MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE"

Transcription

1 MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE V. SIGURET - E. PAUTAS Hôpital Charles Foix - AP-HP Inserm U-765 Objectifs pédagogiques - Maniement des héparines et héparinoïdes * thrombo-prophylaxie milieu médical * traitement «curatif» - Maniement des AVK - Nouveaux anticoagulants 1

2 Conflits d intérêt - Consultant pour les laboratoires Sanofi, et les laboratoires Léo : * mise en place et réalisation de formations sur pathologies thrombo-emboliques et anticoagulants * steering committee de l étude IRIS (Léo) - Interventions dans symposiums ou réunions FMC organisés par Sanofi- Aventis, Léo, Celgene HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES 2

3 Héparine et dérivés hépariniques Héparine non fractionnée (HNF) IV : Héparine Choay SC : Calciparine Héparine de bas poids moléculaire (HBPM) daltéparine nadroparine énoxaparine tinzaparine Fragmine Fraxiparine, Fraxodi Lovenox Innohep Pentasaccharide fondaparinux Arixtra Dérivés hépariniques + AT P Xa Anti-Xa +++ P pentasaccharide (fondaparinux) 3

4 Pharmacologie P Pentasaccharide Chaîne d héparine AT P Xa Activité anti-xa +++ Fg Génération de thrombine (F.IIa) Limitation de l extension du caillot Fibrine HNF P P P P P Dépolymérisation chimique Digestion enzymatique P P P P P P Pentasaccharide HBPM 4

5 Héparine non fractionnée : HNF Variabilité inter-individuelle de l effet anticoagulant : => dose à adapter en fonction des résultats biologiques => surveillance biologique 1 x/jour quand traitement curatif 2 à 3 inj/jour ou seringue électrique Elimination par système réticulo-endothélial et le rein HNF Variabilité inter-individuelle de l effet anticoagulant : => dose à adapter en fonction des résultats biologiques => surveillance biologique quotidienne quand traitement curatif 2 à 3 inj/jour ou seringue électrique Elimination par système réticulo-endothélial et le rein HBPM Prédictibilité de l effet anticoagulant : => dose fixe (en fonction du poids) => pas de surveillance bio sauf cas particuliers (sujets âgés, IR) 1 ou 2 inj/ jour Elimination rénale Moindre risque de thrombopénie induite par l héparine 5

6 HNF Variabilité inter-individuelle de l effet anticoagulant : => dose à adapter en fonction des résultats biologiques => surveillance biologique quotidienne 2 à 3 inj/jour ou seringue électrique Elimination par système réticulo-endothélial et le rein HBPM Prédictibilité de l effet anticoagulant : => dose fixe (en fonction du poids) => pas de surveillance bio sauf cas particuliers (sujets âgés, IR) 1 ou 2 inj/ jour Elimination rénale Moindre risque de thrombopénie induite par l héparine Fondaparinux Prédictibilité de l effet => dose fixe et pas de surveillance bio 1 inj/ jour Elimination rénale Pas de thrombopénie induite par l héparine HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES EN PREVENTIF 6

7 Nom Dérivés hépariniques : traitements préventifs Fraxiparine Lovenox Fragmine Innohep Indication Prévention milieu chirurgical Risque modéré Dose (UI anti-xa ou mg) 1 x/24h UI 2000 UI (20 mg) 2500 UI 2500 UI Innohep Fraxiparine Lovenox Fragmine Innohep Arixtra Risque majoré Prévention milieu chirurgical Risque élevé 3500 UI UI/kg 4000 UI (40 mg) 5000 UI 4500 UI 2,5 mg Lovenox Fragmine Arixtra Prévention milieu médical 4000 UI (40 mg) 5000 UI 2,5 mg Recommandations prophylaxie orthopédie ANAES/SFAR ACCP (Chest 2008) PTH HBPM-fondaparinux 42 jours HBPM-fondaparinux-AVK 28 à 35 jours PTG HBPM-fondaparinux 14 jours ou plus si patients à risque ++ HBPM-fondaparinux-AVK 10 à 35 jours Fracture de hanche HBPM-fondaparinux 35 jours fondaparinux 28 à 35 jours 7

8 Prophylaxie milieu médical Mismetti P Thromb Haemost 2000 Geerts WH Chest 2001, 2004 nbe essais nbe patients (phlébo) prévalence TVP (%) réduction RR (%) IDM contrôles HNF LD HNF HD AVC isch contrôles HNF LD HBPM danaparoïde «Médical» contrôles HNF LD HBPM Oncologie trop hétérogène : chir / chimios / infectés / inflammatoires / alités Indications médicales de thromboprophylaxie MEDENOX / PREVENT ARTEMIS Enoxaparine 20 ou 40 mg/j vs placebo 1102 patients ETEV phlébo J10 et J90 Daltéparine 5000 UI/j vs placebo 3706 patients ETE écho-doppler J21 Fondaparinux 2,5 mg/j vs placebo 849 patients ETEV phlébo J7 à J15 placebo : 14,9% 20 mg : 15% 40 mg : 5,5 % Samama NEJM 1999 placebo : 5% HBPM : 2,8 % Leizorovicz Circulation 2004 placebo : 10,5% fondaparinux : 5,6% Cohen BMJ

9 Indications médicales de thromboprophylaxie ALITEMENT AIGU pour : I cardiaque (NYHA III / IV) ou I respiratoire aiguë sur maladie pulmonaire chronique ou Épisode aigu, infectieux ou inflammatoire OU IDM récent AVC récent => Indications AMM + Consensus enoxaparine (Lovenox ) 40 mg ou daltéparine (Fragmine ) 5000 UI ou fondaparinux (Arixtra ) 2,5 mg traitement prophylactique des TVP chez les patients alités pour une affection médicale aiguë durée < 14 jours! HBPM déconseillées si Cl Créat < 30 ml/mn Fonda contre-indiqué si Cl Créat < 20 ml/mn 1,5 mg conseillé si Cl Créat < 50 ml/mn sur RCP 9

10 Population âgée des études de thromboprophylaxie MEDENOX / PREVENT ARTEMIS Âge moyen 73 ± 10 ans 68 ± 10 ans 554 > 75 ans 1126 > 75 ans (50,2 %) (30,4 %) Âge moyen 74 ± 8 ans ans (51,7 %) Médenox TVP (%) / âge ,5 17,8 19,7 17,8 16 Placebo 14 Enox 40 mg DVT % ,4 8,7 9,3 6, ,9 3, [40-49] [50-59] [60-69] [70-74] [75-79] [80-84] >= 85 Age 10

11 Traitement préventif de MTEV chez les patients âgés médicaux Problématique très fréquente Etudes solides avec nombreux patients âgés Pas de raison objective de ne pas respecter les indications * Adéquation de thromboprophylaxie médicamenteuse sur 1373 pts de SSR Prescrite : 746 patients Recommandée : ,5 % des traitements inadaptés Sellier Arch Intern Med 2006 Diminution de déambulation = facteur de risque spécifique du sujet âgé? Gatt Thromb Haemost sujets institutionnalisés - âge moyen 85 ± 8 ans - recueil rétrospectif des TVP ou EP diagnostiquées sur 10 ans - immobilisation = lit ou fauteuil, prolongée > 3 mois 11

12 HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES EN CURATIF Dérivés hépariniques : traitements curatifs HBPM Indications Posologie Schémas à 2 injections SC par jour Fragmine Lovenox Fraxiparine TVP, angor TVP±EP, SCA TVP, angor 120 UI/kg/12h 100 UI/kg/12h 85 UI/kg/12h Schémas à 1 seule injection SC par jour Innohep Fraxodi TVP, EP TVP 175 UI/kg/24h 171 UI/kg/24h Arixtra TVP, EP / SCA 7,5 mg/24h*/ 2,5 mg/24h Angor : angor instable en phase aiguë sans onde Q * Si patient entre 50 et 100 kg, 5 mg si < 50 kg, 10 mg si > 100 kg 12

13 Dérives hépariniques en curatif : problématique du patient âgé et/ou insuffisant rénal Vieillissement physiologique Polypathologie et polymédication Altération de la fonction rénale Elimination rénale Risque d accumulation Elimination des dérivés hépariniques MM > HEPARINE NON FRACTIONNEE AT Fixation endothéliale Demi-vie variable Grandes variations individuelles MM < HBPM pentasccharide AT Elimination rénale Demi-vie 3-5 h Corrélation avec la fonction rénaler 13

14 Recommandations AFSSaPS (sept 2002) Contre-indication pour HBPM en traitement curatif : insuffisance rénale sévère (Cl créat < de l ordre de 30 ml/min) - dans ce cas : HNF peut être utilisée - HBPM curative déconseillée si Cl créat entre 30 et 60 ml/min Mise en garde sur le risque hémorragique pour : - sujet âgé surveillance de l anti-xa - insuffisant rénal - traitement curatif prolongé au-delà de 10 jours - non respect des modalités thérapeutiques conseillées Précaution d emploi : - évaluer systématiquement la fonction rénale des patients > 75 ans par la formule de Cockcroft Problématique du patient âgé Nombreux patients âgés exclus des essais cliniques : - risque hémorragique élevé chez patients > 80 ans - Cl. créat. < 30 ml/min : 20% d une série de 200 patients à Ch. Foix (Pautas, Drug Safety 2002) 30% d une série de 125 patients à Toulouse (Cestac, Drug Safety 2003) - autres comorbidités, causes d exclusion - consentement difficile à obtenir 14

15 ETUDES PHARMACODYNAMIQUES (anti-xa) SUJETS SAINS OU PATIENTS AGES / HBPM nadroparine (Fraxodi ) (171 UI/kg/24h) Mismetti et al, Thromb Haemost, 1998 tinzaparine (Innohep ) (175 UI/kg/24 h) Siguret et al, Thromb Haemost, 2000 ; Siguret et al, J Thromb Haemost, 2011 enoxaparine (Lovenox ) (1 mg/kg/12h) Chow et al, J Clin Pharmacol, 2003 daltéparine (Fragmine ) (100 UI/kg/12h) Schmid et al, J Thromb Haemost, 2009 enoxaparine (Lovenox )(40mg/j) / tinzaparine (Innohep )(4500 UI/j) Mahé et al, Thromb Haemost, 2007 Suivi de l activité anti-xa («héparinémie») Dépister : surdosage, accumulation Profils pharmacocinétiques des HBPM chez le patient âgé Le retentissement de l insuffisance rénale sur la pharmacocinétique des HBPM varie d une molécule à l autre. La distribution des chaînes d héparine (PM) est différente pour la nadroparine (PM ), l énoxaparine (PM ), la tinzaparine (PM ). La part relative d élimination rénale et du système réticuloendothélial est différente pour chaque préparation. Pertinence clinique de ces différences pharmacocinétiques? Pertinence du cut-off de Cl. Créat. à 30 ml/min? Nagge J et al, Arch Intern Med,

16 HBPM / sujet âgé / risque hémorragique Qu en est-il réellement du bénéfice / risque des HBPM chez le patient âgé? - Pas d évidence pour une incidence des saignements majeurs liée à l âge pour les patients inclus dans les essais cliniques Merli, Clin Geriatr Med Enquête française de pharmacovigilance (2000) : => accidents hémorragiques chez des patients âgés - Cas cliniques mais associations antithrombotiques, pas de détails sur IR, pas de surveillance anti-xa Gouin-Thibault I et al Drug Safety 2005 Méta-analyse : HBPM et saignements chez les patients insuffisants rénaux non dialysés avec clairance de la créatinine 30 ml/min Lim, Ann Intern Med 2006 Enoxaparine à dose curative : - augmentation du risque hémorragique (RR 3,88) - activité anti-xa augmentées - adaptation «empirique» des doses? Autres molécules? 3,88 (1,78-8,45) 0,01 0,1 1 Favors reduction in bleeding Favors increase in bleeding 16

17 Améliorer la tolérance chez le patient âgé insuffisant rénal Respect des modalités d administration - évaluation de la fonction rénale - dose adaptée au poids précis - durée de traitement - association médicamenteuses dangereuses Améliorer la tolérance chez le patient âgé insuffisant rénal Respect des modalités d administration - évaluation de la fonction rénale - dose adaptée au poids précis - durée de traitement - association médicamenteuses dangereuses Réduire d emblée les doses initiales Efficacité?? Collet et al, J Am Coll Cardiol 2003 Montalescot et al, Circulation

18 Améliorer la tolérance chez le patient âgé insuffisant rénal Respect des modalités d administration - évaluation de la fonction rénale - dose adaptée au poids précis - durée de traitement - association médicamenteuses dangereuses Réduire d emblée les doses initiales Efficacité?? Collet et al, J Am Coll Cardiol 2003 Montalescot et al, Circulation 2004 Surveiller l activité anti-xa (surdosage, accumulation) : - interprétation propre à chaque dérivé héparinique - en cas de surdosage, quelle adaptation de dose? Surveillance biologique HBPM curative 2 inj./24h Fragmine, Fraxiparine, Lovenox 1 inj./24h Fraxodi, Innohep Pic : 3 à 4h 4 après heures inj. après l injection Pic : 4 à 6h après inj. anti-xa anti-xa Surdosage? Quand? Qui? - après 2 ou 3ème inj. - + au delà de 10 jours chez IR (Cl. Créat < 60 ml/min) - en cas de saignement - après 75 ans 18

19 Activités anti-xa moyennes (UI/mL) pour différentes HBPM au pic Deux injections par jour (3 à 4 heures après inj.) Injection unique par jour (4 à 6 heures après inj.) Fraxiparine 0,9 Fraxodi 1,3 Lovenox 1,0 Fragmine 0,6 Innohep 0,8 Boneu B. et al., STV, 2003 Anti-Xa (UI/mL) au pic : seuil de surdosage Deux injections par jour (3 à 4 heures après inj.) Injection unique par jour (4 à 6 heures après inj.) Fraxiparine ND Fraxodi 1,8 Lovenox 1,20 Fragmine 1,00 Innohep 1,5 19

20 Conduite à tenir en cas d activité anti-xa supérieure au seuil de surdosage Contamination par de l héparine (tube prélevé après un tube hépariné ou sur le bras perfusé)? Posologie calculée correctement? calcul de la dose en fonction du poids poids précis du patient Correspondance entre le volume injecté et la dose à administrer? Evaluation de la fonction rénale par la formule de Cockcroft? Conduite à tenir en cas d activité anti-xa basse (< 0.5 UI/ml) Réponse L injection a-t-elle été faite? Respect de l heure de prélèvement par rapport à l heure d injection? Posologie calculée correctement? calcul de la dose en fonction du poids poids précis du patient Correspondance entre le volume injecté et la dose à administrer? Délai entre le prélèvement et la centrifugation > 2h? 20

21 Améliorer la tolérance chez le patient âgé insuffisant rénal Respect des modalités d administration - évaluation de la fonction rénale - dose adaptée au poids précis - durée de traitement - association médicamenteuses dangereuses Réduire d emblée les doses initiales Efficacité?? Collet et al, J Am Coll Cardiol 2003 Montalescot et al, Circulation 2004 Surveiller l activité anti-xa (surdosage, accumulation) : - interprétation propre à chaque dérivé héparinique - en cas de surdosage, quelle adaptation de dose? Utiliser HNF : tolérance chez le sujet âgé? HNF - Traitement curatif Voie IV continue, SC (2 ou 3 inj. /24h) Dose initiale chez le sujet > 65 ans : bolus 50 U/kg puis 300 à 400 UI/kg/24h Campbell et al., Arch Int Med, 1996 Grande variabilité inter- et intra-individuelle Surveillance quotidienne : * TCA : 1,5 à 3,0 / témoin mais faussé si F.VIII * Activité anti-xa : 0,3 à 0,7 UI/mL 21

22 HNF / énoxaparine chez patients insuffisants rénaux hospitalisés Etude de cohorte rétrospective 620 patients hospitalisés, Cr.Cl moy. 38 ml/min 375 patients > 75 ans Thorevska et al, Chest 2004 HNF Enoxaparine Nombre de patients Saignements majeurs / 1000 patients-jours 26,3 20,7 (NS) Fondaparinux (Arixtra ) Pentasaccharide de synthèse : inhibiteur indirect du FXa Pharmacocinétique : voie SC, 1 inj/j Elimination exclusivement rénale Contre-indication : ClCr < 30 ml/min (curatif) ClCr < 20 ml/min (préventif) Produit synthétique à marge thérapeutique large dose fixe : risque d erreur sur les posologies pas de surveillance des plaquettes pas de surveillance biologique Peu de données chez le patient âgé (bénéfice /risque) 22

23 LES ANTIVITAMINES K Risque hémorragique et AVK Incidence annuelle accidents hémorragiques : fatals 0,4-0,8 % majeurs 0,5-4,2 % études 1,2-7,4 % cohortes mineurs 2-24 % Localisations : intra-crâniennes : 0,3 0,5% (25-50% mortalité) les plus fréquentes : hémorragies digestives, hématuries Augmentation du risque avec l âge : x 2 à x 3 chez > 75 ans Pautas et al., Drugs Aging 2006 Mant et al., BAFTA, Lancet 2007 Hylek et al., Circulation

24 Risque hémorragique et instauration de l AVK 472 patients traités pour FA suivis pendant la 1 ère année P= ,1% 26% abandon de traitement 4,7 % Facteurs de risque : âge 80 ans 90 premiers jours INR 4,0 Hylek et al., Circulation, 2007 Risque hémorragique et AVK ATRIA : étude de cohorte rétrospective multicentrique patients pour FA (15300 patients-années) RR ajusté (95% IC) - Avec AVK ( 80 ans vs < 80 ans) 1,8 (1,1-3,1) - Sans AVK ( 80 vs < 80 ans) 4,7 (2,4-9,2) (environ la moitié sous aspirine) Go et al., JAMA 2003 Fang et al., JAGS

25 Balance Bénéfice / Risque AVK Singer et al., Ann Intern Med 2009 ATRIA (suivi patients-années) Taux annualisés événements thrombo-emboliques / hémorr intracrâniennnes Bénéfice majeur des AVK : traiter 11 patients âgés pour éviter 1 AVC Risque hémorragique du sujet âgé Age Patient gravité et fréquence Antécédents et co-morbidités saignements gastro-intestinaux AVC insuffisance rénale cardiopathie évoluée HTA cancer? démence? chuteur? Traitement Période d initiation 1er mois = période à haut risque dose initiale délai d obtention de l équilibre Surdosage biologique risque hémorragique x 1,5-2 /point d INR Comorbidités polymédication interactions médicamenteuses difficultés d observance et/ou de surveillance 25

26 Initiation / Choix de l AVK Spécialité Demi-vie Durée Posologie Dose par Sécabilité (heures) d'action moyenne comprimé (jours) (mg/j) (mg) 1/2 vie intermédiaire Acénocoumarol (Sintrom R ) à (Mini-Sintrom R ) 1 1 1/2 vie longue : Fluindione (Préviscan R ) Warfarine (Coumadine 2 mg R ) à (Coumadine 5 mg R ) 5 2 Choix de warfarine : pourquoi? - AVK à demi-vie longue limite les fluctuations de l INR - Warfarine = «the» AVK des essais cliniques - Galénique (2mg bisécable) adaptée aux posologies gériatriques Problème... moins connue en France (< 10% des prescriptions) 26

27 AVK : dose initiale chez le sujet âgé AFSSaPS : diminuer la dose de 50 % (http://afssaps.sante.fr) Guidelines AGS : débuter warfarine 5 mg/j JAGS 2002 Posologie à l équilibre pour la warfarine (Coumadine ) : - 4 mg/j à 70 ans (Redwood 1991) - 28 patients âge moyen = 84 ans ; 3,1 mg/j (Siguret 2001) - 97 patients âge moyen = 85 ans ; 3,5 mg/j (Pautas 2001) SCHÉMA D INITIATION DE LA WARFARINE SPECIFIQUE DU SUJET > 70 ANS (INR 2-3) Jour INR Posologie quotidienne de warfarine J0 ND 4 mg J1 ND 4 mg J2 ND 4 mg J3 INR 3 <1,3 1,3 INR 3 <1,5 1,5 INR 3 <1.7 1,7 INR 3 <1,9 1,9 INR 3 <2,5 INR 3 >2,5 J6±1 INR 6±1 1,6 1.6< INR 6±1 2,5 2.5< INR 6±1 3,5 si poso. warfarine 2mg si poso. warfarine = 1mg INR 6±1 > 3,5 5 mg 4 mg 3 mg 2 mg 1 mg Arrêt et mesure quotidienne de l INR jusque INR < 2,5 puis 1 mg Augmenter la posologie de 1 mg/j Maintenir la même posologie Réduire la posologie de 1 mg/jour Maintenir la posologie à 1 mg par jour Cf gestion des surdosages (HAS 2008) Siguret et al. Am J Med. 2005; Gouin-Thibault et al. JAGS

28 ET ENSUITE. Contrôles suivants : toutes les 48 ou 72h jusqu'à l'obtention de l'équilibre (2 INR successifs entre 2,0 et 3,0). Relais héparine-avk : arrêt héparine dès que 2 INR > 2,0 Après équilibre : INR 1x/sem pendant 1 mois puis 1x /15j Surveillance accrue des INR en cas de modification du traitement associé ou de pathologie intercurrente aiguë. Différentiel dose effective - dose prédite 90% 80% 95,3 % 72,6 % 70% 60% 50% 40% 30% 20% 17,9 % 10% 0,9 % 1,8 % 2,8 % 0,9 % 0,9 % 1,8 % 0% , , mg 28

29 Situations cliniques nécessitant un contrôle renforcé d INR - Infection - Poussée d insuffisance cardiaque - Déshydratation /troubles digestifs (anorexie, diarrhée) - Dénutrition - Problème d observance (dépression, troubles cognitifs) - Changement thérapeutique (introduction ou arrêt d un médicament) AVK : médicaments potentialisateurs Holbrook Arch Intern Med 2005 Mécanisme Interaction pharmacocinétique Interactions avec les CYP450 => diminution de la clairance Interactions pharmacologiques Augmentation du métabolisme des fact. de la coag. Inhibition des fonctions plaquettaires Inhibition de la coagulation Diminution du taux de vit K Inconnu destruction de la flore intestinale inhibition de l absorption de vit K Médicaments Amiodarone, Sulfamides, Miconazole, Métronidazole, Phenylbutazone L-thyroxine Aspirine, AINS, tiénopyridines, IRS Héparines Antibiotiques Huile de paraffine Clofibrate, Statine, Paracétamol 29

30 Régime alimentaire? Apports quotidiens en vitamine K1 Booth, Thromb Haemost, 1997 Cushman, Br J Haematol, 2001 Apports moyens : 1 à 2,5 µg/kg/j soit 50 à 250 µg/j (variations saisonnières) Aliments : pour 100 g 40 à 100 µg : salade verte, choux, brocolis, épinards 5 à 40 µg : petits pois, carottes, huile de soja < 5 µg : tous les autres Influence de l alimentation sur la stabilité de l INR Etude prospective randomisée croisée : 12 patients, coumarinique au long cours, INR stable : * + 500% vitk pendant 4 jours : INR à J4 3,1 ± 0,8 2,8 ± 0,6 (P=0,04) * - 80% vitk pendant 4 jours : INR à J7 2,6 ± 0,5 3,3 ± 0,9 (P=0,005) Franco Am J Med 2004 Etude prospective : 53 patients, warfarine au long cours µg vitk (4 jours) réduction de l INR de 0,2! Khan Br J Haematol

31 Gestion des surdosages en AVK (INR cible 2,5) HAS 2008 ACCP 2008 INR < 4,0 INR < 5,0 INR entre 4,0 et 5,9 réduire doses ultérieures ou sauter prise(s) INR quotidien => INR zone cible réduire doses ultérieures INR entre 6,0 et 9,9 INR entre 5,0 et 8,9 INR 10 INR 9 interrompre + vitk 1-2 mg per os interrompre + vitk 1-2,5 mg per os INR quotidien => INR zone cible ± renouvellement vitk réduire doses ultérieures interrompre + vitk 5 mg per os interrompre + vitk 2,5-5 mg per os INR quotidien => INR zone cible ± renouvellement vitk réduire doses ultérieures Crowther, Thromb Haemost 2010 Gestion des surdosages en AVK (INR cible 2,5) Pautas, Am J Med sous presse patients - F/H 177/62 - Age moyen 86,1 ± 6,5 ans Warfarine 170 (71%) Fluindione 69 (29%) 385 INRs 5,0 INR J0 J1 INR moy J0 = 6,8±2,4 (5-20) INR moy J1 = 2,7±1,3 (1,1-10) 31

32 Gestion des surdosages en AVK (INR cible 2,5) Pautas, Am J Med 2011 HAS 2008 ACCP 2008 INR INR 6 Pas de vit K n = 40 J0 P=0,193 J1 INR INR 6 vit K 1 mg per os n = 121 J0 P<0,0001 J1 INR moy J0 = 5,2 ± 0,3 J1 = 4,9 ± 1,3 INR moy J0 = 5,5 ± 0,3 J1 = 2,7 ± 1,3 Gestion des hémorragies graves sous AVK Au moins 1 critère = hémorragie grave (ou potentiellement grave) HAS instabilité hémodynamique PAS < 90 mmhg ou -40 mmhg par rapport à PAS habituelle, ou PAM < 65 mmhg, ou tout signe de choc - hémorragie extériorisée non contrôlable par les moyens usuels nécessité geste hémostatique urgent : chirurgie, radio interventionnelle, endoscopie - nécessité transfusion de culots globulaires - localisation menaçant le pronostic vital ou fonctionnel, par exemple : hémorragie intracrânienne et intraspinale, intraoculaire et rétro-orbitaire hémorragie digestive aiguë hémothorax, hémopéritoine, hémopéricarde hématome musculaire profond et/ou syndrome de loge, hémarthrose 32

33 Gestion des hémorragies graves sous AVK HAS 2008 ACCP 2008 Indépendante de INR cible INR au moment d hémorragie +++ Concentré de Complexe prothrombique (CCP) = PPSB + vitk 10 mg po ou IV INR à 30 min objectif antagonisation = INR < 1,5 INR à 6 heures LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS 33

34 dabigatran etexilate (Pradaxa) rivaroxaban (Xarelto) apixaban (Eliquis) Prodrogue Oui Non Non Cible Anti-IIa direct sélectif Anti-Xa direct sélectif Anti-Xa direct sélectif Biodispo. 6,5% 80% 50% Pic 1-3h 0,5-4h 1-3h Demi-vie 7-17h 7-11h 8-15h Liaison prot. 35% 90-95% 85% Métabolisme Transport Non P-gP CYP3A4, CYP2J2 P-gP CYP3A4, CYP1A1/2 P-gP Elimination 80% rénale inchangée 20% fèces (glycuroconjuguée) 1/3 rénale inchangée 1/ 3 rénale métabolisée 1/3 fèces 25% rénale inchangée 75% fèces (inchangée) Interactions Inhib P-gp : amiodarone, vérapamil, (quinidine) Antifongiques azolés, Inhibiteurs protéases VIH CYP3A4, P-gP CYP3A4 Antidote Non Non Non dabigatran (Pradaxa ) : études cliniques Prévention chirurgie ortho. Prothèse hanche-genou RE-NOVATE, RE-MODEL, RE-MOBILIZE (>8000 pts) 150 (75 x 2) ou 220 (110 x 2) mg/24h (1 prise) Efficacité et tolérance similaire / énoxaparine 40 mg/j Traitement TVP/EP RE-COVER (2539 pts) (Schulman S, N Engl J Med 2009) Héparine 9 j puis 150mg x 2 /24h/ warfarine Efficacité et tolérance similaire Fibrillation auriculaire RE-LY Connolly et al, N Engl J Med, pts randomisés 110 mg/12h / 150 mg/12h (2 prises) / warfarine 34

35 rivaroxaban (Xarelto ) : études cliniques Prévention chirurgie ortho. hanche-genou Traitement TVP Prévention médical Fibrillation auriculaire SCA récent Record (> pts) 10 mg/24h efficacité supérieure, tolérance similaire / énoxaparine 40 mg/j AMM Einstein (3449 pts) / // Einstein ext 15 mg x 2/24h (21j) puis 20 mg/24h (3 à 6 mois) / énoxaparine AVK /// 20 mg vs placebo (6-12mois) Non infériorité / Supériorité NEJM 2010 AMM Magellan (8101 pts) 2,5 mg x2 /24h 30 j vs enoxaparine 6-14 j Safety 14,9% vs 11,2% Rocket AF (14000 pts) (phase III) 20 mg/24h (12-32 mois) ou 15 mg/24h si CrCl : 30-49mL/min / AVK (double aveugle) Non infériorité NEJM 2011 Atlas ( pts) NEJM ,5 vs 5 mg vs placebo 8,9% vs 10,7% p = 0,008 Prévention chirurgie ortho. hanche-genou Prévention médical Traitement TVP/EP Fibrillation auriculaire apixaban (Eliquis ) : études cliniques Advance 2,5 mg x2 /24h vs enoxaparine AMM Adopt 2,5 mg x2 /24h 30 j vs enoxaparine 6-14 j Saign. maj. 0,47%/0,19% RR 2,58 (95%IC 1,02-7,24, p=0,04) Amplify VTE ///Amplify Ext 10 mg x 2 /24h 1 ère semaine puis 5 mg x2/24h vs HBPM puis AVK /// 2,5 mg x 2 ou 5 mg/24h vs placebo Phase III en cours Averroes (5600 pts) 5 mg x 2/24h vs AVK supériorité NEJM 2011 Aristotle (15000 pts) 5 mg x 2/24h vs AVK NEJM 2011 Post SCA Appraise-2 (7392 patients) NEJM mgx2/24h / placebo : augmentation des saignements majeurs arrêt prématuré 35

36 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET FA Doses / comparateur RE-LY dabigatran etexilate 150 mg x 2 ou 110 mg x 2 vs warfarine ROCKET AF rivaroxaban 20 mg (15 mg IR modérée) vs warfarine ARISTOTLE apixaban 5 mg x 2 (2,5 mg x 2 > 80ans poids < 60 kg ou IR creat < 133) vs warfarine AVERROES apixaban 5 mg x 2 (2,5 mg x 2 > 80ans poids < 60 kg ou IR creat < 133) vs aspirine Nb patients Age médian 72 ans 73 ans 18% > 80 ans CHADS2 médian ATCD AVC/AIT Résultats 70 ans 31% 75 ans 70 ans 34% 75 ans 2 4 2,1 2 20% 55% 19% 14% NEJM 2009 NEJM 2011 NEJM 2011 NEJM 2011 Anti-Xa directs Voie orale Interférences médicamenteuses Formes, posologies Indications AMM 1/ Prév. MTEV chir ortho. (prothèse totale genou/hanche) j 2/ Fibrillation atriale Contre-indications, précautions d emploi rivaroxaban (Xarelto ) - avec inhibiteurs de 3A4 et / ou de P-gp : * antifongiques azolés, * inhibiteurs de protéase (ex: ritonavir) * antibiotiques macrolides - avec inducteurs enz. Cp, doses fixes, une ou deux fois /j 1/ 10 mg en 1 prise 2/ 20 mg en 1 prise, (15 mg en 1 prise si insuff. rénale modérée ) Saignements actifs (CI) Insuff rénale sévère Ass méd. déconseillées (cf supra) apixaban (Eliquis ) - avec inhibiteurs de 3A4 * antifongiques azolés, * inhibiteurs de protéase (ex: atanazavir) * antibiotiques macrolides - avec inducteurs enz. Cp, doses fixes, deux fois /j 1/ 2,5 mg x 2 (matin et soir) 2/ AMM en attente Saignements actifs (CI) Insuff. hépatique sévère Insuff rénale sévère Ass med. déconseillées 36

37 Anti-IIa direct par voie orale Interférences médicamenteuses Formes, posologies Indications AMM : 1/ Prévention MTEV chir orthopéd. (prothèse totale de genou/hanche) 28 à 35 jours 2/ Fibrillation atriale Contre-indications, précautions d emploi etexilate de dabigatran (Pradaxa ) - avec inhibiteurs de P-gp : * amiodarone, vérapamil * quinidine (CI) * antibiotiques macrolides - avec inducteurs enz. (rifampicine ) Gélules de 75 ou 150 mg Fixes en 1 ou 2 fois par jour 1/ 110 mg x 2 / en 1 prise/j Sujet > 75 ans ou IR modérée ou si amiodarone : 75 mg x2 / 1 prise /j 2/ 150 mg matin et soir (2 prises/j) Sujet > 75 ans ou IR modérée ou si amiodarone : 110 mg matin et soir (2 prises /j) Saignements actifs (CI) Insuff rénale sévère +++ (CI) Ass med. déconseillées Femme de 96 ans Nombreux hématomes, Hb 8,5 g/dl TP (Néoplastine CI) = 19% TCK (CK Prest) = 80 sec/30 sec (TCK ratio = 2,7) Fibrinogène = 2,9 g/l TCK M+T = 65 sec/30sec Rosner Index = 54 Temps de Thrombine = > 960 sec / 17 sec Activité anti-xa = < 0,10 UI/mL pas d héparine, activité anti-thrombine Pradaxa 110 mgx2/j (matin et soir depuis 7 jours) ClCr = 30 ml/min 37

38 Dabigatran : interférences avec les tests usuels d hémostase Lindhal T, Thromb Haemost2011 Rivaroxaban: interférences avec les tests usuels d hémostase Hillarp A, JTH 2010 Samama MM, Thromb Haemost

39 Remerciements E. PAUTAS Unité de Gériatrie aiguë Hôpital Charles Foix V. SIGURET Laboratoire Hématologie HEGP - INSERM U765 JL. GOLMARD Biostatistiques Pitié-Salpêtrière 39

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë GH Pitié-Salpêtrière-Charles Foix Site Ch. Foix, Ivry-sur-Seine UFR Médecine P. et M. Curie Université Paris 6 Inserm UMR

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE I. GOUIN-THIBAULT Laboratoire d Hématologie GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë GH Pitié-Salpêtrière-Charles Foix Site Ch. Foix,

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anti thrombotiques Dr. Isabelle GOUIN-THIBAULT Hématologie biologique Groupe Hospitalier Hôtel Dieu Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anticoagulants Faut-il une surveillance

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Rapport Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Avril 2014 ansm.sante.fr Messages clés Les anticoagulants sont des médicaments indispensables pour la prévention

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

FLASH D ACTUALITES SUR LES ANTICOAGULANTS. L CAMOIN Service d Hématologie Biologique CHU Timone APHM

FLASH D ACTUALITES SUR LES ANTICOAGULANTS. L CAMOIN Service d Hématologie Biologique CHU Timone APHM FLASH D ACTUALITES SUR LES ANTICOAGULANTS L CAMOIN Service d Hématologie Biologique CHU Timone APHM RELATIONS AVEC L INDUSTRIE Sanofi Leo- Pharma Bayer Boehringer Lilly Les ank- coagulants PrévenKon de

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

02/06/15 LES ANTICOAGULANTS. Temps plaque:aire. clou hémosta8que ou thrombus blanc. Ac8va8on Adhésion Agréga8on

02/06/15 LES ANTICOAGULANTS. Temps plaque:aire. clou hémosta8que ou thrombus blanc. Ac8va8on Adhésion Agréga8on 02/06/15 Les 3 étapes de l'hémostase LES ANTICOAGULANTS u Hémostase primaire Temps vasculaire Vasoconstric8on Temps plaque:aire Ac8va8on Adhésion Agréga8on - Transforma8on de la prothrombine en thrombine

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Héparines et Héparinoides. Maniement des anticoagulants en pratique HBPM. Héparine Non Fractionnée. Pharmacocinétique HBPM. Anti-Xa 28/10/2014

Héparines et Héparinoides. Maniement des anticoagulants en pratique HBPM. Héparine Non Fractionnée. Pharmacocinétique HBPM. Anti-Xa 28/10/2014 Maniement des anticoagulants en pratique Héparines et Héparinoides Surtout les HBPM Héparine Non Fractionnée Voie veineuse ou SC Quelle que soit la fonction rénale Activité antixa=activité anti II Surveillance

Plus en détail

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS Professeur Patrick JEGO - Service de Médecine Interne Rennes, mercredi 8 janvier 2014 Monsieur L, 92 ans, passe en FA permanente. Que faites vous?

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Prof. P. HAINAUT Médecine Interne - Maladie Thromboembolique Cliniques Univ. Saint Luc - UCL 1 Antivitamine K Variabilité dépendant facteurs

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs

Les anticoagulants oraux directs Les anticoagulants oraux directs Pr Nadine Ajzenberg Département d hématologie et d Immunologie Biologiques Hôpital Bichat, Paris nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 13 février 2015 Anticoagulants oraux directs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2012 ELIQUIS 2,5 mg, comprimés pelliculés B/10 (CIP: 419 454-4) B/20 (CIP: 419 455-0) B/60 (CIP: 419 456-7) B/60x1 (CIP: 419 457-3) Laboratoire Bristol-Myers

Plus en détail

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse D. Boutarene Service de Médecine Interne Hopital Bachir Mentouri Kouba Introduction Depuis plus de 40 ans le trt anticoagulant est dominé par

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

ATCD : diabète, HTA, hypercholestérolémie, FA paroxystique (actuellement rythme sinusal), épilepsie.

ATCD : diabète, HTA, hypercholestérolémie, FA paroxystique (actuellement rythme sinusal), épilepsie. Traitement anticoagulant et complication (cardiologie) Cours au format texte : chaque titre gras surligné correspond au début d'une nouvelle diapo, en italique les diapos sur fond blanc et non bleu (je

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail