Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013"

Transcription

1 Des formes d emploi atypiques, mutualisation et relations sociales Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013 Bilan quantitatif 61 participants (dont 15 entreprises 18 institutionnels 21 consultants et universitaires 7 partenaires sociaux) 1. Résumé des ateliers précédents et sujet de l atelier 4 par Christophe Everaere - voir PPT sur le site web d Aravis L atelier 4 était consacré à des formes de travail atypiques permettant des formes de mutualisation des ressources humaines 2. Mutualisation dans les collectivités 2. Mutualisation dans les collectivités Avec Frédéric Londeix, directeur général de Valence Agglo (11 communes,+ de habitants) Rachel Laurent, secrétaire de mairie itinérante et Vincent Prioul responsable de «service aux communes» de Val-de-Drôme (communauté de 18 communes de habitants) La mise à disposition de personnel ou prêt de main d œuvre (MAD) est une forme atypique d emploi et de travail qui permet de mutualiser des Ressources humaines. Elle est utilisée par les entreprises, associations, collectivités pour diverses raisons : besoin de main d oeuvre à temps partiel, réponse à des fluctuations d activité, préparation à la mobilité Les collectivités, en particulier, sont fortement incitées à recourir à des formes de mutualisation des RH. Il peut s agir de mise à disposition d agent (une secrétaire de mairie, ou un webmaster, par exemple), d équipes (dans ce cas, ce sont des services qui sont mutualisés) ou des prestations de service (la gestion des archives, par exemple). Les ressources ou compétences mises à disposition donnent lieu à des refacturations entre les communes. Leçons tirées de leurs expériences : Parmi les incitations pour les collectivités à passer à la mutualisation des RH : environnement administratif et législatif, contraintes budgétaires, volonté d éviter les doublons entre services communaux / intercommunaux, volonté d améliorer les services rendus (la mutualisation des RH permet à de petites communes de proposer de nouveaux services). Cette mutualisation porte aujourd hui principalement sur des prestations techniques, des fonctions ressources ou le pilotage de projets. La mutualisation ne se résume pas à une extension des domaines d intervention des agents. Elle implique un changement de culture des agents, des encadrants et des communes qui n est pas toujours anticipé : on ne travaille plus pour une seule collectivité, mais pour plusieurs collectivités de taille très différentes. Les manières de travailler divergent d une commune à l autre et nécessitent un effort d adaptation de la part des personnes mises à disposition. 1/6

2 Point d alerte de Valence Agglo : l aspect financier ne peut pas être le seul moteur de la mutualisation car le gain n est pas immédiat. Pour être acceptée, la mutualisation ne doit pas alourdir le fonctionnement des services (nécessite une bonne planification, un fonctionnement adapté et pas forcément unifié, des règles simples et transparentes de facturation, un suivi d activité «pas trop lourd» ). Elle génère du temps de coordination à anticiper. Conditions de réussite : Importance des règles de fonctionnement : par exemple pour Val de Drôme, élaboration d une Charte précisant les motifs de recours au service «mutualisé» entre les communes et les modes d arbitrage. Temps passé avant la prise de poste pour construire la confiance entre le salarié et les communes «utilisatrices» : «On sait que ce sont des postes qui mettent du temps à se mettre en place. Ils ne sont pas opérationnels tout de suite, la confiance doit se construire». Compte tenu de ces temps d adaptation, «la mutualisation n est pas la réactivité» : il faut anticiper, clarifier, obtenir l accord des agents. Formation accrue des agents «mutualisés» afin qu ils puissent s adapter aux différents environnements de travail qu ils pourront rencontrer. Effort pour maintenir le lien entre le service mutualisé et ses agents qui travaillent au quotidien dans les communes utilisatrices. En particulier, contacts très réguliers entre le responsable du service et les salariés. Echanges avec la salle : Quelle valorisation de l expérience des salariés mis à disposition, prêts à s adapter à des environnements de travail différents et à faire varier leurs temps de travail? Comment créer des liens professionnels, de travail pour les salariés mis à disposition (dans l équipe de la collectivité utilisatrice et de la collectivité prêteuse?) 3. Formes d emploi et de travail atypiques, qu en pensent ceux qui les utilisent? 3. Formes d emploi et de travail atypiques, qu en pensent ceux qui les utilisent? Avec Patricia Traversaz, DRH de l hôpital de Fourvière, Jose Felix, DRH de Aldes, J-M Challes, directeur de la société d intérim Elitt Quelles formes d emploi et de travail atypiques utilisent-les DRH? Qu est-ce qui leur fait privilégier une modalité d emploi plutôt qu une autre? Que pensent-ils des formes qui permettent de mutualiser les ressources humaines? Quels sont, de leur point de vue, les impacts en termes de relations sociales? La table ronde avait pour objectif de recueillir le point de vue de DRH «utilisateurs de formes d emploi et de travail atypiques».. Hôpital de Fourvière - association privée. Enjeux forts en termes de remplacements des absences et de fidélisation du personnel (les personnels de santé peuvent facilement trouver des emplois ailleurs). Une partie des remplacements se fait par le biais d un pool de personnels en CDI mais ce pool ne permet pas de couvrir l ensemble des besoins. L hôpital n a pas la possibilité d embaucher plus en CDI. L intérim revient, par ailleurs, trop cher (non récupération de la TVA par les associations). D où un recours important à des CDD : en volume, 80 CDD pour 300 CDI ; 2880 contrats de CDD signés sur un an en Certains remplaçants CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

3 en CDD sont multi-employeurs ; ce cumul d activité pose des problèmes de respect du temps de travail légal, de fatigue, d usure du personnel et de qualité du travail. Tentative en cours de mutualiser une équipe mobile de gériatrie avec une autre structure hospitalière privée de même statut sous la forme d un groupement de coopération sanitaire GCS avec refacturation des salaires inter-établissements. Société Aldes : Pour répondre aux variations de la production, Aldes a choisi d éviter de faire varier les horaires des salariés internes et a recours à l intérim (entre 5 et 12 % des effectifs, essentiellement en production). Parallèlement, Aldes utilise des formes de travail autonomes ou indépendantes (portage salarial, management de transition) pour des compétences qui n existent pas en interne mais refuse de faire appel à des auto-entrepreneurs - réponse perçue comme trop peu protectrice du travailleur et trop limitée en chiffre d affaires. Pour un tout petit nombre de postes spécifiques, Aldes recourt à des ressources mutualisées via l adhésion à un Groupement d Employeurs. Société Elitt : Entreprise de travail temporaire «familiale», spécialisée dans l industrie et le BTP, dont le siège est à Grenoble et qui possède 6 agences en France. Un volant d environ intérimaires est géré qui représente 500 ETP (équivalent temps plein). Société de travail intérimaire «atypique» qui place du personnel qualifié sur des missions de plusieurs mois (8 à 12 mois). Chaque année, environ quarante d intérimaires sont embauchés par les entreprises clientes, mais certains intérimaires restent fidèles à Elitt depuis plusieurs années, voire des dizaines d années. JM Challes pense qu il est nécessaire d aller dans le sens de la sécurisation du parcours et d emploi des intérimaires par des missions de longue durée voire des CDI. Il milite pour que, au-delà d un nombre d heures de recours à l intérim, les entreprises utilisatrices soient obligées d embaucher des intérimaires. Il considère que les CDD sont le concurrent principal de l intérim. Il constate, dans certains cas, des dérives : par exemple, certains intérimaires qualifiés sont «détournés» vers le portage salarial quand leur mission arrive à terme. Echanges : L intérim et le CDD restent perçus comme des formes d emploi et de travail atypiques plus facilement mobilisables ou plus «réactives» que les autres. Les formes de mutualisation, sont perçues comme intéressantes pour répondre à des besoins RH à moyen terme et pour sécuriser les parcours, mais complexes à mettre en œuvre. Quand des formes permettant la mutualisation et la sécurisation des parcours, certains DRH s en saisissent (GE, CGS) à (très) petite échelle pour l instant. Où se joue la sécurisation des parcours des individus en formes d emploi atypiques? Du côté de l entreprise utilisatrice? Du côté de l entreprise employeur (la société d intérim, la société de portage, le GE )? Au niveau de la société dans son ensemble (nécessité de faciliter les possibilités de formation pour les indépendants soulignée)? CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

4 Les partenaires sociaux se positionnent peu sur les formes d emploi et de travail atypiques en général et sur les possibilités de mutualisation du personnel en particulier. Leurs interventions portent généralement peu sur les personnels «extérieurs». 4. Formes d emploi et de travail atypiques, les enjeux de dialogue social Avec Alain Charvet, Aravis, voir sa présentation Power point sur le site web Les formes d emploi et de travail atypiques posent plusieurs enjeux en termes de relations sociales et de dialogue social : Dans les cas où un employeur met à disposition ses salariés dans des entreprises utilisatrices (mise à disposition, prêt de personnel, intérim, portage salarial, groupement d employeurs ) La direction de l entreprise d origine ( = l employeur) et les IRP méconnaissent souvent les conditions réelles du travail des salariés dans les entreprises utilisatrices (= d accueil) d où des difficultés à évaluer les risques professionnels auxquels ils peuvent être exposés, des difficultés à leur proposer un appui ou des montées en compétences adaptées. Responsable des conditions d exécution du travail, l entreprise utilisatrice, elle, a également tendance à ne pas prendre en compte la situation des salariés d entreprises extérieures qui travaillent pour elle (sous-estimation des risques professionnels, l entreprise utilisatrice les directions mais aussi les IRP- se sentent rarement concernés par leur relation d emploi.) Quant aux salariés eux-mêmes, «de passage» dans l entreprise utilisatrice, avec des difficultés à identifier des collectifs de travail sur lesquels s appuyer, ils se sentent peu légitimes pour prendre la parole sur les conditions dans lesquelles se déroule leur activité. Dans le cas de relations de prestations (activités indépendantes, auto-entrepreneuriat.) Le travailleur indépendant n appartient généralement pas à un collectif de travail, les conditions d exécution de son travail font l objet d une négociation bilatérale avec le donneur d ordre. Il ne bénéficie pas de la protection d IRP, ni de conventions collectives quant à ses conditions de travail. Quels lieux de dialogue et de relations sociales pour les formes d emploi et de travail atypiques? Du côté de l entreprise d origine : les instances de dialogue social pourraient se «préoccuper» des salariés à condition o d organiser le retour d information entre salariés, IRP, encadrement et direction o de rappeler à chacun la légitimité de se saisir des conditions de travail des salariés «mis à disposition». Du côté de l entreprise utilisatrice : idem, à condition que... o les salariés osent parler de leurs conditions de travail, o les élus, l encadrement et la direction s en préoccupent et s accordent pour en parler. Des lieux de dialogue commun aux entreprises utilisatrices / d origine peuvent être mis en place au niveau des sites voire au niveau des territoires : CHSCT élargi par exemple ou autre lieux à construire, commission paritaire locale, branche, groupe RH.. 3 témoignages illustrent ces possibilités : CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

5 Du côté de l entreprise utilisatrice : retour sur une opération de prêt de main d oeuvre Avec Irene Tarin-Odier, ancienne DRH de RITM (secteur textile) Une entreprise de machine textile très affectée par la crise a décidé en une opération de mise à disposition de son personnel auprès d entreprises de son bassin d emploi. L opération avait un double objectif : alléger la trésorerie de l entreprise et aider les salariés à se mettre en situation de mobilité. 25 personnes ont été mises à disposition, dans 3 entreprises d accueil. Direction, responsable RH, managers et IRP ont préparé et accompagné cette mise à disposition de plusieurs façons : information des salariés, rencontres, suivi avec les entreprises d accueil, organisation d un système de remontées d information Dans la principale entreprise d accueil, en revanche, les IRP ont émis un avis défavorable à la mise à disposition et n ont pas suivi l opération (mais ils ne s y sont pas opposés). L un des reproches adressé à la mise à disposition était de «prendre du travail aux intérimaires». Leçons tirées de l opération : le suivi du détachement s est révélé chronophage pour l entreprise d origine mais nécessaire. A postériori, l accompagnement aurait mérité d être renforcé pour préparer les salariés aux différences de fonctionnement et de culture qu ils pouvaient rencontrer dans les entreprises d accueil. Un accompagnement accru aurait pu s adresser spécifiquement aux salariés les moins qualifiés qui n ont pas accepté cette mise à disposition alors qu ils auraient pu en tirer un bénéfice en termes de mobilité. Du côté de l entreprise d accueil dans un cas de recours à l intérim Avec Claude Rousseau, salarié Adixen ancien élu CFDT du CE Pour répondre à des variations aléatoires de son activité en volume et en durée, la société Adixen recherche la flexibilité et fait appel à l intérim. La proportion des intérimaires qui représentait 10 % des effectifs de la production en 2008, atteint jusqu à 50 % en Sans remettre en cause les compétences des intérimaires, les représentants du personnel estiment que cette pratique pose des problèmes de relations sociales et de suivi et de qualité du travail (perte de compétences internes, problème de disponibilité des intérimaires - tiers-temps à respecter-, différences d implication dans le travail, précarité ). L équation est complexe : comment articuler la recherche de flexibilité liée aux variations de l activité, à la recherche de productivité et de qualité de la production, tout en réduisant la précarité? Un dialogue est entamé entre la direction et la CFDT pour tenter de sécuriser les parcours des intérimaires de production au moyen d un contrat de travail à durée indéterminée suspensif. Une négociation est actuellement en cours sur le sujet. Dialogue social dans des formes de travail autonome / indépendant. Avec Alexandrine Mounier, élue CE et entrepreneur-salariée et Joseph San Giorgio, directeur général de Coopaname La coopérative d activités Coopaname accompagne 520 entrepreneurs-salariés, dont 200 associés, dans le test de leur projet et la mise en place d une forme d entrepreneuriat collectif et compte également une vingtaine de permanent. 200 salariés de la coopérative ont choisi d être «associés». Dans cette forme de travail et d emploi qui recherche l innovation, et la mutualisation, la création d instances de représentation des salariés est souhaitée par la direction afin «d assumer sa position d employeur». Les IRP souhaitent également jouer auprès des entrepreneurs salariés, et des permanents, un rôle de protection «du collectif». Un CE a été constitué et un CHSCT est en voie de l être. CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

6 Dans les faits, plusieurs difficultés imposent ici aux acteurs du dialogue social d innover : difficultés pour les IRP à représenter les salariés dans leur diversité (entrepreneurs-salariés travaillant de façon autonome dans des domaines d activité très différents, dans des lieux de travail éclatés, différence entre entrepreneurs salariés et la vingtaine de salariés permanents ) difficultés pratiques pour les IRP à se faire connaître, organiser le retour d information, le travail de représentation difficultés à articuler les espaces de dialogue entre associés de la coopérative et les espaces de dialogue social. Exemples de sujets traités par les IRP de Coopaname : quelles œuvres sociales dans une organisation «pauvre», appui formation, soutien aux entrepreneurs ayant des chiffres d affaires insuffisants, recherche de modalités de règlement des tensions entre les salariés 5. Formes d emploi et de travail atypiques, 3 points d étonnement 5. Conclusion par Christophe Everaere En dépit de la grande diversité des structures (municipalités, entreprises privées, associations dans le secteur médical, etc.), les enjeux de flexibilité et d optimisation sous contraintes sont très convergents. Certes, les solutions varient, selon des contraintes légales (par exemple, les associations ne peuvent pas récupérer la TVA sur les prestations de travail temporaire) ou des choix stratégiques, mais les besoins d adaptation et de mutualisation se retrouvent partout, dans toutes les organisations. Le côté innovant des NFE («nouvelles» formes d emploi et de travail) questionne régulièrement le droit, et son caractère à la fois contraignant et protecteur. Le recours au portage salarial se fait parfois «pour contourner les règles du droit», la mise en place d un groupement de coopération sanitaire (à la demande de l autorité de santé) se fait malgré le vide du cadre juridique,.. Les salariés aussi, de leur côté, «s autorisent» parfois à cumuler un emploi en CDI à temps plein dans une structure et des CDD ailleurs, en dépassant la limite légale de la durée de travail et au détriment sans doute des conditions de travail. Comment gérer ces transgressions, plus ou moins temporaires? Comment articuler innovation sociale (donc une certaine forme d expérimentation) et le respect strict, souple ou différé du cadre légal? Une ligne de clivage semble apparaître dans les enjeux et les pratiques qui concerne le degré d urgence des besoins en ressources. Si l urgence est forte, alors le travail temporaire, l aménagement du temps de travail lié au temps partiel, le CDD sont massivement utilisés et appréciés pour leur réactivité. Par contre, les dispositifs de mutualisation (mise à disposition, prêt de personnel, partage de compétences) nécessitent de l anticipation et de la préparation. Pour reprendre une formule employée par l un des participants : «la mutualisation n est pas la réactivité». CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail innovation sociale en rhône-alpes FICHE n 27 PRATIQUE MutualisER des ressources HUMAINES Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail Les mutations des entreprises

Plus en détail

Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis

Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis Les différentes formes atypiques d emploi et de travail : innovation sociale? Chantal Prina Anne Guibert www.aravis.aract.fr ! Formes d emploi et de

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

FORMES EMPLOI TRAVAIL ATYPIQUES. et de. Quelle sécurité pour les individus? Quelle souplesse pour les entreprises?

FORMES EMPLOI TRAVAIL ATYPIQUES. et de. Quelle sécurité pour les individus? Quelle souplesse pour les entreprises? FORMES d EMPLOI et de TRAVAIL ATYPIQUES Quelle sécurité pour les individus? Quelle souplesse pour les entreprises? Compte-rendu du séminaire organisé par Aravis le 19 septembre 2013 En partenariat avec

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL MANIFESTE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3!

L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3! L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3! 28/06/2012" www.aravis.aract.fr! 28/06/12! N 1! Entrepreneuriat : 2 visions contrastées"! Projet offensif de création : envie de réussir sans les contraintes

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi Présentation du rapport du COE du 8 avril 2014 Commission «emploi, qualification et revenus du travail» CNIS 14 novembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte :

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : 1/9 Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : - Pour vous tous : Devenez indépendant avec un statut salarié : Saisissez toutes les opportunités de mission

Plus en détail

Au cœur de l emploi public local

Au cœur de l emploi public local Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l Isère Au cœur de l emploi public local www.cdg38.fr Nous connaître Nos missions Le Centre de Gestion est un établissement public administratif

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

Appui-conseil à l innovation sociale

Appui-conseil à l innovation sociale Appui-conseil à l innovation sociale Mode d emploi Vous souhaitez déposer un projet, ce dossier vous propose : Une présentation du dispositif et de son fonctionnement (Fiche-action 1) Des critères et des

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

L entretien professionnel, retours d expériences

L entretien professionnel, retours d expériences L entretien professionnel, retours d expériences les incontournables et les facteurs de réussite Service conseil en organisation et ressources humaines L entretien professionnel Octobre 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique

Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique ASSEMBLEE GENERALE 30 AVRIL 2015 RAPPORT D ACTIVITE - exercice 2014 AGEPLA AG 30 avril 2015 Page 1 I NOS MISSIONS Le Groupement d Employeurs

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi.

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Livre Blanc Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Sommaire Contributions économiques et sociales de l intérim p. 5 Propositions pour favoriser le maintien dans l emploi

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

I. La société salariale et son effritement

I. La société salariale et son effritement Le contrat salarial : transformations ou déclin? Emmanuelle PUISSANT, ADEES Rhône-Alpes, Juin 2012 La «société salariale 1» a été le socle du compromis social ayant forgé les régulations et protections

Plus en détail

La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises

La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises Présentation des résultats de l étude réalisée par BPI pour le ministère de l économie, de l industrie et de l

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi 5 décembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de la présenta-on I. Les formes d emploi: un paysage en évolution et de plus en plus complexe II. Les causes de

Plus en détail

Le travail au projet, nouveau modèle d emploi? Que nous enseigne le cas des artistes?

Le travail au projet, nouveau modèle d emploi? Que nous enseigne le cas des artistes? Parole d experts Le travail au projet, nouveau modèle d emploi? Que nous enseigne le cas des artistes? Marc Moura, SMartbe, et Virgine Xhauflair, ULg - Centre d Economie Sociale En collaboration avec la

Plus en détail

Intervention ADRHESS Qu est-ce qu une gestion informatisée du temps de travail réussie?

Intervention ADRHESS Qu est-ce qu une gestion informatisée du temps de travail réussie? Intervention ADRHESS Qu est-ce qu une gestion informatisée du temps de travail réussie? Qu est-ce qu une gestion informatisée du temps de travail réussie? Vanessa FAGE- MOREEL, DRH du CHU de Bordeaux et

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Cessons de créer des entreprises!

Cessons de créer des entreprises! Cessons de créer des entreprises! Stéphane Veyer Résumé Promouvoir la création d entreprises fait consensus. Inciter des individus, notamment s ils sont privés d emploi, à vouloir «se mettre à leur compte»

Plus en détail

DAF Autrement Quelle structure alternative pour votre activité individuelle?

DAF Autrement Quelle structure alternative pour votre activité individuelle? DFCG Senior Edition 2013 Guide pratique DAF Autrement Quelle structure alternative pour votre activité individuelle? Dans un contexte économique incertain, les aléas sont nombreux et les carrières professionnelles

Plus en détail

Expérimentation télétravail au Conseil. Expérimentation télécentres dans le Lot

Expérimentation télétravail au Conseil. Expérimentation télécentres dans le Lot TÉLÉTRAVAIL DANS LE LOT Expérimentation télétravail au Conseil général é du Lot juin 2011/juin 2012 Expérimentation télécentres dans le Lot Focus sur le Télécentre de Latronquière Télétravail au sein du

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

www.steria.com Le Télétravail 5 octobre 2010 Steria

www.steria.com Le Télétravail 5 octobre 2010 Steria www.steria.com Le Télétravail 5 octobre 2010 Steria Origine de l expérience Eté 2008 : demande de 2 salariés, relayée par leur Directeur Volonté du DRH du secteur d expérimenter Acceptation du DRH France

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

KoopL. Le portage salarial à portée de main. Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité

KoopL. Le portage salarial à portée de main. Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité KoopL Le portage salarial à portée de main Une autre approche de votre travail, Rester indépendant en toute tranquillité Simplifiez-vous le portage Les activités de services recrutent. Nombreuses sont

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

LE PRET DE MAIN D OEUVRE

LE PRET DE MAIN D OEUVRE LE PRET DE MAIN D OEUVRE CCI CHERBOURG-COTENTIN Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr Mardi 25 juin 2013 1 Relation triangulaire

Plus en détail

CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL

CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL Etaient présents : CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL Collège Employeurs : Philippe Abergel, Patrick Fromentin (Synpase) ; Jérémie

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage

Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage 1 ère partie : augmenter les ressources du régime d assurance chômage A / La mise en place d une contribution variable Motivation

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES Le parcours proposé se découpe en 8 journées de qui permettent d aborder l ensemble des missions couvertes par la fonction RH. L ensemble du parcours permet

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL

LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL La mutualisation des emplois dans le secteur artistique et culturel semble avoir acquis une importance certaine depuis quelques années

Plus en détail

MODE D EMPLOI. www.cfdt.fr

MODE D EMPLOI. www.cfdt.fr Supplément au n 3337 du 8 décembre 2011 Pour la CFDT, c est en priorité sur la valeur de son travail que se mesure l engagement du salarié dans l entreprise et c est le salaire qui en est la contrepartie

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

TEXTE. Le cadre de la négociation collective

TEXTE. Le cadre de la négociation collective TEXTE Le cadre de la négociation collective 1 Le cadre de la négociation collective MPI/MD LA HIÉRARCHIE DES NORMES SOCIALES La loi et le règlement érigent un certain nombre de règles d ordre public auxquelles

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme

Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme La Délégation FORCE OUVRIERE était composée de Yannick GIRARDIN, René TISON et d Eric SIWCZAK. Présidence : Jean-Luc

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Le télétravail au sein du Conseil général du Lot. Évaluation expérimentation

Le télétravail au sein du Conseil général du Lot. Évaluation expérimentation Le télétravail au sein du Conseil général du Lot Évaluation expérimentation Cadre général Initiative d une étude-action sur le télétravail à l échelle du Massif Central pilotée par MACEO janvier 2010-août

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

La nuit des RH LIVRET TEMPS PARTAGÉ. Avril 2015 - Direction marketing & communication Groupe IGS. En partenariat avec

La nuit des RH LIVRET TEMPS PARTAGÉ. Avril 2015 - Direction marketing & communication Groupe IGS. En partenariat avec La nuit des RH LIVRET TEMPS PARTAGÉ En partenariat avec Avril 2015 - Direction marketing & communication Groupe IGS 4 MÉMENTO Dans le cadre d un projet d étude collectif, notre promotion a effectué un

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail