LES MADRAGUES AU MAROC : ASPECTS ECONOMIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MADRAGUES AU MAROC : ASPECTS ECONOMIQUES"

Transcription

1 SCRS/2011/082 Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 67(1): (2012) LES MADRAGUES AU MAROC : ASPECTS ECONOMIQUES Mohammed Malouli Idrissi 1, Mohammed Zahraoui 2, Hassan Nhhala 3 SUMMARY In Morocco, bluefin tuna fishing is of great importance, especially on the economic and commercial level, with a turnover amounting to MAD 200 million in Almost the total production is exported. Morocco is the second biggest producer of blue fin after Spain. The catches of tuna traps have the lion s share, with more than 80% of the total production. The average invested capital per trap is about MAD 36 million. This figure seems to be a heavy investment, but recoverable in short to medium terms. The annual average turnover is about MAD 14 million. The fixed and variable costs are fairly consistent; they vary between MAD 4 and MAD 6. The amortization of the equipment used is the most important component in these costs. The profit rate is very high, i.e., about 30%. Blue fin tuna trap activities ensure high profitability. The positive profits have been achieved thanks to the grouping strategy of trap companies, adopted by Morrocan Fisheries Departement in This strategy may also contribute to the preservation of this species, by reducing fishing capacity and optimizing the operating costs. RÉSUMÉ Au Maroc, la pêche du thon rouge revête une grande importance, notamment au niveau économique et commercial, avec un chiffre d'affaires s'élevant à 200 millions MAD en La production totale est presque entièrement exportée. Le Maroc est le deuxième producteur le plus important de thon rouge, après l Espagne. Les prises des madragues thonières se taillent la part du lion et représentent 80 % de la production totale. Le capital moyen investi par madrague s élève à 36 millions MAD. Ce montant semble constituer un investissement important, mais est récupérable à court-moyen terme. Le chiffre d affaires annuel moyen s élève à 14 millions MAD. Les coûts fixes et variables sont relativement stables, oscillant entre 4 et 6 millions MAD. L amortissement du matériel utilisé constitue la part la plus importante de ces coûts. La marge bénéficiaire est très élevée, à savoir près de 30%. Les activités des madragues de thon rouge garantissent un niveau de rentabilité élevé. Les bénéfices positifs ont été atteints grâce à une stratégie de regroupement des sociétés de madragues adoptée par le ministère marocain des Pêches en Cette stratégie peut également contribuer à la préservation de cette espèce en réduisant la capacité de pêche et en tirant au maximum profit des coûts d exploitation. RESUMEN En Marruecos, la pesca de atún rojo es de gran importancia, especialmente a nivel económico y comercial, con una facturación que ascendió a 200 millones de MAD en Casi toda la producción se destina a la exportación. Marruecos es el segundo mayor productor de atún rojo después de España. Las capturas de las almadrabas de túnidos responden de más del 80% de la producción total. El capital medio invertido por almadraba es de aproximadamente 36 millones de MAD. Esta cifra parece ser una fuerte inversión, pero recuperable de corto a medio plazo. La facturación media anual es de aproximadamente14 millones de MAD. Los costes fijos y variables son bastante coherentes; varían entre 4 y 6 millones de MAD. La amortización del equipo utilizado es el componente más importante en estos costes. La tasa de beneficios es muy elevada, es decir de aproximadamente el 30%. Las actividades de las almadrabas de atún rojo garantizan una elevada rentabilidad. Estos beneficios positivos se han logrado gracias a la estrategia de agrupación de las empresas de almadrabas, adoptada por el 1 Fishery economist, INRH/ArtFiMed, Tangier, Morocco. 2 Fishery biologist, DPM, Rabat, Morocco. 3 Fishery biologist, DPM, Tangier, Morocco, 372

2 Departamento de pesca marroquí en Esta estrategia puede contribuir también a la conservación de esta especie, reduciendo la capacidad pesquera y optimizando los costes operativos. KEYWORDS Traps, bluefin tuna, economic indicators, Morocco 1. Introduction Le thon rouge est sous les feux de l actualité ces dernières années, il est devenu emblématique du problème de la pêche durable en Méditerranée. En effet, la forte demande Japonaise et l élargissement des marchés ont favorisé la modernisation des flottes et l introduction de technologies très avancées pour la détection des bancs du thon rouge sans se préoccuper de l avenir de cette espèce qui devient de plus en plus rare, menaçant ainsi son propre avenir et celui de milliers de pêcheurs. Dans ce contexte, la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l Atlantique (ICCAT), a pris récemment un ensemble de mesure de gestion pour assurer la durabilité de l exploitation du thon rouge. Au Maroc, les pêcheries marocaines du thon rouge sont en grandes parties à caractère artisanale (Madragues, pêche côtière et artisanale). Le niveau de capture du thon rouge est fortement conditionné par celui des madragues calées en Atlantique qui représentent en moyenne plus de 70% en poids du total des captures. Dans de tel cas, la question qui se pose au niveau national est la suivante: Les madragues marocaines, représentant le segment le plus important de la pêcherie nationale de thon rouge, avec une part de plus de 70% des prises totales, seront- elles rentables avec les nouvelles mesures de gestion? Pour répondre à cette question il est important d étudier l aspect économique des madragues marocaines. 2. Méthodologie de travail Cette étude a été basée sur la documentation disponible acquise soit par recherche sur internet (ICCAT, CGPM, FAO, etc.), auprès des institutions et administrations concernées ou auprès de spécialistes et professionnels. 2.1 Collecte des données Des données d une enquête réalisée en mars et juillet 2010, auprès de 3 concessionnaires. Des données de l embarquement à bord d une madrague en mai Flottille échantillonnée: Deux madragues calées en Atlantique (20%) Les indicateurs retenus pour l étude économique des madragues sont : Capital Investi (CI) : Ce paramètre permet d exprimer la valeur actuelle des moyens de production constitués principalement de la madrague, des bateaux de transport et des accessoires de la pêche. Produit Brut ou Chiffre d'affaire (CA) : Il s'agit de la valeur des débarquements, à la première vente. Il est calculé suivant la formule suivante : Chiffre d affaire = Production x prix unitaire moyen Charges de la production : Les charges de la production sont de deux types, il s agit notamment des charges fixes et des charges variables. Les charges fixes : Il s agit en général des charges annuelles supportées par les armateurs et qui sont constituées principalement des charges d entretien et d amortissement des moyens de production, des salaires permanents du personnel et des marins pêcheurs, de l assurance des personnels et du matériel et des redevances. 373

3 Amortissement des moyens de production : Les charges liées à l'amortissement des moyens de production, comprennent l amortissement de madragues, l amortissement des bateaux de transports. Le coût d amortissement annuel est calculé comme suit : Coût annuel d amortissement du bateau = Valeur de remplacement / durée de vie économique Les charges variables : Appelées également charges communes, il s agit des charges relatives aux intrants dépensés lors des sorties de pêche (réparation, carburant, huile, transports, etc.) et des prélèvements retenus du chiffre d affaire lors de chaque vente. Ce sont des charges réservées uniquement aux concessionnaires. Résultat d exploitation : Le résultat d exploitation est calculé comme suit: Résultat d'exploitation = Chiffre d affaires charges variables charges fixes. Estimation des profits: a) Profit Brut Estimé (PBE) Profit Brut Estimé = Chiffre d affaires Charges annuelles coût d opportunité b) Profit Net Estimé (PNE) Profit Net Estimé = PBE Amortissement c) Taux du Profit ou Taux de Rentabilité (TP ou TR) : Taux de profits = PNE/CI 3. Résultats 3.1 Capital investit Le capital investi pour les deux madragues étudiées est de 77,6 (40,6 et 37) millions de Dhs. Cet investissement comprend plusieurs composantes, dont les principales sont le matériel technique (filets, bouées, cordes, câbles, ancres, etc.) et le matériel logistique (embarcations et navires de différentes tailles, équipés ou non de treuil, de grue, etc.). 75% du CI sont consacrés à l acquisition de ce matériel alors que 14% du CI sont destinés à la préparation et au calage des structures de la madrague et environ 11 % du CI pour l entretien et la réparation de ses structures (Figure 1). En général, le Capital investi varie entre un minimum de 30 millions de Dhs et un maximum de 41 millions de Dhs. Cette différence est due essentiellement à la qualité et au type de matériel choisi. 3.2 Chiffre d affaires La madrague 1 et la madrague 2, réalisent respectivement un chiffre d affaire moyen annuel de l ordre de 12 millions de Dhs, sur une période de neuf ans ( ) et de 8,06 millions de Dhs sur une période de 7ans ( ) (Figure 2). Dans le cas présent, le chiffre d affaires de la madrague 1 a connu une augmentation importante de l ordre de 60% en 2004 par rapport à 2003 avant de connaître une chute continue sur deux années consécutives pour atteindre 5,6 MDH en 2006 (Figure 2). L année 2007 a été marquée par la réalisation de la valeur maximale du chiffre d affaires (21,7 MDH), soit 10% du chiffre d affaires global enregistré en A partir de 2009, le chiffre d affaires a connu une importante croissance, pour atteindre 19,2 MDhs en 2010, soit une augmentation de 82% par rapport à En général, la variation du chiffre d affaires d une madrague donnée est liée aux quantités capturées et aux prix de vente du thon rouge à l export. 374

4 3.3 Charges de production Charges fixes Les charges fixes sont des charges supportées par le concessionnaire de la madrague. Elles varient, en général, entre 3 MDH et 4 MDH en moyenne. Les coûts d amortissement annuels sont calculés à hauteur de 10%. En effet, selon le concessionnaire, la madrague est prévue d être amortie en 10 ans (Figure 3). Les charges fixes sont des charges supportées par le concessionnaire de la madrague. Elles varient, en général, entre 3 MDH et 4 MDH en moyenne. Les coûts d amortissement annuels sont calculés à hauteur de 10%. En effet, selon le concessionnaire, la madrague est prévue d être amortie en 10 ans. Pour les coûts d opportunité, ils sont calculés suivant les taux d intérêt appliqués actuellement au niveau des banques marocaines, en tenant compte des taux d inflation des prix Charges variables Ces charges sont de l ordre de 1 à 1,5 MDH. Cependant, dans certains cas, notamment lors de la réparation de la madrague ou de la perte de certains matériels tels que les bouées ou les crochets, les charges peuvent doubler et atteindre 3MDH (Figure 4) Résultats d exploitation (RE) La madrague 1 et la madrague 2 faisant l objet d enquête réalisent respectivement un résultat d exploitation net moyen annuel de l ordre de 4,2 millions de Dhs, sur une période de neuf ans ( ) et de 0,74 millions de Dhs sur une période de 7ans ( ) (Figure 5). L évolution du résultat d exploitation montre des situations très variables (Figure 5): L étape comprise entre 2002 et 2004, la madrague 1 a enregistré un résultat d exploitation net moyen de 4,15 MDH/an. En 2003, la madrague 2 a réalisé un RE net de 5,4 millions de Dhs, suivie d un déficit de 5,6 millions de Dhs en En 2005 et 2006, les deux madragues ont enregistré un déficit moyen de 4,2 millions de Dhs/an, avec un quota global de pêche potentiel de plus de Tonnes. Cette situation peut être expliquée par: Les caractéristiques de la madrague comme étant un engin passif et aléatoire. La révision à la baisse de la distance réglementaire de séparation entre deux madragues voisines. Cette distance a été réduite à 5 miles au lieu de 10 miles. Le nombre de madragues a augmenté, par conséquent, de 14 unités en L année 2007 est caractérisée par l enregistrement d un pic historique du RE net qui était de l ordre de 15,32 millions de Dhs pour la madrague 1 et de 5,94 millions de Dhs pour la madrague 2. Cette situation est expliquée par la forte abondance du thon rouge au cours de cette campagne. 3.4 Estimation des profits Madrague1 (2010) COUT D'INVESTISSEMENT CI: 40,6 CHIFFRE D'AFFAIRES 19,28 TOTAL DES CHARGES 5 Amortissement annuel (2010) 1,75 RESULTAT D'EXPLOITATION 12,53 COUT D'OPPORTUNITE 0,524 Profit brut estimé 13,75 Profit Net estimé 12 TP=(PNE/CI) ( ) 8% 375

5 4. Conclusion Les principales conclusions déduites à partir de ces résultats sont : le Profit Net de la madrague 1 est de 12 MDHS; l activité de pêche du thon rouge par les madragues se porte bien et assure une rentabilité très importante. Le taux de profit moyen de la madrague 1 (sur 9 ans) est de 8%; il dépasse largement le taux d intérêt réel, ce qui a justifié l intérêt des concessionnaires à investir plus dans ce secteur (à partir de 2003). En 2010, le Profit net de la madrague 1 est de 12 millions de Dhs. Ces profits ont pu être réalisés grâce à la stratégie de regroupement des madragues adoptée par le DPM en 2010 et encouragent les concessionnaires de se regrouper davantage. Cette stratégie permettra également à contribuer à la préservation de l espèce (Relâchement de plus de 5000 Pièces) et à optimiser les charges d exploitation des concessionnaires. Les résultats économiques sont positifs, ce qui signifie que l activité de pêche par madrague du thon rouge se porte très bien malgré l application des dernières mesures de gestion relatives à une diminution du quota et à une réduction de la capacité de pêche. Cela veut dire que ces mesures de gestion ont un impact positif sur le secteur du thon rouge au Maroc. 5. Recommandations Vu l importance socio-économique du thon rouge, il est recommandé ce qui suit: Entreprendre une étude plus approfondie sur l activité madraguière au Maroc pour mieux cerner les facteurs influençant la production aléatoire et non encore bien maitrisée de ces engins afin d en tirer les meilleurs profits; Encourager la création d une coopérative des concessionnaires des madragues pour mieux valoriser le produit pêché; Valoriser les captures du thon rouge par la création d une unité de transformation industrielle au niveau national pour éviter de les exporter à l état brut et pour pouvoir avoir la possibilité de les écouler sur le marché pendant des périodes éloignées des pics de production (rassemblement génétique). A cet effet, le Maroc doit se pencher d avantage sur la mise en place d une coopération entre privé marocains et privé japonais. Ce mode avancé de coopération permettra de donner tout l appui nécessaire pour la concrétisation des projets d intérêt commun, notamment, la valorisation du thon rouge; Les madragues devraient bénéficier d une attention particulière de la part de l Administration de tutelle : Des études technico-socio-économiques devraient être entreprises pour évaluer leur coût de fonctionnement, leur marge de manœuvre et leur seuil inferieur de production en dessous du quel leur viabilité et leur durabilité seront compromises. Protection de l activité des madragues contre tout projet d aménagement côtier susceptible de porter atteinte à leur environnement et par conséquent à leur bon fonctionnement. Références Abid, N. et Idrissi, M. 2010, Updated standardized CPUE of bluefin tuna (Thunnus thynnus) caught by the Moroccan Atlantic traps in the area of influence of the strait of Gibraltar during the period Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 65(3): Abid, N. et Idrissi, M. 2007, Détermination a partir des déchets biologiques de la structure demographiques du thon rouge capturé par les madragues de l Atlantique nord Marocain: Résultats préliminaires de la compagne de pêche Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 60(4): Franquesa, R., Malouli Idrissi, M., Alarcon, JA, 2001, Feasibility Assessment Study on the Setting-up of a Socio-economic Indicator Database for Mediterranean Fisheries. GFCM Studies No. 71. ICCAT, 2010, Rapport de la période biennale, II ème partie, Vol 2. Version française 376

6 Malouli Idrissi, M., Srour, A. et Abid, N. 2003, La pêcherie du thon rouge dans la région de Ksar Sghir: aspects biologiques et socio-économiques. INRH et COPEMED. Malouli Idrissi, M. 2006, Pêcherie de l espadon en Méditerranée marocaine : exploitation, aspects socioéconomiques et commercialisation. Master of Science en Economie et gestion des pêches, de l Université de Barcelone. Zahraoui, M. 2010, Evolution récente de l exploitation du thon rouge (Thunnus thynnus) au Maroc et perspectives de développement en relation avec son milieu Méditerranéen. Mémoire pour l obtention du grade Ingénieur en Chef. Figure 1. Répartition du capital investi moyen par une madrague. Figure 2. Evolution annuelle du chiffre d affaires de deux madragues. 377

7 Figure 3. Répartition des charges fixes. Figure 4. Répartition des charges variables. 378

8 Figure 5. Evolution du résultat d exploitation des deux madragues. 379

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Tanger, le 24 Mai 2011 CONTEXTE

Plus en détail

STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 2012

STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 2012 SCRS/213/167 Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 7(6): 281-285 (214) STATISTIQUES DE LA PÊCHERIE THONIERE IVOIRIENNE DURANT LA PERIODE EN 212 Amandè M.J. 1, Konan K.J. 1, Diaha N.C. 1 et Tamégnon A. SUMMARY

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%)

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%) COMMUNIQUE DE PRESSE 1 RESULTATS 2014 : Le 20 février 2015, 16 h 30 INFORMATION REGLEMENTEE Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité INTRODUCTION 1) NOTION DE BASE 2) IMPORTANCE DU SEUIL DE RENTABILITÉ POUR L ENTREPRISE 3) PARAMÈTRES DE CALCUL 4) QUELQUES UTILISATIONS

Plus en détail

La Fiscalité Portuaire et Maritime

La Fiscalité Portuaire et Maritime 2 ème édition de Port Finance International La Fiscalité Portuaire et Maritime Session 5 : Indicateurs d efficacité et les conducteurs des ports et terminaux de cette région Conférencier M. OUZZINE Mohammed

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que les autres publications de la série du Projet de Développement

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Évaluation des fonds de commerce

Évaluation des fonds de commerce MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE Évaluation des fonds de commerce Encyclopédie DELMAS - Evaluation des fonds de commerce - 1999-13e édition I - Les différentes

Plus en détail

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS FIP hexagone patrimoine 1 Avantage fiscal à l entrée d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) d impôt

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 1 SOMMAIRE RESULTATS 2014 1. Faits marquants 2. Indicateurs opérationnels et financiers INDICATEURS BOURSIERS DU TITRE TAQA MOROCCO INVESTIR DANS JLEC

Plus en détail

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme?

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 1 Sommaire 03 Introduction 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 04 Quelles sont les actions éligibles? 04 Quelles sont les modalités de financement

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable Cabinet SAINTILAN à Quéven 1. Définition : ou point

Plus en détail

ANALYSE DES SERIES HISTORIQUES DE DONNEES DES THONIDES MINEURS EXPLOITES AU MAROC

ANALYSE DES SERIES HISTORIQUES DE DONNEES DES THONIDES MINEURS EXPLOITES AU MAROC SCRS/2014/182 Collect. Vol. Sci. Pap. ICCAT, 71(6): 2717-2741 (2015) ANALYSE DES SERIES HISTORIQUES DE DONNEES DES THONIDES MINEURS EXPLOITES AU MAROC M. Oumarous 1, N. Abid 2, K. Ouakka 3, S. Baibbat

Plus en détail

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif Première Partie 1) Evolution des SIG DOSSIER 1 Production vendue 369 458 394 023-6,2% Production stockée 1 162 2 541-54,3% Production de l'exercice

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Toutes les données de cette étude sont issues des bilans et comptes de résultat publiés par les sociétés*. Chaque société est identifiée par son n de département

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

Résultats annuels 2007

Résultats annuels 2007 L environnement au quotidien Résultats annuels 2007 Mardi 8 avril 2008 Sommaire HISTORIQUE DU GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT Les développements récents Les résultats financiers 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

RÉUNION EXTRAORDINAIRE DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L ATLANTIQUE (ICCAT)

RÉUNION EXTRAORDINAIRE DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L ATLANTIQUE (ICCAT) 17 e RÉUNION EXTRAORDINAIRE DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L ATLANTIQUE (ICCAT) (Paris, France, 17-27 novembre 2010) ORDRE DU JOUR PROVISOIRE DE LA COMMISSION et organisation

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Wilson Carlos MAIA FILHO

Wilson Carlos MAIA FILHO LES FAIBLESSES STRUCTURELLES DE L ENSEIGNEMENT TECHNOLOGIQUE AU BRESIL Wilson Carlos MAIA FILHO www.apebfr.org Avant Propos Cette étude ne consiste pas en un travail de recherche Intérêt personnel à la

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES CRPMEN BN ESPÈCES CONCERNÉES ZONES DE PÊCHE DES BATEAUX FRANÇAIS RAIES Raja spp. Mer du Nord & Manche Mer Celtique Golfe de Gascogne CHIFFRE-CLÉ

Plus en détail

04/05/2014. L étude de marché

04/05/2014. L étude de marché L étude de marché Définition l étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché. (Environnement, offre, demande, ) Son

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

Orientations stratégiques en matière de développement minier

Orientations stratégiques en matière de développement minier Ministère de l Energie et des Mines Orientations stratégiques en matière de développement minier Journées Nationales de l Industrie Minérale Marrakech, 23-25 novembre 2005 1 Plan de l exposé Place de l

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Convention de partenariat pour la mise en place d'une filière de valorisation écologique des batteries usagées au Maroc

Convention de partenariat pour la mise en place d'une filière de valorisation écologique des batteries usagées au Maroc Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministre de l Industrie, du Commerce, de l Investissement et de l Economie Numérique, chargé des Petites Entreprises et de l Intégration du Secteur Informel

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

La 1 re gamme de FIP à choix multiples! OTC ASSET MANAGEMENT. investir autrement

La 1 re gamme de FIP à choix multiples! OTC ASSET MANAGEMENT. investir autrement La 1 re gamme de FIP à choix multiples! OTC ASSET MANAGEMENT investir autrement Seconde génération de FIP issus de la Loi TEPA, la gamme OTC RÉGIONS est gérée selon les principes de gestion historiques

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Gestion des données sur les dépenses

Gestion des données sur les dépenses Gestion des données sur les dépenses Pourquoi cette présentation? Les fournisseurs, les analystes de l industrie et la presse spécialisée portent une très grande attention à l importance des données organisationnelles.

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab)

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) Contexte : - L avis scientifique du CIEM de 2015 pour la sole en zone CIEM VIIIab préconise une atteinte du RMD dès 2016 conduisant

Plus en détail

Référentiel de calcul des gains achats. Novembre 2011. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Référentiel de calcul des gains achats. Novembre 2011. Direction générale de l offre de soins - DGOS Référentiel de calcul des gains achats Novembre 2011 Préambule Ce référentiel est issu des travaux du groupe de travail «méthode de calcul des gains achats» qui s est réuni en octobre et novembre 2011.

Plus en détail

Les avantages de la charte de l investissement

Les avantages de la charte de l investissement Les avantages de la charte de l investissement La charte de l investissement a pour objectif de fixer l action de l Etat en matière de promotion des investissements pour les dix années à venir. Elle remplace

Plus en détail

Melexis annonce des résultats pour le premier trimestre 2003. Ypres(Belgique), 6 mai 2003

Melexis annonce des résultats pour le premier trimestre 2003. Ypres(Belgique), 6 mai 2003 Melexis annonce des résultats pour le premier trimestre 2003 Ypres(Belgique), 6 mai 2003 Melexis présente aujourd hui ses resultats pour le premier trimestre 2003. Les revenus pour le premier trimestre

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES ATELIER MEDEF - ACTIV ENTREPRENDRE INDICATEURS ET CHIFFRES CLES DE VOTRE COMPTABILITÉ 24/04/2015 SOMMAIRE 1. Comprendre a) Pourquoi et pour qui tenir une comptabilité b) La structure des comptes annuels

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Les Journées Régionales de la Création et de la Reprise d Entreprise 11 et 12 octobre 2007 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Philippe

Plus en détail

Ces prestations sont réalisées par des opérateurs conventionnés à cet effet avec le MICNT.

Ces prestations sont réalisées par des opérateurs conventionnés à cet effet avec le MICNT. Cahier des charges relatif à l appel à manifestation d intérêt pour le référencement des opérateurs de modernisation du commerce de proximité dans le cadre du plan RAWAJ I- Contexte : Le commerce de proximité

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Portes et Fenêtres Design ltée 1

Portes et Fenêtres Design ltée 1 Portes et Fenêtres Design ltée 1 Le 15 janvier 2007, Robert Lemeilleur, président et chef de la direction de Portes et Fenêtres Design ltée (PFD) est sorti tout content de la réunion du conseil d administration.

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international. 31 janvier 2011

Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international. 31 janvier 2011 Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international 31 janvier 2011 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Royaume du Maroc MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME المملكةالمغربية وزارةالفلاحة والصيد البحري Délégation des Pêches Maritimes de Tanger FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Année 2011

Plus en détail

Plan d action commercial

Plan d action commercial 3 Plan d action commercial Le plan d action commercial regroupe l ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour atteindre les objectifs commerciaux de l entreprise.

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

Les indices de la Bourse de Casablanca

Les indices de la Bourse de Casablanca Les indices de la Bourse de Casablanca PAGE DE COUVERTURE Hassan FASSI FIHRI Statistiques et Indices Plan Les indices boursiers Qu est ce qu un indice? Caractéristiques des indices Ajustement des indices

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives Sommaire Liste des tableaux 3 Liste des graphiques 3 Résumé 4 INTRODUCTION 5 I : Présentation du secteur du

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

Présentation France Hydro Electricité

Présentation France Hydro Electricité Présentation France Hydro Electricité Syndicat national de la petite hydroélectricité ADEME Bourgogne 3 ème rencontre de l'hydroélectricité en Bourgogne / Franche-Comté 1 Sommaire 1. Présentation de France

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement Cellcom en Bourse Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement Membre du syndicat de Placement Evaluateur 06 Janvier 2014 Plan de la présentation I- Présentation de la société

Plus en détail

«Contribution de la qualité de l enseignement supérieur et de la formation professionnelle continue au développement des entreprises marocaines»

«Contribution de la qualité de l enseignement supérieur et de la formation professionnelle continue au développement des entreprises marocaines» Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie de Fès Laboratoire Productique Energétique et Développement Durable Equipe : maintenance et qualité Communication intitulée: «Contribution

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels Montie Brewer, président et chef de la direction Joshua Koshy, vice-président général et chef des Affaires financières 1 6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

Plus en détail

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité.

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité. - 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : o Pré requis : o o Modalités : o o o o Principes de détermination du seuil de rentabilité. Méthode des coûts variables, Représentation linéaire. Principes,

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

+2% -3,4% +2,6% -0,9% chiffres clés +0,5% produit net bancaire consolidé 39,9 39,1 50,2 48,5 22,4 21,8 3,2 3,1. Dépôts de la clientèle* (en mmdh)

+2% -3,4% +2,6% -0,9% chiffres clés +0,5% produit net bancaire consolidé 39,9 39,1 50,2 48,5 22,4 21,8 3,2 3,1. Dépôts de la clientèle* (en mmdh) S ENGAGER À VOS CÔTÉS Chiffres clés www.bmci.ma chiffres clés AU 31 décembre En dépit d une conjoncture économique peu porteuse, le Groupe BMCI marque une bonne résistance de ses activités opérationnelles,

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail