QE : L'EUROPE, NOUVEAU TRACTEUR DE LA FINANCE MONDIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QE : L'EUROPE, NOUVEAU TRACTEUR DE LA FINANCE MONDIALE"

Transcription

1 QE : L'EUROPE, NOUVEAU TRACTEUR DE LA FINANCE MONDIALE 1

2 QE - L Europe, nouveau tracteur de la finance mondiale TELESCOPE Tandis que l économie US repart à plein régime sans l aide de la Fed, l Europe est si mal en point qu elle nécessite un quantitative easing sans précédent de la part de la BCE. C est ce qu on peut lire, en substance, dans la plupart des médias. Or, rien n est plus loin de la réalité. Nous nous attachons ici à montrer qu au contraire, d un point de vue économique, les États-Unis restent bel et bien malades, tandis que la zone euro repart sur des rails prometteurs. Alors, pourquoi Mario Draghi annonce-t-il un QE européen, si celui-ci est inutile? Parce que justement, tout va bien. On l a vu aux États-Unis, puis au Japon, le QE n est pas fait pour aider l économie réelle. Pire, il aurait plutôt tendance à l asphyxier. En réalité, son unique rôle est de soutenir le système financier existant, obèse et encombrant, mais qui pourrait s avérer dangereux s il tombait. Les États-Unis ont donc maintenu la finance à bout de bras avec leur QE3 ; le Japon a pris le relais pour un montant équivalent ; c est maintenant au tour de l Europe, nouveau tracteur de la finance mondiale, donc. Pour dresser ce constat, il faut faire le tour de la planète. La place financière mondiale et l économie qui lui est en principe associée sont entrées dans de fortes turbulences au second semestre Et pour mieux comprendre et mieux anticiper les développements possibles en 2015, il est nécessaire de bien regarder l image finale de l année 2014 écoulée (mais pas tout à fait bouclée d un point de vue statistique). Depuis 2009, on raconte les bourgeons qui arrivent, la croissance qui revient, les indicateurs qui basculent dans le vert. Et pourtant, en l an 8 de la crise ( ), bien peu dans les populations ont perçu un véritable mieux. Certainement pas en Europe, pas plus aux États-Unis 54. Partout est louée la performance économique des États-Unis en terme de PIB, malgré la fin du QE3 dans ce pays, par rapport à la déflation et à la récession annoncées sur l Europe. Les médias insistent sur une politique antinomique des banques centrales avec la Fed d un côté, qui a terminé son QE en octobre 2014 et envisage la remontée de ses taux directeurs ; et la BCE de l autre, qui commencera son QE en mars Qu en est-il vraiment au regard des statistiques économiques disponibles? On peut analyser la situation en observant de façon superposée les indicateurs principaux pour les grands pays (ou bloc de pays avec l Euroland), tels que USA, Japon, Euroland, Chine, et pour l aspect plus local, France et Allemagne. Les statistiques de chacun de ces pays sont données sur les figures en annexe (avec quelques différences d homogénéisation entre les pays, mais la tendance reste significative, donc exploitable). Vous trouverez par numéro de page en annexe :. page 23, croissance depuis fin 2011 du PIB annualisé trimestre après trimestre ;. page 24, taux d inflation mensualisé ;. page 25, balance commerciale ;. page 26, bilan de la banque centrale ;. page 27, crédit à la consommation ;. page 28, ventes de détail ;. page 29, dépenses du gouvernement ;. page 30, flux de capitaux ;. page 31, évolution de la dette publique rapportée au PIB ;. page 32, évolution de l indice du sentiment économique. 54 Sources : CNN (23/09/2014) ; WhatWorksForAmerica, etc. 2

3 Afin de connaître l objectif véritable du QE européen, analysons alors avec les mêmes indicateurs le bilan 2014 des grands pays qui impactent le plus l évolution économique, macro-économique et financière de la planète, avec la Chine, le Japon, les États-Unis et l Euroland. Chine : croissance, désendettement, mais déflation en vue On remarque que la Chine finit 2014 à un rythme de 7,3 % de croissance du PIB, ce qui est son plus faible taux de croissance depuis la bulle Internet en 2001, à l exception du passage contenu autour de 7 % début 2009, au plus fort de l éclatement de la crise actuelle. Si la Chine est l Eldorado des pays exportateurs, alors il faut s attendre à des perspectives moindres sur ce marché, dans la mesure où cette tendance à la baisse de la croissance chinoise risque de durer, puisqu il s agit en fait d une normalisation de son économie après le rattrapage technologique commencé après la chute du Mur. Cet atterrissage de la croissance dans la nouvelle première économie du monde est couplé à une augmentation de la force d exportation, puisque la Chine progresse dans le savoir-faire de toutes les technologies, y compris en apprenant celles du segment haut de gamme du luxe. Le gouvernement accompagne cet essor avec des dépenses en hausse de 12 %, significativement supérieures à la croissance interne, montrant le rôle central du gouvernement dans cette économie, ce qui a dopé un peu la croissance. On remarque aussi que l État chinois a choisi de se désendetter en réduisant de 3,6 % de PIB sa dette publique, ce qui pourrait signifier que les dirigeants chinois sont satisfaits de leur niveau de croissance, sinon ils repousseraient à plus tard leur désendettement. La banque centrale gère la croissance financière du yuan avec une hausse de 6 % de son bilan, ce qui est très modeste pour une croissance de l économie de 7,3 %, et sans aucune commune mesure avec les aventures de type QE des Occidentaux. On peut même évoquer une stratégie contraire à celle de l argent facile pour le leader asiatique. Enfin, les flux de capitaux ont connu un coup de froid dans le courant de 2014, probablement en raison des craintes d une possible bulle immobilière, fortement relayée par les médias. Et l expression de ce risque à l automne dernier a d ailleurs fait baisser le yuan, ce qui ne doit pas déplaire là non plus aux gouverneurs du pays. Mais le ralentissement de la Chine cache un autre phénomène qui pourrait bien être le cataclysme de : la déflation. La capacité de production de l appareil industriel chinois étant devenue excessive, les coûts de production baissent et, couplés à la baisse des prix du pétrole, font craindre une déflation dans un pays qui fait encore 7 % de croissance 55. Les États-Unis KO sans QE Les États-Unis claironnent haut et fort que leur économie est repartie comme jamais et que, malheureusement, le seul risque qu ils ont à gérer est la crise européenne. On est toujours dans le «je t aime, moi non plus» entre les deux grands blocs, et les financiers de Wall Street étant connus pour maîtriser les médias, un décodage de la réalité économique au-delà des messages parvenus est absolument nécessaire sur ce pays. Après un véritable coup de froid hivernal au 1 er trimestre, l économie de l Oncle Sam a effectivement corrigé au 2 e (T2), puis gardé sa dynamique au 3 e (T3), mais s affiche en fort ralentissement au 4 e (T4), d où la communication sur la crise de l Europe pour masquer cette réalité. L ex-première économie mondiale devrait confirmer une croissance autour de 2,6 % à 2,8 % sur l année 2014, et beaucoup moins pour Mais la lecture des données d inflation est bien moins idyllique, puisqu on peut voir qu au 1 er semestre 2014, une inflation de l ordre d un petit pourcent par trimestre accompagnait la reprise, alors qu en fin d année, l éco- 55 Sources : Romandie (07/10/2014) ; Reuters (23/11/2014). 3

4 nomie est retombée en direction de la déflation, et ce de façon bien plus nette et grave que l Euroland! Voilà qui change tout, ou qui va tout changer pour Le chiffre des ventes de détail qui s écroule en décembre, puis la balance commerciale la plus déficitaire depuis plus de deux ans sur le dernier mois de l année, sont de bien mauvais présages, puisqu ils auront comme conséquence de réviser à la baisse la croissance du T4, donnée en première estimation à 2,6 %. En effet, il faut se rappeler que le QE3 était encore très soutenu au 1 er semestre, la banque centrale ayant encore augmenté son bilan de 500 milliards de dollars, soit 2,9 % de PIB (500/17300), avant de mettre un terme à ce QE3 fin octobre Il n a donc pas fallu attendre longtemps pour voir les réactions allergiques du patient au débranchement de la perfusion. Il faut remarquer aussi que c est un peu l arroseur arrosé dans la mesure où la vanité sur la (fausse) croissance a généré un dollar plus fort, ce qui était voulu pour attirer quelques flux de capitaux devenus capricieux au moment d aller vers cette destination outre-atlantique. Mais un dollar plus fort et un pétrole beaucoup moins cher sont deux facteurs extrêmement sensibles pour importer de la déflation dans le pays. Et nous avons un bel exemple, puisque c est exactement le scénario qu a connu le Japon entre 2009 et 2012, avec à la clé une descente aux enfers! Et que dire des Suisses qui vont continuer de s enfoncer dans la déflation ( 1 % en 2014) et la récession donnée à 1 % au premier semestre 2015, à cause d une devise, le franc suisse, totalement surévaluée par rapport aux fondamentaux de l économie 56. Et pour la Corée du Sud, même scénario parce qu elle n a pas pu dévaluer sa devise, contrairement au Japon voisin 57. D ailleurs, il s agit là d un dysfonctionnement de plus du monde d hier qui a défailli en 2008, puisque les taux de change sont quasiment tous à l envers des réalités économiques. Comment se fait-il que la main invisible du marché soit à ce point maladroite? Il est devenu vraiment difficile d être un ami de la finance de Wall Street, puisqu après le Japon, ce sont les fidèles alliés suisses et coréens qui sont voués à souffrir. Le gouvernement nord-américain a bien essayé de réduire un peu la voilure en 2014 en modérant ses dépenses, mais avec les chiffres de la croissance du dernier trimestre, il va sans doute reprendre le chemin d un déficit budgétaire très élastique, donc avec plus de dette. Les États-Unis semblent bel et bien toujours coincés entre l aggravation des déficits jumeaux, générant une dette incontrôlée et donc une soif de capitaux étrangers pour les couvrir, et l affichage d une économie en panne d auto-alimentation, avec le risque de voir les flux financiers assécher le pays et les taux obligataires s envoler. Cruel dilemme! Une croissance apparente inférieure au QE, voilà donc la réelle performance du pays qui a inventé et façonné la crise. Ce résultat est d autant plus mauvais qu il est obtenu avec des crédits à la consommation qui ont retrouvé un niveau maximum, donc plus de risque d insolvabilité dans le secteur privé. Dans ce contexte, l illusion de la hausse des taux d intérêt en 2015 aurait-elle déjà fait long feu? La réponse à cette question est assez difficile parce qu elle dépend essentiellement des autres pays via leurs flux financiers. En effet, le taux payé aujourd hui par les USA pour leurs bons du Trésor à 10 ans (dette souveraine) aura été autour de 2,4 % sur C est presque 50 % de plus que ce qu il était en , quand il était maintenu très bas avec les QE, au plus fort des attaques contre l euro. C est aujourd hui nettement plus cher que l Italie ou l Espagne, deux pays dépeints en état de faillite par les médias étasuniens, il y a à peine deux ans. Serait-ce à dire que les États-Unis sont en situation beaucoup plus difficile que les deux pays fragiles du sud de l Europe? La réponse des gérants obligataires est clairement oui. Au 6 février 2015, les taux à 10 ans payés sont de 1,958 % pour les États-Unis, alors qu ils sont seulement de 1,497 % pour l Espagne et 1,619 % pour l Italie. Le fait d annoncer la fin du QE par la Fed avait fait sortir le T-Bond 10 ans de ses gonds début 2014, avec une pointe à 3 % par défaut d acheteurs, ce qui faisait très cher pour financer la dette publique. En fait, si les flux de capitaux ne viennent pas aux USA pour acheter de la dette (jugeant qu il y a trop de risque), le taux obligataire que doit payer le Trésor au créancier monte. Pour cacher ce risque, la Fed dit que c est l anticipation d une hausse 56 Source : Le Temps, 30/01/ Source : Bloomberg, 29/01/

5 prochaine des taux. Parallèlement, on (c est-à-dire les médias) focalise sur les risques européens (déflation, crise en Ukraine, Grèce, etc.) pour essayer de faire peur, et donc pour que les capitaux reviennent vers l Oncle Sam. Mais on remarque que malgré un dollar fort, et malgré 4 % de croissance aux 2 e et 3 e trimestres, les flux de capitaux vers les États-Unis ont connu leur pire année de l histoire moderne de la finance, commencée en 1980 avec Ronald Reagan. Comment faire face en 2015 avec la déflation inévitablement importée et la croissance qui retombe? Nouvelle étape dans la gestion des risques En relançant le QE, peut-être? Oui, mais pas aux USA, ce serait contre-productif, puisque ce serait mettre le doigt là où ça va mal. Alors, c est au tour de l Europe, et c est le choix le moins pire à défaut d être le seul choix possible. Donc, l Europe est sollicitée pour devenir le tracteur de la finance mondiale, «à l insu de son plein gré», parce que peu de citoyens européens ont réellement compris la stratégie derrière les dernières annonces de Mario Draghi sur le QE en zone euro. D ailleurs, si l économie américaine était si florissante, pourquoi la Fed ne commencerait-elle pas à réduire son bilan, c est-à-dire à retirer progressivement les masses de dollars qu elle a injectées? Parce qu après le taper de 2014 pour sortir du QE, la première mesure à prendre n est pas la hausse des taux directeurs, mais bien la réduction des dollars excessifs mis en circulation par la Fed pour sortir de la crise. Or, Janet Yellen vient de déclarer que cet assainissement des milliards de dollars au bilan de la Fed prendrait au moins la fin de la décennie, voire au-delà, c est-à-dire que le sujet ne peut pas être abordé pour l instant 58. Un Japon très mal en point Le Japon est l autre grand malade de la planète, et ce pays aura vécu une année 2014 compliquée et désastreuse. Avec une croissance du PIB très négative aux 2 e et 3 e trimestres, le pays est en récession et devrait afficher au final un chiffre de croissance négatif pour 2014 couplé à une déflation persistante, malgré un QE phénoménal toujours en place : milliards de yens pour l année 2014, ce qui fait tout de même près de 600 milliards d euros 59. Avec un PIB d à peine milliards en euros ( milliards de yens), il faut comprendre qu un QE de 15 % du PIB (600/4000) n a réussi ni à relancer la croissance, ni à se dégager totalement de la déflation. Pour aggraver le tableau, une balance commerciale qui s enfonce dans le rouge (déficitaire) à des niveaux jamais vus de mémoire de Japonais, des ventes de détail négatives (baisse de la consommation, symptôme d une déflation galopante), des crédits à la consommation qui ne repartent pas et expliquent en partie la faiblesse de la consommation, et une dette qui s est accrue de 4 % dans l année : c est plus que grave pour le Pays du soleil levant, c est dramatique! Le Japon est à surveiller de très près, car des événements chocs pourraient intervenir à n importe quel moment, puisque malgré une dévaluation récente du yen de près de 30 % face au dollar, les bénéfices de cette opération n apparaissent toujours pas dans les données économiques fondamentales. La banque centrale du Japon (BoJ) pilote à vue, et donc personne ne sait actuellement ses réelles intentions pour Et pour cause : elle ne communique plus! Mais le gouvernement a déjà annoncé un plan de relance de l économie, donc via le déficit budgétaire et in fine par plus de dette. D ailleurs, en tenant compte des injections du gouvernement, le PIB de 2014 serait pire encore à dépense publique constante 60. L Euroland reprend des forces L Europe, ou plutôt l Euroland, serait donc tellement malade qu elle non plus ne passerait pas l année 2015 sans son QE. Le président de la BCE vient tout juste de présenter (après que la presse financière l ait annoncé bien 58 Source : Les Échos, 29/10/ Source : FranceTVinfo, 18/11/ Source : Reuters, 08/01/

6 avant lui, ce qui fait un peu peur quant à son indépendance réelle des financiers de Wall Street) le QE version euro, avec milliards d euros injectés de mars 2015 à septembre 2016, avant de voir la suite. Cela semble être un très beau tracteur à quatre roues motrices de marque non allemande! Il s agit donc de 63 milliards d euros par mois, soit environ 80 milliards en dollars, c est-à-dire exactement ce qu était le QE3 aux États-Unis, qui vient de se terminer. Draghi aurait-il la même calculette que Bernanke, avec un unique programme de calcul à l intérieur? Ou aurait-il reçu directement la calculette américaine, opération déjà faite? Étonnant Ce chiffre ne tient rien du hasard, puisque c est ce qu il faut a minima comme capitaux étrangers qui rentrent aux USA chaque mois pour couvrir les déficits jumeaux, avec 45 à 50 milliards de dollars sur la balance commerciale et au minimum 40 à 45 milliards de déficit budgétaire pour une année à 3 % de déficit fédéral, ce qui n est plus arrivé depuis 2005 (3 % de 17300/12). Il va sans dire que c est la priorité du gouvernement Obama de réduire ces terribles déficits jumeaux. Quand on regarde les chiffres de l Euroland pour 2014, on voit tout d abord que la zone est sortie de récession en Avec une croissance de l ordre de 0,8 % à 1 %, elle fait beaucoup mieux qu en 2012 et 2013, années très difficiles après avoir dû faire face à la tentative des marchés financiers d assécher la zone (ou de la faire éclater) pour cause de dettes non contrôlées. Au niveau de l inflation, elle touche un point bas, aux environs de 0,4-0,5 % sur l année, mais avec une forte tendance à la baisse en fin d année, laissant entrevoir une déflation au début 2015, mais «moins pire», d après les derniers chiffres, que celle qui pointe aux États-Unis. Mais quand on regarde le bilan de la BCE, c est l étonnement qui prédomine. Celle-ci n a cessé d assainir son bilan depuis mi En effet, en octobre 2014, elle avait déjà retiré quelque milliards d euros (l équivalent exact du QE à venir), par rapport à son pic de l été 2012 (pic mis en place pour défier les marchés spéculatifs). Elle est la seule banque centrale au monde à avoir commencé cette thérapie, au prix de se voir très critiquée pour tant d austérité, notamment par les pays du sud de l Europe. L Euroland fait donc une croissance de 0,8 % avec la BCE qui retire environ 200 milliards sur l exercice, soit 1,5 % de PIB (200/13000). Voilà qui est beaucoup mieux que les Étasuniens qui, eux, ont fait moins de croissance que les injections de la Fed! Attention avec les mouvements de calculs intégrant de façon homogène la drogue et le commerce du sexe : le PIB 2015 de l Euroland sera rehaussé de l ordre de 0,5 % grâce à cet artifice, ce que les autres partenaires ont déjà intégré de longue date 61. En revanche, que serait ce PIB sans la crise ukrainienne et les sanctions Euroland/Russie? Sans doute entre 0,3 % et 0,5 % de plus pour l Euroland, et bien plus du côté de la Russie (on parle de 3 %). Mais alors, qui a intérêt à amoindrir la croissance de l Euroland si c est le Graal de l économie? Est-ce un mal nécessaire agréé par les Européens pour protéger l économie américaine? Alors, pour relancer la croissance, halte au gaspillage, stoppons vite les sanctions et normalisons d urgence les relations avec notre grand voisin européen ou alors, parlons du sujet qu il camoufle. Le résultat est en effet garanti, contrairement à toutes les autres méthodes aventureuses, telles que la planche à billets. Avec 0,5 % de croissance directe supplémentaire (et des perspectives dégagées pour confirmer une croissance de long terme) en levant ses sanctions, l Euroland a une méthode imparable qui ne coûte rien à personne 62, alors que le QE européen de milliards d euros ne garantit pas du tout une contribution de 0,5 % de véritable croissance. En tout cas, le Japon a connu un effet ravageur dans l autre sens, celui de la récession avec cette méthode. Mais malgré tous ces vents contraires, que déceler d autre sur l Euroland? Eh bien, quand on voit que les ventes de détail sont positives en fin d année, bien meilleures qu ailleurs, que la balance commerciale est elle aussi très positive (excédentaire), au plus haut de son histoire depuis la création de l euro en 1999, que les flux de capitaux rentrent en Euroland comme jamais, que les dépenses du gouvernement sont stables, que l indice du sentiment économique de l Euroland est le seul en hausse en fin d année, traduisant le bénéfice de la baisse de 61 Source : Le Monde, 06/06/ Source : VoxEurope, 10/09/

7 la devise, on ne comprend plus rien à l actualité. Ni la communication désastreuse sur la crise en Europe, ni la baisse exagérée de l euro, ni le QE qui vient d être annoncé! Par ailleurs, pourquoi s obstiner à assainir le bilan de la BCE pendant 24 mois si c est pour aller dans l autre sens ensuite, dès lors que les résultats commencent à être meilleurs? La réponse à cette énigme se précise en considérant effectivement que la zone euro est très hétérogène et que des pays forts comme l Allemagne ou même la France masquent en réalité des zones en grandes difficultés. L analyse est sans doute très juste. Mais il y a autre chose, étant donné l échelle choisie. Tout d abord, on pourrait peut-être l expliquer clairement dans les médias, cela permettrait de trouver plus rapidement les bonnes solutions pour éviter de jeter le bébé avec l eau du bain Sauf si c est cela l objectif, bien sûr! Ensuite, quand on regarde l année 2014, on s aperçoit que le discours de Mario Draghi change complètement quand il rentre de la réunion des chefs de banques centrales de Jackson Hole, les août Cette réunion se tient annuellement en complément des réunions mensuelles de la BIS (Bank for International Settlements) où se prennent toutes les grandes décisions du milieu des banques. Avant de partir, il demandait du temps (avec raison) pour voir les effets des mesures prises en juin, telles que l abaissement du taux directeur de 0,25 % à 0,15 %, le taux de dépôt négatif pour freiner les dépôts bancaires stériles, et les opérations de refinancement des banques conditionnées aux prêts accordés, pour tenter de réparer la chaîne du crédit, surtout en direction du secteur privé. 63 En rentrant de ce sommet, Draghi a baissé précipitamment les taux de 0,15 % à 0,05 % en prenant tout le monde de court. Cette mesure était symbolique, mais elle permettait une communication sur le ton de l urgence et annonçait dans la foulée la mise au point d un vaste programme de QE. Que s est-il passé à ce sommet des banquiers centraux du monde? Tout simplement que l Euroland a reçu la mission d assurer la traction de l économie mondiale, ou plus exactement de la finance mondiale, après le QE américain, et ce quelles que soient les améliorations économiques observées sur la zone européenne. Les peuples réclamant par ailleurs moins d austérité, le montage paraît très naturel et inéluctable. Pourquoi pas, si la mesure était intelligente pour créer des emplois et donc pour relancer l investissement et la consommation, les deux composantes traditionnelles nécessaires pour inverser la courbe du chômage? Mais pas du tout La BCE va se limiter à acheter de la dette obligataire selon une règle de proportionnalité, c est-à-dire qu elle achètera le plus aux grands pays comme l Allemagne, la France, l Italie et l Espagne. Mais pourquoi donc, puisque les taux de ces pays sont déjà très bas, l épargne mondiale y voyant une valeur refuge, par exemple avec le Bond à 10 ans de l Allemagne à 0,3 %, celui de la France à 0,55 %, et ceux de l Italie et de l Espagne oscillant aux environs de 1,5 %. Record à la baisse, et du jamais vu sur les marchés obligataires. D ailleurs, que vont faire ces pays de cette manne financière, puisque la dette de la France (92 % de PIB en 2015) coûtera moins cher que celle de 1980 quand elle était à 20 % de PIB? Ces pays sont déjà bénéficiaires de la crise d un point de vue strictement obligataire : pourquoi donc positionner le QE sur ce niveau? C est au contraire exclusivement les petits pays qui auraient besoin de profiter de cette dynamique des grands frères de l Euroland pour baisser la charge de leur dette. À 2 % pour l obligation grecque à 10 ans (contre 10 % à 12 % actuellement), par exemple, Syriza serait très content, sans restructuration de la dette hellénique et sans que cela ne coûte un euro aux citoyens européens. Les seuls impactés seraient les banques privées outre-atlantique qui arrêteraient de se gaver avec des taux à 10 %. Mais pour créer des emplois en Europe et augmenter le pouvoir d achat, nerf de la guerre pour relancer la consommation et l activité, et donc l inflation, intervenir sur les marchés obligataires n a pas de sens. Il faut cibler les familles et les PME pour soutenir financièrement leurs projets, donc recréer un véritable système bancaire qui prête à ces acteurs privés de l économie réelle. Cela signifie donc qu il faudra enfin s attaquer au pouvoir des nouvelles vraies-fausses banques, toutes devenues des investisseurs et non des prêteurs, préférant jouer l argent des banques centrales dans le casino financier, 63 SSource : L Express, 05/06/

8 sans interface avec l économie réelle, parce que c est trop risqué et pas assez rémunérateur d aller se salir les mains dans la véritable économie. Bien évidemment, s attaquer à ce lobby n a rien à voir avec le fait d aider les financiers américains à supporter à moindre coût leur dette et de les aider aussi à faire encore et encore des profits monstrueux sans risque. En tout cas, on peut anticiper des résultats positifs du QE européen, car les résultats sont déjà positifs avant même le lancement de l opération. Parce que l Europe pour elle-même n en a absolument pas besoin, la baisse de l euro est suffisamment dynamisante pour permettre de régler les problèmes en interne sans subterfuges. En décembre, la balance commerciale de l Allemagne s est envolée et on reparle du problème de cette économie trop performante à l export 64, qui devance même la Chine en fin L Allemagne est-elle vraiment le problème, ou l euro qui baisse sans raison (paramètres économiques très favorables) pour protéger le dollar? Les seuls défis de l Euroland sont simplement d aider les petits pays à ne pas subir la loi sauvage des marchés financiers ce qui devrait être possible avec un peu de solidarité et de relancer la chaîne du crédit aux organismes non financiers en réinventant la banque du «jour d Après». 64 Sources : BusinessInsider (09/02/2015) ; La Tribune (09/02/2015). 8

9 Dette publique 2014 Chine dette publique au PIB Japon dette publique au PIB Etats Unis dette publique au PIB Zone Euro dette publique au PIB France dette publique au PIB Allemagne dette publique au PIB 9

10 Les flux des capitaux 2014 Chine les flux des capitaux Japon - Les flux des capitaux USD Millions USD Cent Millions États-Unis - Les flux des capitaux JPY Cent millions Zone euro - Les flux des capitaux EUR Milliards France - Les flux des capitaux Allemagne - Les flux des capitaux 10

11 Vente au détail 2014 Chine - Ventes au détail (mensuelles) Japon - Ventes au détail (mensuelles) États-Unis - Ventes au détail (mensuelles) Zone euro - Ventes au détail (mensuelles) France - Ventes au détail (mensuelles) Allemagne - Ventes au détail (mensuelles) 11

12 Balance commerciale 2014 Chine - Balance commerciale Japon - Balance commerciale États-Unis - Balance commerciale Zone euro - Balance commerciale USD Millions USD Cent Millions JPY Milliards France - Balance commerciale Allemagne - Balance commerciale 12

13 Bilan de la Banque Centrale 2014 Chine - Bilan de la Banque Centrale Japon - Bilan de la Banque Centrale États-Unis - Bilan de la Banque Centrale Zone euro - Bilan de la Banque Centrale USD Millions CNY Cent Millions JPY Milliards France - Bilan de la Banque Centrale Allemagne - Bilan de la Banque Centrale EUR Milliards 13

14 Dépense du gouvernement 2014 Chine Dépenses du gouvernement Japon Dépenses du gouvernement CNY Cent Millions JPY Milliards Etats -Unis Dépenses du gouvernement Zone Euro Dépenses du gouvernement USD Milliards EUR Milliards France Dépenses du gouvernement Allemagne Dépenses du gouvernement EUR Milliards 14

15 Crédit à la consommation 2014 Chine Crédit à la consommation Japon Crédit à la consommation CNY Cent Millions JPY Milliards Etats-Unis Crédit à la consommation Zone Euro Crédit à la consommation USD Milliards France Crédit à la consommation Allemagne Crédit à la consommation 15

16 Taux d inflation 2014 Chine - Taux d'inflation (mensuel) Japon - Taux d'inflation (mensuel) États-Unis - Taux d'inflation (mensuel) France - Taux d'inflation (mensuel) Zone euro - Taux d'inflation (mensuel) Allemagne - Taux d'inflation (mensuel) 16

17 Taux de croissance annuel du PIB 2014 Chine - Taux de croissance annuel du PIB Japon - Croissance du PIB annualisé États-Unis - Taux de croissance annuel du PIB Zone euro - Taux de croissance annuel du PIB France - Taux de croissance annuel du PIB Allemagne - Taux de croissance annuel du PIB 17

18 L indice économique avancé 2014 Chine L indice économique avancé Japon - L indice économique avancé Index - points Index - points Etats-Unis - L indice économique avancé Zone euro - L indice économique avancé Index - points Index - points France - L indice économique avancé Allemagne - L indice économique avancé Index - points Index - points 18

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Février 2015 INFORMATION La Lettre TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Dans les pays développés, la conjoncture a semblé se normaliser avec une affirmation de la croissance aux Etats-Unis

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

«La chute du pétrole, c est le sujet du siècle»

«La chute du pétrole, c est le sujet du siècle» Débat 19:14 «La chute du pétrole, c est le sujet du siècle» Par Propos recueillis par Sébastien Dubas et Mathilde Farine «Le Temps» a réuni trois économistes pour analyser les conséquences de la chute

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT AOUT 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale...

Plus en détail

Travail d économie 2CPm 20 mars 2015

Travail d économie 2CPm 20 mars 2015 Collège et école de commerce André-Chavanne Travail d économie 2CPm 20 mars 2015 Remarques importantes : I. Le présent énoncé comporte 13 pages (y compris cette page). II. Matériel autorisé : Calculatrice

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

=> A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro

=> A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro => A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro L euro a touché à la fin mai son plus faible niveau face au dollar depuis juillet 2010 (1,23 USD) sous l effet, notamment, des craintes selon

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon

Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon Par Daniel Theriault, CFA, MBA, Chef stratège en placements Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon «Il arrive parfois que le canari meure dans la mine de charbon

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Dollar US : La renaissance d une devise?

Dollar US : La renaissance d une devise? Dollar US : La renaissance d une devise? La devise de réserve mondiale Les différences de croissance et de politiques monétaires plaident en faveur d une hausse du dollar par rapport à la monnaie de la

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

la fin d une ère? Scénarios et enjeux

la fin d une ère? Scénarios et enjeux Guerre des monnaies, la fin d une ère? Scénarios et enjeux La guerre des monnaies En préambule, Christian de Boissieu, professeur à la Sorbonne et au Collège d Europe, membre du Collège de l AMF (Autorité

Plus en détail