Challenges de l'anesthésiste dans un Hôpital Vert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Challenges de l'anesthésiste dans un Hôpital Vert"

Transcription

1 Challenges de l'anesthésiste dans un Hôpital Vert Philippe Macaire MD Senior Consultant in Anesthesiology and Pain Management Rashid Hospital - Trauma Centre Dubai Health Authority - UAE

2 Vivre dans un Hôpital Vert Aider à sauver des vies En sauvant un peu la planète et en réduisant les couts

3 La consommation énergétique hospitalière Un Hôpital de 300 lits consomme lʼéquivalent de 5000 foyers.* Emissions de CO2 dans un hôpital 22% pour chauffer ou climatiser 18% transport pour employés et patients 60% des produits utilisés Hôpitaux du NHS = 3,2% de l'émission total de CO2 de l Angleterre ** * Sustainable hospitals- Response to Victorian climate change green paper, 2009, ** Cole A BMJ 2009

4 Les déchets hospitaliers Les hôpitaux américains sont les plus gros producteurs de déchets solides aux USA:* tonnes /jour 2.5 millions /an 10% de la consommation énergétique aux USA. En Australie: un hôpital public de taille moyenne produit une quantité de déchets équivalente à foyers!* Une communauté urbaine peut dépenser jusqu'à 10 millions de dollars australiens par an pour traiter ses déchets provenant des hôpitaux publics** * Jo Ciavalglia, Bucks country courier times, April 2008 ** Forbes Mc Gain, Anesthetist, DEA, Doctors for the environment Australia 2010

5 Les dechets hospitaliers Autres 10% > 50 % recyclable Verres 5% Plastiques 12% Métaux 2% Papiers 36% Papiers Organiques Cuisine Métaux Plastiques Verres Autres Cuisine 33% * Tudor TL Waste management 2008 Organiques 2%

6 La production de déchets au bloc op 1992 : 20 % des déchets hospitaliers proviennent des salles d op. 75 % DASRI=0 et recyclable * 2009 au Royaume-Uni : 40 % recyclable** 80% des déchets sont produits avant le contact avec le patient *** * Tieszen M JAMA 1992 ** Hutchins DC BJM 2009 ***Gaskill M Nurse week 2006

7 La production de dechets au bloc op Audit réalisé au Western Hospital Melbourne lits 5 jours consécutifs d une semaine en Aout 2008* 6 salles d Op. Texte Hypothèse de départ: Déchets anesthésie < 10% de la production totale en salle d op Recyclable < 30% DASRI = Déchets contaminés < 10% * McGain SA Anaesthesia and Intensive Care 2009

8 La production de déchets au bloc op Déchets produits = 357 kg Anesthésie = 90 kg Hypothèse de départ: Anesthésie (< 10%) => 29% Recyclable (< 30%) => 46% DASRI (< 10%) => 28% McGain SA Anaesthesia and Intensive Care 2009

9 les questions? Observations: Est-ce un DASRI? Les déchets contaminés ou potentiellement infectieux sont les plus coûteux mais sont bien moins iomportants que ls déchets solides. On doit prendre en considération les endroits ou il est le plus efficace de recycler les plastiques, les papiers, les verres. Les métaux?

10 TRI des déchets L identification et le tri des déchets sont les clés pour faire baisser et rendre efficaces l élimination de ces mêmes déchets. Le tri est toujours de la responsabilité du producteur de déchets et doit se faire au plus proche des lieux où sont générés les déchets. Ce tri doit se poursuivre durant le transport et le stockage.

11 TRI des déchets

12 Appel à l imagination des architectes Identifier facilement ce qui est recyclable Imaginer comment rendre le tri facile Disposer de solutions intégrées dans les services, les cabinets de soins et les salles d op.sans ajouter des sacs supplémentaires

13 et après le tri? Plastiques??? Gaiser RR, Cheek TG, Gutsche BB. Glass recycling in the labour suite is environmentally sound and economical. Br J Anaesth Apr;92(4): Grant T, James KL, Lundie S, Sonneveld K. Stage 2 report for life cycle assessment for paper and waste management scenarios in Victoria 2001 (page xi). file/pkg&papwaste2_main_report.pdf

14 Plastiques médicaux Poches de perfusions, Poches de nutrition, Cathéters périphériques, Tubulures, Sondes endo-trachéales Voies centrales,... Pour adultes et en pédiatrie Polyvinylchloride (PVC)

15 Polyvinylchloride (PVC) Le PVC demande une grande quantiée de plomb pour le stabiliser. Le PVC contient 30% de son poids en dérivés chlorés, substances dangereuses pour l environnement. Le PVC contient aussi: du Mercure! des Dioxines et autres toxines des Phthalates... DEHP = di-2-ethylhexyl-phthalate de 15 à 60% selon les consommables médicaux

16 Phtalates Les phthalates subissent une biodégradation, une photo-dégradation, et aussi une dégradation anaérobique. Les phthalates sont dangereux pour la santé: Ils sont interdits dans les jouets pour les enfants de moins de 3 ans en 1999 et depuis 2005 a tous les articles de puériculture* Mais on les retrouve dans tous les dispositifs médicaux en pédiatrie! * European directive 2005/84/EC du 14 décembre 2005 modifiant pour la vingt-deuxième fois la directive 76/769/CEE!!!

17 Phtalates Le rapport SCENIHR 2008*: Risque d intoxication aiguë des NN et nourrissons en NICU Enfants et pré pubères en hospitalisation. Dose x 20 normale = 3 mg/kg**...le niveau de risque ne justifie pas de renoncer à la réalisation d un acte en l absence de solution alternative sans phtalates... Directive Européenne > 2010 ***... Produit dangereux pour la santé Ils doivent être contrôlés et marqués... (Le devoir d information)...nouvelles règles d'étiquetage (normes à paraître) * CEE: Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks ** Green Ronald, Hauser Russ, et al. Use of Di(2-ethylhexyl) Phthalate Containing Medical Products and Urinary Levels of Mono(2-ethylhexyl) Phthalate in Neonatal Intensive Care Unit Infants. Environmental Health Perspectives. Volume 113, Number 9, September *** European directive 2007/47/EC of March 21st 2010

18 Phtalates C est une substance: Carcinogène Mutagène Toxique pour la reproduction Directive Européenne > 2010* L AFSSPS et la CEE conseillent a l ensemble des fabricants de mettre en place les recherches nécessaires a la substitution Existe-il une substitution? * European directive 2007/47/EC of March 21st 2010

19 PVC médicaux = déchets à détruire Impossible à recycler car dangereux Industries du PVC plan Vinyl 2010 => Déchet obligatoire mais reste dangereux: Incinération Dioxine Dérives furanes «PCDD/F...»

20 Pollution des incinérateurs Teneur en PCDD/F (en pg/g de matière grasse) dans le lait maternel (données regroupées) dans différents pays Source: Fréry, 2004

21 PVC medicaux = dechet a detruire Impossible a recycler car dangeureux Industries du PVC plan Vinyl 2010 => Dechet obligatoire mais reste dangeureux: Incineration Dioxine Derives furanes «PCDD/F...» Epandage ou enfouissement Pollution pour 4 siecles! Ocean polluted by plastics «...» The Great Pacific Garbage Patch

22 Le désastre des plastiques... «The Great Pacific Garbage Patch» La grande zone d ordures du Pacifique On identifie aisément des bouchons de bouteilles et autres objets en plastique à l'intérieur de la carcasse décomposée de cet albatros de Laysan sur l'atoll de Kure, qui se trouve dans une région éloignée et pratiquement inhabitée du Pacifique Nord. L'oiseau, à la recherche de proies, a sans doute confondu les plastiques avec de la nourriture et les a ingérés.

23 PVC + Phtalates = Danger connu La substance est : Carcinogène Mutagène Toxique pour la reproduction Directive Européenne > 2010 * L AFSSPS et la CEE conseillent à l ensemble des fabricants de mettre en place les recherches nécessaires à la substitution... Existe-il une substitution? * European directive 2007/47/EC of March 21st 2010

24 Polypropylène (PP) = Substitution Le PP est le plastique le plus neutre (Hydrogène et carbone) 100% recyclable Réduction de la consommation pétrole Réduction de l effet de serre Inventé en 1954, industrialisé en Les déchets du PP: L incinération dégage seulement du CO2 et de l eau Recyclage perpétuel en matière première

25 Recyclage du polypropylène 18 min 138 Stérilisation en autoclave Matière première

26 Un cycle idéal sans déchet! Polypropylène Dream 1939

27 Polypropylène Vs PVC Coûts de matière première et de fabrication sont similaires Les fabricants ont à faire ce choix mais......les médecins doivent imposer ce choix écologique....le niveau de risque ne justifie pas de renoncer à la réalisation d un acte en l absence de solution alternative sans phtalates...

28 Réduire les déchets pour réduire les coûts 2007

29 Réduire les déchets pour réduire les coûts = US $/y

30 Réduire les déchets pour réduire les coûts The Hospital Corporation of America = 163 hôpitaux aux USA. 94 tonnes de déchets hospitaliers recyclés en 2009 Economie réalisée: > 82 M US$ pendant les 6 premiers mois de 2009.* * New York Times July 2010

31 Réduire les déchets pour réduire les coûts The New England Healthcare Institute (NEHI) a défini le challenge dans la gestion des déchets comme Healthcare spending that can be eliminated without reducing the quality of care. * Des dépenses de santé peuvent être éliminer sans diminuer la qualité des soins L institut PriceWaterhouseCoopers Health Research a réalisé une projection chiffrant une meilleure gestion des déchets entre 126 a $315 milliards US$ /an.** * Robert Kelley, Vice President, Healthcare Analytics, Thomson Reuters, October 2009 ** The Price of Excess: Identifying Waste in Healthcare Spending.

32 Challenges des directeurs hospitaliers Ethique Rendre les hôpitaux rentables tout en maintenant l investissement technologique ENVIRONNEMENT & SANTE Ressources humaines... Coûts QUESTIONS FINANCIERES

33 La Responsabilité des Dirigeants Réfléchir et penser DIFFEREMMENT Prendre en compte les «usagers» : les personnels et les patients Dans les entreprises, un travail d équipe doit s organiser autour de la Recherche et Développement Nécessité d'analyser l'impact sociologique de ces nouvelles pratiques sur les tâches quotidiennes de l'équipe

34 RECOMMANDATIONS Comités d'évaluation des produits pour baser la décision d'achat intelligent sur les coûts afférents au cycle de vie entier du produit et son impact sur l environnement Préférence pour les produits, sourcés localement avec un emballage minimal Achat de produits recyclables ou conçu avec des matières premières recyclées Les fabricants doivent proposés des produits «pensés» recyclables dès leur conception, en collaboration avec les anesthésistes et tous les autres acteurs de l hôpital. L évolution technologique sera ainsi créée.

35 RECOMMANDATIONS Les anesthésistes ont une responsabilité: 30% des déchets d une salle d op concernent l anesthésie 46% d entre eux pourraient être recyclable. 80% d entre eux sont des déchets non contaminés Plan d actions pour une meilleure gestion des déchets : Utiliser du PP à la place du PVC pour éviter les toxiques dégagés par l incinaration Fermer les sacs contenant les déchets avant la contamination Utiliser des dispositifs réutilisables plutôt qu à usage unique (lorsque cela est possible) Informer et conseiller vos collaborateurs Inclure des critères «recyclabilité» dans les appels d offres

36 Observations: N20 et Anesthésie Le N2O contribue pour 5% à «l effet de serre»*. Le N2O à usage médical représente une faible proportion (0.35 de 2%) du total de N2O dégagé. ** L utilisation quotidienne dans les actes d anesthésie dégage l équivalent d une voiture qui parcourt entre 500 et 1000 km. *** Questions: L anesthésie a-t-elle encore besoin du N2O en 2011? Pouvons-nous nous passer de circuits de N2O dans les nouvelles constructions d hôpitaux? * Clerbaux CD WMO Geneva 2007 ** Ratcliff A health trends 1991 & Langbein T BJA *** Mc Gain F Anaesth intensive Care 2007

37 Conclusion Notre planete est unique et fragile... Ne l oublions pas. Philippe Macaire MD - SFAR Paris 2011

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Les plastiques en débat 2014

Les plastiques en débat 2014 Les plastiques en débat 2014 Pratique Léger Astucieux Solide Transformable Indispensable Qualifié Utile Esthétique 3eD_college_LES_CAMPELIERES Collège Les Campelières 121 Chemin Campelières 06250 Mougins

Plus en détail

Les plastiques en Débat

Les plastiques en Débat Les plastiques en Débat Que pensez-vous de l impact des plastiques sur notre environnement? Plutôt positif! Néfaste! Et si on lançait un vrai débat! Collège Raymond GUEUX 70700 GY Le Débat Depuis son invention

Plus en détail

Les impacts cachés des TIC. Quels enjeux et quelles actions concrètes?

Les impacts cachés des TIC. Quels enjeux et quelles actions concrètes? Les impacts cachés des TIC Quels enjeux et quelles actions concrètes? Eric Drezet Fête de la Science CRHEA, Valbonne 19/11/2013 1 Plan Conclusion Derrière mon PC une avalanche numérique Des conséquences

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Analyse du cycle de vie. pour 9 voies de valorisation des pneus usagés non réutilisables

Analyse du cycle de vie. pour 9 voies de valorisation des pneus usagés non réutilisables Analyse du cycle de vie pour 9 voies de valorisation des pneus usagés non réutilisables Objectifs de l étude L Analyse du Cycle de Vie des PUNR* revêt trois objectifs principaux Apprécier l intérêt environnemental

Plus en détail

L éco-responsabilité appliquée à l informatique

L éco-responsabilité appliquée à l informatique L éco-responsabilité appliquée à l informatique //////////////////////////////////////////////////////// IMPACTS SUR L ENVIRONNEMENT DU MATERIEL ////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC 3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC Principe des 3RV Privilégier dans l ordre : La réduction à la source Le réemploi Le recyclage La valorisation (biologique

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie?

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? 8 juin 2010 Journée InTech (INRIA) Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr Groupe

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

Les déchets Séance 1. Objectifs : Définition d un déchet Définition d une déchèterie

Les déchets Séance 1. Objectifs : Définition d un déchet Définition d une déchèterie Lancement : Distribution de photos. Les déchets Séance 1 Objectifs : Définition d un déchet Définition d une déchèterie 2 photos Photographie d'une décharge sauvage Photographie d'une déchèterie Les élèves

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

LES PLASTIQUES EN DEBAT

LES PLASTIQUES EN DEBAT LES PLASTIQUES EN DEBAT Sensibilisés par plusieurs reportages successifs (journaux et télévision en novembre et décembre 2010), nous nous sommes plutôt penché sur les problèmes que posent l utilisation

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Les héros du recyclage. Livret de contrôle. Recycling. Heroes

Les héros du recyclage. Livret de contrôle. Recycling. Heroes Les héros du recyclage Livret de contrôle Recycling Heroes Je suis un héros du recyclage Nom: Prénom: Classe: Mon héros du recyclage favori: Qu est-ce que c est qu un héros? Un héros est serviable et s

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

L écoconception guidée

L écoconception guidée L écoconception guidée par Schneider Electric CLAUDE JOLLAIN, MICHEL LAURAIRE ET WILLY MARTIN [1] Dans le cadre de sa politique de développement durable, Schneider Electric est engagé dans des processus

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Le recyclage du PET en Suisse. 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz

Le recyclage du PET en Suisse. 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz Le recyclage du PET en Suisse 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz 1 Partenaires LPE / OEB PET-Recycling Schweiz Récupérateur Producteur Consommateur Commerce PET-Recycling Schweiz» Organisation PRS fondée

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES SÉRIES ES et L Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. L'usage de la calculatrice est autorisé. Le candidat

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Les verres, bocaux et bouteilles en verre

Les verres, bocaux et bouteilles en verre Guide pratique du tri Les poubelles R pour protéger l et vos éc Trier ses déchets, ce n est pas seulement un geste citoyen bénéfique à l environnement, c est aussi un moyen de faire des économies en réduisant

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge

La construction durable : quelle stratégie d innovation d. Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge La construction durable : quelle stratégie d innovation d? Pascal Casanova, Directeur R&D, Lafarge Le béton est le matériau le plus utilisé sur la planète après l eau et le plus largement disponible Materials

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE la Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE Filiale du Groupe Suez Environnement et Leader en France,

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Objectif : Améliorer quotidiennement le comportement environnemental de Depac.

Objectif : Améliorer quotidiennement le comportement environnemental de Depac. Objectif : Améliorer quotidiennement le comportement environnemental de Depac. Mise en ligne sur : www.depac.fr Descriptif : La Politique responsable de la société DEPAC est organisée autour de 4 axes

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

Conférence IDC INFORMATION MANAGEMENT Session 5 Managed Print Services

Conférence IDC INFORMATION MANAGEMENT Session 5 Managed Print Services Conférence IDC INFORMATION MANAGEMENT Session 5 Managed Print Services Claude ESPINAS Directeur, Division Managed Enterprise Services, HP Imaging and Printing Group 2009 Hewlett-Packard Development Company,

Plus en détail

Présentation pour P Aix 21, 29 janvier 2010

Présentation pour P Aix 21, 29 janvier 2010 Présentation pour P Aix 21, 29 janvier 2010 Qu est-ce qu une substance chimique? Les atomes Les atomes constituent les substances chimiques qui constituent les produits Substances Produit fini Ethylène

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Journée IHF Palavas les Flots. Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain. Segment Santé France

Journée IHF Palavas les Flots. Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain. Segment Santé France Journée IHF Palavas les Flots Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain Segment Santé France Schneider Electric en bref Milliards d euros de CA en 2012 du CA réalisé dans les

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis.

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis. ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES COÛTS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES DÉCHETS DES ENTREPRISES 6.RESOURCE MANAGEMENT : UNE ALTERNATIVE

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

La mise en place de la redevance incitative

La mise en place de la redevance incitative SICTOM DE LA ZONE SOUS VOSGIENNE novembre 2010-n 4 La mise en place de la redevance incitative Dans ce numéro : La redevance incitative: qu est-ce que c est? La redevance incitative Astuces pour réduire

Plus en détail

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU Démarche HQE REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER FDES (extrait) Les données suivantes ont été établies sur la base des connaissances rassemblées par les entreprises : Forbo Flooring Systems, Gerflor

Plus en détail

ÉLABORATION D UNE MUTUELLE DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ QUÉBÉCOIS

ÉLABORATION D UNE MUTUELLE DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ QUÉBÉCOIS ÉLABORATION D UNE MUTUELLE DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ QUÉBÉCOIS par Nicolas Vincent Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement de l Université

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU 1. CONSOMMATION DE PAPIER La consommation mondiale de papier augmente de 20% chaque année! En Région de Bruxelles- Capitale (RBC), quelques 60 000

Plus en détail

Une histoire sans fin. Rockpanel certifié BRE Global A+ / A

Une histoire sans fin. Rockpanel certifié BRE Global A+ / A Une histoire sans fin Rockpanel certifié BRE Global A+ / A Rockpanel : la durabilité dans les gènes Le Groupe Rockpanel fait partie de Rockwool International, de par nature, attache une importance primordiale

Plus en détail

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Séminaire Alimentation et Changement climatique DIM Astréa et DIM R2DS 4 décembre 2014 La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Barbara REDLINGSHÖFER,

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Les infos à connaître

Les infos à connaître 1 Les infos à connaître au sujet des sous-couches des dalles de moquette Document d information technique portant sur les impacts environnementaux des sous-couches des dalles de moquette 2 3 Table des

Plus en détail

Les plastiques Fiches informatives 1

Les plastiques Fiches informatives 1 Les plastiques Fiches informatives 1 Le contexte Les principales catégories Le plastique est fabriqué à partir de pétrole ou de gaz naturel. Ces deux matières premières sont chauffées et raffinées. Ensuite,

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA)

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) 1. Situation initiale Chaque année, en Suisse, 240 000 véhicules environ sont retirés de la circulation.

Plus en détail

En tête du 6 ème classement

En tête du 6 ème classement En tête du 6 ème classement 1 er : Sony Ericsson (+1 place) Sony Ericsson passe de 2 nde à 1 ère en améliorant son score sur la déclaration des performances de recyclage de téléphones mobiles obsolètes.

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Marchés publics & Développement durable

Marchés publics & Développement durable Avec liste de contrôle Ce qu il faut savoir Marchés publics & Développement durable www.igoeb.ch CIEM Cette brochure s adresse aux administrations publiques qui souhaitent s engager, par leurs politiques

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Applications Multiples. > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich)

Applications Multiples. > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich) Applications Multiples > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich) Activité B to B Nos fournisseurs Client final «C» Nos clients «B» 2 Recycler Recycler

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Détails de notre performance environnementale

Détails de notre performance environnementale Détails de notre performance environnementale Émissions de gaz à effet de serre Émissions totales de gaz à effet de serre (en tonnes d équivalent CO) 03 03 0 00 009 008 Activités au Canada 07 69 7 73 9

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

e point en recherche Une planète moins chaude en dix étapes Introduction

e point en recherche Une planète moins chaude en dix étapes Introduction l e point en recherche Série technique 00-146 Une planète moins chaude en dix étapes Introduction Tout autour de nous, des indices témoignent des changements importants que subit notre climat : inondations,

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITÉ : Utiliser moins de plastique. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline

TITRE DE L ACTIVITÉ : Utiliser moins de plastique. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline TITRE DE L ACTIVITÉ : Utiliser moins de plastique DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline - Langue orale : Échanger et débattre. - Environnement et développement durable : Comprendre l impact

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Selon le rapport "Impacts of Information and Communication Technologies on EnergyEfficiency", réalisé par BIOIS

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT LIFT DESK PURE

FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT LIFT DESK PURE LIFT DESK PURE Lift Desk Pure constitue une surface de travail simple, économique et néanmoins sûre de par sa forme très épurée disposant de moins de variance une table réduite à l'essentiel à la conception

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

Linet environnement. confort pour tous

Linet environnement. confort pour tous Linet environnement confort pour tous Linet, leader mondial, l innovation médicale au service d une vie meilleure. sommaire linet Environnement 2 Acteur engagé et responsabilités d entreprise 4 Linet et

Plus en détail

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE Enfoncer et barrer la gâchette pour une VAPORISATION CONTINUE ou appuyer sur la gâchette pour une VAPORISATION

Plus en détail

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL NUMÉRO 131 : JUILLET 2002 PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL I - Introduction Au niveau international, l Organisation

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail