INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ"

Transcription

1 Master M2 Ecologie Fonctionnelle, Comportementale et Evolutive EFCE Université de Rennes Rapport Bibliographique INFLUENCE DE LA CONNECTIVITÉ DU PAYSAGE SUR LA BIODIVERSITÉ Thiago Oliveira Andrade Stage encadré par : Françoise Burel ; Alain Butet ; Aude Ernoult. Laboratoire d accueil : UMR CNRS 6553 ECOBIO Equipe «PAYSACLIM»

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION LA CONNECTIVITÉ La connectivité structurale Définition Méthodes de mesure La connectivité fonctionnelle Définition Méthodes de mesure CONNECTIVITE ET BIODIVERSITE Rôle des corridors biologiques Rôle de la matrice paysagère Rôle de la taille des patches CONCLUSION METHODOLOGIE REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...16 RESUME...21 ABSTRACT...22

3 1. INTRODUCTION La transformation des environnements naturels par les activités humaines et son impact sur les organismes qui dépendent de ces habitats est une des thématiques centrales de l écologie moderne. L une des conséquences de ces modifications est la perte d habitats et la fragmentation des paysages (Kindlmann et Burel, 2008). La perte d habitats est une réduction de la quantité d habitats disponibles pour une espèce et la fragmentation est un ensemble de changements de la configuration de ces habitats, comprenant l augmentation de la densité des bords ou la réduction des surfaces des habitats et leur isolement (Smith et al, 2009). La structure spatiale des paysages, caractérisée entre autres aspects par la connectivité, est un facteur fondamental pour la persistance des populations sur ces aires (Retho et al, 2008). Les flux et les mouvements individuels entre les sous-populations, possibles grâce à cette connectivité, permettent le maintien de la diversité génétique, la préservation des populations et leur rétablissement (Hanski, 1998). Ainsi, dans le but de conserver la diversité biologique, il est nécessaire de comprendre le rôle de la connectivité ainsi que des effets négatifs de la fragmentation et de la perte d habitats. Le terme connectivité, introduit par Merriam (1984), désigne le degré avec lequel un paysage facilite ou empêche le mouvement entre des différents patches de ressources, ou l intégration de sous-populations dans une unité fonctionnelle (Horskins, 2006 ; Taylor et al, 2006). Ainsi, la configuration d un paysage, en termes d usage de terre, de types et de quantité d éléments paysagers, a une influence sur le mouvement des organismes que l on y trouve et par conséquent sur la dynamique des populations et structures de communautés (Taylor et al, 2006). Cette capacité de mouvement est essentielle pour la recolonisation de patches d habitats au sein d un paysage et, par conséquent, la connectivité du paysage est un facteur important pour la survie des espèces (Kindlmann et Burel, 2008). Pour ces raisons, il existe un fort intérêt à la connectivité et ses impacts sur les populations des paysages hétérogènes, ainsi qu un développement d une gamme de méthodes de mesure de la connectivité (Kadoya, 2009). La fragmentation des habitats est considérée comme l une des plus sérieuses menaces sur la biodiversité et l une des causes majeures des extinctions (Wilcox et Murphy, 1995). Elle est définie comme un processus où une grande aire d habitat est transformée en un ensemble de plusieurs patches avec une surface totale inférieure, et isolés entre eux par une matrice paysagère, contrairement à l habitat original (Fahrig, 2003). La fragmentation des habitats peut diminuer la connectivité, causer des effets de bord, ou être à l origine d un ensemble de 1

4 patches d habitat dont la taille réduite représente une contrainte pour la survie des populations et des individus (Koper et al, 2007). Les espèces trouvées dans des paysages fragmentés forment souvent des métapopulations ; autrement dit, un ensemble de sous-populations habitant des patches d habitat isolés spatialement mais connectés quant à la migration (Kindlmann et al, 2005). De la même manière, un ensemble de communautés locales connecté par la dispersion des individus (ou des espèces) représente une métacommunauté (Leibold et al, 2004). L isolement des habitats résultant de la fragmentation peut réduire l effectif total des populations et les niveaux de diversité génétique, augmenter la fréquence des croisements consanguins, défavoriser le potentiel d adaptation et avoir une influence négative sur la persistance à long terme de ces populations (Horskins et al, 2006). Ces effets sont une conséquence d une réduction ou de l arrêt de la dispersion, ce qui diminue le flux génétique (Burgman et Lindemayer, 1998). La fragmentation peut également avoir un impact négatif sur la capacité d ajustement spatial des espèces en réponse aux changements climatiques (Watts et Handley, 2010). 2. LA CONNECTIVITÉ La connectivité est un facteur lié à la distance entre les patches d habitat et également à la taille de ces patches, les deux paramètres variant en fonction des altérations environnementales (Kindlmann et Burel, 2008). Cela est dû au fait qu une distance plus importante entre patches serait plus difficile à traverser (Vos et Stumpel, 1996) et que des patches plus petits seraient plus difficilement trouvés (Mortelliti et Boitani, 2009). La composition de la matrice paysagère, autrement dit de la zone qui entoure les zones considérées comme des habitats, a également une influence sur la capacité de mouvement entre ces patches d habitats (Kindlmann et Burel, 2008). Des études ont démontré que le flux entre patches dépend de la présence d éléments comme les corridors biologiques et les «stepping stones» (des «îles» permettant la traversée de la matrice paysagère) ainsi que de l hétérogénéité du paysage, et que la matrice paysagère peut influencer l isolement des patches d habitat (Kindlmann et al, 2005 ; Rickets, 2001). Par conséquent, l aménagement de la matrice paysagère peut être une mesure efficace dans la conservation ou la restauration de la connectivité (Taylor et al, 2006). 2

5 Malgré l importance de l estimation de la connectivité pour la biologie de la conservation, elle n a pas une définition précise et globalement acceptée (Kadoya, 2009). La connectivité est le résultat d'une combinaison de facteurs structuraux et fonctionnels (Taylor et al, 2006). Autrement dit, la configuration physique d'un paysage et les réponses comportementales des organismes à cette structure définissent la connectivité. Mais selon Taylor et al (2006), la connectivité tend à être considérée dans des nombreux travaux comme un paramètre directement proportionnel à la présence de certains éléments paysagers qui facilitent la dispersion, comme les corridors biologiques. Le concept de la connectivité en général est souvent réduit aux données concernant l usage de la terre, étant mesuré à partir de l analyse de la structure paysagère sans aucune référence au mouvement des organismes ou aux processus écologiques du paysage (Crooks et Sanjayan, 2006). D'après Taylor et al (2006), les mesures de connectivité les plus souvent utilisées ne prennent en compte que la taille des patches et les distances inter-patches, ignorant par conséquent la complexité des réponses des organismes à l'hétérogénéité environnementale, qui peut avoir une influence sur leurs capacités de colonisation et de dispersion. En revanche, pour qu il y ait une estimation correcte de la connectivité au sein d un paysage, il est également nécessaire de prendre en compte son aspect fonctionnel. Cet aspect fonctionnel comprend les éléments qui favorisent le déplacement pour chaque espèce en particulier ; par exemple, les haies représentent un élément paysager qui facilite la dispersion de coléoptères carabiques forestiers entre des patches de ressources (Retho et al, 2008), agissant comme des corridors biologiques pour des ces espèces dans des paysages agricoles (Aviron et al, 2005). Le calcul de l aspect structural de la connectivité peut être intéressant et pratique du point de vue de l aménagement et de l analyse du paysage (Taylor et al, 2006), mais une compréhension précise des relations entre l organisation spatiale des habitats et la biodiversité est encore en développement (Vogt et al, 2007). L estimation de la connectivité dans un but de conservation de la biodiversité doit être faite avec une approche centrée sur les espèces, en considérant leurs réponses vis-à-vis de la structure paysagère. Ces réponses comprennent, entre autres, le mouvement entre des différents éléments paysagers, la capacité de dispersion et la mortalité liée à la dispersion (Taylor et al, 2006), paramètres dont les méthodes de quantification se développent avec l emploi d outils de tracking par satellite (Jonsen et al, 2003). Des méthodes génétiques sont également utilisées dans l évaluation de la connectivité, en quantifiant les flux de gènes et les taux de croisements consanguins (Frankham, 2006 ; Angelone et Holderegger, 2009). Cette évolution méthodologique permettra des analyses plus globales concernant la connectivité. 3

6 2.1. La connectivité structurale Définition La connectivité structurale est entièrement basée sur la structure du paysage, n ayant pas un lien avec les réponses comportementales des organismes (Kindlmann et Burel, 2008). En ignorant ces réponses spécifiques des organismes, elle prend en compte seulement des relations physiques entre les patches d habitat, comme les corridors biologiques ou les distances entre les patches (Kadoya, 2009). Malgré le fait que la connectivité structurale puisse être plus facilement estimée au moyen d outils d analyse spatiale de cartes ou de systèmes d information géographiques (SIG), elle n est pas une propriété générale d un paysage (Taylor et al, 2006). Autrement dit, la connectivité d un paysage peut être différente pour des espèces ou processus distincts. Un paysage structuralement connecté peut être fonctionnellement connecté pour quelques espèces et pas pour d autres (Crooks et Sanjayan, 2006). L aspect pratique de l estimation de la connectivité structurale explique sa prévalence dans la littérature scientifique (Taylor et al, 2006). En revanche, une réduction de la connectivité générale à ce concept pourrait mener à des mauvaises stratégies de gestion paysagère, en occultant des problèmes-clé concernant la fragmentation (Taylor et al, 2006). Par exemple, des corridors établis comme des mesures contre la fragmentation au sein d un paysage forestier peuvent en effet ne pas avoir un impact sur la capacité de mouvement chez certaines espèces, comme des oiseaux (Hannon et Schmiegelow, 2000) et l écureuil volant Pteromys volans (Selonen et Hanski, 2003). Inversement, d autres espèces peuvent profiter de corridors connectant des habitats auxquels elles s adaptent ou des patches de ressources ; par exemple, l étude réalisée par Varkonyi et al (2003) démontrant l utilisation de corridors par les papillons noctuidés Xestia speciosa et X. fennica au sein d un paysage forestier fragmenté. Dans cette étude, les auteurs ont vérifié une préférence chez ces espèces pour l utilisation de corridors d épicéas en détriment de la traversée de la matrice paysagère entre des patches d habitats forestiers Méthodes de mesure Une méthode utilisée pour l estimation de la connectivité structurale est la vérification de la présence ou de l absence ainsi que de la configuration des corridors biologiques et des 4

7 zones permettant la traversée entre des patches d habitat (Kindlmann et Burel, 2008). Cette approche peut prendre en compte la longueur, la largeur et la continuité des corridors biologiques, sans aucun rapport avec un organisme en particulier ; seulement le pourcentage de corridors entre patches sur un total de corridors possibles est considéré comme une mesure de connectivité (Kindlmann et Burel, 2008). Le flux des individus entre les sous-populations, qui est une conséquence de la connectivité, dépend de la taille des patches d habitat de départ et d arrivée ainsi que de la distance entre ces patches (Kindlmann et al, 2005). Un modèle (Kindlmann et al, 2005) estimant le flux de migration entre des patches i et j consiste à l équation : Où Mij est le taux de migration, Ai et Aj sont les surfaces des deux patches, Dij représente la distance entre les deux patches et a et b sont des paramètres. La connectivité structurale est souvent calculée à partir de la moyenne des distances les plus courtes entre les patches, et cela peut se faire par l intermédiaire de mesures simples comme la distance par rapport au patch le plus proche ou d approches complexes qui prennent en compte tous les patches inclus dans un rayon correspondant à la distance de dispersion (Kindlmann et Burel, 2008). Pourtant, les caractéristiques de la matrice paysagère, ou de l environnement entourant ces patches, ne sont pas considérées par ces approches - cela peut mener à une interprétation erronée, selon laquelle le mouvement des organismes dans cette matrice et dans les patches serait réalisé de façon équivalente (Kindlmann et Burel, 2008). La plupart des mesures de la connectivité structurale est basée sur la formule suivante (Kindlmann et Burel, 2008 ; Moilanen et Hanski, 2001) : Dans cette formule, Ai équivaut à la surface du patch i (qui représente le patch de destination du mouvement des organismes) et Aj à la surface de j (le patch d origine de ce 5

8 mouvement) ; b et c sont des paramètres d échelle spatiale ; D(dij, α) représente l effet distance sur le taux migration, dij étant la distance entre i et j et α un vecteur dépendant de l espèce et de sa capacité de dispersion. La théorie des graphes est parfois utilisée pour décrire la connectivité (Kindlmann et Burel, 2008). Un exemple de cette utilisation est le calcul du flux de dispersion pondéré en fonction des surfaces (Kindlmann et Burel, 2008) : Dans ce calcul, Si correspond à la surface du nœud i, θ > 0 est un coefficient d extinction, et dij est la distance entre les patches i et j. Selon Kindlmann et Burel (2008), un autre moyen d estimer la connectivité est le calcul de la «traversabilité», définie comme le diamètre moyen de la composante la plus grande du graphique généré à partir de la suppression d un patch de façon aléatoire : T = d(g ), où G est la composante la plus grande de G (le chemin le plus grand possible entre deux nœuds du graphique, sachant que la longueur du chemin entre ces nœuds doit être la plus courte possible). Pour d autres études, la surface d éléments linéaires spécifiques dans une zone-tampon entourant le patch est calculée comme mesure de la connectivité (exemple : Vos et Chardon, 1998). Une autre mesure serait «la statistique de cercles» (ring statistic) (Kindlmann et Burel, 2008 ; Wiegand et al, 1999) ; ces cercles de rayon r seraient placés sur chaque cellule d habitat d un type déterminé et ensuite la densité moyenne d un habitat d un autre type dans ces cercles serait calculée, dans le but de décrire la structure spatiale en fonction de la perception des animaux par rapport aux types d habitat présents dans une certaine distance comptée à partir de leur localisation. Finalement, des études utilisent une approche basée sur le concept de contagion ou de percolation (Kindlmann et Burel, 2008). Dans cette approche, la connectivité est estimée à partir de l analyse d une grille de cellules définies comme d habitat ou de matrice paysagère. 6

9 2.2. La connectivité fonctionnelle Définition L aspect fonctionnel de la connectivité est basé sur les espèces ; par conséquent, un seul paysage peut avoir plusieurs mesures de connectivité en fonction des exigences d habitat et des capacités de dispersion des espèces (Watts et Handley, 2010). Par ailleurs, les éléments qui apportent de la connectivité à un paysage peuvent être distincts en fonction des taxons qui diffèrent en capacité de dispersion, exigence par rapport à l habitat, spécialisation alimentaire ou niveau trophique (Diekötter et al, 2008). La connectivité fonctionnelle augmente quand des changements au niveau de la structure paysagère (cela inclut mais ne se limite pas aux modifications de la connectivité structurale) provoquent un degré plus important de mouvement ou de flux des organismes dans le paysage (Taylor et al, 2006). L approche fonctionnelle prend également en compte l influence négative ou positive de la matrice paysagère sur les mouvements des espèces entre patches (Watts et Handley, 2010). Elle peut augmenter la fragmentation réelle en réduisant la surface des habitats par l intermédiaire d effets négatifs de bord dépendant du degré d hostilité de cette matrice (Murcia, 1995). La matrice peut aussi provoquer un isolement plus important en diminuant la probabilité de mouvement entre patches en fonction de sa perméabilité (Ricketts, 2001) Méthodes de mesure Puisque les méthodes de mesure de la connectivité fonctionnelle incluent les modèles prenant en compte l effet de la matrice paysagère sur les flux entre patches (Watts et Handley, 2010), il est nécessaire de tester s il existe une hétérogénéité au sein de cette matrice et de considérer les différentes réponses des organismes à cette hétérogénéité (Kadoya, 2009). Le modèle de Ricketts (2001) sur le flux de papillons entre patches de prairies entourés par une matrice paysagère hétérogène illustre cela : 7

10 Dans ce modèle, Tjk représente le nombre de papillons qui sont issus du site k en utilisant le chemin j ; Dm,jk, Dw,jk et Dc,jk représentent, respectivement, la distance du chemin j dans un contexte de patch de prairie (m = «meadow») et dans deux physionomies différentes de la matrice paysagère (w = «willow thicket», ou bosquet de saules, et c = «conifer forest», forêt de conifères) ; rw et rc désignent la résistance des différents éléments de la matrice paysagère au mouvement des papillons, en comparaison avec la prairie ; et a et z sont des constantes fixées. Selon les données obtenues dans cette étude, les réponses comportementales des différents taxons de papillons a varié en fonction de la physionomie de la matrice (w ou c) ; pour 4 taxons sur 6 étudiés, la forêt de conifères a présenté une résistance supérieure. Cela montre que la matrice a des effets importants sur la connectivité entre patches et que ces effets peuvent varier même entre groupes taxonomiques proches (Kadoya, 2009). D après Kindlmann et Burel (2008), la connectivité fonctionnelle peut également être estimée en fonction de la probabilité de mouvement entre patches, ou le succès d émigration ou de dispersion. Cette probabilité peut être calculée à partir de la fraction (Kindlmann et Burel, 2008) : Np représente le nombre de patches au sein du paysage et pij est la probabilité de mouvement entre les patches i et j. La connectivité fonctionnelle peut aussi être calculée à partir du temps de recherche ; autrement dit, le comptage du nombre de pas nécessaires pour le mouvement entre tous les patches d habitat d un paysage, deux à deux (Tischendorf et Fahrig, 2000b). Dans d autres études, cette connectivité a été estimée aussi par l intermédiaire de la comparaison de la fréquence de mouvements au sein de différents points d observation dans le paysage (Pither et Taylor, 1998) ou au moyen du calcul de la relation entre les distances entre les points d observation de l espèce en question et les taux des mouvements observés et de la mortalité dans différents types d habitats (Tischendorf et Fahrig, 2000b ; Petit et Burel, 1998). 8

11 3. CONNECTIVITE ET BIODIVERSITE 3.1. Rôle des corridors biologiques Les corridors biologiques sont parmi les éléments pouvant augmenter la connectivité des paysages. Les corridors sont des zones linéaires du terrain (des bandes de terre ou de végétation) qui diffèrent de la matrice paysagère qui les entoure (Forman et Godron, 1986 ; Barett et Bohlen, 1991). Ces zones étroites et continues connectent structuralement deux patches d habitats qui seraient autrement déconnectés (Kindlmann et Burel, 2008). Ces éléments sont souvent considérés comme utiles dans la dispersion des organismes dans les paysages (Inglis et Underwood, 1992), leur établissement pouvant représenter une mesure efficace contre la fragmentation. En effet, les corridors ont plusieurs fonctions, notamment les rôles de (1) zones refuges, habitats, puits de colonisation pour certains organismes, (2) conduit pour la dispersion, (3) barrières ou filtres délimitant différentes zones dans le paysage et (4) source d éléments biotiques et abiotiques pour la matrice paysagère (Forman et Godron, 1986). En revanche, une gamme de méthodes d identification et d établissement d éléments linéaires est mise en pratique sans prendre en compte les processus de sélection d habitats et de mouvement des différents animaux (Chetkiewicz et Boyce, 2009). La mise en place de corridors biologiques efficaces pour la conservation d espèces en particulier ou pour l augmentation de la richesse spécifique exige, en revanche, une analyse approfondie de ces comportements de sélection d habitats et de mouvement spécifiques. Certains paysages agricoles sont caractérisés par la présence d éléments linéaires (comme les haies) et non-linéaires (champs, surfaces boisées). En général, il existe une tendance à mettre en évidence le rôle des éléments linéaires dans la conservation de ces paysages. Selon Tattersall et al (2002), il existe peu de données qui permettraient de juger si le renforcement de ces éléments serait une stratégie bénéfique pour la biodiversité, alors que d autres études (Billeter et al, 2008) démontrent une augmentation de la biodiversité en fonction de la présence de ces éléments linéaires («green veins»). Certains auteurs défendent la possibilité que les corridors puissent avoir des effets délétères sur les populations, comme l augmentation du risque de la prédation au niveau des bords, de la transmission de maladies et de la probabilité de perturbations naturelles catastrophiques (Davies et Pullin, 2007), ainsi que la prolifération d espèces envahissantes (Brown et al, 2006). 9

12 La construction ou la conservation d un corridor biologique entre deux patches d habitat qui autrement seraient isolés peut augmenter ou, au moins, préserver les niveaux de dispersion entre ces patches (Horskins et al, 2006). Cela représente un flux de gènes entre les populations habitant ces patches, ce qui peut avoir comme conséquence une augmentation de la diversité génétique au sein des populations, et une homogénéisation générale de la composition génétique de la métapopulation, évitant ainsi les effets négatifs de la fragmentation sur leur survie (Horskins et al, 2006), réduisant les fluctuations populationnelles et le risque d extinction (Davies et Pullin, 2007). Concernant les éléments paysagers liés à l aspect structurel de la connectivité, un nombre important d études (Harvey et al, 2005) a été réalisé sur les haies dans les paysages agricoles en zone tempérée, illustrant le rôle des corridors biologiques au sein des paysages. Ce rôle de corridor biologique des haies est critique pour la permanence de certains organismes dans des paysages agricoles (Burel, 1996), ce qui démontre l importance des haies dans le but de la conservation de la biodiversité ces paysages (Baudry et al, 2000). Les haies sont des éléments linéaires constitués par des arbres et / ou arbustes (Baudry et al, 2000) qui délimitent souvent les limites des différentes zones des paysages agricoles, formant des réseaux complexes au sein de ces paysages (Harvey, 2005). Les haies se trouvent en général dans des paysages hétérogènes en ce qui concerne le relief, le type de sol, les communautés, et l usage de la terre (Harvey, 2005). Les flux physiques, chimiques et biologiques au sein de ces paysages sont influencés par la connectivité des réseaux de haies, qui contrôlent partiellement le mouvement des eaux, de particules du sol et du vent au niveau des paysages (Baudry et al, 2000). Les haies peuvent également représenter une augmentation de l hétérogénéité spatiale des paysages agricoles, en fournissant des conditions variables de température et humidité (Baudry et al, 2000). En Europe, l intensification des activités agricoles a changé profondément la configuration des paysages ruraux depuis les années 1950, notamment avec une réduction du nombre de haies, ce qui a eu un impact sur la biodiversité de ces paysages (Retho et al, 2008 ; Aviron et al, 2005 ; Diekötter et al, 2008). Dans des paysages urbains, les routes entourées par des arbres peuvent être considérées comme des corridors biologiques car elles sont des éléments linéaires végétaux qui connectent des parcs urbains (Fernández-Juricic, 2000). Selon Fernández-Juricic (2000), ces corridors peuvent faciliter les mouvements de l avifaune, car ils sont des éléments intermédiaires utilisés par des espèces qui habitent des patches d habitats forestiers isolés par une matrice paysagère urbaine, effectivement augmentant la connectivité du paysage. Des chiroptères peuvent également utiliser ces routes comme des corridors biologiques dans des paysages 10

13 urbains, sachant qu une meilleure compréhension des effets de la fragmentation des zones urbaines sur ce groupe taxonomique à l échelle du paysage serait envisageable (Oprea et al, 2009) Rôle de la matrice paysagère Il existe de nombreuses études sur les effets de la composition de la matrice paysagère entourant les patches d habitats sur les distributions et l abondance des espèces (Haynes et Crist, 2009), et l influence de cette matrice sur la connectivité joue un rôle sur ces aspects des populations. En effet, selon Taylor et al (2006), la matrice paysagère peut être considérée comme l une des trois composantes de la connectivité (les autres étant (1) les éléments comportementaux des espèces concernant leurs mouvements et (2) la taille et l organisation des patches de ressources). En plus, des différences au niveau la composition de la matrice peuvent déclencher des réponses phénotypiques différentes, comme illustré par les études de Taylor et Merriam (1995) et Pither et Taylor (2000) démontrant la plasticité de la morphologie des ailes chez le zygoptère Calopteryx maculata en fonction de la composition de la matrice paysagère. En raison de cette importance de la matrice paysagère, il est important de concevoir et d appliquer des mesures d aménagement de cette zone dans le but d augmenter la connectivité et de préserver la biodiversité. Une mesure d aménagement de la matrice paysagère dans le but d augmenter la connectivité peut être l établissement de «stepping-stones», autrement dit, des îles d habitats intermédiaires dans la matrice paysagère qui connectent les patches d habitats, en réduisant les distances à traverser par les organismes pour se déplacer entre ces patches. Cette stratégie s est avérée efficace pour éviter le déclin de Hyla arborea au sein de deux paysages suisses où des «stepping-stones» ont été créés pour faciliter la dispersion de cette espèce (Angelone et Holderegger, 2009). Le fonctionnement des «stepping-stones» est illustré dans la Figure 1. 11

14 Figure 1. Représentation hypothétique de l établissement de «stepping-stones» comme une mesure d augmentation de la connectivité. Dans la situation B, la présence des «stepping-stones» permet la traversée de la matrice paysagère et le flux entre les deux patches d habitat, contrairement à la situation A Rôle de la taille des patches La perte de connectivité peut causée par la fragmentation des habitats peut altérer la structure des populations, ce qui peut par conséquent réduire leur viabilité et leur diversité (Šálek et al, 2009). Or, certains auteurs considèrent la fragmentation une disruption de la connectivité d un paysage (Fahrig, 2003) ; par conséquent, la connectivité est une propriété paysagère importante pour le maintien de la diversité biologique. Pour minimiser les effets de la fragmentation, la biologie de la conservation défend des mesures qui peuvent incrémenter la connectivité de manière à préserver et à augmenter la viabilité des populations (Hanski, 1994). Cependant, les études investiguant l importance relative des paramètres biogéographiques qui concernent la connectivité (la taille et l isolement des patches) et des caractéristiques de la physionomie végétale paysagère (exemple : composition spécifique des communautés végétales) sur la composition des communautés sont peu nombreuses (Holland et Bennet, 2009). La perte des habitats, une des causes de la diminution de la connectivité, a souvent des effets négatifs sur la richesse spécifique, l abondance et la distribution des populations, la diversité génétique, ainsi que sur des mesures indirectes de biodiversité et des facteurs affectant la biodiversité (Fahrig, 2003). Cette perte peut réduire la taille des chaines trophiques, altérer les interactions interspécifiques, diminuer le nombre d espèces de grande 12

15 taille corporelle et spécialistes, affecter négativement le succès de reproduction et de dispersion, les taux de prédation, et des aspects comportementaux concernant le succès d approvisionnement, entre autres effets (Fahrig, 2003). L isolement spatial des patches d habitat peut aussi avoir un effet sur la composition spécifique des communautés, comme suggéré par l étude de Baldissera et al (2008) sur une communauté d araignées avec une composition variable au sein d un paysage forestier, sachant que la distribution des espèces d araignées dépend de la connectivité des patches (Bonte et al, 2004). La fragmentation des habitats est également un des facteurs à l origine de la perte de biodiversité au sein les écosystèmes aquatiques, notamment en ce qui concerne les communautés de poissons, qui sont utilisés comme bioindicateurs dans l évaluation de la connectivité des réseaux hydrographiques en raison de leur sensibilité aux altérations des habitats aquatiques (Bergerot et al, 2008). Par ailleurs, des aspects de la structure du paysage autres que la taille des patches et leur isolement spatial, comme la forme et la longueur des bords, la matrice paysagère et les perturbations au sein des patches d habitat, peuvent influencer la réponse des espèces à la fragmentation (Cox et al, 2003). Les communautés d insectes répondent en général de manière négative à la fragmentation des habitats (Gove et al, 2009). En revanche, il a été démontré que des patches de petite taille peuvent représenter des ressources importantes pour quelques espèces d arthropodes ; en effet, la sensibilité aux effets de la fragmentation varie en fonction du groupe taxonomique (Gove et al, 2009). Pour des groupes taxonomiques d invertébrés comme les coléoptères carabiques et les araignées, des études ont montré que ces animaux sont particulièrement sensibles à des effets de bord, de la taille des patches d habitat et de l isolement des patches dans des paysages urbains et agricoles, leur richesse spécifique diminuant avec la réduction des patches d habitat (Pearce et al, 2005). L étude de Holland et Bennett (2009) a montré une richesse spécifique plus importante d une communauté de petits mammifères avec l augmentation des patches d habitat, ce qui confirme la relation espèce-surface de l habitat analysée par d autres études sur les communautés de ce groupe taxonomique. En effet, selon Cox et al (2003), des fragments plus grands sont en général caractérisés par un nombre plus important d espèces et un taux plus faible d extinction. Dans cette étude réalisée par Cox et al (2003), il a été observé une relation directe de la taille des patches d habitat et richesse spécifique d une communauté de mammifères, ainsi qu une abondance plus importante associée aux patches les plus grands pour certaines espèces de rongeurs comme Rattus fuscipes et Melomys cervinipes. 13

16 4. CONCLUSION Malgré la définition des composantes structurales et fonctionnelles de la connectivité, l estimation de la connectivité fonctionnelle reste un défi. En effet, la connectivité dépend d une gamme de facteurs biotiques et abiotiques dont la quantification n est pas toujours facile à réaliser. En plus, la difficulté de la séparation entre les effets de la connectivité et d autres variables concernant la composition du paysage, sommée au fait que la connectivité fonctionnelle n est pas unique pour un seul paysage, rend les études sur l impact de cet aspect sur la biodiversité compliquées. C est pourquoi il existe une discussion sur les façons les plus appropriées de mesurer la connectivité, avec l apparition d une variété de modèles qui prennent en compte plusieurs paramètres comme la taille et la densité des patches d habitat, la composition de la matrice paysagère, les distance entre patches, les capacités de dispersion spécifiques, entre autres. Il est généralement accepté que la connectivité est un facteur prépondérant pour la persistance des populations au sein des paysages. Pour cette raison, dans le but de la conservation de la biodiversité, les éléments apportant de la connectivité aux paysages doivent être identifiés et préservés. La détermination des corridors biologiques et des seuils critiques de fragmentation est nécessaire à la conservation de la diversité biologique. Finalement, le développement des études mettant en évidence les effets de la connectivité sur des communautés d une façon globale, en complément à celles sur des organismes en particulier ou sur l aspect structural de la connectivité, permettra une approche consciente par rapport à l aménagement des éléments paysagers. 5. METHODOLOGIE Pour la réalisation de ce mémoire bibliographique, le premier pas a été la lecture du livre Connectivitity Conservation (Crooks et Sanjayan, 2006), notamment les articles expliquant les concepts de la connectivité et ses composantes (Taylor et al, 2006). À partir de l orientation de la part des tuteurs de stage (Alain Butet, Françoise Burel), j ai identifié des articles-clé permettant une vision globale sur les axes de recherche, les problématiques et les principales publications dans le domaine de la connectivité (exemples : Kindlmann et Burel, 2008 ; Taylor et al, 1993 ; Tischendorf et Fahrig, 2000a). 14

17 Une recherche a été menée sur les bases de données disponibles sur BiblioVIE (http://bibliovie.inist.fr/). Les publications obtenues ont été choisies à partir des citations provenant des lectures précédentes ou de recherches par mot-clé ou nom d auteur (les noms des principaux auteurs ont été observés au cours de la recherche bibliographique et également recommandés par les tuteurs de stage). D autres sources électroniques utilisées incluent SCIELO (http://www.scielo.org) et Google Scholar (http://scholar.google.com). Quelques publications ont également été empruntées auprès des bases de données de l UMR 6553 ECOBIO. 15

18 6. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Angelone, S et Holderegger, R Population genetics suggests effectiveness of habitat connectivity measures for the European tree frog in Switzerland. Journal of Applied Ecology 46: Aviron, S, Burel, F, Baudry, J et Schermann, N Carabid assemblages in agricultural landscapes : impacts of habitat features, landscape context at different spatial scales and farming intensity. Agriculture, Ecosystems and Environment 108: Baldissera, R, Ganade, G, Brescovit, A.D et Hartz, S.M Landscape mosaic of Araucaria forest and forest monocultures influencing understorey spider assemblages in southern Brazil. Austral Ecology 33: Barett, G.W et Bohlen, P.J Landscape Ecology. Dans: Hudson, W.E. Landscape linkages and biodiversity. Island Press, Washington, Etats-Unis Baudry, J, Bunce, R.G.H et Burel, F Hedgerows : An international perspective on their origin, function and management. Journal of Environmental Management 60:7-22. Bergerot, B, Lasne, E, Vigneron, T et Laffaille, P Prioritization of fish assemblages with a view to conservation and restoration of a large scale European basin, the Loire (France). Biodiversity and Conservation 17: Billeter, R, Liira, J, Bailey, D, Rugter, R, Arens, P, Augenstein, I, Aviron, S, Baudry, J, Bukacek, R, Burel, F, Cerny, M, De Blust, G, De Cock, R, Diekötter, T, Dietz, H, Dirksen, J, Dormann, C, Durka, W, Frenzel, M, Hamersky, R, Hendrickx, F, Herzog, F, Klotz, S, Koolstra, B, Lausch, A, Le Coeur, D, Maelfait, J.P, Opdam, P, Roubalova, M, Schermann, A, Schermann, N, Schmidt, T, Schweiger, O, Smulders, M.J.M, Speelmans, M, Simova, P, Verboom, J, van Wingerden, W.K.R.E, Zobel, M et Edwards, P.J Indicators for biodiversity in agricultural landscapes: a pan-european study. Journal of Applied Ecology 45: Bonte, D, Baert, L, Lens, L et Maelfait, J.P Effets of aerial dispersal, habitat specialisation, and landscape structure on spider distribution across fragmented grey dunes. Ecography 27: Brown, G.P, Phillips, B.L, Webb, J.K et Shine, R Toad on the road: Use of roads as dispersal corridors by cane toads (Bufo marinus) at an invasion front in tropical Australia. Biological conservation 133: Burel, F Hedgerows and their role in agricultural landscapes. Critical Review in Plant Sciences 15: Burgman, M.A et Lindenmayer, D.B Conservation Biology for the Australian Environment. Surrey Beatty and Sons, Chipping Norton, Australie. Chetkiewicz, C.B et Boyce, M.S Use of resource selection functions to identify conservation corridors. Journal of Applied Ecology 46:

19 Cox, M.P, Dickman, C.R et Hunter, J Effects of rainforest fragmentation on non-flying mammals of the Eastern Dorrigo Plateau, Australia. Biological Conservation 115: Crooks, K.R et Sanjayan, M Connectivity conservation: maintaining connections for nature. Dans : Crooks, K.R et Sanjayan, M. Connectivity Conservation. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni Davies, Z.G et Pullin, A.S Are hedgerows effective corridors between fragments of woodland habitat? An evidence-based approach. Landscape Ecology 22: Diekötter, T, Billeter, R et Crist, T.O Effects of landscape connectivity on the spatial distribution of insect diversity in agricultural mosaic landscapes. Basic and Applied Ecology 9: Fahrig, L Effects of habitat fragmentation on biodiversity. Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics 34: Fernández-Juricic, E Avifaunal use of wooded streets in an urban landscape. Conservation Biology 14: Forman, R.T.T et Godron, M Landscape Ecology. John Wiley, New York, NY, Etats- Unis. Frankham, R Genetics and landscape connectivity. Dans : Crooks, K.R et Sanjayan, M. Connectivity Conservation. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni Hannon, S.J et Schmiegelow, F.K.A Corridors may not improve the conservation value of small reserves for most boreal birds. Ecological Applications 12: Hanski, I Patch occupancy dynamics in fragmented landscapes. Trends in Ecology and Evolution 9: Hanski, I Metapopulation dynamics. Nature 396: Harvey, C.A, Villanueva, C, Villacís, J, Chacón, M, Muñoz, D, López, M, Ibrahim, M, Gómez, R, Taylor, R, Martinez, J, Navas, A, Saenz, J, Sánchez, D, Medina, A, Vilchez, S, Hernández, B, Perez, A, Ruiz, F, López, F, Lang, I et Sinclair, F.L Contribution of live fences to the ecological integrity of agricultural landscapes. Agriculture, Ecosystems and Environment 111: Haynes, K.J et Crist, T.O Insect herbivory in an experimental agroecosystem: the relative importance of habitat area, fragmentation, and the matrix. Oikos 118: Holland, G.J et Bennett, A.F Differing responses to landscape change: implications for small mammal assemblages in forest fragments. Biodiversity and Conservation 18:

20 Horskins, K, Mather, P.B et Wilson, J.C Corridors and connectivity: when use and function do not equate. Landscape Ecology 21: Inglis, G et Underwood, A.J Comments on some designs proposed for experiments on the biological importance of corridors. Conservation Biology 6: Kadoya, T Assessing functional connectivity using empirical data. Population Ecology 51:5-15. Kindlmann, P, Aviron, S et Burel, F When is landscape matrix important for determining animal fluxes between resource patches? Ecological Complexity 2: Kindlmann, P et Burel, F Connectivity measures: a review. Landscape Ecology 23: Koper, N, Schmiegelow, F.K.A et Merrill, E.H Residuals cannot distinguish between ecological effects of habitat amount and fragmentation: implications for the debate. Landscape Ecology 22: Leibold, M.A, Holyoak, M, Mouquet, N, Amarasekare, P, Chase, J.M, Hoopes, M.F, Holt, R.D, Shurin, J.B, Law, R, Tilman, D, Loreau, M, Gonzalez, A The metacommunity concept: a framework for multi-scale community ecology. Ecology Letters 7: Merriam, G Connectivity: a fundamental ecological characteristic of landscape pattern. Dans : Brandt, J et Agger, P. Proceedings of the 1st international seminar on methodology in landscape ecological research and planning. Université de Roskilde, Danemark, Moilanen, A et Hanski, I On the use of connectivity measures in spatial ecology. Oikos 95: Mortelliti, A et Boitani, L Distribution and coexistence of shrews in patchy landscapes: a field test of multiple hypotheses. Acta Oecologica 35: Murcia, C Edge effects in fragmented forests implications for conservation. Trends in Ecology & Evolution 10(2): Oprea, M, Mendes, P, Vieira, T.B et Ditchfield, A.D Do wooded streets provide connectivity for bats in an urban landscape? Biodiversity and Conservation 18: Pearce, J.L, Venier, L.A, Eccles, G, Pedlar, J et McKenney, D Habitat islands, forest edge and spring-active invertebrate assemblages. Biodiversity and Conservation 14: Petit, S et Burel, F Connectivity in fragmented populations: Abax parallelepipedus in a hedgerow network landscape. Comptes Rendus de l Académie des Sciences Série 3 Sciences de la vie 321:

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Les enjeux des trames vertes et bleues Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris 1 Pourquoi prendre en compte la nature? pour conserver un patrimoine pour une éthique par

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Andrew Gonzalez Québec Centre for Biodiversity Science http://qcbs.ca Un message inquiétant Ces

Plus en détail

T.M. Konlechner 1, M.J. Hilton 1 & S.M. Arens 2 Department of Geography, University of Otago 1, Bureau of Beach & Dune Research 2

T.M. Konlechner 1, M.J. Hilton 1 & S.M. Arens 2 Department of Geography, University of Otago 1, Bureau of Beach & Dune Research 2 DUNE DEVELOPMENT FOLLOWING DELIBERATE DE-VEGETATION DUNE RESTORATION IN THE NETHERLANDS AND NEW ZEALAND DÉVELOPPEMENT DES DUNES AU TRAVERS DU PRÉLÈVEMENT DÉLIBÉRÉ DE LA VÉGÉTATION RESTAURATION DES DUNES

Plus en détail

Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire. Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr

Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire. Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr Biodiversité : - les écosystèmes - les espèces - les gènes Taxonomie : Description des unités taxonomiques Classification

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Philippe CLERGEAU Muséum National d Histoire Naturelle Journée Adaptation aux Changements Climatiques et Trames Vertes

Plus en détail

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC UNEP WCMC Outils, données et approches pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC Plan de la présentation: ti Présentation du PNUE WCMC et du programme Changement Climatique & Biodiversité

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr

Samuel Decout, Sandra Luque. Sandra.luque@cemagref.fr !""#$%&'()*+,-#,'((.'(&),#/#%&)0/1$*(.'("/+%&0(.2&/3)+/+('*(4/5'6#(.'(7/(%$**'%15)+,(8(( 9)7)'6:($65'#+0('+(9)7)'6:(4$#'01'#0( ( (!"#$%&#'"#(%#)*"+,-.(("#*,-&&"#"+#/&0*"# Samuel Decout, Sandra Luque Sandra.luque@cemagref.fr

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Approche systémique des pêches Boulogne-sur sur-mer 2008 Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Pierre Petitgas (1), M. Huret (1), B. Planque

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique

Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique 34 Annexe 1- Définitions du concept d aménagement écosystémique Les visions de l aménagement écosystémique sont multiples. Plusieurs auteurs recensent une série de définitions afin de formuler la leur

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER R. LAE F. BACHIRI A. BEN MHAMED J. BONCOEUR J.M. ECOUTIN J. HABASQUE L. TIT0 DE MORAIS J.Y. WEIGEL

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

«l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives»

«l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives» «l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives» Le point de vue de la Commission Européenne Guido Castellano AGRI L.4. Évaluation des mesures applicables au secteur agricole;

Plus en détail

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Université des Sciences et Techniques du Languedoc Stage de Master Parcours : Fonctionnement des Ecosystèmes Naturels Et Cultivés Réalisé

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Comptes des changements de la biodiversité des systèmes et des espèces

Comptes des changements de la biodiversité des systèmes et des espèces ATELIER INFRAREGIONAL POUR LA REGION DE L AFRIQUE DE L OUEST SUBSAHARIENNE SUR L ÉVALUATION ET LES MESURES INCITATIVES Ouagadougou, Burkina Faso, 14 17 Mai 2013 COMPTABILITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET DES ÉCOSYSTÈMES

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Patricia Heuzé et François Klein Contexte de l étude Depuis une cinquantaine

Plus en détail

TEST DE MONTE CARLO DE DETECTION DE MODIFICATIONS CLIMATIQUES

TEST DE MONTE CARLO DE DETECTION DE MODIFICATIONS CLIMATIQUES TEST DE MONTE CARLO DE DETECTION DE MODIFICATIONS CLIMATIQUES Jean-Cléophas ONDO (*) (*) Institut Sous-régional de Statistique et d Economie Appliquée (ISSEA) Résumé Les procédures couramment utilisées

Plus en détail

ACADEMIE DE BESANCON UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE

ACADEMIE DE BESANCON UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE ACADEMIE DE BESANCON UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE THESE DE DOCTORAT Présentée en vue de l obtention du grade de Docteur de l Université de Franche-Comté Spécialité : Sciences de la Vie et de l Environnement

Plus en détail

Effet du paysage sur la diversité des espèces généralistes et spécialistes

Effet du paysage sur la diversité des espèces généralistes et spécialistes Master 2 Ecologie Fonctionnelle, Comportementale et Evolutive Ecole doctorale Vie-Agro-Santé Université de Rennes 1 2009 2010 Rapport bibliographique Effet du paysage sur la diversité des espèces généralistes

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Les carabes : un modèle biologique pour les continuités écologiques. Le Roux Vincent, Martin Ludmilla, Decocq Guillaume, Closset-Kopp Déborah

Les carabes : un modèle biologique pour les continuités écologiques. Le Roux Vincent, Martin Ludmilla, Decocq Guillaume, Closset-Kopp Déborah Les carabes : un modèle biologique pour les continuités écologiques Le Roux Vincent, Martin Ludmilla, Decocq Guillaume, Closset-Kopp Déborah DIVA 3 «Continuités écologiques dans les territoires ruraux

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine Contexte d étude et méthode Évaluation de la qualité de vie quotidienne Échelle du quartier, prise en compte du déplacement

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2.1. Principes du rapportage A l Article 17, la Directive Habitats prévoit que les États Membres établissent tous les 6 ans un rapport sur l'application

Plus en détail

TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM

TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM TerrOïko : JEU en collaboration avec la SEEM Journée EcoInnovation et Biodiversité 21 mai 2014 - Contact: Catherine de Roincé, catherine.deroince@terroiko.fr Historique d une start-up issue de la recherche

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Noémie Jess, Rémi Lardellier, Renaud Legal avec la collaboration de Claire Marbot JESF 2013, discutant: Moussa DIENG 5

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Tableaux personnalisés

Tableaux personnalisés Tableaux personnalisés Documentation d aide http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/spip.php?rubrique18 2 SOMMAIRE 1. Choix des résultats à calculer...4 Principe général... 4 Étape 1 : choix d un domaine

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Les suivis écologiques à l'interface entre gestion, information et recherche sur la biodiversité

Les suivis écologiques à l'interface entre gestion, information et recherche sur la biodiversité Les suivis écologiques à l'interface entre gestion, information et recherche sur la biodiversité Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Frédéric GOSSELIN Irstea Nogent sur Vernisson,

Plus en détail

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines?

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Colloque Restauration des bandes riveraines et protection de la qualité de l eau en milieu agricole La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Bérenger

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Villes et Biodiversités. Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Villes et Biodiversités. Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Villes et Biodiversités Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Définitions Un urbanisme écologique c est un aménagement du territoire qui se fait

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES Nathalie GORRETTA MONTEIRO 1 1 UMR Information et Technologies pour les Agro-Procédés, Cemagref Montpellier, France Présentée le 25 Février

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE

Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE Rennes Le 19/02/2013 Evolution de l anadromie chez les lamproies Contexte général Objectifs Méthodologie Etats des connaissances Résultats

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir.

EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir. EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir. Porteur: Cindy E. Morris l équipe MISTRAL UR407 Pathologie Végétale

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

http://archive.org/details/bioindicateurs10364cana

http://archive.org/details/bioindicateurs10364cana Digitized by the Internet Archive in 2012 with funding from Agriculture and Agri-Food Canada - Agriculture et Agroalimentaire Canada http://archive.org/details/bioindicateurs10364cana 1 1*1 Agriculture

Plus en détail

L offre de master orientée «forêt»

L offre de master orientée «forêt» L offre de master orientée «forêt» à AgroParisTech Nancy JD Bontemps, H Wernsdörfer, AgroParisTech - centre de Nancy jdbontemps.agroparistech@gmail.com Holger.wernsdorfer@agroparistech.fr CAQSIS 2014,

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve»

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Gorges de la Loire Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Yv es T hon néri eux : asar ine cou ché e, h ê trai e- Mic ka ël

Plus en détail

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet (Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet Contexte et représentation des diagrammes causaux Contexte Recherche de facteurs de risque d une maladie

Plus en détail

Valorisation et mesures incitatives pour l Afrique de l Ouest subsaharienne Méthodes basées sur la préférence déclarée

Valorisation et mesures incitatives pour l Afrique de l Ouest subsaharienne Méthodes basées sur la préférence déclarée Valorisation et mesures incitatives pour l Afrique de l Ouest subsaharienne Méthodes basées sur la préférence déclarée Eric Mungatana, CEEPA, Départment d Économie agricole, Université de Pretoria 1 Atelier

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables G.M. Saulnier 1, W. Castaing 2 1 Laboratoire EDYTEM (UMR 5204, CNRS, Université de Savoie) 2 TENEVIA (http://www.tenevia.com) Projet

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE OPENSTREETMAP COMME SUJET DE RECHERCHE À L'IGN ET AILLEURS Guillaume Touya COGIT IGN France Journée technique : Cartographie libre et citoyenne PLAN DE LA PRÉSENTATION La qualité des données OSM Etude

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Hamamache Kheddouci Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS UMR 5205 CNRS/INSA de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1/Université

Plus en détail

Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur

Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur «Evaluation Appropriée des Incidences Natura 2000» 03 juillet 2014 1 Evaluation appropriée des incidences Natura 2000 Notre bureau d étude est intervenu

Plus en détail

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES MAGISTÈRE DE PHYSIQUE FONDAMENTALE MASTER DE PHYSIQUE FONDAMENTALE ET APPLIQUÉE M2 - Accélérateurs de Particules et Interaction avec la Matière M2 - Méthodes

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail