LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011"

Transcription

1 IFSI 1ère année promotion NP

2 Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température Les variations de température Quelques points Intensité de la fièvre Conduites à tenir Exemple 2

3 Définition de l homéothermie C est la faculté de maintenir constante la température de son corps. Ceux qui la possèdent sont dits homéothermes ou à sang chaud leur température est comprise entre 36 8 et 37 5 A l opposé, le terme poïkilotherme désigne les espèces qui subissent des variations de température L homme est homéotherme, les mammifères et les oiseaux sont homéothermes, Les animaux sont poïkilothermes, ceux qui hibernent. 3

4 définition de la thermorégulation C est un équilibre fin et délicat obtenu entre la thermogenèse (c est-à-dire la production de chaleur), et la thermolyse (c est à dire la perte de chaleur) Cet équilibre nécessite une régulation constante. On parle d homéochimie pour désigner le travail des enzymes maintenant la température corporelle. C est un métabolisme constant. Cet équilibre permet la survie de l homme dans toutes les conditions Les contraintes peuvent être environnementales ou énergétiques Enzymes : (substances organiques actives capables de produire des réactions chimiques et favorisant la digestion) 4

5 Les modes de transmission de la chaleur La radiation : émission de rayon infra rouge entre le corps et les objets La conduction : échange de chaleur par contact direct La convection : échange de chaleur avec un fluide en mouvement L évaporation : changement d état d un liquide qui passe à l état gazeux En physique, on gagne de la chaleur ou on perd du froid, on parle de calorie ou de frigorie Selon les actions mises en œuvre ces phénomènes seront plus ou moins importants 5

6 Régulation de la température C est au niveau l hypothalamus que se situe le centre thermorégulateur. Ce centre contient des cellules sensibles aux informations de tous les récepteurs cutanés et centraux. Il analyse les informations et donc la température, en permanence et les compare, à la valeur de base : 37 6

7 Les variations de température Variation haute Les récepteurs de la peau captent une information, la transmettent à l hypothalamus qui déclenche une réponse Lorsque la température du corps est supérieure à 37, le mécanisme de la transpiration se déclenche pour obtenir la valeur souhaitée La transpiration ou plutôt sudation est un mécanisme actif de destruction de chaleur.c est l évaporation qui va favoriser la régulation En fait, il se produit une vasodilatation périphérique au niveau des vaisseaux sanguins; le sang qui parvient au niveau cutané permet les échanges de chaleur entre le corps et l extérieur : c est l évaporation On parle d hyperthermie pour désigner une variation haute 7

8 Les variations de température Variation basse Ce sont les frissons qui vont exprimer la valeur basse. Le frisson correspond à la contraction musculaire qui va produire de l énergie pour lutter. C est ce que l on observe lors d une poussée de fièvre Le phénomène de contraction musculaire est corrélé à l oxydation des cellules pour libérer de la chaleur et à une vasoconstriction des vaisseaux Sanguins au niveau cutané pour limiter les pertes de chaleur. Le frisson est également constaté dans les variations hautes, il se produit alors une vasoconstriction pendant le frisson puis une vasodilatation lors du mécanisme de sudation On parle d hypothermie pour désigner une température basse qui peut être due à certains types d affections ou à un refroidissement important et prolongé 8

9 Quelques points LA THERMOREGULATION La thermogenèse vient de la dépense énergétique nécessaire pour assurer les fonctions vitales L énergie est produite par combustion des aliments métabolisés par le corps Les aliments énergétiques les plus favorables sont les protéines Lorsque l organisme n arrive pas à compenser une variation de température imposée, il y a selon les cas hypothermie ou hyperthermie au coup de chaleur La température corporelle varie d un individu à l autre selon un rythme dit circadien qui correspond au rythme de la journée d un individu Chez la femmes, la température varie selon la période du cycle 9

10 Intensité de la fièvre LA THERMOREGULATION On parle de fièvre à partir de 38 Un fébricule correspond à une petite fièvre entre 37,5 C et 38 C Une fièvre modérée est comprise entre 38 et 39 Évolution de la fièvre se fait par l analyse de la courbe de température quotidienne diurne (le jour) et nocturne (la nuit) Une fièvre peut être d apparition brutale quelques minutes ou quelques heures 10

11 Conduite à tenir En cas de forte chaleur il faut : 1. Hydrater et ventiler 2. S assurer de la fraîcheur de la pièce 3. Faire boire régulièrement 4. Pulvériser, mouiller le corps et le visage régulièrement 5. Faire prendre des douches et des bains dans la mesure du possible 11

12 Conduite à tenir En cas d hypothermie ou de risques de gelures il faut : 1. Prendre des précautions pour éviter d accroître l hypothermie et l extension des gelures 2. Ne pas exposer la personne à la chaleur directe 3. Recouvrir les parties gelées avec un bandage propre en évitant tout traumatisme de la peau devenue très fragile 4. Ne pas donner d alcool pour réchauffer, cela peut favoriser un choc thermique 12

13 Exemple La canicule de l été 2003 est un aspect d une défaillance de la thermorégulation Des individus fragiles, compte tenu d une chaleur estivale extrême, sur une période assez longue, sont décédés décès Mise en avant d une insuffisance sanitaire mais aussi d un problème social Mise en place d un plan canicule avec une veille sanitaire et météorologique opérationnelle tous les étés 13

14 14

15 Merci de votre attention 15

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

Plan. 1 Définition de la thermorégulation

Plan. 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation Plan 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation (1) Deux classes d espèces animales - Poïkilothermes = ectothermes (espèces primitives) température centrale varie avec conditions

Plus en détail

Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION

Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION 1 Plan du cours : 1) Introduction 2) Température corporelle 3)

Plus en détail

IFSI de Versailles : 1 ère année Promotion 2001-2004. La thermorégulation

IFSI de Versailles : 1 ère année Promotion 2001-2004. La thermorégulation La thermorégulation L homme est un homéotherme : capable de maintenir sa T centrale constante malgré les variations de T ambiante : 37 C Seuls les viscères profonds (foie, cerveau, sont a T constante.

Plus en détail

Le froid. JLH Cmas *** 1

Le froid. JLH Cmas *** 1 Le froid JLH Cmas *** 1 Plan Objectif Mécanisme La régulation thermique La neutralité thermique Les sources de chaleur Production de chaleur (thermogenèse) La déperdition de chaleur en plongée thermolyse)

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

de la Pr. André Denjean Cours de Physiologie PCEM2 Année

de la Pr. André Denjean Cours de Physiologie PCEM2 Année Physiologie de la Thermorégulation Pr. André Denjean Cours de Physiologie PCEM2 Année 2007-2008 Plan Introduction, Généralités La température corporelle Thermorécepteurs et Centres régulateurs Thermogénèse

Plus en détail

1 - Principes de base :

1 - Principes de base : Bioénergétique 1 - Principes de base : Définition : études des échanges et des transformations d NRJ chez l Homme. Echanges notamment d NRJ chimique, thermique et mécanique. Loi de la thermodynamique :

Plus en détail

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération HYPOTHERMIE DEFINITION Un organisme homéotherme présente une hypothermie lorsque la température profonde est inférieure de plus d'une déviation standard à la température moyenne soit en pratique une température

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée.

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée. Lucerne, le 1.6.2006 Factsheet Chaleur 1. Introduction Toute activité impliquant une exposition à la chaleur combinée avec des efforts intenses et le port de vêtements inappropriés provoque un échauffement

Plus en détail

Controle de la temperature du nouveau-né. Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais

Controle de la temperature du nouveau-né. Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais Controle de la temperature du nouveau-né Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais Controle de la temperature du nouveau-né 1) Perte de la chaleur et temperature corporelle normale 2) Protection thermique

Plus en détail

Le soin de l aisselle La réponse Dove, douce et efficace

Le soin de l aisselle La réponse Dove, douce et efficace Le soin de l aisselle La réponse Dove, douce et efficace Les aisselles, une zone unique et particulièrement fragile de votre corps l La peau des aisselles est particulièrement fine et les poils y sont

Plus en détail

Ambiances thermiques. La surveillance médicale

Ambiances thermiques. La surveillance médicale Ambiances thermiques La surveillance médicale 1. Quels sont les effets du travail au froid ou à la chaleur?...2 2. Quelle est la perte hydrique maximale sur une journée?...2 3. Qu'est-ce l'acclimatement

Plus en détail

ÉNERGIE. Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui limitent les performances!

ÉNERGIE. Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui limitent les performances! Optimiser la récupération chez le cheval de compétition Susana Macieira, DMV Clinicienne Ambulatoire équin Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui

Plus en détail

THERMOREGULATION. Homéothermie Thermogénèse Thermolyse. UE 2.5 -Laurence LAGARDE

THERMOREGULATION. Homéothermie Thermogénèse Thermolyse. UE 2.5 -Laurence LAGARDE THERMOREGULATION Homéothermie Thermogénèse Thermolyse 1 Homéothermie Maintien de la température centrale 37 C +/-0.5 Température centrale indépendante du milieu ambiant (Température centrale dépendante

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

Thermorégulation et Chronobiologie

Thermorégulation et Chronobiologie Thermorégulation et Chronobiologie Dr Aude Carillion aude.carillion@psl.aphp.fr Département d Anesthésie-Réanimation, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Thermorégulation Thermorégulation Introduction

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

La thermothérapie Cours n o 336

La thermothérapie Cours n o 336 La thermothérapie Cours n o 336 Dans le cours précédent, nous avons notamment parlé d hydrothérapie chaude. Il s agit en fait d une forme de thermothérapie. Celle-ci n est rien d autre que le recours à

Plus en détail

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 13 Equilibre hydrique, électrolytique et acidobasique Fonction essentielle

Plus en détail

Trop froid! Comment garder sa chaleur corporelle en hiver

Trop froid! Comment garder sa chaleur corporelle en hiver Trop froid! Comment garder sa chaleur corporelle en hiver L arrivée de l hiver ne marque pas la fin des activités extérieures ni du plaisir à être dehors. Il est important de rester actif durant les mois

Plus en détail

Attention danger Canicule!!

Attention danger Canicule!! Attention danger Canicule!! Le «temps qu il fait» est l un des premiers facteurs à prendre en considération. Il faut être vigilant dès que la température ambiante (à l ombre) dépasse dans la journée 30

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE DANS LES LIEUX DE VIE AUTEUR : MICHEL LE GUAY

CONFORT THERMIQUE DANS LES LIEUX DE VIE AUTEUR : MICHEL LE GUAY CONFORT THERMIQUE DANS LES LIEUX DE VIE AUTEUR : MICHEL LE GUAY Sommaire 1... Confort et ambiance intérieure 1.1... Le corps humain 1.1.1... Le métabolisme 1.1.... Régulation thermique du corps humain

Plus en détail

CENTRE DE LA TOUR DE GASSIES. Sudation du moignon. Dr Rémi Klotz Centre de la Tour de Gassies

CENTRE DE LA TOUR DE GASSIES. Sudation du moignon. Dr Rémi Klotz Centre de la Tour de Gassies CENTRE DE LA TOUR DE GASSIES Sudation du moignon Dr Rémi Klotz Centre de la Tour de Gassies Transpirer, c est quoi? Produire : glandes sudoripares (eccrines) : 2 millions chez l homme, 500ml par jour Evacuer

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

ambiance thermique 4

ambiance thermique 4 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option 2 Ergonomie de l

Plus en détail

Dr BOGGIO Les nutriments et le métabolisme 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Les nutriments et le métabolisme 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO Les nutriments et le métabolisme 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 11 Nutrition et métabolisme Fonction physiologique de l alimentation (l'alimentation a

Plus en détail

Humidité, Chaleur et Nouveau-Né. J.M. Bartoli Pôle Parents-Enfants Hôpital St Joseph Marseille

Humidité, Chaleur et Nouveau-Né. J.M. Bartoli Pôle Parents-Enfants Hôpital St Joseph Marseille Humidité, Chaleur et Nouveau-Né J.M. Bartoli Pôle Parents-Enfants Hôpital St Joseph Marseille 1884 1857 1883 1883: Tarnier 1902 Réchauffement et morbidité Coney Island Sides Shows (DR Martin Courney) 1907

Plus en détail

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF Dr Frédéric MATON SUIVI MEDICAL SE CONNAÎTRE! MODE D ENTRAINEMENT EQUIPEMENT FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ETIREMENTS REGLES DIETETIQUES Visite d aptitude: Quel intérêt?

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Contrainte thermique Les effets sur le corps

Contrainte thermique Les effets sur le corps Un partenariat Contrainte thermique Les effets sur le corps La contrainte thermique, par la chaleur ou par le froid, enclenche des mécanismes physiologiques de régulation permettant au corps de maintenir

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

La sémiologie de la température du corps :

La sémiologie de la température du corps : La sémiologie de la température du corps : 1- INTRODUCTION : Chaleur corporelle T =Cte Thermogénèse Centre thermorégulateur Thermolyse Activité physique Combustion des éléments Activité vasculaire Commentaire

Plus en détail

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012 Le Froid Cours Niveau 4 Février 2012 Plan I. Objectif II. Introduction III. Mécanismes de perte de chaleur IV. Mécanismes de défense V. Cas particulier VI. Comportement du guide de palanquée I. Objectif

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

Les conditions environnementales. M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci)

Les conditions environnementales. M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) Les conditions environnementales La thermorégulation et ses limites à l exercice physique M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) I Les mécanismes Facteurs de l équilibre

Plus en détail

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE ET MEDECINE Pour entretenir une peau jeune : = hygiène de vie saine et équilibrée, riche en vitamines et antioxydants, bonne hydratation per os = cosmétologie,

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire

Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire Mercredi 1er juillet 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Mâcon, le 30 juin 2015 Fortes chaleurs dans le département de Saône-et-Loire Déclenchement du niveau

Plus en détail

Le Froid. L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N CoDep 50

Le Froid. L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N CoDep 50 Le Froid L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N4 2010 CoDep 50 * Cerveau, Organes du thorax et Abdomen Causes et mécanismes Neutralité thermique

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Introduction : Copier/coller dans la barre d adresse internet : http://www.youtube.com/watch?v=ehynwvndugc Christophe Lemaître 100m, 9.98 secondes,

Plus en détail

Les adaptations au froid chez les oiseaux

Les adaptations au froid chez les oiseaux Les adaptations au froid chez les oiseaux Amélie Lescroël URU 420 Biodiversité fonctionnelle et gestion des territoires Bât. 25, 1 er étage I. INTRODUCTION Les oiseaux sont des endothermes: ils produisent

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau Alimentation du sportif: apports en eau 1 L eau représente 40 à 70% de la masse corporelle (selon son âge, son sexes et sa composition corporelle). Elle représente 65 à 75 % de sa masse musculaire et environ

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION. Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal

THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION. Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal Plan du cours Métabolisme et production de chaleur Facteurs influençant la thermorégulation Acclimatation Défaillance

Plus en détail

Lutte contre la surcharge pondérale

Lutte contre la surcharge pondérale Lutte contre la surcharge pondérale I. Répartition des graisses corporelles Généralités Inégalités hommes/femmes Causes de l obésité II. Contrôle des la masse corporelle Réduire l apport énergétique alimentaire

Plus en détail

Pour une prise en charge efficace de la température 2

Pour une prise en charge efficace de la température 2 Pour une prise en charge efficace de la température 2 Pour une prise en charge efficace de la température 3 Note Ce guide a été rédigé pour les personnels de santé, œuvrant dans la prévention et le traitement

Plus en détail

Faculté des Sciences Appliquées Laboratoire de Thermodynamique Professeur Jean Lebrun CLIMATISATION LE CONFORT THERMIQUE

Faculté des Sciences Appliquées Laboratoire de Thermodynamique Professeur Jean Lebrun CLIMATISATION LE CONFORT THERMIQUE Faculté des Sciences Appliquées Laboratoire de Thermodynamique Professeur Jean Lebrun CLIMATISATION LE CONFORT THERMIQUE Jean LEBRUN Notes de Cours 2006-2007 JL061109 Campus du Sart Tilman Bâtiment B 49

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois LE GUIDE DU CHAUFFAGE GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois Deuxième édition 2011 2009, 2011 pour la présente édition, Groupe Eyrolles, ISBN : 978-2-212-13242-7 SOMMAIRE Z SOMMAIRE AVANT-PROPOS 5 ÉLÉMENTS DE

Plus en détail

Une forme durable de chauffage domestique

Une forme durable de chauffage domestique Une forme durable de chauffage domestique Ingénieur Geert Matthys VCB (Confédération flamande de la Construction) 1. Réduire la demande (économie d énergie) 2. Utiliser des sources d énergie durables 3.

Plus en détail

BESOIN DE MAINTENIR SA TEMPERATURE DANS LES LIMITES DE LA NORMALE

BESOIN DE MAINTENIR SA TEMPERATURE DANS LES LIMITES DE LA NORMALE BESOIN DE MAINTENIR SA TEMPERATURE DANS LES LIMITES DE LA NORMALE Définition : Maintenir la température du corps dans les limites de la normale est une nécessité pour l organisme de conserver une température

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 67 HERBANEWS SOMMAIRE L alimentation du sportif L alimentation du sportif Trois nutriments essentiels L hydratation Les alternatives Herbalife Ce qu il faut

Plus en détail

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge Les thèmes Les conséquences d un incendie L hyperthermie et sa prise en charge Les brûlures et leurs prise en charge Protocole check des P.A.R Explications: Pourquoi leur demander «comment il se sente»,

Plus en détail

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten

en wat je kan doen. Fièvre & douleur Wat je moet weten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Kinderziekten Wat je moet weten en wat je kan doen. Fièvre & douleur Kinderziekten Votre enfant reçoit-il un traitement approprié? Fièvre & douleur Contenu Les médicaments les plus utilisés contre la fièvre et la douleur

Plus en détail

I) GENERALITES II) LE CHAUFFAGE CENTRAL.

I) GENERALITES II) LE CHAUFFAGE CENTRAL. LE CHAUFFAGE DES LOCAUX Introduction : Le chauffage est en hôtellerie un élément de confort ; il joue un rôle sur la santé du personnel et des clients. Il a également un rôle vis à vis de l entretien des

Plus en détail

Gros intestin avec les excréments visibles

Gros intestin avec les excréments visibles 1 ère PARTIE : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Vue détaillée de l estomac et de l œsophage. CHAPITRE IV : LA DIGESTION ET L APPORT AU SANG DES NUTRIMENTS. A) Le système digestif et la

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar Curiosités de la SPA Douche écossaise La douche écossaise est d'utiliser l'eau comme agent thérapeutique, résultant d'une hydrothérapie. Le massage est causée par une combinaison d'un flux vertical de

Plus en détail

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Inf. M.P GILLES - Exp. S. GUINARD - JNISP 2008 FICHE DE GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Le personnel SSSM s appuie sur différents paramètres:

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Anat-Physio : divers. Question 1

Anat-Physio : divers. Question 1 Question 1 05ANA-DI-4-01(1) Pourquoi avez-vous besoin d uriner pendant ou après une plongée? Expliquez le mécanisme. L'augmentation de pression sur l'organisme d'une part, les vasoconstrictions périphériques

Plus en détail

BIODROGA SUN Emulsion Solaire Haute Protection FPS 25

BIODROGA SUN Emulsion Solaire Haute Protection FPS 25 Le soleil : tout le monde l aime, parce qu il est une formidable source d énergie. La vitalité augmente, le stress retombe, on se regarde dans le miroir et on apprécie la beauté du bronzage. Toutefois,

Plus en détail

la population concernée

la population concernée les ambiances thermiques la population concernée la population exposée aux ambiances froides personnel travaillant : dans des bureaux mal chauffés dans des ateliers insuffisamment chauffés à un poste de

Plus en détail

drépanocytose Informations et conseils

drépanocytose Informations et conseils drépanocytose Informations et conseils Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins. Il contient des informations sur la maladie, ses complications et leur prévention.

Plus en détail

Sci7.2.3 : Les transferts de chaleur

Sci7.2.3 : Les transferts de chaleur Sciences 7 e année Nom : Sci7.2.3 : Les transferts de chaleur Vocabulaire 1. Les trois modes de transfert de chaleur a) La conduction, convection, radiation (p.176) b) Laboratoire 6-1D L absorption d énergie

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE I] La production des spermatozoïdes Rappel : Les premiers signes du fonctionnement de l appareil génital masculin sont les premières émissions

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

L hypothermie en canyon

L hypothermie en canyon Section canyon Le Fil d Eau L hypothermie en canyon Unité de Formation secours en canyon UF1 Stage du 2 et 3 juillet 2011 à Engins (Vercors) Badin Pascal CAF St Georges d Espéranche Section canyon Le Fil

Plus en détail

Prévention des agressions causées par la chaleur

Prévention des agressions causées par la chaleur Prévention des agressions causées par la chaleur Mesures techniques Automatisez le travail et réduisez l'effort physique exigé dans un environnement chaud. Réduisez la chaleur qui rayonne des écrans devant

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels [ 29 mai 2009 ] INTRODUCTION La chaleur expose les nourrissons et les enfants au coup de chaleur et au risque de déshydratation rapide : ils sont plus sensibles

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

GENERALITE CONVECTION

GENERALITE CONVECTION http://www.ff-sachsenhagen.de/images/webdesign/flamme.jpg GENERALITE CONVECTION n peu de physique de la transmission de la chaleur Hypothèse de travail : on est en régime stationnaire : la production de

Plus en détail

Activités L ENERGIE DE L ELECTRICITE - 1 -

Activités L ENERGIE DE L ELECTRICITE - 1 - L ENERGIE DE L ELECTRICITE - 1 - DOCUMENTATIONS CHAUFFE-EAU Chauffe eau électrique à résistance blindée La résistance blindée : Standard - thermoplongeur Plongée directement au cœur de l'eau, elle est

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail