Elie Alfandari. Professeur a I'Universite de Paris-Dauphine Directeur de l'lnstitut de droit economique, fiscal et social DROIT DES AFFAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Elie Alfandari. Professeur a I'Universite de Paris-Dauphine Directeur de l'lnstitut de droit economique, fiscal et social DROIT DES AFFAIRES"

Transcription

1 Elie Alfandari Professeur a I'Universite de Paris-Dauphine Directeur de l'lnstitut de droit economique, fiscal et social DROIT DES AFFAIRES lutec Libraire de Ia Cour de cassation 27, place Dauphine Paris

2 ' TABLE DES MATIERE (Les chiffres entre parentheses renvoient aux numeros des alin6as) AVANT-PROPOS I INTRODUCTION CHAPITRE I. - DEFINlTION DU DROIT DES AFF AIRES Section I.- Contenu du droit des affaires (1)... 3 Section II.- Place du droit des affaires dans les disciplines juridiques et economiques Rapports du droit des affaires et des autres disciplines... 4 A. -Droit des affaires et sciences economiques (2)... 4 B. - Droit des affaires et sciences juridiques (3 et 4) Absence d 'autonomie du droit des affaires... 5 A. - Le droit des affaires n'est pas un droit autonome (5)... 5 B. - Le droit des affai.res est un droit original ( 6 et 7)... 6 Probleme de definition (8). Domai.ne du droit des affaires (9). Unite ou diversite du droit des affaires (10). CHAPITRE II.- HISTORIQUE DU DROIT DES AFFAIRES 13 Section I.- Histoire des idees et des faits h.:onomiques Les faits A. -Evolution des activites economiques (11) B.- Evolution de Ia condition du travailleur (12)... 13

3 458 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES Les idees (13 a 16) Les constantes (17) Section II. -Formation du droit des affaires Les origines (18) L'avenement du droit commercial (19 et 20) Le depassement du droit commercial classique A.- Facteurs du depassement (21 et 22) B.- Situation actuelle du droit commercial classique (23 et 24) Chronologie rapide et s lective (25 a 30). POUR CEUX QUI AIMENT DEBATFRE CHAPITRE ill. -SOURCES DU DROIT DES AFFAIRES Section I. - Les sources organiques du droit des affaires Les pouvoirs publics economiques A.- Les pouvoirs publics traditionnels (31) B.- Les pouvoirs publics nouveaux (32) Les pouvoirs prives economiques A.- Les diverses sortes de pouvoirs prives (33 et 34) B.- Role des pouvoirs prives economiques (35) Les rapports entre les pouvoirs publics et les pouvoirs prives economiques 30 A. -Rapports de rivalite (36) B.- Rapports de cooperation (37 a 41) Section II.- Sources materielles du droit des affaires Les diverses sources A.- La loi (42) B.- Le plan (43) C.- Les coutumes, les usages, les pratiques (44 a 46) D.- La jurisprudence et Ia doctrine (47 et 48) La hierarchie des sources (49 et 50) L'apprehension des sources (51) POUR CEUX QUI AIMENT DEBATFRE La notion de pouvoir economique (52 et 53). L'interventionnisme 6conomique (54 a 57). La creation d'une magistrature economique (58 a 60). ANNEXE A L'INTRODUCTION: SOURCES COMMUNAUTAIRES DU DROIT DES AFFAIRES. 1. -Notions generales sur les sources du droit europeen A. - Sources organiques du droit europeen ( 61) B.- Sources materielles du droit europeen (62) C.- Hierarchie des sources (63 et 64) Sources europeennes relatives au droit des affaires (65) PREMIERE PARTIE LESCADRESGENERAUX TITRE I. -LA CONCURRENCE ET LES PRIX CHAP!TRE I. - LA CONCURRENCE Section I.- Le principe de libre concurrence et ses Hmites Le principe A.- Fondement et domaine (66) B.- Portee (67) Les limites A.- Limites apportees dans!'interet general (68 et 69) B.- Limites apportees dans!'interet des particuliers (70 et 71) Section II. - Le contri\le des accords et pratiques anticoncurrentiels Le controle, par le juge civil, des stipulations anticoncurrentielles (72 il 7 4) La repression des pratiques anticoncurrentielles A.- L'action illicite sur les prix (75) B.- Les ententes et les positions dominantes (76) ) Les mauvaises ententes et les abus de position dominante (77 et 78) 65 2) Le Conseil de ]a concurrence (70 a 81) Les sanctions des mauvaises ententes et des abus de position dominante (82 a 84) 67

4 460 TABLE DES MA TIJlRES TABLE DES MA TIJlRES 461 Que! sens donner a Ia concurrence? (85 a 87). L'activite du Conseil de Ia concurrence (88 a 90). A quels organes s'applique le droit de Ia concurrence? (91 a 99). CHAPITRE II. - LES PRIX Section I. -La fixation des prix La fixation du prix par les parties A.- Les donnees materielles (1 00) B.- Les donnees juridiques (101 a 103) Les limites apportees par les pouvoirs publics A.- La reglementation generale des prix (104 a 106) B. -La reglementation particuliere des prix (1 07) C. - Les sanctions de Ia reglementation des prix (1 08) Section II.- La«transparence» des prix L'information sur les prix A.- La communication des baremes (109) B.- La publicite des prix (110) La facturation (111 a 113) POUR CEUX QUI A!MENT DEBATTRE Le prix, entre droit macroeconomique et droit microeconomique. A.- Le prix, une question de volontes individuelles? (114) B.- Le prix. une question de strategie d'entreprise? (115 et 116). 91 C. - Le prix, une question de politique economique? ( 117) D.- A Ia recherche du juste prix (118 et 119) ANNEXE AU TITRE I : DROIT EUROPEEN DE LA CONCURRENCE ETDESPRIX. 1.-La concurrence A.- Laliberte d'etablissement (120) B.- La libre circulation des marchandises et des prestations de service (121) Les prix (122) TITRE II.- LA MONNAIE ET LE CREDIT (123) CHAPITRE I. - LES ORGANISATIONS I 03 Section I. - Les marches Les marches monetaires ( 124 et 125) Le marc be financier : Ia bourse A.- Definition et role de Ia bourse (126) B.- Caracteristiques de Ia bourse en taut que marche (127 a 129) Le marche a terme international de France (MATIF) (130) 106 Section II. - Les operateurs Les etablissements de credit (131) A. - Definition des etab1issemeuts de credit I 08 1) Operation principa1es: operations de banque (132 a 134) ) Autres activites (135 il137) ) Nature des activites des 6tablissements de credit (138 et 139) ) Obligations professionnelles des 6tablissements de cr6dit (140) B. - Sortes d'etablissements de credit ) Regie generale: la n6cessit6 d'un agrement (141) ) Reg1es categorielles (142 a 147) Les operateurs en bourse (148)... ll4 A.- Les societes de bourse (SOB) ) Statut des SDB (149) ) Fonctions des SDB (150 il152) B.- Les organismes de placement collectif en valeurs mobilieres (OPCVM) (153 a 155) Les credits interentreprises (156 a 158). CHAPITRE II.- LES INSTRUMENTS Section I. - Les instruments monetaires Definition de Ia monnaie (!59 et 160) Les differents titres monetaires A.- L'or (161) B.- La monnaie fiduciaire (162) C. - La monnaie scripturale (163 a 165) D.- La monnaie magnetique (166)

5 462 TABLE DES MATIERES TABLE DES MA TIERES 463 Section II.- Les titres de credit Definition des titres de credit (167 et 168) Sortes de titres de credit..., A.- Les valeurs mobilieres (169 a 171) B. -Les effets de commerce (172 a 174) C.- Les nouveaux titres de credit (175 a 178) Section III. -Les comptes bancaires (179 a 181) La distinction des instruments monetaires et des titres de credit (182 et 183). Existe-t-il un droit au compte? (184 a 186). CHAPITRE III.- LES POLffiQUES Section I.-Les organes de Ia politique de Ia monnaie et du credit Le Conseil National du Credit (CNC) (187 et 188) La Commission bancaire (189 et 190)... : La Banque de France (191 et 192) La Commission des Operations de Bourse (COB) (193 et 194) 147 Section II. - Les mesures juridiques mettant en ceuvre la politique de Ia monnaie et du credit Les mesures de controie du credit (195) A. -Le controle des liquidites bancaires (196 a 198) B.- L'orientation des credits bancaires (199 et 200) Les mesures relatives au coftt du credit A.- La fixation des taux d'interet (201 et 202) B.- La reglementation de l'usure (203 a 205) C.- La reglementation de!'indexation (206 et 207)...!53 Quels sont les objectifs de Ia reglementation de l'usure? (208 et 209). ANNEXE AU TITRE II : DROIT EUROPEEN DE LA MONNAIE ET DUCREDIT. 1.-La politique europeenne de Ia monnaie et dn credit (211 et 212) L'organisation des professionnels (213 et 214) DEUXIEME PARTIE LES AGENTS : LES ENTREPRISES TITRE I.- NOTION D'ENTREPRISE CHAPITRE I.-DEFINTTION DE L'EN1REPRISE (215) Section I.-La reconnaissance de l'entreprise par 1'6conomie L'entreprise, cellule de base de I'activite economiqne (216) Distinction de I'entreprise et de notions voisines (217) Section II.- La non-reconnaissance de l'entreprise par le droit (218) Principe : l'entreprise n'est pas un sujet de droit A.- L'absence de personnalite morale (219) B.- Consequences de!'absence de personnalite (220 et 221) Exceptions : emergence d'nn statu! juridique de I'entreprise (222 et 223) CHAP!TRE II. - SORTES D'EN1REPRISES Section I.- Distinction des entreprises selon leur structure Distinction des entreprises individuelles et des entreprises collectives A.- Definitions (224) B. - Interets de Ia distinction (225) Distinction des grandes entreprises et des petites et moyennes entreprises A.- Definitions (226) B.- Interets de Ia distinction (227) Distinction des entreprises capitalistes et des entreprises non capitalistes A.- Definitions (228) B.- Interets de Ia distinction (229) Section II.- Distinction des entreprises selon leur objet (230)... : L'entreprise commerciale A. - Les criteres formels (231 et 232) B.- Les criteres materiels I) L'acte de commerce (critere objectif du commen;ant) (233 et 234) ) La profession (critere subjectif du commen;ant) (235 et 236)

6 464 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES L'entreprise non commerciale (237).... A. - L'entreprise du secteur agricole (238 et 239).... B. - L'entreprise du secteur artisanal (240 et 241).... C.- L'entreprise du secteur de professions liberales (242 et 243) Pour queues raisons l'entreprise n 1 a-t-elle toujours pas de statut juridique? (244 a 248). ANNEXE AU TITRE I : DROIT EUROPEEN ET NOTION D'ENTRE PRISE (249) TITRE II. - L'ORGANISATION DE L'ENTREPRISE CHAPITRE I.- LES TECHNIQUES JURIDIQUES D'ORGANISATION Section I.- La notion de contra! de groupement Application des principes generaux du contra! (250 et 251) Specificite du contra! de gronpement (252 et 253) Section II. - Les principaux contrats de groupement La societe A.- Definition de Ia societe I) Le contra! (255) ) Les apports (256 et 257) ) L' objet de Ia societe (258) ) Le but de Ia societe (259 et 260) B.- Conditionjuridique de l'associe I) Nature du droit de l'associe (261) ) Objet du droit de!'assode (262 et 263)..., ) Obligations de l'associe (264) L'association A.- Definition de!'association (265 a 268) B. - Condition juridique du societaire (269 a 271) Le groupement d'interet economiqne A.- Defmition du GIE (272 a 275) B. -Condition juridique du membre du GIE (276 a 278) Section III. - Le contr6le des pouvoirs publics (279) 1. - L'enregistrement... A. -Definition (280)... B. - Effets de!'enregistrement (281 a 283) Le controle prealable A. - Definition (284) B. - L'application du contr6le prealable (285 et 286) Les mesures a posteriori A. - La responsabilite des fondateurs (287 et 288) B. -La nullite de Ia structure juridique (289 et 290) CHAPITRE II. - LES MOYENS DE L'ENTREPRISE Section I. - Le personnel de l'entreprise Les dirigeants A.- Dans l'entreprise individuelle (291 et 292) B. -Dans l'entreprise collective, avec personnalite morale I) Determination des dirigeants (293) ) Condition juridique des dirigeants (294 a 296) Les travailleurs salaries A.- Condition des travailleurs salaries (297 et 298) B.- Representation des travailleurs salaries (299) Section II.- Les biens affectes a l'entreprise Le <<fonds>> A.- Notion generale de fonds (300 et 301) B. - Le fonds de conrmerce ), Composition du fonds de commerce (302 et 303) ) Bail commercial et propriete commerciale (304 et 305) ) Vente du fonds de commerce (306) Les capitaux A.- Les fonds propres de l'entreprise (307) I) Les sommes affectees (308) ) Le capital social (309 et 310) )Lesreserves(311et312) B. - Les capitaux exterieurs I) Les prets participatifs (313) ) Les emprunts obligataires (314 et 315) ) Les credits bancaires (316 a 324)

7 466 TABLE DES MATJERES TABLE DES MATIERES 467 Discussion sur Ia technique du contra! de groupement (325 et 326). De Ia d6mocratie dans les groupem~nts (327 a 330). Variations sur Ia variete de groupements (331 a 333). ANNEXE AU TITRE II : DROIT EUROPEEN DES STRUCTURES JURIDIQUES D'ENTREPRISES (CONTRATS DE GROUPEMENTS) ( ). TITRE III.- LA CONCENTRATION DES ENTREPRISES CHAPITRE I. - LES FORMES DE CONCENTRATION Section I. - Concentration sans modification des structures juridiques des entreprises Les accords de cooperation (337) Les prises de controle A. -La cession de controle par les dirigeants (338) B.- La prise de contri\le en dehors de Ia volonte des dirigeants (339 a 341) Section II. -Concentration avec modification des structures juridiques des entreprises (342) Les fusions A. -Fusion de deux societes dans une troisieme (343) B. - Fusion-absorption (344) Les scissions (345) CHAP!TRE II.- LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS Section I. - Le contr61e des concentrations et le droit des societes anonymes Les mesures d'information (346) La reglementation de << l'autocontrole >> (347) Section II. - Le controle des concentrations et le droit de Ia bourse (348) Les negociations de blocs de controle (349) Les OPA et les OPE A. -La procedure de I'OPA I) OPA volontaire (350 et 351) ) OPA obligatoire (352) B.- Les defenses anti-opa (353 et 354) Section Ill.- Le controle des concentrations et le droit de la concurrence Les conditions dn controle A. -La nature de Ia concentration (355) B. - L'importance de Ia concentration (356) Les modalites do controle A. -La notification de!'operation de concentration (357) B.- L'avis du Conseil de Ia concurrence (358) C. -La decision (359 et 360) ANNEXE AU TITRE Ill : DROIT EUROPEEN DES CONCENTRA TIONS D'ENTREPRISES (361 a 363). TITRE IV. - L 'ENTREPRISE EN DIFFICUL TES (364) 267 CHAP!TRE I. - LA PREVENTION DES DIFFICUL TES Section I. -La problematique d'une prevention (365) Section II. - Le droit positif de Ia prevention Les mesures prevues par Ia loi do 1" mars A. -!.'information sur Ia situation de l'entreprise (366 a 369) B.- L'assistance a Ia gestion (370 et 371) C.- Le reglement amiable (372 a 374) L'aide de!'administration anx entreprises en difficultes (375 a 377) CHAPITRE II.- LE TRAITEMENT DES DIFFICULTES (378) Section I. -Conditions d'ouverture du redressement judiciaire Conditions de fond A. -Nature des entreprises concernees (379) B.- Situation economique des entreprises concernees (380 et 381) 281 C. -Cas particulier de l'entreprise qui avait obtenu un reglement amiable (382) Procedure do redressement judiciaire A.- Regles de competence (383) B.- Saisine (384) C. - Le jugement (385) Section II.- La periode d'observation Principes generaux A. - Finalites de Ia periode d'observation (386) B. -Duree de Ia peri ode d'observation (387)

8 468 TABLE DES MATffiRES TABLE DES MATffiRES Situation de l'eutreprise et des dirigeants pendant Ia periode d'observation A.- La conservation du << patrimoine de l'entreprise >> (388) B. -La gestion de l'entreprise./ ) Procedure slmplifiee (389) ) Procedure normale (390 et 391) ) Gestion par location-geraace (392) C.- La reconstitution du pattimoine du debiteur (393) ) Cas de nullite obligatoire (394 et 395) ) Cas de nullite facultative (396) Situation des creanciers pendant Ia periode d'observation. 292 A. - L'organisation generale des creanciers (397) B.- La situation des creanciers anterieurs au jugement (398 a 401) 293 C.- La situation des creanciers posterieurs au jugement (402) Situation des salaries pendant Ia periode d'observation A. - Le reglement des salaires echus et impayes ( 403) B.- L'emploi (404) Section III.- Les solutions du redressement judiciaire La continuation de l'entreprise A. - Conditions de Ia continuation ( 405 et 406) B.- Effets de Ia continuation (407 et 408) La cession de l'entreprise (409) A.- Conditions de Ia cession (410 et 411) B.- Effets de Ia cession (412 et 413) La liquidation judiciaire de l'entreprise A. - Objet de Ia liquidation ( 414) B. -Sort du debiteur et de ses biens ( 415) C. - Sort des creanciers et apurement du pass if ( 416) D. - Cloture de Ia liquidation ( 417) POUR CEUX QUI ArMENT DEBATTRE Personne morale et activite economique (418 a 420) Faut-il reconstituer Ia «masse des cr6anciers»? (421 a 423) De << faillite des faillites >> en << faillite des faillites» ( 424 a 427) ANNEXE AU TITRE IV : DROIT EUROPEEN DES PROCEDURES COLLECTIVES (428). TROISIEME PARTIE LES ACTIVITES (429) TITRE l. -LA PRODUCTION CHAPITRE I.-LES BIENS DE PRODUCTION Section I. -Notion de bien de production Definition du bien de production A. -Nature du bien de production ( 430) B.- Finalites du bien de production (431) Regime juridique du bien de production A.- Propriete du bien de production (432 et 433) B.- Exploitation du bien de production (434 et 435) C. -Protection des biens de production ( 436 et 437) Section II. - Les differents biens de production La terre A. - Le droit d'accession ( 438 et 439) B. - L'obligation d"exploiter ( 440 et 441) Les sources d'energie A. -Definition des sources d"energie ( 442 et 443) B.- Regime juridique des sources d'energie (444 a 446) Les droits de propriete intellectuelle A. - Les inventions protegees (447 et 448) B.- Les dessins et modeles industriels (449 et 450) C.- Les logiciels informatiques (451) CHAPITRE II.- LES OPERATIONS DE PRODUCTION Section I. - Les contrats relatifs a Ia production Les contrats de fabrication (452)..., A. - Les marches de travaux ou foumitures ( 453) B.- Le contra! de sous-traitance (454) Les contrats de transfer! de technologie A.- Le contra! de savoir-faire (455) B.- Le contra! d'ingenierie (456)

9 470 TABLE DES MA TJERES TABLE DES MATIERES 471 Section II. -La responsabilite du producteur La responsabilite du fait des produits et services A. -La responsabilite a l'egarsi du cocontractant ( 457) B.- La responsabilite a!'egara des tiers (458) La responsabilite du fait des conditions d'exploitation A. -La responsabilite a!'egard des salaries de!'entreprise ( 459) B.- La responsabilite en matiere d'e;,vironnement (460) ANNEXE AU TITRE I : DROIT EUROPEEN DE LA PRODUCTION (461 a 463). TITRE IT. -LA DISTRffiUTION CHAPI1RE I. - LES TECHNIQUES CONTRACTUELLES DE DISTRffiUTION Section I.-Les contrats de base de Ia distribution La vente A.- Formation du contra! de vente ( 464 a 466) B. -Execution du contra! de vente ( 467 a 469) Le transport A.- Formation du contra! de transport (470 et 471) B.-Execution du contra! de transport (472 et 473) Le mandat, Ia commission, le courtage A.-Lemandat(474et475) B.- La commission (476 et 477) C.- Le courtage (478) Section II. - L'organisation des reseaux de distribution Les reseaux d'agents salaries A.- Les gerants salaries (479) B.- Les representants salaries (480 et 481) Les reseaux de mandataires independants A. - Les gerants libres ( 482) B.- Les agents independants (483 et 484) Les reseaux de commer~ants integres ( 485) A. - Les concessionnaires ( 486 et 487) B.- Les franchises (488 et 489) Section III. -La publicite de marque L'organisation de Ia publicite commerciale A.- La reglementation de Ia publicite commerciale (490) B. - Les contrats de publicite commerciale ( 491 a 493) Le droit des marques A.- Definition de Ia marque (494 et 495) B.- Protection de Ia marque (496 et 497) CHAPITRE II.- L'INTERVENTION DES POUVOIRS PUBLICS DANS LA DISTRIBUTION 379 Section I. - L'organ.isation des marches de distribution L'organisation des marches de vente en gros A.- Les bourses de commerce (498 et 499) B.- Les marches d'interet national (500 et 501) L'organisation des marches de vente au detail A.- La reglementation des lieux publics de vente au detail (502 et 503) B. - L'assistance au petit commerce (504 a 507) L'organisation des marches des transports (508) A. -La concurrence du rail et de Ia route (509) B.- La coordination du rail et de Ia route (510 et 511) Section II.- La reglementation des methodes de distribution (512) Le respect de Ia concurrence dans les methodes de distribution (513) A.- La transparence des conditions de vente (514) B.- L'interdiction du refus de vente et de prestation de service (515 a 517) C.- L'interdiction des ventes subordonnees (518) D.- L'interdiction des pratiques discriminatoires (519 a 521) E.- L'interdiction des prix imposes (522) La loyaute de Ia concurrence dans Ia distribution A.- Les ventes en des lieux inhabituels (523 et 524) B. - Les ventes accordant des avantages inhabituels a l'acheteur (525 a 527)

10 472 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES 473 POUR CEUX QUI AIMENT DEBAITRE Sur le sens et la portee des mots«distribution»,«distributeur» (528 et 529). ANNEXE AU TITRE II: DROIT EUROPEEN DE LA DISTRIBUTION (530 et 531). TITRE lll. -LA CONSOMMATION (532) CHAP!1RE I.- LA PROTECTION INDIVIDUELLE DU CONSOMMATEUR (533) Section I. -La protection du consommateur lors de la formation du contra! L'obligation d'informer A.- L'obligation positive de renseigner I) Regles generales (534 et 535) ) Regles sp6ciales a certains produits ou services (536) B. - L'obligation negative de ne pas!romper (537) I) L'escroquerie (538 et 539) ) La fraude (540 et 541) ) Regles speciales aux produits et services dangereux (542) ) La publicite trompeuse (543 et 544) ) Lapublicitecomparative (545) ) Les operations de telepromotion avec offres de vente ou de services, dites de «tele-achat» (546) L'obligation de ne pas forcer A.-Laventeparenvoiforce(S47) B. -Lareg1ementation du demarchage a domicile (548 a 550) C. -Les ventes subordonnees aux consommateurs (551) L'obligation de contracter (552) Section II. -La protection du consornmateur lors de I' execution du contra! L'inexecntion du contrat est Ie fait du consommateur A. - Les indernnites conventionnelles (553) B.-La resolution du contra! (554) L'inexecution du contra! est Ie fait du professionnel A. -La modification unilaterale de Ia prestation (555) B. -La responsabilite du professionnel pour inexecution (556) C.- La garantie conventionnelle dans Ia vente (557) Section III.- Protection particuw:re des consommateurs de credit (558) 425 A. - L'inforrnation des empruuteurs (559 et 560) B.- Credit a Ia consommation (561 a 563) C. -Credit immobilier (564 et 565) D.- Sanctions et contentieux (566 et 567) E.- La protection des consommateurs surendettes (568 a 571) CHAPITRE II.- L'ORGAN!SATION COLLECTIVE DE LA CONSOMMATION Section I.- Les structures de la consommation Les services administratifs A. - Les services ministeriels (572) B.- Les commissions administratives (573) L'Institut National de Ia Consommation (INC) A.- Statut (574) B.- Missions (575) Le Laboratoire national d' essais A.- Statu! (576) B.- Missions (577) Les associations de consommateurs A. - Statut (578) B. -Rille (579) Section II. - Les moyens d'une action collective l.-la lotte contre Ies professionnels abusifs A. - Les actions en justice (580 a 582) B.- Les actions a caracti:re economique (583) La coucertation entre consommateurs et professiounels A.- Les moyens de Ia concertation (584) B.- L'objet de Ia concertation (585) ANNEXE AU TITRE III: DROIT EUROPEEN DE LA CONSOMMA TION (586 a 588). Bibliographie generale Index alphabetique Table des matieres

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives L.G.DJ TRAITÉ DE DROIT COMMERCIAL G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain Philippe Delebecque Professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Michel Germain Professeur à l'université

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT?

LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT? Epiphane B. LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT? Comprendre le droit commercial, outil de développement capitaliste Préface de Joseph DJOGBENOU Table des matières Chapitre I Les éléments-moteurs

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage

Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage Auteur(s) : Corinne Saint-Alary-Houin Présentation(s) : Professeur de Droit privé et de sciences criminelles Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

DROIT DU TRAVAIL droit vivant

DROIT DU TRAVAIL droit vivant DROIT DU TRAVAIL droit vivant Jean-Emmanuel RAY 4* edition 1995 actualisee et augmentee EOmONS LIAISONS 1, avenue Edouard Belin 92856 Rueil-Malmaison TABLE DES MATIERES pages Avant-propos Introduction

Plus en détail

LES MISES A DISPOSITION DE SALARIÉS

LES MISES A DISPOSITION DE SALARIÉS UNIVERSITE PAUL CEZANNE AIX-MARSEILLE III Faculté de Droit et de Science Politique COLLECTION DU CENTRE DE DROIT SOCIAL Guillaume SAINCAIZE LES MISES A DISPOSITION DE SALARIÉS Préface Bernard TEYSSIÉ Professeur

Plus en détail

Droit et pratique du credit documentaire

Droit et pratique du credit documentaire Carlo Lombardini Droit et pratique du credit documentaire Deuxieme edition entierement revue et augmentee Helbing & Lichtenhahn Bale Geneve Munich 2000 Liste des abreviations XVII Chapitre I Introduction

Plus en détail

AUDIT - GESTION - FISCALITE Collection dirigee par Thierry Lamorlette

AUDIT - GESTION - FISCALITE Collection dirigee par Thierry Lamorlette AUDIT - GESTION - FISCALITE Collection dirigee par Thierry Lamorlette Lawrence Marie-Laure BOY BERMOND 3 ECONOMICA 49. rue HAricart. 75015 Paris TABLE DES MATTERES Avant-propos V Introduction 1 Section

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

La faillite internationale

La faillite internationale François MELIN Maître de conférences à la Faculté de droit d'amiens La faillite internationale L.G.DJ SOMMAIRE INTRODUCTION 11 PREMIÈRE PARTIE LE DROIT FRANÇAIS DE LA FAILLITE INTERNATIONALE 17 TITRE 1

Plus en détail

Guy RAYMOND Maitre de Conferences ä la Faculte de Droit et des Sciences sociales de Poitiers Professeur ä l'ecole superieure de Commerce de Poitiers

Guy RAYMOND Maitre de Conferences ä la Faculte de Droit et des Sciences sociales de Poitiers Professeur ä l'ecole superieure de Commerce de Poitiers Guy RAYMOND Maitre de Conferences ä la Faculte de Droit et des Sciences sociales de Poitiers Professeur ä l'ecole superieure de Commerce de Poitiers DROIT DU MARKETING Les lois de la mercatique Preface

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE 1. Préambule L'ouverture de la sauvegarde est subordonnée à la démonstration par l'entreprise qu'elle n'est pas en mesure de surmonter, seule, ses difficultés. Cette procédure

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Société : forme : Lieu du siège social : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

LES DEUTS COMPTABLES

LES DEUTS COMPTABLES COLLECTION DROIT DES AFFAIRES ET DE L'ENTREPRISE dirigee par Yves Guyon SERIE : RECHERCHES Nicole STOLOWY LES DEUTS COMPTABLES 63 ECONOMICA 49, rue H6ricart, 75015 Paris Table des matieres Introduction

Plus en détail

Savoirs associés DROIT

Savoirs associés DROIT REFERENTIEL DE CERTIFICATION Savoirs associés DROIT Dans la section de technicien supérieur des professions immobilières, la finalité de l'enseignement du droit est double : culturelle et professionnelle.

Plus en détail

LA RESPONSABILITE PENALE DE L'EXPERT-COMPTABLE

LA RESPONSABILITE PENALE DE L'EXPERT-COMPTABLE PRATIQUE DES AFFAIRES LA RESPONSABILITE PENALE DE L'EXPERT-COMPTABLE MAXIME DELHOMME Avocat ä la Cour Anden Secretaire de la Conference du Stage Preface de Frangois TERRE Professeur ä l'universite Paris

Plus en détail

Le secrett Ibaimcalire-

Le secrett Ibaimcalire- UNIVERSITE DE LAUSANNE FACULTÉ DE DROIT Le secrett Ibaimcalire- Sa portée dans le temps, dans l'espace et dans les groupes de sociétés. THESE de licence et de doctorat présentée à la Faculté de droit de

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Principe de specialite et signes distinctifs

Principe de specialite et signes distinctifs Le droit des affaires Propriete intellectuelle 24 Principe de specialite et signes distinctifs Adrien BOUVEL Docteur en droit Avant-propros de Georges BONET Professeur ä l'universite Pantheon-Assas (Paris

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires.

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. ACCUEIL PRESENTATION NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. Le cabinet NORDEN assiste les entreprises, fonds d investissements et banques françaises

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE Jeudi 25 juin 2015 Agnès Robin Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier Equipe de Recherche Créations

Plus en détail

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires VI B. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL BELGE 0.- REVUES 1. SOURCES 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires 12. Traités internationaux 13. Commentaires, doctrine

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Le droit de la faillite

Le droit de la faillite Le droit de la faillite Droit 03/05/2011 Guillaume ALBANO Fabien BELEC Sébastien BOURGEOIS Benjamin DELOZÉ Annélie MEUNIER Plan Introduction Historique La Faillite Personnelle Cessation de paiements Etude

Plus en détail

LES DROITS DE LA PERSONNALITE

LES DROITS DE LA PERSONNALITE UNIVERSITE Faculté de Droit et de Science Politique Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles ANTLPPAS LES DROITS DE LA PERSONNALITE DE L'EXTENSION AU DROIT ADMINISTRATIF D'UNE THÉORIE FONDAMENTALE

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

MASTER 1 ère année Spécialité Droit des affaires

MASTER 1 ère année Spécialité Droit des affaires MASTER 1 ère année Spécialité Droit des affaires 1 er Semestre DESCRIPTIF INDICATIF DES COURS Cours ECTS UNITE 1 16 Instruments de paiement et de crédits TD instruments de paiement et de crédits Le cours

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Droit et pratique du credit documentaire. Etudes suisses de droit bancaire. Carlo Lombardini Avocat. Volume 25

Droit et pratique du credit documentaire. Etudes suisses de droit bancaire. Carlo Lombardini Avocat. Volume 25 Etudes suisses de droit bancaire Publiees par Prof. Dr Dieter Zobl, Prof. Dr Mario Giovanoli, Prof. Dr Gerard Hertig Volume 25 Carlo Lombardini Avocat Droit et pratique du credit documentaire Schulthess

Plus en détail

Dirigeant de société (gérant, Pdt)* Auto-entrepreneur EIRL. * barrer les mentions utiles

Dirigeant de société (gérant, Pdt)* Auto-entrepreneur EIRL. * barrer les mentions utiles Demande d'verture de redressement judiciaire liquidation judiciaire (avec rétablissement professionnel) (R.631-1 du code de commerce) Le chef d'entreprise ci-après désigné : * NOMS ET PRENOMS: - Nom et

Plus en détail

TITRE 1 Mandat CHAPITRE 1. DÉFINITION... 11. CHAPITRE 4. CAPACITÉ... 25 Section 1. Capacité du mandant... 25 Section 2. Capacité du mandataire...

TITRE 1 Mandat CHAPITRE 1. DÉFINITION... 11. CHAPITRE 4. CAPACITÉ... 25 Section 1. Capacité du mandant... 25 Section 2. Capacité du mandataire... Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 TITRE 1 Mandat CHAPITRE 1. DÉFINITION... 11 CHAPITRE 2. CARACTÈRES TECHNIQUES DU MANDAT... 13 Section 1. Contrat consensuel...

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

LE FINANCEMEIMT SCHULDSCHEIN. Analyse d'un financement alternatif. allemand en plein essor. Antoine R. Cuny de la Verryere.

LE FINANCEMEIMT SCHULDSCHEIN. Analyse d'un financement alternatif. allemand en plein essor. Antoine R. Cuny de la Verryere. LE FINANCEMEIMT SCHULDSCHEIN Analyse d'un financement alternatif allemand en plein essor Antoine R. Cuny de la Verryere I ü s= c 1 larcier Collection sous la direction de Bruno Colmant LE FINANCEMENT SCHULDSCHEIN

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui Un fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) est un organisme de placement collectif

Plus en détail

LES MONTAGES EN DROIT DES SOCIETES

LES MONTAGES EN DROIT DES SOCIETES PRATIQUE DES AFFAIRES LES MONTAGES EN DROIT DES SOCIETES Aspects de droit interne JEAN-PHILIPPE DOM Maitre de Conferences ä la Faculte de droit de Caen Preface de Paul LE CANNU Professeur ä VUniversite

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

INTERNET ET e-commerce

INTERNET ET e-commerce INTERNET ET e-commerce EN DROIT LUXEMBOURGEOIS Sous la direction de Stephan LE GOUEFF Avec la collaboration de (par ordre alphabetique) Stephanie ALEXANDRINO Remi BERG Gary CYWIE Blaise GARBAN Eric JUNGBLUT

Plus en détail

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL overeed.com NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL La loi Macron en bref A l issue de plusieurs lectures devant l Assemblée Nationale et le Sénat et trois recours par

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS)

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL (DROIT) (Voir aussi BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES,

Plus en détail

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant M Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale : Demeurant : Lieu de l établissement principal : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

Document 2 : L organisation juridictionnelle française

Document 2 : L organisation juridictionnelle française Document 1 : Rappel Les branches du droit Document 2 : L organisation juridictionnelle française 1 2 On distingue les juridictions de première instance (TGI, Tribunal de commerce, TI, Conseil de Prud hommes,

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Question Q 151 L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Il s'agit d'une question nouvelle dans les travaux de l'aippi. L'AIPPI a depuis longtemps étudié les

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

Responsabilité de l'expert-comptable

Responsabilité de l'expert-comptable Litec Libraire de la Cnnr He rassation - 27. olace Dauohine - 75001 Paris Anne-Claire Maddoli-Restoux avocat á la Cour d'appel de París Responsabilité de l'expert-comptable Risques judiciaires et préventions

Plus en détail

Le Droit des Marques, des Signes Distinctifs et des Noms de Domaine

Le Droit des Marques, des Signes Distinctifs et des Noms de Domaine Le Droit des Marques, des Signes Distinctifs et des Noms de Domaine DROIT FRANCAIS, DROIT COMMUNAUTAIRE ET DROIT INTERNATIONAL Andre R. BERTRAND Docteur en droit, LL.M. Berkeley Avocat ä la Cour Charge

Plus en détail

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine Code Apporteur : Note de présentation et du patrimoine Nom de la personne physique ou morale exerçant l activité dont il est demandé la garantie ci-après dénommée l entreprise :..... Adresse de l établissement

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général

Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général DOSSIER D AGREMENT POUR EXERCER TOUT OU PARTIE DES ACTIVITES COUVERTES PAR LA

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile :

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile : DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Le chef d entreprise ci-après dénommé : Nom, prénom : Nationalité : Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable :

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière)

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière) X. DROIT EUROPEEN 0. Revues 1. Ouvrages généraux : traités, manuels encyclopédies, dictionnaires sur l Union européenne a. Recueils de textes de droit européen (primaire et dérivé) 2. Libertés de circulation

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL Ouvrage collectif TABLE DES MATIERES Liste des abréviations 7 Introduction 9 Première partie : la prévention du risque identifié I. La délimitation du risque 17 A. L'encadrement

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité?

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité? DROIT : Faire un cas pratique pour chaque séance. Article L 121-1 Le droit commercial : sont commerçants ceux qui exercent des actes de commerces, une activité à titre professionnel, habituelle. A quel

Plus en détail

Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes

Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes Dossier de droit europeen no 6 Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes Christine Kaddous Dr en droit, avocate, LL.M. (Cantab), Lic. speciale

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Préface 7 Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Premier commentaire de la proposition de loi relative à la continuité des entreprises 11 Alain Zenner Section 1 : Introduction 11 De l

Plus en détail

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois,

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA Papeete, le 1er février 1994 POLYNESIE FRANÇAISE COMMISSION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, DU STATUT ET DES LOIS N 007-94 RAPPORT portant avis de l'assemblée territoriale sur

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE Ressources pour les enseignants et les formateurs Activités pour la classe CE, EO, EE, terminologie, phraséologie, discours Crédit : Michel Soignet LA LIQUIDATION JUDICIAIRE. La liquidation judiciaire

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

ARTICLE 1ER : Les formalités administratives de création d'entreprises sont fixées par le présent décret.

ARTICLE 1ER : Les formalités administratives de création d'entreprises sont fixées par le présent décret. Décret n 95-163/P-RM fixant les formalités administratives de création d'entreprises. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 82-AN/RM du 18 janvier 1983 portant création de la

Plus en détail

11781*01 DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES DE TROIS ANS Ordonnance 45-2339 du 13 octobre 1945 modifiée I - IDENTIFICATION DU CANDIDAT

11781*01 DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES DE TROIS ANS Ordonnance 45-2339 du 13 octobre 1945 modifiée I - IDENTIFICATION DU CANDIDAT MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION cerfa 11781*01 DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES DE TROIS ANS Ordonnance 45-2339 du 13 octobre 1945 modifiée I - IDENTIFICATION DU CANDIDAT

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE

PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE CHAPITRE I - LA COMPTABILITÉ : UN ÉLÉMENT DU SYSTÈME D'INFORMATION DE L'ENTREPRISE. CHAPITRE I - LA COMPTABILITÉ : UN ÉLÉMENT DU SYSTÈME D'INFORMATION

Plus en détail