TIC OUTILS TECHNOLOGIQUES OU VECTEUR ECONOMIQUE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TIC OUTILS TECHNOLOGIQUES OU VECTEUR ECONOMIQUE?"

Transcription

1 TIC OUTILS TECHNOLOGIQUES OU VECTEUR ECONOMIQUE? Conférence-débat du 9 Novembre 2010 Yaoundé-Cameroun "Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès" Nelson Mandela SYNTHESE DES TRAVAUX DES JOURNEES TIC D EVOLVING CONSULTING

2 2 Evolving Consulting Souhaite remercier les autorités Camerounaises, les participants et les intervenants à la conférence «TIC outils technologiques ou vecteur économique?» du 9 Novembre 2010 Evolving Consulting est un Cabinet de conseil dont le rôle est d accompagner, conseiller orienter les entreprises lors de la conduite de projets d envergure. Le conseil prend toute son importance dès lors qu il s agit de mettre en adéquation les besoins propres et les technologies. Il apporte aussi une analyse objective et un avis éclairé conduisant ainsi à la mise en place de solutions technologiques pérennes et évolutives. Ce document a donc pour objectif de synthétiser l ensemble des travaux relatifs à la conférence «TIC outils technologiques ou vecteur économique?» conférence organisée dans le cadre des journées TIC d Evolving Consulting. Nous remercions aussi les partenaires qui ont rendu possible la tenue de cet évènement :

3 3 Sommaire INTRODUCTION... 4 RESUME DU DISCOURS DE SON EXCELLENCE MME CATHERINE BAKANG MBOCK, MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES... 5 DISCOURS/INTERVENTION DE M. JEAN-JACQUES MASSIMA, REPRESENTANT DE L IUT POUR LA ZONE AFRIQUE CENTRALE... 6 INTRODUCTION DE MME REINE ESSOBMADJE, FONDATRICE DU CABINET DE CONSEIL EVOLVING CONSULTING... 7 A. PRESENTATIONS... 8 I. LA MAITRISE DE L INFORMATION : MENACES ET CONTRE-MESURES PAR PHILIPPE LEROY Mini Biographie Synthèse de l intervention sur la maitrise de l information... 8 II. «TIC : OUTILS TECHNOLOGIQUES OU VECTEUR ECONOMIQUE?» PAR REINE ESSOBMADJE Les acteurs du monde des Télécoms Les TIC dans l entreprise a) Avantages des TIC dans l entreprise b) Quelques concepts Les TIC dans la société: vecteur économique B. DEBAT SUR LE THEME : QUELS MODELES, QUELS SERVICES ET QUELLES APPLICATIONS TIC AU CAMEROUN? I. SYNTHESE DES INTERVENTIONS II. INTERVENTION DE M. ALAIN BLAISE NJOMO, DIRECTEUR REGIONAL ADJOINT CFAO TECHNOLOGIES C. CONCLUSION D. LA CONFERENCE EN IMAGES... 19

4 4 Introduction La conférence s est ouverte sous : 1. La Présidence de Madame Bakang Mbock, Ministre des affaires sociales, Et en présence de : 2. Son Excellence M. Siegfried Etame Massoma Ministre délégué à la Présidence chargé du contrôle supérieur de l Etat, 3. Monsieur Ebah Abada, Secrétaire Général du Minpostel, 4. Monsieur Massima Jean-Jacques Représentant IUT pour la zone Afrique Centrale. De nombreux panelistes sont intervenus lors des débats, présentations et échanges. - Colonel Philippe Leroy - M. Beyokol Bernard, GICAM - M. Njiki Epara, économiste et enseignant à l IRIC - M. Noah Jean-Marie, Chef cellule de gestion et contrôle à l ART - M. Diwouta Loth Eric, Directeur Technique Orange - M. Lyeb Hyacinthe, Sous Directeur de l ingénierie des applications, Camtel - M. Njomo Alain Blaise, Directeur Régional Adjoint CFAO Technologies - M. Sonfack, Coordonnateur Projet CAB - Mme Nicole Okala, Maire de la commune de Mbangassina Et M. François de Sales Enyegue Modérateur de la conférence

5 5 Résumé du discours de son Excellence Mme Catherine Bakang Mbock, Ministre des Affaires Sociales Madame la Ministre a rappelé l effort d investissement du gouvernement et des autorités camerounaises sous la haute impulsion de M. le Président de la République, son Excellence Paul Biya, en vue de la numérisation du Cameroun. Cet investissement au travers des institutions mises en place telles que le Ministère des postes et télécommunications qui est en charge de la mise en œuvre et du développement des télécommunications au Cameroun, le Ministère de la communication qui est l instrument de visibilité et de communication au Cameroun, et l Agence Nationale des Technologies de l Information et la Communication (ANTIC) visent à mettre des stratégies durables, afin de conduire le Cameroun à être un pays émergent à l horizon Les TIC sont transverses à l ensemble des organisations (santé, éducation, social, administrations, etc. ) a rappelé Madame la Ministre. Le gouvernement Camerounais apporte ainsi tout son soutien aux initiatives participants à cette dynamique institutionnelle. C est ainsi que Madame la Ministre a pris part à cet évènement avec plaisir, donnant ainsi le coup d envoi de la première journée TIC d Evolving Consulting au Cameroun. Elle adresse ses encouragements au cabinet Evolving Consulting pour la mise en place de ces conférences débats, en souhaitant que l assistance profite de la présence des experts du domaine pour éclairer leur lanterne en matière de technologies de l information et de la communication.

6 6 Discours/Intervention de M. Jean-Jacques Massima, Représentant de l IUT pour la Zone Afrique Centrale Le représentant de l'uit a dans son propos de circonstance, encouragé l'initiative d'evolving Consulting qui s'inscrit dans le cadre de la vulgarisation et de la démystification des TIC conformément aux recommandations et résultats du Sommet Mondial de la Société de l'information. Il a évoqué notamment les objectifs du Millénaire pour le développement qui ne pourraient être atteints que si l'infrastructure et les services des TIC sont disponibles afin de servir de catalyseur pour les autres secteurs clés de l'économie. Bâtir une société de l'information incluse doit se faire en tenant compte des priorités de développement des populations et des efforts permanents pour l'éducation et la santé. Aussi les TIC vecteur essentiel du développement doivent être utilisés à bon escient afin d'éviter les déviances et capitaliser le formidable accès au savoir et les opportunités offertes en termes de compétitivité et d'accroissement de la richesse. Dans un village devenu planétaire l'avenir se construit pour les générations futures en les dotant des mêmes outils que les populations des autres régions du monde. Aussi est t-il important au delà des préoccupations de base comme l'eau, l'énergie l'alimentation que se dessinent des modèles d'arrimage au train du développement à travers la formidable opportunité que constituent les TIC. Une expertise de Conseil et d'ingénierie est donc indispensable au vu de la rapide mutation technologique et de l'évolution des techniques afin de prendre des décisions idoines et mieux utiliser des ressources financières disponibles pour l'acquisition d'équipements et d'outils modernes pour nos besoins de communication et de traitement de l'information. C'est donc le lieu de remercier les efforts faits par les cabinets de conseil et d'ingénierie comme Evolving Consulting qui mettent leur compétence et leur expertise à la portée de nos administrations et de nos entités économiques afin de mieux s'adapter à un environnement en perpétuelle évolution.

7 7 Introduction de Mme Reine Essobmadje, Fondatrice du Cabinet de Conseil Evolving Consulting Mesdames, messieurs nous vous souhaitons la bienvenue et vous remercions de prendre part à cette première édition des journées TIC d Evolving Consulting au Cameroun. Nos remerciements vont tant aux autorités camerounaises qu aux acteurs du monde des TIC pour leurs adhésion et implication dans ce programme. Le développement d une société se mesure aussi par l intégration de la technologie et le déploiement des applications TIC. Le Cameroun est dans cette dynamique et Evolving Consulting souhaite apporter sa pierre à la construction de cet édifice Numérique. Nous entendons conseiller et accompagner les organes étatiques, parapubliques et les entreprises publiques et privées dans ces domaines piloter les projets d envergure nationale en mettant notre expertise à leur disposition comme nous l avons fait sous d autres cieux Exploiter les retours d expériences d autres nations. Cette démarche tient compte du contexte et des réalités camerounaises afin de déployer des services et applications qui s intégreront aisément dans le paysage numérique camerounais Evolving Consulting a l ambition d être un acteur majeur du Conseil en Informatiques et Télécommunications au Cameroun. Nous mettons tout notre savoir-faire à la construction et à la démocratisation des TIC au Cameroun en nous inscrivant dans la lignée de l action gouvernementale et des différents acteurs du monde des télécoms. Le Cameroun avance et nous espérons qu il deviendra une plaque incontournable en Afrique dans ce domaine. Tout nos efforts convergent dans ce sens et ainsi que l a dit Nelson Mandela : «Aucun de nous en agissant seul ne peut atteindre le succès» Ensemble nous avancerons, Ensemble nous participerons au développement de notre pays. Nous sommes à votre disposition durant la conférence et par la suite pour vous accompagner/conseiller dans la mise en place de vos projets Nos hôtesses sont disponibles pour la prise de RDV ultérieurs. Au Nom d Evolving Consulting et de toute l équipe, Je vous souhaite une excellente conférence.

8 8 A. Présentations La conférence a débuté par quelques exposés qui sont synthétisés ci-dessous : I. LA MAITRISE DE L INFORMATION : MENACES ET CONTRE-MESURES PAR PHILIPPE LEROY 1. Mini Biographie Colonel (ER) Philippe Leroy -Ancien Fonctionnaire SSI du Ministère de la Défense Française. Après vingt neuf (29) années passées en tant qu officier au sein du Ministère de la Défense, dont quatre (04) de commandement et dix-sept (17) dans des postes de responsabilités dans le domaine de la sécurité des systèmes d information (SSI), dont celui de «Fonctionnaire SSI du ministère», le colonel (ER) Philippe Leroy rejoint le secteur privé. Depuis 2007 il occupe, chez Thales Communication France, le poste de directeur adjoint du domaine SSI, en charge du développement de l offre. Il y conduit les travaux de préparation de l avenir en liaison avec l Administration dans ce domaine, d accompagnement des offres SSI dans le cadre des projets (design authority : stratégie de sécurité/objectifs, conformité à la réglementation, gouvernance) et enfin de présentation des produits et des savoir-faire de la société auprès des ministères, des administrations et des industriels des secteurs d activité d importance vitale (SAIV). Son expertise Sécurité et SSI porte sur: - La réglementation et les principaux référentiels, nationaux, OTAN, UE (sécurité générale et SSI), - Les architectures systèmes, principes de conception des produits et processus de qualification/agréments, signaux compromettants, - La gestion opérationnelle de la sécurité des systèmes, audits de sécurité et plans d actions afférents, maintien en condition de sécurité des systèmes, - La démarche et les étapes de sécurisation d un projet informatique ou VoIP pour conduire une démarche d homologation ou de certification ISO Synthèse de l intervention sur la maitrise de l information La maîtrise de l information est un facteur clé devant accompagner le développement des technologies de l information et des communications (TIC). En effet, la compétition économique, les enjeux stratégiques et l omniprésence de l informatique d une part dans le tissu économique, comme par exemple, les transactions financières et d autre part les systèmes d armes ou encore ceux concourant au contrôle des

9 9 processus industriels, imposent de protéger l information selon les enjeux de sécurité identifiés. Le développement de l informatique et la sécurité ne sont donc pas antagonistes et l interopérabilité passant par l interconnexion des systèmes et les échanges de données ne doivent pas signifier leur ouverture inconsidérée ni l absence de vigilance et de contrôle de menaces pourtant bien réelles susceptibles de détruire la confiance dans les transactions. Il n est malheureusement pas rare d apprendre que ces menaces sont bien présentes et souvent les victimes ne se vantent pas, de peur de perdre toute crédibilité du fait de la fragilité de leur système ou de l insuffisance de leurs moyens pour pallier une attaque ou un incident. Réalisées à distance par des acteurs agissant la plupart du temps en toute impunité, les attaques rarement détectées nourrissent leur succès par la pérennité de leurs effets : botnets prenant le contrôle de ressources de serveurs mal protégés accessibles depuis l Internet, codes malveillants modifiant les paramètres et conduisant à des atteintes significatives à la disponibilité des services ou à l intégrité des applications ou des données opérationnelles, vers s introduisant suite à la connexion inconsidérée de supports amovibles type clé USB sur des terminaux assurant le contrôle de processus industriels dans des centrales nucléaires et autre infrastructure critique d un état ou d une multinationale. Malheureusement l accessibilité des outils d attaques sur internet et leur facilité de mise en œuvre se conjuguent avec la négligence des administrateurs et opérateurs qui, par routine ou insouciance, laissent béantes des failles sans leur appliquer les correctifs pourtant délivrés par les éditeurs. Alors que faire face à ce rocher de Sisyphe soit à l impossibilité de maîtriser totalement ce risque? Tout simplement mettre en place une stratégie de gestion de la sécurité des systèmes d information avec des déclinaisons opérationnelles et techniques visant à prévenir et gérer le risque. Concrètement cela revient à identifier pour les ressources critiques du SI les vulnérabilités vis-à-vis des tentatives d intrusions informatiques, connaître leurs modalités de mise en œuvre, prévenir ces attaques, les détecter et disposer d indicateurs représentatifs, puis les neutraliser en prenant les contre-mesures nécessaires. Ceci impose de mettre en place des moyens techniques, à s assurer que l ensemble des utilisateurs est sensibilisé régulièrement et que des spécialistes de la sécurité sont en mesure de surveiller et d intervenir car rompus aux réactions rapides et prises de décision basées sur des processus validés. La posture doit être assurée de façon continue et garantir une capacité d adaptation aux nouvelles menaces portées par des technologies en permanente évolution. La réglementation a également un rôle essentiel de cadrage permettant de disposer d un arsenal juridique dissuasif et d éviter d attendre un incident majeur pour constater que l on est démuni et que cet incident peut survenir à nouveau en toute impunité. In fine la crédibilité d une nation, d une entreprise ou d une administration reposent sur cette démarche sécurité devant accompagner la constitution, la gestion et l évolution de leur SI.

10 10 II. «TIC : OUTILS TECHNOLOGIQUES OU VECTEUR ECONOMIQUE?» PAR REINE ESSOBMADJE 1. Les acteurs du monde des Télécoms Le monde des Télécoms est constitué de plusieurs acteurs dont les principaux sont : Cabinet de conseil Service Provider Opérateurs Constructeurs Intégrateurs Editeurs de logiciels Le Cabinet de conseil accompagne les clients au travers de prestations d AMOA (Assistance Technique à Maitrise d ouvrage), Gouvernance et Pilotage de Projets, Rédaction et Dépouillement d appels d offres, etc. Le Service Provider propose des offres d hébergements ou outsourcing des services et solutions de l entreprise. Il opère comme un département IT et Télécoms externalisés Les Opérateurs mettent à disposition des infrastructures de téléphonie fixe ou mobile, d internet haut ou bas débit Les Constructeurs fournissent les équipements solutions et matériels voix, données Les Editeurs de logiciels fournissent les applications logicielles du type SAP, Bureautique, comptabilité, etc. Les Intégrateurs installent les solutions des constructeurs ou éditeurs de logiciels en les interconnectant parfois sur des réseaux opérateurs pour le compte de clients finaux (entreprises ou particuliers) 2. Les TIC dans l entreprise Les TIC sont au cœur du business ou des activités métiers Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) sont au cœur même du fonctionnement de toute entreprise quelque soit son secteur d activité Dans des domaines aussi varié que l administration, la défense, la santé, l éducation on observe la mise en place de réseau internet ou intranet, de réseaux d entreprise pour l interconnexion des PC et le partage des ressources, etc. Les TIC sont au cœur de la stratégie et participe au développement d activités La stratégie des firmes doit inclure les outils technologiques comme élément de profitabilité.

11 11 a) Avantages des TIC dans l entreprise Parmi les avantages des TIC nous retiendrons ces quelques points : Amélioration de la productivité Des logiciels pour réaliser les opérations comptables, un centre d appels automatisé, la formation à distance, etc. Les TIC permettent indéniablement l automatisation des tâches basiques afin que les salariés se concentrent sur les tâches à valeur ajoutée nécessitant une présence humaine ainsi que sur le contrôle des opérations réalisées automatiquement Efficacité dans le travail Il n est pas question de remplacer l homme par la machine, mais la poussée industrielle tend à augmenter l efficacité des tâches. Dans le domaine de l automobile ou de l aéronautique, les unités de production peuvent donc tourner à pleine capacité et à toute heure. Dans l administration, on observe une meilleure prise en compte des demandes (pièces d identité, extrait d actes de naissance, permis de conduire) et un meilleur traitement de l information. Certaines formalités sont réalisées plus rapidement dans les administrations équipées d outils adéquats. Un simple clic et les informations de M. X stockés dans la base de données peuvent s afficher sur l écran de l opératrice. Dans le domaine de la santé, on observe de plus en plus d opérations assistées par ordinateurs. L E-Learning est de plus en plus pratiqué dans le domaine de l éducation Adaptabilité aux évolutions des métiers Chaque année de nombreux magazines proposent aux étudiants une liste de nouveaux métiers en fonction du développement des secteurs d activités. La notion de métier n est donc plus immuable mais évolue rapidement selon les demandes du marché. Les Outils TIC évoluent eux aussi et les équipementiers et éditeurs proposent chaque année des versions de produits ou de logiciels sensés répondre à ces attentes. Autant dire que le marché n est pas prêt de s écrouler. Deux exemples de cette adaptabilité concernent les centres d appels et la finance. Les centres d appels se sont perfectionnés en offrant diverses fonctions telles que : - La remontée de fiche client (lorsque qu un client appelle avec un numéro préenregistré, sa fiche d information ainsi que ses dernières requêtes apparaissent dynamiquement sur le téléphone de l Agent qui traitera l appel. - Le Workforce Management : cette application permet un traitement automatisé des ressources humaines combinant des indicateurs de gestion des temps et des activités, de planification, de gestion des absences et d analyse des performances - La finance a connu une évolution importante notamment dans la réalisation des opérations bancaires ou boursières avec les TIC. Il est donc désormais possible de consulter ses comptes, passer ses ordres boursiers, retirer de l argent expédié depuis l étranger, etc. Cohérence et rationalisation des investissements Un point important lors de l achat du matériel informatique, Télécoms et Applicatifs est de s assurer de la cohérence et de la rationalisation des investissements. On privilégiera des produits offrant des fonctions complémentaires, des services de support et maintenance similaires, facilitant la gestion des stocks (cartouche interchangeable par exemple), etc.

12 12 b) Quelques concepts Convergence Voix Données (ToIP, VDI, Visioconférence, etc.) Le Cloud Computing Les stratégies de sourcing Le Green IT Mobilité et environnement communicant La Convergence Voix Données (ToIP, VDI, Visioconférence, etc.) La convergence Voix-Données est la mutualisation des réseaux et infrastructures afin de faire passer un même support les flux Voix et les flux de données dans le respect des classes de services propres à chacun. La Téléphonie sur IP (ToIP) est une illustration de ce principe. Le Cloud Computing Le Cloud Computing, informatique dans le nuage ou infonuagique est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants (hébergés chez un Service Provider par exemple) des applications traditionnellement localisés sur un serveur local (au sein de l entreprise par exemple). Les services offerts à l entreprise ou à l utilisateur final proviennent ainsi de ressources matérielles hébergées hors de l entreprise autrement dit du «Cloud» Les stratégies de sourcing On entend par Outsourcing, l externalisation des compétences de l entreprise (Direction informatique, ressources matérielles, etc.) A l inverse l In-sourcing consiste à intégrer au sein de l entreprise des activités qui avaient été externalisées. Le Co-sourcing consiste en une gestion conjointe par du personnel interne et des ressources ou entreprises externes. Le Green IT Il s agit d un ensemble d initiatives, visant à réduire la consommation énergétique des équipements Informatiques et Télécoms. -A l échelle d un équipementier, cela peut se traduire par des commutateurs, des équipements consommant moins d énergie -Au niveau de l usager cela peut se traduire par le fait d éteindre son PC à la fin de la journée pour réduire la consommation de courant. Mobilité et Environnement communicant Ces deux concepts permettent aux salariés d avoir accès aux ressources matérielles d une entreprise lorsqu ils sont en déplacement et ce indépendamment de leur position géographique. On entend ainsi parler de «One number» solution permettant d associer les numéros fixes et portables afin d être toujours joignable sur la ligne directe. On observe de plus en plus l intégration d applications mobiles offrant un accès à l annuaire d entreprise à partir d un téléphone portable.

13 13 3. Les TIC dans la société: vecteur économique Les TIC utilisés à bon escient et dans un cadre réglementaire adéquat sont un formidable vecteur économique des sociétés modernes et/ou en voie de développement. Les TIC peuvent faciliter l accès à l administration Généralisation et automatisation des tâches administratives (renouvellement de permis, demande d extrait d actes de naissance) Les TIC favorisent l ouverture vers le monde extérieur Ouverture au monde extérieur pour les exportations importations (cas des coopératives et des petits producteurs) Socialisation (réseaux sociaux) Les TIC favorisent la création d emploi La technologie fait appel à des ressources techniques qualifiées. On observe ainsi la création de nombreux métiers dans les domaines informatique et Télécoms. En parallèle se développent des activités de centre d appels, de support informatique (SAV, Service Desk, NOC, ) Le Sénégal, Le Maroc et l Ile Maurice sont des pays qui ont exploité cette manne. On peut noter que les activités de support de Niveau1 d Orange Business Services en France ont été externalisées à l Ile Maurice. Le Cameroun faisant partie des rares pays d Afrique bilingue, il pourrait accueillir ce type d activité avec l avantage du bilinguisme. La dynamisation de l économie Les TIC sont au service de plusieurs secteurs d activités tels que l agriculture, la santé, l éducation, etc. Ainsi que cela a été indiqué durant la conférence, les producteurs maliens vendent leur production de tomates via leur téléphone mobile. L E-Learning, la numérisation des livres, et les caravanes d école mobile sont aussi intéressantes à explorer. Dans l administration, l automatisation des tâches, la numérisation des documents sont des pistes pour désengorger les bureaux et bâtiments. On peut citer plusieurs exemples dans les secteurs bancaires, le tourisme, la santé etc. L essor des nombreuses applications d utilité socio-économique et une modification du paysage urbain Les TIC ne servent pas seulement à l avancée technologique, mais peuvent participer aussi à la vie socio économique. On peut par exemple imaginer l installation de bornes d accès dans les lieux publics, afin d offrir plusieurs services à la population urbaine. Le concept de la ville numérique a été expérimenté dans différents pays occidentaux. Le développement du commerce électronique (e-commerce) a facilité les transactions offrant ainsi aux PME et TPE (Petites et moyennes entreprises) la possibilité de commercialiser leurs produits. Les TIC sont aussi un moyen d attrait de capitaux étrangers par le biais d investissement.

14 14 B. Débat sur le Thème : quels Modèles, quels Services et quelles Applications TIC au Cameroun? I. SYNTHESE DES INTERVENTIONS Sont intervenus : M. Beyokol Bernard du GICAM qui a rappelé le rôle de l Etat et des entreprises privées dans le développement des TIC, M. Njiki Epara, économiste et enseignant à l IRIC qui a proposé un modèle de développement économique basé sur les nouvelles Technologies, M. Noah Jean-Marie, Chef cellule de gestion et contrôle à l ART qui a rappelé le rôle du régulateur et les principes de régulation en matière des TIC, M. Diwouta Loth Eric, Directeur Technique Orange qui a insisté sur l apport des Opérateurs mobiles dans la vulgarisation des TIC. Il a rappelé que les réseaux mobiles offraient une couverture rendant accessible les applications sur téléphones mobiles aux populations des zones reculées. M. Lyeb Hyacinthe, Sous Directeur de l ingénierie des applications, Camtel a insisté sur la convergence TIC et besoins de sociétés en expliquant qu une application en ligne indiquant les pharmacies de garde serait utile aux populations camerounaises. M. Njomo Alain Blaise, Directeur Régional Adjoint CFAO Technologies est intervenu sur le rôle des intégrateurs dans les déploiements de réseaux. M. Sonfack, Coordonnateur Projet CAB a présenté le projet de construction du Central African Backbone. Ce réseau a pour objectif d interconnecter par fibre optique plusieurs pays en Afrique centrale. Pour les camerounais cela se traduira par la mise en œuvre de réseaux Hauts Débits capables de supporter des applications triple Play (voix audio et vidéo) et plus accessible que les liaisons satellitaires. Mme Nicole Okala, Maire de la commune de Mbangassina a précisé que des outils permettant aux communes d identifier et d anticiper les besoins agricoles mondiaux et nationaux, seraient utiles à tous les consommateurs et producteurs pour une meilleure convergence de l offre et de la demande. Elle rappelle que l agriculture ne peut se passer des TIC tels ses producteurs maliens qui vendent leur tomate via une application sur téléphone mobile.

15 15 II. INTERVENTION DE M. ALAIN BLAISE NJOMO, DIRECTEUR REGIONAL ADJOINT CFAO TECHNOLOGIES Merci à Evolving Consulting de nous avoir associé à cet évènement. Merci à vous auditeurs d avoir fait le déplacement. Notre Intervention va s articuler autour de 4 points principaux : Le rôle de l Intégrateur dans le microcosme des TIC au Cameroun TIC, opportunité pour le Cameroun Les Modèles, les services et les Applications des TIC au Cameroun Les freins à l essor des TIC au Cameroun 1. Le rôle de l Intégrateur dans le microcosme des TIC au Cameroun La Mise en œuvre des projets TIC fait généralement appel à plusieurs technologies (matériel, logiciel, etc. ), c'est-à-dire plusieurs fournisseurs. Dans la pratique, le client fait appel à plusieurs intervenants par technologie ou spécialité. Le problème c est que chaque intervenant s occupe de son périmètre et les frontières entre les technologies restent des espèces de No Man s Land où le client se retrouve tout seul, les intervenants se rejetant mutuellement les responsabilités. Le résultat de la course c est que le client dépense beaucoup d argent, mais n a toujours pas un projet opérationnel comme il l avait souhaité. L Intégrateur vient donc avec une vision transversale diminuer les risques opérationnels qui sont énormes dans les TIC, en garantissant le résultat final au client. Ainsi le client peut se concentrer sur son métier, l esprit tranquille, sûr d obtenir ce pourquoi il a dépensé son argent. L Intégrateur de solution va : Conseiller le client sur les solutions à choisir Mettre en œuvre les solutions Assister le client dans l exploitation Former les équipes du client Surtout aider le client à gérer le projet. Etc. En gros, l Intégrateur va garantir les 85% de la partie immergée de cet Iceberg qu est le projet TIC. 2. TIC, opportunité pour le Cameroun Il est indéniable que les TIC sont une source intarissable d emplois et de richesses pour le Cameroun. Sur le plan des infrastructures, le Cameroun est pratiquement ce que l on appelle dans le jargon un Greenfield, c'est-à-dire tout est pratiquement à faire. Bien mené, ce handicap apparent devrait être transformé en avantage, ceci en faisant ce qu on appelle le SAUT TECHNOLOGIQUE. C'est-à-dire que ce qui a pris des décennies aux autres pour mettre en place, le Cameroun peut se placer exactement au même niveau, voire mieux en un temps très court. On peut citer en exemple un pays comme le RWANDA qui fait pâlir d admiration certains pays qui étaient avancés dans le domaine des TIC alors que le RWANDA se démêlait encore dans les liens du génocide. Sous réserve de la mise en place des infrastructures et de la réglementation adéquates par le Gouvernement, les TIC représentent un vivier infini d emplois et de richesses pour le Cameroun. A titre d illustration, le marché global du Cameroun représente 20 millions de clients potentiels alors que le marché de la nouvelle économie est estimé à plus de 6 Milliards de clients potentiels. Seulement, ce marché a des exigences qui imposent aux acteurs Camerounais un changement de paradigme et de culture.

16 16 3. Quels Modèles, Services et Applications TIC au Cameroun o Les Modèles : Les Modèles de TIC à mettre en place au Cameroun doivent être essentiellement dynamiques le fil d Ariane étant la vision: Cameroun pays émergeant en 2035 par exemple. La stratégie doit être l intégration des TIC à tous les niveaux de la vie nationale en étant attentif à la valeur ajoutée que les TIC peuvent apporter à l amélioration du travail dans chaque pan de la société et de la création de la richesse. Mais ceci restera un vœu pieux si une réelle volonté de changement ne contamine pas chacun des décideurs Camerounais. o Les services : En réalité, les services à mettre en place sont INFINIS. Il serait prétentieux de se mettre à les citer car on ne peut être que très incomplet. Depuis les Call Center, en passant par l egouvernement, l e-médecine, l e-learning, l offshoring (délocalisation du développement applicatif), tout est à faire dans notre pays, comme nous l avons signalé plus haut. o Les Applications : La problématique est identique à celle des services développée au point b) ci-dessus. Il faut sortir des théories et des séminaires pour vraiment faire bouger les choses (les anglo-saxons appellent cette attitude make things happen ). Ceci concerne en premier les intervenants du secteur public (ceux là qui ont la responsabilité de réguler la vie nationale et de construire les infrastructures des TIC le fossé entre le secteur privé et le secteur public en matière d exposition aux TIC dans notre pays est énorme). 4. Les freins à l essor des TIC Dans notre travail d intégrateur, nous avons noté un certain nombre de freins à l essor des TIC au Cameroun. On peut citer comme cela (sans être exhaustif) : o Manque de confiance des Décideurs dans les acteurs nationaux TIC Nous avons noté un certain scepticisme de la part des Décideurs quant à la capacité des intervenants actuels au Cameroun à modifier l environnement national grâce aux TIC. Les Décideurs sont désabusés par les Professionnels des TIC : beaucoup d argent dépensé sans réel résultat ; les TIC sont considérés comme un centre de coût et non de productivité ; la valeur usuelle des TIC restent très faible au regard des investissements mis en place. o Opacité autour des activités des Professionnels des TIC Les Professionnels des TIC travaillent en vase clos et essaient de se positionner non comme des fournisseurs de service, mais les propriétaires des services. Les Professionnels des TIC ont fini par convaincre les Décideurs que les TIC étaient une espèce de chose incompréhensible par les non initiés, créant ainsi une coupure nette entre les services métiers des organisations et eux. Le résultat de la course c est qu ils sont toujours en train de se plaindre du manque de budget et de ce que les autres ne comprennent pas ce qu ils font!

17 17 o Les TIC ne sont pas au service de l organisation Les projets TIC ne sont pas toujours au service de l organisation. L organisation éprouve beaucoup de difficultés à mesurer l apport des TIC dans la création de la valeur ajoutée. La raison principale c est que l utilisateur final n est pas au centre des projets TIC. Il n y a pas de la part des Professionnels des TIC une connaissance profonde des métiers de leurs organisations. Ce qui ne leur permet naturellement pas d être proactifs et utiles. Quelques pistes d amélioration Les Professionnels doivent reconquérir la confiance des Décideurs en se positionnant différemment : sortir de leurs grottes et parler le langage de leurs organisations Evaluer à chaque instant leurs apports à l organisation Améliorer sensiblement la perception de la valeur usuelle des TIC (les organisations n étant pas des sociétés technologiques) Redonner le pouvoir au client final dans tout projet TIC, se rappeler que c est lui le patron et que rien ne doit être fait sans lui. Placer les TIC comme support véritable du métier de l organisation Cette démarche est appelée L ALIGNEMENT STRATEGIQUE. En clair il faut aligner les TIC sur le métier de l organisation, en en faisant un outil de création de la valeur. Nous sommes en plein dans la préparation des budgets 2011, avant d inscrire l achat d un matériel et d un logiciel au budget, il faut d abord répondre à la question : quelle est la valeur qu apportera mon matériel, mon logiciel à mon organisation?

18 18 C. Conclusion La première édition de cette conférence a été appréciée par les participants bien que beaucoup d entre eux auraient souhaité prolongé les débats et avoir plus de présentations. Ces demandes ont été entendu par le Cabinet Evolving Consulting tout comme la nécessité d inclure l anglais dans tous les supports. Dans l ensemble les travaux vous avez été satisfaits des travaux même si vous auriez souhaité prolonger les débats. Pour résumer les activités, nous avons choisi de reprendre cet article paru dans Mutations No 2779 du 11/11/2010 et rédigé par Célestin Atangana. «Débattre des possibilités d investissements et de développement à partir des TIC au Cameroun, d un modèle économique des télécommunications en Afrique, et surtout, introduire les TIC comme vecteur de développement économique dans divers secteurs d activités du pays. Tels sont les objectifs de la journée d échanges que le cabinet conseil E-volving consulting a organisée à Yaoundé hier mardi, 9 novembre Pour divers participants à cette conférence qui a réuni les opérateurs de téléphonie, les régulateurs et éditeurs de logiciels; le développement d une société se mesure par les TIC dont il est important de démocratiser l accès par le déploiement des services et des applications qui permettent aux populations de les utiliser pour leurs besoins. «Le premier frein au développement c est l accès aux TIC, qui reste encore réservé aux techniciens. Pour que les populations en perçoivent l importance, il faut les démocratiser», a souligné Mme Reine Essobmadje, gérante du cabinet E-volving consulting. Pour Jean Jacques Massima, représentant de l Union internationale des télécommunications (UIT), les Tic sont au carrefour du développement. Aussi faut-il que leur mise en place précède l émergence des autres secteurs de production si on veut atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. «Il faut démystifier la technique et la rendre utile pour les populations. Mais ils ne peuvent jouer leur rôle que si l infrastructure de base est en place, une technologie fiable qui permette au Pib de connaître une croissance», explique Jean jacques Massima. Compétitivité Une croissance que connaissent les pays d Asie qui étaient sur la même longueur d onde que ceux de l Afrique il y a 40 ans. «Les pays d Asie ont développé le secteur des Tic dès les années 1970, effectuant du coup un bond économique de 180% ; ce qui a eu pour effet de développer le commerce international qui est porteur de performance et de compétitivité, à la différence des pays d Afrique qui, malgré un bond de 225%, restent dans le sous-développement», explique Moïse Njiki Epara, économiste et enseignant à l Iric. Pour cet économiste, la lutte contre la pauvreté, l amélioration de la productivité et de la compétitivité passent par l arrêt des balbutiements sur la mise en place des réseaux de TIC performants dans les pays du continent noire. «En Ile Maurice, au Sénégal et au Maroc, ce secteur est l un des domaines qui procurent le plus d emplois grâce à la mise en place de centres d appels en Ile Maurice, par exemple, lesquels sont des points de captation des investisseurs étrangers dans le pays», précise Reine Essobmadje, qui ajoute que les Tic créent dans la société une dynamique, des ouvertures aux populations en terme d opportunités d emplois et de création de valeur ajoutée. Tout cela doit s accompagner, apprend-on, de l adaptation des TIC aux évolutions de la société. Si jusqu ici le domaine ce concentre sur les services à forte valeur ajoutée comme les banques, la finance, la santé ou encore l éducation, il y a les zones rurales et les coopératives agricoles qui ont besoin d écouler parfois leurs produits sur des marchés porteurs. «Une expérience dans ce domaine a été faite dans un pays d Afrique de l Ouest où à partir du téléphone portable, des petits paysans, producteurs de tomates, recevaient des informations sur les marchés où la demande en tomate était forte ; ce qui leur permettait de développer des ventes utiles et des déplacements stratégiques», indique M. Ekobena, enseignant d université.»

19 19 D. La conférence en Images Le cabinet Evolving Consulting remercie tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de cet événement Derniers réglages avec le modérateur de la conférence M. François de Sales Enyegue Arrivée de Son Excellence Madame Catherine Bakang Mbock Ministre des Affaires Sociales, Suivie par Son Excellence M. Siegfried David Etame Massoma Ministre délégué à la Présidence chargé du Contrôle Supérieur de l Etat Et M. Ebah Abada Secrétaire Général du Minpostel

20 20 Les organisateurs peaufinant les derniers réglages avant le démarrage des travaux de la conférence débat. Les invités à la conférence «TIC outils Technologiques ou Vecteur Economique du 9 Novembre dernier» à Yaoundé - Cameroun.

21 21

22 22

23 Contact :

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc»

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Royaume du Maroc Premier Ministre Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications «Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Synthèse des résultats de l étude réalisée

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information 2 à nouveau contexte, nouvelle vision de la sécurité Nouveaux usages et nouvelles technologies,

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SECURITE

RECOMMANDATIONS DE SECURITE PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 14 février 2013 N 524/ANSSI/SDE RECOMMANDATIONS DE SECURITE

Plus en détail

> Positionnement d Averoes

> Positionnement d Averoes > Positionnement d Averoes Depuis plus de 10 ans, l équipe d Averoes se retrouve autour de valeurs communes : l'engagement auprès de nos clients, la qualité des audits et des solutions réseau que nous

Plus en détail

RAFIA : une opportunité pour une intégration sous régionale

RAFIA : une opportunité pour une intégration sous régionale bonjour RAFIA : une opportunité pour une intégration sous régionale 2 Conférencier : Aminata DRAME Directrice Marketing Operateurs chez Orange Sonatel Mame Rose Astou SARR Service Marketing à la Direction

Plus en détail

Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC pour l année 2010/2011

Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC pour l année 2010/2011 Certificat de qualification Professionnelle Administrateur des Réseaux Entreprise 2 ans 139 jours Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC

Plus en détail

mieux développer votre activité

mieux développer votre activité cloud computing mieux développer votre activité Les infrastructures IT et les applications d entreprise de plus en plus nombreuses sont une source croissante de contraintes. Data centers, réseau, serveurs,

Plus en détail

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES NOS SOLUTIONS ENTREPRISES VOIX & CONVERGENCE IP DATA & RESEAUX D ENTREPRISES HEBERGEMENT, CLOUD & SERVICES Nos solutions VOIX & convergence IP LA RÉVOLUTION IP L arrivée d une toute nouvelle génération

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Atelier sur les systèmes d information et de communication dans le secteur public: Etat des lieux, défis et orientations

Plus en détail

1, rue Viau 44400 Rezé Tél : 02 51 89 62 22 Fax : 02 51 89 62 29 www.nantes-networks.com

1, rue Viau 44400 Rezé Tél : 02 51 89 62 22 Fax : 02 51 89 62 29 www.nantes-networks.com 1, rue Viau 44400 Rezé Tél : 02 51 89 62 22 Fax : 02 51 89 62 29 www.nantes-networks.com Les Réseaux d Initiative Publique Le mot du directeur Le réseau La couverture du réseau Les usages de la fibre optique

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Etude sur les services de communication au sein des grands comptes

Etude sur les services de communication au sein des grands comptes Etude sur les services de communication au sein des grands comptes D octobre 2009 à mars 2010, le cabinet Beijaflore a mené une étude qualitative auprès de 30 grands comptes et administrations de plus

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Maison de la chimie Paris 16 octobre 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Seul le prononcé fait foi Madame la ministre,

Plus en détail

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Concevoir un avenir pour votre entreprise est pour vous un investissement de tous les jours. Grâce à Microsoft Dynamics NAV, donnez vie à vos projets.

Plus en détail

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L objectif de ce document est de définir les compétences de l architecte référent en sécurité des systèmes d information, ou «ARSSI», par le

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de sécurité

Vers un nouveau modèle de sécurité 1er décembre 2009 GS Days Vers un nouveau modèle de sécurité Gérôme BILLOIS - Manager sécurité gerome.billois@solucom.fr Qui sommes-nous? Solucom est un cabinet indépendant de conseil en management et

Plus en détail

Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION

Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION Atelier TIC et Emploi en Mauritanie Centre de Formation et d Echange à Distance (CFED) de Nouakchott 28 avril 2014 Mohamed

Plus en détail

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS?

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? Sommaire Couverture du pays par les réseaux et les services Etat actuel de développement des services Stratégie d aménagement numérique

Plus en détail

DINERS-DEBATS DU GICAM

DINERS-DEBATS DU GICAM DINERS-DEBATS DU GICAM Edition du 11 novembre 2015 THEME: Protection de l industrie nationale, nécessité ou alternative : quels leviers à travers la normalisation et la régulation? INTERVENTION DE MONSIEUR

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI 3 Système d information, une tentative de définition (1/2) Un système d information peut être défini comme l ensemble des moyens matériels,

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Jean Bouchard, directeur général Direction générale du financement et de l équipement 28 mai 2004 Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Séminaire de l OCDE-PEB Plan de la présentation 1. Tendances

Plus en détail

SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE

SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

Présentation de ETI SA

Présentation de ETI SA Présentation de ETI SA Description de ETI SA ETI S.A (Equipements et Techniques Informatiques) est une société de droit Guinéen, évoluant sur le marché des Nouvelles Technologies de l Informations et de

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Références Consultant : Eric Pradel

Références Consultant : Eric Pradel Références Consultant : Eric Pradel Stratégie 2004 Fournisseur de services internet, Maghreb 2004 Fournisseur de services internet, Maghreb 2004 Société de conseil en management Définition de la stratégie

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

PASSI Un label d exigence et de confiance?

PASSI Un label d exigence et de confiance? PASSI Un label d exigence et de confiance? INTRINSEC Site Intrinsec www.intrinsec.com Blog Intrinsec sécurité Securite.intrinsec.com Twitter Intrinsec @Intrinsec_Secu INTRINSEC Identité Fondée en 1995,

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP?

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? Lorraine A côté du réseau téléphonique traditionnel et des réseaux de téléphonie mobile (GSM, GPRS, UMTS, EDGE ), il existe, depuis quelques années, une troisième possibilité

Plus en détail

Diapositive 1. U1 Utilisateur; 05/03/2008 U2 Utilisateur; 05/03/2008

Diapositive 1. U1 Utilisateur; 05/03/2008 U2 Utilisateur; 05/03/2008 U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» Comment favoriser un accès équitable pour tous les consommateurs? Accès aux services des communications

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Notre métier Concevoir pour les entreprises des solutions de gestion de l information sur mesure

Notre métier Concevoir pour les entreprises des solutions de gestion de l information sur mesure Présentation ISI Développement Communiqué de presse ISI Développement s.a.s. est éditeur de logiciels et développeur de solution logicielle. [re]source est une solution de gestion d Entreprise. L entreprise

Plus en détail

LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE

LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE Aménageur Numérique Haut et Très Haut Débit des Territoires LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE 03/07/2015 1 Axione Qui sommes nous? Initié par la volonté des Collectivités 12% du territoire

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011

L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011 Club des Responsables d Infrastructures et de Production L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011 Assistance Editoriale - Renaud Bonnet

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Pour bien commencer avec le Cloud

Pour bien commencer avec le Cloud Pour bien commencer avec le Cloud Pour s informer sur les solutions et les services du Cloud Pour déterminer si le Cloud correspond à vos besoins Pour bien initialiser votre démarche vers le Cloud I -

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES Le futur de la Direction des Systèmes d Information à 3 ans Objectifs JEMM Vision propose un séminaire intitulé Perspectives des technologies informatiques Le

Plus en détail

Sage 30 pour les petites entreprises

Sage 30 pour les petites entreprises Informations France : 0 825 825 603 (0.15 TTC/min) Informations Export : +33 (0)5 56 136 988 (hors France métropolitaine) www.sage.fr/pme Sage 30 pour les petites entreprises Abordez votre gestion en toute

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ]

LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ] LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ] LE CLOUD, UNE NOUVELLE SOURCE DE PERFORMANCE POUR VOTRE ENTREPRISE.

Plus en détail

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise Colloque parrainé par le Ministère MIPMEPI et organisé le 10-11 Octobre 2011 Grand

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES Pour un nouvel élan kpmg.fr Les Mutations Economiques, plus nombreuses, plus rapides, plus complexes, nous conduisent à changer notre perception de l environnement économique et

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

LAN Intégré : accéder

LAN Intégré : accéder LAN Intégré : accéder accédez à votre réseau local sans contrainte de lieu ni de temps La solution WLAN (Wireless Local Area Network) pour réseaux locaux sans fil fonctionne de la même manière que les

Plus en détail

Formation et SSI. Éric Jaeger, ANSSI/SDE/CFSSI Colloque ARCSI du 25 janvier 2014, École Militaire

Formation et SSI. Éric Jaeger, ANSSI/SDE/CFSSI Colloque ARCSI du 25 janvier 2014, École Militaire Formation et SSI Éric Jaeger, ANSSI/SDE/CFSSI Colloque ARCSI du 25 janvier 2014, École Militaire Plan 1 Formation et ANSSI 2 Vous avez dit sécurité? 3 Le stage RSSI 4 La formation ESSI 5 La SSI dans les

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

des systèmes d'information

des systèmes d'information Responsable du pilotage de systèmes d information E1A21 Pilotage, administration et gestion des systèmes d information - IR Le responsable du pilotage de système d'information définit et fait évoluer un

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI?

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? Intervenants : Diarétou Madina DIENG Directrice Développement Orange business Services Sénégal Brutus Sadou DIAKITE Directeur Systèmes

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Est-ce un énorme investissement? Quels sont les avantages concrets de la VoIP?

AVANT-PROPOS. Est-ce un énorme investissement? Quels sont les avantages concrets de la VoIP? AVANT-PROPOS Ces dernières années, le fort développement d un Internet à Très Haut Débit dans les entreprises s est traduit par la migration d une téléphonie dite traditionnelle à une téléphonie utilisant

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

Offre Technique Tunis, Décembre 2013. Société d Ingénierie Informatique Spécialiste en Infrastructure de Pointe et des Systèmes d Information

Offre Technique Tunis, Décembre 2013. Société d Ingénierie Informatique Spécialiste en Infrastructure de Pointe et des Systèmes d Information Version 1.0 H. Wali P: 00 / 00 Indice: Madame, Monsieur, Les nouvelles technologies de l information et de la communication engendrent la nécessité pour les entreprises de traiter de plus en plus rapidement

Plus en détail

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 «Le club Tic est cofinancé par l union européenne. L Europe s engage en Picardie avec le Fonds européen de développement régional»

Plus en détail

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020 Les enjeux de la coopération économique régionale dans le prochain POE 2014-2020 2020 Quels enjeux de la coopération pour la France de l Oc Océan Indien? Une carte à jouer pour La Réunion! Quels enjeux

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing % entreprise Communiqué de presse Montrouge, le 28/10/2013 Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing L essor des services informatiques hébergés constitue une évolution majeure

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail