Jean Christophe NINET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean Christophe NINET"

Transcription

1 Jean Christophe NINET Conseiller municipal d opposition, candidat lors des dernières élections municipales de 2008 à Saint-Ismier, Conseiller intercommunal du Grésivaudan, Président de l association l Ismérusien, vous rend compte de l action politique de son groupe au Conseil Municipal et répond au bilan de mi-mandat de Madame le Maire de Saint-Ismier. L équipe en place a distribué à l automne son bilan de mi-mandat... Rappelons que celui-ci a surtout été marqué par les affaires : Vente illégale d un terrain de 5000 m à un adjoint au Maire pour 1,5 euros le mètre. Découverte d une opération de marchand de biens réalisée sur la commune sous le précédent mandat par le conjoint du Maire. Signature d un protocole d accord pour l achat de terrains par la municipalité sans passer par le vote du conseil. Mise en cause de l impartialité du Maire par un témoin dans une opération de promotion immobilière. Enquête judiciaire sur l action du Maire diligentée par le Procureur de la République confirmée dans le Dauphiné libéré du 8/11/2009. Censure des élus d opposition, défaut de transparence. Ces affaires ont déjà été largement traitées et nous ne souhaitons donc pas les redévelopper ici. Pour plus d informations : Le présent document contient essentiellement nos propositions pour les trois années à venir. Les élus de notre groupe Joëlle TONAIND Jean Claude GENEVOIS Geneviève PICARD

2 «1 Urbanisme Trop c est trop! Nous demandons l arrêt de la multiplication des projets immobiliers La politique de construction de Saint-Ismier va très au delà des objectifs fixés par le Plan Local d Habitat de la Communauté de Communes du Grésivaudan. Cette politique est en contradication totale avec les promesses électorales de Madame Ferradou et de son équipe. En chiffres Réalisés : Villa Dauphine : 56 logements Domaine de Pampre 97 logements Résidence du Manival En cours de commercialisation : Les jardins d Ervergreen : 57 logements. Villa natura : 66 logements. L ismerial : 24 logements. L écho : 24 logements. Les résidences du Manival : 7 logements. Le clos de Vesta : 33 logements. Le clos de charvinières : 8 logements. Brigitte Pimentel : 8 logements Dauphilogis : 47 logements. 427 logements seront construits! Une bétonisation préjudiciable à notre cadre de vie et insoutenable pour nos infrastructures actuelles. 27 immeubles seront construits durant ce mandat! Brigitte Pimentel Clos de Vesta Villa Dauphine L écho Villa Natura Domaine de Pampre L Ismérial Evergreen Clos de Charvinière Dauphilogis

3 2 Urbanisme à l équipe en place Abandonner l utilisation systématique du droit de préemption généralisé Ce droit de préemption généralisé menace tous les propriétaires et n a pas de véritable objet. Il se caractérise à Saint-Ismier par l absence de justification réelle sur les maisons préemptées. A ce jour les préemptions n ont débouché sur aucun projet et n ont généré que des contentieux et des conflits. Reconsidérer le programme immobilier Dauphilogis, futur «ghetto» social Un «ghetto» va être construit aux portes de la commune : près de 100 % de logements sociaux vont sortir de terre à la Bâtie près de Médivallée, à moins de 200 mètres de l autoroute, dans une zone classée bruit important, à plusieurs km de tout commerce, exclus de la vie communale, en totale contradiction avec la loi Solidarité et Renouvellement Urbain. Le projet de zone industrielle Isiparc se révèle être une catastrophe économique. Aucune entreprise n a souhaité s y installer à ce jour. La municipalité veut désormais brader les terrains avec de lourdes pertes à la clé Nous pensons qu après 3 ans de commercialisation improductive, une concertation avec les riverains et les habitants doit être engagée dans le cadre de réunions publiques pour réfléchir à l avenir de cette zone actuellement en friche. Le coût de la création de cette zone est considérable en terme d infrastructures et de portage financier pour le contribuable ismérusien: euros pour l achat du foncier euros de coûts d infrastructures! Plan local d urbanisme La friche d Isiparc Avec la politique actuelle, notre population vieillit. Villa Dauphine et le domaine de Pampre sont de volumineux programmes difficilement accessibles pour les jeunes Il faut mettre en oeuvre une vraie politique d accession à la propriété pour les jeunes. Nous l avons vu, de nombreux programmes immobiliers se développent à Saint-Ismier. Or ces logements sont très coûteux et inaccessibles aux jeunes ménages. Notre population vieillit : en quelques années notre commune est devenue la deuxième la plus âgée du Grésivaudan (27% de la population a plus de 60 ans). A la rentrée scolaire de 2010, nous avions 53 élèves en moins dans les écoles primaires de la commune, une classe a déjà fermé. Ces chiffres ne vont pas s améliorer car la liberté donnée aux promoteurs et l absence de maîtrise du foncier aboutissent à des prix de vente prohibitifs sur les programmes de promotion immobilière. Nous réclamons une maîtrise de l action des promoteurs et de l acquisition des emprises foncières pour que ces logements deviennent accessibles aux jeunes ménages.

4 3 Urbanisme Nos conseils à l équipe en place Eviter les prises de décisions irréfléchies qui conduisent à des dépenses inutiles comme Isiparc ou comme la ZAC de Baratière euros ont été dépensés en pure perte à Baratière! La Zac de Baratière (après le Mémorial Doyen Gosse) Le 30 juin 2008, l équipe majoritaire a voté (délibération n ) le projet de la Zac Baratière. Avec ce projet de Zac, des expropriations ont été envisagées. Lors de ce vote, Madame le Maire, et tous les élus de son équipe ont passé sous silence, aux élus de l opposition, toutes les dépenses qui avaient déjà été engagées dès 2005 ainsi que le refus de la quasi-majorité des propriétaires concernés de vendre leurs parcelles situées en zone agricole. Dès le 30 juin 2005, Madame le Maire a mandaté la société d économie mixte SE 38 pour acquérir les parcelles concernées par la Zac de Baratière à 20 euros le m2. Les parcelles AH 90 et AH 121 ont été achetées pour un montant de euros (Conseil municipal du 29 mai 2006). Une 3ème parcelle ( AH 76 P) a été achetée au prix de euros (Conseil municipal du 4 juillet 2006). Tous les autres propriétaires ont refusé. Le mandat de la Société d Economie Mixte Territoire 38 d une durée de 6 mois puis reconduit pour 18 mois a été finalement renouvelé en 2006 pour 30 mois jusqu en 2008 ( fin du mandat le 8 juillet 2008). Le coût des études réalisées par Territoire 38 s élève à 70429,48 euros, la rémunération de Territoire 38 pour l achat des terrains est de 9880 euros. Devant l opposition des habitants du secteur du Manival de Saint-Ismier et de Saint-Nazaire, l équipe majoritaire a dû abandonner dès 2008 le projet de la Zac de Baratière. A ce jour et à notre connaissance, plus de euros ont donc été dépensés en pure perte. Une consultation préalable des habitants aurait permis de ne pas gaspiller inutilement l argent public. Consulter la population avant de mettre en place un projet immobilier De nombreux riverains découvrent un beau matin ce que leur a réservé la mairie! Les riverains de Villa Natura ont vu arriver les panneaux des promoteurs sans même être au courant du projet. Les habitants de Buttit ne savent même pas que le programme «L écho» va se développer dans leur quartier! Ecouter les habitants d un quartier lorsqu ils proposent des amendements raisonnables à un projet immobilier Les habitants de Charvinières ont fait un vrai travail en proposant une alternative cohérente et réfléchie au projet de construction de la mairie sur la zone AU1 aujourd hui appelé programme Evergreen. Le commissaire enquêteur lors de l enquête publique s est lui même prononcé pour la solution proposée par les habitants. L équipe en place est passée outre ces avis en avalisant le projet beaucoup plus dense du promoteur. Nous avons alors tout tenté pour casser la décision de la mairie en déposant un recours au tribunal administratif avec tous les élus de l oppositions. ll nous a été opposé un des avocats payés par les contribuables de Saint-Ismier. Celui-ci a développé tous les arguments du droit pour que le projet Evergreen pourtant contesté par tout le monde puisse voir le jour. Malgré les moyens importants qui nous sont régulièrement opposés, nous continuerons à défendre notre cadre de vie et les habitants de Saint- Ismier. Prévoir des aires de stationnement Nous espérons que le nombre de places de parkings sera plus adapté dans les autres programmes Un excès d appartements à la vente en dispositif loi Scellier est en train de se constituer Un problème qui va nuire à la qualité de vie des habitants du domaine de Pampre! Perturbation du marché locatif annoncée! Les habitants de Saint-Ismier qui ont investi dans ces appartements risquent de ne pas trouver de locataires preneurs devant le nombre considérable de lots créés et le desserrement inévitable du marché.

5 4 Culture Associations 5 Scolaire, enfance Les locaux scolaires vieillissent... Le problème du bruit dans les cantines n est pas résolu Nous proposons que le rayonnement culturel de Saint-Ismier dans le Grésivaudan se développe par l intercommunalité Agora : un directeur et une équipe très efficaces! Nous souhaitons la mise en oeuvre de travaux dans les écoles indispensables à la sécurité de nos enfants et de nos enseignants. Les écoles sont de plus en plus mal entretenues. Une fenêtre mal réparée est malheureusement tombée sur une institutrice. On ne peut pas attendre qu un enfant soit blessé pour mettre en oeuvre les travaux nécessaires Nous tenons à féliciter le travail du directeur de l Agora et de son équipe dans la recherche de nouveaux spectacles. L inauguration de l Université Intercommunale du Grésivaudan s est déroulée le Samedi 9 octobre 2010 devant un très nombreux public mais sans Madame Ferradou, Maire de Saint-Ismier, pourtant présidente de la commission culture à l intercommunalité du Grésivaudan. Aucun soutien n a jamais été apporté à ce beau projet. Les trois fondateurs dont deux habitent Saint-Ismier ont mis tout leur coeur dans la mise en place de cet enseignement de haut niveau ouvert à tous dans plusieurs sites du Grésivaudan sur des sujets aussi variés que la géologie, l astrophysique ou la philosophie. Ils n ont obtenu aucun soutien de la mairie. Nous souhaitons une longue vie à l UICG qui a déjà séduit un grand nombre d habitants de la vallée. Déjà 300 inscrits au bout de deux mois d existence! Le site de l UICG : uicg-gresivaudan.fr. L équipe en place a imposé la signature d un charte contraignante pour toutes les associations En l absence de signature, les associations sont privées de salles ou de publication dans le Lien! Nous demandons l arrêt de la politique discriminatoire envers les associations. Seules les associations en accord avec l équipe majoritaire peuvent accéder au journal municipal et bénéficier de salles gratuites selon la première version de la charte. Ce point qui a été retiré sous la pression de tous les élus de l opposition. La réalisation de la charte des associations a été faite sans aucun débat au sein du conseil municipal. Elle est révélatrice de la méfiance de la municipalité envers les associations alors qu auparavant tout fonctionnait sur la base d une confiance réciproque. Dernier fait en date, Madame le Maire exige de pouvoir assister à toutes les assemblées générales des associations de Saint Ismier et d être prévenue un mois à l avance... 6 Jeunesse et transport Nos attentes Les problèmes de transport des jeunes de Saint-Ismier s aggravent Depuis que le Conseil Général a réduit la portée du 6030, les jeunes habitants du haut de la commune sont souvent obligés de faire de longues marches pour prendre le 6020, seul moyen pour eux de ne pas être en retard à leurs cours. Ce même 6020 est bondé le matin car les rotations sont insuffisantes. Les sorties à Grenoble sont toujours aussi difficiles en l absence de bus le soir et les parents continuent à faire le taxi. Enfin, le 6020 dans sa forme actuelle est en danger puisque le Conseil Général envisage de déplacer son terminus place de Verdun. L effet serait encore plus néfaste que pour le Nous demandons à Madame le Maire de renégocier auprès du Conseil Général le parcours du 6030, de défendre le trajet actuel du 6020, d obtenir plus de 6020 le matin et un 6020 plus tard en soirée.

6 7 Transports Nos attentes 8 Sport Laissons les clubs sportifs en paix! Et aidons les à se développer. Un transport en site propre toujours en attente La pollution et les embouteillages nous accompagnent quotidiennement. Le Grésivaudan ne doit pas être oublié dans le futur schéma de transport. Roger Barlet vient de publier une excellente analyse sur le sujet. Le collectif tram 5 et L ADTC sont en phase avec le Conseil Général qui dispose d un budget important après l abandon de la rocade nord. Les élus du Grésivaudan doivent maintenant se mobiliser pour le projet de tram Moirans-Crolles-Brignoud. Appel est lancé à Madame Ferradou, aujourd hui silencieuse sur le sujet, pour appuyer le projet. 9 Sécurité Nous proposons depuis l an dernier de remplacer les ralentisseurs routiers installés en 2010 par une signalétique au sol adaptée, un dispositif rétrécissant moins dangereux et de faire sécuriser les sorties d écoles par les employés de mairie. Nous constatons que Madame le Maire et son équipe désinstallent enfin certains de ces ralentisseurs. L utilité de ces équipements est loin d être démontrée. Ces implantations ont été réalisées sans aucune étude d accidentologie chiffrée pour la commune. Plusieurs de ces ralentisseurs ne répondent pas aux recommandations du CERTU car ils sont placés sur des pentes à plus de 6 %. Nous savons également que des accidents ont eu lieu avec de jeunes cyclistes, ces dispositifs étant glissants. L obligation de s arrêter en montée est contraire au code de la route et bloque la circulation lorsque la chaussée est enneigée. Certains habitants de Saint-Ismier subissent jusqu à 8 ralentisseurs pour aller de la RD1090 à leur domicile. Cela n est pas acceptable. Une pétition engagée par un habitant de Saint-Ismier indépendamment de notre action semble avoir petit à petit raison de l entêtement de la municipalité. Plusieurs personnes des services techniques pourraient sécuriser les abords des écoles sans que cela coûte au contribuable. Une signalétique au sol adaptée et un rétrécissement de voirie adaptés suffiraient à mettre en garde les automobilistes. Le 7 octobre 2010 a eu lieu la commission de sécurité du Centre Hippique des Alpes avec tous les acteurs concernés. L adjointe à l urbanisme de Saint- Ismier s est opposée au déclassement du centre en cinquième catégorie alors que tous les acteurs de la sécurité du département, pompiers, préfet, etc y étaient favorables. L opposition de la mairie de Saint-Ismier à ce déclassement oblige désormais l association à engager d importantes dépenses qu elle ne peut pas payer sur tous les vitrages des bâtiments. C est une nouvelle contrainte qui a été imposée au club comme celle de la multiplication par huit de son loyer, contrairement à tout usage. Nous nous interrogeons sur les obstacles dressés contre l activité hippique et ce club sportif qui contribue pourtant très largement au rayonnement de notre commune. Le mécontentement des adhérents aurait conduit Madame Ferradou à rencontrer le président du club pour lui proposer de faire régler les travaux par la commune. Nous en prenons acte, mais il aurait été beaucoup moins coûteux pour les contribuables d accepter le déclassement du bâtiment comme l avait admis la commission de sécurité. Football AS manival Des terrains encore à rénover Il serait temps de mettre à contribution la nouvelle intercommunalité pour soutenir le football. N a t-on pas financé une partie du subventionnement de ST microélectronics en intégrant la Communauté de Communes du Grésivaudan? Ce serait un juste retour des choses que le football bénéficie de subventions intercommunales

7 10 Finances Techniques de financement : nous proposons de remplacer la dette à taux variable non sécurisée de la commune par des emprunts à taux capés*. Animer un vrai débat d orientation budgétaire et présenter les comptes de la commune en les accompagnant d une présentation synthétique Le débat d orientation budgétaire animé par le maire se borne à la présentation de quelques dépenses sans réel recul sur la situation économique locale, nationale et internationale. Les projets à moyen terme de l équipe en place ne sont pas exposés et les grands ratios financiers ne sont pas évoqués. Un changement radical doit être opéré pour mettre en place une véritable analyse prospective pour notre commune. Notre analyse financière de la commune nous a permis de constater que 50 % de la dette communale était à taux variable non capé *. Dans un contexte international d explosion des dettes souveraines, de montée des prix des matières premières et d inflation salariale dans les pays émergents, le risque d inflation importée va grandissant. La partie de notre dette non protégée contre l évolution des taux courts risque dans quelques années de créer une forte augmentation de notre charge de remboursement et de déstabiliser notre structure financière. Nous proposons de profiter du différentiel de taux favorable actuel pour négocier auprès de nos créanciers un arbitrage vers des financement à taux capé. Mettre fin à l opacité sur les décisions de dépenses,les marchés et le choix des entreprises L attribution des marchés publics pourrait être beaucoup plus orientée vers la diminution des coûts. Les décisions d engager les dépenses doivent gagner en transparence en particulier en commission travaux. * L augmentation des mensualités peut croitre sans limite avec une éventuelle montée des taux d intérêt. Nous demandons une réduction du train de vie du Maire et de son équipe De nombreuses dépenses sont réalisées en pure perte. Sans vouloir polémiquer, le faste de certains repas entre élus de la majorité nous a choqués. Ils se sont récemment autorisés à dépenser des sommes importantes pour un repas auquel participaient les élus et leurs conjoints, fourni par un traiteur venu spécialement de Chambéry connu pour avoir servi l équipe de France de foot lors de son passage dans la région! Pourquoi ne pas faire travailler les commerçants de la commune? L argent du contribuable n a-t-il pas d autre usage que de financer les agapes municipales en cette période de crise? Enfin, pourquoi la municipalité se déplace-telle en si grand nombre au congrès des maires. Déjà sous l ancien mandat, onze personnes se rendaient à Paris au frais du contribuable. De plus, contrairement à la règle, aucun rapport n est jamais fourni au conseil municipal. Ne pourrait-on pas éviter cela? Mieux maîtriser les dépenses. Les dérapages sont devenus très nombreux. Créatio Il faut instaurer une vraie rigueur dans la gestion de nos dépenses. Nos demandes de justificatifs restent souvent sans réponse. Comment justifier une dépense d un million d euros pour rénover l éclairage public? Selon nous de nombreuses solutions techniques sont à explorer pour diminuer nos coûts énergétiques à moindre frais. Enfin, est-on obligé de faire appel à de coûteux bureaux d études ou consultants pour chaque mission de la vie municipale?

8 10 Notre action Les faits marquants de ces trois dernières années Depuis trois années, nous travaillons sans relâche pour la commune. Nous intervenons au Conseil Municipal sur de très nombreux sujets et assistons en permanence aux commissions urbanisme, travaux, vie scolaire, jeunesse, finances, culture, animation et CCAS. Nous participons également à la vie de la Communauté de Communes du Grésivaudan dans les commissions culture, urbanisme et habitat, finances et au Conseil Intercommunal en tant qu élus. Il faut savoir qu il n y a que 7 élus d opposition au Conseil Municipal : 4 élus de notre groupe (UMP, Modem, sans étiquette) et 3 élus du groupe Robert Pallière (PS, sans étiquette). Nos deux listes représentent pourtant près de 60% de vos votes. Nous l acceptons, c est le jeu de la démocratie. Bien qu ayant des sensibilités politiques différentes, nous nous sommes entendus pour travailler ensemble lorsque l intérêt général, la probité, la transparence, la démocratie, les libertés d expression et d information étaient en jeu. Lors de nos recours communs au tribunal administratif pour défendre les habitants, les avocats de la municipalité n ont pas hésité, au mépris de la tradition politique, à nous réclamer des indemnités de plusieurs milliers d euros au cas où nous serions déboutés. Nous sommes pourtant bénévoles et ne percevons en tant qu élus d opposition aucune indemnité... Durant ces 3 années, nous avons toujours défendu l intérêt général. Nous nous engageons à poursuivre notre action pour le bien de la commune. Les élus : Jean Christophe Ninet, Joëlle Tonaind, Jean Claude Genevois, Geneviève Picard Année 2008 Nous avons bloqué le projet de Zac à Baratière lancé sans aucune consultation et contre l avis des riverains. Nous avons réalisé une pétition pour informer des risques que faisait courir l intercommunalité à notre commune. Celle-ci sera la première à souffrir de l instauration d une taxe additionnelle intercommunale sur les ménages. Nous restons très vigilant sur ce point. Nous posons de façon générale, le problème du coût de fonctionnement de l assemblée intercommunale qui souffre d un nombre pléthorique d élus. Nous avons réclamé et obtenu, malgré le refus de notre Maire et de son équipe, le droit pour l opposition de chaque commune d être présent au sein des instances intercommunales. Nous avons recommandé à l équipe municipale de ne pas multiplier les indemnités pour les élus en place. Nous avons contesté les nombreuses délégations octroyées au Maire dont celle permettant d engager une ligne d emprunt de 1,5 millions d euros, soit 1/5e du budget communal, sans passer par le vote du Conseil Municipal. Nous avons dénoncé le coût humain des expropriations d Isiparc, les manquements graves dans la conception du projet ainsi que son coût économique. Celui-ci est aujourd hui considérable. Nous avons protesté contre les nombreux dysfonctionnements du Conseil Municipal et le manque de transparence des actions conduites par le Maire et son équipe. Année 2009 Nous avons fait annuler avec les autres élus de l opposition la vente illégale à un adjoint d un terrain municipal de 5000 m2 au prix dérisoire de 1,50 euros/m2 par un recours référé au tribunal administratif. Pour le projet Charvinière, appelé aujourd hui Evergreen, nous avons dénoncé le manque de concertation, la densité de ce projet et obtenu avec les riverains la diminution du nombre et de la hauteur des immeubles prévus. Malgré les efforts de Madame Ferradou pour réduire l opposition au silence, nous avons révélé au Conseil Municipal l existence d une enquête de gendarmerie diligentée par le Procureur de la République sur l action du Maire. Dans une action en justice menée en commun avec les autres élus de l opposition, nous avons déposé un recours au tribunal administratif pour dénoncer la signature par le Maire d un protocole d accord sans le soumettre au vote du Conseil Municipal. Nous avons protesté contre la volonté délibérée du Maire et de son équipe de priver les jeunes d élection et de choisir une «désignation arbitraire des jeunes élus» lors de la création du «Conseil Municipal des jeunes». Nous nous sommes battus contre le risque de création d un ghetto social à la Bâtie en contradiction de la loi SRU. Les membres de l association GPS et nous, avons aidé un habitant âgé du haut Manival à débroussailler les deux terrains adjacents à sa propriété. Le Maire de Saint-Ismier refusait en effet de lui accorder un délai dans l application de l arrêté préfectoral sur la prévention des risques dans l Isère. Année 2010 Pour défendre la liberté d expression des élus, nous avons distribué un tract sur la censure pratiquée par Madame le Maire et son équipe à l encontre des élus de l opposition dans le journal municipal. Nous avons, avec les autres élus de l opposition, fait modifier le projet initial de la Charte avec les Associations selon laquelle l octroi d un local municipal dépendait de l existence ou non de «relations cordiales avec la mairie». Nous avons dénoncé le coût excessif (plus de euros) de l élaboration du nouveau PLU par rapport au coût moyen national pour une commune de cette taille (environ euros). Nous avons contesté la fermeture de la Zac de Pont Rivet dont le seul objectif était de permettre le lancement du programme immobilier Villa Natura qui va comprendre 5 immeubles et 66 logements. Nous avons dénoncé avec les autres élus de l opposition, les graves dysfonctionnements du Conseil Municipal et les défauts de communication de documents. Nous avons déploré au Conseil Municipal, dans le lien et au sein de la commission travaux, la multiplication des panneaux, poteaux, coussins berlinois installés au mépris parfois de la réglementation (coussin berlinois placés dans la montée de l église et enlevés par la suite) ou du simple bon sens (obligation pour les voitures de s arrêter dans les montées). Ce projet a malheureusement été conduit sans concertation des habitants, sans analyse accidentologique et sans examen des différents documents concernant la sécurité routière. Nous avons encouragé et salué la création de l université intercommunale du Grésivaudan qui compte à ce jour 300 adhérents. Nous avons regretté l impossibilité de la mise en place des pass fonciers dans le programme Charvinière et donc l impossibilité de réaliser une mixité sociale pour ce programme. Nous avons demandé sans succès plus de transparence dans l attribution des marchés publics. Année 2011 Nous protestons contre le trop grand nombre de programmes immobiliers décidés sans aucune information ou consultation des habitants et des riverains. Nous nous élevons contre les réceptions dispendieuses organisées par le maire et son équipe. Nous demandons d exercer un contrôle sur les devis et regrettons que les commerçants de Saint Ismier aient été écarté de ces marchés. Nous nous élevons avec les autres élus de l opposition contre la politique discriminatoire du Maire et de ses adjoints qui, en refusant de magnétiser les cartes de tous les élus de l opposition, les empêchent d exercer leur mandat. Nous nous battons pour la sauvegarde du Club Hippique des Alpes mis en difficulté par la Mairie. Rejoignez-nous! Nous avons besoin de vous pour préserver le cadre de vie et le charme de notre commune Ce tract est réalisé sur papier écologique. Il est financé par notre équipe et ne fait appel à aucun parti politique ADHEREZ OU RENOUVELEZ VOTRE ADHESION A L ISMERUSIEN POUR L ANNEE 2011! Pour adhérer à «L Ismérusien», soutenir notre action, participer à nos réunions et aux évènements que nous programmons, merci d envoyer le présent bulletin avec votre participation de 15 pour une personne, 20 pour un couple, 10 pour un étudiant, à : Association L ismérusien, 66 allée des renoncules Saint-Ismier. Nom(s) :... Prénom(s) :... Adresse :... Téléphone :... (important pour l envoi d informations)... Vos souhaits et remarques concernant la politique communale : Remarque : l inscription à l ismérusien est anonyme et les noms de nos soutiens ne sont jamais divulgués. Impression sur papier écologique PEFC - Encres végétales -

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS Municipales 2014 31 janvier 2014 Catégories : Non classé Laisser un commentaire

Plus en détail

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants?

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS l accession aidee Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L ACCESSION AIDÉE L accession aidée L accession sociale ou aidée concerne des ménages

Plus en détail

Droit de préemption et cession de parts de SCI

Droit de préemption et cession de parts de SCI Droit de préemption et cession de parts de SCI 1 Rappel du champ d application du droit de préemption urbain... 2 2 L extension du champ d application du droit de préemption urbain... 3 3 La procédure

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 MAIRIE DE BAZINCOURT/THIERCEVILLE RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 Mairie de BAZINCOURT sur EPTE et THIERCEVILLE 6, rue de la Mairie 27140 Bazincourt sur

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

COMMUNE DE DUPPIGHEIM

COMMUNE DE DUPPIGHEIM Département du Bas-Rhin Arrondissement de MOLSHEIM COMMUNE DE DUPPIGHEIM EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Nombre de Conseillers élus : 19 Conseillers en fonction : 19 Conseillers

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

DELIBERATIONS 31 MARS 2015

DELIBERATIONS 31 MARS 2015 DELIBERATIONS 31 MARS 2015 DCM N 2015/28 * Vote des taxes communales pour 2015 : Pour l élaboration du budget primitif, le Maire indique qu il y a lieu de fixer les taux des taxes communales et propose

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012 Présentation du maire 13 novembre 2012 Mot du maire Le 23 octobre, nous adoptions les résolutions relatives à l entente de principe survenue entre les villes de Boisbriand et de Blainville, concernant

Plus en détail

Sous la présidence de Monsieur Fabrice HERDÉ, Maire

Sous la présidence de Monsieur Fabrice HERDÉ, Maire Séance ordinaire du 20 NOVEMBRE 2014 Sous la présidence de Monsieur, Présents : M., Indemnité de Conseil au Trésorier de la Commune ----------------------------------------------------------------- VU

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

LE PLAN LOCAL D URBANISME

LE PLAN LOCAL D URBANISME LE PLAN LOCAL D URBANISME PRESENTATION DU 4 février 2009 Conseil Municipal LE DOCUMENT ACTUEL: LE POS PLAN D OCCUPATION DES SOLS: Issu de la Loi d Orientation Foncière du 30 Décembre 1967, les POS fixe

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. CANOE-LOISIRS-SKI-BOURG. Maison de la vie associative. 2, Bd Irène et Joliot Curie. CS 70270. 01006 BOURG EN BRESSE Cedex.

REGLEMENT INTERIEUR. CANOE-LOISIRS-SKI-BOURG. Maison de la vie associative. 2, Bd Irène et Joliot Curie. CS 70270. 01006 BOURG EN BRESSE Cedex. CANOE-LOISIRS-SKI-BOURG. Maison de la vie associative. 2, Bd Irène et Joliot Curie. CS 70270. 01006 BOURG EN BRESSE Cedex. N agrément DDJS : 022697 N affiliation FFS: 08.331 N Siret : 49854565600015 REGLEMENT

Plus en détail

OBJET 2013-10-09/1 (142) CHOIX ENTREPRISE REMPLACEMENT PORTES PRINCIPALES SALLE DES FÊTES

OBJET 2013-10-09/1 (142) CHOIX ENTREPRISE REMPLACEMENT PORTES PRINCIPALES SALLE DES FÊTES 2013-10-09/1 (142) CHOIX ENTREPRISE REMPLACEMENT PORTES PRINCIPALES SALLE DES FÊTES Monsieur le Maire présente au Conseil Municipal les devis relatifs au remplacement des portes principales de la salle

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

Département de l Aisne

Département de l Aisne Département de l Aisne Commune de Montreuil aux Lions COMPTE RENDU DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 21 avril 2008 L an deux mil huit, le vingt et un du mois d avril, les membres composant le

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

1 Délégation du Conseil au Maire :

1 Délégation du Conseil au Maire : CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 11 AVRIL 2014 1 Délégation du Conseil au Maire : Madame le Maire expose que l article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales donne au Conseil municipal la

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015. GUERIN Maryline 2 ème adjoint

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015. GUERIN Maryline 2 ème adjoint COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015 Sous réserve d approbation par les membres du conseil municipal lors de la prochaine réunion Présents : PARIS Jean-Claude 1 er adjoint

Plus en détail

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON 453 D-2015/218 Programme d Intérêt Général métropolitain «Un logement pour tous au sein du parc privé de Bordeaux Métropole». Subvention de la Ville aux propriétaires

Plus en détail

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011 REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011 Date convocation : 21/04/11 L an deux mille onze et le jeudi vingt-six mai à vingt et une heures,

Plus en détail

LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN

LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN ENJEU POUR L URBANISATION MAITRISEE DE BUSSY SAINT- GEORGES Un enjeu politique Le contrôle et la gestion des espaces urbanisés sont des enjeux de

Plus en détail

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express Ville de CLAMART DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express RELATIF AU DECLASSEMENT D UNE EMPRISE COMMUNALE située

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement Compte rendu de la deuxième réunion de travail - 3 octobre 2012 L atelier se déroule dans la salle du conseil municipal ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre Habitat - logement Madame Salfati, adjointe

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

Enquête publique. relative au déclassement du domaine public :

Enquête publique. relative au déclassement du domaine public : Aix-les-Bains, le 3 novembre 2015 : 04 79 35 79 00 ou 04 79 35 07 95 : 04 79 35 79 01 ou 04 79 35 79 02 e-mail : g.mocellin@aixlesbains.fr Affaire suivie par G. Mocellin, : 04 79 35 78 63 Enquête publique

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique Document 3 Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique ENQUÊTE PUBLIQUE RELATIVE à : - la demande d autorisation d exploiter l installation de stockage de déchets non

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

MONTAGE OPÉRATIONNEL À L ÉCHELLE DE LA VALLÉE DU THERAIN

MONTAGE OPÉRATIONNEL À L ÉCHELLE DE LA VALLÉE DU THERAIN MONTAGE OPÉRATIONNEL À L ÉCHELLE DE LA VALLÉE DU THERAIN 1 1. LA DÉCLARATION DE PROJET vencadrer LE PROJET À L ÉCHELLE DE LA VALLÉE DU THÉRAIN Au regard du projet envisagé et de l importance de celui-ci,

Plus en détail

La coopérative d habitants : une 3 ème voie pour le logement. L exemple du Village Vertical à Villeurbanne (69)

La coopérative d habitants : une 3 ème voie pour le logement. L exemple du Village Vertical à Villeurbanne (69) La coopérative d habitants : une 3 ème voie pour le logement. L exemple du Village Vertical à Villeurbanne (69) Maitrise d ouvrage : 1 Accompagnateur coopérative d habitants: Habitat participatif et logement

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation.

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation. Direction du Logement et de l Habitat 2014 DLH 1324 Réalisation 105, boulevard Poniatowski (12e) d un programme de 12 logements sociaux (6 PLA-I et 6 PLUS) par la RIVP. PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Page 1 / 13 Conseil municipal du 29 janvier 2015 L an DEUX MILLE QUINZE, le VINGT-NEUF du mois

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides Vous n avez pas payé votre loyer depuis deux mois > Des frais supplémentaires de relance facturés sur quittance > Deux lettres de rappel

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 8 bordereaux étaient à l ordre du jour 1) Comptes administratifs 2014 M. Menguy (secrétaire général de la mairie) a présenté les comptes administratifs

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Vu le décret n 84-13 du 05 janvier 1984, Vu l avis du conseil des études et de la vie universitaire du 05 avril 2013,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 2013/6098 Direction de l'aménagement Urbain PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 Commission Urbanisme - Développement Durable - Cadre de Vie et Environnement du 4 décembre 2013

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS 1. Principe de déplacement des administrateurs Il est souhaitable que tout administrateur puisse constater la réalité sur le terrain des missions ACF ainsi

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

Sous la présidence de monsieur le maire Gaétan Vachon,

Sous la présidence de monsieur le maire Gaétan Vachon, PROVINCE DE QUÉBEC, Ville de Sainte-Marie, Le 22 janvier 2014. PROCÈS-VERBAL de la séance extraordinaire du conseil de la Ville de Sainte- Marie, tenue le vingt-deuxième jour du mois de janvier de l'an

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Décret n o 2012-124 du 30 janvier 2012 relatif à la mise en œuvre

Plus en détail

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 SOMMAIRE LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT LE CONTRÔLE DE LEGALITE ET LA FONCTION DE CONSEIL LA TELETRANSMISSION : ACTES LES ÉCHÉANCES A VENIR LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT Le

Plus en détail

Les déplacements sur le territoire angevin

Les déplacements sur le territoire angevin Les déplacements sur le territoire angevin Conseil des Jeunes Angevins 24 janvier 2011 Bernadette CAILLARD-HUMEAU Première adjointe au Maire Vice-présidente Angers Loire Métropole Transports Déplacements

Plus en détail

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable L acquéreur dispose de ressources ne dépassant pas les plafonds de ressources retenus pour bénéficier

Plus en détail

La vie en copropriété

La vie en copropriété UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 1 tout savoir sur La vie en copropriété Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 23/04/2009 La communauté Urbaine de Lyon a voté en décembre 2006 son 2 ième Programme Local de l Habitat 2007 / 2012 Rappel

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE BAGNEUX (Hauts-de-Seine) ------- Exécution de l'article 56 de la Loi du 05 avril 1884 AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal légalement convoqué le : VENDREDI 4 DECEMBRE 2015

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 2 juillet 2015 DCM N 15-07-02-23 Objet : Attribution de subvention au titre du dispositif

Plus en détail

PROCES-VERBAL REUNION DE CONSEIL MUNICIPAL DU 16 JANVIER 2014 MENTION D AFFICHAGE

PROCES-VERBAL REUNION DE CONSEIL MUNICIPAL DU 16 JANVIER 2014 MENTION D AFFICHAGE PROCES-VERBAL REUNION DE CONSEIL MUNICIPAL DU 16 JANVIER 2014 MENTION D AFFICHAGE Monsieur le Maire soussigné, certifie que le procès-verbal du Conseil municipal, en date du 6 Décembre 2013 a été affiché

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

THÉÂTRE DU BEAUVAISIS

THÉÂTRE DU BEAUVAISIS THÉÂTRE DU BEAUVAISIS THÉÂTRE DU BEAUVAISIS Un peu d histoire Enquête publique : le cadre Le dossier Déroulement de l enquête Avis et conclusions du CE Après remise du rapport Octobre 2014 : où en est-on?

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

LA NAVETTE DES PLAGES

LA NAVETTE DES PLAGES LA NAVETTE DES PLAGES Laissez-vous conduire, c est gratuit, pratique et écologique MISE EN PLACE DʼUN NOUVEAU SYSTEME DE NAVETTE GRATUITE AVEC UNE OFFRE DE PARKINGS RELAIS La Navette des Plages 2 bus facilement

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé CONVENTION DE SERVITUDES ENTRE ERDF ET LA COMMUNE POUR LA POSE DE POTEAUX BASSE TENSION A L ATELIER MUNICIPAL DES BASSES LANDES (MISE

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER «500 à 600 logements sociaux vont être construits dans notre ville entre 2014 et 2020» L édito de Pierre GEAY, Adjoint au maire chargé du Logement LE LOGEMENT, C EST NOTRE

Plus en détail

Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008

Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008 Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008 Présents : Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux en exercice, à l exception de Monsieur Etienne EFFA, absent. Secrétaire de séance : Monsieur

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

www.direct-produit.fr

www.direct-produit.fr La plateforme Web BtoB Direct Produit. Des solutions pour vous fournir en immobilier d investissement Des solutions d assistance à la vente Des solutions de formation et d information Pourquoi un nouveau

Plus en détail

Syndics de Copropriété. JURIDAS Une Protection Juridique «Sur-Mesure» INNOVER POUR MIEUX PROTEGER

Syndics de Copropriété. JURIDAS Une Protection Juridique «Sur-Mesure» INNOVER POUR MIEUX PROTEGER Syndics de Copropriété JURIDAS Une Protection Juridique «Sur-Mesure» INNOVER POUR MIEUX PROTEGER 1 DAS Sa carte d identité L histoire d un spécialiste 1917 : Georges Durand fonde la «Défense Automobile

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail