Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr"

Transcription

1 Automatique (AU3): Précision des systèmes bouclés Département GEII, IUT de Brest contact:

2 Plan de la présentation Introduction 2 Écart statique Définition Expression Entrée de type échelon Entrée de type rampe Résumé Exercices 3 Influence des perturbations Expression Systèmes sans intégration Intégration en amont Intégration en aval Exercices

3 Introduction 3/ 32 Rappel des objectifs : Comparateur Correcteur Système E(p) ɛ(p) S(p) C(p) F(p) G(p) Capteur Dans l ensemble de ce chapitre, nous allons admettre que le système bouclé est stable. Sous cette hypothèse, nous allons nous focaliser sur une caractéristique importante du système corrigé : sa précision. Qu est ce que la précision? Comment obtenir un système précis? Comment les perturbations extérieures influencent-elles la précision?

4 Écart statique: Définition 4/ 32 Définition : Considérons le système bouclé suivant E(p) ɛ(p) H(p) S(p) G(p) La précision est mesurée via ɛ(t), l écart entre l entrée et la mesure. Un système précis donnera un écart nécessairement faible. En pratique, nous nous intéressons à l écart en régime permanent c-a-d lorsque t. Écart statique : L écart en régime permanent, nommé écart statique, correspond à la grandeur : ɛ( ) = lim t ɛ(t) = lim p 0 pɛ(p)

5 Écart statique: Définition 5/ 32 Définition : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) 2 3p S(p) sortie e(t) s(t) ɛ( ) sortie e(t) s(t) ɛ( ) t (s) (a) Écart statique lorsque l entrée est un échelon unitaire t (s) (b) Écart statique lorsque l entrée est une rampe de pente unitaire

6 Écart statique: Expression 6/ 32 Expression : Sauf indication contraire, nous allons nous intéresser au cas des systèmes avec retour unitaire. E(p) ɛ(p) FTBO(p) S(p) Quelle est la valeur de l écart statique ɛ( )? Dans le domaine de Laplace, l écart ɛ(p) est donné par : ɛ(p) = E(p) S(p) () = E(p) FTBF(p)E(p) (2) ( = E(p) FTBO(p) ) E(p) = (3) FTBO(p) FTBO(p)

7 Écart statique: Expression 7/ 32 Expression : En utilisant le théorème de la valeur finale, nous obtenons ɛ( ) = lim pɛ(p) (4) p 0 ( ) pe(p) = lim (5) p 0 FTBO(p) Pour un système à retour unitaire, l écart statique est donné par la relation ( ) pe(p) ɛ( ) = lim p 0 FTBO(p) (6) La valeur de l écart statique dépend : de la consigne : E(p). de la fonction de transfert en boucle ouverte (FTBO) : FTBO(p).

8 Écart statique: Expression 8/ 32 Influence de la consigne : Nous allons nous intéresser aux consignes de type : échelon unitaire, rampe avec pente unitaire. Influence de la FTBO : Pour étudier les propriétés de l écart statique, nous allons considérer que : FTBO(p) = G (p z m) (p z ) p l (p p n ) (p p ) (7) avec p u 0 et z u 0. l correspond à la classe du système (classe ordre) et détermine le nombre d intégrateurs de la boucle ouverte.

9 Écart statique: Entrée de type échelon 9/ 32 Définition : L écart permanent (relatif) correspond à l écart statique lorsque l entrée est un échelon unitaire c-a-d e(t) = u(t). Expression : En posant E(p) = dans les expressions précédentes, nous trouvons : p ɛ( ) = lim p 0 ( ) H(p) = FTBO(0) (8) Si la boucle ouverte possède un gain statique infini alors l écart permanent (relatif) est nul.

10 Écart statique: Entrée de type échelon 0/ 32 Considérons une FTBO de classe l : FTBO(p) = G (p z m) (p z ) p l (p p n ) (p p ) (9) Classe l = 0 : Lorsque l = 0, FTBO(0) = K est fini (et correspond au gain statique de la FTBO), donc ɛ( ) = K Classe l : Lorsque l =, nous obtenons FTBO(0) = et donc : ɛ( ) = 0 La présence d au moins un intégrateur dans la boucle ouverte permet d annuler l écart permanent

11 Écart statique: Entrée de type échelon / 32 Exemple : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) 2 3p S(p) Quelle est la valeur de l écart permanent relatif? Comme la FTBO est de classe l = 0 et possède un gain statique K = 2, nous obtenons : ɛ( ) = K = 3 (0)

12 Écart statique: Entrée de type échelon 2/ 32 Exemple :.5 sortie 0.5 e(t) s(t) ɛ( ) t (s) Figure: Réponse indicielle lorsque l entrée est un échelon unitaire.

13 Écart statique: Entrée de type échelon 3/ 32 Exemple : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) 2 p 3p S(p) Quelle est la valeur de l écart permanent relatif ɛ( )? La fonction de transfert en boucle ouverte est égale à : FTBO(p) = 2 p( 3p) () Comme la FTBO est de classe l =, nous obtenons ɛ( ) = 0

14 Écart statique: Entrée de type échelon 4/ 32 Exemple : La précision devient parfaite...mais le système perd en stabilité!.5 s(t) e(t) ɛ( ) sortie t (s) Figure: Réponse indicielle lorsque l entrée est un échelon unitaire.

15 Écart statique: Entrée de type rampe 5/ 32 Définition : L écart de trainage (relatif) correspond à l écart statique lorsque l entrée est une rampe de pente unitaire c-a-d e(t) = t (t 0). Expression : En posant E(p) = p 2 dans les expressions précédentes, nous trouvons : ɛ( ) = lim p 0 p pftbo(p) = lim p 0 pftbo(p) (2)

16 Écart statique: Entrée de type rampe 6/ 32 Considérons une FTBO de classe l : FTBO(p) = G (p z m) (p z ) p l (p p n ) (p p ) (3) Classe l = 0 : Lorsque l = 0, la limite lim p 0 pftbo(p) = 0 est nulle et donc : ɛ( ) = Classe l = : Lorsque l =, la limite lim p 0 pftbo(p) = K 2 est finie et donc : ɛ( ) = K 2 Classe l 2 : Lorsque l = 2, la limite lim p 0 pftbo(p) = est infinie et donc : ɛ( ) = 0 La présence d au moins deux intégrateurs dans la boucle ouverte permet d annuler l écart de trainage.

17 Écart statique: Entrée de type rampe 7/ 32 Exemple : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) 2 3p S(p) Quelle est la valeur de l écart de trainage relatif? Comme la FTBO est de classe l = 0, l écart de trainage relatif est infini ɛ( ) = (4)

18 Écart statique: Entrée de type rampe 8/ 32 Exemple : 5 ɛ( ) sortie 0 5 e(t) s(t) t (s) Figure: Réponse à une rampe unitaire.

19 Écart statique: Entrée de type rampe 9/ 32 Exemple : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) 2 p 3p S(p) Quelle est la valeur de l écart de trainage relatif? La FTBO est de classe l = et possède donc un écart de trainage fini. La valeur de K 2 est donnée par L écart de trainage relatif est alors donné par K 2 = lim p 0 pftbo(p) = 2 (5) ɛ( ) = K 2 = 2 (6)

20 Écart statique: Entrée de type rampe 20/ 32 Exemple : 5 ɛ( ) sortie 0 5 e(t) s(t) t (s) Figure: Réponse à une rampe unitaire.

21 Écart statique: Résumé 2/ 32 Résumé : Le tableau suivant récapitule l expression de l erreur statique en fonction de l entrée et de la classe du système. Classe Entrée l = 0 l = l = 2 échelon K 0 0 rampe K 2 0 Table: Expression de l erreur statique relative e( ) où K et K 2 sont respectivement donnés par K = FTBO(0) (7) K 2 = lim p 0 pftbo(p) (8)

22 Écart statique: Exercices 22/ 32 Exercice : Considérons le système suivant : E(p) ɛ(p) H(p) S(p) Déterminez l écart permanent relatif, l écart permanent (e(t) = 3u(t)) puis l écart de trainage lorsque : H(p) = H(p) = 0 (p ) 3 (9) 3 0p (20) H(p) = 450p3 5750p p p 4 40p 3 04p 2 064p (2)

23 Influence des perturbations: 23/ 32 Influence des perturbations : Jusqu à présent, nous avons négligé l influence des perturbations extérieures. N(p) E(p) ɛ(p) H(p) F(p) S(p) Dans cette section, nous allons relâcher cette hypothèse et nous allons étudier l influence des perturbations sur la précision du système. Nous admettrons que : H : le système possède un retour unitaire H2 : La perturbation est un échelon (N(p) = N p )

24 Influence des perturbations: Expression 24/ 32 Expression : L erreur statique s exprime sous la forme : ɛ(p) = E(p) S(p) (22) La sortie S(p) s obtient en utilisant le théorème de la superposition. Après quelques calculs, nous trouvons : ( ɛ(p) = H(p)F(p) ) ( E(p) F(p) H(p)F(p) ) N(p) La valeur de l écart statique s obtient en utilisant le théorème de la valeur finale (avec N(p) = N p ) : ( ) pe(p) N ɛ( ) = lim p 0 FTBO(p) } {{ } lim p 0 Ecart statique F(p) lim H(p) p 0 } {{ } Erreur causée par la perturbation (23)

25 Influence des perturbations: Systèmes sans intégration 25/ 32 Systèmes sans intégration Soit H(p) et F(p) deux systèmes de classe l = 0. Dans ce cas, l écart permanent lié à la perturbation est donné par : ɛ 2 ( ) = Pour diminuer l écart permanent, il faut donc : N F(0) H(0) (24) Augmenter la valeur du gain statique en amont de la perturbation c-a-d H(0) Diminuer la valeur du gain statique en aval de la perturbation c-a-d F(0)

26 Influence des perturbations: Intégration en amont 26/ 32 Intégration en amont de la perturbation Soit H(p) de classe l = et F(p) un système de classe l = 0. Dans ce cas, L écart permanent lié à la perturbation est alors nul. lim H(p) = (25) p 0 La présence d un intégrateur en amont permet d annuler l écart permanent lié à la perturbation.

27 Influence des perturbations: Intégration en amont 27/ 32 Exemple : Considérons le système suivant 0.25 p E(p) ɛ(p) p 2 3p S(p) où l entrée est un échelon d amplitude unitaire c-a-d E(p) = p. Comme le système en amont de la perturbation possède un intégrateur, l écart permanent lié à la perturbation est nul.

28 Influence des perturbations: Intégration en amont 28/ 32 Exemple :.5 s(t) e(t) ɛ( ) sortie t (s) Figure: Réponse indicielle (ɛ 2 ( ) = 0)

29 Influence des perturbations: Intégration en aval 29/ 32 Intégration en aval de la perturbation Soit H(p) de classe l = 0 et F(p) un système de classe l =. Dans ce cas, lim H(p) = H(0) (26) p 0 lim p 0 F(p) = 0 (27) L écart permanent lié à la perturbation est alors égale à N H(0). La présence d un intégrateur en aval ne permet pas d annuler l écart permanent lié à la perturbation.

30 Influence des perturbations: Intégration en aval 30/ 32 Exemple : Considérons le système suivant 0.25 p E(p) ɛ(p) 2 3p p S(p) où l entrée est un échelon d amplitude unitaire c-a-d E(p) = p. Comme seul le système en aval de la perturbation possède un intégrateur, l écart permanent lié à la perturbation est non nul.

31 Influence des perturbations: Intégration en aval 3/ 32 Exemple :.5 s(t) e(t) ɛ( ) sortie t (s) Figure: Réponse indicielle (ɛ 2 ( ) = 0.25)

32 Influence des perturbations: Exercices 32/ 32 Exercice : Considérons le système suivant p E(p) ɛ(p) 000 F(p) S(p) Déterminez l écart permanent lié à la perturbation pour e(t) = u(t) lorsque F(p) = F(p) = F(p) = p 000 p(p 25) 2 p 4 (28) (29) (30)

Analyse des Systèmes Asservis

Analyse des Systèmes Asservis Analyse des Systèmes Asservis Après quelques rappels, nous verrons comment évaluer deux des caractéristiques principales d'un système asservi : Stabilité et Précision. Si ces caractéristiques ne sont pas

Plus en détail

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition Chapitre 6 Erreur statique On considère ici le troisième paramètre de design, soit l erreur statique. L erreur statique est la différence entre l entrée et la sortie d un système lorsque t pour une entrée

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail

Automatique (AU3): Fonctions de transfert. Département GEII, IUT de Brest contact:

Automatique (AU3): Fonctions de transfert. Département GEII, IUT de Brest contact: Automatique (AU3): Fonctions de transfert Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation 1 Contexte 2 Modélisation des systèmes Hypothèses de travail Transformée

Plus en détail

2) Stabilite et precision

2) Stabilite et precision Table des matières Les nombres complexes 2. Présentation..................................... 2.2 Plan complexe.................................... 2.3 Module et argument................................

Plus en détail

Performances des SLCI

Performances des SLCI Fichier : _SLCI_performances. Définitions.. Stabilité Il existe plusieurs définition de la stabilité : Pour une entrée e(t) constante, la sortie s(t) du système doit tendre vers une constante. Un système

Plus en détail

CHAP III. PRÉCISION ET STABILITÉ D'UNE BOUCLE

CHAP III. PRÉCISION ET STABILITÉ D'UNE BOUCLE TS2 CIRA Régulation - Chap III Précision et stabilité d'une boucle CHAP III PRÉCISION ET STABILITÉ D'UNE BOUCLE 1 Stabilité d'un système bouclé 11 Etude des pôles de F(p) On considère le système suivant

Plus en détail

Analyse et Commande des systèmes linéaires

Analyse et Commande des systèmes linéaires Analyse et Commande des systèmes linéaires Frédéric Gouaisbaut LAAS-CNRS Tel : 05 61 33 63 07 email : fgouaisb@laas.fr webpage: www.laas.fr/ fgouaisb September 24, 2009 Présentation du Cours Volume Horaire:

Plus en détail

Chapitre 4 : Identification

Chapitre 4 : Identification Chapitre 4 : Identification 1- Généralités - Identification en boucle ouverte.1 Méthodologie. Méthode directe : confrontation de la réponse théorique et expérimentale.3 Méthode de Strejc.4 Méthode de Broida.5

Plus en détail

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K + τ.p. K.e τ K.e /τ τ 86% 95% 63% 5% τ τ 3τ 4τ 5τ Temps Caractéristiques remarquables de la réponse à un échelon e(t) = e.u(t). La valeur

Plus en détail

génie électrique asservissement ASSERVISSEMENT Nous allons dans un premier temps lister les éléments nécessaires pour réaliser un système asservi.

génie électrique asservissement ASSERVISSEMENT Nous allons dans un premier temps lister les éléments nécessaires pour réaliser un système asservi. ASSERVISSEMENT I - SYSTEMES ASSERVIS NOTIONS A. Structure d'un système asservi Nous allons dans un premier temps lister les éléments nécessaires pour réaliser un système asservi. 1. Présentation Un des

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Automatique (AU3): Introduction à l automatique. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr

Automatique (AU3): Introduction à l automatique. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Automatique (AU3): Introduction à l automatique Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation 1 Considérations pratiques 2 Introduction Définitions Exemple

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Analyse et Commande des systèmes linéaires

Analyse et Commande des systèmes linéaires Analyse et Commande des systèmes linéaires Frédéric Gouaisbaut LAAS-CNRS Tel : 05 61 33 63 07 email : fgouaisb@laas.fr webpage: www.laas.fr/ fgouaisb October 8, 2009 Sommaire 1 Introduction à l automatique

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES CONTINUS INVARIANTS PERFORMANCES DES SYSTEMES ASSERVIS

SYSTEMES LINEAIRES CONTINUS INVARIANTS PERFORMANCES DES SYSTEMES ASSERVIS YTM LINAIR CONTINU INVARIANT tabilité des systèmes asservis PRFORMANC D YTM ARVI. Notion de stabilité La stabilité est communément reconnue comme étant associée à la notion d équilibre : Prenons les deux

Plus en détail

Chapitre 4 : systèmes asservis linéaires.

Chapitre 4 : systèmes asservis linéaires. Chapitre 4 : systèmes asservis linéaires. A) Structure d'un système asservi : nécessité du système bouclé : Système en boucle ouverte : consigne venant du cerveau Poussée des muscles. vitesse, trajectoire,

Plus en détail

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Blagnac Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008 AUTOMATIQUE et SYSTEMES Les cours, TD et TP seront entièrement programmés en 2 ème année.

Plus en détail

SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION

SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION //07 SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION ) Introduction... 3.) Les différents systèmes de commande... 3.2) Performances des systèmes asservis... 4.3) Fonction de transfert en boucle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1.6.1 Schéma fonctionnel ou schéma bloc... 27

TABLE DES MATIÈRES. 1.6.1 Schéma fonctionnel ou schéma bloc... 27 TABLE DES MATIÈRES Caractérisation et étude des systèmes asservis. Systèmes asservis................................. Structure d un système asservi.....................2 Régulation et asservissement....................

Plus en détail

Cours de Systèmes Asservis

Cours de Systèmes Asservis Cours de Systèmes Asservis J.Baillou, J.P.Chemla, B. Gasnier, M.Lethiecq Polytech Tours 2 Chapitre 1 Introduction 1.1 Définition de l automatique Automatique : Qui fonctionne tout seul ou sans intervention

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 Sommaire. I. Introduction, définitions, position du problème. p. 3 I.1. Introduction. p. 3 I.2. Définitions. p. 5 I.3. Position du problème. p. 6 II. Modélisation

Plus en détail

IUT DE NÎMES DUT2 - AUTOMATIQUE RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UNE PIÈCE

IUT DE NÎMES DUT2 - AUTOMATIQUE RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UNE PIÈCE DUT - AUTOMATIQUE RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UNE PIÈCE 9 novembre 0 L exercice suivant a pour but de se rafraîchir la mémoire sur certains aspects du domaine de l automatique déjà étudiés. On cherche

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

TD AUTOMATIQUE V. Chol et - TD-autom-07.doc - 12/01/2009 page 1

TD AUTOMATIQUE V. Chol et - TD-autom-07.doc - 12/01/2009 page 1 TD AUTOMATIQUE V. Chollet - TD-autom-07.doc - 12/01/2009 page 1 TRANSFORMATION DE LAPLACE Exercice 1 Calculer, à partir de sa définition, la transformée de Laplace des signaux causaux (nuls pour t

Plus en détail

Régulation de température d une soufflerie

Régulation de température d une soufflerie Régulation de température d une soufflerie Mise en situation La figure suivante donne le schéma de principe d une soufflerie. Une turbine aspire de l air ambiant, et le refoule avec un débit constant dans

Plus en détail

INTRODUCTION A LA CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

INTRODUCTION A LA CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS INTRODUCTION A LA CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS - POSITION DU PROBLEME Le chapitre précédent à permis de définir le comportement d un système asservi à partir de 3 caractéristiques majeures: la rapidité

Plus en détail

(Use Case Diagram : uc) Unité de sélection de tubes. Approvisionner régulièrement. radiateur. uc [cas d utilisation]

(Use Case Diagram : uc) Unité de sélection de tubes. Approvisionner régulièrement. radiateur. uc [cas d utilisation] TD : LE YTEME AERVI Dans une unité de production de radiateurs de chauffage central, un système est utilisé pour permettre l approvisionnement régulier en tubes de l unité de production des radiateurs.

Plus en détail

300 < J.C. grecs (flotteur : mesure du temps)

300 < J.C. grecs (flotteur : mesure du temps) !"# Introduction (historique, ) Notions et outils (définitions,laplace, schémas blocs) Systèmes élémentaires (ordre 1 et 2) Performances (stabilité, précision, rapidité) Correction et régulation (PI, stratégies

Plus en détail

TD 4 : CI-2-3 PRÉVOIR LES RÉPONSES TEMPORELLES ET FRÉ-

TD 4 : CI-2-3 PRÉVOIR LES RÉPONSES TEMPORELLES ET FRÉ- TD : CI-- PRÉVOIR LES RÉPONSES TEMPORELLES ET FRÉ- QUENTIELLES D UN SYSTÈME DU PREMIER OU SECOND ORDRE Exercice : Analyse de courbes Q - : Associer à chacune des courbes suivantes (repérées par les chiffres

Plus en détail

CI-2-1 PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES

CI-2-1 PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES CI-2-1 PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFORMANCES DES SYSTÈMES LI- NÉAIRES CONTINUS INVARIANTS. Objectifs A l issue de la séquence, l élève doit être capable : B3 Valider un modèle SIMULER - VALIDER Réduire

Plus en détail

Fiche Module Sciences et Technologies Informatique industrielle Licence

Fiche Module Sciences et Technologies Informatique industrielle Licence Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l Information et de la Communication Université de Carthage Institut Supérieur des Technologies de l Information

Plus en détail

http ://ptetoile.free.fr/ Automatique

http ://ptetoile.free.fr/ Automatique Notions de base. Définitions Système continu : les variations des grandeurs physiques le caractérisant sont des fonctions de variables continues Système linéaire : Système régit par le principe de proportionnalité

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 3 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS MODÉLISATION PAR SCHÉMAS BLOCS TRAVAIL DIRIGÉ D après ressources

Plus en détail

Simulation d un modèle causal - Scilab

Simulation d un modèle causal - Scilab CPGE - Sciences de l Ingénieur Simulation d un modèle causal - Scilab PCSI TP Document Sujet 2h - v1.1 Lycée Michelet 5 Rue Jullien - 92170 Vanves - Académie de Versailles Antenne parabolique de bateau

Plus en détail

Utilisation de SimApp pour l analyse des systèmes asservis

Utilisation de SimApp pour l analyse des systèmes asservis Utilisation de SimApp pour l analyse des systèmes asservis Étude du maintien en altitude d un avion type Airbus Robert Papanicola Lycée Jacques Amyot 26 janvier 2010 Robert Papanicola (Lycée Jacques Amyot)

Plus en détail

Épreuve de MÉCANIQUE ET AUTOMATIQUE

Épreuve de MÉCANIQUE ET AUTOMATIQUE C31181 Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d admission en 3 ème année GÉNIE MÉCANIQUE ET MÉCANIQUE Session 2011 Épreuve de MÉCANIQUE ET AUTOMATIQUE Durée

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

USTHB Faculté d Electronique et d Informatique Année : 2016/2017. TD n 4

USTHB Faculté d Electronique et d Informatique Année : 2016/2017. TD n 4 USTHB Faculté d Electronique et d Informatique Année : 2016/2017 TD n 4 Exercice 1 Soit le système représenté par sa FT échantillonnée suivante : H(z)=Y(z ) / U(z) = α 1. z + α 0 / z² + λ1.z + λ2 Etudier

Plus en détail

Chapitre 4 : Etude Energétique

Chapitre 4 : Etude Energétique Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 4 : Energétique SMPC1 Chapitre 4 : Etude Energétique I Travail et Puissance d une force I.1)- Puissance d une force Soit un point matériel M de vitesse!!/!,

Plus en détail

Systèmes asservis linéaires

Systèmes asservis linéaires Systèmes asservis linéaires I Systèmes asservis 1. définition 2. transmittance 3. schéma bloc 4. transmittance d une chaîne II système commandé en boucle fermée 1. système asservi 2. principe de fonctionnement

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

génie électrique Asservissement TD ASSERVISSEMENT

génie électrique Asservissement TD ASSERVISSEMENT TD ASSERVISSEMENT EXERCICES D'APPLICATION DU COURS : 1) Soit un signal ayant pour expression en Laplace :Y(p) = Donner la valeur finale de y(t), puis la valeur initiale de y(t) et de dy/dt. 2) FTBF Calculer

Plus en détail

DOCUMENTS RESSOURCES

DOCUMENTS RESSOURCES CORRECTIONS DES ASSERVISSEMENTS DES SYSTEMES LINEAIRES 1- MODELISATION DES SYSTEMES ASSERVIS LINEAIRES Afin d éviter des éventuelles perturbations pouvant agir sur le circuit de la chaîne directe et déstabiliser

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique I- But de la manipulation : Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique Le but est de procéder à la modélisation et à l identification paramétrique d un procédé considéré

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Introduction à l Automatique. Cours AQ N 2

Introduction à l Automatique. Cours AQ N 2 Introduction à l Automatique Cours AQ N 2 Plan Définitions de base et exemples Notion de Boucle ouverte Notion d asservissement Modélisation d un système asservi Exemple Définitions Système: dispositif

Plus en détail

AUTOMATIQUE. EXERCICE I Synthèse et analyse de correcteurs

AUTOMATIQUE. EXERCICE I Synthèse et analyse de correcteurs ENSIEG 1 ère année août 28 AUTOMATIQUE Durée totale de l épreuve : 3 heures Documents autorisés L épreuve comprend 3 exercices indépendants Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de

Plus en détail

Cours de Signaux PeiP2

Cours de Signaux PeiP2 PeiP Signaux Table des matières Cours de Signaux PeiP S. Icart Généralités. Définitions..................................... Propriétés de la transformée de Laplace.....................3 Transformées de

Plus en détail

Module : systèmes asservis linéaires

Module : systèmes asservis linéaires BS2EL - Physique appliquée Module : systèmes asservis linéaires Diaporamas : les asservissements Résumé de cours 1- Structure d un système asservi 2- Transmittances en boucle ouverte et ermée 3- Stabilité

Plus en détail

BTS Informatique Industrielle.

BTS Informatique Industrielle. BTS Informatique Industrielle. Session 00. I. Étude du récepteur optique. ) Expression de v : l'amplificateur opérationnel est en régime linéaire, donc nous avons v = R i (loi d'ohm). En remplaçant i par

Plus en détail

S tabilité d'un s ys tème as s ervi

S tabilité d'un s ys tème as s ervi Stabilité d'un système asservi page 1 / 5 S tabilité d'un s ys tème as s ervi 1 Notion de stabilité et définition Définition n 1 : on dit que le système est stable si pour une entrée bornée, la sortie

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation CHAPITRE III Amplificateur d instrumentation Olivier FRANÇAIS, 000 SOMMAIRE I NOTION DE TENSION DE MODE COMMUN ET D AMPLIFICATEUR DIFFÉRENTIEL... 3 I. DÉFINITION DE LA TENSION DE MODE COMMUN... 3 I.. Tension

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Automatique: Commande des Systèmes Linéaires

Automatique: Commande des Systèmes Linéaires Automatique: Commande des Systèmes Linéaires - Introduction - Carolina ALBEA-SANCHEZ, MC Université de Toulouse LAAS-CNRS, Toulouse, France 05 61 33 78 15, calbea@laas.fr C. Albea Sanchez UPS 1 Objectifs

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Phase Locked Loop (PLL)

Phase Locked Loop (PLL) Boucle à Verrouillage de phase Phase Locked Loop () 4ème année Polytech Département EES 2013 Cédric KOENIGUER Plan I. Présentation d une II. Etude des comparateurs de phases III. Mise en évidence de la

Plus en détail

SUJET. Page 1/8. Problème technique

SUJET. Page 1/8. Problème technique Page 1/8 Problème technique Pour assurer au robot NAO des performances élevées, le constructeur a choisi d asservir la position des axes de tangage et de roulis de sa cheville. De façon à prédire les performances

Plus en détail

FRAISEUSE A COMMANDE NUMERIQUE

FRAISEUSE A COMMANDE NUMERIQUE FRAISEUSE A COMMANDE NUMERIQUE Mise en situation : L usinage est une étape de fabrication d une pièce par enlèvement de matière. C est une opération de base dans la fabrication de produits pour l industrie

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Chargement-déchargement des cargos porte-conteneurs

Chargement-déchargement des cargos porte-conteneurs Lycée du Parc Sciences Industrielles de l Ingénieur Cycle 2 Analyser, expérimenter, modéliser et résoudre pour vérifier les performances temporelles et fréquentielles des SLCI CHAPITRE 5 : PERFORMANCE

Plus en détail

1 Préparation : asservissement de position

1 Préparation : asservissement de position EPU ELEC 3 Travaux Pratiques d Automatique n 4 Asservissement de position d un moteur Le but de cette manipulation est d étudier l asservissement de position d un moteur à courant continu. Le châssis comprend

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

CONCOURS 3 ANNEE GENIE MECANIQUE ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN COMPOSITION DE MECANIQUE ET AUTOMATIQUE

CONCOURS 3 ANNEE GENIE MECANIQUE ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN COMPOSITION DE MECANIQUE ET AUTOMATIQUE CONCOURS 3 ANNEE GENIE ECANIQUE ECOLE NORALE SUPERIEURE DE CACHAN Session 2003 COPOSITION DE ECANIQUE ET AUTOATIQUE Durée : 4 heures AUCUN DOCUENT N'EST AUTORISE oyens de calcul autorisés : Calculatrice

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

MATLAB/Simulink pour l Enseignement des Sciences Industrielles de l Ingénieur

MATLAB/Simulink pour l Enseignement des Sciences Industrielles de l Ingénieur MATLAB/Simulink pour l Enseignement des Sciences Industrielles de l Ingénieur Ivan LIEBGOTT Professeur de Chaire Supérieure Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles Lycée des Eucalyptus de Nice Formateur

Plus en détail

Action proportionnel - P Action Intégrale - I Action Dérivée - D Action P.I.D. Part VIII. Construction de correcteurs

Action proportionnel - P Action Intégrale - I Action Dérivée - D Action P.I.D. Part VIII. Construction de correcteurs Part VIII Construction de correcteurs Sommaire Thanks to Yassine Ariba, Doctorant groupe Mac 28 Action proportionnel - P 29 Action Intégrale - I Correcteur intégral pur Correcteur proportionnel intégral

Plus en détail

Traitement numérique du signal

Traitement numérique du signal Nº 754 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 707 Traitement numérique du signal par J. ESQUIEU Lycée de Brive 1. TRAITEMENT Le traitement numérique du signal consiste à agir sur le signal à partir d échantillons

Plus en détail

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010)

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) Nom : Prénom : Classe : Mise en situation Mise en situation et présentation de la mesure Le sous-sol français

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Automatique (AU3): Correction. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr

Automatique (AU3): Correction. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Automatique (AU3): Correction des systèmes bouclés Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation 1 Introduction Hypothèses Correcteur idéal : Correcteurs

Plus en détail

TP Echelon

TP Echelon TP Echelon 010-011 Partie 0 Tracés des fonctions de transfert et fermeture unitaire de boucles. H 1 ( = --------------------------- 1 + 0,1 p + 0,00 p² H 1 ( = --------------------------- 1 + 0,06 p +

Plus en détail

Cours d automatique. T. Chateau

Cours d automatique. T. Chateau Cours d automatique 2008-2009 Table des matières 1 Comportement temporel des systèmes du 1er et 2ème ordre 1 1.1 Les modèles du 1er ordre......................... 1 1.1.1 Intégrateur ( 1 p )..........................

Plus en détail

L usage de calculatrices est autorisé.

L usage de calculatrices est autorisé. 052 CONCOURS ARTS ET MÉTIERS ParisTech - ESTP - ARCHIMEDE Épreuve de Sciences Industrielles PSI Durée 5 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une

Plus en détail

REGULATION DE TEMPERATURE

REGULATION DE TEMPERATURE Cours 1ELEEC E2 ETUDE D UN OUVRAGE S4 : Communication et traitement de l information REGULATION DE TEMPERATURE S4.4 : Traitement de l information 1. MISE EN SITUATION : Une chaîne de traitement de surface

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur. MPSI et PCSI, novembre 2015

Sciences de l Ingénieur. MPSI et PCSI, novembre 2015 DS de MPSI et PCSI, novembre 2015 Durée : 2h Corrigé sur le site : http://perso.numericable.fr/starnaud/ Ce sujet propose 2 problèmes : Problème 1 : Quille pendulaire (durée conseillée 40 minutes). Problème

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

Travaux pratiques d automatique. Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg 1ère Année, 2007-2008

Travaux pratiques d automatique. Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg 1ère Année, 2007-2008 Travaux pratiques d automatique Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg 1ère Année, 2007-2008 Automatique, 1ère Année, 2007-2008 Travaux pratiques d automatique 1ère Année 1 Préparation Il

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE COMONTAIGNE. 2 Place Cormontaigne BP 70624. 5700 METZ Cedex Tél.: 03 87 3 85 3 Fax : 03 87 3 85 36 Sciences Appliquées. Savoir-faire expérimentaux. éférentiel : 5 Sciences Appliquées. F

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES CONTINUS INVARIANTS

SYSTEMES LINEAIRES CONTINUS INVARIANTS SYSTEMES LINEAIRES CONTINUS INVARIANTS (Partie 1 & 2) L étude détaillée se limite aux systèmes de bases, c est à dire aux systèmes du premier ordre et du second ordre. En effet l étude des autres systèmes

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

IUT Caen - Département Génie Chimique et Procédés. Version du mercredi 22 septembre 2004 à 12 h 01. Cours de Régulation. Responsable Pédagogique :

IUT Caen - Département Génie Chimique et Procédés. Version du mercredi 22 septembre 2004 à 12 h 01. Cours de Régulation. Responsable Pédagogique : Université de Caen IUT Caen - Département Génie Chimique et Procédés Version du mercredi 22 septembre 24 à 2 h Cours de Régulation Responsable Pédagogique : Eric Magarotto : 2 3 45 27 9, email : eric.magarotto@greyc.ismra.fr

Plus en détail

Cours de Mathématiques du signal

Cours de Mathématiques du signal Cours de Mathématiques du signal Options Eln & RLI Raymond Quéré IUT du Limousin Département GEII Brive Septembre 212 Cours de Mathématiques du signal enseigné au département GEIII à Brive. Diverses disciplines

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

IUT. Brest. Morlaix. AU3 : Automatique. Travaux Dirigés.

IUT. Brest. Morlaix. AU3 : Automatique. Travaux Dirigés. AU3 : Automatique IUT Brest www.iut-brest.fr Morlaix 2014 Travaux Dirigés Enseignants : Vincent Choqueuse, Hervé Mangel, Jean-Luc Mourrain, Sylvie Turri contact : vincent.choqueuse@univ-brest.fr IUT GEII

Plus en détail

Travaux dirigés sur les séries de Volterra: Programmation d un filtre Moog simplifié en FAUST

Travaux dirigés sur les séries de Volterra: Programmation d un filtre Moog simplifié en FAUST Travaux dirigés sur les séries de Volterra: Programmation d un filtre Moog simplifié en FAUST M2R ATIAM, UE TSM, Thomas Hélie et Yann Orlarey helie@ircam.fr, orlarey@grame.fr Les documents à rendre pour

Plus en détail