RU : Regards sur le monde. TI : L intelligence économique au Canada

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RU : Regards sur le monde. TI : L intelligence économique au Canada"

Transcription

1 RU : Regards sur le monde TI : L intelligence économique au Canada Philippe Clerc, Président de l AFDIE - Association française pour le développement de l intelligence économique Canada : terre des «passeurs d information» À l instar de nombreux pays industrialisés, l activité d intelligence économique ne s est développée que tardivement au Canada, vers la fin des années 90. Certes, si une aussi courte période ne permet pas d offrir des données pertinentes sur la pratique des entreprises, ni de bénéficier d un regard suffisamment long sur plusieurs facteurs qui fondent l intérêt d une telle analyse, l observation des pratiques canadiennes d intelligence économique est malgré tout riche d enseignements. D abord, par l appartenance au bloc économique de l Amérique du Nord et la capacité des Canadiens à traduire et à intégrer les savoir-faire américains, notamment en matière d intelligence concurrentielle, ensuite par leur capacité et leur pragmatisme à mettre en œuvre l intelligence économique. Il y a certainement là un exemple à méditer. Le Québec y apparaît original avec sa réalité bi-culturelle, son ambivalence, francophone et anglophone, qui font de ses experts en intelligence économique des «passeurs», véritables traducteurs des cultures françaises et anglo-saxonnes de l intelligence économique, y compris dans le champ de l intelligence organisationnelle et la formation. Par ailleurs, l expérience québécoise de création et de pilotage de politiques publiques d IE, nationale et régionale, ainsi que la coordination de ces mêmes politiques (avec le savoir-faire universitaire dans le domaine des recherches évaluatives) suggèrent des retours d expériences des plus utiles. Ces caractéristiques rendent l étalonnage bien plus productif. Il convient d ajouter à cela que les chercheurs et praticiens québécois, publics et privés, sont des observateurs avertis des expériences françaises. Dernier élément à prendre en considération : le savoir-faire canadien dans le déploiement de stratégies d influence, notamment à travers des politiques de coopération technologique, scientifique et culturelle, est unanimement reconnu. Analyser les pratiques d intelligence économique au Canada L entreprise est excitante, mais ô combien difficile! Il serait hasardeux de se lancer dans pareille aventure sans se donner les moyens d y parvenir. On ne gravit pas l Everest en espadrilles Le temps est ici notre ennemi! Mais le sujet n en demeure pas moins passionnant et éclairant à plus d un titre. L aborder nous permettra, également, d enrichir la démarche d analyse comparée, que nous avons initié dans le premier numéro de ce magazine. L observation de l activité d intelligence économique au Canada suscite des sentiments pour le moins controversés. Le paradoxe est le suivant : d un côté, se dégage une impression prégnante de déjà vu, de déjà lu et de l autre, existe une véritable originalité - que l on retrouve peut-être en France et dans 1

2 l action de la Commission européenne - celle de l intelligence territoriale et de l orientation PME des actions d appui à l intelligence économique. Sans oublier une utilisation dynamique de l intelligence économique pour piloter la stratégie des politiques publiques. Tour d horizon. Définition sémantique du «Business intelligence» Les Canadiens utilisent l expression anglaise de «Business Intelligence» que l on peut facilement traduire par «renseignement d affaire». Dans les ouvrages de Chung Wei Choo, il existe un lien fort, comme une filiation avec les travaux du professeur Stevan Dedijer, véritable instigateur de l enseignement d intelligence sociale dès 1975 à l Université de Lund en Suède, fondateur, avec Blaise Cronin, de la revue Social Intelligence (1989) 1. Pierrette Bergeron 2 note la difficulté qu il y a à définir les spécificités du «renseignement d affaire». Elle le définit comme «une activité de surveillance systématique de l environnement organisationnel, afin de collecter des informations pertinentes, ouvertes, de transmettre, analyser et évaluer ces informations pour une action et une prise de décision optimum de l organisation, ainsi que pour l anticipation. Il s agit d une activité qui est partie intégrante du management de l information stratégique dans une organisation ( ) Il s agit aussi d une activité formalisée qui requiert des processus d organisation, de collaboration et une reconnaissance formelle pour être exploitée pleinement.» Ainsi que nous le vivons en France, une tension s établit au Canada entre la veille, la veille stratégique et l intelligence économique. Au Canada, l intelligence concurrentielle apparaît comme une notion plus usitée. Pourtant, les Canadiens développent une culture de la stratégie et les observateurs relèvent un intérêt croissant pour la démarche prospective, ce qui semble nouveau et intéressant, si l on se place du point de vue du stratège ainsi que du développement d une panoplie de démarches complémentaires pour l analyse des ruptures, l identification de potentialités de développement ou le pilotage de projets complexes. Pour approfondir ce sujet, rien de mieux que de se référer à l ouvrage, cité plus loin, de C.W. Choo, qui, dans sa première partie fait un travail exhaustif de clarification de la terminologie grâce à la grille de lecture qu offrent les différentes pratiques. La communauté de l intelligence économique au Canada Ainsi que mentionnée en préambule, l intelligence économique est une activité apparue récemment au Canada. Un signal fort : le nombre de conférences sur le sujet. En 1996, aucun colloque sur le sujet. En 1998, six sont programmées au Canada 3. En 1990, il n existait que trois «chapters» de SCIP Etats-Unis. Les plus dynamiques hors Etats-Unis ont été les chapitres canadiens qui représentaient plus de 9 % des effectifs de l organisation en C est dans ce vivier que l on retrouve un jeune chercheur et consultant, François Brouard, porteur de la mémoire des liens entre les spécialistes français et canadiens de la veille 1 Choo, C.W Information management for the Intelligent Organization, The art of scanning the Environnement, ASIS, Information Today, Inc Lintelligence sociale consiste dans la capacité à s adapter/répondre aux circonstances mouvantes, afin de réaliser des objectifs ciblés ou plus simplement, comme la capacité à survivre et bien se développer» (B. Cronin cité par C.W. Choo) 2 Bergeron, P. «Regional business intelligence : the view from Canada», Journal of Information Science, 26, (3), 2000, pp Calof, J. «Increasing your «CIQ»: the competitive intelligence edge, in The 1998 Economic & Technology Development Journal of Canada 2

3 stratégique.... Dans une tentative, aujourd hui réussie, de différenciation par rapport à SCIP Etats-Unis, Estelle Matayer a créé Competia, un cabinet d intelligence concurrentielle et de planification stratégique, basé à Montréal et qui organise un forum annuel international. Après, donc, des débuts hésitants, une rationalisation s est opérée et l on retrouve 4 «chapters» canadiens : Edmonton, Alberta, Québec et Toronto. Le site de SCIP Edmonton propose la mise en place d un annuaire des professionnels du «competitive intelligence». Il va de soi que de nombreux professionnels du sujet n appartiennent pas tous à SCIP et certains sont inscrits à la «Special Libraries Association». Comme c est le cas aux Etats-Unis et en France avec les fondateurs de SCIP Etats-Unis et des praticiens de renom, stratégistes, consultants, patrons de cellules d IE, des figures qualifient la communauté de l intelligence économique au Canada. S il est clair que nous ne disposons que de peu d études sur l intelligence économique au Canada, et donc de peu d information sur la communauté et les pratiques, nous devons souligner l apport essentiel des travaux de chercheurs tels que Chun Wei Choo 4 et Ethel Auster (tous deux professeur à la Faculty of Information Studies de Toronto) ou encore Pierrette Bergeron (professeur à l Ecole de Bibliothéconomie et de Sciences de l Information de l Université de Montréal UDM) qui ont créé une véritable dynamique de recherche et d études sur le sujet dès le début des années 90 dans le champ du management de l information. Cette dynamique est à relier avec celle que les chercheurs ont développée dans le champ de la veille et de l innovation, notamment à l université de Laval et de Montréal - les professeurs Pierre-André Julien et Louis Raymond - et celle très applicative pilotée par des experts gouvernementaux, telle Raymonde Ouellette du ministère de la Recherche, des sciences et de la technologie du Québec. Cette dernière œuvre au développement de pratiques innovantes et formalisées de veille stratégique au sein des réseaux publics d appui à la technologie et l innovation. Par ailleurs, le site de l Université de Laval, recense et analyse les évènements canadiens, européens et internationaux relatifs aux «pratiques ingénieuses d innovation» et publie une lettre d actualité bimensuelle largement diffusée au Canada et à l étranger. Notons, par ailleurs, que les professeurs français Humbert Lesca et Henri Dou travaillent de longue date avec les universités canadiennes et notamment avec le professeur Raymond 5. C est à partir de l Université du Québec à Montréal (UQAM) que le professeur Michel Cartier pilote avec une vingtaine d experts dans le monde (Brésiliens, Français, Allemands, Américains, etc.), un réseau de veille et de prospective sur la société du savoir, ses nouveaux modèles économiques et sociétaux, ses enjeux technologiques 6. Ses questionnements sont les suivants : comment ces réseaux se «fertilisent-ils» avec les entreprises et les réseaux publics? comment créent-ils une vraie capacité d intelligence collective? La pratique de l intelligence économique dans les entreprises canadiennes Pour le Canada, nous ne disposons pas d études relatives aux pratiques techniques et organisation de l intelligence économique suffisamment larges pour les qualifier de façon 4 5 Noté à l occasion du colloque d HEC Montréal de 2002, 6 e congrès international francophone sur la PME. 6 3

4 pertinente, telles que celles dont nous bénéficions en France 7. Seule, l étude de C.W. Choo sur les pratiques des grands groupes canadiens, révèle les forces et les faiblesses ainsi que les avancées et les retards - somme toute classiques!- liés aux rites stratégiques des grands patrons et au niveau d intelligence organisationnelle des grandes organisations. Sont par ailleurs disponibles, les résultats de trois études conduites dans l univers des PME 8. Les recherches évaluatives les plus intéressantes (sur les systèmes d intelligence territoriaux) sont celles qui portent sur les réseaux d innovation et l évaluation de leur performance. La première étude a été conduite à la fin des années 90 auprès de PME du secteur manufacturier 9. Les auteurs ont étudié les caractéristiques et les facteurs clés du succès de la mise en œuvre d une démarche d intelligence compétitive. Au-delà de la typologie classique des entreprises «primitives», actives, pro-actives, le résultat le plus intéressant portait sur l identification du facteur déclenchant essentiel : le facteur «stratégie». Étrangement pour un secteur dit traditionnel et peu intensif en matière d information, 32 % des répondants disposaient d une organisation plus ou moins formalisée de renseignement d affaire. En , une étude effectuée sur les réseaux d information utiles aux PME du secteur des équipements de transport terrestre souligne l existence de réseaux à signaux forts et de réseaux à signaux faibles, comme sources d information compétitives pour les PME. Il ressort clairement que les réseaux à liens forts géographiquement et sociologiquement proches (clubs professionnels) des chefs de PME émettent des signaux forts facilement compréhensibles et assimilables par l entreprise. Paradoxalement, ce sont les réseaux à liens lâches, plus éloignés des comportements habituels et coutumiers des chefs d entreprise, qui émettent des signaux faibles (réseaux techniques, commerciaux publics) qui sont susceptibles d apporter des «informations nouvelles et pré-compétitives» à l origine d avancées innovantes. La seconde étude a été conduite dans le secteur des hautes technologies 11 entre 1998 et L enseignement majeur a été de mettre en évidence le fossé existant entre la perception et la pratique de l intelligence économique. Les déclarants ont révélé leur prise de conscience de l importance de pratiquer le renseignement d affaire, mais 11 % seulement avaient mis en place un système d intelligence économique. Les politiques publiques C est peut-être dans le secteur public que le développement de la pratique de l intelligence économique et la formalisation d organisation intelligente, sont le plus avancés sans, comme c est le cas en France, que ne se dégage la notion de politique publique d intelligence économique. 7 Bournois,F. et Romani, P-J, Intelligence économique et stratégique, Economica, Paris, Divers études publiées par le CEPS ou études conduites en région par les C CI. 8 Rapportées par Pierrette Bergeron, article cité. Bergeron, P. Veille stratégique et PME. Comparaison des politiques gouvernementales de soutien. Presse de l Université du Québec, Sainte-Fou (QC) Cet ouvrage qui est d une grande actualité au moment où le gouvernement français met en place une politique d intelligence territoriale, représente une somme très importante de données sur les pratiques et les organisations nationales d IE dans le monde. Disponible en France, 30, rue Gay-Lussac, Paris. 9 Julien P.A, Raymond L., Jacob R., Ramangalahy C., Information, stratégies et pratiques de la veille technologique dans les PMI, in Système d information et Management 2 (2) (1997) 10 Julien & al. «Réseaux, signaux faibles et innovation technologique dans les PME du secteur des équipements de transport terrestre». Colloque d HEC Montréal en 2002, 6 e congrès international francophone sur la PME. 11 Cité par P. Bergeron. Calof J. & al. Survey of Canadian R&D Companies. «http://www.ncr.ca/cisti/ref/nrcci_e.html 4

5 Pour entrer dans la dynamique canadienne, il convient de distinguer ce qui est de l ordre des politiques d appui à la veille ou l intelligence concurrentielle (destinées à développer les tissus économiques et prioritairement les entreprises petites et moyennes), de ce qui relève de la stratégie de l Etat ou des organisations publiques déconcentrées. Dans ces deux domaines, le Canada apparaît innovant et créatif. Les politiques d appui à la veille concurrentielle Voici l exemple d une politique à caractère stratégique mise en place en 1994 et l examen des forces et des faiblesses de ce dispositif. En 1994, le gouvernement du Québec décide de lancer, pour cinq années, un programme destiné à «favoriser la diffusion et l acceptation du concept de veille, ainsi que sa reconnaissance comme apport stratégique» dans les PME centres de veille concurrentielle sont ainsi créés. Le cahier des charges comporte une obligation de «veille générique» et d autofinancement à trois ans. Ces réseaux d appui et d excellence avaient pour vocation d apporter aux PME, secteur par secteur (chimie, environnement, mécanique, etc.) les services suivants : expertise, transferts de technologies, informations, apprentissage de l utilisation de l information stratégique et mise en place de démarche de Business Intelligence (BI). Les forces de ce programme ont été nombreuses : de l approche pragmatique en passant par l acculturation à la veille stratégique comme innovation, à l introduction d un outil logiciel de veille piloté aujourd hui par le Centre de Recherche Industriel du Québec 13 (CRIQ). Malgré tout, la faible performance du dispositif a été rapidement actée, les concepteurs n ayant pas ancré l organisation sur la réalité des réseaux locaux (manque de coordination entre les acteurs-clés travaillant avec les PME et les experts en veille concurrentielle) et des besoins des tissus industriels localisés. Il n a pas non plus tenu été compte du fait que l intelligence économique (ou concurrentielle) est une démarche de management de l innovation. Le programme a été conçu comme si l intelligence concurrentielle était un fait acquis. L approche sectorielle a été déclinée sans cohérence régionale. Enfin, l absence de lien entre le niveau national de la politique gouvernementale et la déclinaison des politiques industrielles a nui à l efficacité du système. En complément, le Gouvernement fédéral lance, via le National Research Center, (NRC), des programmes dit d Assistance à la Recherche Industrielle (IRAP), dans lesquels une large place est réservée au renseignement d affaire. Sous la rubrique «guide de veille concurrentielle», le programme met à la disposition des PME une base de données d informations à valeurs concurrentielles 14. De la même façon, le ministère de l Industrie diffuse sur le site «ebiz.facile» toute une série de mémos relatifs à la veille concurrentielle, ses méthodes et ses outils ainsi que des grilles d analyse opérationnelles d intelligence concurrentielle 15. Pratique de la veille stratégique au service de l efficacité gouvernementale La politique québécoise 2001 de la science et de l innovation 16 plaçait la veille et la prospective au même titre que la planification stratégique et l évaluation, c est-à-dire au centre de la dynamique de la politique tant à l échelle régionale qu internationale. «Faire de 12 Fond de partenariat sectoriel Volet IV. 13 et «ebiz.facile» sur 16 «Savoir changer le monde», ministère de la science, de la recherche et de la technologie. 5

6 la veille, c est aussi réaliser des activités qui permettent d être à l affût des systèmes de recherche et d innovation des autres pays. Cette connaissance rend possible des comparaisons et des analyses quant aux avancées réalisées ailleurs dans le monde. À partir de ces résultats, le gouvernement peut adopter des approches d étalonnage concurrentiel ( )». L ensemble de ces efforts publics produit des stratégies abouties et originales de l Etat québécois, qui a organisé depuis 1999 «à la japonaise» un dispositif de veille systématique (réseau de veille intégré) sur les politiques publiques dans le monde, la gestion des musées, le pilotage et l accompagnement des politiques d appui au développement local et à l innovation. Cela constitue une infrastructure de l information, conçue comme un système de gestion des connaissances coordonné sur des cibles pilotées par une stratégie. Là où la veille et la prospective se mettent au service du pilotage des politiques stratégiques et de l évaluation, l innovation constitue une cible prioritaire. Dès 2002, des régions pilotes sont désignées pour expérimenter le déploiement d observatoires régionaux intégrés au sein de «l Observatoire-réseau 17 du système d innovation québécois». Les mandats des observatoires comportent, en particulier, le recueil de données sur le développement du système régional d innovation auprès des réseaux d affaires ou d experts, le traitement d information sous forme d étalonnage concurrentiel et d analyses prospectives, l animation et le soutien des réseaux de veille ciblés sur les besoins spécifiques de secteurs d activité et la diffusion des informations utiles au pilotage stratégique à destination des décideurs. Un dernier exemple dans ce domaine illustre le savoir-faire canadien en matière d intelligence économique. En 1998, l organisme «Investissement Québec» crée, pour dynamiser son action de recherche d investissements, un centre d intelligence économique doté de 36 veilleurs stratégiques en charge du recueil et de l analyse d information, susceptible de mobiliser les experts du Centre de Recherche Industrielle sur des missions commerciales, effectuant ainsi un travail de recomposition des plans d affaires d entreprises 18. La pratique de l intelligence économique au Canada n est pas encore formalisée de manière définitive. Elle se construit. Brique après brique, la politique d intelligence économique est en devenir. Le Québec y apparaît comme un terrain d expérimentation vivace. Toutefois, l agencement de ces briques prend du sens lorsque l on se penche sur la stratégie internationale d influence du gouvernement canadien. Un seul exemple : le programme autoroute de l information au Canada comporte un chapitre intitulé : «Développement de l industrie du contenu et de l information», dont nous retiendrons un axe qui constitue la base d actions fortes d intelligence économique et d influence. Il suffit de lire : «Liens entre les Canadiens et le reste du monde : le Canada sert les intérêts des Canadiens et présente les valeurs canadiennes au reste du monde : il est ouvert à ce que le monde a de meilleur à offrir.» À ce titre, les actions préconisées sont les suivantes : présenter les valeurs canadiennes au reste du monde et influencer, autant que faire se peut, la diversité culturelle mondiale. En, résumé : «le Canada attire ce que le monde a de meilleur à offrir et ce sont les Canadiens qui en profitent». À méditer! 17 Raymonde Ouellette, citée plus haut, est une des chevilles ouvrières de ces dispositifs. 18 Les veilleurs utilisent Vigipro (http://www.vigipro.com) 6

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Réseau de connaissances

Réseau de connaissances Réseau de connaissances Un outil de développement collectif pour les entreprises du Québec Présentation faites dans le cadre du projet BNQ-AFNOR Par: Marc Brunet V-P partenariat et développement des marchés

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Le rôle des TIC sur le degré d exportation des PME : une étude exploratoire Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Ce document a pour but de vous présenter la mission Poly-brésil 2002. Vous y trouverez des informations sur la nature de notre mission internationale et sur le partenariat

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Rapport annuel sur les dépenses de voyages, d accueil et de conférences 2013-2014

Rapport annuel sur les dépenses de voyages, d accueil et de conférences 2013-2014 Rapport annuel sur les dépenses de voyages, d accueil et de conférences 2013-2014 TITRE DU RAPPORT 1 PUBLIÉ PAR Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Montréal (Québec)

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Management Expertises Solutions

Management Expertises Solutions Management Expertises Solutions Rue Louis-Favre 34 2 0 0 2 N e u c h â t e l +41 32 729 35 00 +41 32 729 35 01 contact@mesgestion.ch www.mesgestion.ch Notre entreprise Fondée en 1990, est une société suisse

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Exemples d observatoires économiques par Mickaël LE PRIOL 24 juin 2014 Projet EBESM 2 Le Crocis (Paris, Ile-de-France,

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence!

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence! Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004 L édition 2004 offrira aux 4 000 visiteurs attendus La 132 e Conférence annuelle des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) Plus

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management

Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management des organisations», IAE de Bordeaux, Université Montesquieu

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

CMAIS. Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique. L Intelligence au service de l information G I IT E R RA IG E N C E S N N

CMAIS. Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique. L Intelligence au service de l information G I IT E R RA IG E N C E S N N T A TR CO M PA G I Q U G I T LL IT R RA IG C S MD D A T A LY S D I CMAIS Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique L Intelligence au service de l information www.cmais-strat.com

Plus en détail

PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE

PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE Grégoire DE PRÉNEUF Directeur-Associé, Deuzzi, www.deuzzi.fr (France) 1. PARADOXES DE LA CROISSANCE DU SECTEUR DES SERVICES EN INGÉNIERIE INFORMATIQUE

Plus en détail

Guide d évaluation par les pairs pour les bourses de formation et d appui salarial des IRSC

Guide d évaluation par les pairs pour les bourses de formation et d appui salarial des IRSC Guide d évaluation par les pairs pour les bourses de formation et d appui salarial des IRSC Octobre 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 L ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 PRINCIPES DE L ÉVALUATION

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1 1 1 Sommaire A PROPOS p. 3 INTRODUCTION p. 4 PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS p. 5-6 MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE p. 7 RÉSULTATS ET ANALYSES p. 8-20 2 A propos Nom de l étude : Baromètre des pratiques de veille 2012

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles

La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles «Les hommes sont importants par ce qu ils font et non par ce qu ils disent» Albert Camus 1. Formation continue : Le développement

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Croissance des entreprises et des régions

Croissance des entreprises et des régions Programme Croissance des entreprises et des régions pour les régions du Québec for Quebec Regions L Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec a pour mission d appuyer les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

FACILITATEUR INTERNATIONAL

FACILITATEUR INTERNATIONAL FACILITATEUR INTERNATIONAL avec le soutien de Force-Marketing peut vous aider à définir une vision concurrentielle d'affaires import-export, adresser les aspects de ce type de gestion d'affaires, identifier

Plus en détail

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Plan de la présentation Le secteur Recherche, innovation et science citoyenne

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES,

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, ET SI NOUS ADOPTIONS UN PILOTAGE INNOVANT? La problématique pour les dirigeants de caves est de trouver un outil capable de lier les politiques d investissement, de

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM Services d affaires mondiaux IBM Centre national des sondages IBM Saviez-vous que dans votre organisation se cachent des trésors de connaissances que vous pourriez découvrir et mettre à profit? Un système

Plus en détail

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance «La fonction d observatoire d Algora a fait l objet ces dernières années de différentes réflexions qui ont conduit en particulier

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail