Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013"

Transcription

1 Des formes d emploi atypiques, mutualisation et relations sociales Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013 Bilan quantitatif 61 participants (dont 15 entreprises 18 institutionnels 21 consultants et universitaires 7 partenaires sociaux) 1. Résumé des ateliers précédents et sujet de l atelier 4 par Christophe Everaere - voir PPT sur le site web d Aravis L atelier 4 était consacré à des formes de travail atypiques permettant des formes de mutualisation des ressources humaines 2. Mutualisation dans les collectivités 2. Mutualisation dans les collectivités Avec Frédéric Londeix, directeur général de Valence Agglo (11 communes,+ de habitants) Rachel Laurent, secrétaire de mairie itinérante et Vincent Prioul responsable de «service aux communes» de Val-de-Drôme (communauté de 18 communes de habitants) La mise à disposition de personnel ou prêt de main d œuvre (MAD) est une forme atypique d emploi et de travail qui permet de mutualiser des Ressources humaines. Elle est utilisée par les entreprises, associations, collectivités pour diverses raisons : besoin de main d oeuvre à temps partiel, réponse à des fluctuations d activité, préparation à la mobilité Les collectivités, en particulier, sont fortement incitées à recourir à des formes de mutualisation des RH. Il peut s agir de mise à disposition d agent (une secrétaire de mairie, ou un webmaster, par exemple), d équipes (dans ce cas, ce sont des services qui sont mutualisés) ou des prestations de service (la gestion des archives, par exemple). Les ressources ou compétences mises à disposition donnent lieu à des refacturations entre les communes. Leçons tirées de leurs expériences : Parmi les incitations pour les collectivités à passer à la mutualisation des RH : environnement administratif et législatif, contraintes budgétaires, volonté d éviter les doublons entre services communaux / intercommunaux, volonté d améliorer les services rendus (la mutualisation des RH permet à de petites communes de proposer de nouveaux services). Cette mutualisation porte aujourd hui principalement sur des prestations techniques, des fonctions ressources ou le pilotage de projets. La mutualisation ne se résume pas à une extension des domaines d intervention des agents. Elle implique un changement de culture des agents, des encadrants et des communes qui n est pas toujours anticipé : on ne travaille plus pour une seule collectivité, mais pour plusieurs collectivités de taille très différentes. Les manières de travailler divergent d une commune à l autre et nécessitent un effort d adaptation de la part des personnes mises à disposition. 1/6

2 Point d alerte de Valence Agglo : l aspect financier ne peut pas être le seul moteur de la mutualisation car le gain n est pas immédiat. Pour être acceptée, la mutualisation ne doit pas alourdir le fonctionnement des services (nécessite une bonne planification, un fonctionnement adapté et pas forcément unifié, des règles simples et transparentes de facturation, un suivi d activité «pas trop lourd» ). Elle génère du temps de coordination à anticiper. Conditions de réussite : Importance des règles de fonctionnement : par exemple pour Val de Drôme, élaboration d une Charte précisant les motifs de recours au service «mutualisé» entre les communes et les modes d arbitrage. Temps passé avant la prise de poste pour construire la confiance entre le salarié et les communes «utilisatrices» : «On sait que ce sont des postes qui mettent du temps à se mettre en place. Ils ne sont pas opérationnels tout de suite, la confiance doit se construire». Compte tenu de ces temps d adaptation, «la mutualisation n est pas la réactivité» : il faut anticiper, clarifier, obtenir l accord des agents. Formation accrue des agents «mutualisés» afin qu ils puissent s adapter aux différents environnements de travail qu ils pourront rencontrer. Effort pour maintenir le lien entre le service mutualisé et ses agents qui travaillent au quotidien dans les communes utilisatrices. En particulier, contacts très réguliers entre le responsable du service et les salariés. Echanges avec la salle : Quelle valorisation de l expérience des salariés mis à disposition, prêts à s adapter à des environnements de travail différents et à faire varier leurs temps de travail? Comment créer des liens professionnels, de travail pour les salariés mis à disposition (dans l équipe de la collectivité utilisatrice et de la collectivité prêteuse?) 3. Formes d emploi et de travail atypiques, qu en pensent ceux qui les utilisent? 3. Formes d emploi et de travail atypiques, qu en pensent ceux qui les utilisent? Avec Patricia Traversaz, DRH de l hôpital de Fourvière, Jose Felix, DRH de Aldes, J-M Challes, directeur de la société d intérim Elitt Quelles formes d emploi et de travail atypiques utilisent-les DRH? Qu est-ce qui leur fait privilégier une modalité d emploi plutôt qu une autre? Que pensent-ils des formes qui permettent de mutualiser les ressources humaines? Quels sont, de leur point de vue, les impacts en termes de relations sociales? La table ronde avait pour objectif de recueillir le point de vue de DRH «utilisateurs de formes d emploi et de travail atypiques».. Hôpital de Fourvière - association privée. Enjeux forts en termes de remplacements des absences et de fidélisation du personnel (les personnels de santé peuvent facilement trouver des emplois ailleurs). Une partie des remplacements se fait par le biais d un pool de personnels en CDI mais ce pool ne permet pas de couvrir l ensemble des besoins. L hôpital n a pas la possibilité d embaucher plus en CDI. L intérim revient, par ailleurs, trop cher (non récupération de la TVA par les associations). D où un recours important à des CDD : en volume, 80 CDD pour 300 CDI ; 2880 contrats de CDD signés sur un an en Certains remplaçants CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

3 en CDD sont multi-employeurs ; ce cumul d activité pose des problèmes de respect du temps de travail légal, de fatigue, d usure du personnel et de qualité du travail. Tentative en cours de mutualiser une équipe mobile de gériatrie avec une autre structure hospitalière privée de même statut sous la forme d un groupement de coopération sanitaire GCS avec refacturation des salaires inter-établissements. Société Aldes : Pour répondre aux variations de la production, Aldes a choisi d éviter de faire varier les horaires des salariés internes et a recours à l intérim (entre 5 et 12 % des effectifs, essentiellement en production). Parallèlement, Aldes utilise des formes de travail autonomes ou indépendantes (portage salarial, management de transition) pour des compétences qui n existent pas en interne mais refuse de faire appel à des auto-entrepreneurs - réponse perçue comme trop peu protectrice du travailleur et trop limitée en chiffre d affaires. Pour un tout petit nombre de postes spécifiques, Aldes recourt à des ressources mutualisées via l adhésion à un Groupement d Employeurs. Société Elitt : Entreprise de travail temporaire «familiale», spécialisée dans l industrie et le BTP, dont le siège est à Grenoble et qui possède 6 agences en France. Un volant d environ intérimaires est géré qui représente 500 ETP (équivalent temps plein). Société de travail intérimaire «atypique» qui place du personnel qualifié sur des missions de plusieurs mois (8 à 12 mois). Chaque année, environ quarante d intérimaires sont embauchés par les entreprises clientes, mais certains intérimaires restent fidèles à Elitt depuis plusieurs années, voire des dizaines d années. JM Challes pense qu il est nécessaire d aller dans le sens de la sécurisation du parcours et d emploi des intérimaires par des missions de longue durée voire des CDI. Il milite pour que, au-delà d un nombre d heures de recours à l intérim, les entreprises utilisatrices soient obligées d embaucher des intérimaires. Il considère que les CDD sont le concurrent principal de l intérim. Il constate, dans certains cas, des dérives : par exemple, certains intérimaires qualifiés sont «détournés» vers le portage salarial quand leur mission arrive à terme. Echanges : L intérim et le CDD restent perçus comme des formes d emploi et de travail atypiques plus facilement mobilisables ou plus «réactives» que les autres. Les formes de mutualisation, sont perçues comme intéressantes pour répondre à des besoins RH à moyen terme et pour sécuriser les parcours, mais complexes à mettre en œuvre. Quand des formes permettant la mutualisation et la sécurisation des parcours, certains DRH s en saisissent (GE, CGS) à (très) petite échelle pour l instant. Où se joue la sécurisation des parcours des individus en formes d emploi atypiques? Du côté de l entreprise utilisatrice? Du côté de l entreprise employeur (la société d intérim, la société de portage, le GE )? Au niveau de la société dans son ensemble (nécessité de faciliter les possibilités de formation pour les indépendants soulignée)? CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

4 Les partenaires sociaux se positionnent peu sur les formes d emploi et de travail atypiques en général et sur les possibilités de mutualisation du personnel en particulier. Leurs interventions portent généralement peu sur les personnels «extérieurs». 4. Formes d emploi et de travail atypiques, les enjeux de dialogue social Avec Alain Charvet, Aravis, voir sa présentation Power point sur le site web Les formes d emploi et de travail atypiques posent plusieurs enjeux en termes de relations sociales et de dialogue social : Dans les cas où un employeur met à disposition ses salariés dans des entreprises utilisatrices (mise à disposition, prêt de personnel, intérim, portage salarial, groupement d employeurs ) La direction de l entreprise d origine ( = l employeur) et les IRP méconnaissent souvent les conditions réelles du travail des salariés dans les entreprises utilisatrices (= d accueil) d où des difficultés à évaluer les risques professionnels auxquels ils peuvent être exposés, des difficultés à leur proposer un appui ou des montées en compétences adaptées. Responsable des conditions d exécution du travail, l entreprise utilisatrice, elle, a également tendance à ne pas prendre en compte la situation des salariés d entreprises extérieures qui travaillent pour elle (sous-estimation des risques professionnels, l entreprise utilisatrice les directions mais aussi les IRP- se sentent rarement concernés par leur relation d emploi.) Quant aux salariés eux-mêmes, «de passage» dans l entreprise utilisatrice, avec des difficultés à identifier des collectifs de travail sur lesquels s appuyer, ils se sentent peu légitimes pour prendre la parole sur les conditions dans lesquelles se déroule leur activité. Dans le cas de relations de prestations (activités indépendantes, auto-entrepreneuriat.) Le travailleur indépendant n appartient généralement pas à un collectif de travail, les conditions d exécution de son travail font l objet d une négociation bilatérale avec le donneur d ordre. Il ne bénéficie pas de la protection d IRP, ni de conventions collectives quant à ses conditions de travail. Quels lieux de dialogue et de relations sociales pour les formes d emploi et de travail atypiques? Du côté de l entreprise d origine : les instances de dialogue social pourraient se «préoccuper» des salariés à condition o d organiser le retour d information entre salariés, IRP, encadrement et direction o de rappeler à chacun la légitimité de se saisir des conditions de travail des salariés «mis à disposition». Du côté de l entreprise utilisatrice : idem, à condition que... o les salariés osent parler de leurs conditions de travail, o les élus, l encadrement et la direction s en préoccupent et s accordent pour en parler. Des lieux de dialogue commun aux entreprises utilisatrices / d origine peuvent être mis en place au niveau des sites voire au niveau des territoires : CHSCT élargi par exemple ou autre lieux à construire, commission paritaire locale, branche, groupe RH.. 3 témoignages illustrent ces possibilités : CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

5 Du côté de l entreprise utilisatrice : retour sur une opération de prêt de main d oeuvre Avec Irene Tarin-Odier, ancienne DRH de RITM (secteur textile) Une entreprise de machine textile très affectée par la crise a décidé en une opération de mise à disposition de son personnel auprès d entreprises de son bassin d emploi. L opération avait un double objectif : alléger la trésorerie de l entreprise et aider les salariés à se mettre en situation de mobilité. 25 personnes ont été mises à disposition, dans 3 entreprises d accueil. Direction, responsable RH, managers et IRP ont préparé et accompagné cette mise à disposition de plusieurs façons : information des salariés, rencontres, suivi avec les entreprises d accueil, organisation d un système de remontées d information Dans la principale entreprise d accueil, en revanche, les IRP ont émis un avis défavorable à la mise à disposition et n ont pas suivi l opération (mais ils ne s y sont pas opposés). L un des reproches adressé à la mise à disposition était de «prendre du travail aux intérimaires». Leçons tirées de l opération : le suivi du détachement s est révélé chronophage pour l entreprise d origine mais nécessaire. A postériori, l accompagnement aurait mérité d être renforcé pour préparer les salariés aux différences de fonctionnement et de culture qu ils pouvaient rencontrer dans les entreprises d accueil. Un accompagnement accru aurait pu s adresser spécifiquement aux salariés les moins qualifiés qui n ont pas accepté cette mise à disposition alors qu ils auraient pu en tirer un bénéfice en termes de mobilité. Du côté de l entreprise d accueil dans un cas de recours à l intérim Avec Claude Rousseau, salarié Adixen ancien élu CFDT du CE Pour répondre à des variations aléatoires de son activité en volume et en durée, la société Adixen recherche la flexibilité et fait appel à l intérim. La proportion des intérimaires qui représentait 10 % des effectifs de la production en 2008, atteint jusqu à 50 % en Sans remettre en cause les compétences des intérimaires, les représentants du personnel estiment que cette pratique pose des problèmes de relations sociales et de suivi et de qualité du travail (perte de compétences internes, problème de disponibilité des intérimaires - tiers-temps à respecter-, différences d implication dans le travail, précarité ). L équation est complexe : comment articuler la recherche de flexibilité liée aux variations de l activité, à la recherche de productivité et de qualité de la production, tout en réduisant la précarité? Un dialogue est entamé entre la direction et la CFDT pour tenter de sécuriser les parcours des intérimaires de production au moyen d un contrat de travail à durée indéterminée suspensif. Une négociation est actuellement en cours sur le sujet. Dialogue social dans des formes de travail autonome / indépendant. Avec Alexandrine Mounier, élue CE et entrepreneur-salariée et Joseph San Giorgio, directeur général de Coopaname La coopérative d activités Coopaname accompagne 520 entrepreneurs-salariés, dont 200 associés, dans le test de leur projet et la mise en place d une forme d entrepreneuriat collectif et compte également une vingtaine de permanent. 200 salariés de la coopérative ont choisi d être «associés». Dans cette forme de travail et d emploi qui recherche l innovation, et la mutualisation, la création d instances de représentation des salariés est souhaitée par la direction afin «d assumer sa position d employeur». Les IRP souhaitent également jouer auprès des entrepreneurs salariés, et des permanents, un rôle de protection «du collectif». Un CE a été constitué et un CHSCT est en voie de l être. CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

6 Dans les faits, plusieurs difficultés imposent ici aux acteurs du dialogue social d innover : difficultés pour les IRP à représenter les salariés dans leur diversité (entrepreneurs-salariés travaillant de façon autonome dans des domaines d activité très différents, dans des lieux de travail éclatés, différence entre entrepreneurs salariés et la vingtaine de salariés permanents ) difficultés pratiques pour les IRP à se faire connaître, organiser le retour d information, le travail de représentation difficultés à articuler les espaces de dialogue entre associés de la coopérative et les espaces de dialogue social. Exemples de sujets traités par les IRP de Coopaname : quelles œuvres sociales dans une organisation «pauvre», appui formation, soutien aux entrepreneurs ayant des chiffres d affaires insuffisants, recherche de modalités de règlement des tensions entre les salariés 5. Formes d emploi et de travail atypiques, 3 points d étonnement 5. Conclusion par Christophe Everaere En dépit de la grande diversité des structures (municipalités, entreprises privées, associations dans le secteur médical, etc.), les enjeux de flexibilité et d optimisation sous contraintes sont très convergents. Certes, les solutions varient, selon des contraintes légales (par exemple, les associations ne peuvent pas récupérer la TVA sur les prestations de travail temporaire) ou des choix stratégiques, mais les besoins d adaptation et de mutualisation se retrouvent partout, dans toutes les organisations. Le côté innovant des NFE («nouvelles» formes d emploi et de travail) questionne régulièrement le droit, et son caractère à la fois contraignant et protecteur. Le recours au portage salarial se fait parfois «pour contourner les règles du droit», la mise en place d un groupement de coopération sanitaire (à la demande de l autorité de santé) se fait malgré le vide du cadre juridique,.. Les salariés aussi, de leur côté, «s autorisent» parfois à cumuler un emploi en CDI à temps plein dans une structure et des CDD ailleurs, en dépassant la limite légale de la durée de travail et au détriment sans doute des conditions de travail. Comment gérer ces transgressions, plus ou moins temporaires? Comment articuler innovation sociale (donc une certaine forme d expérimentation) et le respect strict, souple ou différé du cadre légal? Une ligne de clivage semble apparaître dans les enjeux et les pratiques qui concerne le degré d urgence des besoins en ressources. Si l urgence est forte, alors le travail temporaire, l aménagement du temps de travail lié au temps partiel, le CDD sont massivement utilisés et appréciés pour leur réactivité. Par contre, les dispositifs de mutualisation (mise à disposition, prêt de personnel, partage de compétences) nécessitent de l anticipation et de la préparation. Pour reprendre une formule employée par l un des participants : «la mutualisation n est pas la réactivité». CR de l atelier 4 «Formes d Emploi et de Travail atypiques» 21 mars /6

!!! Formes d emploi et de travail atypiques!! Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012!!!!!

!!! Formes d emploi et de travail atypiques!! Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012!!!!! www.aravis.aract.fr Formes d emploi et de travail atypiques Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012 N 1 Atelier 1- avril 2012 3 exemples de formes d emploi et de travail

Plus en détail

Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis

Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis Atelier débat du 14 Février 2013! Inovallée - Aravis Les différentes formes atypiques d emploi et de travail : innovation sociale? Chantal Prina Anne Guibert www.aravis.aract.fr ! Formes d emploi et de

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies?

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Mutualisations, territorialisation et plateforme de services aux communes claire.vigeant@chora.fr CHÔRA CONSEIL, 6 rue du 8 mai 1945,

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Diagnostic de l organisation et des politiques publiques des collectivités

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel

Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel 3 Novembre 2009 Etat des lieux / Contexte Etat des lieux / Contexte Il existe différentes possibilités de mutualisation des

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte :

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : 1/9 Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : - Pour vous tous : Devenez indépendant avec un statut salarié : Saisissez toutes les opportunités de mission

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

"Comment construire le plan de formation de mon entreprise"

Comment construire le plan de formation de mon entreprise "Comment construire le plan de formation de mon entreprise" Petit Déjeuner RH - 13 Septembre 2012 Les étapes nécessaires à la construction de mon plan de formation Les modalités de mise en œuvre Comment

Plus en détail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail innovation sociale en rhône-alpes FICHE n 27 PRATIQUE MutualisER des ressources HUMAINES Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail Les mutations des entreprises

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Emploi saisonnier, temps partiel, contrats à durée déterminée, sont très présentes dans le tourisme. On peut penser que,

Emploi saisonnier, temps partiel, contrats à durée déterminée, sont très présentes dans le tourisme. On peut penser que, L EMPLOI ATYPIQUE UNE FORME D EMPLOI À VALORISER? INTERVIEW DE CHANTAL PRINA Chargée de mission, Aravis (Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l innovation sociale et l amélioration des conditions

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Temps partagé. La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise

Temps partagé. La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise Temps partagé La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise Le Geyvo vous donne les moyens d intégrer la compétence que vous cherchez.

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1 L objectif du décret 2 Rappel des obligations SST en vigueur avant le Décret 3 Ce qui va changer 4 Zoom CHSCT 5 Zoom Services Santé au travail 6 Inspection du travail 7 Conclusion

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale. Septembre 2010

Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale. Septembre 2010 Présentation du dispositif Permis à 1euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale Septembre 2010 1 Introduction Le permis : une nécessité Les jeunes salariés sont toujours plus nombreux à travailler

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Article L.4612-1 du Code du travail

Article L.4612-1 du Code du travail Jean-Louis CALDERONI tel: 36 309 Frédéric NOTTA tel: 34 446 Jean-michel MOURASSE-MARLACQ tel: 36 817 Jean-Michel BALEIX tel: 35 467 Jacques CHARDONNET tel: 35 693 Jean-Marc DUFAU tel: 34 131 Jean-Yves

Plus en détail

Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale

Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale 1 Introduction Le permis : une nécessité Les jeunes salariés sont toujours plus nombreux à travailler dans

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises!

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises! Patrick Conjard, chargé de mission Anact 1 - septembre 2011 Initialement déployées pour les cadres dans les grandes entreprises, les pratiques d évaluation de la performance individuelle se sont étendues

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

AIDE A DOMICILE - MANDATAIRES

AIDE A DOMICILE - MANDATAIRES INDRE AIDE A DOMICILE - MANDATAIRES PUBLIC Intervenants à domicile sous le statut de mandataire et donc démunis de possibilités d accès aux financements de la formation et de la VAE RESUME DE L ACTION

Plus en détail

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES ADHÉRENTS (DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 6 DECEMBRE 2012) Préambule Le présent règlement est établi en application de l article 14 des statuts. Il complète ce dernier

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

Questionnaire Observatoires Régionaux 2008

Questionnaire Observatoires Régionaux 2008 page 1 sur 18 Questionnaire Observatoires Régionaux 2008 Bilan prévu à l article 12 du Protocole d accord du 30 novembre 2004 page 2 sur 18 Sommaire Préambule...3 Informations générales...4 Référentiels

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

2015 v4. Organisation du travail & Systèmes de formation des adultes

2015 v4. Organisation du travail & Systèmes de formation des adultes 2015 v4 Organisation du travail & Systèmes de formation des adultes Identité Olivier Richaud est consultant en organisation du travail et systèmes de formation des adultes. Il construit son expérience

Plus en détail

Au cœur de l emploi public local

Au cœur de l emploi public local Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l Isère Au cœur de l emploi public local www.cdg38.fr Nous connaître Nos missions Le Centre de Gestion est un établissement public administratif

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE LA FONCTION «RESSOURCES HUMAINES» DU CADRE DE PROXIMITE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel récapitule les éléments de la

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

PRECISIONS SUR LES ACTIONS PROPOSEES

PRECISIONS SUR LES ACTIONS PROPOSEES PRECISIONS SUR LES ACTIONS PROPOSEES Groupe TMS (G - 3.1)------------------------------------------------------------- 2 «Créer un kit de sensibilisation aux TMS à destination des acteurs de prévention

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

MEDICOOP INTERIM Une solution RH innovante pour gérer le personnel non permanent dans le secteur médico-social et médical

MEDICOOP INTERIM Une solution RH innovante pour gérer le personnel non permanent dans le secteur médico-social et médical MEDICOOP INTERIM Une solution RH innovante pour gérer le personnel non permanent dans le secteur médico-social et médical Réseau francophone 30-31/10/2014 Propos introductifs Le secteur médico social est

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? Objectifs. La GPEC en quelques dates clés

LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? Objectifs. La GPEC en quelques dates clés LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? ATELIERS REGIONAUX DE L ORIENTATION Atelier 6 : Diagnostic et GPEC sur l espace territorial 23 NOVEMBRE 2010 Objectifs Remettre en perspective le cheminement

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ L EMPLOI A UN NOM DES SERVICES AUX O C C U P A N T S E T A U X B Â T I M E N T S A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE PROPRETÉ SOURCING RECRUTEMENT BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D SÉCURITÉ /

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL PREAMBULE Au terme d une période de deux ans, les parties s accordent à estimer positive

Plus en détail

BASSINS DE VIE : POUR UNE MEILLEURE ARTICULATION ENTRE L EMPLOI, LA FORMATION ET L ENSEIGNEMENT

BASSINS DE VIE : POUR UNE MEILLEURE ARTICULATION ENTRE L EMPLOI, LA FORMATION ET L ENSEIGNEMENT BASSINS DE VIE : POUR UNE MEILLEURE ARTICULATION ENTRE L EMPLOI, LA FORMATION ET L ENSEIGNEMENT Xavier BODSON Septembre 2009 Editrice responsable : A. Poutrain 13, Boulevard de l Empereur 1000 Bruxelles

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail