Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique"

Transcription

1 Problème 6 Amplificateur à deux étages : gains, résistances "ues", droites de charges, distorsion harmonique Le circuit analysé dans ce problème est un exemple représentatif d'amplificateur réalisé à composants discrets. Son analyse permet de présenter les principales méthodes de calcul des circuits analogiques fonctionnant en régime linéaire. A cet effet, l'énoncé contient quatre parties : - La première décrit brièement la structure du circuit et justifie en particulier le rôle des condensateurs de liaison et de découplage. - La deuxième partie concerne le dispositif de polarisation des composants actifs (régime statique). - La troisième partie concerne l'étude du fonctionnement dans le régime dynamique «petit signal». Dans le domaine des moyennes fréquences (problème Pb5-) on établi les différents gains en tension et les résistances d'entrée et de sortie. - La dernière partie a pour but de mettre en éidence les limites du fonctionnement du régime linéaire. On détermine les amplitudes maximales des signaux, en régime sinusoïdal permanent, en fonction des deux causes principales de distorsion du signal amplifié. uf C RB 680k k 0uF C C4 0uF E +V e(t) Rg k e (t) RB 8k R 8 R 3.3k C 00uF RE,7k RL 4.7k s (t) Signal utile BC09 Béta 300 N Béta 00 Charge extérieure Figure 6- : Schéma de l'amplificateur à liaison directe entre les étages et Référence : M. Lescure, A. Dziadowiec - «Analyse et Calcul de Circuits Electroniques, Amplification à Composants Discrets» - Eyrolles, Paris p - ISBN Marc Lescure Pb6--AmpliDeuxEtages

2 Pb6- Amplificateur à deux étages Problème La figure 6- représente le schéma électrique de ce circuit. ) Décrire le circuit en mettant en éidence : a) Les particularités du circuit de polarisation. b) Les caractéristiques du fonctionnement en régime dynamique. ) Déterminer l intensité du courant collecteur I C et la tension V CE de chaque transistor. 3) Déterminer en régime dynamique petit signal aux moyennes fréquences (la figure 6- représente le schéma équialent petit signal des deux transistors) : a) La résistance d'entrée R e «ue par le générateur. b) Les différents gains en tension intrinsèques et composites. c) La résistance de sortie R s «ue» par la charge R L. B C r b g m Figure 6- : Modèle dynamique en régime de fonctionnement faibles signaux de et 4) Montrer la contribution de l'étage construit autour du transistor. E 5) racer les droites de charge statique et dynamique de chaque étage. En déduire l'amplitude maximale du signal de sortie à la limite de l'écrêtage : a) Du transistor. b) Du transistor. 6) Etablir une relation donnant le taux de distorsion par harmonique deux, due à la loi de transfert I C (V BE ) dans le cas d'un transistor dans la configuration dynamique émetteur commun : a) Sans contre-réaction. b) Aec une contre-réaction sur l'émetteur. c) En déduire, dans le cas de l'amplificateur étudié ici, l'amplitude maximale de la tension admissible à l'entrée pour un taux de distorsion oisin de % de la tension de sortie. 7) En utilisant un logiciel d'analyse de circuits : a) Obtenir le tableau donnant en particulier les amplitudes du fondamental et de l'harmonique deux du signal aux bornes de la charge R L. La tension sinusoïdale, de fréquence 30 khz, appliquée à l'entrée, aura l'amplitude correspondant au taux de distorsion par harmonique deux de % (aleur trouée dans la question 6c). b) A cette même fréquence de 30 khz, obtenir le graphe représentant la tension entre le collecteur de et le commun, lorsque les deux alternances du signal sont écrêtées.

3 Pb6- Amplificateur à deux étages 3 Solution ) Description du circuit a) Polarisation Cet amplificateur comporte deux étages à transistors bipolaires NPN à liaison directe. L intensité du courant collecteur de est imposé par le pont de base R B, R B et la résistance d'émetteur (R + R ). La forte aleur de la résistance R a pour but de réduire la dispersion du point de fonctionnement de ce transistor. La liaison directe rend le point de fonctionnement de dépendant de celui du collecteur de. Le condensateur C établit une séparation entre le composant actif d'entrée et le générateur e(t), R g. En effet, en l'absence du condensateur C, le point de fonctionnement de (et par suite celui de ) dépendrait de la aleur de R g ; en effet, dans le cas ici présent, la résistance R g serait alors en parallèle pour le régime statique aec la résistance R B de polarisation de base, ce qui entraînerait dans ce cas particulier le blocage du transistor. De plus, le passage d'un courant continu dans le générateur peut altérer son fonctionnement ou modifier ses caractéristiques. Le condensateur C 3 réalise comme précédemment une séparation entre et la charge extérieure R L. Sans le condensateur C 3, le point de fonctionnement de dépendrait de la aleur de R L. De plus, une composante moyenne traerserait R L, ce qui n'est pas jugée utile dans ce cas. b) Régime dynamique Le signal à amplifier est représenté par un générateur de f.e.m. e(t) e m sin(ωt) et de résistance interne R g. Ce signal est appliqué sur la base de ia le condensateur C. Le signal de sortie de cet étage est disponiible sur le collecteur. Donc est placé dans la configuration émetteur commun. On remarquera que seule la résistance R du circuit émetteur est découplée par le condensateur C. La résistance R crée une contre-réaction série. L'émetteur de fournit le signal de sortie à la charge R L ia le condensateur de liaison C 3. Donc le transistor est placé dans la configuration collecteur commun. Rappelons que le circuit collecteur commun est caractérisé par : - un gain en tension intrinsèque souent proche de l'unité, - une résistance d'entrée éleée - une faible résistance de sortie. Ainsi, l amplificateur représenté par la figure 6- aura un gain en tension global donné par et une faible résistance de sortie due à. Aux fréquences de fonctionnement considérées ici, les condensateurs C, C et C 3 sont considérés comme des "courts-circuits" dynamiques. Ce qui signifie que leurs réactances sont supposées négligeables par rapport aux résistances qui leur sont respectiement associées. Les fréquences pour lesquelles cette condition est remplie appartiennent au domaine dit des "moyennes fréquences".

4 Pb6- Amplificateur à deux étages 4 Le condensateur C 4 placé en parallèle aec la source de tension E, dite alimentation, découple son impédance série (non représentée ici). Sans ce découplage, cette impédance pourrait créer une tendance oscillatoire aux basses fréquences ou modifier la réponse en fréquence globale de l'amplificateur. ) Polarisation RB 680k k E +V I C + I B k I B E +V I B RB RB//RB RB 8k R 8 R 3.3k RE,7k EB R 8 R 3.3k RE,7k a) b) Figure 6-3 : a) Circuit de polarisation de l amplificateur. La liaison directe entre et instaure une interdépendance de leurs points de fonctionnement. b) Représentation sous forme de «héenin» du circuit de polarisation de base de En régime permanent de fonctionnement, les condensateurs sont des circuits ouerts en courant continu. Par suite, le schéma de l'amplificateur correspondant au régime statique est donné par la figure 6-3a ; il est directement déduit du schéma de la figure 6-. Déterminons le point de fonctionnement de. La transformation de la maille E, R B, R B en un générateur de héenin, "u" par entre la base et le commun, permet d'établir le schéma de la figure 6-3b. On en déduit l'équation de la maille de contrôle permettant le calcul de I C, soit : E R I + V + ( R + R ) I B B B BE E d'où, aec la résistance équialente + R B R B R B R B R B // R B EB VBE IC (6-) R B + (R + R )( + ) β β aec : R B 8 E B E RB + RB , V donc : 37, 06, IC 048, ma 8 // ( 3, 3 + 0, 08) 300 La maille de sortie de donne la tension entre le collecteur et l'émetteur :

5 Pb6- Amplificateur à deux étages 5 V CE E R C (I C + I B ) (R (6-) (E R CIB) IC R C + (R + R )( + ) β Cette équation montre l'influence du courant de base de sur la aleur de V CE. Elle apparaît sous la forme d'une réduction de la tension d'alimentation de qui passe de E à une aleur E' E - R C I B. La aleur de V CE sera obtenue après la détermination de I C. Déterminons ensuite le point de fonctionnement de. Dans la maille d'entrée de, on peut écrire : E ( IC + IB ) + VBE + REIE d'où : ( E IC) VBE IC + RE ( + ) β β (6-3) Cette expression souligne la forte influence du point de fonctionnement de sur celui de. La aleur de I C est alors : ( 0, 48) 0, 6 IC 55, ma ( / 00) +, 7 L'expression et la aleur de V CE sont : VCE E RE IE, 7 5, 5( + ) 696, V 7V 00 (6-4) La aleur de V CE, donnée par (6-), est : VCE 55, 0, 48 + ( 0, , 3) 3, 96V 4 V 00 On peut remarquer que, dans ce cas, il est possible de négliger la chute de tension R C I B. L'erreur sur V CE serait en effet de 0,6V pour 4V. Cette approche pourrait être acceptable dans la pratique. Enfin, on obserera dans (6-) et (6-3) la faible influence relatie des gains en courant β et β sur I C et I C. + R )I E 3) Régime dynamique Aux fréquences de fonctionnement considérées ici, tous les condensateurs sont des "courts-circuits" pour les signaux alternatifs. La figure 6-4 donne alors le schéma équialent «petit signal» de l'amplificateur. Pour cela, on remplace les transistors par leurs schéma équialent (figure 6-). D autre part, on ne s intéresse qu a la contribution de la seule source alternatie e(t) qui donne le signal utile. La source d alimentation E V a pour fonction d apporter l énergie nécessaire au circuit pour que les composants soient en régime actif et qu ils puissent donner le gain en puissance désiré au signal utile. Cependant la source de tension de f.e.m. E se comporte comme un court circuit dynamique. Ainsi par exemple, le collecteur de et une borne de la résistance R C sont donc reliés au commun en régime dynamique.

6 Pb6- Amplificateur à deux étages 6 g m e(t) Rg e RB rb R rb s RE RL s g m Figure 6-4 : Schéma équialent «petit signal» aux moyennes fréquences de l amplificateur représenté par la figure 6-. Les condensateurs sont remplacés par des "courts-circuits" a) Résistance d'entrée On appelle résistance d'entrée R e d'un amplificateur, la résistance "ue" par le générateur qui fournit le signal utile. Elle est définie par la relation : e e R e R B // re aec re ie ib où r e est la résistance d'entrée intrinsèque de l'amplificateur. Son expression est : r r e e i r β b b r + ( β + )R + ( β + R(i i + )R + β i u 6 β( + R) 300( + 8) 4kΩ IC 0,48 Et en prenant en compte le circuit de polarisation (pont de base) : R // r e u I C i b b R e B e (680kΩ //8kΩ) // 4kΩ 6,3kΩ Remarque L'expression de la résistance d'entrée intrinsèque r e est proportionnelle au gain en courant β du transistor bipolaire. b b b ) b) Gains en tension Le gain en tension composite de l'amplificateur est donné par le rapport de la tension de sortie s (aec la charge extérieure) sur la f.e.m. e de la source qui fourni le signal utile. Son expression est : s G e Le gain en tension intrinsèque est un rapport du type :.

7 Pb6- Amplificateur à deux étages 7 s a e où e est la tension du signal utile effectiement appliquée à l entrée du circuit ; il ne dépend pas donc de la résistance interne de la source, ni de la résistance d entrée du circuit. Dans l expression du gain en tension intrinsèque, tout se passe comme si le circuit était soumis à une éritable attaque en tension. Décomposons ce rapport en faisant apparaître le gain en tension intrinsèque de chaque étage. Rappelons que l on peut décomposer G : G s s s e e a a (6-5) e e e s e Les termes a et a sont les gains en tension intrinsèques de et aec leurs charges respecties. «perte d entrée» Le rapport e /e constitue le facteur d'atténuation d'entrée de l'amplificateur. La figure 6-5 permet d'écrire directement l expression du pont diiseur : e Re 6, 3 e R + R , 963, e g Rg k e(t) RB 73.k e (t) re 4k Figure 6-5 : Le facteur d'atténuation d'entrée e /e dépend de la résistance interne R g du générateur et de la résistance d'entrée R e de l'amplificateur Déterminons le gain en tension intrinsèque de : En posant R R E //R L (figure 6-4), le gain intrinsèque de s'écrit : R g ( m + ) gm R( + ) s rb β gm a s R g g R g + ( m + ) + m ( + ) + rb β aec g m r b β et β >> Numériquement, on obtient : IC 55, gm ma/ V u 6 et : gmr (, 7 // 4, 7), Enfin : m R R

8 Pb6- Amplificateur à deux étages 8 s 363 a 0, 998 s Ce résultat est représentatif pour un émetteur suieur car nous aons la condition : g m R >> Le gain en tension intrinsèque de est donc très proche de +. Le gain en tension intrinsèque de s'écrit : s gm R r g R r a R C e m C e ( // ) ( // ) e g gm R + ( + + m ) rb où r e représente la résistance d'entrée de. Son expression est : Ce qui donne : r e i e b a r β b i b u ( I C + R(i i b + R) b + β i 00 ( b ) 6 5,5 +, , 3 ( // 73) 0 s 6 e 048 8, ) 73kΩ Le gain en tension composite, donné par la relation (6-5) a pour aleur : s G 0,998( 8) 0,963 78,8 soit + 37,9dB e c) Résistance de sortie Ampli. sous test i (t) i (t) Rg R'g e 0 i(t) RL (t) e'(t) Figure 6-6 : Principe de la détermination de la résistance de sortie R s Déterminons enfin la résistance de sortie R s. Elle est ue par la charge extérieure de l'amplificateur (ici R L ). Les conditions de fonctionnement du circuit permettant le calcul de R s apparaissent sur la figure 6-6. Un signal alternatif ', fourni par un générateur (e' g, R' g ), est appliqué à la sortie de l'amplificateur. Dans l'hypothèse d'un fonctionnement linéaire, et suiant un principe de réciprocité, le circuit se comporte en "atténuateur". Dans ces conditions, la f.e.m. e du générateur d'entrée étant nulle, la résistance R g constitue la

9 Pb6- Amplificateur à deux étages 9 "charge" du circuit. Le rapport ' /i' donne alors la résistance de sortie R s de l amplificateur. D'après la figure 6-4, on peut représenter les éléments qui interiendront dans l'écriture de R s. (figure 6-7). Ainsi, seul le composant est actif. En effet, compte tenu des modèles de la figure 6- (r ), le transistor n'est pas actif car l'application de la tension ' ne produira pas de tension. Par contre, ' génère un courant i b dans la branche contenant R C et r b. Par suite, le générateur β i b représente l'actiité de. L'expression de la résistance de sortie est de la forme : ' ' Rs RE // rs aec rs i' i" où r s représente la résistance de sortie intrinsèque du transistor. i b Rg rb 0 rb g m β i b RB i e(t) 0 R RE Figure 6-7 : Schéma équialent permettant la détermination de la résistance de sortie R s de l amplificateur. Les conditions de fermeture à l'entrée de se limitent à la seule résistance R C Il ient ensuite : d'où : Enfin : i" i ( β + ) et " i ( R + r ) b b C b R s r s R C + rb β + R C u + β + I R E E R C u //( + β + I R C + β + 700Ω // (8,8Ω + 4,7Ω) 3Ω L'expression de la résistance de sortie R s d'un collecteur commun contient trois composantes. outefois, seuls les termes contenus dans l'expression de r s imposent, généralement, la aleur numérique de la résistance de sortie R s. C ) g m

10 Pb6- Amplificateur à deux étages 0 Remarque Dans l'hypothèse d'un fonctionnement en régime dynamique linéaire, la tension sur l'émetteur du transistor a une aleur moyenne qui correspond à la chute de tension R E I E indépendante de l'amplitude du signal utile et une composante sinusoïdale. Aux bornes de la résistance de charge R L, on n'obsere que la composante alternatie sinusoïdale puisque le condensateur C 3 élimine la composante moyenne. La figure 6-8 montre les ariations de l amplitude de tension entre l'émetteur de et le commun ainsi que la tension aux bornes de R L. V EM (t) R E I E t 0 s (t) (R E //R L )i e (t) t 0 Figure 6-8 : Le condensateur C 3 supprime la composante moyenne aux bornes de la résistance R L 4) Utilité de l'étage Le gain en tension intrinsèque de est proche de l'unité. L'utilité de semblerait donc limitée à la faible aleur de la résistance de sortie qu'il donne à l'amplificateur. En réalité, contribue indirectement à la aleur du gain en tension intrinsèque comme le montre le calcul qui suit. Aec le transistor, la charge dynamique de est constituée par R C en parallèle aec la résistance d'entrée r e de, lui-même chargé par R L (figure 6-9). Cette charge est de,kω comme nous l'aons u (3 e question). En supprimant le transistor et la résistance R E, et en reliant R L ia C 3 au collecteur de, sa charge deient R C en parallèle aec R L. Ce qui donne une résistance équialente de 3,38 kω. Le gain en tension intrinsèque de (rapport s / e ) passe alors de -8 à -4,8. Le rapport des gains est égal au rapport des résistances de charges car, dans l'expression donnant s / e, seuls les numérateurs sont différents. Le transistor apparaît, u par, comme un transformateur d'impédance puisque la résistance de charge, autre que R C, passe de 4,7kΩ à 73kΩ, ce qui permet pratiquement de tripler le gain en tension de l'amplificateur.

11 Pb6- Amplificateur à deux étages gm g m e (t) rb R k s e (t) rb k re 73k RL 4.7k R s a) Aec b) Sans Figure 6-9 : Charge dynamique petit signal de : a) aec, b) sans 5) Droites de charge statique et dynamique de chaque étage a) ransistor (E/R E ) 8,5mA I C droite dynamique limite écrêtage 5,5mA M t point de fonctionnement 0 limite écrêtage droite statique 7V E 6,4V E V V CE t 9,4V Figure 6-0 : Droites de charge statique et dynamique de. Le point de fonctionnement M de coordonnées I C 5,5 ma et V CE 7 V se situe sur ces droites La droite de charge statique s'obtient à l'aide de l'équation de la maille de sortie. Pour le transistor, nous aons : E VCE E VCE + RE IE d' où IC RE D'après cette dernière expression, les deux points de la droite sur le plan I C (V CE ) sont tels que :

12 Pb6- Amplificateur à deux étages pour I C pour V CE 0 0 I V CE C E V E R E 8,5mA Le point M de fonctionnement de est situé sur cette droite (figure 6-0). La droite de charge dynamique passe par ce même point, puisque l'ensemble C 3 et R L n'est traersé par aucun courant continu. Le deuxième point de cette droite peut être déterminé en considérant le schéma équialent de la figure 6-4. Ainsi, la source liée g m représente une ariation du courant collecteur de, autour de la aleur I C 5,5mA. Donc la plus forte amplitude de cette ariation, faisant passer à la limite du blocage, est I C 5,5mA. Cette ariation maximale du courant traersant la résistance équialente R E //R L R donne à son tour une ariation de tension collecteur émetteur correspondante de : VCEMaxi R IC 7, 55, 94, V crête Cette aleur V CEMaxi correspond à l'écart (E' - V CE ) (figure 6-0). On en déduit par suite l'abscisse à l'origine E' du e point de cette droite de charge dynamique, soit: E' V + V CE CEMaxi VCE + RIC 9, ,4V On remarquera que la limitation par blocage du courant collecteur réduit les possibilités d'excursion de la droite de charge dynamique puisque la ariation passe de l'écart (E - V CE ) à (E' - V CE ). Par contre, la ariation de la tension collecteur émetteur est égale à V CE si l'on néglige la tension de saturation V sat 00 mv du transistor. Donc, en régime sinusoïdal permanent, l'excursion aant écrêtage sera ici égale à V CE, soit 4V crête à crête. Cet écrêtage qui n'est pas symétrique est dû, dans ce cas, à la saturation de. b) ransistor La droite de charge statique de s'obtient à l'aide de la relation (6-) : pour I 0 V E R I V C CE C B E R CIB pour VCE 0 IC,3mA R C + (R + R ) + (0,08 + 3,3) Nous rappelons que le point de fonctionnement M, situé sur cette droite, a les coordonnées : I C 0,48 ma ; V CE 4 V La droite de charge dynamique, passant par M, rencontre l'axe des tensions V CE au point E' tel que : E' V V CE CE V CEMaxi + [(R C //re ) + R] IC [(//73) + 0,08] 0,48 4V + 5,45V 9,45V

13 Pb6- Amplificateur à deux étages 3 I C droite statique,3ma droite dynamique point de fonctionnement 0,48mA 0 limite écrêtage t 4V M E 9,45V V CE E V limite écrêtage t Figure 6- : Droites de charge statique et dynamique de Dans ce cas, l'excursion en régime sinusoïdal permanent est limitée par le blocage de car la aleur de l écart V CEMaxi < V CE. L'amplitude maximale crête à crête entre collecteur et émetteur est égale à : (E' - V CE ) 0,9V On peut déduire de ce résultat l'amplitude maximale de la tension s (t) appliquée sur la base de. Elle représente une fraction de la tension calculée précédemment, soit : R C // re smaxi VCEMaxi (R // r ) + R,4 5,45 0,8Vcrête à crête,4 + 0,08 Le gain en tension de l'étage suiant étant oisin de l'unité, les ariations de la tension de sortie de l'amplificateur, aant déformations par écrêtage du signal alternatif amplifié, sont donc limitées par celles de. Remarque : On pourra, à titre d'exercice, calculer l'amplitude du signal de sortie en l'absence de (et de R E ) C e

14 Pb6- Amplificateur à deux étages 4 6) Distorsion par harmoniques Dans le domaine des moyennes fréquences, la distorsion du signal de sortie a deux origines : - La première est liée aux possibilités d'excursion maximale de la tension à la sortie de l'amplificateur. Ces limites sont créées par le blocage et/ou la saturation d'un ou plusiers composants actifs, ainsi que nous l'aons u dans la question précédente. - La deuxième est due à la loi de transfert qui lie le courant de sortie à la tension d'entrée d'un étage amplificateur. Ealuons la distorsion introduite dans le signal, par cette loi de transfert, dans le cas d'un circuit émetteur commun aec et sans contre-réaction respectiement. a) Emetteur commun sans contre-réaction Considérons le schéma de principe de la figure 6-, dans lequel un circuit émetteur commun est soumis à l'entrée à une tension de forme sinusoïdale et d'amplitude e m. Au repos, le courant collecteur I C est lié à la tension de polarisation base émetteur par la loi de transfert : I C I s [exp(v BE / u ) - ] En présence de la tension d'entrée e(t) e m sin(ωt), le courant collecteur admet l'expression temporelle : VBE () t IC( t) ISexp( ) u où V BE (t) V BE + (t) aec (t) e(t). Ce qui donne : VBE (t) (t) IC (t) IS exp( ) exp( ) IC exp( ) u u u Si l amplitude de la tension appliquée à l entrée est suffisamment faible, ce qui est donnée par la condition : m e m << u la dernière relation donnant le courant collecteur admet le déeloppement limité : (t) (t) IC(t) IC( + + ) u!u I C ( + u m (t) sin ωt + sin u ωt +...) m m m IC( + + sin ωt cosωt +...) u u 4u Ce dernier résultat montre qu'en présence du signal appliqué, l'intensité moyenne du courant collecteur arie, ce qui modifie les aleurs des paramètres dynamiques «petits signaux», par exemple de g m et r b ; malgré cela, pour de faibles distorsion harmoniques, nous les supposerons constantes dans cette étude élémentaire. (6-6)

15 Pb6- Amplificateur à deux étages 5 La composante alternatie contient donc un terme indésirable en ω qui est l'harmonique deux. La tension de sortie s (t) due au passage de la composante alternatie du courant collecteur dans R C, sera ainsi entachée de distorsion par harmonique deux. On définit alors la distorsion par harmoniques d'un signal comme étant le rapport en aleurs efficaces de l'ensemble des harmoniques sur celle du fondamental. Ce qui, d'une manière générale, s'écrit: snω n Dh sω où sω représente la aleur efficace du fondamental et snω (pour n ) celle de chaque harmonique. Dans le cas particulier étudié ici, on obtient, d'après (6-6) : m / 4 u m Dh m / u 4 u (6-7) Ainsi, d'après (6-7), aec u ~ 6mV, la tension alternatie de sortie s aurait un taux de distorsion proche de % lorsque l amplitude m ou e m mv crête. RB C E e(t) RB RE CE s e(t) rb g m s a) b) Figure 6- : a) Simple émetteur commun soumis à une attaque en tension à l entrée. b) Schéma équialent petit signal aux moyennes fréquences : la stricte attaque en tension à l'entrée impose la forme de la tension alternatie (t) entre base et émetteur Si l'on eut obtenir une distorsion harmonique % pour des amplitudes de la tension d'entrée supérieures à mv crête, deux possibilités sont enisageables : La première, dont le principe est illustré par la figure 6-3, consiste à réduire la aleur de l amplitude de (t) en plaçant une résistance R dans la maille d'entrée. Cette solution n'est pas retenue car elle pénalise la fréquence de coupure haute et aussi le rapport signal sur bruit (Problème et 9). La deuxième possibilité fait appel à l'une des propriétés de la contre-réaction. b) Emetteur commun aec contre-réaction La deuxième possibilité consiste à placer une résistance non découplée sur l'émetteur, comme la résistance R de la figure 6- par exemple. Cette résistance, qui est commune aux mailles d'entrée et de sortie du circuit, crée une contre-réaction de type série. Ainsi, la même amplitude de la tension m appliquée aux bornes de la jonction base

16 Pb6- Amplificateur à deux étages 6 émetteur, produit un signal de sortie dont le taux de distorsion est celui troué précédemment diisé par le facteur de réaction ( + g m R ), ce qui donne, pour une faible distorsion harmonique : m Dh + g R 4u m RB R C E R e(t) RB RE CE s e(t) rb g m s Figure 6-3 : a) La résistance R représente la résistance interne du générateur du simple émetteur. b) Schéma équialent petit signal aux moyennes fréquences (on néglige ici la résistance du pont de base R B R B //R B ). La résistance R permettant de fractionner la f.e.m. e(t), impose une attaque mixte de la jonction base émetteur D'autre part, cette amplitude m est liée à celle e m em du générateur (pour R g 0 ) par la relation (figure 6-4) : Ce qui donne enfin : a) b) m e R m em m + ( + gmm) m( + gmr) r b Dh 4u em ( + gmr) (6-8) RB C E e(t) RB RE R CE s e(t) e rb R g m s a) b) Figure 6-4 : a) Emetteur commun soumis à une contre réaction série par la résistance R non découplée par le condensateur C E. b) Schéma équialent petit signal aux moyennes fréquences On remarque toutefois que la relation entre les amplitudes em et m suppose que les signaux sont de même forme, ce qui n'est pas strictement le cas ici. En effet, en présence

17 Pb6- Amplificateur à deux étages 7 de la résistance de contre-réaction R, l'attaque de la jonction base émetteur est mixte, c'està-dire ni strictement en tension, ni parfaitement en courant. Cela signifie que la relation (6-8) donne une aleur de distorsion supérieure à la réalité. c) Amplitude maximale admissible à l'entrée Pour limiter à 0 - (ou %) la distorsion introduite par l'étage d'entrée du circuit représenté par la figure 6-, la aleur maximale de l'amplitude de la tension e (t) appliquée sur la base de est alors, selon (6-8) : 4u Dh ( + g R ) em Maxi m 0,48 ( + 8) 6 6,5mV crête soit 3mV crête à crête Par suite, le transistor reçoit sur sa base un signal multiplié par le gain en tension intrinsèque de : sm 6, mVcrête auquel correspond une distorsion harmonique du seul transistor : sm Dh 4u [ + gm(r E // R L )] ,38.0 5, ,7.0 6 La forte aleur du produit g m (R E //R L ) explique ici la faible distorsion de cet étage. Le taux de distorsion harmonique résultant Dhr de l'amplificateur peut être calculé en admettant que les aleurs quadratiques moyennes s'additionnent, donc : Dhr / [(Dh) + (Dh ) ] 4 [(.0 ) (0,38.0 ) ] / +.0 Ainsi, l'influence de est négligeable. Le signal d'entrée ayant 3mV d'amplitude crête à crête et le gain en tension étant de 8, la tension de sortie s disponible aux bornes de la résistance R L est de,06v crête à crête. Cette amplitude de la tension de sortie est bien inférieure à la aleur de 0,8V crête à crête déterminée dans la question précédente. Ainsi, dans cet exemple, la limitation par distorsion de la tension admissible à l'entrée est due à la loi de transfert créée par le premier étage amplificateur ; la distorsion par écrêtage (droite de charge dynamique) n interiendrait dans ce cas pour des amplitudes plus grandes.

18 Pb6- Amplificateur à deux étages 8 7) Utilisation d'un logiciel d'analyse de circuits Un logiciel d'analyse de circuits permet d'obtenir, en particulier, des graphes qui sont ceux donnés habituellement par un oscilloscope (analogique ou numérique) et un analyseur de spectres. Les résultats que nous donnons ici (à la fréquence de 30 khz) ont été obtenus aec une ersion d'éaluation du logiciel PSpice. a) Analyse harmonique D'après le calcul effectué dans la question précédente, le signal aux bornes de la charge R L a un taux de distorsion par harmonique deux oisin de % pour une amplitude de la tension d'entrée em 3mV crête à crête (3,5mV crête à crête pour la f.e.m. du générateur e(t) en tenant compte du facteur d'atténuation d'entrée qui est de 0,963). Le résultat obtenu par la simulation (0,93 %) est un peu plus faible que celui donné par l'expression (6-8) et correspond sensiblement au rapport des amplitudes de l'harmonique deux et du fondamental (tableau 6- b). b) ension à la sortie de L'écrêtage du signal à la sortie du premier étage est dû au blocage du transistor. Le seuil de celui-ci est atteint lorsque le signal de sortie a une amplitude égale à 0,8V crête à crête (question 5b), il lui correspond une amplitude de la f.e.m. du générateur d'entrée : smaxi / 0, 8/ em 68, 4 mv crête R a e 8 0, 963 Re + Rg En doublant cette tension d'entrée par exemple, on obtient à la sortie de un signal dont les déformations, sous la forme d'écrêtages, sont créées par le blocage et la saturation du transistor (figure 6-5). On peut constater que le passage du fonctionnement linéaire à l'écrêtage s'opère sans transition dans le cas de la saturation, alors qu'il s'établit progressiement dans le cas du blocage. Pour ces raisons, l'écrêtage par blocage est dit "mou", alors que celui dû à la saturation est dit "dur". La figure 6-6 donne le spectre de la tension dont la forme est donnée par la figure 6-5.

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE LCTRONIQU ANALOGIQU CALCUL T XPRIMNTATION D UN AMPLIFICATUR A TRANSISTOR BIPOLAIR Joël RDOUTY Mise à jour décembre 2010 AMPLIFICATUR BASS FRQUNC A TRANSISTOR BIPOLAIR L'objectif de ce T est de montrer

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin V. Etude d'un montage à 1 transtor. (montage charge répart ac découplage d'émetteur Pour toute la suite, on utilera comme exemple le schéma suivant appelé montage charge répart ac découplage d'émetteur

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES

SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES SIGNAUX NUMERIQUES ET MODULATIONS NUMERIQUES ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES SIGNAUX NUMERIQUES Un signal numérique

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE 1 Guillaume LAMY Fabrice DECROP 1G1 TD1 LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE A ENSEA 1 ère A Electronique Analogique 2 Introduction A ce point d avancement sur les cours d électronique analogique

Plus en détail

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ----------------------------

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ---------------------------- RÉALISATION D'UN ANALYSEUR DE SPECTRE Par Alain ARBOUET Lycée René Cassin - 64100 Bayonne arbouet.alain@wanadoo.fr ---------------------------- RÉSUMÉ Le programme 1995 de physique de PCSI recommande la

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Capteurs et Métrologie :

Capteurs et Métrologie : République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed KHIDER Biskra Faculté des Sciences et de la Technologie Département

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- Le but de cette étude est de familiariser l'étudiant avec l'utilisation d'un oscilloscope au travers de mesures de diverses grandeurs physiques : tensions,

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

Module : filtrage analogique

Module : filtrage analogique BSEL - Physique appliquée Module : filtrage analogique Diaporama : aucun ésumé de cours - Les différents types de filtres - Transmittance en z d un filtre numérique 3- Algorithme de calcul de y n 4- Stabilité

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

OSCILLOSCOPES Numériques

OSCILLOSCOPES Numériques OSCILLOSCOPES Numériques La partie pratique de ce TP, effectuée en salle de TP, sera divisée en trois parties. Les deux premières parties sont consacrées respectivement au couplage et à la synchronisation

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance.

CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. XIII. 1 CHAPITRE XIII : Les circuits à courant alternatif : déphasage, représentation de Fresnel, phaseurs et réactance. Dans les chapitres précédents nous avons examiné des circuits qui comportaient différentes

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes e B et C Mouements rectilignes 13 Chapitre : Mouements Rectilignes 1. Définitions * Le mouement est rectiligne la trajectoire est une droite. * Le mouement est uniforme (intensité du ecteur itesse instantanée)

Plus en détail

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex 1 T P-i. oc i LAIVUTS 1 J-13 October SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG U. E. R de l'université Paris-Sud Institut National de

Plus en détail

Les transistors à effet de champ

Les transistors à effet de champ etour au menu! Les transistors à effet de champ 1 tructure A TANITO à JONCTION (JFET) Contrairement aux transistors bipolaires dont le fonctionnement repose sur deux types de porteurs les trous et les

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012. Oscilloscope Élec.1. La fiche sur l appareillage électrique.

Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012. Oscilloscope Élec.1. La fiche sur l appareillage électrique. Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Oscilloscope Élec.1 TP de Physique Objectifs du TP Document utile Découvrir l oscilloscope ; Comprendre les modes d affichage et les principes de synchronisation

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul Ministère de l enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la technologie Institut Supérieur des tudes Technologiques de Nabeul Département : Génie lectrique Support de cours : LCTRONIQU

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Communiquer les informations

Communiquer les informations Série S option : Science de l Ingénieur Communiquer les informations Adresse : irai.gotdns.com Port : 5003 Mot de passe : à demander au professeur Problème technique : Analyser le fonctionnement de l affichage

Plus en détail

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Titre : Modélisation de l'amortissement en dynamique linéa[...] Date : 4/11/11 Page : 1/13 Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Résumé : Les analyses dynamiques linéaires des structures

Plus en détail

Préampli 2 canaux microphone/instrument MODE D'EMPLOI. 2004, PreSonus Audio Electronics, Incorporated. Tous droits réservés.

Préampli 2 canaux microphone/instrument MODE D'EMPLOI. 2004, PreSonus Audio Electronics, Incorporated. Tous droits réservés. Préampli 2 canaux microphone/instrument MODE D'EMPLOI 2004, PreSonus Audio Electronics, Incorporated. Tous droits réservés. Garantie limitée de PreSonus Pour des informations sur la garantie applicable,

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Maquette pédagogique pour l enseignement des oscillateurs en électronique analogique.

Maquette pédagogique pour l enseignement des oscillateurs en électronique analogique. Maquette pédagogique pour l enseignement des oscillateurs en électronique analogique. Pierre-Marie Martin, Stéphane Girod, Paul Laurent, Marc Le oy Pierre-Marie.Martin@univ-brest.fr IUT de Brest, Département

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

1. PRESENTATION DU PROJET

1. PRESENTATION DU PROJET Bac STI2D Formation des enseignants Jean-François LIEBAUT Denis PENARD SIN 63 : Prototypage d un traitement de l information analogique et numérique (PSoC) 1. PRESENTATION DU PROJET Les systèmes d éclairage

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

4. Applications linéaires des amplicateurs opérationnels

4. Applications linéaires des amplicateurs opérationnels 4. Applications linéaires des amplicateurs opérationnels 4.1. Préliminaire L'amplicateur opérationnel (AO) est un composant de base extrêmement important. Il est utilisé dans de très nombreux circuits

Plus en détail

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique Tektronix TDS (210 ou 1001B) bicourbe,

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

Conception. de systèmes électroniques. analogiques

Conception. de systèmes électroniques. analogiques Christian JUTTEN Conception de systèmes électroniques analogiques Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de deuxième année du département 3i Janvier 2007 Table des matières Modèle mathématique

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1.

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1. Mémoires RAM 1. LOGIUE STATIUE ET LOGIUE DYNAMIUE Le point mémoire est l élément de base, capable de mémoriser un bit. Il y a deux approches possibles. L approche statique est fondée sur la l'utilisation

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Charges électriques - Courant électrique

Charges électriques - Courant électrique Courant électrique Charges électriques - Courant électrique Exercice 6 : Dans la chambre à vide d un microscope électronique, un faisceau continu d électrons transporte 3,0 µc de charges négatives pendant

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 OSCILLATEURS LINÉAIRES...3

TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 OSCILLATEURS LINÉAIRES...3 TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 OSCILLATEURS LINÉAIRES...3 I. OSCILLATEURS HARMONIQUES AMORTIS...3 II. ANALYSE QUALITATIVE...5 1. Energétique...5. L'espace des phases...5 3. Visualisation de l'espace des

Plus en détail

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux TP 3. Étude des diodes Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Étude préliminaire 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel L'OSCILLOSCOPE. FONCTION DE L'OSCILLOSCOPE. L'oscilloscope permet le tracé, sur le repère orthonormé d'un écran, de la courbe représentative d'une fonction v = f(t) - v est l'amplitude instantanée du signal

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

ETUDE DES SOURCES DE BRUITS DANS UN SYSTEME DE DETECTION OPTIQUE

ETUDE DES SOURCES DE BRUITS DANS UN SYSTEME DE DETECTION OPTIQUE ETUDE DES SOURCES DE BRUITS DANS UN SYSTEME DE DETECTION OPTIQUE Mr L. Jacubowiez PRAG à SupOptique Centre Universitaire d'orsay Bat 503 Mrs. J.F. Roch, J.P. Poizat et P. Grangier Laboratoire "Optique

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Instruments de mesure

Instruments de mesure Chapitre 9a LES DIFFERENTS TYPES D'INSTRUMENTS DE MESURE Sommaire Le multimètre L'oscilloscope Le fréquencemètre le wattmètre Le cosphimètre Le générateur de fonctions Le traceur de Bodes Les instruments

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 1 TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 2 Partie I : familiarisation avec l oscilloscope 1. Description et mise en marche Utilité : Un oscilloscope permet d analyser

Plus en détail

CHAPITRE IX. Modèle de Thévenin & modèle de Norton. Les exercices EXERCICE N 1 R 1 R 2

CHAPITRE IX. Modèle de Thévenin & modèle de Norton. Les exercices EXERCICE N 1 R 1 R 2 CHPITRE IX Modèle de Thévenin & modèle de Norton Les exercices EXERCICE N 1 R 3 E = 12V R 1 = 500Ω R 2 = 1kΩ R 3 = 1kΩ R C = 1kΩ E R 1 R 2 U I C R C 0V a. Dessiner le générateur de Thévenin vu entre les

Plus en détail

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques.

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques. PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. L oscilloscope est l «œil» de l électronicien et permet de nombreuses mesures sur le ou les signaux étudiés : forme, contenu (composante continue,

Plus en détail

ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire

ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire Institut Montefiore Université de Liège ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire Benoît Vanderheyden Etienne Michel Août 2010 Ulg-Département Montefiore, Sart-Tilman, Bât.28, Parking B32,

Plus en détail

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB Appareil de mesure de précision et système d'alarme en sécurité positive Module enfichable pour rail DIN TS35 Source d'alimentation pour accéléromètre à courant

Plus en détail

Convertisseur Dactablette

Convertisseur Dactablette Convertisseur Dactablette La plupart des systèmes d amplification de très haute qualité ne traitent les signaux provenant de leurs sources qu en analogique, les systèmes «tout numérique» étant plus généralement

Plus en détail

AMC 120 Amplificateur casque

AMC 120 Amplificateur casque AMC 20 Amplificateur casque Manuel Utilisateur FRANCAIS 2 Rami AMC 20 SOMMAIRE Description... Utilisation... Synoptique... Face avant... Face arrière.... Câblage...... Caractéristiques... Informations...

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

comme chacun est la fonction inverse de l'autre, mettre au carré le résultat nous donnera le rapport d'impédance :

comme chacun est la fonction inverse de l'autre, mettre au carré le résultat nous donnera le rapport d'impédance : Les étages de puissances "Single ended" (SE) sont probablement la forme la plus simple d'amplificateur de puissance. Ils sont en générale utilisé pour de petites puissances, en dessous de 15W, et sont

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK La FSK (Frequency Shift Keying pour Saut discret de Fréquences) correspond tout simplement à une modulation de fréquence dont le modulant (information) est un signal

Plus en détail

Relevé d électrocardiogramme

Relevé d électrocardiogramme Relevé d électrocardiogramme La contraction du muscle cardiaque est commandée par un signal électrique qui prend naissance dans l oreillette droite et se propage aux ventricules le long de ners appelés

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

Le bruit dans les systèmes électroniques

Le bruit dans les systèmes électroniques Le bruit dans les systèmes électroniques version juillet 00 Sommaire 1- Introduction à la notion de bruit - Valeurs moyenne et efficace 3- Loi de distribution en amplitude 4- Spectre d un bruit 5- Bruits

Plus en détail

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels.

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels. Nom: Électrotechnique Mécatronique Examen de fin d études Métrologie 2 SS2014 Cursus: mécatronique, électrotechnique Bachelor Date d examen: Examinateur: Outils de travail: 23.7.2014 (90 minutes) Prof.

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail