserrement dans les métropoles françaises et sur le traitement particulier que cette question a reçu (1). Après avoir exposé le cadre méthodologique (2), nous analysons tour à tour l hypothèse d un fléchissement de la centralité du quartier d affaires à l aune de secteurs d activité préalablement définis (3), celle de l élargissement de la centralité parisienne (4). Nous comparons enfin les profils économiques des communes péricentrales et des quartiers centraux, dans le but d évaluer la tendance au rapprochement fonctionnel des communes péricentrales par rapport au quartier d affaires parisien (5). 2

3 1 Le desserrement de l activité économique dans les métropoles françaises : le scénario américain en toile de fond. En l espace d une quinzaine d années, l analyse des recompositions de l espace économique au sein des métropoles françaises a constitué un solide corpus de travaux. Avec la tendance des lieux d emplois à se diffuser en dehors des villes-centres, et la dimension prise par ce desserrement partout où la croissance urbaine était constatée, les examens empiriques se sont multipliés en cherchant, pour la majorité d entre eux, à répondre à une interrogation principale : les processus à l œuvre reconfigurent-il en profondeur la structure des espaces économiques intra-métropolitains et transforment-ils les hiérarchies internes (Alvergne et Shearmur, 1999 ; Guérois et Le Goix, 2000 ; Aguilera, 2002 ; Gaschet, 2002, 2003 ; Baumont et al., 2003 ; Gilli, 2005a ; Halbert, 2005)? Bien qu elles aient modifié en profondeur les paysages urbains, les premières vagues de desserrement n avaient pas ôté au quartier central des affaires son rôle et la place qu il occupait au cœur des villes (Boiteux-Orain et Huriot, 2002). Les débats actuels ont émergé au moment où plusieurs signes attestaient d un desserrement d une autre nature. Pour commencer, les villes-centres des grandes métropoles perdent de leur attractivité. Les analyses sur les transferts d établissements réalisées au début des années 1990 montrent bien à quel point les couronnes péri-urbaines sont les grandes bénéficiaires des mouvements en cours, au détriment de villescentres dont l activité a plutôt tendance à péricliter (Delisle et Lainé, 1998 ; Lainé, 2000). La nouveauté vient aussi du fait que la périphérie attire non seulement des activités commerciales et des services aux ménages, mais également une partie des activités de bureau et de services aux entreprises. Or ce schéma est plus inhabituel dans le sens où il concerne des activités centrales par nature : s il s explique par la montée en puissance de l économie immatérielle, par de nouvelles divisions du travail reflétant le besoin croissant de flexibilité de la part des entreprises, il fait aussi évoluer le système de localisation vers des formes plus incertaines et vers un fonctionnement plus complexe que par le passé. L hypothèse la plus couramment testée est celle d une évolution multipolaire de l espace économique intra-métropolitain, avec l émergence en périphérie de nouvelles concentrations d activités spécifiques. Elle trouve ses justifications dans les découvertes faites sur l espace économique des villes étasuniennes. 1.1 Le scénario américain en toile de fond. L impression qu on assistait à un tournant dans l organisation spatiale des économies métropolitaines est venue, à l origine, de constatations effectuées sur les villes américaines, à partir des années La 3

4 déconcentration des services supérieurs y est plus avancée que dans les villes européennes car les forces centrifuges, liées à la dégradation de l espace central et à la prédominance de l automobile, y sont beaucoup plus fortes. Elle a pour conséquence d entraîner la formation de pôles d activités tertiaires dynamiques, riches en services supérieurs, en activités commerciales, à bonne distance du quartier central des affaires. De tels niveaux de concentrations sont plutôt inhabituels dans des paysages urbains de banlieue plutôt caractérisés par leur faible densité ; dès la fin des années 1980, de nombreuses études empiriques s attachent à décrire le phénomène, ses nuances, et à préciser le pouvoir d organisation que ces nouvelles centralités périphériques jouaient au sein des métropoles (Leinberger et Lockwood, 1986 ; Hartshorn et Muller, 1989 ; Cervero, 1989 ; Stanback, 1991 ; Garreau, 1991 ; Giuliano et Small, 1991 ; Harrington et Campbell, 1997 ; McMillen and McDonald, 1998). A la lumière de toutes ces recherches, un constat : l espace économique central est en train de perdre son caractère unique, en tant que lieu où les affaires se traitent et celui où interagissent les services experts nécessaires à la prise de décisions. Cette interprétation pointe également du doigt les limites du modèle monocentrique pour expliquer la nouvelle réalité urbaine et entérine l idée que les emplois ne s étalent pas de manière indifférenciée dans l espace suburbain ; pour toute une génération de travaux, cette prise de conscience a encouragé la recherche d un nouveau cadre analytique, plus à même d appréhender les nouvelles règles de localisation. Le scénario américain a servi fréquemment d entrée en matière aux analyses effectuées sur les métropoles françaises, posant en filigrane la question de sa reproduction dans un autre contexte. Les villes françaises allaient-elles suivre la même trajectoire que leurs consoeurs américaines, et le desserrement allait-il agir sur les structures métropolitaines avec le même pouvoir? Les analyses empiriques effectuées sur quelques agglomérations ont vite conclu à la faiblesse de la parenté avec le schéma nord-américain. Certes, on observe bien, en périphérie des villes-centres, l émergence de centralités secondaires en forte croissance, mais la thèse de leur substitution au pôle central est rejetée. En matière économique, ce dernier continue d exercer un pouvoir spécifique et à se spécialiser dans les fonctions économiques centrales (Gaschet, 2003). Et s il y a bien une tendance à la suburbanisation des services métropolitains, c est pour d autres raisons qu un déclin des externalités générées par le centre traditionnel (Buisson et al., 2001). Enfin, les pôles de banlieues, plutôt que de se poser en compétiteur de l hyper-centre, sont vus, dans une majorité de cas, comme des espaces économiques complémentaires à celui-ci, composés d activités avec un moindre besoin de centralité (Aguilera, 2002 ; Baumont et al., 2003). Avec le recul, ces résultats amènent à s interroger sur la compatibilité de la grille de lecture nord-américaine au contexte métropolitain français. Comme le faisaient remarquer Boiteux-Orain et Huriot (2002), les mêmes causes à savoir les mécanismes de suburbanisation ne produisent pas forcément les mêmes effets 4

5 sur le terrain français et américain. En France, l intervention des agents publics, la petite taille des métropoles (en dehors de Paris), et surtout la répartition inverse des aménités urbaines autrement dit un centre généralement plus valorisé que sa banlieue ont produit un autre type de suburbanisation qu en Amérique du Nord et des arbitrages d une autre nature. Si on ajoute à cela les différences historiques de densités du bâti, de compacité des agglomérations et de représentation des distances, on doit admettre que les conceptualisations nord-américaines sont difficilement miscibles à l analyse des nouvelles formes urbaines des villes européennes. Pour le dire autrement, le modèle polycentrique des villes américaines (et toutes ses déclinaisons), à l origine formé sur un vaste espace, a peu de chance de trouver une validation empirique sur l espace réduit des métropoles françaises et européennes. Le meilleur exemple est fourni par les edge cities, devenues la référence quand il s agit d illustrer ce modèle. Or, quand on cherche des edge cities en Europe, malgré quelques ressemblances avec l original, on finit sans surprise par trouver que les différences l emportent largement, que l edge city européenne est plutôt une «city edge» (Bontje et Burdack, 2005). Bref, les questions qui animent la recherche urbaine américaine se posent-elles avec autant d acuité pour les villes françaises, compte tenu de toutes les différences signalées? Tout porte à croire en effet, avec les résultats déjà obtenus, que le modèle urbain monocentrique a, en France, une résistance plus élevée plus que prévue ; c est bien ce que beaucoup d études finissent par montrer, en définitive. D une certaine manière, l interrogation principale qui se pose dans le cas français est inverse à celle qui guide la majorité des travaux américains : c est se demander comment, au côté de centre aussi puissant et à l intérieur d agglomération aussi compacte, peuvent s organiser des formes de polarisations nouvelles, en mesure de faire évoluer le schéma urbain vers une organisation différente. Il ne s agit peut-être là que d une différence de point de vue, mais en termes de recherche, elle soulève d autres types de questions. Tous ces éléments militent donc en faveur de l élaboration d un cadre analytique plus «personnalisé» et porté, un peu moins peut-être, sur l obsession de la métropole multipolaire. L agglomération parisienne se prête bien à ce genre d exercice. D abord comme exemple d une métropole multimillionnaire, aux prises avec un desserrement de grande ampleur, maintes fois constatés. Ensuite, comme exemple d un modèle urbain que les concepts importés parviennent justement assez mal à décrire, à moins d introduire des nuances de taille. 1.2 Le desserrement de l emploi parisien : entre monocentrisme persistant et polycentrisme hésitant. Le desserrement de l emploi parisien, un temps négligé, a reçu beaucoup plus d attention au cours de la dernière décennie, d une part pour en préciser la dimension, et d autre part pour en déterminer la forme particulière. La manière de l analyser reprend en règle générale la trame développée pour les villes 5

6 américaines et posent sensiblement les mêmes questions : Assiste-t-on à un déclin du centre? Le desserrement encourage-t-il plutôt la re-concentration de l activité en périphérie ou bien sa dispersion? L espace économique devient-il plus polycentrique, et auquel cas, quel rôle sont amenées à jouer les villes nouvelles? Les dynamiques de localisation montrent un espace économique en transition, soumis à une variété de tendances qu on peine parfois à démêler. Une certitude cependant : L organisation initiale très centralisée de cet espace continue d exercer un pouvoir structurant sur les localisations actuelles de l activité. C est vrai quel que le soit le type d analyses produites, qu on s intéresse à la distribution des gradients de densité (Guillain et Le Gallo, 2008), à la répartition des services d intermédiation (Halbert, 2005) ou bien encore aux spécialisations dans les services avancés à la production (Shearmur et Alvergne, 2002 ; Boiteux-Orain et Guillain, 2004 ; Halbert, 2006). Ce qui ne veut pas dire par ailleurs que le quartier d affaires central parisien ne connaît pas des difficultés. Son poids économique relatif décline, et ce n est pas seulement en raison de la croissance supérieure des zones environnantes ; c est un espace qu on délaisse comme le prouve le solde négatif les transferts d établissements depuis quelques temps déjà (Gilli, 2007 ; Thiard, 2010). Dans un tel contexte, la réponse à la question du polycentrisme de l aire urbaine parisienne nécessite de prendre certaines précautions. La recomposition de l espace économique francilien indique bien le renforcement de pôles d activités périphériques, qu il est ensuite possible de hiérarchiser selon leur composition économique, selon les relations qui s établissent entre pôles nourriciers et pôles spécialisés, ou bien encore selon les flux d actifs (Gilli, 2005b, 2007 ; Berroir et al., 2007). Et dans ce processus, les villes nouvelles ont joué un rôle prépondérant, elles qui ont polarisé une bonne partie de la croissance d emploi dans les couronnes, peu importe la période. Ceci étant dit, on apprend également qu avec le desserrement, les emplois à l extérieur de Paris se sont pour moitié dispersés dans des zones qui n apparaissent ni comme pôles majeurs ni comme centres secondaires (Gilli, 2009). La dispersion de l activité est aussi une réalité en région parisienne, au même titre que peut l être la multi-polarisation. Enfin, si on considère, comme cela fut le cas pour les villes américaines avec les concepts d edge city ou de suburban downtown, que le polycentrisme implique une duplication du CBD à bonne distance de ce dernier, alors parler de métropole polycentrique dans le cas parisien serait exagéré ; les structures émergentes ne satisfont pas toutes les règles en général retenues pour la désigner comme telle. Dans le cas parisien, la «distance entre les centres», dimension sur laquelle plusieurs travaux insistent, fait défaut (Sarzynski et al., 2005). Si certains pôles, comme La Défense, possèdent effectivement tous les attributs d un deuxième centre, ils sont aussi adjacents au quartier central des affaires, partagent avec lui le même marché du travail ou presque, et n organisent pas vraiment l espace économique de la métropole de manière séparée avec celui-ci. Plus éloignées du centre, les principales centralités secondaires ont un rayonnement plus local, et doivent leur existence à la présence d un ancien noyau urbain désormais intégré à la métropole ou bien au développement d un projet 6

7 d aménagement spécifique (qu on parle de villes nouvelles ou bien de la zone de Roissy-CDG, par exemple). S il fallait dresser un bilan de toutes ces tendances, et à la lumière de la diffusion de faible portée des services à plus forte valeur ajoutée, l idée défendue par certains du débordement de l espace central sur les zones environnantes offre une perspective d analyse intéressante à bien des égards (Halbert, 2005 ; Berger et al., 2006). La question qu elle pose est de savoir si, en région parisienne, plutôt que de procéder par saut comme cela a pu être le cas dans les villes américaines, la centralité d affaires n aurait pas tendance à se recomposer en investissant les zones directement alentour du centre, en privilégiant la contiguïté territoriale. Cette approche invite certainement à réinterroger le périmètre des interactions, celui des processus d agglomération, dans une période, aussi, où s est démocratisé l accès aux nouvelles technologies d information et de communication. En minimisant l éloignement au centre, les objectifs peuvent être multiples. Dans une étude sur treize métropoles espagnoles, Arauzo-Carod et Viladecans-Marsal (2006) suggèrent que la préférence des entreprises des secteurs de services, traditionnellement ancrés dans les centres métropolitains, demeure une liaison rapide et aisée au centre. Ces localisations péricentrales constituent alors une alternative intéressante pour qui cherche à bénéficier des externalités positives de la ville-centre, tout en évitant ses coûts de congestion. Dans un tel contexte, doit-on parler d un déclin de la centralité quand la proximité à l espace central est à ce point recherché? Et ce «polycentrisme de proximité» repéré par plusieurs n explique-t-il pas plutôt la résistance du pouvoir structurant d un seul centre? En plus de s interroger sur le maintien de la centralité d affaires dans son espace initial, notre contribution cherche donc à savoir si l hypothèse du débordement de l espace central trouve une validation empirique dans la période récente ( ) et ce qu elle pourrait signifier. 2 Méthodologie Les données d emplois exploitées comptabilisent l ensemble de l emploi salarié privé entre 1993 et Elles sont issues des déclarations annuelles envoyées par les entreprises franciliennes à Pôle Emploi : seules sont incluses les activités du secteur privé, le secteur public n entrant pas en ligne de compte dans les déclarations obligatoires. Ces données sont localisées au lieu de travail et à la commune. Elles sont disponibles annuellement mais nous ne retenons que quelques années, 1993 pour la plus ancienne disponible, 2008 pour la plus récente, et 1996, 2000 et 2004 pour constituer des intervalles. Ce jeu de données présente plusieurs avantages ; en décomposant l évolution en plusieurs périodes successives, calés sur les cycles économiques, il permet notamment de séparer plus facilement les effets proprement conjoncturels, des dynamiques plus tendancielles ; la période couverte permet d avoir également un 7

8 avant/après de l accès au réseau internet. Plusieurs modalités de la classification NAF Rév. 2 sont disponibles ; pour nos besoins, celle désagrégeant l activité en 38 secteurs constitue un bon compromis. 2.1 Le découpage de l espace métropolitain, et le zoom sur l espace péricentral. Le desserrement de l emploi se mesure habituellement à l aide d une analyse centre-périphérie. Les découpages les plus communs Paris, première couronne et deuxième couronne, ou bien les nomenclatures spatiales de l INSEE pour les aires urbaines manquent de souplesse pour en apprécier pleinement l évolution précise. Les méthodes analysant la déconcentration de l emploi en fonction de la distance au point le plus central (Fouchier, 2003; Gilli, 2009) ou bien en utilisant des anneaux de distance (Shearmur et Alvergne, 2002) ont le désavantage de ne pas considérer les variations du développement métropolitain selon leur quadrant géographique. Or on sait qu à égale distance du centre, on peut trouver en périphérie de Paris des tissus économiques de nature fort différente. Notre propre découpage cherche à prendre en considération ces variations. Il se compose de six grandes zones, correspondant à des densités de population et d activités relativement distinctes les unes des autres et à des secteurs géographiques particuliers de l agglomération (CARTE 1 et ANNEXE A): 1. Le quartier central des affaires (QCA), dans Paris, a été défini sur la base d un certain de nombre de critères présentés dans la prochaine section (2.2). 2. Tous les arrondissements parisiens excluant ceux du quartier central des affaires forment le secteur Paris-Est. 3. Ce que nous appelons «espace péricentral» inclut les 29 communes limitrophes de Paris et 28 autres communes directement adjacentes à ce premier cercle. L ensemble se trouve, à vol d oiseaux, à une distance maximale de 12 km du cœur du quartier central des affaires. Cette zone dense a ensuite fait l objet d une subdivision pour tenir compte de sa diversité territoriale. L agrégation de communes s est faîte par contiguïté spatiale, et dans un souci de constituer des entités territoriales partageant une certaine unité socio-économique et historique. On retrouve à l ouest les secteurs de la Défense, Boucle de la Seine et Boulogne, un secteur Nord-Est, à l origine plus industriel et aujourd hui en reconversion, le secteur Vincennes à l est, et enfin le secteur Ivry réunit les premières banlieues du sud de la capitale. 4. Les villes nouvelles, au nombre de cinq, sont composées de communes situées pour l essentiel en deuxième couronne de banlieue : Il s agit de Saint-Quentin-en-Yvelines, Cergy-Pontoise, Evry, Sénart et Marne-la-Vallée. En tant qu opérations d aménagement planifiées et qu espace en forte croissance, nous les avons considérées à part dans l analyse. 5. La quatrième catégorie, rassemble un ensemble de communes localisées en banlieue encore dense et en zones périurbaines. Elles ont en commun d être des zones de polarisation de l emploi. Cette 8

9 classe vise à regrouper toutes les communes, qui en dehors des zones précédentes, sont les plus susceptibles d accueillir des activités du secteur productif et donc d avoir profité du desserrement La dernière catégorie réunit la grande majorité des communes restantes, et se compose d espaces essentiellement périurbains dominés par la fonction résidentielle. CARTE 1. Découpage spatial des communes franciliennes. B A C D F E km Quartier central des affaires Paris-Est Espace péricentral Villes nouvelles Pôles d'emplois secondaires Autres communes Espace péricentral A : La Défense B : Boucle de la Seine C : Nord-Est D : Vincennes E : Ivry F : Boulogne 1 La définition des zones d emplois est basée sur un seuil minimum du total d emplois dans la commune (E) et sur le taux emplois/population active hors navettes quotidiennes vers Paris (EPA). Cette dernière condition nous oblige à utiliser les données du recensement le plus proche de la première année disponible dans les données Unistatis (1993) : le Recensement de 1990 présente en effet l avantage, pour la description de la polarisation spatiale, de proposer non seulement le nombre d emplois total (y compris l emploi public) mais encore les trajets domicile-travail. Une commune peut être considérée comme une pôle zone d emplois à la double condition suivante : E > ; EPA > 1. Cette méthode a permis de retenir 69 communes, qui ont été classés comme «autres zones d emploi périphériques». 9

10 2.2 Comment définir la centralité d affaires et le périmètre du quartier central des affaires (QCA) : le recours aux «secteurs témoins». Le périmètre du quartier central des affaires ne fait pas consensus dans la littérature récente. Si la grande majorité des études s entendent pour inclure trois arrondissements historiques du «Paris des affaires» 2 ème, 8 ème, 9 ème, la période récente a fait évoluer ses frontières. Guillain et Le Gallo, (2008) lui ajoute par exemple le 1 er et le 17 ème arrondissement. Compte tenu du fait que notre analyse débute en 1993, à un moment où la déconcentration de l activité économique est déjà bien avancée, on propose de partir à la recherche des secteurs «témoins» de la centralité d affaires, puis de tracer les limites du CBD parisien en fonction de la concentration relative de ces secteurs dans Paris. Le choix des secteurs «témoins» n est pas défini a priori ; on retient seulement ceux dont la localisation indique une préférence (absolue et relative) pour les localisations parisiennes en début de période, (TAB. 1). TABLEAU 1. Classement des secteurs d activité les plus parisiens en IDF en Proportion d'effectifs strictement parisiens (75) des secteurs d'activité franciliens (%) Activités les plus pourvoyeuses d'emplois salariés dans Paris (75) En milliers Textile, habillement, cuir & chaussures 69,3 Activités financières et assurances 188,2 Activités financières et assurances 61,9 Commerce ; répar. automobile & motocycle 187,7 Edition, audiovisuel et diffusion 60,5 Act. de services administratifs & soutien 165,4 Activités immobilières 54,4 Hébergement et restauration 101,4 Hébergement et restauration 53,6 Act. juridique, comptabilité, gestion, arch., ing. 91,1 Télécommunications 52,8 Autres activités de services 55,2 Enseignement 49,3 Édition, audiovisuel et diffusion 54,9 Act. de services administratifs & soutien 48,6 Construction 51,4 Act. juridique, comptabilité, gestion, arch., ing. 46,9 Activités immobilières 39,1 Administration publique 45,9 Autres act. spécialisée, scientifiques et tech. 35,5 Emploi Total 35,7 Le classement obtenu, sans présenter de grandes surprises dans le sens où les secteurs traditionnellement centraux sont bien ceux qu on retrouve en tête de liste, signale néanmoins quelques spécificités qu on ne peut ignorer 2 : le bon classement du secteur hébergement et restauration rappelle une facette incontournable de l économie parisienne, et le fait qu il soit si central n est pas le fruit du hasard. Nous retenons comme «secteurs témoins» les activités présentes dans les deux classements (et surlignées en gris), pour l essentiel donc, des activités tertiaires ayant pour marché principal la prestation de services à d autres entreprises. En plus de ces secteurs, nous ajoutons à notre liste les activités informatiques & 2 Au premier rang pour la part d effectifs dans Paris, la présence de l industrie textile & habillement a fort probablement à voir avec le secteur du luxe et de la mode dont l attachement au centre est bien connu, et dont Paris est une des capitales mondiales. 10

11 services d information qui viennent au troisième rang des activités les plus dynamiques sur la période mais qui, en raison de la faiblesse des effectifs en 1993, n apparaissent pas dans le premier classement. Naturellement, tous ces secteurs n ont pas des comportements de localisation identiques, ni le même poids économique. Ils ont simplement en commun d être très parisiens à une date précise. Le secteur hébergement et restauration n est certainement pas le plus caractéristique des économies métropolitaines, mais sa présence se justifie par le fait qu il participe, par bien des aspects, à construire une type de centralité qui n est pas sans lien non plus avec le monde des affaires. Pour tracer les limites du quartier central des affaires, nous cherchons maintenant à savoir, parmi ces secteurs, lesquels ont tendance à se co-localiser. Précisons que la recherche d une adresse parisienne peut poursuivre différents objectifs. Dans le cas de certaines entreprises, ce choix peut fort bien s expliquer par une stratégie de regroupement géographique entre activités complémentaires liés à la nécessité d échanger des informations et des connaissances sur une base régulière. Autrement dit, ce choix se justifie autant par la volonté de mieux satisfaire un niveau d interaction élevé avec d autres entreprises que par le lieu en soi. Cette dimension-là est à l origine même de la centralité d affaires. L analyse de corrélation, pour estimer le niveau de co-présence de tous ces secteurs, fait nettement ressortir quatre secteurs dont le destin, en matière de localisation, semble étroitement lié : Edition, audiovisuel et diffusion / Finances et assurances / Activités immobilières / Activités juridiques, comptabilité, gestion, architecture et ingénierie (TAB. 2). Ils sont ceux que nous retenons pour tracer les limites du quartier central des affaires. Le périmètre constitué inclut tous les arrondissements qui combinent, au sein de l espace parisien, une spécialisation dans l accueil de ce groupe de secteurs, et que les effectifs sectoriels classent dans les 50% mieux dotés à l échelle de la capitale. L espace d affaires, sur la base des critères retenus, dépasse largement ses limites historiques. Aux arrondissements originaux (1 er, 2 ème, 8 ème, 9 ème ) s ajoutent désormais les arrondissements voisins du sud-ouest parisien (15 ème, 16 ème et 7 ème ) et du 17 ème arrondissement, au Nord-ouest. Cette nouvelle géographie, marquée par un glissement vers la partie sud-ouest de la capitale, va dans le sens d autres observations annonçant déjà l extension de l espace d affaires métropolitain dans cette direction (Halbert, 2005). 11

12 3 Le desserrement des secteurs «témoins» coïncide-t-il avec un fléchissement de la centralité d affaires du quartier central? La première série de résultats porte sur la situation spécifique de l espace central. L affaiblissement du rôle tenu par le quartier historique des affaires est un sujet récurrent depuis quelques années à Paris ; il vient en général avec une autre crainte, celle d une certaine muséification des lieux. A l épreuve des données d emploi, que peut-on en dire? Cet espace est-il encore attractif pour les activités dites centrales? On s intéresse pour commencer au poids du quartier central des affaires (QCA) dans l espace économique métropolitain. L évolution de l emploi dans le QCA entre 1993 et 2008 ne laisse planer aucun doute sur sa position moins dominante dans l espace métropolitain (TAB. 3). Tous les secteurs sans exception y sont relativement moins localisés en 2008 qu en Si cette érosion ne surprend pas, dans la mesure où elle confirme une tendance déjà amorcée dans le dernier quart du siècle passé, elle montre, dans le détail, une accélération au passage de l an En effet, pour au moins cinq des sept secteurs témoins, c est à partir de cette date que l emprise relative du QCA se réduit plus significativement. C est vrai pour l emploi total également. Les reculs les plus forts sont enregistrés par la finance et assurances (-9,1 points entre 2000 et 2008), les activités de services administratifs et de soutien (-5,2 points entre ces deux dates), les activités juridiques, comptabilités, etc (-5 points), l activité informatique & services d information (-4,1 points) et enfin l hébergement et la restauration (-2,1 points). Plusieurs hypothèses sont permises, mais on est tenté de voir dans cet affaissement plus brutal deux effets : un premier, difficile à capter avant l année 2000, concerne la démocratisation de l accès aux nouvelles technologies d information et de communication, en particulier internet, entre 2000 et 2008, et donc la possibilité de reconfigurer et segmenter à nouveau la chaîne de production, en recherchant de nouvelles localisations périphériques pour les fonctions banales. Les deux premiers secteurs finance et assurances et activités de services administratifs et de soutien, a priori les plus concernés, sont d ailleurs ceux dont le poids central s abaisse le plus. Si la part des activités témoins localisées hors du QCA augmente, il est aussi possible qu elle soit liée à la progression de nouveaux marchés dans les espaces de banlieue et le périurbain. C est une deuxième possibilité que plusieurs études avancent à l examen d autres métropoles. 12

13 TABLEAU 2. Evolution du poids du quartier central des affaires pour l emploi total et dans les secteurs témoins en IDF, par période entre 1993 et Evolution cumulée du poids par période Emploi total 21,2-0,5-1,5-2,9-4,1 17,1 Secteurs témoins co-localisés Activités financières et d'assurance 50,9-5,1-7,6-13,4-16,7 34,2 Édition, audiovisuel et diffusion 39,0 1,3-4,6-4,8-5,1 33,9 Activités immobilières 36,6-3,4-4,7-10,3-7,3 29,3 Act. juridique, comptabilité, gest., arch., ingé. 32,9-0,6-2,4-4,5-7,4 25,5 Autres secteurs témoins Part (%) en 1993 Part (%) en 2008 Hébergement et restauration 30,8-2,0-1,4-2,7-3,5 27,3 Act. de svices administratifs & soutien 25,8-1,6-3,7-6,5-8,9 16,9 Act. informatique & svices d'information 25,8-1,4-1,3-3,2-5,5 20,3 Le recul du poids économique du Paris des affaires ne permet pas de conclure, pour l instant, à une panne de son attractivité ; si ce recul est confirmé par des variations négatives de l emploi, la réponse ne fera plus beaucoup de doutes. En revanche, si ce recul est le résultat d une progression de l activité plus lente que dans le reste de l agglomération, l interprétation sera toute autre. Il est important de bien faire la distinction entre les deux situations, car elle renvoie à des scénarios différents. Pour y voir plus clair, on compare désormais les variations sectorielles d effectifs dans le QCA à celles enregistrées dans le reste de la région, en prenant le soin de mettre en face des variations relatives (Taux de variation annuel moyen par période, TVAM) les effectifs réels correspondants (Variation nette) (FIG. 1). Car parler de l un sans l autre peut parfois être source de malentendus. Malgré sa position moins dominatrice, les dynamiques sectorielles, décomposées par période, montrent que le QCA continue d exercer un bon niveau de polarisation sur les activités témoins les plus dynamiques (Activités juridiques, comptabilité, gestion, etc / Activité informatique & services d information / Hébergement et restauration, notamment). Dans la majorité des cas, la situation du quartier central des affaires co-évolue avec le reste de l espace métropolitain en suivant une trajectoire presque parallèle à celle observée ailleurs dans la région. Pour le dire autrement, la santé économique du Paris des affaires va aussi bien que celle de sa région. Quand l emploi sectoriel croît ailleurs en Île-de-France, il croît également au sein du QCA, et l inverse se vérifie aussi ; la distinction entre les deux provient du niveau des variations. Quand elles sont positives, le QCA enregistre une progression relative en général inférieure au reste de la région, mais qui, ramenée aux effectifs réellement gagnés, est loin d être négligeable. Ainsi, en quinze ans, les huit arrondissements du QCA ont capté 16,5% des nouveaux emplois métropolitains des activités juridiques, comptabilité, gestion, etc et 18,3% de ceux des activités informatiques & services d information. 13

14 Deux secteurs font exception à ce schéma et semblent se comporter différemment du reste. La finance et assurances et, dans une moindre mesure les activités de services administratifs & soutien. Dans leur cas, alors que le QCA a éliminé des emplois, le reste de l espace métropolitain en a rajouté. Le cas de la finance et assurances est symptomatique alors que les courbes d évolution montrent une symétrie presque parfaite, où les emplois perdus au centre semblent avoir été gagnés dans des proportions quasi-identiques par le reste de l espace métropolitain. Activité centrale par excellence, la finance et assurances a éliminé plusieurs milliers d emplois dans le quartier. Une partie de l explication est certainement à rechercher dans les caractéristiques de ce secteur. En début de période, aucune autre activité n est plus concentrée dans le QCA que la finance et assurances le QCA abrite 50,9% des emplois sectoriels régionaux, c est donc le secteur qui a le plus «à donner» à sa périphérie. Il n en demeure pas moins que cet effondrement central atteste d un changement radical de comportement. En tête de liste des secteurs ayant le plus expérimenté la division de la chaîne de valeur entre d un côté les opérations techniques et routinières, plus banlieusardes, et d un autre les opérations de gestion, à plus forte valeur ajoutée, encore attachées à l espace central, ce processus a certainement gagné en intensité au cours de la période; et il s est accéléré par le développement des nouvelles technologies d information et de communication (Rousset-Deschamps et al., 2009 ; Rowe et Béal, 1995). En sachant que ce secteur a été avant-gardiste dans leur utilisation et dans l échange de données à distance, on peut alors légitimement se demander si les recompositions de sa géographie de l emploi n indiquent pas une nouvelle façon de penser l espace de production et de distribution des services. Pour conclure sur la position du quartier central des affaires dans l espace économique, deux lectures sont possibles. Une première, plus pessimiste, pourrait voir dans la position moins dominante du pôle central le signe de ses difficultés à s adapter au besoin de l économie moderne, et la conséquence du contingentement de l offre immobilière (Davezies, 2006 ; Glaeser, 2011). Et c est vrai que le recul spectaculaire de la Finance et Assurances fait s interroger un peu plus sur la capacité de cet espace à conserver les activités stratégiques, et peut conforter les doutes émis par certains sur le maintien de sa centralité économique. En deuxième lecture, on aurait tort de croire que les localisations du quartier central des affaires ne sont plus convoitées, sinon comment expliquer que les secteurs les plus dynamiques, les activités «phares» de la nouvelle économie qui plus est Activité juridique, comptabilité, gestion, etc et activité informatique & services d information s y concentrent encore ; le secteur de l édition, audiovisuel et diffusion, lorsqu il se porte bien, y conserve un attachement incontestable. Enfin, la consolidation du secteur hébergement et restauration rappelle la double appartenance de ce quartier, à la fois comme lieux d affaires, mais aussi comme espace touristique et résidentiel. Les deux périmètres se confondent et les frontières du second sont certainement plus pérennes que celles du premier ; les monuments et les symboles sont plus difficiles à 14

15 déplacer que les emplois. Présenté sous cet angle, et considérant que le quartier parisien des affaires est non seulement un espace de production des richesses mais aussi un espace polarisant d autres types de flux (touristiques en particulier), peut-on encore douter de sa centralité dans l espace économique métropolitain? Et tout compte fait, à l heure du desserrement des emplois, où certaines tâches n ont plus l impératif d être centrales à tout prix, sa double fonction est peut-être une bonne nouvelle en lui assurant, de toutes les manières, un certain rayonnement. FIGURE 1. Variation nette et relative (TVAM) des secteurs témoins dans le quartier central des affaires (QCA) et le reste de la région IDF Edition, audiovisuel et diffusion Activité juridique, comptabilité, gestion, arch. et ingénierie Activités immobilières Activité informatique & services d'information 15

16 Hébergement et restauration Finance et assurances Activités de services administratifs & Soutien 4 La diffusion des activités témoins en dehors du QCA : la thèse de l élargissement du territoire central se vérifie-t-elle? Conformément à l hypothèse principale qu on cherche à vérifier, on s intéresse désormais à la diffusion des activités témoins en dehors du quartier central des affaires en s aidant de la typologie en six grandes zones de l espace métropolitain. La distribution de la croissance entre 1993 et 2008 ainsi que l évolution du poids économique relatif de chaque zone dans l espace métropolitain offrent un premier point de vue relativement explicite de la situation, en faisant ressortir deux types de pattern (FIG. 2) : - Les activités avec une forte composante décisionnelle et riche en savoir - Activité juridique, comptabilité, gestion, ingénierie + activité informatique & services d information + édition, 16

17 diffusion et audiovisuel + finance et assurances s affranchissent difficilement de la proximité parisienne. Dans le cas des trois premiers, la croissance parisienne déborde en priorité sur l espace péricentral qui capte la grande majorité des nouveaux effectifs. Les espaces économiques plus éloignés, comme les villes nouvelles ou les autres zones d emploi, sans être exclus de la croissance, ne semblent pas faire le poids face à la compétition de cette première ceinture de banlieues. D ailleurs, leur poids relatif au mieux stagne sinon fléchit dans tous ces secteurs, excepté pour les activités juridiques, comptabilité, gestion, architecture et ingénierie dans les villes nouvelles. Quant à la finance et assurances, tout porte à croire qu une bonne partie de l activité a pu migrer vers l espace péricentral qui, par ses gains d emploi, compense la presque totalité des effectifs éliminés dans le quartier central des affaires. Ailleurs que dans ces deux zones, le marché sectoriel de l emploi ne signale pas d inflexions notables. - Une autre configuration se dessine avec les services plus standardisés comme les activités de services administratifs & soutien ou bien encore les activités immobilières. Dans leur cas, la redistribution de l activité vise d abord à éviter les localisations du QCA, mais les nouveaux espaces de croissance se partagent mieux entre l espace péricentral, les villes nouvelles, les autres zones d emploi, ainsi que le reste de l Île-de-France, dont le poids respectif a le plus augmenté au cours de la période. Ce comportement est caractéristique de secteurs plus dispersés géographiquement et qui misent aussi, pour s accroître, sur la demande locale. Dans ce portrait, le secteur hébergement et restauration est à part. L espace parisien concentre encore une bonne partie de l activité ; les deux zones ensemble, QCA et Paris-Est, réalisent les gains d effectifs les plus importants. Sans qu on puisse faire le lien entre emploi et équipements touristiques, ce constat renforce néanmoins l idée que, dans Paris, le marché de l emploi lié à l activité touristique-résidentielle résiste mieux au desserrement que celui des activités de la sphère d affaires. Et cet élément pourrait effectivement donner des arguments à ceux pour qui la patrimonialisation de la capitale gagne sur l espace d affaires central des points importants. 17

18 FIGURE 2. Répartition francilienne de la croissance d emploi ( ) par secteurs témoins et évolution du poids relatif de chaque zone (Différence entre la part en 2008 et la part en 1993). Edition, audiovisuel et diffusion Act. Juridique, comptabilité, gestion, arch. et ingénierie Activité informatique & services d'information Finance et assurances Activités immobilières Activités de services administratifs & Soutien 18

19 Hébergement et restauration Tous secteurs témoins confondus A ce stade, on est évidemment porté à interpréter la forte progression de l emploi des secteurs témoins dans l espace péricentral comme un élargissement de la centralité d affaires parisienne. L hypothèse est d autant plus vraisemblable que l attraction, absolue et relative, exercée par cet espace lui donne un poids dans l espace métropolitain nettement supérieur à celui qu il occupait en début de période. Autrement dit, nous sommes bien dans le cas d une diffusion de courte portée principalement, qui recherche en priorité les localisations en marge du centre traditionnel plutôt que les pôles d activités plus distants. Il reste toutefois à savoir comment se répartissent les secteurs témoins à l intérieur de l espace péricentral. Est-ce le quartier d affaires de la Défense qui concentre la majorité de l activité nouvelle, ou bien l émulation touche-t-elle d autres portions du voisinage parisien? Enfin, pour qu on puisse parler d élargissement de la centralité, encore faudrait-il que l espace péricentral tende à se spécialiser, à l image du QCA, dans l accueil des secteurs témoins. C est ce que nous vérifions dans les paragraphes suivants. Pour tenir compte de la variété urbaine au sein de l espace péricentral, on le subdivise désormais en six zones ; quant aux villes nouvelles, elles sont considérées une à une. Afin de simplifier la lecture, les effectifs des secteurs témoins sont réunis pour le calcul des niveaux de spécialisation par zone, et pour la distribution de leur croissance (FIG. 3). Ce nouvel éclairage apporte des précisions supplémentaires sur l évolution de l espace économique en périphérie de Paris. Si La Défense est bien au niveau de spécialisation attendu et dépasse même en fin de période celui du quartier central des affaires, deux autres observations retiennent notre attention à son sujet. D une part, il semble bien qu au fil du temps, le grand quartier d affaires de l ouest ne polarise plus autant : il attire 40,2% de tous les nouveaux emplois témoins localisés dans l espace péricentral entre 1993 et 2000, seulement 18,7% dans la période suivante. D autre part, il est désormais dépassé par le secteur Boucle de la Seine pour les gains d emploi, et talonné par le secteur Boulogne. En regardant de plus près aux données, la croissance des secteurs témoins, principalement à partir de 2000, 19

20 donne l impression de mieux se répartir entre toutes les zones voisines de Paris, à l ouest comme à l est. Cette évolution est confirmée par l examen des spécialisations, alors que trois zones en plus de La Défense atteignent le seuil de spécialisation en 2008 (le secteur Boulogne, Boucle de la Seine et le secteur Vincennes), contre aucune en Et le secteur Ivry, sans atteindre le seuil minimal, s en rapproche un peu plus. Longtemps restées en marge de la dynamique métropolitaine, les parties voisines de Paris situées à l est et au sud commencent peu à peu à s y intégrer. Cette recomposition interne est encore loin de respecter l équilibre Est Ouest, par contre, l écart dans la répartition de la croissance tend à se réduire. Ce constat est renforcé par les observations dans Paris intra-muros : alors que la croissance, en première moitié de période, se répartit équitablement entre le QCA et la zone Paris-est, elle bascule en faveur de cette dernière en deuxième moitié de période. Pour revenir à la question principale, il y a donc, à l intérieur même de l espace péricentral, une tendance croissante à la diffusion des activités témoins en dehors du pôle de La Défense. Cette évolution donne un peu plus de crédit encore à l idée que la proximité au centre parisien demeure structurante dans les arbitrages. En termes de direction, le desserrement à l œuvre confirme la préférence traditionnelle pour l ouest parisien ; ceci dit l élargissement, toute proportion gardée, de la centralité d affaires vers l est de Paris combinée à son plus faible développement dans les villes nouvelles ou dans les autres pôles réunis attestent du bien-fondé de l argument principal ; l éloignement de Paris représente un handicap. 20

21 FIGURE 3. Niveau de spécialisation, par zone, dans les secteurs «témoins» (1993, 2000, 2008) et répartition de leur croissance ( et ). Niveau de spécialisation Répartition de la croissance tous secteurs témoins confondus 21

22 A la lumière de ces quelques résultats, la géographie économique récente de l espace métropolitain révèlent des tendances nouvelles. La structure spatiale de la croissance d emploi, l analyse des spécialisations ainsi que le nouveau rapport de poids entre zones dans l espace métropolitain montrent sans équivoque la préférence des secteurs témoins pour des localisations péricentrales plutôt que parisiennes. Faut-il y voir un affaiblissement du pouvoir structurant de Paris, ou bien insister plutôt sur le fait que la centralité d affaires, dans sa grande réorganisation, privilégie encore et toujours la proximité à l espace parisien? Comme c est parfois le cas en sciences sociales, les résultats laissent place à plusieurs interprétations possibles, dépendamment du point de vue et du positionnement théorique pris au départ. En ce qui nous concerne, l extension de la centralité d affaires demeure pour l instant la preuve qu une bonne partie des activités sensibles à la centralité peuvent s accommoder de localisations aux portes de Paris, sans que cela n altèrent visiblement la qualité des échanges, l intensité des relations, et les bénéfices en tout genre procurés par leur concentration antérieure. Deux autres questions viennent à l esprit quand on se penche en détail sur les données. Comment expliquer le desserrement à deux vitesses, nettement plus vigoureux après 2000 qu avant cette date? Et comment expliquer, toujours au passage du siècle, que les deux grands quartiers d affaires de la métropole se portent simultanément moins bien, l un en perdant plusieurs milliers d emplois, l autre en voyant sa croissance nettement ralentir? Il est possible que ces deux questions aient une seule et même réponse. Ces changements plus brutaux interviennent à un moment particulier de notre époque, celui où se sont généralisés les échanges instantanés d informations et de données à distance par le biais des technologies modernes de communication. Ce n est bien entendu qu une hypothèse, mais comment ne pas penser qu avec le temps, les entreprises ne commencent pas à profiter des possibilités offertes par le développement des NTIC, dans un marché foncier aussi tendu que l est le marché parisien, pour relocaliser sans trop les éloigner, une partie des fonctions ne nécessitant pas d interactions directes régulières avec le client? On pourrait alors comprendre la stratégie d évitement du QCA et le moindre intérêt pour la zone de la Défense, par ailleurs saturée. Une analyse à partir d une grille structurale fonctionnelle de l emploi, comme celle construite par Beckouche et Damette (1993) ou bien Halbert (2005), apporteraient certainement plus de certitudes à ce sujet, malheureusement, les données que nous avons en notre possession ne permettent pas le croisement entre «catégorie professionnelles» et «branches d activité». Enfin, un autre élément a pu jouer en faveur de la localisation des services témoins dans l espace péricentral. De toutes nos zones, elle est celle que la désindustrialisation a le plus durement frappée, en particulier en début de période (FIG. 4). Difficile de ne pas voir un lien entre l élimination des emplois manufacturiers péricentraux et la croissance rapide des activités témoins dans cette zone. Quand les terrains sont si près du centre, l intérêt des acteurs publics et privés pour une reconversion rapide ne tarde pas car ils offrent en 22

23 général de bonnes opportunités foncières ; c est encore plus vrai quand la pression immobilière qui se manifeste au centre atteint des sommets, comme ce fut le cas à Paris au cours de la dernière décennie. Ces dernières années, les opérations de reconversion se sont multipliés en bordure de Paris : parmi les plus symboliques, celle des moulins de Pantin, dont les bâtiments sont désormais occupés par les services bancaires de BNP-Paribas. FIGURE 4. Répartition francilienne des variations d emploi ( ) de l activité industrielle et des secteurs témoins et évolution du poids relatif de chaque zone (Différence entre la part en 2008 et la part en 1993). Tous secteurs industriels confondus Tous secteurs témoins confondus Avec l évolution récente des localisations, un espace d affaires parisien qui a franchi le périphérique dans plusieurs directions, un pôle d affaires périphérique la Défense désormais plus spécialisé que le quartier d affaires historique dans l accueil des secteurs témoins, on peut se demander si nous ne sommes pas en train d assister à une atténuation des spécificités de l espace central d affaires parisien. Alors qu on a mentionné qu en France, le desserrement de l activité économique avait généralement eu pour effet de spécialiser les centres villes dans les services à la production, la métropole parisienne a peut-être déjà dépassé ce schéma. Si l espace d affaires central s est étendu, comme les analyses précédentes tendent à le prouver, il serait alors logique de constater un rapprochement entre la structure économique des territoires péricentraux et le quartier central des affaires. C est que nous vérifions dans la dernière partie. 23

24 5 Assiste-t-on à un rapprochement entre le profil économique des zones péricentrales et le quartier central des affaires? L analyse de la structure économique par zone intègre, en plus des secteurs témoins, toutes les autres activités de la sphère productive (industrie, commerce de gros, etc), du commerce et de services aux ménages. Cette étape consiste à observer comment a évolué le profil économique des différentes zones par rapport à celle du quartier central des affaires. L indice 3 utilisé revient à mesurer le niveau de différenciation économique de chaque zone relativement au QAC. Plus l indice est élevé, plus la zone en question présente une composition économique proche du QAC ; c est l inverse qui se produit quand l indice diminue (FIG. 5). FIGURE 5. Indice de différenciation économique de chaque zone relativement au quartier central des affaires (1993, 2000, 2008). 3 L indice est calculé à partir de la formule suivante : ID i x j 1 eij E j e E i où e ij = Emplois du secteur économique j dans l entité i e i = Emploi total dans l entité i E j = Emplois du secteur économique j dans l espace de référence E = Emploi total dans l espace de référence 24

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 www.certu.fr Séminaire de l'observation Urbaine. 15 novembre 2011. Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 Nicolas GILLIO et Geneviève ROCHE Ministère de l'écologie, de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 novembre 2009 Objectif : connaître les déplacements en 2008 Les objectifs du Plan de Déplacements

Plus en détail

L ouverture à l international des entreprises de services

L ouverture à l international des entreprises de services L ouverture à l international des entreprises de services Pascale Pietri* Par nature, les secteurs des services sont moins tournés vers les marchés extérieurs que les secteurs industriels. Néanmoins en

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire amur promotion 2012-2013 La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé Partenaire Equipe Projet Laure Bellon-Serre Marie Chevillotte Clément Javouret Pierre Le Moual

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Impact économique des Transports Urbains

Impact économique des Transports Urbains Impact économique des Transports Urbains L exemple du Réseau express régional en Île-de-France Thierry Mayer (SciencesPo) et Corentin Trevien (Insee-SciencesPo.-Crest) Mercredi 27 novembre 2013 Introduction

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

Évolution du bassin de recrutement des villes nouvelles pour les services aux entreprises

Évolution du bassin de recrutement des villes nouvelles pour les services aux entreprises Évolution du bassin de recrutement des villes nouvelles pour les services aux entreprises Les villes nouvelles et les activités d intermédiation 51 La polarisation des services aux entreprises en Île-de-France

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages.

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. Dossier de presse Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. La flambée des années 0 comme la crise de 8 ont laissé

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE Retours d expériences Ce rapport présente les résultats des projets saisis dans l outil Effinergie Ecomobilité. Il détaille également une analyse des principaux

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France. Synthèse

Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France. Synthèse Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France 2009 Synthèse Pour obtenir de plus amples informations sur le déroulement de cette étude ou obtenir des données spécifiques, vous pouvez contacter

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits par Henri-Edouard Audier Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits Résumé Il ressort d un document récent du ministère sur le Crédit d impôt recherche (CIR) : (i) que celui-ci

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Ville, périurbain, périphérie Vers quelles répartitions des activités?

Ville, périurbain, périphérie Vers quelles répartitions des activités? Fédération Suisse des Urbanistes Section romande La fabrique dans la ville Lausanne, 29 mai 2013 Ville, périurbain, périphérie Vers quelles répartitions des activités? Dr. Pierre Dessemontet Géographe,

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans la vie. Le départ des jeunes, redouté dans de nombreux territoires, commence souvent pour des raisons de poursuites d études. À l échelle

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS Une approche par la télédétection de précision par Marie-Thérèse Besse et Paul Rouet Atelier parisien d urbanisme Banque de données urbaines 9,

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

en région Centre région, ce qui représentait un peu géographie de l emploi essentielle à appréhender pour comprendre le fonctionnement des économies

en région Centre région, ce qui représentait un peu géographie de l emploi essentielle à appréhender pour comprendre le fonctionnement des économies n 117 février 2003 2,20 Déplacements domicile-travail et marchés du travail en région Centre Stéphane Tagnani Les déplacements domicile-travail quotidiens des actifs en emploi participent de l équilibre

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

PROCEDURE EHPAD : BILAN 2010

PROCEDURE EHPAD : BILAN 2010 Instruction Agirc-Arrco 2011-140-DAS Annexe 1 20/12/2011 PROCEDURE EHPAD : BILAN 2010 La procédure EHPAD mise en place depuis le 1 er janvier 2004, a pour finalité d obtenir des priorités d accueil (appelées

Plus en détail