Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur?"

Transcription

1 Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur?

2 Agathis Advisors Agathis Advisors accompagne les dirigeants de PME & ETI pour gérer leurs financements comme des projets stratégiques Expertise du conseil et des marchés financiers Jérémy Doukhan Polytechnique et Ponts et Chaussées Financement chez BNPP Conseil chez BCG, bfinance Stanislas d Audiffret ESSEC Financement chez Natixis Conseil chez HSBC, bfinance Accompagnement des dirigeants Aider l entreprise à créer de la valeur sur le long terme Accompagner les dirigeants pour une meilleure prise de décision Permettre aux équipes de grandir Conseil : de la structuration amont à la mise en place opérationnelle Outil de prévisionnel de liquidité trimestrielle pour une ETI Informatique Définir la stratégie financière Piloter Accompagne le ment surmesure risque financier Structurer le financement Diagnostic stratégique et BP multi-scénarii (acquisition ) d une ETI industrielle Création de valeur actionnariale sur l Immobilier d une ETI Distribution Crédit syndiqué d acquisition > 500MEUR pour grand groupe d ingénierie EURO PP de 30 MEUR pour ETI Informatique Agathis Advisors se positionne comme véritable conseil au service des entreprises 2

3 Executive summary Quels sont les facteurs de création de valeur boursière sur notre échantillon d entreprises? Le récent rebond des bourses européennes après plusieurs mois difficiles s est également appliqué aux plus petites entreprises, dont la capitalisation boursière a augmenté de 12% par an sur les 5 dernières années*. Croissances annualisées ,1% Capitalisation Cette augmentation est disproportionnée par rapport à la croissance du chiffre d affaires ou des marges d EBITDA sur la période, qui ont été de l ordre de 4% par an. 4,2% 3,9% Chiffre d'affaires EBITDA De surcroit, les croissances annualisées de la capitalisation boursière de l échantillon sont comprises entre +85% et -35% - illustrant des réalités très différentes. Croissances annualisées de la capitalisation boursière A travers l analyse de données financières sur les 5 dernières années, cette étude vise à identifier les principaux paramètres qui expliquent cette augmentation de la capitalisation boursière, et qui permettent de caractériser les meilleures performances et les moins bonnes. 120% 80% 40% Niveau moyen : 12% 0% * Echantillon de 370 sociétés cotées basées en,, et dont le chiffre d affaires est compris entre 50 et 1 500M -40% 3

4 Executive summary La création de valeur dépend de critères liés à la fois à l entreprise : taille, investissements maitrisés et extérieurs à l entreprise : secteur, pays d origine Méthodologie : Plusieurs méthodes pour identifier ces facteurs communs: - Analyse de corrélation directes entre parcours boursier, chiffre d affaires, EBITDA, levier financier, investissements - Analyse des tendances par pays et par secteurs, - Analyses des tendances des déciles et quartiles Résultats : Les corrélations sur l ensemble de l échantillon sont assez faibles, indiquant que plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. L analyse par pays et par secteurs permet de relever certaines tendances, sans permettre néanmoins de se limiter à ces paramètres, en raison de certaines incohérences. L analyse des tendances par déciles et quartiles indique qu entre ces différents segments une vraie logique est respectée. Les meilleurs performances sont les entreprises : - dont la croissance du chiffre d affaires et de l EBITDA sont les plus importantes, - dont le niveau moyen des investissements cumulés est la plus faible Conclusions : Les entreprises les plus performantes en bourse sont celles qui combinent: Des critères d agilité : capacité à améliorer fortement chiffre d affaires et EBITDA, investissements relativement moindres, L appartenance à un environnement favorable : pays, secteur Agilité et écosystème favorables : les nouveaux paradigmes pour la création de valeur? Seul l avenir nous dira si cette tendance se confirme Coefficients de corrélation Cce Capitalisation et Cce Chiffre d'affaires 0,29 Cce Capitalisation et Cce EBITDA 0,06 Cce capitalisation et investissements cumulés 0,01 Cce capitalisation et évolution du levier 0,00 Cce = croissance Rappel : plus le coefficient est proche de 1, plus la corrélation est forte et directe. Plus le coefficient est proche de 0 moins les deux paramètres sont corrélés Comparaison EBITDA moyen en 2009 et en Top 10% Bottom 10% Top Bottom EBITDA 2009 EBITDA Top 50% Bottom 50% 4

5 Analyse corrélations Des corrélations faibles sur l échantillon global, la plus significative étant le rapport entre capitalisation boursière et évolution du chiffre d affaires Les corrélations sont dans l ensemble assez faibles (plus proches de 0 que de 1) indiquant qu aucun de ces paramètres seuls ne permet de justifier l évolution de la capitalisation boursière D autres paramètres (niveau de CA en 2009, marge d EBITDA )don nent également des corrélations très faibles 5

6 Analyse corrélations La segmentation de l échantillon en plusieurs parties permet parfois d améliorer les corrélations, mais en restant toujours à des niveaux faibles L analyse de la corrélation entre évolution de la capitalisation et croissance de l EBITDA permet de faire ressortir deux échantillons aux tendances distinctes Une analyse plus fine confirme qu en fait deux marchés différents existent en fonction de la croissance de l EBITDA (marché corporate et marché distressed) 6

7 Par pays et secteur L origine de l entreprise (pays, secteur) donne quelques indications en termes de création de valeur, mais reste insuffisant pour caractériser seule la performance de l entreprise Une approche en fonction du pays d origine confirme que la création de valeur n est pas uniquement fonction de l évolution des chiffres d affaires et EBITDA Croissance annualisée par pays 17,1% 13,9% 12,6% 6,2% 4,7% 5,4% 5,2% 5,3% 3,5% 2,6% -0,5% Capitalisation Chiffre d'affaires EBITDA 0,6% De la même manière, certaines incohérences dans les évolutions sectorielles (santé et énergie) poussent à chercher d autres facteurs Croissance annualisée par secteur Materiaux et BTP IT Industrie Santé Energie Biens conso non cycliques Biens conso cycliques 16,7% 13,9% 10% 8,5% 9,0% 7,8% 6% 5% 5% 5,4% 4% 5% 5,8% 5,3% 4,1% 3% 1,1% 1% 0,6% Capitalisation boursiere Chiffre d'affaires EBITDA -4,0% -2% 7

8 Segmentation Une approche par segmentation permet de corréler la performance boursière à des critères d agilité : tailles plus petites, investissements cumulés plus faibles La segmentation permet de rétablir une corrélation entre croissance de la capitalisation, du chiffre d affaires et surtout de l EBITDA Croissances annualisées 45,6% 34,9% 23,0% 10,4% 10,0% 7,3% 0,8% -2,5% -11,0% -22,3% Top 10% Top Top 50% Bottom 50% Bottom Bottom 10% 22,5% 18,1% 11,2% -1,1% -5,1% -3,6% -10,5% -21,7% Capitalisation Chiffre d'affaires EBITDA En comparant les performances aux extrémités l on relève 2 facteurs : - niveau de l EBITDA 09, - investissements cumulés moyens Comparaison EBITDA moyen 2009 et Top 10% Bottom 10% Top Bottom EBITDA Top 50% Bottom 50% Comparaison moyenne des investissements cumulés Top 10% Bottom 10% Top Bottom Top 50% Bottom 50% 8

9 Segmentation Cette segmentation permet également de caractériser un peu mieux la performance liée à l origine de l entreprise Répartition des catégories par pays Les sociétés allemandes ont un clair avantage en termes de performance par rapport aux sociétés espagnoles par exemple 63% 61% 51% 34% 35% 30% 27% 26% 26% 26% 18% 18% 18% 13% 14% 15% 5% 0% 1% Top 10% Top Top 50% Bottom 50% Bottom Bottom 10% Certains secteurs (énergie, matériaux) n ont pas bien performé D autres ont un profil plus cyclique (surreprésentés aux extrêmes ou au milieu) Répartition des catégories par secteur Materiaux et BTP IT Industrie Santé Energie Biens conso non cycliques 34% 26% 16% 3% 3% 0% Biens conso cycliques 30% 28% 28% 26% 18% 18% 18% 9% 10% 8% 5% 6% 7% 4% 5% 3% 4% 1% 1% 32% 32% 26% 27% 22% 18% 6% 3% 1% 0% 0% 0% Top 10% Top Top 50% Bottom 50% Bottom Bottom 10% 9

10 Annexes 10

11 Echantillon Analyse des ETI en Europe continentale L échantillon Recherche sur les ETI Européennes suivant les critères suivants : Chiffre d affaires compris entre 50M et 1500 M Siège social en,, ou Entreprises «corporates» - excluant les sociétés financières, foncières, assurances Focus sur entreprises cotées pour qualité d information Répartition par pays 16% 19% Total de l échantillon (7400 entreprises) 34% 18% 8% Entreprises cotées (6,6% du total) 43% 31% 31% Répartition sectorielle 26% 25,9% 20,1% 6,6% 6,4% 5,5% 3,7% 2,7% 2,3% 1,0% Biens de consommation cycliques Industrie IT Santé Matériaux Biens de consommation non cycliques Services Energie Utilities Telecom 11

12 Echantillon L entreprise médiane de l échantillon a un CA de 300M pour un EBITDA de 27M, une valeur boursière de 230M et un endettement net de 22M Concentration dans 3 principaux secteurs CA moyen : 450m CA median : 300m EBITDA moyen: 60m EBITDA median: 27m L échantillon est composé aux 2/3 de sociétés industrielles, dans les biens de consommation cycliques et l IT 26% 26% 20% Industrie Biens de consommation cycliques IT 16% 28% > % 100< 21% > % 28% 9< La taille a un impact sur la structure et le financement des ETIs, comme en témoigne l écart important entre moyennes et médianes Valorisation moyenne: 735m Valorisation médiane: 270m 19% >525 31% < Market cap moyen: 600m Market cap median: 230m 24% 26% > < Dette nette moyenne: 125m Dette nette mediane: 22m > < 12

13 Nationalité Une typologie d entreprises assez différente d un pays à l autre : les espagnoles étant plutôt de taille importante, là ou les allemandes sont en moyenne plus petites Une différence marquée de taille des entreprises entre les différents pays Concentration par taille de chiffre d affaires 28% 47% 31% 32% 31% 28% 22% 20% 19% 20% 8% 20% Concentration par niveau d EBITDA 21% 34% 31% 50% 30% 28% 27% 26% 19% 19% 8% 24% 15% 31% CA > < CA < < CA < 250 CA < 100 EBITDA>60 21<EBITDA<60 9<EBITDA<21 EBITDA<9 Il en va de même pour les niveaux de capitalisation boursière et d endettement net, les sociétés allemandes étant en moyennes plus petites et moins endettées Concentration par capitalisation boursière 38,9% 33,3% 27% 28% 28% 22% 20% 8,3% 28% 24% Capi> <Capi<550 90<Capi<225 Capi<90 19,4% Concentration par endettement net 16% 22% 36% 21% 28% 33% 19% 33% 16% 14% 31% 27% 14% DN < < DN < < DN < 20 DN <

14 Secteurs Egalement au niveau de chaque secteur, des différences marquées entre chaque pays L analyse des secteurs par pays illustre d une part des différences structurantes entre les économies des différents pays ( et biens de consommation non cycliques, et matériaux et BTP) et d autre part des niveaux de marge en moyenne très différents dans de mêmes industries dans différents pays (industrie) Principaux secteurs 26% Industrie 21% 21% 38% Biens conso. cycliques 20% IT 15% 8% 4% 7% 6% BTP et matériaux 21% Niveau de marge d EBITDA par pays et par secteur 17% 13% Biens conso non cycliques 10% 14% 18% 8% 13% 14% 5% 6% 7% 17% Industrie IT Matériaux 14

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe Février 2015 2 ème partie Préambule Le suivi des performances et du comportement des différentes classes

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Résultats du 50 e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI 18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Paris, le 15 octobre 2015 La Banque Palatine, banque des

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Pour la quatrième année consécutive, la SICAV Uni-Hoche reçoit une récompense au Morningstar Award.

Pour la quatrième année consécutive, la SICAV Uni-Hoche reçoit une récompense au Morningstar Award. Pour la quatrième année consécutive, la SICAV Uni-Hoche reçoit une récompense au Morningstar Award. Paris, le 21 mars 2013 La SICAV Uni-Hoche de Palatine Asset Management, filiale de gestion d actifs de

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active AOÛT 2015 Les actions bancaires et aurifères permettent aux gestionnaires de titres à grande capitalisation de surmonter la douleur de ne pas détenir le titre de Valeant: Le contexte pour la gestion active

Plus en détail

La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI. La confiance pour leur activité se stabilise

La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI. La confiance pour leur activité se stabilise La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI La confiance pour leur activité se stabilise Paris, le 21 novembre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 42 ème édition Décembre 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

RÉSULTATS S1 2012. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué.

RÉSULTATS S1 2012. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué. RÉSULTATS S1 2012 Présentation analystes 13 septembre 2012 ERIC COHEN Président -Directeur Général DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué PASCAL LEVY Directeur Financier RÉSULTATS S1 2012 Synthèse Résultats

Plus en détail

IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014. Le 09 décembre 2015

IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014. Le 09 décembre 2015 IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014 Le AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr MÉTHODOLOGIE Principes de collecte Les statistiques ont été établies

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Paris, le 4 septembre 2014 Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Eurosearch & Associés, société spécialisée dans le Conseil en Ressources de Management, dévoile la deuxième

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 49 : T3 2015 Points saillants : Baisse de 0,9% de la part C sur le trimestre à 769,70. Encours

Plus en détail

[ ] Présenter votre entreprise à un fonds d investissement de BPIFRANCE GRÂCE à la grille de lecture modélisée

[ ] Présenter votre entreprise à un fonds d investissement de BPIFRANCE GRÂCE à la grille de lecture modélisée PME/ETI l PME/ETI l PME/ETI l PME/ETI l PME/ETI l PME/ETI l PME/ETI [ ] Renforcement des fonds propres des pme/eti avec BPIFRANCE Présenter votre entreprise à un fonds d investissement de BPIFRANCE GRÂCE

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

JECO 2012 Lyon 8/10 novembre

JECO 2012 Lyon 8/10 novembre JECO 2012 Lyon 8/10 novembre Les banques coopératives: la banque autrement? Analyse du processus de convergence vers le modèle dominant et incidences lors de la crise financière récente Jean-Noël ORY Professeur

Plus en détail

T T A M. Your performance is our main goal. Augmenter son patrimoine 249 fois depuis 1900

T T A M. Your performance is our main goal. Augmenter son patrimoine 249 fois depuis 1900 T T A M Augmenter son patrimoine 249 fois depuis 1900 Malgré les guerres et la grande crise de 1930, un patrimoine investi en actions dans le monde a augmenté 249 fois en valeur réelle (après inflation)

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

La reprise d entreprise

La reprise d entreprise Les nouveaux outils de financement de la reprise La reprise d entreprise Se faire accompagner d un investisseur financier Pourquoi, avec Qui et Comment ouvrir son capital? 1. Pourquoi? Le capital investissement

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente Éligible PEA La recherche de la performance passe par une approche différente FIDELITY EUROPE : UNE GESTION Sur la durée, on constate qu il est difficile pour les Sicav de battre les indices des grandes

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009 11 mars2009 Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME Alger, 11 et 12 mars 2009 Amaury Mulliez, Proparco Représentant Maroc et Capital-investissement au Maghreb RAPPEL: DIFFERENCE

Plus en détail

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA UNION RÉGIONALE DES PLATEFORMES DE SERVICES À LA PERSONNE D ILE-DE-FRANCE(URSAP) ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ ET À L AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL ET D EMPLOI DES

Plus en détail

VOTRE PLUS COURT CHEMIN VERS L INTERNATIONAL

VOTRE PLUS COURT CHEMIN VERS L INTERNATIONAL VOTRE PLUS COURT CHEMIN VERS L INTERNATIONAL UNE PRÉSENCE INTERNATIONALE FORTE Pramex International, filiale du Groupe BPCE International et Outre-mer, est le leader français du conseil en implantation

Plus en détail

Sopra Group Objectifs 2007 atteints

Sopra Group Objectifs 2007 atteints Communiqué de Presse Paris, le 14 février 2008 Sopra Group Objectifs atteints Chiffre d affaires : 1 milliard d euros Croissance totale : + 11,6% Croissance organique : +9,4% Marge opérationnelle courante

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI

La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI Résultats du 42 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI Paris, le 18 décembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Le spécialiste du Conseil en Recrutement de Dirigeants & d'experts par approche directe

Le spécialiste du Conseil en Recrutement de Dirigeants & d'experts par approche directe Le spécialiste du Conseil en Recrutement de Dirigeants & d'experts par approche directe www.arrowman.eu 1 1 bis avenue Mac Mahon - 7501 7 Paris - +33 1 45 22 09 40 Avenue Louise/Louizalaan 65-1 050 Bruxelles

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Business in Champagne-Ardenne Booster votre activité grâce aux acteurs régionaux Promouvoir vos initiatives et augmenter votre visibilité

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 48 ème édition Juin 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Les entreprises accompagnées par le Capital Investissement se distinguent par leur dynamisme

Les entreprises accompagnées par le Capital Investissement se distinguent par leur dynamisme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 12 décembre 2011 Les entreprises accompagnées par le Capital Investissement se distinguent par leur dynamisme Forte progression des PME Forte présence dans le secteur de

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Stabilité de la confiance des dirigeants de PME-ETI Paris, 17 octobre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes

Plus en détail

Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche.

Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche. Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche. Paris, le 13 mars 2012 La SICAV Uni-Hoche de Palatine Asset Management, filiale de gestion d actifs de la Banque Palatine - banque

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA COMPETITIVITÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES PAR. 8 ème édition 2 ème semestre 2012 Principaux résultats

BAROMÈTRE DE LA COMPETITIVITÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES PAR. 8 ème édition 2 ème semestre 2012 Principaux résultats BAROMÈTRE DE LA COMPETITIVITÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES PAR L ANPME 8 ème édition 2 ème semestre 2012 Principaux résultats Conférence de presse du 14 Février 2013 Rabat Sommaire 1. Contexte et objectifs

Plus en détail

GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2008 en hausse :

GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2008 en hausse : COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 6 novembre 2008 GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre du 3 ème trimestre 2008 en hausse : globale : +13,5% organique : +5,5% 3 ème Trimestre

Plus en détail

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE Paris, le 19 avril 2012 LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE La Banque Palatine, Banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc

Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc Oussama TILFANI Chargé d étude INFORISK Mai 2011 I Introduction Cette étude a pour objet d estimer les délais de paiement en cours ces dernières années

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP

MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP Ce document a pour but de fournir des informations aux entrepreneurs, investisseurs et citoyens intéressés par le Plan Start-up.

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 14 : OLYMPIADES < > AÉROPORT D ORLY (LIGNE BLEUE) LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE J.11 Suites données par la Société du Grand Paris à l avis du Commissaire

Plus en détail

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest»

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» Avec le soutien de : L INDICATEUR ECONOMIQUE «Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» SOMMAIRE 1. Introduction 2 SYNTHESE DU 1 ER SEMESTRE 2013 Descriptif de la situation de l Indicateur

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

AeTECH Le 03 Octobre 2013 B.V.M.T

AeTECH Le 03 Octobre 2013 B.V.M.T AeTECH Le 03 Octobre 2013 Communication Financière B.V.M.T 1 Ordre du jour 1. L activité et le réseau d agences 2. Les faits marquants de 2013 3. Les réalisations du premier semestre 4. Les investissements

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 1 SOMMAIRE RESULTATS 2014 1. Faits marquants 2. Indicateurs opérationnels et financiers INDICATEURS BOURSIERS DU TITRE TAQA MOROCCO INVESTIR DANS JLEC

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE Conseil municipal du 14 décembre 2015 1 - Evolution de l encours de la dette de 2015 à 2016 : Encours de la dette au 01/01/2015

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Paris, le 20 novembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein du Groupe BPCE, présente les résultats de son 41

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

I - HR Access en bref

I - HR Access en bref I - HR Access en bref Fort de 40 ans d innovation dans le secteur privé et public, HR Access accompagne la fonction RH et Paie dans la mise en œuvre et la production de ses solutions de gestion. Spécialiste

Plus en détail

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Entretiens Enseignants Entreprises Jean-Paul POLLIN 30 août 2012 Laboratoire d Economie d Orléans (LEO) 1 Plan

Plus en détail

La meilleure expertise pour votre activité est une question de précision

La meilleure expertise pour votre activité est une question de précision La meilleure expertise pour votre activité est une question de précision Un réseau national dense et structuré, au plus près de vos réalités Un nouveau réseau national est né, intégré à un ensemble de

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail