Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008"

Transcription

1 Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre DRB [Minéfi]

2 La comptabilité des marchands et la comptabilité des princes : des origines et des objectifs différents La comptabilité d entreprise un objectif : la mesure du résultat ou de la richesse une évolution technique : le passage d une comptabilité d opération à une comptabilité de période, ou d exercice La comptabilité de l Etat un objectif : contrôler les flux monétaires manipulés par les agents de l Etat une technique : la comptabilité de caisse

3 La comptabilité d exercice (accrual accounting) et la comptabilité de caisse La comptabilité d exercice a été élaborée pour mesurer le résultat de l entreprise et a suivi les évolutions de l entreprise et de son environnement Son application à l Etat ne représente pas seulement un changement technique visant à compléter la comptabilité de caisse, elle pose d abord la question des objectifs recherchés

4 Les objectifs de l Etat ne sont pas identiques à ceux des entreprises L entreprise doit (au moins) récupérer le capital investi sur sa durée de vie. La comptabilité doit permettre de mesurer périodiquement cette récupération en comparant les coûts et les produits, les actifs et les passifs. Le modèle comptable privilégié est celui du coût d acquisition amorti et/ou déprécié. Ce choix découle de l objectif de mesure du maintien du capital financier

5 Les objectifs de l Etat ne sont pas identiques à ceux des entreprises L Etat ne dispose pas d un capital initial. Sa durée de vie n est pas limitée. La récupération des coûts est sans objet dans le cadre d une activité est non marchande. La notion de maintien du capital financier n a pas de signification globale. La référence au coût d acquisition n a plus les mêmes justifications. La situation financière ne peut s apprécier selon les critères des entreprises

6 Les principes posés par la réforme (LOLF) Une comptabilité est fondée sur la constatation des droits et obligations, elle applique les règles utilisées par les entreprises sous réserve des spécificités de l Etat Les comptes doivent donner l image fidèle du patrimoine et de la situation financière, l absence de mention du résultat est le fondement des spécificités.

7 La comptabilité de l Etat dans la LOLF Comme pour les entreprises il s agit donc de procéder à l inventaire puis à l enregistrement et à l évaluation des droits et obligations Les droits et les obligations analogues à ceux des entreprises doivent être comptabilisés comme dans les entreprises, comment traiter les autres?

8 Les droits et obligations spécifiques Les droits et obligations de l Etat ont, pour les plus importants d entre eux, une nature particulière.. Ils ne résultent pas de contrats mais du rôle de souverain, exercé au nom de la nation, qui permet de prendre des engagements dont l exécution sera financée par des recettes futures, fondées sur la capacité de lever l impôt ou d exploiter le domaine public. En théorie ces droits et obligations doivent être comptabilisés pour mesurer la richesse nette à la date de clôture.

9 Les composantes de la richesse nette Actifs : ressources contrôlées à la date de clôture dont on attend des avantages économiques futurs : le droit de lever l impôt et celui d exploiter (directement ou par délégation) le domaine public Évaluation : valeur actuelle des revenus des prélèvements obligatoires futurs et des recettes futures du domaine public, acquis à la date de clôture Passifs : obligations existantes à la clôture dont l extinction entraînera des sorties d avantages économiques sans contrepartie : l obligation de service public (obligation d assurer une scolarité gratuite, d assurer la sécurité, de verser des prestations ) Évaluation : valeur actuelle des dépenses futures nécessitées par l exécution des obligations de service public effectives à la date de clôture

10 MAIS La plupart des actifs et passifs spécifiques ne remplissent pas les critères de comptabilisation généralement exigés pour établir un bilan. Il n est pas possible en effet d en donner une estimation fiable. Il n est pas possible d établir un bilan intégrant tous les actifs et les passifs spécifiques, seuls des éléments très partiels peuvent être comptabilisés. La correspondance actif /passif qui fonde la cohérence de la comptabilité d exercice ne peut être assurée. Il faut en tirer les conséquences au niveau des normes (trouver des cohérences partielles) et au niveau de l interprétation des états financiers (besoin important de pédagogie)

11 DONC Des normes comptables identiques à celles des entreprises pour tous les actifs et passifs non spécifiques ainsi que pour les charges et produits qui en découlent Des normes spécifiques pour les actifs et passifs spécifiques et les charges et produits qui en découlent L impossibilité de comptabiliser tous les actifs et passifs spécifiques avec pour conséquence un principe de rattachement (matching) affaibli qui explique la prudence de la LOLf sur la notion de résultat

12 La forme concrète des états financiers, conséquence des spécificités relevées Le bilan est présenté sous la forme d un tableau de la situation nette Le compte de résultat est scindé en trois tableaux : charges nettes, produits régaliens nets et solde

13 La portée et les limites de cette comptabilité Elle fournit le cadre d une mesure des coûts des services et permet la comparabilité à ce niveau Cette mesure reste limitée aux services effectivement délivrés par l Etat, la notion de coût n intègre que les éléments liés aux actifs et passifs non spécifiques Elle ne fournit pas la possibilité de comparer une politique recourant à la fourniture de services gratuits produits par l administration et une politique recourant à des transferts monétaires

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Comme l instruction M14 en 2006, l instruction M4 fait à son tour l objet d une réforme. La M4 s applique aux services publics locaux industriels et commerciaux (SPIC).

Plus en détail

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) :

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) : 1 / 5 Chap. 4 : Les immobilisations 2 e partie : L amortissement des immobilisations (corporelles et incorporelles) Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» I- Définition

Plus en détail

II. A compter de 2008 : simplifier les prévisions budgétaires et faciliter la constatation des opérations

II. A compter de 2008 : simplifier les prévisions budgétaires et faciliter la constatation des opérations LA SIMPLIFICATION DU TRAITEMENT BUDGETAIRE DES OPERATIONS DE CESSIONS D IMMOBILISATIONS (A TITRE ONEREUX) Préalable : Les opérations de cession à titre gratuit s analysent comme des subventions d équipement

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE 5 CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE Les règles de comptabilité générale applicables aux établissements publics de santé ne se distinguent de celles applicables aux entités privées soumises à l obligation

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif DGOS / DGFiP Bureau PF1 / CL1B Version Septembre 2013 Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif I. Objet de la fiche Dans

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 3.24 Les impôts sur les bénéfices Question 1 Un de vos amis a récemment pris connaissance du rapport annuel d une société publique où il compte obtenir un emploi. Il vous demande

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN RAPPEL DES FONDAMENTAUX ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE Email : caecp_sarl@orange.fr FONDAMENTAUX La loi du 1 er juillet 1901 n impose

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

Comptabilité financière en IFRS

Comptabilité financière en IFRS Comptabilité financière en IFRS Wolfgang Dick & Franck Missonier-Piera ISBN : 2-7440-7172-2 Chapitre 5 : Actifs non courants Exercice 5.1 Plan d amortissement 1. Plan d amortissement : Montant amortissable

Plus en détail

Tableau synoptique - Les stocks

Tableau synoptique - Les stocks Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Tableau synoptique - Les Eléments de comparaison NCT 04 IAS 02 Tableau synoptique - Les Définition Les sont des

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS?

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS? Aujourd hui, le mode de financement des équipements informatiques peut devenir un paramètre important dans la gestion d une entreprise. En effet, plusieurs formules sont offertes : achat sur fonds propres

Plus en détail

Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks

Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks Chapitre VI Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks Introduction A la fin d un exercice comptable, la nouvelle situation de l entreprise doit être résumée dans un nouveau bilan.

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Pour les professionnels de l habitat social Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Sommaire 1 La dépréciation de l actif... 4 1.1 Présentation...4 1.1.1 Principe... 4 1.1.2 L évaluation de la dépréciation...

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail

Comment prendre en compte l opération

Comment prendre en compte l opération 19 Immobilisations sinistrées Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Instruction M 52 : Tome

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/18/FC/3 Commission des finances Distr. limitée 17 mai 2012 Français Original : anglais Dix-huitième session Kingston (Jamaïque) 16-27 juillet 2012 Application

Plus en détail

Fiche d'information sur le modèle SFP de la statistique financière

Fiche d'information sur le modèle SFP de la statistique financière Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Politique budgétaire, péréquation financière, statistique financière Section Statistique financière Fiche d'information sur

Plus en détail

Compte de résultat simplifié de l'entreprise "Image et son" au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels

Compte de résultat simplifié de l'entreprise Image et son au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels Première STMG Sciences de gestion Thème 3 : Gestion et création de Valeur Chapitre 2 : Les différentes formes de valeur Séquence 1 : La valeur financière COMMENT LA GESTION D UNE ORGANISATION CONTRIBUE-T-ELLE

Plus en détail

Les nouvelles normes comptables : les actifs

Les nouvelles normes comptables : les actifs Les nouvelles normes comptables : les actifs Les objectifs de la mesure Maintenir la conformité de la comptabilité des SPIC locaux au plan comptable général, prescrite par le CGCT. Affiner la détermination

Plus en détail

18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71

18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71 18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Paragraphe 1.3 Tome 1 annexe 26

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des

Plus en détail

États financiers cumulés résumés 30 juin 2012

États financiers cumulés résumés 30 juin 2012 Fonds mondial pour la nature Canada - World Wildlife Fund Canada et Fondation du Fonds mondial pour la nature Canada - World Wildlife États financiers cumulés résumés 30 juin 2012 Le 9 octobre 2012 Rapport

Plus en détail

Ecritures d inventaire

Ecritures d inventaire Date début :.. Date fin : Problématique : L exercice comptable découpe la vie de l entreprise. A chaque fin d exercice, il est nécessaire de procéder à un inventaire comptable qui permettra d élaborer

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Un changement important s appliquera à votre rente à vos 65 ans

Un changement important s appliquera à votre rente à vos 65 ans À quel moment la coordination au RRQ prend-elle effet? À votre retraite, la coordination au RRQ prendra effet le mois suivant l atteinte de vos 65 ans, âge auquel la rente du RRQ devient payable sans réduction.

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Les Provisions. Tout événement qui risque de diminuer la valeur du patrimoine de l'entreprise doit être pris en compte. Selon ce principe: ...

Les Provisions. Tout événement qui risque de diminuer la valeur du patrimoine de l'entreprise doit être pris en compte. Selon ce principe: ... Les Provisions I/Généralités : A/ Principe de prudence : Tout événement qui risque de diminuer la valeur du patrimoine de l'entreprise doit être pris en compte. Selon ce principe:... La constatation de

Plus en détail

EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE

EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE INTRODUTION Le tableau de l OEC tout comme le tableau de la banque

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

6 Travaux en régie production de logiciel

6 Travaux en régie production de logiciel 6 Travaux en régie production de logiciel Quels textes de référence? Instruction M14 Tome 1 Annexe 25 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M52 Tome 2 Annexe 52 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M71

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT

REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT J. M. Mwenechanya ATELIER ERERA/ AGAO SUR LA REGLEMENTATION Du 21 au 23 juin 2011, Abuja, Nigeria jorry@zamnet.zm Besoin en Revenus Le Besoin en Revenus est P Q = B

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Section H: Immobilisations corporelles en cours de construction

Section H: Immobilisations corporelles en cours de construction Chapitre 10 MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB Section H: en cours de construction Chapitre 10 MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB Table des matières Section H: en cours de construction 1 1 Normes IFRS applicables

Plus en détail

L AMORTISSEMENT III NOUVEAUTE AVEC L INSTRUCTION CODIFICATRICE M9.6

L AMORTISSEMENT III NOUVEAUTE AVEC L INSTRUCTION CODIFICATRICE M9.6 L AMORTISSEMENT I DEFINITION L amortissement est la constatation comptable de l amoindrissement de la valeur d un élément d actif sur sa durée probable de vie. Les immobilisations demeurent les éléments

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 États financiers Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS À l intention du conseil d administration du Fonds canadien pour l amélioration de

Plus en détail

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS NORME N 4 LES PRODUITS

Plus en détail

Outils. Exemple : Une voiture parcourt 120 km en 1 h 30. Cela correspond à une vitesse de 80 km/h. 120 km 1,5 h. Vitesse = = 80 km/h

Outils. Exemple : Une voiture parcourt 120 km en 1 h 30. Cela correspond à une vitesse de 80 km/h. 120 km 1,5 h. Vitesse = = 80 km/h Outils 1. Ratio Un ratio est un rapport entre deux valeurs. Seuls des éléments quantitatifs peuvent s exprimer sous forme de ratio. Les valeurs comparées ne sont pas obligatoirement de la même nature.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 3 Rattachement des charges à l exercice

Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 3 Rattachement des charges à l exercice Les travaux de fin de gestion Ecritures d inventaire Séquence 3 Rattachement des charges à l exercice Sommaire Opérations d inventaire Charges à payer Charges à imputer sur exercices suivants Sommaire

Plus en détail

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens)

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens) Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets États financiers 31 décembre 2014 Le 5 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au fiduciaire de Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets

Plus en détail

Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées

Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2009-17 DU 10 NOVEMBRE 2009 Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées Sommaire 1 Champ d application 2 Définition

Plus en détail

LA PRODUCTION DANS L ENTREPRISE Comment évaluer la performance l entreprise?

LA PRODUCTION DANS L ENTREPRISE Comment évaluer la performance l entreprise? FICHE PROFESSEUR LA PRODUCTION DANS L ENTREPRISE Comment évaluer la performance l entreprise? LA NOTION DE PERFORMANCE Séance n 1 : MESURER LES PERFORMANCES FINANCIÈRE À PARTIR DU BILAN ET DU COMPTE DE

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

Fondation du Musée de la civilisation

Fondation du Musée de la civilisation États financiers Au 31 mars 2007 Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils Actuariat Syndics et gestionnaires Mallette SENCRL Comptables agréés Bureau 200 3075,

Plus en détail

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005 1. Pouvoirs Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (le «Commissariat») a été créé en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, en vigueur depuis le 1 er juillet

Plus en détail

La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité

La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité Eugenio Anessi Pessina Université Catholique S.C. - Rome Matrice, Paris, 27 Février 2006 Le secteur public en Italie Autorités/

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Ministère des finances

Ministère des finances Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES CONTRATS A LONG TERME La présente note vient en appui à l Instruction n 2 du 29 octobre 2009

Plus en détail

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) (en milliers de dollars) Charges Gestion des

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Les faits caractéristiques de l exercice : L exercice 2012 a été marqué par les faits suivants : La DTN a quitté ses fonctions en septembre 2012,

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Comptes de charges (Classe 6)

Comptes de charges (Classe 6) Comptes de charges (Classe 6) Les charges d exploitation normale et courante sont enregistrées sous les comptes 60 «Achats», 61/62 «Autres charges externes», 63 «Impôts, taxes et versements assimilés»,

Plus en détail

Instruction n 02 du 29 octobre 2009 portant première application du système comptable financier 2010

Instruction n 02 du 29 octobre 2009 portant première application du système comptable financier 2010 Instruction n 02 du 29 octobre 2009 portant première application du système comptable financier 2010 Objet : Application du Système Comptable Financier Références : 1. Loi n 07-11 du 15 Dhou el Kaada 1428

Plus en détail

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:21 PM Page 790 5. Le dividende en numéraire constitue la forme la plus courante de dividende. Il s agit d une distribution d argent aux actionnaires. Un certificat

Plus en détail

52. SAISIE EXHAUSTIVE ET TRAITEMENT DES OPERATIONS COMPTABLES 55. GARANTIE DE TRANSPARENCE ET DE FIABILITE DES TRAITEMENTS COMPTABLES

52. SAISIE EXHAUSTIVE ET TRAITEMENT DES OPERATIONS COMPTABLES 55. GARANTIE DE TRANSPARENCE ET DE FIABILITE DES TRAITEMENTS COMPTABLES 51. OBJECTIFS 52. SAISIE EXHAUSTIVE ET TRAITEMENT DES OPERATIONS COMPTABLES 53. RECAPITULATION DES ENREGISTREMENTS 54. ORGANISATION DES OPERATIONS D INVENTAIRE 55. GARANTIE DE TRANSPARENCE ET DE FIABILITE

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains 1. Le présent document fournit un résumé général de la mesure dans laquelle on peut s attendre à ce que la convergence des normes canadiennes avec les normes internationales d information financière (International

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 2012

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 2012 1 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 2012 BILAN CONSOLIDE 2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 2012 (En Dinars Tunisien) Notes 2012 2011 Goodwill Autres immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles -

Plus en détail

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques. Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les. Contenu Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.... 1 Actualisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

Chapitre 17 : La tenue des comptes

Chapitre 17 : La tenue des comptes Chapitre 17 : La tenue des comptes Plan L'enregistrement des opérations en comptabilité générale Charges et dépenses budgétaires Produits et créances liées à l'impôt L'enregistrement des opérations en

Plus en détail

Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité

Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité Bien venue! Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité OCEAN Introduction : Cher utilisateur, OCEAN est un progiciel destiné à la réalisation de toutes les opérations comptables, à

Plus en détail

Window Dressing des comptes consolidés : les écarts de consolidation positifs

Window Dressing des comptes consolidés : les écarts de consolidation positifs Window Dressing des comptes consolidés : les écarts de consolidation positifs SigmaConso Allen White Avertissement de l auteur Cet article expose des pratiques de window dressing dans le domaine de la

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015 PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION Jeudi 5 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. Côté preneur, comptabilisation systématique au bilan 2. Les différences entre le modèle de l IASB et celui du FASB 3. Enjeu comptable

Plus en détail

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO-MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 Matière Rapport de

Plus en détail

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Plan Champ couvert par le TOFE Les entités du TOFE Les opérations du TOFE Mode d'enregistrement des données Classification des opérations dans

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Jean-Michel DEGEORGE INTRODUCTION I- OBJECTIFS ET MOYENS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE. La comptabilité générale est un système d information se présentant sous la forme d un ensemble

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions 1 Introduction Explication, p. 17 Gualino/Lextenso éditions 1 La comptabilité est née d un besoin : a. de faire apparaître les bénéfices ou les pertes d une entreprise b. de valoriser et contrôler le patrimoine

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail