INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ"

Transcription

1 Master M2 Ecologie Fonctionnelle, Comportementale et Evolutive EFCE Université de Rennes Rapport Bibliographique INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ Thiago Oliveira Andrade Stage encadré par : Françoise Burel ; Alain Butet ; Aude Ernoult. Laboratoire d accueil : UMR CNRS 6553 ECOBIO Equipe «PAYSACLIM»

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION LA CONNECTIVITÉ La connectivité structurale Définition Méthodes de mesure La connectivité fonctionnelle Définition Méthodes de mesure CONNECTIVITE ET BIODIVERSITE Rôle des corridors biologiques Rôle de la matrice paysagère Rôle de la taille des patches CONCLUSION METHODOLOGIE REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...16 RESUME...21 ABSTRACT...22

3 1. INTRODUCTION La transformation des environnements naturels par les activités humaines et son impact sur les organismes qui dépendent de ces habitats est une des thématiques centrales de l écologie moderne. L une des conséquences de ces modifications est la perte d habitats et la fragmentation des paysages (Kindlmann et Burel, 2008). La perte d habitats est une réduction de la quantité d habitats disponibles pour une espèce et la fragmentation est un ensemble de changements de la configuration de ces habitats, comprenant l augmentation de la densité des bords ou la réduction des surfaces des habitats et leur isolement (Smith et al, 2009). La structure spatiale des paysages, caractérisée entre autres aspects par la connectivité, est un facteur fondamental pour la persistance des populations sur ces aires (Retho et al, 2008). Les flux et les mouvements individuels entre les sous-populations, possibles grâce à cette connectivité, permettent le maintien de la diversité génétique, la préservation des populations et leur rétablissement (Hanski, 1998). Ainsi, dans le but de conserver la diversité biologique, il est nécessaire de comprendre le rôle de la connectivité ainsi que des effets négatifs de la fragmentation et de la perte d habitats. Le terme connectivité, introduit par Merriam (1984), désigne le degré avec lequel un paysage facilite ou empêche le mouvement entre des différents patches de ressources, ou l intégration de sous-populations dans une unité fonctionnelle (Horskins, 2006 ; Taylor et al, 2006). Ainsi, la configuration d un paysage, en termes d usage de terre, de types et de quantité d éléments paysagers, a une influence sur le mouvement des organismes que l on y trouve et par conséquent sur la dynamique des populations et structures de communautés (Taylor et al, 2006). Cette capacité de mouvement est essentielle pour la recolonisation de patches d habitats au sein d un paysage et, par conséquent, la connectivité du paysage est un facteur important pour la survie des espèces (Kindlmann et Burel, 2008). Pour ces raisons, il existe un fort intérêt à la connectivité et ses impacts sur les populations des paysages hétérogènes, ainsi qu un développement d une gamme de méthodes de mesure de la connectivité (Kadoya, 2009). La fragmentation des habitats est considérée comme l une des plus sérieuses menaces sur la biodiversité et l une des causes majeures des extinctions (Wilcox et Murphy, 1995). Elle est définie comme un processus où une grande aire d habitat est transformée en un ensemble de plusieurs patches avec une surface totale inférieure, et isolés entre eux par une matrice paysagère, contrairement à l habitat original (Fahrig, 2003). La fragmentation des habitats peut diminuer la connectivité, causer des effets de bord, ou être à l origine d un ensemble de 1

4 patches d habitat dont la taille réduite représente une contrainte pour la survie des populations et des individus (Koper et al, 2007). Les espèces trouvées dans des paysages fragmentés forment souvent des métapopulations ; autrement dit, un ensemble de sous-populations habitant des patches d habitat isolés spatialement mais connectés quant à la migration (Kindlmann et al, 2005). De la même manière, un ensemble de communautés locales connecté par la dispersion des individus (ou des espèces) représente une métacommunauté (Leibold et al, 2004). L isolement des habitats résultant de la fragmentation peut réduire l effectif total des populations et les niveaux de diversité génétique, augmenter la fréquence des croisements consanguins, défavoriser le potentiel d adaptation et avoir une influence négative sur la persistance à long terme de ces populations (Horskins et al, 2006). Ces effets sont une conséquence d une réduction ou de l arrêt de la dispersion, ce qui diminue le flux génétique (Burgman et Lindemayer, 1998). La fragmentation peut également avoir un impact négatif sur la capacité d ajustement spatial des espèces en réponse aux changements climatiques (Watts et Handley, 2010). 2. LA CONNECTIVITÉ La connectivité est un facteur lié à la distance entre les patches d habitat et également à la taille de ces patches, les deux paramètres variant en fonction des altérations environnementales (Kindlmann et Burel, 2008). Cela est dû au fait qu une distance plus importante entre patches serait plus difficile à traverser (Vos et Stumpel, 1996) et que des patches plus petits seraient plus difficilement trouvés (Mortelliti et Boitani, 2009). La composition de la matrice paysagère, autrement dit de la zone qui entoure les zones considérées comme des habitats, a également une influence sur la capacité de mouvement entre ces patches d habitats (Kindlmann et Burel, 2008). Des études ont démontré que le flux entre patches dépend de la présence d éléments comme les corridors biologiques et les «stepping stones» (des «îles» permettant la traversée de la matrice paysagère) ainsi que de l hétérogénéité du paysage, et que la matrice paysagère peut influencer l isolement des patches d habitat (Kindlmann et al, 2005 ; Rickets, 2001). Par conséquent, l aménagement de la matrice paysagère peut être une mesure efficace dans la conservation ou la restauration de la connectivité (Taylor et al, 2006). 2

5 Malgré l importance de l estimation de la connectivité pour la biologie de la conservation, elle n a pas une définition précise et globalement acceptée (Kadoya, 2009). La connectivité est le résultat d'une combinaison de facteurs structuraux et fonctionnels (Taylor et al, 2006). Autrement dit, la configuration physique d'un paysage et les réponses comportementales des organismes à cette structure définissent la connectivité. Mais selon Taylor et al (2006), la connectivité tend à être considérée dans des nombreux travaux comme un paramètre directement proportionnel à la présence de certains éléments paysagers qui facilitent la dispersion, comme les corridors biologiques. Le concept de la connectivité en général est souvent réduit aux données concernant l usage de la terre, étant mesuré à partir de l analyse de la structure paysagère sans aucune référence au mouvement des organismes ou aux processus écologiques du paysage (Crooks et Sanjayan, 2006). D'après Taylor et al (2006), les mesures de connectivité les plus souvent utilisées ne prennent en compte que la taille des patches et les distances inter-patches, ignorant par conséquent la complexité des réponses des organismes à l'hétérogénéité environnementale, qui peut avoir une influence sur leurs capacités de colonisation et de dispersion. En revanche, pour qu il y ait une estimation correcte de la connectivité au sein d un paysage, il est également nécessaire de prendre en compte son aspect fonctionnel. Cet aspect fonctionnel comprend les éléments qui favorisent le déplacement pour chaque espèce en particulier ; par exemple, les haies représentent un élément paysager qui facilite la dispersion de coléoptères carabiques forestiers entre des patches de ressources (Retho et al, 2008), agissant comme des corridors biologiques pour des ces espèces dans des paysages agricoles (Aviron et al, 2005). Le calcul de l aspect structural de la connectivité peut être intéressant et pratique du point de vue de l aménagement et de l analyse du paysage (Taylor et al, 2006), mais une compréhension précise des relations entre l organisation spatiale des habitats et la biodiversité est encore en développement (Vogt et al, 2007). L estimation de la connectivité dans un but de conservation de la biodiversité doit être faite avec une approche centrée sur les espèces, en considérant leurs réponses vis-à-vis de la structure paysagère. Ces réponses comprennent, entre autres, le mouvement entre des différents éléments paysagers, la capacité de dispersion et la mortalité liée à la dispersion (Taylor et al, 2006), paramètres dont les méthodes de quantification se développent avec l emploi d outils de tracking par satellite (Jonsen et al, 2003). Des méthodes génétiques sont également utilisées dans l évaluation de la connectivité, en quantifiant les flux de gènes et les taux de croisements consanguins (Frankham, 2006 ; Angelone et Holderegger, 2009). Cette évolution méthodologique permettra des analyses plus globales concernant la connectivité. 3

6 2.1. La connectivité structurale Définition La connectivité structurale est entièrement basée sur la structure du paysage, n ayant pas un lien avec les réponses comportementales des organismes (Kindlmann et Burel, 2008). En ignorant ces réponses spécifiques des organismes, elle prend en compte seulement des relations physiques entre les patches d habitat, comme les corridors biologiques ou les distances entre les patches (Kadoya, 2009). Malgré le fait que la connectivité structurale puisse être plus facilement estimée au moyen d outils d analyse spatiale de cartes ou de systèmes d information géographiques (SIG), elle n est pas une propriété générale d un paysage (Taylor et al, 2006). Autrement dit, la connectivité d un paysage peut être différente pour des espèces ou processus distincts. Un paysage structuralement connecté peut être fonctionnellement connecté pour quelques espèces et pas pour d autres (Crooks et Sanjayan, 2006). L aspect pratique de l estimation de la connectivité structurale explique sa prévalence dans la littérature scientifique (Taylor et al, 2006). En revanche, une réduction de la connectivité générale à ce concept pourrait mener à des mauvaises stratégies de gestion paysagère, en occultant des problèmes-clé concernant la fragmentation (Taylor et al, 2006). Par exemple, des corridors établis comme des mesures contre la fragmentation au sein d un paysage forestier peuvent en effet ne pas avoir un impact sur la capacité de mouvement chez certaines espèces, comme des oiseaux (Hannon et Schmiegelow, 2000) et l écureuil volant Pteromys volans (Selonen et Hanski, 2003). Inversement, d autres espèces peuvent profiter de corridors connectant des habitats auxquels elles s adaptent ou des patches de ressources ; par exemple, l étude réalisée par Varkonyi et al (2003) démontrant l utilisation de corridors par les papillons noctuidés Xestia speciosa et X. fennica au sein d un paysage forestier fragmenté. Dans cette étude, les auteurs ont vérifié une préférence chez ces espèces pour l utilisation de corridors d épicéas en détriment de la traversée de la matrice paysagère entre des patches d habitats forestiers Méthodes de mesure Une méthode utilisée pour l estimation de la connectivité structurale est la vérification de la présence ou de l absence ainsi que de la configuration des corridors biologiques et des 4

7 zones permettant la traversée entre des patches d habitat (Kindlmann et Burel, 2008). Cette approche peut prendre en compte la longueur, la largeur et la continuité des corridors biologiques, sans aucun rapport avec un organisme en particulier ; seulement le pourcentage de corridors entre patches sur un total de corridors possibles est considéré comme une mesure de connectivité (Kindlmann et Burel, 2008). Le flux des individus entre les sous-populations, qui est une conséquence de la connectivité, dépend de la taille des patches d habitat de départ et d arrivée ainsi que de la distance entre ces patches (Kindlmann et al, 2005). Un modèle (Kindlmann et al, 2005) estimant le flux de migration entre des patches i et j consiste à l équation : Où Mij est le taux de migration, Ai et Aj sont les surfaces des deux patches, Dij représente la distance entre les deux patches et a et b sont des paramètres. La connectivité structurale est souvent calculée à partir de la moyenne des distances les plus courtes entre les patches, et cela peut se faire par l intermédiaire de mesures simples comme la distance par rapport au patch le plus proche ou d approches complexes qui prennent en compte tous les patches inclus dans un rayon correspondant à la distance de dispersion (Kindlmann et Burel, 2008). Pourtant, les caractéristiques de la matrice paysagère, ou de l environnement entourant ces patches, ne sont pas considérées par ces approches - cela peut mener à une interprétation erronée, selon laquelle le mouvement des organismes dans cette matrice et dans les patches serait réalisé de façon équivalente (Kindlmann et Burel, 2008). La plupart des mesures de la connectivité structurale est basée sur la formule suivante (Kindlmann et Burel, 2008 ; Moilanen et Hanski, 2001) : Dans cette formule, Ai équivaut à la surface du patch i (qui représente le patch de destination du mouvement des organismes) et Aj à la surface de j (le patch d origine de ce 5

8 mouvement) ; b et c sont des paramètres d échelle spatiale ; D(dij, α) représente l effet distance sur le taux migration, dij étant la distance entre i et j et α un vecteur dépendant de l espèce et de sa capacité de dispersion. La théorie des graphes est parfois utilisée pour décrire la connectivité (Kindlmann et Burel, 2008). Un exemple de cette utilisation est le calcul du flux de dispersion pondéré en fonction des surfaces (Kindlmann et Burel, 2008) : Dans ce calcul, Si correspond à la surface du nœud i, θ > 0 est un coefficient d extinction, et dij est la distance entre les patches i et j. Selon Kindlmann et Burel (2008), un autre moyen d estimer la connectivité est le calcul de la «traversabilité», définie comme le diamètre moyen de la composante la plus grande du graphique généré à partir de la suppression d un patch de façon aléatoire : T = d(g ), où G est la composante la plus grande de G (le chemin le plus grand possible entre deux nœuds du graphique, sachant que la longueur du chemin entre ces nœuds doit être la plus courte possible). Pour d autres études, la surface d éléments linéaires spécifiques dans une zone-tampon entourant le patch est calculée comme mesure de la connectivité (exemple : Vos et Chardon, 1998). Une autre mesure serait «la statistique de cercles» (ring statistic) (Kindlmann et Burel, 2008 ; Wiegand et al, 1999) ; ces cercles de rayon r seraient placés sur chaque cellule d habitat d un type déterminé et ensuite la densité moyenne d un habitat d un autre type dans ces cercles serait calculée, dans le but de décrire la structure spatiale en fonction de la perception des animaux par rapport aux types d habitat présents dans une certaine distance comptée à partir de leur localisation. Finalement, des études utilisent une approche basée sur le concept de contagion ou de percolation (Kindlmann et Burel, 2008). Dans cette approche, la connectivité est estimée à partir de l analyse d une grille de cellules définies comme d habitat ou de matrice paysagère. 6

9 2.2. La connectivité fonctionnelle Définition L aspect fonctionnel de la connectivité est basé sur les espèces ; par conséquent, un seul paysage peut avoir plusieurs mesures de connectivité en fonction des exigences d habitat et des capacités de dispersion des espèces (Watts et Handley, 2010). Par ailleurs, les éléments qui apportent de la connectivité à un paysage peuvent être distincts en fonction des taxons qui diffèrent en capacité de dispersion, exigence par rapport à l habitat, spécialisation alimentaire ou niveau trophique (Diekötter et al, 2008). La connectivité fonctionnelle augmente quand des changements au niveau de la structure paysagère (cela inclut mais ne se limite pas aux modifications de la connectivité structurale) provoquent un degré plus important de mouvement ou de flux des organismes dans le paysage (Taylor et al, 2006). L approche fonctionnelle prend également en compte l influence négative ou positive de la matrice paysagère sur les mouvements des espèces entre patches (Watts et Handley, 2010). Elle peut augmenter la fragmentation réelle en réduisant la surface des habitats par l intermédiaire d effets négatifs de bord dépendant du degré d hostilité de cette matrice (Murcia, 1995). La matrice peut aussi provoquer un isolement plus important en diminuant la probabilité de mouvement entre patches en fonction de sa perméabilité (Ricketts, 2001) Méthodes de mesure Puisque les méthodes de mesure de la connectivité fonctionnelle incluent les modèles prenant en compte l effet de la matrice paysagère sur les flux entre patches (Watts et Handley, 2010), il est nécessaire de tester s il existe une hétérogénéité au sein de cette matrice et de considérer les différentes réponses des organismes à cette hétérogénéité (Kadoya, 2009). Le modèle de Ricketts (2001) sur le flux de papillons entre patches de prairies entourés par une matrice paysagère hétérogène illustre cela : 7

10 Dans ce modèle, Tjk représente le nombre de papillons qui sont issus du site k en utilisant le chemin j ; Dm,jk, Dw,jk et Dc,jk représentent, respectivement, la distance du chemin j dans un contexte de patch de prairie (m = «meadow») et dans deux physionomies différentes de la matrice paysagère (w = «willow thicket», ou bosquet de saules, et c = «conifer forest», forêt de conifères) ; rw et rc désignent la résistance des différents éléments de la matrice paysagère au mouvement des papillons, en comparaison avec la prairie ; et a et z sont des constantes fixées. Selon les données obtenues dans cette étude, les réponses comportementales des différents taxons de papillons a varié en fonction de la physionomie de la matrice (w ou c) ; pour 4 taxons sur 6 étudiés, la forêt de conifères a présenté une résistance supérieure. Cela montre que la matrice a des effets importants sur la connectivité entre patches et que ces effets peuvent varier même entre groupes taxonomiques proches (Kadoya, 2009). D après Kindlmann et Burel (2008), la connectivité fonctionnelle peut également être estimée en fonction de la probabilité de mouvement entre patches, ou le succès d émigration ou de dispersion. Cette probabilité peut être calculée à partir de la fraction (Kindlmann et Burel, 2008) : Np représente le nombre de patches au sein du paysage et pij est la probabilité de mouvement entre les patches i et j. La connectivité fonctionnelle peut aussi être calculée à partir du temps de recherche ; autrement dit, le comptage du nombre de pas nécessaires pour le mouvement entre tous les patches d habitat d un paysage, deux à deux (Tischendorf et Fahrig, 2000b). Dans d autres études, cette connectivité a été estimée aussi par l intermédiaire de la comparaison de la fréquence de mouvements au sein de différents points d observation dans le paysage (Pither et Taylor, 1998) ou au moyen du calcul de la relation entre les distances entre les points d observation de l espèce en question et les taux des mouvements observés et de la mortalité dans différents types d habitats (Tischendorf et Fahrig, 2000b ; Petit et Burel, 1998). 8

11 3. CONNECTIVITE ET BIODIVERSITE 3.1. Rôle des corridors biologiques Les corridors biologiques sont parmi les éléments pouvant augmenter la connectivité des paysages. Les corridors sont des zones linéaires du terrain (des bandes de terre ou de végétation) qui diffèrent de la matrice paysagère qui les entoure (Forman et Godron, 1986 ; Barett et Bohlen, 1991). Ces zones étroites et continues connectent structuralement deux patches d habitats qui seraient autrement déconnectés (Kindlmann et Burel, 2008). Ces éléments sont souvent considérés comme utiles dans la dispersion des organismes dans les paysages (Inglis et Underwood, 1992), leur établissement pouvant représenter une mesure efficace contre la fragmentation. En effet, les corridors ont plusieurs fonctions, notamment les rôles de (1) zones refuges, habitats, puits de colonisation pour certains organismes, (2) conduit pour la dispersion, (3) barrières ou filtres délimitant différentes zones dans le paysage et (4) source d éléments biotiques et abiotiques pour la matrice paysagère (Forman et Godron, 1986). En revanche, une gamme de méthodes d identification et d établissement d éléments linéaires est mise en pratique sans prendre en compte les processus de sélection d habitats et de mouvement des différents animaux (Chetkiewicz et Boyce, 2009). La mise en place de corridors biologiques efficaces pour la conservation d espèces en particulier ou pour l augmentation de la richesse spécifique exige, en revanche, une analyse approfondie de ces comportements de sélection d habitats et de mouvement spécifiques. Certains paysages agricoles sont caractérisés par la présence d éléments linéaires (comme les haies) et non-linéaires (champs, surfaces boisées). En général, il existe une tendance à mettre en évidence le rôle des éléments linéaires dans la conservation de ces paysages. Selon Tattersall et al (2002), il existe peu de données qui permettraient de juger si le renforcement de ces éléments serait une stratégie bénéfique pour la biodiversité, alors que d autres études (Billeter et al, 2008) démontrent une augmentation de la biodiversité en fonction de la présence de ces éléments linéaires («green veins»). Certains auteurs défendent la possibilité que les corridors puissent avoir des effets délétères sur les populations, comme l augmentation du risque de la prédation au niveau des bords, de la transmission de maladies et de la probabilité de perturbations naturelles catastrophiques (Davies et Pullin, 2007), ainsi que la prolifération d espèces envahissantes (Brown et al, 2006). 9

12 La construction ou la conservation d un corridor biologique entre deux patches d habitat qui autrement seraient isolés peut augmenter ou, au moins, préserver les niveaux de dispersion entre ces patches (Horskins et al, 2006). Cela représente un flux de gènes entre les populations habitant ces patches, ce qui peut avoir comme conséquence une augmentation de la diversité génétique au sein des populations, et une homogénéisation générale de la composition génétique de la métapopulation, évitant ainsi les effets négatifs de la fragmentation sur leur survie (Horskins et al, 2006), réduisant les fluctuations populationnelles et le risque d extinction (Davies et Pullin, 2007). Concernant les éléments paysagers liés à l aspect structurel de la connectivité, un nombre important d études (Harvey et al, 2005) a été réalisé sur les haies dans les paysages agricoles en zone tempérée, illustrant le rôle des corridors biologiques au sein des paysages. Ce rôle de corridor biologique des haies est critique pour la permanence de certains organismes dans des paysages agricoles (Burel, 1996), ce qui démontre l importance des haies dans le but de la conservation de la biodiversité ces paysages (Baudry et al, 2000). Les haies sont des éléments linéaires constitués par des arbres et / ou arbustes (Baudry et al, 2000) qui délimitent souvent les limites des différentes zones des paysages agricoles, formant des réseaux complexes au sein de ces paysages (Harvey, 2005). Les haies se trouvent en général dans des paysages hétérogènes en ce qui concerne le relief, le type de sol, les communautés, et l usage de la terre (Harvey, 2005). Les flux physiques, chimiques et biologiques au sein de ces paysages sont influencés par la connectivité des réseaux de haies, qui contrôlent partiellement le mouvement des eaux, de particules du sol et du vent au niveau des paysages (Baudry et al, 2000). Les haies peuvent également représenter une augmentation de l hétérogénéité spatiale des paysages agricoles, en fournissant des conditions variables de température et humidité (Baudry et al, 2000). En Europe, l intensification des activités agricoles a changé profondément la configuration des paysages ruraux depuis les années 1950, notamment avec une réduction du nombre de haies, ce qui a eu un impact sur la biodiversité de ces paysages (Retho et al, 2008 ; Aviron et al, 2005 ; Diekötter et al, 2008). Dans des paysages urbains, les routes entourées par des arbres peuvent être considérées comme des corridors biologiques car elles sont des éléments linéaires végétaux qui connectent des parcs urbains (Fernández-Juricic, 2000). Selon Fernández-Juricic (2000), ces corridors peuvent faciliter les mouvements de l avifaune, car ils sont des éléments intermédiaires utilisés par des espèces qui habitent des patches d habitats forestiers isolés par une matrice paysagère urbaine, effectivement augmentant la connectivité du paysage. Des chiroptères peuvent également utiliser ces routes comme des corridors biologiques dans des paysages 10

13 urbains, sachant qu une meilleure compréhension des effets de la fragmentation des zones urbaines sur ce groupe taxonomique à l échelle du paysage serait envisageable (Oprea et al, 2009) Rôle de la matrice paysagère Il existe de nombreuses études sur les effets de la composition de la matrice paysagère entourant les patches d habitats sur les distributions et l abondance des espèces (Haynes et Crist, 2009), et l influence de cette matrice sur la connectivité joue un rôle sur ces aspects des populations. En effet, selon Taylor et al (2006), la matrice paysagère peut être considérée comme l une des trois composantes de la connectivité (les autres étant (1) les éléments comportementaux des espèces concernant leurs mouvements et (2) la taille et l organisation des patches de ressources). En plus, des différences au niveau la composition de la matrice peuvent déclencher des réponses phénotypiques différentes, comme illustré par les études de Taylor et Merriam (1995) et Pither et Taylor (2000) démontrant la plasticité de la morphologie des ailes chez le zygoptère Calopteryx maculata en fonction de la composition de la matrice paysagère. En raison de cette importance de la matrice paysagère, il est important de concevoir et d appliquer des mesures d aménagement de cette zone dans le but d augmenter la connectivité et de préserver la biodiversité. Une mesure d aménagement de la matrice paysagère dans le but d augmenter la connectivité peut être l établissement de «stepping-stones», autrement dit, des îles d habitats intermédiaires dans la matrice paysagère qui connectent les patches d habitats, en réduisant les distances à traverser par les organismes pour se déplacer entre ces patches. Cette stratégie s est avérée efficace pour éviter le déclin de Hyla arborea au sein de deux paysages suisses où des «stepping-stones» ont été créés pour faciliter la dispersion de cette espèce (Angelone et Holderegger, 2009). Le fonctionnement des «stepping-stones» est illustré dans la Figure 1. 11

14 Figure 1. Représentation hypothétique de l établissement de «stepping-stones» comme une mesure d augmentation de la connectivité. Dans la situation B, la présence des «stepping-stones» permet la traversée de la matrice paysagère et le flux entre les deux patches d habitat, contrairement à la situation A Rôle de la taille des patches La perte de connectivité peut causée par la fragmentation des habitats peut altérer la structure des populations, ce qui peut par conséquent réduire leur viabilité et leur diversité (Šálek et al, 2009). Or, certains auteurs considèrent la fragmentation une disruption de la connectivité d un paysage (Fahrig, 2003) ; par conséquent, la connectivité est une propriété paysagère importante pour le maintien de la diversité biologique. Pour minimiser les effets de la fragmentation, la biologie de la conservation défend des mesures qui peuvent incrémenter la connectivité de manière à préserver et à augmenter la viabilité des populations (Hanski, 1994). Cependant, les études investiguant l importance relative des paramètres biogéographiques qui concernent la connectivité (la taille et l isolement des patches) et des caractéristiques de la physionomie végétale paysagère (exemple : composition spécifique des communautés végétales) sur la composition des communautés sont peu nombreuses (Holland et Bennet, 2009). La perte des habitats, une des causes de la diminution de la connectivité, a souvent des effets négatifs sur la richesse spécifique, l abondance et la distribution des populations, la diversité génétique, ainsi que sur des mesures indirectes de biodiversité et des facteurs affectant la biodiversité (Fahrig, 2003). Cette perte peut réduire la taille des chaines trophiques, altérer les interactions interspécifiques, diminuer le nombre d espèces de grande 12

15 taille corporelle et spécialistes, affecter négativement le succès de reproduction et de dispersion, les taux de prédation, et des aspects comportementaux concernant le succès d approvisionnement, entre autres effets (Fahrig, 2003). L isolement spatial des patches d habitat peut aussi avoir un effet sur la composition spécifique des communautés, comme suggéré par l étude de Baldissera et al (2008) sur une communauté d araignées avec une composition variable au sein d un paysage forestier, sachant que la distribution des espèces d araignées dépend de la connectivité des patches (Bonte et al, 2004). La fragmentation des habitats est également un des facteurs à l origine de la perte de biodiversité au sein les écosystèmes aquatiques, notamment en ce qui concerne les communautés de poissons, qui sont utilisés comme bioindicateurs dans l évaluation de la connectivité des réseaux hydrographiques en raison de leur sensibilité aux altérations des habitats aquatiques (Bergerot et al, 2008). Par ailleurs, des aspects de la structure du paysage autres que la taille des patches et leur isolement spatial, comme la forme et la longueur des bords, la matrice paysagère et les perturbations au sein des patches d habitat, peuvent influencer la réponse des espèces à la fragmentation (Cox et al, 2003). Les communautés d insectes répondent en général de manière négative à la fragmentation des habitats (Gove et al, 2009). En revanche, il a été démontré que des patches de petite taille peuvent représenter des ressources importantes pour quelques espèces d arthropodes ; en effet, la sensibilité aux effets de la fragmentation varie en fonction du groupe taxonomique (Gove et al, 2009). Pour des groupes taxonomiques d invertébrés comme les coléoptères carabiques et les araignées, des études ont montré que ces animaux sont particulièrement sensibles à des effets de bord, de la taille des patches d habitat et de l isolement des patches dans des paysages urbains et agricoles, leur richesse spécifique diminuant avec la réduction des patches d habitat (Pearce et al, 2005). L étude de Holland et Bennett (2009) a montré une richesse spécifique plus importante d une communauté de petits mammifères avec l augmentation des patches d habitat, ce qui confirme la relation espèce-surface de l habitat analysée par d autres études sur les communautés de ce groupe taxonomique. En effet, selon Cox et al (2003), des fragments plus grands sont en général caractérisés par un nombre plus important d espèces et un taux plus faible d extinction. Dans cette étude réalisée par Cox et al (2003), il a été observé une relation directe de la taille des patches d habitat et richesse spécifique d une communauté de mammifères, ainsi qu une abondance plus importante associée aux patches les plus grands pour certaines espèces de rongeurs comme Rattus fuscipes et Melomys cervinipes. 13

16 4. CONCLUSION Malgré la définition des composantes structurales et fonctionnelles de la connectivité, l estimation de la connectivité fonctionnelle reste un défi. En effet, la connectivité dépend d une gamme de facteurs biotiques et abiotiques dont la quantification n est pas toujours facile à réaliser. En plus, la difficulté de la séparation entre les effets de la connectivité et d autres variables concernant la composition du paysage, sommée au fait que la connectivité fonctionnelle n est pas unique pour un seul paysage, rend les études sur l impact de cet aspect sur la biodiversité compliquées. C est pourquoi il existe une discussion sur les façons les plus appropriées de mesurer la connectivité, avec l apparition d une variété de modèles qui prennent en compte plusieurs paramètres comme la taille et la densité des patches d habitat, la composition de la matrice paysagère, les distance entre patches, les capacités de dispersion spécifiques, entre autres. Il est généralement accepté que la connectivité est un facteur prépondérant pour la persistance des populations au sein des paysages. Pour cette raison, dans le but de la conservation de la biodiversité, les éléments apportant de la connectivité aux paysages doivent être identifiés et préservés. La détermination des corridors biologiques et des seuils critiques de fragmentation est nécessaire à la conservation de la diversité biologique. Finalement, le développement des études mettant en évidence les effets de la connectivité sur des communautés d une façon globale, en complément à celles sur des organismes en particulier ou sur l aspect structural de la connectivité, permettra une approche consciente par rapport à l aménagement des éléments paysagers. 5. METHODOLOGIE Pour la réalisation de ce mémoire bibliographique, le premier pas a été la lecture du livre Connectivitity Conservation (Crooks et Sanjayan, 2006), notamment les articles expliquant les concepts de la connectivité et ses composantes (Taylor et al, 2006). À partir de l orientation de la part des tuteurs de stage (Alain Butet, Françoise Burel), j ai identifié des articles-clé permettant une vision globale sur les axes de recherche, les problématiques et les principales publications dans le domaine de la connectivité (exemples : Kindlmann et Burel, 2008 ; Taylor et al, 1993 ; Tischendorf et Fahrig, 2000a). 14

17 Une recherche a été menée sur les bases de données disponibles sur BiblioVIE (http://bibliovie.inist.fr/). Les publications obtenues ont été choisies à partir des citations provenant des lectures précédentes ou de recherches par mot-clé ou nom d auteur (les noms des principaux auteurs ont été observés au cours de la recherche bibliographique et également recommandés par les tuteurs de stage). D autres sources électroniques utilisées incluent SCIELO (http://www.scielo.org) et Google Scholar (http://scholar.google.com). Quelques publications ont également été empruntées auprès des bases de données de l UMR 6553 ECOBIO. 15

18 6. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Angelone, S et Holderegger, R Population genetics suggests effectiveness of habitat connectivity measures for the European tree frog in Switzerland. Journal of Applied Ecology 46: Aviron, S, Burel, F, Baudry, J et Schermann, N Carabid assemblages in agricultural landscapes : impacts of habitat features, landscape context at different spatial scales and farming intensity. Agriculture, Ecosystems and Environment 108: Baldissera, R, Ganade, G, Brescovit, A.D et Hartz, S.M Landscape mosaic of Araucaria forest and forest monocultures influencing understorey spider assemblages in southern Brazil. Austral Ecology 33: Barett, G.W et Bohlen, P.J Landscape Ecology. Dans: Hudson, W.E. Landscape linkages and biodiversity. Island Press, Washington, Etats-Unis Baudry, J, Bunce, R.G.H et Burel, F Hedgerows : An international perspective on their origin, function and management. Journal of Environmental Management 60:7-22. Bergerot, B, Lasne, E, Vigneron, T et Laffaille, P Prioritization of fish assemblages with a view to conservation and restoration of a large scale European basin, the Loire (France). Biodiversity and Conservation 17: Billeter, R, Liira, J, Bailey, D, Rugter, R, Arens, P, Augenstein, I, Aviron, S, Baudry, J, Bukacek, R, Burel, F, Cerny, M, De Blust, G, De Cock, R, Diekötter, T, Dietz, H, Dirksen, J, Dormann, C, Durka, W, Frenzel, M, Hamersky, R, Hendrickx, F, Herzog, F, Klotz, S, Koolstra, B, Lausch, A, Le Coeur, D, Maelfait, J.P, Opdam, P, Roubalova, M, Schermann, A, Schermann, N, Schmidt, T, Schweiger, O, Smulders, M.J.M, Speelmans, M, Simova, P, Verboom, J, van Wingerden, W.K.R.E, Zobel, M et Edwards, P.J Indicators for biodiversity in agricultural landscapes: a pan-european study. Journal of Applied Ecology 45: Bonte, D, Baert, L, Lens, L et Maelfait, J.P Effets of aerial dispersal, habitat specialisation, and landscape structure on spider distribution across fragmented grey dunes. Ecography 27: Brown, G.P, Phillips, B.L, Webb, J.K et Shine, R Toad on the road: Use of roads as dispersal corridors by cane toads (Bufo marinus) at an invasion front in tropical Australia. Biological conservation 133: Burel, F Hedgerows and their role in agricultural landscapes. Critical Review in Plant Sciences 15: Burgman, M.A et Lindenmayer, D.B Conservation Biology for the Australian Environment. Surrey Beatty and Sons, Chipping Norton, Australie. Chetkiewicz, C.B et Boyce, M.S Use of resource selection functions to identify conservation corridors. Journal of Applied Ecology 46:

19 Cox, M.P, Dickman, C.R et Hunter, J Effects of rainforest fragmentation on non-flying mammals of the Eastern Dorrigo Plateau, Australia. Biological Conservation 115: Crooks, K.R et Sanjayan, M Connectivity conservation: maintaining connections for nature. Dans : Crooks, K.R et Sanjayan, M. Connectivity Conservation. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni Davies, Z.G et Pullin, A.S Are hedgerows effective corridors between fragments of woodland habitat? An evidence-based approach. Landscape Ecology 22: Diekötter, T, Billeter, R et Crist, T.O Effects of landscape connectivity on the spatial distribution of insect diversity in agricultural mosaic landscapes. Basic and Applied Ecology 9: Fahrig, L Effects of habitat fragmentation on biodiversity. Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics 34: Fernández-Juricic, E Avifaunal use of wooded streets in an urban landscape. Conservation Biology 14: Forman, R.T.T et Godron, M Landscape Ecology. John Wiley, New York, NY, Etats- Unis. Frankham, R Genetics and landscape connectivity. Dans : Crooks, K.R et Sanjayan, M. Connectivity Conservation. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni Hannon, S.J et Schmiegelow, F.K.A Corridors may not improve the conservation value of small reserves for most boreal birds. Ecological Applications 12: Hanski, I Patch occupancy dynamics in fragmented landscapes. Trends in Ecology and Evolution 9: Hanski, I Metapopulation dynamics. Nature 396: Harvey, C.A, Villanueva, C, Villacís, J, Chacón, M, Muñoz, D, López, M, Ibrahim, M, Gómez, R, Taylor, R, Martinez, J, Navas, A, Saenz, J, Sánchez, D, Medina, A, Vilchez, S, Hernández, B, Perez, A, Ruiz, F, López, F, Lang, I et Sinclair, F.L Contribution of live fences to the ecological integrity of agricultural landscapes. Agriculture, Ecosystems and Environment 111: Haynes, K.J et Crist, T.O Insect herbivory in an experimental agroecosystem: the relative importance of habitat area, fragmentation, and the matrix. Oikos 118: Holland, G.J et Bennett, A.F Differing responses to landscape change: implications for small mammal assemblages in forest fragments. Biodiversity and Conservation 18:

20 Horskins, K, Mather, P.B et Wilson, J.C Corridors and connectivity: when use and function do not equate. Landscape Ecology 21: Inglis, G et Underwood, A.J Comments on some designs proposed for experiments on the biological importance of corridors. Conservation Biology 6: Kadoya, T Assessing functional connectivity using empirical data. Population Ecology 51:5-15. Kindlmann, P, Aviron, S et Burel, F When is landscape matrix important for determining animal fluxes between resource patches? Ecological Complexity 2: Kindlmann, P et Burel, F Connectivity measures: a review. Landscape Ecology 23: Koper, N, Schmiegelow, F.K.A et Merrill, E.H Residuals cannot distinguish between ecological effects of habitat amount and fragmentation: implications for the debate. Landscape Ecology 22: Leibold, M.A, Holyoak, M, Mouquet, N, Amarasekare, P, Chase, J.M, Hoopes, M.F, Holt, R.D, Shurin, J.B, Law, R, Tilman, D, Loreau, M, Gonzalez, A The metacommunity concept: a framework for multi-scale community ecology. Ecology Letters 7: Merriam, G Connectivity: a fundamental ecological characteristic of landscape pattern. Dans : Brandt, J et Agger, P. Proceedings of the 1st international seminar on methodology in landscape ecological research and planning. Université de Roskilde, Danemark, Moilanen, A et Hanski, I On the use of connectivity measures in spatial ecology. Oikos 95: Mortelliti, A et Boitani, L Distribution and coexistence of shrews in patchy landscapes: a field test of multiple hypotheses. Acta Oecologica 35: Murcia, C Edge effects in fragmented forests implications for conservation. Trends in Ecology & Evolution 10(2): Oprea, M, Mendes, P, Vieira, T.B et Ditchfield, A.D Do wooded streets provide connectivity for bats in an urban landscape? Biodiversity and Conservation 18: Pearce, J.L, Venier, L.A, Eccles, G, Pedlar, J et McKenney, D Habitat islands, forest edge and spring-active invertebrate assemblages. Biodiversity and Conservation 14: Petit, S et Burel, F Connectivity in fragmented populations: Abax parallelepipedus in a hedgerow network landscape. Comptes Rendus de l Académie des Sciences Série 3 Sciences de la vie 321:

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr !""#$%&'()*+,-#,'((.'(&),#/#%&)0/1$*(.'("/+%&0(.2&/3)+/+('*(4/5'6#(.'(7/(%$**'%15)+,(8(( 9)7)'6:($65'#+0('+(9)7)'6:(4$#'01'#0( ( (!"#$%&#'"#(%#)*"+,-.(("#*,-&&"#"+#/&0*"# Samuel Decout, Sandra Luque Sandra.luque@cemagref.fr

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

T.M. Konlechner 1, M.J. Hilton 1 & S.M. Arens 2 Department of Geography, University of Otago 1, Bureau of Beach & Dune Research 2

T.M. Konlechner 1, M.J. Hilton 1 & S.M. Arens 2 Department of Geography, University of Otago 1, Bureau of Beach & Dune Research 2 DUNE DEVELOPMENT FOLLOWING DELIBERATE DE-VEGETATION DUNE RESTORATION IN THE NETHERLANDS AND NEW ZEALAND DÉVELOPPEMENT DES DUNES AU TRAVERS DU PRÉLÈVEMENT DÉLIBÉRÉ DE LA VÉGÉTATION RESTAURATION DES DUNES

Plus en détail

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Approche systémique des pêches Boulogne-sur sur-mer 2008 Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Pierre Petitgas (1), M. Huret (1), B. Planque

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES Mémoire pour l obtention de Diplôme d Etudes Approfondies (D.E.A.) en Biologie et Ecologie Végétales Option

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE IUFRO International Congress, Nice 2015 Global challenges of air pollution and climate change to the public forest management in France Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Manuel Nicolas

Plus en détail

Proposition de labellisation d un projet de thèse pour une Allocation de Recherche 2013. (5 pages maximum)

Proposition de labellisation d un projet de thèse pour une Allocation de Recherche 2013. (5 pages maximum) (Effacer ci-dessous les financements qui ne vous concernent pas) ABIES Proposition de labellisation d un projet de thèse pour une Allocation de Recherche 2013 (5 pages maximum) 1. Titre de la thèse Evaluation

Plus en détail

L offre de master orientée «forêt»

L offre de master orientée «forêt» L offre de master orientée «forêt» à AgroParisTech Nancy JD Bontemps, H Wernsdörfer, AgroParisTech - centre de Nancy jdbontemps.agroparistech@gmail.com Holger.wernsdorfer@agroparistech.fr CAQSIS 2014,

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux?

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Roel PLANT 1,2 ; Pierre-André PISSARD 1 1 UMR TETIS / Irstea Montpellier 2 Institute for Sustainable Futures /

Plus en détail

Quelle est l ampleur de la crise actuelle de biodiversité?

Quelle est l ampleur de la crise actuelle de biodiversité? Quelle est l ampleur de la crise actuelle de biodiversité? Anne Teyssèdre, Département d Ecologie et de Gestion de la Biodiversité, MNHN Réduction et dégradation généralisée des habitats, changement global

Plus en détail

Comptes des changements de la biodiversité des systèmes et des espèces

Comptes des changements de la biodiversité des systèmes et des espèces ATELIER INFRAREGIONAL POUR LA REGION DE L AFRIQUE DE L OUEST SUBSAHARIENNE SUR L ÉVALUATION ET LES MESURES INCITATIVES Ouagadougou, Burkina Faso, 14 17 Mai 2013 COMPTABILITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET DES ÉCOSYSTÈMES

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Introduction à l Analyse des Réseaux Sociaux

Introduction à l Analyse des Réseaux Sociaux Introduction à l Analyse des Réseaux Sociaux Erick Stattner Laboratoire LAMIA Université des Antilles et de la Guyane, France erick.stattner@univ-ag.fr Guadeloupe, Novembre 2012 Erick Stattner Introduction

Plus en détail

MOHAMAD Rihab 4 rue de la Bergeonnerie 37300 Joué-Lès-Tours, FRANCE 33 (0)6 20 85 90 65 dib305@hotmail.com

MOHAMAD Rihab 4 rue de la Bergeonnerie 37300 Joué-Lès-Tours, FRANCE 33 (0)6 20 85 90 65 dib305@hotmail.com MOHAMAD Rihab 4 rue de la Bergeonnerie 37300 Joué-Lès-Tours, FRANCE 33 (0)6 20 85 90 65 dib305@hotmail.com (31 ans) Statut civil : mariée avec 2 enfants SITUATION ACTUELLE 2008-2012 Doctorat : Etude de

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau.

Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau. Modélisation géostatistique des débits le long des cours d eau. C. Bernard-Michel (actuellement à ) & C. de Fouquet MISTIS, INRIA Rhône-Alpes. 655 avenue de l Europe, 38334 SAINT ISMIER Cedex. Ecole des

Plus en détail

PLAN DE COURS Automne 2006

PLAN DE COURS Automne 2006 PLAN DE COURS Automne 2006 BIO 10055 A Écologie générale Informations générales Crédits : 3 Temps consacré : 3 0 2 4 Formule pédagogique : LT Préalable(s) : (BIO 19902 ou BIO 13328), BIO 10041 Concomitant(s)

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase Journée Bases de Données Besançon 21 mars 2013 La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase François Gillet Université de Franche-Comté CNRS UMR 6249 Chrono-environnement

Plus en détail

Écologie du paysage et géographie

Écologie du paysage et géographie Écologie du paysage et géographie Jacques Baudry INRA SAD Paysage Comment je ne suis pas devenu géographe Un objet commun: le paysage Canberra Pleine-Fougères Quito Beauce Une méthode partagée : la cartographie

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER SALMON MANAGEMENT PLAN Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne CONTEXTE D ÉLABORATION DU PLAN WORKING CONTEXT Document

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM

TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM Journée EcoInnovation et Biodiversité 21 mai 2014 - Contact: Catherine de Roincé, catherine.deroince@terroiko.fr Historique d une start-up issue de la recherche

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER GLOSSAIRE THEME CREST WP1 BARRIERE PSYCHOLOGIQUE ET COMPORTEMENTALE BATIMENT INTELLIGENT CAPTEURS CHANGEMENT CLIMATIQUE CHEMINEMENT EDUCATIF COMPORTEMENT CONSEIL ECHANGES PROFESSIONNELS ECO UTILISATION

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Inauguré en juin 2013, le centre régional pour la biodiversité Beautour redonne vie à l héritage

Plus en détail

A quoi sert la Biodiversité?

A quoi sert la Biodiversité? A quoi sert la Biodiversité? Pr Francour Patrice francour@unice.fr La Biodiversité Définition de la biodiversité (génétique, spécifique, écosystémique) Méthodes d inventaire de la biodiversité (échantillonnages)

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

L'analyse des réseaux sociaux

L'analyse des réseaux sociaux L'analyse des réseaux sociaux Laurent Beauguitte CNRS - UMR IDEES 20 janvier 2015 L. Beauguitte (CNRS) SNA 20 janvier 2015 1 / 17 1 Questions de recherche et données 2 Mesures globales et locales 3 Deux

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

Projet de thèse : Dynamique et gestion des renouées asiatiques, de l échelle paysagère à l échelle de la tache

Projet de thèse : Dynamique et gestion des renouées asiatiques, de l échelle paysagère à l échelle de la tache Projet de thèse : Dynamique et gestion des renouées asiatiques, de l échelle paysagère à l échelle de la tache Unité de recherche Lieu Ecosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Irstea Grenoble, Campus universitaire

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Academic Project. B3 - Architecture. Resit Project. Version 1.0 Last update: 24/05/2013 Use: Students Author: Samuel CUELLA

Academic Project. B3 - Architecture. Resit Project. Version 1.0 Last update: 24/05/2013 Use: Students Author: Samuel CUELLA SUPINFO Academic Dept. Resit Project Academic Project 2012-2013 Version 1.0 Last update: 24/05/2013 Use: Students Author: Samuel CUELLA Conditions d utilisations : SUPINFO International University vous

Plus en détail

FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L ASSOCIATION TELA BOTANICA

FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L ASSOCIATION TELA BOTANICA Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 27 (2013), n 1-2 pp. 190-194 FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE 3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE FUTURE CHALLENGES: Sustainability, Quality, Integrity & New Regulation Yvonne Henkel AöL Rapporteur for Sustainability 17 18 November, Paris New environmental management

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr Le Fol Gaëlle Full professor gaelle.le_fol@dauphine.fr Current Position - Status Head of an education program : Master 203 - Financial Markets Department of attachment : MSO Centre of Research : Dauphine

Plus en détail

CLUVA WORKSHOP ON ECOLOGICAL ASSESSMENT OF UMT s 21 st -28 th April in Freising-Munich

CLUVA WORKSHOP ON ECOLOGICAL ASSESSMENT OF UMT s 21 st -28 th April in Freising-Munich PROGRAMME Saturday 21 st April - Arrival Sunday 22 nd City excursion, including of Munich s Urban Morphology Types Monday 23 rd April Introduction and update on Task 2.2 work to date on characterizing

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner par Corinne Steinbach ERSA s. à r. l. Distribution géographique: Les populations de Gentianella germanica se limitent aux pelouses calcaires du centre-est

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Accréditation d une activité CPD organisée par un organisateur de formations agréé

Accréditation d une activité CPD organisée par un organisateur de formations agréé Accréditation d une activité CPD organisée par un organisateur de formations agréé Rappels : annexe 1. Objectif : un organisateur de formations accrédité CPD souhaite obtenir de l IA BE, l accréditation

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France Ilja REITER IR CNRS, FR ECCOREV How do ecosystems respond to climate change species

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

L Excellence Achats et l Evaluation 360

L Excellence Achats et l Evaluation 360 L Excellence Achats et l Evaluation 360 Comment développer et transformer une organisation Achats pour des performances exceptionnelles? Comment pouvons-nous continuer à développer les Achats afin qu'ils

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions Prop. 11.33 EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II Autres propositions A. Proposition Transférer Eunymphicus cornutus cornutus de l'annexe II à l'annexe I. La perruche de la chaîne a

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Afin de parfaire la présentation «Initiation à la biodiversité à destination du secteur privé»,

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

REFERENCES SUR LES INDICATEURS

REFERENCES SUR LES INDICATEURS L i s t e b i b l i o g r a p h i q u e REFERENCES SUR LES INDICATEURS E t u d e G C P Nathalie Wilbeaux Actualisée en Juillet 2007 Bibliographie sélective sur les «indicateurs» - Etude GCP 2003-2007-

Plus en détail

Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2

Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2 Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2 Lhouari Nourine 1 1 Université Blaise Pascal, CNRS, LIMOS, France SeqBio 2012 Marne la vallée, France 2.

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE LA BIOLOGIE DE SYNTHESE SYNTHETIC BIOLOGY OBSERVATORY

L OBSERVATOIRE DE LA BIOLOGIE DE SYNTHESE SYNTHETIC BIOLOGY OBSERVATORY L OBSERVATOIRE DE LA BIOLOGIE DE SYNTHESE Un outil au service du dialogue entre sciences et société SYNTHETIC BIOLOGY OBSERVATORY A resource to foster dialogue between sciences and society Solène Margerit,

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser

Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser Maxime Bergeat 1 1 Insee - Département des méthodes statistiques 18 boulevard Adolphe Pinard, timbre L120, 75675 Paris cedex 14 maxime.bergeat@insee.fr

Plus en détail

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM Compliance Monitoring Manager Rôle attendu du CMM Introduction Rappel des bases réglementaires Rappel du positionnement du Compliance Monitoring Manager Sommaire Contexte réglementaire Part ORA Exigences

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat».

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». «Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». Philippe USSEGLIO-POLATERA Université Paul Verlaine Metz UMR-CNRS 746 - LIEBE

Plus en détail

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles?

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Session 1. Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Exemple du Modèle GEMINI Nicolas Gross, Vincent Maire, Jean François Soussana Nicolas Gross Chargé de recherche 1 er Classe

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

Gestion durable de la haie à l échelle de l exploitation agricole

Gestion durable de la haie à l échelle de l exploitation agricole PARC NATUREL RÉGIONAL DES MARAIS DU COTENTIN ET DU BESSIN Gestion durable de la haie à l échelle de l exploitation agricole Le Plan de Gestion du Bocage www.parc-cotentin-bessin.fr Le bocage, une préoccupation

Plus en détail

Pourquoi la stupidité? La parole aux agents. Andrea G. B. Tettamanzi, I3S / EPC Wimmics (travail effectué avec Célia da Costa Pereira, I3S)

Pourquoi la stupidité? La parole aux agents. Andrea G. B. Tettamanzi, I3S / EPC Wimmics (travail effectué avec Célia da Costa Pereira, I3S) Pourquoi la stupidité? La parole aux agents Andrea G. B. Tettamanzi, I3S / EPC Wimmics (travail effectué avec Célia da Costa Pereira, I3S) 1 Questions de recherche C. Cipolla (1976). The Basic Laws of

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Théorie de la viabilité: application à un agroécosystème prairial. Rodolphe Sabatier, Muriel Tichit 05-12-2012

Théorie de la viabilité: application à un agroécosystème prairial. Rodolphe Sabatier, Muriel Tichit 05-12-2012 INRA UMR SADAPT Théorie de la viabilité: application à un agroécosystème prairial Rodolphe Sabatier, Muriel Tichit 05-12-2012 rodolphe.sabatier@agroparistech.fr Plan Théorie de la viabilité: concepts et

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail