Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province"

Transcription

1 Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus souvnt titulairs d un, d un baccalauréat tchnologiqu ou profssionnl ou ncor d un diplôm supériur du prmir cycl qu ls autrs provinciaux. D mêm, ls non-diplômés sont moins nombrux n Brtagn qu partout aillurs. Cs caractéristiqus concrnnt touts ls générations d actifs. Après corrction ds ffts liés à l âg, à la qualification t aux domains profssionnls, cs résultats favorabls à la Brtagn subsistnt. L nivau d formation ds actifs a augmnté avc l allongmnt ds étuds ; il rst millur n Brtagn qu n moynn dans l nsmbl ds régions d provinc. L (Crtificat d Aptitud Profssionnll) st toujours l diplôm l plus souvnt détnu par ls actifs mais ls diplôms supériurs sont d plus n plus fréqunts. En 1999, près d 40 % ds 1,125 million d actifs sont titulairs d un diplôm au moins égal au baccalauréat, soit un point t dmi d plus qu la moynn d provinc. Cs avantags s vérifint dans d nombrux domains profssionnls, pour tous ls nivaux d qualification t qul qu soit l âg ds actifs. C st donc un caractéristiqu fondamntal d la main-d œuvr brtonn. La plus fort proportion d t d baccalauréats tchnologiqus ou profssionnls Parmi l nsmbl ds régions d provinc, c st n Brtagn qu l on obsrv ls parts ls plus importants d titulairs d un (Brvt d Etuds Profssionnlls) t d titulairs d un baccalauréat tchnologiqu ou profssionnl : rspctivmnt 14,5 % t 10,8 %, contr 11,6 % t 9,4 % n provinc. Pour cs diplôms, la Brtagn occup ainsi la prmièr plac, dvant ls Pays d la Loir. Ell st un pu moins bin placé pour ls diplôms supériurs, mais figur au 5 rang ds 21 régions d provinc pour ls diplôms du prmir cycl univrsitair t au 9 rang pour l scond cycl. Ell st dvancé à cs nivaux par ls régions du sud (Provnc-Alps-Côt d Azur, Midi-Pyrénés, Rhôn-Alps, Langudoc-Roussillon) qui offrnt davantag d mplois d haut nivau. 4 Octant n 95 - Novmbr 2003

2 Ls non-diplômés moins nombrux n Brtagn Répartition ds actifs n mploi slon lur diplôm n n % D touts ls régions françaiss, la Brtagn st cll qui détint la plus faibl part d non-diplômés parmi ss actifs n mploi : 8,7 % ds actifs occupés ont déclaré n avoir aucun diplôm contr 12,4 % dans l nsmbl d la provinc. Dans crtains régions comm la Picardi, Champagn-Ardnn ou la Haut-Normandi, ls «sans diplôms» rprésntnt 15 % ds actifs. Ctt moindr proportion d non-diplômés s vérifi dans touts ls générations. Ell st particulièrmnt marqué chz ls ouvrirs t ls mployés mais xist égalmnt pour ls autrs nivaux d qualification Sans diplôm C, brvt BAC général BAC tchnologiqu Brtagn Provinc Diplôm r 1 cycl Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population xploitation complémntair Diplôm 2 ou 3 cycl Répartition ds actifs slon l diplôm, par domain profssionnl n 1999 (n %) Domain Sans diplôm C, Brvt Bac général Bac tchnologiqu ou profssionnl Diplôm supériur 1 r cycl Diplôm supériur 2 ou 3 cycl Ensmbl Srvics aux particulirs (y mplois familiaux, sécurité) 14,5 16,9 12,3 23,2 15,0 4,9 8,5 3,5 1,2 100, Commrc 5,6 7,2 10,5 17,5 15,8 7,5 14,0 15,1 6,8 100, Santé, action social, culturll t sportiv 1,4 2,6 5,2 6,4 9,1 4,6 7,7 40,8 22,2 100, Agricultur, marin, pêch, sylvicultur 13,2 14,8 7,8 14,3 23,3 2,6 15,1 6,8 2,1 100, Gstion, administration 2,2 3,6 7,6 12,2 17,5 7,3 18,2 20,2 11,2 100, Bâtimnt, travaux publics 13,7 8,5 5,8 42,5 13,4 1,7 7,4 4,5 2,5 100, Fonction publiqu, profssions juridiqus 1,9 3,6 13,4 10,2 12,9 13,3 13,6 11,9 19,2 100, Tourism t transports 13,8 11,4 10,2 30,4 16,3 3,4 7,9 4,8 1,8 100, Industri d procss 15,3 10,8 8,9 27,1 16,2 2,8 10,0 7,0 1,9 100, Ensignmnt, formation 0,6 0,5 1,4 2,2 1,4 13,2 4,5 22,7 53,5 100, Hôtllri, rstauration, alimntation 11,1 9,4 10,0 33,7 17,3 4,6 8,0 4,1 1,8 100, Mécaniqu, travail ds métaux 11,7 8,6 5,7 40,0 16,6 1,3 10,0 5,2 0,9 100, Maintnanc 4,5 5,1 4,9 33,5 21,8 1,9 16,3 10,9 1,1 100, Banqus t assurancs 1,4 1,6 10,3 10,5 10,9 13,0 16,8 21,1 14,4 100, Industris légèrs (graphiqus, bois, cuir, txtil) 14,0 12,3 8,7 37,6 13,9 2,3 7,3 2,9 1,0 100, Élctricité, élctroniqu 6,4 7,3 9,5 19,2 18,6 5,2 17,3 15,2 1,3 100, Informatiqu ns ns 3,4 2,4 4,3 5,2 8,5 32,8 42,2 100, Communication, information, spctacls 3,6 2,1 9,1 11,4 6,7 12,4 9,3 20,5 24,9 100, Étuds t rchrch ns ns ns 1,6 ns 1,8 4,1 11,9 77,9 100, Artisanat 44,3 7,9 5,7 23,3 7,8 2,3 3,6 3,1 2,0 100, Ingéniurs t cadrs d l'industri ns ns 3,1 8,9 5,4 3,9 12,2 20,7 41,8 100, Politiqu, rligion ns ns ns ns ns 26,9 ns 13,5 31,7 100, Ensmbl 8,7 8,3 8,5 20,7 14,5 5,6 10,8 12,7 10,2 100, ns : non significatif Sourc : Ins - rcnsmnt d la population xploitation complémntair Octant n 95 - Novmbr

3 En Brtagn, moins d sans diplôm t plus d bachlirs dans touts ls générations d actifs n % Âg Part d actifs sans diplôm n 1999 Part d actifs titulairs d au moins un baccalauréat n 1999 Brtagn Provinc Brtagn Provinc Moins d 30 ans 7,4 11,4 53,8 50,1 D 30 à moins d 45 ans 8,7 12,5 39,5 38,3 45 ans ou plus 9,3 12,8 30,9 30,1 Ensmbl 8,7 12,4 39,3 37,7 Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population xploitation complémntair Pour idntifir ls spécificités d la main-d œuvr brtonn, nous avons comparé l diplôm l plus élvé obtnu par ls actifs n Brtagn à clui obtnu par l nsmbl ds actifs d provinc, àâg, qualification t domain profssionnl équivalnts (ncadré méthodologiqu). A âg t mploi équivalnts, ls actifs brtons toujours plus diplômés Ls écarts d nivau d diplôms ntr la Brtagn t la moynn ds régions d provinc Diplôm 2 ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl BAC tchnologiqu C, brvt Effctifs attndus Différntil régional La corrction ds ffts d structur n rmt pas n caus ls constats cités précédmmnt. Ls «sans diplôms» sont moins nombrux n Brtagn t ls actifs titulairs d un sont surrprésntés, comm ls bachlirs tchnologiqus ou profssionnls, t ls titulairs d un diplôm d prmir cycl univrsitair. Ell compt ainsi d plus qu attndu, baccalauréats tchnologiqus ou profssionnls t diplôms d prmir cycl univrsitair supplémntairs. Plus d chz ls actifs âgés t plus d bacs profssionnls chz ls juns Sans diplôm Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population xploitation complémntair Lctur : n Brtagn, actifs sont titulairs d'un (diplôm l plus élvé obtnu). Si la répartition par diplôms ds actifs brtons était idntiqu à l nsmbl d la provinc, pour chaqu catégori d âg, d qualification t d domain profssionnl, on n comptrait qu titulairs d'un. Ell dégag ainsi un avantag comparatif d supplémntairs. A l'invrs, ll compt " sans diplôm " d moins qu'attndu. Diplôm t mploi occupé : un lin étroit L diplôm d un prsonn qui travaill st étroitmnt lié àla qualification d son mploi, à son âg mais égalmnt au domain profssionnl dans lqul ll xrc. Par xmpl, 58 % ds cadrs t ingéniurs sont titulairs d un diplôm supériur du 2 ou 3 cycl, mais la proportion pass à 75 % chz ls junst50%chzlsplusd45ans. D mêm, ls ouvrirs qualifiésouhautmnt qualifiésdl hôtllri - alimntation - rstauration ou du BTP (Bâtimnt Travaux Publics) sont majoritairmnt titulairs d un, alors qu dans l domain d l élctricité - élctroniqu, ls ouvrirs sont plus souvnt titulairs d un ou d un bac tchnologiqu ou profssionnl. La structur d l économi d la région va donc conditionnr la répartition d la population activ par diplôm. En Brtagn, touts ls générations dégagnt un surrprésntation d diplôms tchniqus ou profssionnls. Chz ls actifs d plus d 45 ans, l st nttmnt plus fréqunt qu n moynn sur l nsmbl ds régions. L bac tchnologiqu t ls diplôms du prmir cycl univrsitair sont aussi surrprésntés dans ctt génération, mais l écart st moins important. Chz ls actifs d âg intrmédiair - 30 à 45 ans - l st ncor l diplôm qui s démarqu l plus d la moynn d provinc, mais la surrprésntation ds bacs tchnologiqus t ds diplôms supériurs du 1r cycl st plus marqué. Chz ls moins d 30 ans, l décalag favorabl à la Brtagn concrn tous ls nivaux d diplôms supériurs au, qu ils soint d nsignmnt général, tchniqu ou profssionnl. La surrprésntation st maximal pour ls baccalauréats tchnologiqus t ls diplôms du prmir cycl univrsitair ou équivalnts. 6 Octant n 95 - Novmbr 2003

4 Méthodologi La msur ds écarts ntr l diplôm ds actifs brtons t la moynn ds actifs d provinc Pour msurr, n trm d diplôm, ls spécificités d la main-d œuvr brtonn ayant un mploi, l étud compar l diplôm l plus élvé obtnu par ls actifs brtons avc clui obtnu n moynn par l nsmbl ds actifs d provinc. L analys structurll-résidull, utilisé ici pour msurr ls écarts, consist à calculr dans un prmir tmps l nombr théoriqu d diplômés pour un catégori d actifs, n supposant qu la répartition ds actifs par diplôms soit idntiqu à la moynn d provinc. La catégori st défini par croismnt ntr l domain profssionnl, l nivau d qualification d l mploi occupé t l âg d la prsonn. Dans un scond tmps, ct ffctif théoriqu, ou ffctif attndu, st comparé àl ffctif rél d la région. La différnc, applé fft résidul ou ncor différntil régional, prmt d idntifir ls spécificités régionals. L croismnt ntr ls 22 domains profssionnls, ls 7 nivaux d qualification (mployés, ouvrirs qualifiés t hautmnt qualifiés, tchnicins t profssions intrmédiairs )tls trois tranchs d âg (moins d 30 ans, 30 à 44 ans, 45 ans t plus) aboutit à définir 207 catégoris. Crtains domains n comptnt qu un ou dux nivaux d qualifications (ingéniurs t cadrs d l industri, srvics aux particulirs ). Exmpl : Ouvrirs qualifiés ou hautmnt qualifiés du BTP, d 30 à 44 ans Répartition ds diplôms sur l'nsmbl ds régions d provinc (n %) Sans diplôm C, Brvt Bac général Bac tchnologiqu ou profssionnl Diplôm supériur 1 r cycl Diplôm supériur 2 ou 3 cycl Total Brtagn 18,8 5,3 5,1 50,0 12,8 1,2 4,4 1,7 0,7 100,0 Effctifs attndus n Brtagn Effctifs réls n Brtagn Différntil régional Lctur : si ls ouvrirs qualifiés du BTP âgés d 30 à 44 ans détnaint, n proportion, ls mêms diplôms qu ctt catégori d'actifs dans l'nsmbl ds régions d provinc, sraint sans diplôms (18,8 % d ). En Brtagn, on n dénombr sulmnt 3 036, la région présnt donc " un déficit " d sans diplôm dans ctt catégori, compnsé par un xcédnt d titulairs d t. Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population xploitation complémntair La surrprésntation ds, baccalauréats tchnologiqus t profssionnls t diplôms d nivau prmir cycl univrsitair concrnnt plus d la moitié ds domains profssionnls. L écart avc la moynn d provinc, à qualification t âgs équivalnts, st pu marqué dans l nsignmnt-formation, l informatiqu, t chz ls cadrs d l industri. Surqualification d crtains ouvrirs t mployés La probabilité d occupr un mploi d manœuvr ou d ouvrir non qualifié lorsqu on st titulair d un, d un, ou mêm d un bac tchnologiqu st plus fort n Brtagn qu aillurs. L inadéquation ntr l diplôm t l mploi occupé st donc plus fréqunt qu n moynn dans ls autrs régions d provinc pour ls mplois pu qualifiés. Ainsi n Brtagn, ls agnts d ntrtin, ls ouvrirs non-qualifiés du bâtimnt ou d l agroalimntair, ls mployés non qualifiés du commrc, d la manutntion ou du transport sont souvnt titulairs d un t parfois d un baccalauréat, diplôms qui dvraint lur prmttr d occupr un mploi nttmnt plus qualifié. Un légr déficit d diplômés du supériur (2 t 3 cycl) Dans la région, près d actifs sont titulairs d un diplôm du 2 ou 3 cycl univrsitair ou équivalnt. La pris n compt ds ffts d structur n fait pas disparaîtr l légr déficit d cs diplômés. Mais l décalag rst faibl t concrn ssntillmnt ls indépndants t ls cadrs ls plus âgés dans l agricultur-pêch, l commrc t l BTP. Il n xist pas chz ls juns cadrs. Dans ls autrs domains, cs diplômés sont corrctmnt rprésntés, sans toutfois dépassr la moynn d provinc. Pu d non-diplômés : un avantag indéniabl pour ls ntrpriss d la région En 1999, prsonns n mploi n avaint aucun diplôm. Si l nivau d diplôm ds actifs brtons était conform au nivau moyn ds régions d provinc - àâg, domain profssionnl t qualification ds mplois équivalnts - on dvrait comptr actifs non-diplômés n Brtagn, soit d plus. Dans l BTP, ils sraint au liu d , dans ls srvics à la prsonn au liu d Ls titulairs du (Crtificat d Etuds Primairs) ou du sont égalmnt moins nombrux dans la région qu n moynn, toujours à structur comparabl, mais ls écarts sont moins marqués pour cs dux diplôms. Ls domains qui mploint baucoup d ouvrirs t d mployés bénéficint ainsi d un main-d œuvr plus diplô- Octant n 95 - Novmbr

5 La nomnclatur ds famills profssionnlls : un nomnclatur d métirs La nomnclatur utilisé dans l étud st cll ds famills profssionnlls. Ell a étéétabli n rapprochant la nomnclatur ds PCS (Profssions t Catégoris Socioprofssionnlls), utilisé pour la codification d la profssion au rcnsmnt d la population, t l cod ROME (Réprtoir Opérationnl ds Métirs t ds Emplois) utilisé pour codifir ls dmands d mploi. Cs dux nomnclaturs répondnt à ds logiqus différnts. La PCS caractéris l statut t la profssion, l ROME s appui sur l métir xrcé, ls savoirs t ls savoir-fair. La nomnclatur ds famills profssionnlls st un combinaison ds dux t tint compt du métir xrcé, ds savoirs mobilisés, du nivau d qualification d l mploi. Ell n prnd pas n compt l sctur d activité d l établissmnt mployur ni l statut d la prsonn (indépndant, salarié). Ainsi ls boulangrs, qu ils soint artisans ou ouvrirs qualifiés dans un établissmnt industril, sront classés dans la mêm famill profssionnll. Ctt nomnclatur s déclin n plusiurs nivaux : - 22 domains profssionnls, - 84 famills profssionnlls, famills profssionnlls détaillés. Exmpl : l plombir - Domain profssionnl : BTP - Famill profssionnll : ouvrirs qualifiés du scond-œuvr - Famill profssionnll détaillé : plombirs, couvrurs, chauffagists Ls nivaux d analys rtnus dans l étud sont d dux ordrs : l domain profssionnl (22 nivaux) t l nivau d qualification d l mploi occupé n 7 posts (mployés, ouvrirs qualifiés t hautmnt qualifiés, tchnicins t profssions intrmédiairs ). La notion d indépndants n prnd pas ici l sns habitul rncontré dans ls étuds publiés jusqu ici par l Ins Brtagn (agriculturs, artisans, commrçants, t prstatairs d srvics à lur compt). C post st ici ssntillmnt composé ds agriculturs xploitants. D mêm, l domain d l artisanat st limité aux artisans d art, ls autrs artisans étant classés dans l domain qui s rapproch l plus d lur compétnc. Ls domains profssionnls n Brtagn En 1999, actifs n mploi résidnt n Brtagn. L domain ds srvics aux particulirs rgroup prèsd13%d cs actifs. Ls autrs domains compt moins d 10 % ds actifs chacun. Quatr domains sont plus rprésntés dans la région qu dans la moynn ds régions françaiss : l agricultur-pêch, l BTP, ls industris d procss t l hôtllri-rstauration-alimntation. L importanc d cs dux drnirs domains st étroitmnt lié à la présnc ds industris agroalimntairs n Brtagn, sctur qui mploi ds prsonnls d fabrication t compt d nombrux mplois rlvant ds métirs d l alimntation. mé qu n moynn. C st l cas notammnt ds assistants matrnlls, mployés d commrc, manœuvrs t agnts d ntrtin 1, t ds agnts hospitalirs. En Brtagn, dans l commrc, la gstion - administration, la santé - action social, la fonction publiqu t ls profssions juridiqus, à qualification t âg égaux, ls actifs possèdnt plus souvnt un ou un bac tchnologiqu qu dans d autrs régions (t moins souvnt un ou ). Dans ls domains moins importants, n trms d ffctifs, d la maintnanc t d la banqu - assuranc, l constat st idntiqu. Ls actifs d l agricultur plus diplômés qu aillurs L agricultur-pêch st un composant important d l économi brtonn. Ell rgroup plus d 8 % ds actifs d la région contr 5,4 % sur l nsmbl d la provinc. Comm dans baucoup d autrs domains, ls diplôms obtnus sont plus élvés 1: agnts d ntrtin ds collctivités (y compris hôpitaux, établissmnts d nsignmnt) ainsi qu cux ds ntrpriss privés spécialisés ou non dans ctt activité qu n moynn : l s substitu souvnt au, l bac tchnologiqu ou profssionnl au t dans un moindr msur l DUT ou l BTS au bac. Ls non-diplômés rprésntnt 13 % ds actifs, contr prèsd20%sur l nsmbl d la provinc. A structur comparabl, la faibl part d non-diplômés st in fin compnsé par un surcroît d titulairs d baccalauréats tchnologiqus ou profssionnls t d. L bon nivau d diplôms ds actifs s vérifi nttmnt chz ls indépndants t plus ncor chz ls ouvrirs qualifiés ou hautmnt qualifiés du sctur. Très pu d non-diplômés dans l BTP Dans l BTP brton, ls «sans diplôms» rprésntnt 13,7 % ds ffctifs, contr 21 % sur l nsmbl d la provinc. Chz ls manœuvrs t ouvrirs non qualifiés, l écart st plus grand : 25 % n ont pas d diplôm n Brtagn, 37 % n provinc. Dans c sctur, c st souvnt l qui s substitu à l absnc d diplôm mais tous ls nivaux d diplôms sont un pu miux rprésntés qu n moynn n provinc. Ls ouvrirs qualifiés notammnt (maçons, pintrs, plombirs ), à tous ls âgs, sont plus souvnt titulairs d un ou d un qu dans d autrs régions. Davantag d dans l industri, l commrc, l transport t l hôtllrirstauration-alimntation Dans ls domains industrils (industri d procss, mécaniqu-travail ds métaux, maintnanc), l st baucoup plus fréqunt n Brtagn, toujours n compnsation d un absnc d diplôm ou d un diplôm moins élvé. C constat vaut pour tous ls nivaux d qualification : ouvrirs, tchnicins, agnts d maintnanc t agnts d maîtris. L hôtllri - rstauration - alimntation t l transport comptnt aussi nttmnt plus d qu aillurs. Indépndants, ouvrirs qualifiés, srvurs, chauffurs ont ainsi un millur nivau d formation qu dans la moynn ds régions françaiss. Dans l commrc, l avantag s accompagn d un surrprésntation notabl ds baccalauréats tchnologiqus ou profssionnls t ds diplôms supériurs du 1 r cycl. 8 Octant n 95 - Novmbr 2003

6 Comparaison ntr l nombr attndu d diplôms t l nombr rél par domain Effctifs attndus ntr la Brtagn t la moynn ds régions d provinc, à âg t qualification équivalnts Différntil régional Srvics aux particulirs BTP Santé - Action social, culturll t sportiv Diplôm 2 ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl BAC tchnlogiqu C, Brvt Sans diplôm Diplôm 2 ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl BAC tchnologiqu C, Brvt Sans diplôm Commrc Agricultur-Pêch Mécaniqu -Travail ds métaux Diplôm 2 ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl Tourism t transport Gstion-Administration Hôtllri-Rstauration-Alimntation BAC tchnologiqu C, Brvt Sans diplôm Diplôm 2 ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl Industri d procss Maintnanc Banqu-Assuranc BAC tchnologiqu C, Brvt Sans diplôm NB : attntion aux comparaisons ntr domains, ls échlls sont différnts d un graphiqu à l autr. Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population xploitation complémntair Octant n 95 - Novmbr

7 Ls migrations d actifs : surtout ds départs d juns actifs très diplômés Sur la périod , l bilan migratoir ds actifs n mploi avc ls autrs régions françaiss st prsqu équilibré : actifs ont quitté lur région pour s installr n Brtagn, t sont partis pour habitr un autr région français. Mais la Brtagn a plutôt gagné ds actifs pu qualifiés t prdu ds juns diplômés dl nsignmnt supériur. Ell st, après ls régions Nord-Pas-d-Calais t Lorrain, cll qui affich l déficit migratoir l plus important pour ls actifs diplômés d l nsignmnt supériur. Cs juns ont quitté la région n cours d étuds pour poursuivr lur cursus d formation ou à la fin d lurs étuds pour prndr un prmir mploi aillurs : dans 30 % ds cas n Il-d-Franc, t dans 20 % dans ls Pays d la Loir. C st l Il-d- Franc qui tir l millur bénéfic du chassé-croisé ds juns actifs haut diplômés, mais l sold migratoir ds diplômés dusupériur brtons st déficitair avc nuf autrs régions ; il n st légèrmnt positif qu avc ls régions Nord-Pas-d-Calais t Lorrain. L dynamism d la création d mploi d la décnni 90 n Brtagn a toutfois limité l déficit migratoir, n favorisant l arrivé d nombrux diplômés dans la région : diplômés du2 ou 3 cycl t diplômés du 1 r cycl. Ls migrants sont juns t l plus souvnt trèsdiplômés : 80 % ds partants t ls dux tirs ds nouvaux arrivants étaint âgés d moins d 40 ans n Près d la moitié ds migrants sont diplômés d l nsignmnt supériur, alors qu cs diplômés rprésntnt moins du quart ds actifs dans la région. Près d 60 % ds partants t la moitié ds nouvaux arrivants occupnt un mploi d cadr supériur, ingéniur, tchnicin ou xrc un profssion intrmédiair. Ls ouvrirs t mployés sont moins mobils. Ls actifs ayant quitté la région sont toutfois plus juns qu cux qui l'ont rjoint. Ainsi pour tous ls nivaux d diplôms supériur ou égal au baccalauréat, l sold migratoir st négatif avant 30 ans t rdvint positif dès 33 ans. C sont ls juns Diplôm 2 cycl ou 3 cycl r Diplôm 1 cycl BAC tchnologiqu C, brvt ds collègs Sans diplôm Sourc : Ins - Rcnsmnt d la population d 1999 diplômés d l'nsignmnt supériur qui constitunt l noyau du déficit. Sur la décnni, la région accus ainsi un prt d juns actifs titulairs d'un diplôm supériur d 2 ou 3 cycl t âgés d22à 33 ans n 1999 ; cll-ci n'st pas compnsé par l gain d diplômésdusupériur d plus d 33 ans. La migration st moins important t l déficit moins sévèr pour Sold (arrivés - départs) Migrations d'actifs n mploi ntr la Brtagn t ls autrs régions françaiss âg n 1999 Arrivés Départs Sold Lctur : ls migrations sont analysés slon l'âg t l statut d'activité n 1999, sur la périod ; l départ d'un actif d 29 ans n 1999 a donc u liu ntr 20 t 29 ans t put êtr lié à l'mploi mais aussi à la formation. Par aillurs, n sont comptabilisés qu ls mouvmnts d prsonns ayant un mploi n 1999 t qui habitaint un région différnt d cll d 1990 ; ls migrations avc départ après 1990 t rtour avant 1999 n sont pas comptés. Sourc : Ins - rcnsmnt d la population d 1999 ls diplômés supériurs d 1 r cycl. Chz ls bachlirs, ls départs sont plus nombrux qu ls arrivés dans ls juns générations mais l mouvmnt s'invrs dès 33 ans, t l sold st au final prsqu nul. Quant aux titulairs d diplôms infériurs au bac, ls mouvmnts sont moins nombrux, s'équilibrnt aux âgs ls plus juns t sont xcédntairs ntr 30 t 40 ans. 10 Octant n 95 - Novmbr 2003

8 Ds nivaux d formation plus élvés dans la gstion-administration t la banqu-assuranc En Brtagn comm aillurs, ls nondiplômés sont rars dans la gstion - administration t la banqu - assuranc. La région s distingu ici par un sous-rprésntation ds, Brvt t au bénéfic d diplôms plus élvés, t surtout ds diplôms supériurs du 1 r cycl. L st surrprésnté dans la gstion - administration, t l baccalauréat tchnologiqu dans la banqu - assuranc. Qualification t diplôm / Sophi Audric ; Ins, Division croissanc t politiqus macroéconomiqus - Dans : La Société français : donnés socials (2002, nov.) Qu ils travaillnt ou non, ls juns sont d plus n plus diplômés/irèn Houssais, François-Xavir Dussud ; Ins Brtagn - Dans Octant n 87 (2001, oct.). Pour n savoir plus Prospctiv mploi-formation à l horizon 2010 / Estll Orivl ; Ministèr d l éducation national, Dirction d la programmation t du dévloppmnt (DPD). - Dans : Not d information [DPD]. - N 30 (2002, juil.) Résultats du baccalauréat 2003 / Académi d Rnns - Dans Zoom, ls dossirs thématiqus d l Académi d Rnns - (2003, juil) t sur Dans la fonction publiqu, la situation st smblabl, mais n tnant compt d la structur par âg t qualification, ls ffts sont moins marqués. n Irèn Houssais Octant n 95 - Novmbr

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages Population Il s'agit d la la population municipal. Ell comprnd ls prsonns ayant lur résidnc habitull sur l trritoir d la commun, dans un logmnt ou un communauté, ls prsonns détnus dans ls établissmnts

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 L nsmbl du Consil Municipal était présnt à l xcption d Mm ELIES, absnt xcusé, d M. BATANY absnt xcusé t d Mm MADEC absnt

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson Ls Nombrs n Coulurs L s d jux Labuchtt J an Husson Nots méthodologiqus L matéril 1. Ls régltts sont évidmmnt l matéril cntral qui doit prmttr à l nfant d jour d abord t d calculr surtout. Ells ont subi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

Gaines. Documentation technique

Gaines. Documentation technique Gains Documntation tchniqu Hygièn ds locaux, conort t modrnité, acilité d installation, ls gains d vntilation d Etrnit ornt d multipls possibilités dans la plupart ds bâtimnts d habitation, trtiairs ou

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation.

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2013 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur JANVIER 2014 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur Ont contribué à la rédaction tchniqu : ls partnairs Cntr hospitalir univrsitair Dupuytrn Srvic d pharmacologi t toxicologi pharmacovigilanc 2, avnu Martin Luthr King 87042 LIMOGES cdx Tél. 05 55 05 55

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de. Gestion des Entreprises et des Administrations

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de. Gestion des Entreprises et des Administrations Enquêt National sur l dvnir ds diplômés d DUT 22 Gstion ds Entrpriss t ds Administrations Résultats d l IUT d Rims-Châlons-Charlvill (Not d synthès sur ls diplômés d formation initial hors altrnanc) Octobr

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003 t évolution ds PEA bancairs au duxièm trimstr 23 D après ls résultats d la drnièr nquêt trimstrill mné par la Banqu d Franc auprès ds établissmnts bancairs, la valur ds titrs déposés sur ds compts PEA

Plus en détail

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises dans lur démarchd innovation Innovation t Dévloppmnt Endogèn ds Entrpriss Soutnir ls PME-PMI UIMM Loir METALLURGIE rhodaninn UIMM Langudoc-Roussillon Auxrr UIMM Bourgogn Dijon UIMM PACA Nvrs CSM Haut-Savoi

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Que faire après la MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Centre de psychologie et d orientation scolaires

Que faire après la MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Centre de psychologie et d orientation scolaires Qu fair après la 9? MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Cntr d psychologi t d orintation scolairs Introduction 2 sommair Préfac d Madam Mady Dlvaux-Sthrs, Ministr d l

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au quatrième trimestre 2004

Structure et évolution des PEA bancaires au quatrième trimestre 2004 t évolution ds PEA bancairs au quatrièm trimstr Sur la bas ds résultats d la drnièr nquêt trimstrill mné par la Banqu d Franc auprès ds établissmnts bancairs, la valur ds titrs déposés sur ds compts PEA

Plus en détail

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR N 8 Magazin d information du Cntr d Gstion d la fonction publiqu trritorial d la Haut Savoi DOSSIER P. 6 Ls démarchs RH : présntation & rtour sur xpérinc à la CCPR P.3 L CDG 74 présnt au forum ds collctivités

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011 ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N - Mai 11 Trritoir Ls ZUS francilinns : un paysag contrasté L Il-d-Franc compt 1 zons urbains snsibls. Ls 1, million d prsonns habitant cs trritoirs prioritairs d la politiqu

Plus en détail

La difficulté scolaire

La difficulté scolaire La difficulté scolair Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Idntifir la difficulté Outils t dispositifs Différnts nivaux d aid L rôl du Dirctur Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Un pu d Histoir : 1883

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

Où la France. se situe-t-elle par rapport aux autres pays de l Union européenne et de l OCDE?

Où la France. se situe-t-elle par rapport aux autres pays de l Union européenne et de l OCDE? Ls NEET Où la Franc s situ-t-ll par rapport aux autrs pays d l Union uropénn t d l OCDE? En 2013, la Franc métropolitain compt 13,8 % d NEET parmi ls juns âgés d 15 à 29 ans, alors qu la part d NEET d

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

INDUSTRIE. Pour accéder directement à la fiche qui vous intéresse, cliquez sur le titre. Vous pouvez revenir au sommaire INDUSTRIE grâce à ce bouton!

INDUSTRIE. Pour accéder directement à la fiche qui vous intéresse, cliquez sur le titre. Vous pouvez revenir au sommaire INDUSTRIE grâce à ce bouton! INDUSTRIE 114 Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair INDUSTRIE grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte Bulltin d souscription Xaélidia Contrat d assuranc vi libllé n uros t/ou n unités d compt Cods produits : Duré viagèr : 2277 Duré détrminé : 2278 A. Souscriptur/Assuré Co-Souscriptur/Co-Assuré* Tous ls

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS :

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS : Soair du guid. - IMPORTANT - Passag d rou faibl Véhiculs non chaînabl un ATTENTION! Cs pags continnnt ds informations importants. Véhiculs non chaînabl un GÉNÉRALITÉS : CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES,

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis La sécurité social n Blgiqu Caractéristiqus t défis Danièl Muldrs t Robrt Plasman Déparmnt d économi appliqué d l Univrsité Libr d Bruxlls 1 La sécurité social n Blgiqu: introduction Prmir mps: Fin XIX

Plus en détail