Surveillance biologique des traitements anticoagulants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Surveillance biologique des traitements anticoagulants"

Transcription

1 Surveillance biologique des traitements anticoagulants AVK, Héparines et dérivés, anti-iia, anti-xa directs Valérie Eschwège, CHU de Nancy DIU Hémostase biologique, Lyon 27 janv 2015

2 la prescription du médicament doit s'effectuer avec une connaissance parfaite des relations reliant la dose administrée aux effets thérapeutiques qu'elle engendre ainsi qu'aux effets indésirables qu'elle peut faire apparaître

3 Index thérapeutique, marge thérapeutique ou zone thérapeutique différence entre la dose (ou la concentration) efficace et la dose (ou la concentration) provoquant des effets indésirables sensibles ; plus cet index thérapeutique est faible, plus le médicament doit être utiliser avec précaution

4 Caractéristiques des médicaments pouvant bénéficier d une surveillance Marge thérapeutique étroite Importante variabilité pharmacocinétique et pharmacodynamique Relation entre la concentration = Faible predictibilité plasmatique et effet clinique Zone de concentration cible établie Disponibilité d un test «coût-efficace»

5

6

7

8

9

10 Population exposée à un anticoagulant (données EGB / Assurance Maladie 2011) 2.6 millions de personnes 13% des 65 ans et plus L exposition augmente avec l age

11 Antagonistes de la vitamine K AVK Inhibiteurs indirects (cofacteur AT) Inhibiteurs directs Inhibiteurs de la thrombine (IIa IIa) Héparines (HNF + HBPM) Lépirudine (Refludan ) Argatroban (Arganova ) Bivalirudine (Angiox ) Dabigatran (Pradaxa ) Inhibiteurs du Xa Héparines (HNF + HBPM) Fondaparinux (Arixtra ) Rivaroxaban (Xarelto ) Apixaban (Eliquis )

12 Les Antagonistes de la Vitamine K Dérivé de l indanedione Fluindione (Previscan ) Coumariniques Acenocoumarol (Minisintrom, Sintrom ) Warfarine (Coumadine ) DIU Hémostase biologique, Lyon 27 janv 2015

13 Caractéristiques des médicaments pouvant bénéficier d une surveillance Marge thérapeutique étroite Importante variabilité pharmacocinétique et pharmacodynamique Relation entre la concentration plasmatique et effet clinique Zone de concentration cible établie Disponibilité d un test «coûtefficace»

14 Marge thérapeutique étroite épisodes thromboemboliques épisodes hémorragiques

15 Iatrogénie AVK

16 Importante variabilité dose / effet Facteurs génétiques (40 à 60%) VKORC1 (cible pharmacologique des AVK) CYP2C9 (métabolisme des AVK) Facteurs physiopathologiques : âge, sexe, IMC, comorbidités, état nutritionnel Facteurs environnementaux (10 à 20%) interactions médicamenteuses +++ alimentation compliance, compréhension

17 Relation entre «concentration plasmatique» et effet clinique Pas de relation entre concentration et effet clinique (variations génétiques) Dosage médicament CHU de Limoges Relation entre «effet biologique» et effet clinique Diminution activité des facteurs vitamine K dépendant Temps de Quick = test de choix

18 Facteurs de coagulation explorés par TQ Fibrinogène Facteur V Facteur VII Facteur X Facteur II Facteurs vitamine K dépendant (facteur IX + PC, PS, PZ)

19 Demi-vies protéines vit K dep Procoagulantes Facteur VII Facteur IX Facteur X Facteur II (Prothrombine) Anticoagulantes Protéine C Protéine S 6 h 24 h 60 h 72 h 6 h 60 h

20 Facteurs vit K dépendant pendant le traitement par AVK Paul et al J Clin Pathol 1987; 40: 94-98

21 II Sensibilité de différentes thromboplastines aux déficits en facteurs Smith et al JTH : V Variable en fonction : VII Recombiplastin Innovin Thromborel S Neoplastin CI+ - Origine des thromboplastines humaines recombinantes humaine extraction animale extraction X - Composition PL

22 propriété du Pr Bernard Boneu, Laboratoire d'hématologie, CHU Toulouse

23 Traitement anticoagulant oral Hepatology 1996, 24: Résultats du temps de Quick (n=29) Thromboplastine Secondes m (ET) Pourcentage m (ET) Rapport M/T m (ET) (14.7) 23.3 (9.9) 3.2 (1.3) (9.1) 26.4 (11.0) 2.6 (0.8) (9.6) 27.9 (10.9) 2.6 (0.7) (4.7) 31.3 (11.5) 1.9 (0.4) (4.6) 33.0 (10.2) 1.9 (0.4) (4.6) 30.8 (12.4) 1.8 (0.4) (4.1) 34.6 (11.7) 1.8 (0.3)

24 Standardisation du TP dans le traitement par les anti-vitamines K Modèle de calibration de l OMS Fabricant Reflète la la réponse d une thromboplastine vis visà vis visdes déficits induits par par les les AVK

25 Détermination de l ISI Index de Sensibilité Internationale ISI proche de 2 ISI proche de 1

26 Standardisation du TP dans le traitement par les anti-vitamines K Recommandations de L OMS pour l expression du TP International Normalized Ratio (INR) Laboratoire local INR= TP Patient TP moyen normal ISI Amélioration de la standardisation du TP dans le traitement AVK

27 Traitement anticoagulant oral Hepatology 1996, 24: Thromboplastine [ISI] Résultats du temps de Quick (n=29) Secondes Pourcentage Rapport M/T INR m (ET) m (ET) m (ET) m (ET) 1 (1.05) 36.5 (14.7) 23.3 (9.9) 3.2 (1.3) 3.4 (1.4) 2 (1.16) 30.3 (9.1) 26.4 (11.0) 2.6 (0.8) 3.0 (1.1) 3 (1.19) 33.9 (9.6) 27.9 (10.9) 2.6 (0.7) 3.5 (1.2) 4 (1.89) 22.2 (4.7) 31.3 (11.5) 1.9 (0.4) 3.4 (1.4) 5 (1.90) 22.3 (4.6) 33.0 (10.2) 1.9 (0.4) 3.6 (1.4) 6 (2.00) 21.7 (4.6) 30.8 (12.4) 1.8 (0.4) 3.4 (1.5) 7 (2.05) 21.5 (4.1) 34.6 (11.7) 1.8 (0.3) 3.4 (1.4) P

28 Calibration permettant d exprimer d le temps de Quick en en INR INR Sec Calibrant A Calibrant B Calibrant C Calibrant D Sec NB: Création d une analyse «INR» # tps de Quick INR

29 Quel réactif/automate choisir? Quel système de calibration? Contrôle de qualité interne CV Contrôle de qualité externe Contrôle National de Qualité Contrôle européen

30 Contrôle national de qualité 2013 Utilisateurs Stago 68%

31 Contrôle national de qualité pas de différence / pas d amélioration n INR 08A3 n INR 09B3 n INR 13A3 Thromboplastine à ISI >1, Thromboplastine à ISI 1,3 à 1, Thromboplastine à ISI < 1, m 3,16 m 3,07 m 3, CV(%) 8,30 CV(%) 7,6 CV(%) 6,4 m 2,96 m 3,1 m 2, CV(%) 8,40 CV(%) 8,4 CV(%) 6,2 m 3,20 m 2,9 m 2, CV(%) 9,30 CV(%) 10 CV(%) 12,1

32

33

34 Enquête avril 2008 Rapport juin 2009

35

36 Survey: Control plasma from a pool of anticoagulated patients (INR )

37 Insuffisance hépatocellulaireh Hepatology 1996, 24: Résultats du temps de Quick (n=29) Thromboplastine [ISI] Secondes m (ET) Pourcentage m (ET) Rapport M/T m (ET) INR m (ET) 1 (1.05) 25.5 (8.9) 35.0 (11.8) 2.2 (1.3) 2.3 (0.9) 2 (1.16) 25.4 (8.4) 34.1 (11.8) 2.2 (0.8) 2.5 (1.0) 3 (1.19) 30.1 (10.3) 33.5 (11.4) 2.3 (0.7) 3.0 (1.4) 4 (1.89) 21.4(5.9) 33.5 (10.5) 1.8 (0.4) 3.2 (2.0) 5 (1.90) 22.1(6.1) 34.3 (10.9) 1.9 (0.4) 3.6 (2.2) 6 (2.00) 20.6 (4.4) 32.8 (9.9) 1.7 (0.4) 3.1 (1.5) 7 (2.05) 22.8 (6.4) 32.6 (11.2) 1.9 (0.3) 4.1 (2.8) P

38 Echec de la standardisation du TP par l INR dans les maladies hépatiques Pour Concordance chaque plasma, entre les difference INR obtenus entre avec 2 thromboplastines différentes l INR obtenu avec la la thromboplastine la la plus plus et et la la moins sensible 10 Oral anticoagulation Liver diseases Difference in INR Moyenne des des INR INR obtenus avec avec les les deux deux réactifs réactifs Hepatology 1996;24:

39 Expression du temps de Quick INR si ttt par AVK en cours (ou si arrêt depuis moins de 3 jours) TP% pour toutes les autres situations Jamais les 2

40 Nomenclature des Actes de Biologie Médicale Supprimé le 29/07/03

41 Score de MELD = (3,8 x ln [bilirubine mg/dl] ) + (11,2 x ln [INR]) + (9,6 x ln [créatinine mg/dl] + (6,4 x étiologie*) *[0 si cholestatique ou alcoolique, 1 dans le cas contraire]

42 Surveillance biologique

43 Schéma d initiation du traitement par la coumadine chez le sujet agés (>70 ans) Siguret Am J Med 2005; 118:

44 Interférences INR = Les mêmes que celles du temps de Quick Particularités du suivi des patients avec un anticoagulant de type lupique (LA)

45

46 Toutes les thromboplastines testées donnent des résultats comparables sans et avec LA sauf Innovin pour env 10% des plasmas avec LA.

47 Autosurveillance / INR capillaire (Remboursement en cardiologie pédiatrique) p CoaguChek Roche Diagnostics INRatio Alere

48 Héparines et dérivés Héparine non fractionnée (standard, HNF) Héparines de bas poids moléculaires (HBPM) Danaparoide - Fondaparinux - DIU Hémostase biologique, Lyon 27 janv 2015

49

50 Cibles principales des héparines Inhibiteurs indirects

51

52 Interactions des héparines avec AT, Xa et IIa Rapport activité anti-xa / anti-iia : HBPM : 2-4 HNF : 1 AT Xa AT Xa AT IIa P P P PM < 5400 Da PM > 5400 Da P : séquence pentasaccharidique : chaine polysaccharidique

53 Antagonistes de la vitamine K AVK Inhibiteurs indirects (cofacteur AT) Inhibiteurs directs Inhibiteurs de la thrombine (IIa IIa) Héparines (HNF + HBPM) Lépirudine (Refludan ) Argatroban (Arganova ) Bivalirudine (Angiox ) Dabigatran (Pradaxa ) Inhibiteurs du Xa Héparines (HNF + HBPM) Fondaparinux (Arixtra ) Rivaroxaban (Xarelto ) Apixaban (Eliquis )

54 Héparines non fractionnées Sels de sodium / voie IV / Héparine Choay, Leo UI/5 ml Sels de calcium / voie SC / Calciparine UI/ml

55 Indications Traitement curatif TVP EP constituées à la phase aigue Infarctus du myocarde et angor instable Prévention accident thromboembolique artériels en cas de cardiopathie emboligène, de thérapeutique endovasculaire et de chirurgie vasculaire artérielle Prévention de la coagulation dans les circuits extracorporelle et d épuration extrarénale

56 Surveillance biologique

57 Surveillance biologique Pharmacocinétique non prédictible, grande variation interindividuelle Importante liaison aux protéines ½ vie augmente avec la dose Surveillance indispensable

58 Pourtant

59 Surveillance biologique

60 TCA versus Anti Xa TCA Simplicité, accessibilité, prix Utilisé depuis de très nombreuses années Anti Xa Plus spécifique Utilisable quelquesoit le "TCA de départ" Cibles mal définies dans les 2 cas Aucune étude clinique ne permet de trancher

61 ACCP EB Clinical Practice Guidelines (8th Edition) Chest 2008

62 Monitoring unfractionated heparin with APTT: A French collaborative study comparing sensitivity to heparin of 15 APTT reagents (Thromb Res 2012; 129: 666-7) Inst Lab Stago TCoag Hyphen Siemens

63 Relation TCA / Héparinémie Corrélation TCA / Héparinémie Témoin TCA : 30 secondes y = 124,59x + 26,837 R 2 = 0,7651 Attention 120: ne pas réaliser avec des plasmas surchargés en héparine mais uniquement avec des plasmas de patients TCA (SECONDES) 0 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 anti-xa (UI/mL)

64 Mesure de l activité anti Xa Test chromogène Plasma du patient Facteur Xa (conc connue) Substrat chromogène du Xa Mesure de la vitesse de transformation du substrat (delta de DO par Min)

65 Importance du délai préanalytique Activation plaquettaire libération facteur 4 plaquettaire (PF4) liaison des chaînes d héparines au PF4 raccourcissement du TCA + activité anti-xa Pour limiter cette interférence Limiter au maximum le délai préanalytique Utiliser des tubes CTAD

66 Importance du type de tube PROSCRIRE les tubes à remplissage partiel

67 Sensibilité des réactifs au PF4 Certains réactifs anti-xa contiennent du dextran ou une autre substance qui permet de dissocier l héparine du PF4 Avantage Limite les interférences liées au PF4 libéré après le prélèvement (in vitro) Inconvénient Dissocie également l héparine des complexes formés avec le PF4 in vivo (ex : chirurgie cardiaque)

68

69 Réactif avec dextran Activité anti-xa selon réactif Activité anti-xa selon délai après neutralisation de l héparine par la protamine 1 heure Réactif sans dextran 3 heures

70 Sensibilité des réactifs au déficit en antithrombine La très grande majorité des réactifs anti-xa n apporte pas d antithrombine (AT du patient) Un déficit en AT constitutionnel ou acquis peut alors entraîner une sousestimation de la concentration d héparine présente dans le plasma.

71 Particularités en chirurgie cardiaque / Circulation extracorporelle (CEC) Nécessité d adapter très vite et très souvent des doses très importantes d HNF Activated Clotted Time (ACT) Réalisé en biologie délocalisée Temps de coagulation en sang total Activateur de type TCA Normales : autour de 100 s CEC : maintien > 400 s (4 à 5 UI/ml) ECMO : autour de 200 s

72 Hemochron (Gamida) ACT Plus ACT LR Silice + Kaolin + PL 1 à 6 UI/ml Chirurgie cardiaque Celite 2 à 2.5 UI/ml Salle de KT

73 Automated Coagulation Timer (Medtronic) Activateur = Kaolin - HR ACT - LR ACT

74 HBPM dalteparine, Fragmine enoxaparine, Lovenox nadroparine, Fraxiparine Fraxodi tinzaparine, Innohep

75 Surveillance des plaquettes OUI

76 Surveillance des plaquettes Réduite depuis 2009 Préventif et curatif médical

77 Faut-il surveiller l activité biologique des HBPM? Biodisponibilité proche de 100% Faible liaison aux protéines plasmatiques Bonne prédictibilité de l effet avec une dose adaptée au poids (en cas de traitement curatif)

78 Seulement certaines situations! CI insuffisance rénale sévère depuis sept selon Cockroft

79 «cibles» mal définies Extrait des Recommandations GEHT dec. 2012

80 Activité antixa et risque hémorragique Données extraites de l étude TIMI 11A - Am Heart J 2002;143:753-9

81

82 Ratio anti-xa / anti-iia 3,6 2,5 3 1,8 Extrait des Recommandations GEHT dec. 2012

83 Danaparoide Orgaran Mélange de glycosaminoglycannes

84 Indications Traitement préventif et curatif des manifestations thromboemboliques Patients atteints de TIH Patients avec antécedents de TIH

85 Surveillance biologique Plaquettaire : OUI Activité anti-xa Si oui, même principe de test chromogène avec une gamme spécifique Fourchette attendue : 0,4 à 0,8 UI/ml Activité anti-xa / anti-iia >20 Très peu d interférence sur les tests de coagulation

86 Fondaparinux, Arixtra Pentasaccharide de synthèse

87 Surveillance biologique Plaquettes NON Activité anti-xa non recommandé Si oui, même principe de test chromogène avec une gamme spécifique Pic 2 à 3 heures après l injection Résultats en µg/ml

88 For a specific patient Arixtra concentration is not predictive of bleeding complication Individual and mean (SD) plasma exposure (AUC) 25 n = 136 Total data set (n = 141) AUC (mg.h/l) n = No Yes Adjudicated major bleeding

89 For a specific patient Arixtra concentration is not predictive of VTE complication Individual and mean (SD) plasma exposure (AUC) 25 n = 106 Total data set (n = 141) n = 31 AUC (mg.h/l) n = no adjudicated VTE adjudicated VTE non-evaluable/ no VTE assessment

90 Inhibiteurs directs de la thrombine administrés par voie parenthérale (voie intra veineuse exclusivement) Bivalirudine Angiox Argatroban Arganova

91 Antagonistes de la vitamine K AVK Inhibiteurs indirects (cofacteur AT) Inhibiteurs directs Inhibiteurs de la thrombine (IIa IIa) Héparines (HNF + HBPM) Lépirudine (Refludan ) Argatroban (Arganova ) Bivalirudine (Angiox ) Dabigatran (Pradaxa ) Inhibiteurs du Xa Héparines (HNF + HBPM) Fondaparinux (Arixtra ) Rivaroxaban (Xarelto ) Apixaban (Eliquis )

92

93 Indications Bivalirudine Angiox - «Traitement des patients atteints d un syndrome coronarien aigu (SCA ; angor instable/infarctus du myocarde sans sus-décalage du segment ST (AI/IDM ST-) devant bénéficier d une intervention urgente ou précoce. ANGIOX doit être administré avec de l aspirine et du clopidogrel» (extension d indication) - «Anticoagulant chez les patients subissant une intervention coronaire percutanée (ICP)». Argatroban Arganova anticoagulation chez les adultes ayant une thrombopénie induite par l'héparine (TIH) de type II, nécessitant un traitement anti-thrombotique par voie parentérale

94 Surveillance biologique Angiox Non Arganova TCA en première intention (bonne sensibilité mais tassement de la courbe dans les valeurs hautes) cible : 1,5 à 3 x témoin (< 100 sec) Test basée sur inhibition de la thrombine (chronométrique ou chromogénique) Ecarin Clotting Time (ECT) ou Ecarin Chromogen Assay (ECA)

95 Principe des tests à l écarine prothrombine écarine = venin meizothrombine ECT : chronométrique transformation fibrinogène en fibrine ECA : chromogènique clivage et génération d un produit coloré

96 «Nouveaux anticoagulants» NACOS (NOACs) (AMM européennes : 2008 dabigatran et rivaroxaban, 2011 apixaban) «Anticoagulants oraux directs» AODs (DOACs)

97 Antagonistes de la vitamine K AVK Inhibiteurs indirects (cofacteur AT) Inhibiteurs directs Inhibiteurs de la thrombine (IIa IIa) Héparines (HNF + HBPM) Lépirudine (Refludan ) Argatroban (Arganova ) Bivalirudine (Angiox ) Inhibiteurs du Xa Héparines (HNF + HBPM) Fondaparinux (Arixtra )

98 Antagonistes de la vitamine K AVK Inhibiteurs indirects (cofacteur AT) Inhibiteurs directs Inhibiteurs de la thrombine (IIa IIa) Héparines (HNF + HBPM) Lépirudine (Refludan ) Argatroban (Arganova ) Bivalirudine (Angiox ) Dabigatran (Pradaxa ) Inhibiteurs du Xa Héparines (HNF + HBPM) Fondaparinux (Arixtra ) Rivaroxaban (Xarelto ) Apixaban (Eliquis )

99

100 Principales caractéristiques ristiques Eliquis STV 2011; 23: 8-17

101 Suivi biologique Développement des produits sans surveillance biologique / dose fixe Bonne prédictibilité Recommandations HAS (BUM juillet 2013) fonction rénale fonction hépatique

102 Caractéristiques ristiques des médicaments m pouvant bénéficier d une d surveillance Marge thérapeutique étroite NON Importante variabilité pharmaco-cinétique et pharmacodynamique OUI Relation entre la concentration plasmatique et effet clinique NON Zone de concentration cible établie Disponibilité d un test «coût-efficace» NON?

103 RCP : patient traité par dabigatran etexilate 150 mg deux fois par jour la concentration maximale (Cmax) 175 ng/ml ( ) la concentration résiduelle (Cres) (12 heures après la prise du médicament) 91 ng/ml (61-143) moyennes géométriques (25èmes-75èmes percentiles)

104

105 Interférences rences sur les tests d hémostased Dabigatran Rivaroxaban Apixaban TQ Allongé Allongé N TCA Allongé (Allongé) N Fib Diminué (dilution et réactif) TT Allongé N N AT IIa surestimation Xa N N Xa surestimation IIa N PC, PS surestimation surestimation (coag) LA Faux + Faux + N

106 Dabigatran (Pradaxa ) TCA

107 Thromb Haemost 2010 la sensibilité relative des thromboplastines au rivaroxaban est différente de leur sensibilité relative aux AVK (ISI)

108 Tests permettant l exclusionl Temps de thrombine normal permets d exclure présence AOD anti-iia Activité antixa (HBPM) < 0,1 UI/ml permets d exclure présence AOD anti-xa

109 Tests plus spécifiques anti IIa (1) Inhibition de thrombine Hemoclot Thrombin Inhibitors (Hyphen) Technique coagulométrique Plasma dilué + thrombine Calibrant dabigatran (50 à 500 ng/ml) Pas d inhibiteur d héparine Biophen DTI (Hyphen) Technique chromogénique Inhibiteur d héparine

110 Tests plus spécifiques anti IIa (2) Tests à base d écarine ECT Ecarin Clotting Time Technique coagulométrique ECA Ecarin Chromogenic Assay (Stago) Technique chromogénique Insensible déficits en facteurs, présence d inhibiteurs, LA, autres traitements anticoagulants...

111 Tests plus spécifiques anti Xa Réactifs mesure activité antixa existants Technique chromogénique Paramétrage modifié Calibration spécifique Biophen DiXaI (Hyphen) Technique chromogénique Réactif insensible à l héparine

112 Test spécifique des anti-xa direct

113 Performances des tests En cours d évaluation Limites de détection / Systèmes Linéarité Répétabilité Reproductibilité intra et inter-laboratoire

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Vendredi 23 mai 2014 Valérie Poirier Clément d Audigier Service d Hématologie biologique Hôpital Saint-Antoine Les anticoagulants oraux

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO CHU GRENOBLE Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO Pr G Pernod Médecine Vasculaire CH Grenoble Nouveaux anticoagulants: CHU GRENOBLE Administration orale Action immédiate Demi-vie

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges La Châtre 15 janvier 2008 La coagulation plasmatique THROMBINE Fibrinogène Soluble Fibrine Insoluble La formation de la thrombine Facteur Tissulaire

Plus en détail

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE Ce texte est une mise au point d Octobre 2012, dont le contenu sera revu en fonction de l avancement des connaissances Rédacteurs : Isabelle Gouin-Thibault 1,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Rapport thématique Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Juillet 2012 Messages essentiels Les anticoagulants sont associés à un risque hémorragique élevé. Ils représentent

Plus en détail

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Rapport Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Avril 2014 ansm.sante.fr Messages clés Les anticoagulants sont des médicaments indispensables pour la prévention

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Rapport thématique Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Juillet 2012 Messages essentiels Les anticoagulants sont associés à un risque hémorragique élevé. Ils représentent

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Pharmacologie Spécialisée Plan Introduction Physiopathologie de l agrégation

Plus en détail

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anti thrombotiques Dr. Isabelle GOUIN-THIBAULT Hématologie biologique Groupe Hospitalier Hôtel Dieu Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anticoagulants Faut-il une surveillance

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

AVK AVEC ASSISTANCE! ADOS EN EXAMEN : Pharmacologie et Effets sur les tests d hémostase

AVK AVEC ASSISTANCE! ADOS EN EXAMEN : Pharmacologie et Effets sur les tests d hémostase ADOS EN EXAMEN : Pharmacologie et Effets sur les tests d hémostase Pr. I. Elalamy Service d Hématologie Biologique Hôpital Tenon ER2 UPMC Paris Clot progression driven by blood borne hypercoagulability

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Prise en charge des AVC chez les patients prenant un nouvel anticoagulant oral. Dr François Rouanet Unité Neuro-Vasculaire, CHU Bordeaux

Prise en charge des AVC chez les patients prenant un nouvel anticoagulant oral. Dr François Rouanet Unité Neuro-Vasculaire, CHU Bordeaux Prise en charge des AVC chez les patients prenant un nouvel anticoagulant oral Dr François Rouanet Unité Neuro-Vasculaire, CHU Bordeaux Déclaration de conflits d intérêts Honoraires reçus pour expertise

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 PLAN 1 Rappels physiologiques de l hémostase 2 Antithrombotiques et leurs cibles 2.1 Activation Agrégation plaquettaire

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Rappels sur l hémostase et la coagulation

Rappels sur l hémostase et la coagulation Les ANTICOAGULANTS IFSI Ambroise Paré Octobre 2011 B.Politis Les ANTICOAGULANTS Rappels sur l hémostase et la coagulation Généralités sur les traitements anticoagulants Les différents traitements anticoagulants

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Patient sous anticoagulants et antiagrégants 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*,

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice goia_alice@yahoo.com Neggia Gillian maudibb@voila.fr Les anti-agrégants

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Anciens et nouveaux anticoagulants

Anciens et nouveaux anticoagulants Filière d'analyses biomédicales Anciens et nouveaux anticoagulants présenté par Guido Reber Biochimiste, Dr ès sciences, Ancien responsable du laboratoire d hémostase des HUG LES PRINCIPAUX AGENTS THERAPEUTIQUES

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS Les Anticoagulants IFSI 1ère année ANGERS 1 Schéma général de l hémostase. En bleu, l hémostase primaire ; En orange, la coagulation ; En vert, la fibrinolyse. 2 Schéma simplifié de la coagulation. En

Plus en détail

Explora(on de l hémostase

Explora(on de l hémostase Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Explora(on de l hémostase Xavier DELABRANCHE, MD Service de Réanima(on Médicale Nouvel Hôpital Civil Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Physiologie Anticoagulants

Plus en détail

Héparine non fractionnée

Héparine non fractionnée Héparine non fractionnée Héparines et nouveaux anticoagulants Charles Marc SAMAMA Services d Anesthésie-Réanimation Cochin - Hôtel-Dieu de Paris > 10 décès par EP par jour en France Heit, Thromb Haemost

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les NOACs en situation de crise

Les NOACs en situation de crise Les NOACs en situation de crise Vanderhofstadt Quentin Stagiaire en médecine interne (CHHF) Février 2013 Supervision : Dr Guillen 1 Les NOACs en situation de crise Pourquoi un staff à ce sujet R/ de plus

Plus en détail

Les traitements antithrombotiques

Les traitements antithrombotiques Les traitements antithrombotiques Docteur Isabelle MARTIN-TOUTAIN Service d Hématologie Biologique GH Pitié-Salpêtrière - Paris 1 - Les médicaments antithrombotiques 1 - Antiagrégants - Dérivés salicylés

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase

Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase Pipette 6-2014, Seite 17 18 Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase Anne Angelillo-Scherrer Références, Figures 1 5 et Table 1 Références

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants

Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants A N N A L E S F R A N C A I S E S D A - R M A R S 2 0 1 3 Pencole Mathieu Biblio DAR A Avril 2013 PLAN Introduction Activité mixte anti-xa et

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë GH Pitié-Salpêtrière-Charles Foix Site Ch. Foix, Ivry-sur-Seine UFR Médecine P. et M. Curie Université Paris 6 Inserm UMR

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Sources bibliographiques :

Sources bibliographiques : AP-HM LBM 00PREP01D004 Date d application: 2014-06-16 Version : 3 Rédaction : ALBANESE Brigitte, AILLAUD Marie Françoise, ARNOUX Dominique Validation : MORANGE Pierre, DIGNAT-GEORGE Françoise Approbation

Plus en détail