GUIDE D ACCUEIL DE L ÉLU DES COMMISSIONS C PI. Tout ce qu il faut savoir sur la Communauté d Agglomération Porte de l Isère

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE D ACCUEIL DE L ÉLU DES COMMISSIONS C PI. Tout ce qu il faut savoir sur la Communauté d Agglomération Porte de l Isère"

Transcription

1 CAPI pass élus GUIDE D ACCUEIL DE L ÉLU DES COMMISSIONS C PI Tout ce qu il faut savoir sur la Communauté d Agglomération Porte de l Isère

2 SOMMAIRE SOMMAIRE 4/ L Agglo en bref... 5 / Qu est-ce qu une communauté d agglomeration? 5 quelques chiffres 6 définition 8 les ressources d une communauté d agglomération 12 le conseil communautaire 13 les instances de concertation : bureau communautaire et commissions 17 l organisation administrative 18/ zoom sur la capi 19 / La CAPI 19 présentation du territoire 22 l histoire de la CAPI 23 les compétences de la CAPI 26 le budget 29 l organisation administrative 30 les effectifs 31 la communication 33 les instances internes obligatoires 36 / Le bloc communal 36 la mutualisation 38 les prestations de services 39 le pacte financier et fiscal 41 les fonds de concours 42 les reversements aux communes membres 44/ La CAPI dans ses coopérations 45 / La prise de participations 46 sara 49 SEMIDAO 51 / La cooperation intercommunale 51 la coopération intercommunale 52 le Pôle Métropolitain 54 SMT AML 55 SCOT Nord-Isère 56 SMND 57 SAGAV 58 Syndicat intercommunal des eaux de la Vallée d Agny 58 Syndicat intercommunal des eaux de la région de Saint-Jean de Bournay 59 Syndicat intercommunal des eaux de la région de Dolomieu-Montcarra 59 Syndicat intercommunal des eaux de la région de Biol 60 Syndicat de production des eaux du Nord-Ouest Isère 61 / Les autres partenariats 62 le gpra 64 pcet 65 Elenis 67 IPA 68/ Les sigles de la CAPI

3 Avant-propos Bienvenue à la CAPI! Vous faites désormais partie des commissions de l agglomération et la CAPI vous souhaite la bienvenue. Que vous soyez un élu aguerri ou que vous vous apprêtez à vivre votre premier mandat, la CAPI souhaite vous accompagner dans l exercice de votre fonction de membre de commission. Dans ce cadre, le service des Assemblées et la Direction de l Administration communautaire ont réalisé un Guide d accueil des élus. Faciliter votre arrivée à la CAPI, Vous faire découvrir l intercommunalité et ses aspects financiers, son organisation administrative et politique. Tels sont les principaux objectifs de ce support. Véritable outil d information, il vous permettra d avoir rapidement accès à des renseignements pratiques. Mais également de mieux connaître la CAPI et son fonctionnement : quelles compétences, quel budget pour la CAPI? Quels partenaires?... Vous y trouverez l essentiel des réponses aux questions que vous vous posez. Une interrogation, une précision? Le service des Assemblées de la CAPI est à votre disposition pour y répondre. Suivez le guide et bonne lecture!

4 L Agglo en bref... Qu est-ce qu une Communauté d Agglomération p.5

5 Qu est-ce qu une Communauté d Agglomération? Quelques chiffres... Au 1 er janvier 2014, la France compte EPCI à fiscalité propre, dont communautés de communes (CC). Celles-ci regroupent 85% des communes et 44% de la population. L autre moitié de la population est couverte par les 242 autres EPCI à fiscalité propre : la métropole Nice Côte d Azur, 15 communautés urbaines (CU), 222 communautés d agglomération (CA), et 4 syndicats d agglomération nouvelle (SAN). Le nombre d EPCI à fiscalité propre au 1 er janvier 2014 (France entière) : Métropole 1 CU (Communauté Urbaine) 15 CA (Communauté d Agglomération) 222 CC (Communauté de Commune) SAN (Syndicat d Agglomération Nouvelle) 4 Total Nombre de communes regroupées Population rassemblée (en millions d habitants) 62,6 source : DGCL, BANATIC mise à jour le 01/01/2014 Les EPCI à fiscalité propre selon le nombre de communes membres (France entière) : Métropole CU CA CC SAN Total moins de 3 communes de 3 à 5 communes de 6 à 10 communes de 11 à 20 communes plus de 20 communes Total source : DGCL, BANATIC mise à jour le 01/01/2014 Être Conseiller Communautaire 5

6 Les EPCI à fiscalité propre par strate de population (France entière) : Métropole CU CA CC SAN Total moins de 700 hab de 700 à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab de à moins de hab plus de hab Total Source : DGCL, BANATIC mise à jour le 01/01/2014 / Insee, RP population totale en vigueur en 2014 (millésimée en 2011) Définition... «Le progrès de la coopération intercommunale se fonde sur la libre volonté des communes d élaborer des projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité.» art. L du CGCT Quel est son statut juridique? Une communauté d agglomération est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Elle est dotée de la personnalité juridique et de l autonomie financière. Elle est administrée par des autorités qui lui sont propres, recrute son personnel, et assure la gestion de ses services. Ses décisions sont des décisions administratives qui relèvent du contrôle de légalité exercé par le préfet et de la juridiction administrative. Les travaux qu elle réalise sont des travaux publics. La communauté d agglomération a donc une existence propre distincte de celle des communes qui en font partie. Quelle différence avec une collectivité territoriale? Il existe 3 catégories de collectivités territoriales : les communes, les départements et les Régions. Si la loi détermine leur champ de compétences respectives, les collectivités bénéficient d une compétence générale leur permettant de prendre en charge toute affaire d intérêt local, quel que soit le domaine. Les communes peuvent décider de s associer pour gérer ensemble certaines de leurs compétences : elles créent alors un établissement public de coopération intercommunal. A la différence des collectivités, le champ d action de l EPCI est strictement limité : Par ses compétences : l EPCI ne peut intervenir que dans les domaines que les communes lui ont transférés. A contrario, les communes ne peuvent plus agir dans les domaines transférés à l EPCI. Ce sont les statuts de celui-ci, approuvés lors de sa création, qui fixent son champ de compétence. Par son périmètre : l EPCI ne peut intervenir qu au profit des communes qui en sont membres. C est ce que l on appelle le principe de spécialité des EPCI. 6 Être Conseiller Communautaire

7 Une communauté d agglomération, dans quel but? Les communes choisissent de s unir pour mieux répondre aux besoins quotidiens des habitants du territoire. Elles définissent ensemble le devenir du territoire. Elles partagent leurs moyens humains et techniques, mutualisent leurs compétences et fédèrent leurs énergies pour mettre en œuvre de grands projets de développement local. En ne formant qu une seule et même entité, la CAPI a ainsi plus de poids et de moyens pour supporter financièrement des actions transversales (eau, assainissement, transports, etc), des projets d envergure (Médipôle, stations d épuration, etc.) que les communes ne pourraient mener seules. Quelles sont les particularités d une communauté d agglomération? Son périmètre : les communes qui se regroupent pour créer une communauté d agglomération doivent former un ensemble de plus de habitants, d un seul tenant territorial et sans enclave, avec au moins une commune de plus de habitants. Ses compétences : les compétences exercées la communauté d agglomération sont précisées par la loi. Elles comportent : Des compétences obligatoires : en matière de développement économique, d aménagement de l espace, d équilibre social de l habitat, de politique de la Ville. Des compétences optionnelles : la communauté d agglomération doit exercer des compétences dans au moins 3 des 6 domaines suivants : voirie et parc de stationnement, assainissement, eau, équipements culturels et sportifs, actions sociales d intérêt communautaire, protection de l environnement. Des compétences facultatives : en plus des compétences imposées par la loi, les communes peuvent transférer à la communauté d agglomération toute autre compétence qu elles jugeraient utiles. Le transfert des compétences entraîne de plein droit le transfert par les communes des personnels, biens, équipements et services publics nécessaires à leur exercice, ainsi que l ensemble des droits et obligations qui lui sont attaché. La définition d un intérêt communautaire Les communautés d agglomération ne sont pas tenues d exercer la plénitude d une compétence transférée. La compétence peut en effet être répartie entre la commune et la communauté d agglomération. Par exemple, en matière de voirie, certaines voies relèvent de la compétence de la CAPI, d autres de la responsabilité de chaque commune. C est la définition de l intérêt communautaire qui vient préciser ce qui relèvera du domaine de la commune, et ce qui sera exercé par la communauté d agglomération. Cet intérêt communautaire est déterminé par le conseil communautaire à la majorité des 2/3 de son effectif. Ses ressources : la communauté d agglomération dispose de ressources propres, c est-àdire qu il n y a pas de contribution annuelle des communes au budget de l intercommunalité. Ces ressources se composent pour l essentiel : de la fiscalité (ménages et entreprises), des dotations de l Etat, de la vente de produits et services. Être Conseiller Communautaire 7

8 Les ressources d une communauté d agglomération La communauté d agglomération est soumise de plein droit au régime de la Fiscalité Professionnelle Unique (FPU) c est-à-dire qu elle bénéficie de ressources fiscales distinctes de celles des communes membres. Les principales recettes d une communauté d agglomération comprennent : La contribution économique territoriale : Depuis le 1 er janvier 2010, les communautés d agglomération perçoivent, en remplacement de la taxe professionnelle, la contribution économique territoriale (CET), composée : d une cotisation foncière des entreprises (CFE), fondée sur les bases foncières des entreprises ; d une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ; de la TASCOM, taxe sur les surfaces commerciales de plus de 400 m² ; d un impôt forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER), concernant les activités non délocalisables (énergie, télécoms, transport ferroviaire). A la CAPI Le taux de la CFE a été fixé à 26,38 % en La fiscalité additionnelle : Il s agit d une fiscalité additionnelle à la taxe d habitation, à la taxe sur le foncier bâti et le foncier non bâti. Les EPCI votent directement les taux de ces trois taxes avec la limite suivante : le taux du foncier non bâti ne peut augmenter plus ou diminuer moins que le taux de la taxe d habitation. A la CAPI Le taux de la taxe sur le foncier non-bâti est fixé à 2,60 %. Le taux de la taxe sur le foncier bâti est fixé à 1,9 %. Le taux de la taxe d habitation est fixé à 7,73 %. Le Versement Transport : Le versement transport (VT) est une contribution locale des employeurs qui permet de financer les transports en commun. Elle concerne les employeurs publics et privés de plus de 9 salariés, situés dans un périmètre de transport urbain. Elle est recouvrée par l Urssaf au titre des cotisations sociales pour être reversée aux autorités organisatrices de transports. A la CAPI Le taux de versement transport est fixé à 0,90 %. 8 Être Conseiller Communautaire

9 La dotation globale de fonctionnement : La dotation globale de fonctionnement (DGF) est une dotation de l Etat. Elle comprend deux composantes : la dotation d intercommunalité ; la dotation de compensation. Le calcul de l attribution de dotation globale de fonctionnement s appuie sur la population regroupée sur le territoire de l EPCI, son potentiel fiscal et le coefficient d intégration fiscale du groupement (CIF). Le CIF permet de mesurer l intégration d un EPCI au travers du rapport entre la fiscalité qu il lève et la totalité de la fiscalité levée sur son territoire par les communes et leurs groupements. II constitue un indicateur de la part des compétences exercées au niveau du groupement. Le fonds national de perequation des ressources intercommunales et communales : Le FPIC a été créé en Il constitue le premier mécanisme national de péréquation horizontale pour le secteur communal. Il consiste à prélever une partie des ressources de certaines intercommunalités et communes pour la reverser à des intercommunalités et communes moins favorisées. A la CAPI La CAPI et ses communes membres bénéficient de ce fonds à hauteur de $ en La loi de finances pour 2012 prévoit une montée en charge progressive des ressources allouées. Les modalités de répartition entre la CAPI et les communes ont été adoptées dans le cadre du pacte financier et fiscal (voir rubrique pacte financier et fiscal). Autres recettes fiscales et redevances : En fonction des compétences exercées, les communautés d agglomération peuvent instituer d autres taxes ou redevances. Ainsi, la Taxe d enlèvement des ordures ménagères est instituée sur le territoire de la CAPI. Le taux de cette taxe est fixé pour chaque commune membre. De même, les usagers sont soumis à des redevances pour l eau et l assainissement. Ventes de produits et services : Les différents services publics génèrent bien entendu des recettes : piscines, médiathèques, petite enfance, culture, etc. Être Conseiller Communautaire 9

10 L emprunt : Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu il s agisse d un équipement spécifique, d un ensemble de travaux relatif à cet équipement ou encore d acquisitions de biens durables considérés comme des immobilisations. Les emprunts n ont pas à être affectés explicitement à une ou plusieurs opérations d investissement précisément désignées au contrat. Ils peuvent être globalisés et correspondre à l ensemble du besoin de financement de la section d investissement. En aucun cas, l emprunt ne doit combler un déficit de la section de fonctionnement ou une insuffisance des ressources propres pour assurer l amortissement de la dette. Recettes de gestion (hors cessions) : Taux d évolution +3,66% données CAPI k k k k k 0 k Contributions directes ménages Contributions directes entreprises Autres impôts et taxes Dotations et participations Autres recettes 10 Être Conseiller Communautaire

11 Taux moyen des taxes votées par les groupements à fiscalité propre en 2012 : Source : Ministère de l Intérieur DGCL Régime fiscal et nature juridique Moins de habitants De à habitants De à habitants De à habitants De à habitants Plus de habitants Ensemble Ensemble des groupements à FPU Taxe d habitation 9,89 9,48 9,21 9,17 9,14 9,36 9,26 Taxe sur le foncier bâti 2,42 1,88 1,91 1,85 2,61 1,85 1,98 Taxe sur le foncier non bâti 6,85 4,72 3,59 3,66 3,95 3,69 4,01 CFE 24,20 23,83 22,91 24,89 26,61 27,95 26,60 Communautés d agglomération et syndicats d agglomération nouvelle Taxe d habitation - - 8,15 10,73 9,01 8,97 9,01 Taxe sur le foncier bâti ,08 2,18 1,34 1,58 Taxe sur le foncier non bâti - - 2,62 7,91 3,16 3,47 3,44 CFE ,09 26,95 27,10 26,76 26,86 Pour rappel, les taux à la CAPI sont : Taux d habitation : 7,73% Taux sur le foncier bâti : 1,9% Taux sur le foncier non bâti : 2,60% CFE : 26,38% Être Conseiller Communautaire 11

12 Le conseil communautaire Comment sont désignés les conseillers communautaires? Dans les communes de moins de habitants : les conseillers communautaires sont les membres du conseil municipal, désignés en respectant l ordre du tableau qui établit la liste des maire, adjoints et conseillers municipaux. En cas de démission d un conseiller communautaire, c est le 1 er conseiller municipal dans l ordre du tableau non conseiller communautaire qui est appelé à pourvoir le siège vacant. Dans les communes de plus de habitants : les conseillers communautaires sont élus directement par les citoyens au scrutin de liste lors des élections municipales. En cas de démission, c est le 1 er candidat non élu de la même liste communautaire que le conseiller démissionnaire et de même sexe, qui est appelé à pourvoir le siège vacant. Lorsque la liste des candidats aux élections communautaires est épuisée, c est le 1 er conseiller municipal de même sexe, élu sur la même liste municipale, et non conseiller communautaire qui sera désigné. Quelles sont les missions du conseil communautaire? L organe délibérant de la communauté : «Les communautés d agglomération sont administrées par un organe délibérant composé de délégués des communes membres» (art. L du CGCT). Par similitude avec un conseil municipal, le conseil communautaire est investi d une fonction générale de gestion des affaires de la communauté, qu il met en œuvre à travers ses délibérations. Il donne son avis toutes les fois que cet avis est requis par les lois et règlements, ou qu il est demandé par le représentant de l Etat dans le département. Le conseil émet des voeux sur tous les objets d intérêt communautaire. Un pouvoir de délégation : pour les actes de gestion courante de la communauté, le conseil peut décider de déléguer tout ou partie de son pouvoir au président, aux vice-présidents ou au bureau communautaire. Les domaines suivants ne peuvent toutefois pas faire l objet d une délégation : vote du budget, institution et fixation des taux ou tarifs des taxes ou redevances ; approbation du compte administratif ; dispositions à caractère budgétaire à la suite d une mise en demeure intervenue en application de l article L ; décisions relatives aux modifications des conditions initiales de composition, de fonctionnement et de durée de l établissement public de coopération intercommunale ; adhésion de l établissement à un établissement public ; délégation de la gestion d un service public ; dispositions portant orientation en matière d aménagement de l espace communautaire, d équilibre social de l habitat sur le territoire communautaire et de politique de la ville. Le bénéficiaire de la délégation doit informer le conseil communautaire des décisions qu il a été amenées à prendre dans le cadre de cette délégation. Cette information a lieu lors de la séance du conseil communautaire la plus proche de la date de la décision. 12 Être Conseiller Communautaire

13 Les instances de concertation Préalablement à leur présentation au conseil communautaire, les propositions sont élaborées dans des lieux de concertation composés d élus et dont les contours sont déterminés par le code général des collectivités territoriales. Le bureau communautaire : C est une instance obligatoire dans toute communauté d agglomération. Composition : le bureau de la communauté d agglomération est composé du président, d un ou plusieurs vice-présidents et, éventuellement, d un ou de plusieurs autres membres. Dans le respect de cette disposition, c est au conseil communautaire qu il appartient de fixer la composition du bureau et d en élire les membres au scrutin uninominal. Présidence : de droit, il s agit du président de l EPCI. Rôle : le code général des collectivités territoriales n assigne pas de rôle spécifique au bureau communautaire. Il peut recevoir délégation d une partie des attributions de l organe délibérant. A la CAPI Le bureau communautaire de la CAPI compte 15 vice-présidents et 11 conseillers communautaires délégués.toutes les communes du territoire sont ainsi représentées dans cette instance. Quel rôle pour le Bureau Communautaire? Le Président, les vice-présidents et les conseillers communautaires délégués constituent ensemble le Bureau Communautaire. Les 23 communes de la CAPI sont ainsi représentées. Le code général des collectivités territoriales n assigne pas de rôle spécifique au Bureau Communautaire. Il peut recevoir délégation d une partie des attributions de l organe délibérant. Jean PAPADOPULO Président de la CAPI Quel rôle pour le Président? Le Président prépare et met en oeuvre les décisions des deux instances qui votent les décisions concernant la CAPI : le Conseil Communautaire et le Bureau Communautaire (les vice-présidents). Il a en charge l administration de la CAPI et également un rôle de gestionnaire puisqu il est l ordonnateur des dépenses et qu il prescrit l éxécution des recettes. Il représente également la CAPI auprès des autres instances comme le Pôle Métropolitain. Être Conseiller Communautaire 13

14 Les vice-présidents et leur délégation : 1 er VP 2 e VP 3 e VP 4 e VP 5 e VP Vincent CHRIQUI Stratégies métropolitaines et prospectives Raymond FEYSSAGUET Développement Economique Joël GRISOLLET Aménagement, urbanisme et foncier Patrick MARGIER Affaires sociales, santé, petite enfance, personnes âgées et personnes dépendantes Claude BERENGUER Transports et mobilité 6 e VP 7 e VP 8 e VP 9 e VP 10 e VP Guy RABUEL Espaces publics et infrastructures routières Evelyne MICHAUD Administration générale et moyens généraux Jean-Pierre GIRARD Stratégie financière Patrick NICOLE-WILLIAMS Communication, citoyenneté et sentiment d appartenance à la CAPI Jean-Bernard GRIOTTIER Développement durable, agriculture et transition énergétique 11 e VP 12 e VP 13 e VP 14 e VP 15 e VP Michel RIVAL Politique de l habitat et cohésion sociale Damien MICHALLET Relation avec les communes et développement numérique Annick ARNOLD Culture Olivier CHANEL Sports Jean-Rodolphe GENIN Cycle de l eau 14 Être Conseiller Communautaire

15 Les conseillers communautaires délégués : Alain BERGER Construction durable et filières d excellence Alain MARY Economie sociale et solidaire et économie de proximité Dominique BERGER PLU et PAD Anne CHAU- MONT-PUILLET Petite Enfance Eugène REY Mobilités alternatives et management de la mobilité 15 e VP Nadine ROY Administration générale Daniel GAUDE Budget Bernard MARMONIER Agriculture Michel LAUDE Espaces naturels André ZIERCHER Mise en oeuvre du schéma de mutualisation Didier BOUILLOT Education artistique Être Conseiller Communautaire 15

16 Les commissions : Le code général des collectivités territoriales indique que des commissions peuvent être formées pour étudier les questions soumises au conseil communautaire soit par l administration, soit à l initiative d un des membres de la commission. Ce sont des instances facultatives dont la création relève d une décision du conseil communautaire. Il peut s agir de commissions permanentes, c est-à-dire qui s inscrivent dans la durée du mandat, ou de commissions spécifiques constituées pour une mission particulière. La création de la commission : toute commission est créée par le conseil communautaire qui en détermine : l objet et éventuellement la durée ; la composition. Les membres des commissions peuvent, en effet, être conseillers municipaux sans être conseillers communautaires ; la répartition du nombre de représentants entre les communes. La désignation des membres : les commissions doivent respecter le principe de la représentativité et les élus constitués en groupes doivent être représentés. Les membres doivent être élus au scrutin secret et à la représentation proportionnelle au plus fort reste (en l absence de précision contraire dans le règlement intérieur du conseil communautaire). Présidence : le président de l EPCI est le président de droit de ces commissions internes. Le vice-président de la commission est désigné parmi les membres de la commission lors de la première réunion. Le rôle des commissions : la commission examine les questions soumises au conseil par l administration ou par l un des membres. La commission émet des avis : ce sont des actes préparatoires qui ne sont pas susceptibles de recours ; ces avis ne peuvent pas engager la communauté d agglomération. A la CAPI La CAPI compte 13 commissions permanentes chargées d examiner les thématiques suivantes : Développement économique Aménagement, urbanisme, foncier Affaires sociales (santé, petite enfance, personnes âgées et dépendantes) Transports, mobilité Espaces publiques, infrastructures routières Bâtiments et moyens généraux Finances Développement Durable et agriculture Habitat et Cohésion sociale Mutualisation et numérique Culture Sport Cycle de l eau Les groupes de travail : Le conseil communautaire peut décider de la création de groupes de travail, dont il détermine la composition et désigne les représentants, pour tout sujet concernant la communauté d agglomération. Ces groupes de travail n émettent que des propositions. 16 Être Conseiller Communautaire

17 L organisation administrative Les collectivités territoriales et leurs établissements publics sont organisés autour d un double système : le système politique et le système administratif. Seul le président intervient dans les 2 champs et dispose à ce titre de pouvoirs particuliers qui lui sont reconnus par la loi. Le président est, en effet, l organe exécutif de la communauté, c est-à-dire qu il est chargé de préparer et exécuter les décisions du conseil communautaire, mais il est aussi le chef des services de la communauté. Pour l exercice de ses fonctions, il s appuie sur 2 collaborateurs principaux qu il choisit librement : Le Directeur de Cabinet : Le directeur de cabinet aide le président à organiser et gérer le système politique. Le président peut, pour former son cabinet, librement recruter un ou plusieurs collaborateurs et mettre librement fin à leurs fonctions. Ces collaborateurs ne rendent compte qu à l autorité territoriale auprès de laquelle ils sont placés, qui décide des conditions et des modalités d exécution du service qu ils accomplissent auprès d elle. L effectif maximum des collaborateurs du cabinet d un président de communauté d agglomération est fixé en fonction du nombre d agents publics exerçant au sein de l EPCI, soit un maximum de 5 collaborateurs pour la CAPI. Le Directeur Général des services : Le Directeur Général des Services (DGS) est dans le champ de l organisation de l administration. Sous l autorité du président, il pilote, anime et coordonne l organisation territoriale pour mettre en œuvre les orientations définies par les élus. Il peut être assisté par un ou plusieurs directeurs généraux adjoints (DGA). Les emplois de DGS et de DGA sont des emplois fonctionnels, c est-à-dire des emplois administratifs ou techniques de direction dans lesquels les personnels sont nommés pour une durée déterminée (5 ans maximum) qui peut être renouvelée. Organisation et fonctionnement des communautés d agglomération Être Conseiller Communautaire 17

18 Zoom sur la CAPI La Communauté d Agglomération Porte de l Isère (CAPI) p.19 Le bloc communal p.36

19 La Communauté d Agglomération Porte de l Isère (CAPI) Carte d identité La CAPI, toute récente communauté d agglomération, constitue le 2 ème bassin de population et d emploi de l Isère. Elle constitue aujourd hui : le troisième pôle de l aire métropolitaine lyonnaise, après Lyon et Saint-Étienne et devant Vienne ; la sixième communauté d agglomération de Rhône-Alpes, après celles de Grenoble, Saint-Étienne, Valence, Annecy et Chambéry ; le 2 ème moteur de développement de l Isère. Ce territoire se caractérise à la fois par un important secteur tertiaire et par une industrie bien implantée qui fait de lui le leader au sein de quatre pôles d innovation essentiels pour la région : Pôle innovation constructive : regroupe 80% de la Recherche et Développement français sur les matériaux de construction. 1 ère plateforme logistique terrestre de France ; Entreprises pilotes innovantes dans le secteur du textile et du papier ; Depuis 1975, le nombre d habitants comme le nombre d emplois a doublé (29 % de la population a moins de 20 ans). Mais, malgré un fort taux d actifs qui travaillent sur place, les flux domicile travail demeurent importants. 257,51 km 2 date de création : 1 er Janvier communes Superficie habitants résidences principales sur le territoire en entreprises emplois Être Conseiller Communautaire à la CAPI 19

20 Le territoire de la CAPI 20 Être Conseiller Communautaire à la CAPI

21 Zoom sur le département de l Isère Isère Population Taux de variation annuel moyen Taux de variation annuel moyen dû au solde naturel dû au solde migratoire apparent Isère ,8 0,9 0,6 0,3 Les communautés d agglomération Grenoble Alpes Métropole ,3 0,2 0,7-0,5 Porte de l Isère ,7 1,2 1,1 0,1 Pays Voironnais ,0 0,8 0,5 0,3 Pays Viennois ,7 0,5 0,7-0,2 Les principales communes Grenoble ,2 0,1 0,7-0,6 Saint-Martin-d Hères ,5 0,1 0,8-0,7 Echirolles ,5 0,8 0,9-0,1 Vienne ,2-0,2 0,8-1,0 Bourgoin-Jallieu ,3 1,2 0,8 0,4 Fontaine ,2-0,4 0,8-1,3 Voiron ,6 0,0 0,5-0,5 Villefontaine ,0 0,3 1,8-1,5 Meylan ,5-0,6 0,4-1,0 Saint-Egrève ,3 0,3 0,7-0,4 L Isle d Abeau ,0 2,4 2,0 0,4 Seyssinet-Pariset ,1-0,7 0,8-1,5 Le Pont-de-Claix ,3-0,3 1,1-1,3 Sassenage ,1 1,1 0,8 0,3 Être Conseiller Communautaire à la CAPI 21

22 L histoire de la CAPI La CAPI a été créée par arrêté préfectoral du 29 décembre 2006 portant transformation du syndicat d agglomération nouvelle de L Isle d Abeau en communauté d agglomération et extension de périmètre. 10 janv 1972 Création de l EPIDA, Etablissement public d Etat chargé de l aménagement de la Ville Nouvelle. 11 août 1972 Création de l agglomération nouvelle de l Isle d Abeau : 21 communes (Bourgoin-Jallieu, Chamagnieu, Domarin, Four, Frontonas, Grenay, La Verpillière, L Isle d Abeau, Panossas, Roche, Ruy, Satolas et Bonce, Saint Alban de Roche, Saint-Chef, Saint-Hilaire-de-Brens, Saint-Marcel- Bel-Accueil, Saint-Quentin-Fallavier, Saint-Savin, Vaulx-Milieu, Vénérieu, Villefontaine) 26 déc 1972 Création du SCANIDA, Syndicat communautaire d aménagement de l agglomération nouvelle de L Isle d Abeau, 21 communes. 27 déc 1978 Révision du périmètre de l agglomération qui passe de 21 à 8 communes ( Four, Grenay, L Isle d Abeau, Roche, Saint Alban de Roche, Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu, Villefontaine). 15 sept 1984 Le SCANIDA devient SAN, Syndicat d agglomération Nouvelle, 5 communes (Four, L Isle d Abeau, Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu, Villefontaine). 31 déc 2005 Fin de l OIN, Opération d intérêt national qui fixait le statut de la Ville Nouvelle. 1 er janv 2007 Création de la CAPI Communauté d agglomération Porte de l Isère par extension-transformation du SAN de l Isle d Abeau. 20 communes (Badinières, Bourgoin-Jallieu, Chèzeneuve, Crachier, Domarin, Four, La Verpillière, Les Eparres, L Isle d Abeau, Maubec, Meyrié, Nivolas- Vermelle, Ruy-Montceau, Saint Alban de Roche, Saint-Quentin-Fallavier, Saint- Savin, Satolas et Bonce, Sérézin de la Tour, Vaulx-Milieu, Villefontaine) 1 er janvier 2010 Adhésion de Eclose 1 er janvier 2013 Adhésion de Succieu 1 er janvier 2014 Adhésion de Châteauvilain 22 Être Conseiller Communautaire à la CAPI

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi 2014 23 & 3O MARS 2O14 1 er RENDEZ-VOUS avec le suffrage universel direct L intercommunalité s est généralisée et rationalisée suite à la loi de réforme des collectivités

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 1 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE 2 La métropole du Grand Paris, un EPCI à fiscalité propre et à

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Le pôle métropolitain

Le pôle métropolitain Le pôle métropolitain Lyon Bourgoin-Jallieu Vienne Saint-Étienne Pourquoi faire un pôle métropolitain? Comment fonctionnera le pôle métropolitain? Pourquoi faire un pôle métropolitain? La loi du 16 décembre

Plus en détail

L intercommunalité au cœur de la réforme territoriale. Septembre 2010

L intercommunalité au cœur de la réforme territoriale. Septembre 2010 L intercommunalité au cœur de la réforme territoriale Septembre 2010 Les origines de la réforme Les motivations pour réformer : Période critique pour l intercommunalité 2005-2007, Contexte de crise économique,

Plus en détail

STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN

STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN 21/05/2015 STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN Blain, Bouvron, La Chevallerais, Le Gâvre Conseil Communautaire du 22 octobre 2014 Arrêté préfectoral du 21 mai 2015 Application au

Plus en détail

La Coopération Intercommunale à Fiscalité Propre. 2. Aspects institutionnels

La Coopération Intercommunale à Fiscalité Propre. 2. Aspects institutionnels 2. Aspects institutionnels 1. Création (L. 5211-5-I du Code général des collectivités territoriales) a. la procédure de création Projet de périmètre Il est fixé par le représentant de l Etat : Soit dans

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE ANTONAVES, CHATEAUNEUF DE CHABRE, RIBIERS CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE VAL BUËCH-MÉOUGE - HAUTES ALPES - PRINCIPES FONDATEURS Une commission d élus des communes d Antonaves, Châteauneuf de Chabre, Ribiers

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Groupe de travail «Statut et compétences des territoires» du jeudi 18 septembre 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL 1 Quatre scenarii : 1. Une Métropole

Plus en détail

Les Rendez-vous. http://portail-mediatheque.capi-agglo.fr

Les Rendez-vous. http://portail-mediatheque.capi-agglo.fr Les Rendez-vous réguliers 14 15 http://portail-mediatheque.capi-agglo.fr ÉDITO «Les médiathèques vous donnent le ton» Avec ses rendez-vous réguliers, le réseau des 10 bibliothèques et médiathèques de la

Plus en détail

ARRÊTÉ n 2015-1-520 du 28 mai 2015. portant modification des statuts de la communauté de communes Boischaut-Marche et Terres du Grand Meaulnes

ARRÊTÉ n 2015-1-520 du 28 mai 2015. portant modification des statuts de la communauté de communes Boischaut-Marche et Terres du Grand Meaulnes Préfecture Direction des Collectivités Locales et des Affaires Financières Bureau des affaires financières et de l intercommunalité PRÉFÈTE DU CHER ARRÊTÉ n 2015-1-520 du 28 mai 2015 portant modification

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs?

Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs? En partenariat avec Le Bâtiment et les Travaux Publics dans la réforme territoriale : quel avenir pour nos deux secteurs? PROGRAMME 14h30 - Accueil à la Chapelle des Cordeliers 14h45 - Présentation de

Plus en détail

DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI

DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution de la République du Burundi ; Vu la Loi n 1/02 du 25 janvier

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE

PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE PROJET DE LOI PORTANT NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA REPUBLIQUE PRINCIPALES MODIFICATIONS ADOPTÉES EN SEANCE PUBLIQUE CALENDRIER : Orateurs du groupe : A. GENEVARD et H. GAYMARD Date de la CMP

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume. Version approuvée lors du comité syndical du 5 novembre 2014.

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume. Version approuvée lors du comité syndical du 5 novembre 2014. STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume. Version approuvée lors du comité syndical du 5 novembre 2014. TITRE I : NATURE ET OBJET DU SYNDICAT MIXTE. 2 ARTICLE

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 12 décembre 2014 Compte-rendu. Date d affichage et de convocation : 04/12/2014. Secrétaire de séance : A.

Séance du Conseil Municipal du 12 décembre 2014 Compte-rendu. Date d affichage et de convocation : 04/12/2014. Secrétaire de séance : A. Séance du Conseil Municipal du 12 décembre 2014 Compte-rendu L an deux mille quatorze, le 12 décembre à 18 heures Le conseil municipal de la commune de SAINT-LEON dûment convoqué, s est réuni en session

Plus en détail

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Plan Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Introduction générale I. La région II. Le département III. Le bloc local Introduction

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

I) Dénomination, siège, durée objet, de la Communauté de Communes :

I) Dénomination, siège, durée objet, de la Communauté de Communes : STATUTS COMMUNAUTE DE COMMUNES CEVENNES-GARRIGUE PREAMBULE Les communes de : COLOGNAC, CONQUEYRAC, CROS, DURFORT ET SAINT MARTIN DE SOSSENAC, FRESSAC, LA CADIERE ET CAMBO, LASALLE, MONOBLET, POMPIGNAN,

Plus en détail

Mesure 321 Services de base pour l économie et la population rurale

Mesure 321 Services de base pour l économie et la population rurale Mesure 321 Services de base pour l économie et la population rurale Bases réglementaires communautaires Articles 52.b.i et 56 du Règlement CE 1698/2005 Régime XR 61/2007 relatif aux aides à l investissement

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS Mission d Utilité Publique reconnue par Arrêté Préfectoral du 22 juin 1987 Inscrite au Registre des Associations

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE Figurent en rouge les modifications votées par l Assemblée

Plus en détail

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume STATUTS Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume Version 09-02-2011 TITRE I : NATURE ET OBJET DU SYNDICAT MIXTE 2 ARTICLE 1 : Création du Syndicat mixte En application

Plus en détail

Formation d intégration

Formation d intégration Formation d intégration Livret du stagiaire version 2014 quand les talents grandissent, les collectivités progressent Formation d intégration La formation d intégration dans la fonction publique territoriale

Plus en détail

Nouveaux élus, premiers repères sur l intercommunalité

Nouveaux élus, premiers repères sur l intercommunalité 2008-2014 Enjeux de mandat Nouveaux élus, premiers repères sur l intercommunalité Avril 2008 par le service juridique de l AdCF Les notes techniques de l AdCF Entrez Avant-propos 85 000 élus s engagent

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON

MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON MISSION LOCALE DU BASSIN D EMPLOI DE BESANCON Statuts 28/05/2013 Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et

Plus en détail

Ressources humaines intercommunales Les grandes tendances 2004-2012 et les enjeux de la mutualisation

Ressources humaines intercommunales Les grandes tendances 2004-2012 et les enjeux de la mutualisation Ressources humaines intercommunales Les grandes tendances 2004-2012 et les enjeux de la mutualisation Conférence des intercommunalités de l Outre-mer Saint Denis de la Réunion Les évolutions des effectifs

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 8 AVRIL 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 8 AVRIL 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 8 AVRIL 2014 Election des membres du C.C.A.S. Monsieur le Maire indique que le Centre Communal d Action Social (C.C.A.S.) est administré par un Conseil d administration composé,

Plus en détail

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN Date de mise à jour : 3 décembre 2014 Entre PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN ( Convention de création d un service commun en application de l article L 5211-4-2 du

Plus en détail

Loi de réforme territoriale

Loi de réforme territoriale KPMG Secteur public Loi de réforme territoriale Note de synthèse N 5 Analyse comparée des textes adoptés en 1 ère lecture par le Sénat et l Assemblée nationale. 7 juin 2010 Sommaire Avant-propos 1 1. Rénovation

Plus en détail

SECRETAIRES DE SEANCE : Monsieur BROQUET Didier, Laurence MARTIN-THIMOLEON

SECRETAIRES DE SEANCE : Monsieur BROQUET Didier, Laurence MARTIN-THIMOLEON COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 14 AVRIL 2015 L an deux mil quinze, le 14 avril à 20 h 00, les membres du conseil légalement convoqués se sont réunis en séance ordinaire sous

Plus en détail

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays Page 1 sur 13 Communauté de Communes du Pays Thibérien Maison des Services 24800 THIVIERS Tél.: 05-53-622-822 Fax: 05-53-62-31-57 Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

La construction de logements

La construction de logements La construction de logements neufs dans la CAPI Constats 1999 à 26 Tendances Sources : - en 1999 : données du RGP 99 de l INSEE - de 1999 à 26 : nombre de «logements commencés» par commune et par année

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014.

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014. PROCÈS-VERBAL SÉANCE DU 23 DECEMBRE 2014 39-2014 Le mardi 23 décembre 2014, le Conseil Municipal de la Commune de ROYBON, dûment convoqué le 16 décembre 2014, s'est réuni en session ordinaire à 18h30 à

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

10 questions-réponses sur les conséquences du recensement pour les territoires intercommunaux

10 questions-réponses sur les conséquences du recensement pour les territoires intercommunaux Supplément juridique 10 questions-réponses sur les conséquences du recensement pour les territoires intercommunaux édito Afin d accompagner les territoires intercommunaux Mairie-conseils et l Assemblée

Plus en détail

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Statuts de l association dénommée Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Préambule : D'après la Charte nationale, les centres sociaux entendent être «des foyers d'initiatives porté par des

Plus en détail

Grand Paris et intercommunalité en Ile-de-France Réunion des communautés d IDF du 21 mai 2014

Grand Paris et intercommunalité en Ile-de-France Réunion des communautés d IDF du 21 mai 2014 POSITIONS MAI 2014 Grand Paris et intercommunalité en Ile-de-France Réunion des communautés d IDF du 21 mai 2014 1. Evolutions depuis la rencontre AdCF sur l Ile de France du 19 septembre 2013 Lors de

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

LES CAHIERS DU RÉSEAU N 17

LES CAHIERS DU RÉSEAU N 17 Association des maires de France & Associations départementales de maires LES CAHIERS DU RÉSEAU N 17 n Le guide du président d intercommunalité 2014 Nous remercions Association des maires de France & Associations

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

LOI DE RÉFORME DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES. g u i d e p r a t i q u e

LOI DE RÉFORME DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES. g u i d e p r a t i q u e LOI DE RÉFORME DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES g u i d e p r a t i q u e LOI DE RÉFORME DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES J ai le plaisir de vous présenter le «Guide pratique de la loi de réforme des collectivités

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA REUNION DU 15 Septembre 2014

PROCES VERBAL DE LA REUNION DU 15 Septembre 2014 PROCES VERBAL DE LA REUNION DU 15 Septembre 2014 Monsieur Dominique Arrouy est élu secrétaire de séance. Etaient présents : - Mrs Corrège Daniel, Arrouy Dominique, Couton Christian, Arrouy Thierry, Dinnat

Plus en détail

MODERNISATION DE L'ACTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET AFFIRMATION DES MÉTROPOLES - (N 1587) AMENDEMENT. présenté par M. Ollier ---------- ARTICLE 10

MODERNISATION DE L'ACTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET AFFIRMATION DES MÉTROPOLES - (N 1587) AMENDEMENT. présenté par M. Ollier ---------- ARTICLE 10 ART. 10 N 93 ASSEMBLÉE NATIONALE MODERNISATION DE L'ACTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET AFFIRMATION DES MÉTROPOLES - (N 1587) Commission Gouvernement AMENDEMENT N o 93 présenté par M. Ollier ---------- ARTICLE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 DECEMBRE 2012

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 DECEMBRE 2012 MAIRIE DE DAMBENOIS COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 DECEMBRE 2012 Tous les Conseillers municipaux sont présents sauf : Absents excusés : MM. Michel PAGE, Laurent JOLIVET donne pouvoir à Philippe

Plus en détail

LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Les dispositions présentées sont issues de la réglementation modifiée par le décret

Plus en détail

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE Chris L an deux mille quatorze, le quatorze février, à dix-neuf heures, Le Conseil Municipal de la Commune de Méréville s est réuni au lieu ordinaire de ses séances, après convocation légale, sous la présidence

Plus en détail

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 17 AVRIL 2008

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 17 AVRIL 2008 23.1 ÉLECTION DU PRÉSIDENT. PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 17 AVRIL 2008 Conformément aux dispositions des articles L 5211-1, L 5211-2, L 2122-7 et suivants du Code Général des Collectivités

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

COMPTE RENDU DES DÉLIBÉRATIONS

COMPTE RENDU DES DÉLIBÉRATIONS COMPTE RENDU DES DÉLIBÉRATIONS L'an deux mil quatorze, le vingt neuf avril, à 19h00, le Conseil Municipal de la commune de BLONVILLE SUR MER, régulièrement convoqué, s'est réuni au nombre prescrit par

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Réunion du 11 avril 2013

Réunion du 11 avril 2013 1 Date de convocation : 03 avril 2013 Réunion du 11 avril 2013 Le 11 avril 2013, à 20 heures 30, le Conseil Municipal légalement convoqué s est réuni à la Mairie de Gaillefontaine sous la Présidence de

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE Les communes nouvelles sont soumises aux dispositions du CGCT applicable aux communes, sous réserve des dispositions dérogatoires des articles L.2113-1

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

15 avril 2014. Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail

15 avril 2014. Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail CHAPITRE I - Dispositions générales Article 1er Objet La Communauté d'universités et Etablissements "Université de Lyon " de Lyon Saint-Etienne

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL

CONSEIL DÉPARTEMENTAL CONSEIL DÉPARTEMENTAL DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES, DE L ASSEMBLEE ET DE LA DOCUMENTATION Secrétariat général de l assemblée départementale Session des 10 et 11 décembre 2015 consacrée au budget primitif

Plus en détail

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale STATUTS TYPES DE L UNION DEPARTEMENTALE des Centres Communaux d Action Sociale des Hauts-de-Seine Préambule : Par décision de son assemblée générale du 25 janvier 2001, l UNCCAS a adopté ses nouveaux statuts.

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Rapport. Impact de la création de la MGP et des EPT sur les personnels des communes et des EPCI à fiscalité propre existants.

Rapport. Impact de la création de la MGP et des EPT sur les personnels des communes et des EPCI à fiscalité propre existants. 25 août 2015 Rapport Impact de la création de la MGP et des EPT sur les personnels des communes et des EPCI à fiscalité propre existants Mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris - 19, rue

Plus en détail

PLAN DE DÉPL CEMENTS URBAINS

PLAN DE DÉPL CEMENTS URBAINS PLAN DE DÉPL CEMENTS URBAINS Approbation 2010-2015 Crédits photos : Épani, ULM 38, CAPI, Transitec, JF Marin, FOTOLIA - Mise en page : service com. CAPI www.capi-agglo.fr 1 INTRODUCTION Ce document est

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2014 CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2014 NOTE EXPLICATIVE DE SYNTHESE 1. ADMINISTRATION GÉNÉRALE Approbation du compte rendu de la séance du conseil municipal du 25 février 2014. 2. ADMINISTRATION GÉNÉRALE Compte-rendu

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUILLET 2012

SEANCE DU 10 JUILLET 2012 SEANCE DU 10 JUILLET 2012 Convocation du 02 juillet 2012 L an deux mil douze le 10 juillet à 19h30, le Conseil Municipal s est réuni en séance ordinaire, à la Mairie, sous la Présidence de M. Philippe

Plus en détail

Budget primitif 2011 eau :

Budget primitif 2011 eau : CONSEIL MUNICIPAL DU 26 Mars 2012. ÉTAIENT PRÉSENTS : G.BERNARD - P. LUMMAUX - J.P MARTIN - J.P MAURA - D. BERLAND - Mmes C. LAGARDE - L. DUPUCH - M. B. CRAPON - Mme L. BARIBAUD - F. FERRAND - M. F. FAUX.

Plus en détail

CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE

CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE \SOMMAIRE CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE Proposition de mission ECO ORIGIN MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS Journée du 26 novembre 2013 Me Joël BERNOT Avocat associé Avoxa Pierre-Olivier HOFER

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

LE MAGE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 JUIN 2015

LE MAGE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 JUIN 2015 LE MAGE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 JUIN 2015 Date de convocation : 26 mai 2015 L an deux mil quinze, le cinq juin à vingt heures trente, le Conseil Municipal du MAGE, dûment convoqué, s est réuni

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Monsieur le Maire présente le rapport d analyse d offre relatif à ce projet.

Monsieur le Maire présente le rapport d analyse d offre relatif à ce projet. Mairie de Cauffry 123 Route de Mouy 60290 CAUFFRY DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL du 04 Octobre 2011 N 2011 3 L an deux mil onze, le quatre Octobre, à dix-huit heures trente, les membres du Conseil

Plus en détail

Considérant que pour une commune de moins de 500 habitants, le taux maximal de l indemnité d un adjoint en pourcentage de

Considérant que pour une commune de moins de 500 habitants, le taux maximal de l indemnité d un adjoint en pourcentage de MAIRIE DE MOUAIS LOIRE-ATLANTIQUE REUNION du CONSEIL MUNICIPAL de MOUAIS COMPTE RENDU DU VENDREDI 18 AVRIL 2014 1 Indemnités de fonction du Maire et des Adjoints Le conseil municipal, Vu le code général

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

LE COMITE D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ ET (CHSCT) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PIEUX FONCTIONNEMENT DU CHS DES CONDITIONS DE TRAVAIL JEUDI 26 SEPTEMBRE 2013

LE COMITE D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ ET (CHSCT) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PIEUX FONCTIONNEMENT DU CHS DES CONDITIONS DE TRAVAIL JEUDI 26 SEPTEMBRE 2013 LE COMITE D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (CHSCT) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PIEUX FONCTIONNEMENT DU CHS 1 JEUDI 26 SEPTEMBRE 2013 PRÉSENTATION DE COLLECTIVITÉ Création du district

Plus en détail

Loi de réforme territoriale

Loi de réforme territoriale KPMG Secteur public Loi de réforme territoriale Note de synthèse N 6 Texte adopté par le Sénat et l Assemblée nationale. Décembre 2010 Sommaire Avant-propos 1 1. Rénovation de l exercice de la démocratie

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Élections professionnelles 2014 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Rôle et missions 1 Le CHSCT Définition: Instance de représentation et de dialogue chargée de donner

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des Centres de gestion organisateurs CONCOURS EXTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL SESSION 2013 Des réponses à une série de questions portant sur LE DROIT PUBLIC en relation

Plus en détail