ENQUETE NATIONALE AUPRES DES POPULATIONS NON BANCARISEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE NATIONALE AUPRES DES POPULATIONS NON BANCARISEES"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE NATIONALE AUPRES DES POPULATIONS NON BANCARISEES (ENPNB ) RAPPORT D ANALYSE DES RESULTATS décembre 2012

2 EQUIPE DE COORDINATION ET DE REDACTION Statut Prénom(s) NOM Fonction Président M. Abdoulaye GAYE Secrétaire Exécutif Coordinateur M. Papa Seyni THIAM Expert Statisticien Economiste Dr. Aliou DIOP Expert Financier Mme Sophie N. SECK FALL Juriste Rédacteurs M. François Mame Samba NDIAYE Juriste M. Djibril NGOM Juriste M. Papa Seyni THIAM Expert Statisticien Economiste Page 2 / 75

3 Sommaire LISTE DES TABLEAUX... 5 LISTE DES FIGURES... 6 RESUME DES RESULTATS... 8 INTRODUCTION... 9 I. CONTEXTE, JUSTIFICATION, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE I.1. Contexte et justification I.2. Objectifs de l enquête I.3. Méthodologie de l enquête II. PRESENTATION DE LA POPULATION ENQUÊTEE II.1. Répartition des unités enquêtées suivant les régions II.2. Répartition selon l âge, le sexe et la situation matrimoniale II.2.1 Répartition selon l âge II.2.2 Répartition selon le sexe II.2.3 Répartition selon la situation matrimoniale II.3 Répartition selon le niveau d instruction et la catégorie socioprofessionnelle II.4 Répartition selon le secteur d activités II.5 Répartition selon le revenu III. CONNAISSANCE DE L ENVIRONNEMENT DES INSTITUTIONS FINANCIERES III.1 Connaissance des SFD III.1.1 Degré de connaissance des SFD suivant les régions III.1.2 Degré de connaissance des SFD par les enquêtés selon le genre III.1.3 Degré de connaissance des SFD suivant l âge des enquêtés III.1.4 Degré de connaissance des SFD selon le niveau d instruction III.1.5 Degré de connaissance des SFD suivant la catégorie socioprofessionnelle III.1.6 Degré de connaissance des SFD par les enquêtés selon le niveau de revenu III.2 Degré de connaissance des banques III.2.1 Degré de connaissance des banques suivant la région III.2.2 Degré de connaissance des banques selon le genre III.2.3 Degré de connaissance des banques selon l âge III.2.4 Degré de connaissance des banques selon le niveau d instruction des enquêtés III.2.5 Degré de connaissance des banques selon la catégorie socioprofessionnelle III.2.6 Connaissance des banques suivant le niveau de revenu III.3 Etat de connaissance du principe du droit au compte Page 3 / 75

4 III.3.1 Connaissance du droit au compte suivant le genre des enquêtés III.3.2 Connaissance du principe du droit au compte suivant la région III.3.3 Connaissance du principe du droit au compte suivant la situation matrimoniale III.3.4 Connaissance du principe du droit au compte suivant l âge III.3.5 Connaissance du principe du droit au compte selon le secteur d activités III.3.6 Connaissance du principe du droit au compte selon la catégorie socioprofessionnelle III.3.7 Connaissance du principe du droit au compte selon le niveau d instruction III.3.8 Connaissance du principe du droit au compte selon le niveau de revenu III.4 Analyse des causes de non bancarisation déclarées III.4.1 Causes de la non bancarisation identifiées III.4.2 Analyse des demandes d ouverture de compte rejetées IV. CHOIX D UNE INSTITUTION FINANCIERE IV.1. Critères de choix d une institution financière IV.1.1 Critères de choix d une institution financière suivant la région IV.1.2 Critères de choix d une institution financière, selon le genre IV.1.3 Critères de choix d une institution financière, suivant l âge IV.1.4 Critères de choix d une institution financière selon le niveau d instruction IV.1.5 Critères de choix d une institution financière selon le revenu IV.1.6 Critères de choix d une institution financière suivant la catégorie socioprofessionnelle IV.1.7 Critères de choix suivant le type d institution financière IV.1.8 Critères de choix selon le nombre d institutions financières connues IV.2. Choix du type d institution financière dans l éventualité d une ouverture de compte IV.2.1 Choix du type d institution financière suivant la région IV.2.2 Choix du type d institution financière suivant le genre IV.2.3 Choix du type d institution financière suivant l âge IV.2.4 Choix du type d institution financière suivant la situation matrimoniale IV.2.5 Choix du type d institution financière suivant le niveau d instruction IV.2.6 Choix du type d institution financière selon la catégorie socioprofessionnelle IV.2.7 Choix du type d institution financière suivant le secteur d activités IV.2.8 Choix du type d institution financière selon le niveau de revenu V. ENSEIGNEMENTS DE L ENQUETE VI. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS ANNEXES ANNEXE 1 : Questionnaire de l ENPNB ANNEXE 2 : Tableaux complémentaires sur la connaissance des banques et les motifs de non bancarisation Page 4 / 75

5 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Niveau de connaissance des banques selon le niveau d'instruction des enquêtés...68 Tableau 2: Niveau de connaissance des banques suivant la catégorie socioprofessionnelle...69 Tableau 3: Niveau de connaissance des institutions bancaires selon le niveau de revenu...70 Tableau 4: Motifs de non bancarisation selon le secteur d'activités...71 Tableau 5: Motifs de non bancarisation suivant la catégorie socioprofessionnelle...72 Tableau 6: Trois principaux critères déterminant le choix d'une institution financière suivant la région...73 Tableau 7: Critères de choix d'une institution financière suivant le niveau d'instruction...74 Tableau 8: Critères de choix d'une institution financière suivant la catégorie socio professionnelle...75 Page 5 / 75

6 LISTE DES FIGURES Figure 1: Répartition des personnes enquêtées suivant les régions Figure 2: Répartition des personnes interrogées selon l âge Figure 3: Répartition des personnes interrogées selon le sexe Figure 4: Répartition de l'échantillon selon la situation matrimoniale Figure 5: Répartition selon le niveau d'instruction Figure 6: Répartition suivant la catégorie socioprofessionnelle Figure 7: Répartition selon le secteur d'activités Figure 8: Répartition selon le niveau de revenu Figure 9: Nombre de SFD connus Figure 10: Niveau de connaissance des SFD par les personnes interrogées Figure 11: Degré de connaissance des SFD par les enquêtés suivant la typologie et la région Figure 12: Niveau de connaissance des SFD selon le genre Figure 13: Degré de connaissance des SFD suivant l âge Figure 14: Degré de connaissance des SFD selon le niveau d instruction Figure 15: Niveau de connaissance des SFD suivant la catégorie socioprofessionnelle Figure 16: Niveau de connaissance des SFD selon le revenu Figure 17: Répartition des enquêtés suivant le nombre de banques connues Figure 18: Degré de connaissance des banques par les populations rencontrées Figure 19: Répartition des enquêtés suivant le nombre de banques connues et la région Figure 20: Niveau de connaissance des banques selon le genre Figure 21: Degré de connaissance des banques suivant l âge des enquêtés Figure 22: Répartition des enquêtés suivant le nombre de banques connues et la catégorie socioprofessionnelle Figure 23: Nombre de banques connues suivant le niveau de revenu Figure 24: Répartition selon le genre des enquêtés connaissant le droit au compte Figure 25: Niveau de connaissance du principe du droit au compte suivant la région Figure 26: Niveau de connaissance du principe du droit au compte suivant la situation matrimoniale Figure 27: Niveau de connaissance du principe du droit au compte suivant l'âge Figure 28: Niveau de connaissance du principe du droit au compte suivant le secteur d activités Figure 29: Niveau de connaissance du principe du droit au compte suivant la catégorie socioprofessionnelle Figure 30: Niveau de connaissance du principe du droit au compte selon le niveau d'instruction Page 6 / 75

7 Figure 31: Niveau de connaissance du principe du droit au compte selon le niveau de revenu Figure 32: Motifs de non bancarisation selon le genre Figure 33: Motifs de non bancarisation suivant l'âge Figure 34: Motifs de non bancarisation selon la situation matrimoniale Figure 35: Motifs de non bancarisation selon le niveau de revenu Figure 36: Motifs de non bancarisation selon le niveau d instruction Figure 37: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant le genre Figure 38: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant la situation matrimoniale Figure 39: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant l âge Figure 40: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant la région Figure 41: Demandes d ouverture de compte rejetées selon la catégorie socioprofessionnelle Figure 42: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant le niveau d'instruction Figure 43: Demandes d ouverture de compte rejetées suivant le revenu Figure 44: Critères de choix d une institution financière selon le genre Figure 45: Critères de choix d une institution financière selon l âge Figure 46: Critères de choix d une institution financière selon le revenu Figure 47: Critères de choix suivant le type d institution financière Figure 48: Critères de choix selon le nombre de banques connues Figure 49: Critères de choix selon le niveau de connaissance des SFD Figure 50: Choix du type d institution financière suivant la région Figure 51: Type d'institution financière à choisir suivant le genre Figure 52: Type d institution financière à choisir selon l'âge Figure 53: Type d institution financière à choisir suivant la situation matrimoniale Figure 54: Type d institution financière à choisir selon le niveau d instruction Figure 55: Type d institution financière à choisir selon la catégorie socioprofessionnelle Figure 56: Type d institution financière à choisir selon le secteur d'activités Figure 57: Type d institution financière à choisir suivant le revenu Page 7 / 75

8 RESUME DES RESULTATS Les résultats de l enquête ENPNB révèlent pour l essentiel que le faible taux de bancarisation observé au Sénégal n est pas motivé de façon déterminante par une totale méconnaissance de l environnement du secteur financier par les franges de populations opérant en marge du système financier. En effet, outre la Poste, la quasi-totalité des personnes enquêtées ont déclaré connaître au moins une institution financière, soit une proportion de 99,7% pour les SFD et de 98,7% pour les banques. Par contre, les conditions financières exigées à l ouverture d un compte constituent, selon 52,2% des hommes et 62,9% des femmes interrogés, un obstacle majeur au relèvement du taux de bancarisation au Sénégal. Il en est de même pour les frais de tenue de compte et les agios qui sont jugés trop élevés par 34% des personnes enquêtées. Par ailleurs, le sentiment de sécurité de l épargne en dépôt, inspiré au public par l institution financière (6), la possibilité de bénéficier d un crédit (46%) et le besoin d épargner (4) ressortent parmi les principaux déterminants identifiés comme étant de nature à inciter les populations à se bancariser. Page 8 / 75

9 INTRODUCTION Malgré les progrès enregistrés ces dernières années par le secteur bancaire sénégalais, notamment à la faveur de l augmentation sensible du nombre de points de services, qui est passé de 53 en 1998 à 295 en , le faible niveau de bancarisation de l économie nationale constitue encore un obstacle majeur pour la croissance économique et l efficience du système financier. La bancarisation se définit comme le degré de pénétration des services offerts par les banques ou les institutions de microfinance dans une population donnée. Elle est mesurée par un indicateur, appelé «taux de bancarisation», qui traduit la proportion des personnes qui disposent d un compte dans une population. Les dernières statistiques disponibles sur le secteur font état d un taux de bancarisation de 7,4% 2 au Sénégal, légèrement au dessus de celui de la zone UEMOA qui s établit autour de 7%. Ces taux extrêmement faibles, comparativement à ceux observés au Maroc (45%), en Tunisie (6) ou en France (99%), pourraient être expliqués notamment par : - l absence ou le manque de culture financière ; - la méfiance ou le manque de confiance vis-à-vis du système bancaire classique ; - le faible niveau de revenu des populations ; - la prédominance du secteur informel qui privilégie l utilisation de la monnaie fiduciaire au détriment de la monnaie scripturale ; - les difficultés liées aux conditions d ouverture d un compte. Face à cette situation, les autorités de l Union ont initié des actions en vue de promouvoir la bancarisation de l économie. C est ainsi qu elles ont édicté, en 2002, une directive en faveur de la promotion de la bancarisation et de l utilisation des moyens de paiement scripturaux. A cet égard, le Règlement n 15/2002/CM/UEMOA relatif aux systèmes de paiement dans les Etats membres de l Union a institué le principe du droit au compte qui consiste à accorder à toute personne physique ou morale disposant d un revenu régulier d au moins cinquante mille francs ( FCFA), le droit d ouvrir un compte. Cette mesure vise notamment à faciliter l accès des populations à faibles revenus aux services bancaires de base. Par ailleurs, l'article 4 de la loi n du 4 juin 2004 relative à la promotion de la bancarisation et à l utilisation des moyens de paiement scripturaux dispose, notamment, que les salaires des 1 Sources : BCEAO " 2 «Taux hors SFD» relevé en En tenant compte de la contribution des institutions de microfinance, ce taux s établit à 23%. Page 9 / 75

10 fonctionnaires doivent être payés par des moyens scripturaux. Cette loi prévoit plus largement que : «toutes opérations financières portant sur une somme d un montant supérieur ou égal au montant de référence ( FCFA) fixé par instruction de la Banque Centrale entre d une part, les particuliers, entreprises et autres personnes privées et, d autre part, les personnes publiques et parapubliques notamment l Etat, les administrations et les entreprises publiques, doivent être effectuées par chèque ou par virement sur un compte ouvert auprès des services financiers de La Poste ou d une banque». Dans le cadre de la mise en œuvre de la directive susvisée, l Etat du Sénégal a décidé par circulaire primatoriale de domicilier les salaires de ses agents dans les banques. Par ailleurs, la BCEAO a entrepris depuis 2010 une campagne de promotion de la bancarisation et des moyens de paiement scripturaux dans les huit pays membres de l UEMOA. Cette campagne de communication participe de la consolidation des acquis de la réforme des systèmes de paiement, engagée depuis 1999 dans l espace UEMOA. Elle vise notamment à accroitre le nombre des usagers du système bancaire et à promouvoir une véritable démocratisation de l accès aux services bancaires. Toutefois, malgré ces nombreux efforts consentis par les autorités nationales et monétaires, l accès à un compte bancaire reste encore limité pour une importante frange de la population. Or, l ouverture d un compte pourrait constituer un moyen privilégié pour les populations d accéder à d autres produits et services financiers tels que les produits d épargne, les produits d assurance et le crédit. Ces enjeux justifient la réalisation de l Enquête Nationale auprès des Populations Non Bancarisées (ENPNB). Celle-ci a pour principal objectif d analyser les principales causes de la non bancarisation ainsi que les difficultés liées à l ouverture d un compte, d une part et, d autre part, de déceler des critères susceptibles de présider au choix d une institution financière (banque, SFD et Poste). L analyse des résultats issus de cette enquête a permis de formuler des recommandations aussi bien à l endroit des autorités que des institutions financières, visant à contribuer au renforcement de l efficacité des plans d actions disponibles, destinés à relever le taux de bancarisation au Sénégal. Page 10 / 75

11 I. CONTEXTE, JUSTIFICATION, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE I.1. Contexte et justification Le faible taux de bancarisation observé au Sénégal constitue une réelle entrave au développement économique, eu égard au rôle important des institutions financières dans le financement de l économie. En effet, malgré l apport de la microfinance, le taux de bancarisation élargi tourne autour de 2, classant ainsi le Sénégal parmi les pays les moins bancarisés, en dépit des progrès de la réglementation en la matière, notamment de la loi relative à la promotion de la bancarisation et de l utilisation des moyens de paiement scripturaux. Ainsi, les politiques en faveur d une bancarisation de masse, initiées par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO) et l Etat devront être poursuivies et accentuées. En effet, au-delà de son rôle de vecteur essentiel de la croissance économique d ensemble, la fourniture de services financiers aux populations, en particulier aux couches les plus démunies, constitue un moyen efficace de lutte contre la pauvreté. A cet effet, il convient de détecter et d analyser les causes de la faiblesse du taux de bancarisation observée au Sénégal en dépit de la multiplication des points de service, afin de mettre en œuvre toutes les actions jugées pertinentes, en vue de relever sensiblement ce taux pour le porter progressivement au niveau de celui du Maroc ou de la Tunisie. L Enquête Nationale sur les Populations Non Bancarisées (ENPNB), menée au cours de l année 2011, s inscrit dans ce contexte. I.2. Objectifs de l enquête L Enquête Nationale sur les Populations Non Bancarisées (ENPNB) a pour principal objectif de collecter l ensemble des informations pertinentes permettant de mieux comprendre les réticences des populations non bancarisées face à la gamme, de plus en plus élargie, de produits et services financiers. De façon plus spécifique, les résultats de l ENPNB devront permettre de : - décrire le profil des populations non bancarisées ; - apprécier leur connaissance de l environnement financier ; - mieux comprendre les raisons pour lesquelles ces populations ne disposent pas de compte ; - identifier les critères déterminants dans le choix d une institution financière ; - connaître les attentes des personnes non bancarisées vis-à-vis du secteur financier ; - formuler des recommandations allant notamment dans le sens du relèvement du taux de bancarisation. L exploitation des résultats obtenus devrait conduire au renforcement de la politique de Page 11 / 75

12 bancarisation de masse lancée par les autorités, de manière à consolider les bases du système financier et à le rendre plus inclusif. Il ne s agit pas de mettre en place des dispositifs spécifiques, voire temporaires, pour des populations en marge du secteur financier, mais plutôt d élaborer des stratégies visant à les attirer vers le système et à les y maintenir. I.3. Méthodologie de l enquête L enquête a été menée dans les treize (13) régions du Sénégal 3 auprès d un échantillon de de personnes physiques non bancarisées, sous forme d une interview face-à-face réalisée sur la base du questionnaire figurant à l annexe 1. En l absence d une base de sondage des populations non bancarisées, une méthode d échantillonnage non probabiliste a été retenue dans le cadre de cette enquête. Cette méthode a consisté, sur la base d objectifs de réalisation fixés aux enquêteurs pour Dakar et pour les régions, et au gré de leurs déplacements effectués dans le cadre de l Enquête de Satisfaction auprès des Usagers des Systèmes Financiers Décentralisés (ESUSFD), à interroger une série de personnes cibles rencontrées. II. PRESENTATION DE LA POPULATION ENQUÊTEE II.1. Répartition des unités enquêtées suivant les régions Les résultats de l ENPNB font ressortir une prédominance des personnes interrogées dans les régions de Dakar (54%) et Thiès (7,3%). Elles sont suivies de Diourbel (5,5%), Tambacounda (5,2%) et Kaffrine (5,1%). Les régions de Louga (1%) et Matam (1,5%) sont les plus faiblement représentées dans l échantillon. Figure 1: Répartition des personnes enquêtées suivant les régions ST LOUIS 4,3% TAMBACOUNDA 5,2% THIES 7,3% ZIGUINCHOR 3,5% MATAM 1,5% LOUGA 1, KOLDA 3,8% KEDOUGOU 3,6% KAOLACK 3,5% KAFFRINE 5,1% FATICK 1,7% DIOURBEL 5,5% DAKAR 54, LLa région de Sédhiou n a pas été visitée pour des raisons de sécurité. Page 12 / 75

13 II.2. Répartition selon l âge, le sexe et la situation matrimoniale II.2.1 Répartition selon l âge L analyse de la répartition des personnes interrogées suivant leur âge fait ressortir la prédominance de la tranche d âge des ans qui représente 45% de l échantillon. Elle est suivie des tranches d âge ans (20,7%) et ans (20,5%). Avec une proportion de 1,2%, les populations âgées de 65 ans ou plus sont plus faiblement représentées. Figure 2: Répartition des personnes interrogées selon l âge ans 8,9% ans 3,7% 65 ans ou plus 1,2% ans 20,5% ans 20,7% ans 45, II.2.2 Répartition selon le sexe Les résultats de l ENPNB font état d une forte prédominance des hommes qui représentent 76% des personnes interrogées, contre 24% de femmes. Il convient toutefois de signaler que la répartition des populations interrogées suivant le sexe ne présente ici qu un intérêt relatif, car la variable «sexe» n a pas été utilisée dans la définition des quotas. Ce choix se justifie par le fait que cette variable n explique pas outre mesure le phénomène de la non bancarisation qui est principalement lié au revenu des populations, leur localisation géographique et, dans une moindre mesure, leur âge. Page 13 / 75

14 Figure 3: Répartition des personnes interrogées selon le sexe Femme 24, Homme 76, II.2.3 Répartition selon la situation matrimoniale L analyse des résultats de l ENPNB suivant la situation matrimoniale met en évidence une forte proportion de personnes mariées qui constituent plus de la moitié (50,6%) de l échantillon. Sur le reste, il convient de relever la présence non négligeable de célibataires (47,2%). Figure 4: Répartition de l'échantillon selon la situation matrimoniale Divorcés 1,8% Célibataires 47,2% Veufs 0,5% Mariés 50,6% Page 14 / 75

15 II.3 Répartition selon le niveau d instruction et la catégorie socioprofessionnelle L analyse des résultats de l enquête suivant selon le niveau d instruction révèle une prédominance de personnes ayant un niveau d instruction primaire (30,6%), d arabisants (22,7%) et de personnes qui n ont reçu aucun niveau d éducation au plan académique (16,3%). Par contre, la non bancarisation est moins présente chez les enquêtés ayant un niveau d études Bac + 4 (1,) ou supérieur à Bac + 4 (0,8%). Cette situation qui met en exergue une corrélation négative entre le niveau d instruction et la non bancarisation, montre dans une certaine mesure que les analphabètes semblent développer un sentiment de méfiance vis-à-vis des institutions financières et s auto excluent du système bancaire. Ce constat appelle de la part des autorités et des opérateurs la mise en pratique d une politique de communication spécifique, orientée en priorité vers les populations peu ou pas du tout instruites. Figure 5: Répartition selon le niveau d'instruction Arabisant; 22,7% Alphabétisé en langue nationale; 1,3% Aucun; 16,3% Supérieur à BAc+4; 0,8% Bac+4; 1, Bac à Bac+3; 5,2% 2nde à Terminale; 6,4% 6ème à 3ème; 15,8% Primaire; 30,6% En ce qui concerne la catégorie socioprofessionnelle, il est relevé une présence plus marquée des employés (17,1%), suivis des commerçants établis (16,4%). Les mareyeurs (0,1%), les vendeurs de poisson (0,1%), les corps habillés (0,1%) et les retraités (0,2%) sont les moins représentés dans l échantillon. Page 15 / 75

16 Figure 6: Répartition suivant la catégorie socioprofessionnelle 18% 16% 17,1% 16,4% 14% 12% 1 11,6% 8,2% 11, 8,4% 9,4% 8% 6% 4,9% 4,6% 4% 2% 1,3% 2,6% 0,4% 0,9% 0,1% 0,1% 0,1% 2,9% 0,2% II.4 Répartition selon le secteur d activités Selon la répartition basée sur le secteur d activités, c est le Commerce qui enregistre le taux de non bancarisés le plus élevé (35,7%), suivi des Services (27,9%) et de l Artisanat (13,2%). La Pêche qui est faiblement représentée dans l échantillon, constitue de loin le secteur où l on trouve le moins de non bancarisés (0,1%), suivi de l Elevage (0,7%). Figure 7: Répartition selon le secteur d'activités 4 35,7% 35% 3 27,9% 25% 2 15% 1 5% 2,1% 4% 3,4% 13,2% 1,6% 9,4% 2% 0,1% 0,7% Page 16 / 75

17 II.5 Répartition selon le revenu L analyse des résultats de l enquête suivant le revenu mensuel des personnes interrogées montre que 41,6% de non bancarisés disposent d un revenu compris entre et FCFA. Les enquêtés dont le revenu est inférieur à FCFA représentent 25,6%. En revanche, les personnes avec un revenu oscillant entre et FCFA et celles dont le revenu se situe entre et FCFA sont faiblement représentées, avec une proportion de 0,1% chacune. Un faible taux est également observé chez les populations dont le revenu se situe entre et FCFA (0,3%). Figure 8: Répartition selon le niveau de revenu 45% 4 35% 3 25% 2 15% 1 5% 25,6% 41,6% 16,5% 1,4% 0,6% 0,3% 0,1% 0,1% 13,8% III. CONNAISSANCE DE L ENVIRONNEMENT DES INSTITUTIONS FINANCIERES III.1 Connaissance des SFD Globalement, le degré de notoriété des SFD au niveau de l échantillon apparaît très élevé avec 99,7% des personnes non bancarisées rencontrées qui déclarent en connaître au moins un. Parmi celles-ci, 34,6% et 30,7% ont déclaré en connaître respectivement deux (02) et trois (03) SFD. Page 17 / 75

18 Figure 9: Nombre de SFD connus 4 SFD connus; 14,3% 5 SFD connus; 4,9% Aucun SFD connu; 0,3% 1 SFD connu; 15,2% 3 SFD connus; 30,7% 2 SFD connus; 34,6% Ce pourcentage décroit toutefois avec la taille des SFD, les institutions matures étant largement plus connues (85,1%) que celles émergentes (13%) ou isolées (1,9%). En effet, des proportions respectives de 91,4%, 68,1% et 51,7% des personnes interrogées déclarent connaître le CMS, le PAMECAS et l ACEP. Pour les institutions émergentes, ces proportions s établissent respectivement à 4,3%, 2,8%, 2% et 0,8% pour FDEA, MECAP, CAURIE et DJOMEC. Par contre, pour les institutions isolées cet indicateur est très faible. C est le cas principalement de MEC PROPEM (0,1%), de MEC PROTES (0,1%) et de MEC FEPRODES (0,1%). Figure 10: Niveau de connaissance des SFD par les personnes interrogées Page 18 / 75

19 III.1.1 Degré de connaissance des SFD suivant les régions L analyse croisée du degré de connaissance des SFD suivant les régions d habitation fait ressortir que les institutions matures sont dans l ensemble mieux connues. Cette situation s explique en grande partie par le fait que cette catégorie de SFD dispose d un large réseau de points de services couvrant tout le territoire. Les proportions les plus élevées de personnes informées sont observées dans les régions de Kédougou (98,9%), Tambacounda (97,6%) et Diourbel (97,4%). Concernant les institutions émergentes, les proportions les plus significatives sont enregistrées dans les régions de Dakar (17,6%), Kaffrine (11,7%) et Ziguinchor (10,5%). Les institutions isolées sont globalement très peu connues, soit dans des proportions qui ne dépassent pas 9% ou qui sont nuls pour la majorité des régions dont Thiès, Kédougou, Kaolack et Diourbel. Figure 11: Degré de connaissance des SFD par les enquêtés suivant la typologie et la région ZIGUINCHOR 88,7% 10,5% 0,8% THIES 93,5% 6,5% KEDOUGOU TAMBACOUN SAINT LOUIS MATAM LOUGA KOLDA KAOLACK KAFFRINE FATICK DIOURBEL DAKAR 98,9% 97,6% 87,2% 95,1% 91,1% 91,4% 94,5% 86,9% 90,4% 97,4% 80, 1,1% 2,4% 5,6% 7,2% 4,9% 0, 8,9% 8,6% 5,5% 11,7% 1,4% 7,7% 1,9% 2,6% 17,6% 2,4% Institutions Matures Institutions Emergentes Institutions Isolées III.1.2 Degré de connaissance des SFD par les enquêtés selon le genre Les résultats de l enquête révèlent que le genre de la personne enquêtée a un lien très faible avec son niveau d information sur les SFD. En moyenne 85,5% des hommes interrogés déclarent connaitre les trois (03) grands réseaux (CMS, PAMECAS et ACEP). Cette moyenne s établit au niveau tout aussi appréciable de 83,8% chez les femmes. S agissant des institutions émergentes et isolées, ces proportions sont légèrement plus faibles chez les hommes (12,5% et 1,9%) que chez les femmes (14,2 et 2%). Page 19 / 75

20 Figure 12: Niveau de connaissance des SFD selon le genre ,5% 83,8% ,5% 14,2% 1 1,9% 2, Institutions Matures Institutions Emergentes Institutions Isolées Homme Femme III.1.3 Degré de connaissance des SFD suivant l âge des enquêtés Il existe manifestement chez les populations non bancarisées, un lien entre l âge et le niveau d information sur les institutions financières. Concernant les institutions matures, ce niveau croit avec l âge à partir de la tranche des ans. En effet, il passe de 83,9% pour cette tranche d âge à 95,1% pour les personnes âgées de plus de 65 ans. S agissant des institutions émergentes, la tendance est inversée avec des proportions qui passent de 13,8% à 4,9%. Quant aux institutions isolées, leur visibilité auprès de la population ciblée est très faible, aucune personne âgée de plus de 65 ans n ayant déclaré les connaître. Pour les autres classes d âge, l indicateur ne dépasse pas 2,5%. Figure 13: Degré de connaissance des SFD suivant l âge 65 ans ou plus 95,1% 4,9% ans 90,5% 8,8% ans 86,8% 11, ans 86,4% 12,4% ans 83,9% 13,8% ans 84,4% 13,5% Institutions Matures Institutions Emergentes Institutions Isolées Page 20 / 75

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES BANCAIRES

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES BANCAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple - Un but - Une Foi ----------------- PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI TEHERAN 15-17 AVRIL 2013 Présenté par

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE MARDI 22 OCTOBRE 2013

CONFERENCE DE PRESSE MARDI 22 OCTOBRE 2013 22 et 23 novembre 2013 CONFERENCE DE PRESSE MARDI 22 OCTOBRE 2013 «Le comportement d épargne des français et des investisseurs actifs & leur perception des dispositifs visant à promouvoir le financement

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

«Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients»

«Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients» «Diagnostic sur la protection des consommateurs des services de microfinance au Sénégal : Enquête auprès des clients» Rapport final Octobre 2011 Elizabeth Holmes Jules Ndambu Frankfurt School of Finance

Plus en détail

La mise en place de la complémentaire santé obligatoire

La mise en place de la complémentaire santé obligatoire La mise en place de la complémentaire santé obligatoire Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 78 94 90 00 Fax

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB POUR LA PREPARATION DU DIPLOME D ETUDES SUPERIEURES BANCAIRES ET

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA

VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA L accélération de la croissance économique requiert, en complément à la mise en œuvre de réformes et politiques de

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE. www.ipres.

Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE. www.ipres. Au coeur de la solidarité sociale INSTITUTION DE PREVOYANCE RETRAITE DU SENEGAL LES GUIDES DE L IPRES MEMO DU RETRAITE www.ipres.sn Infos pratiques Pour bénéficier d un paiement à domicile Vous devez Fournir

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC

IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC Résultats de l Enquête de 2013 Résumé exécutif B.Hamdouch et M.Mghari 1 Pour le Ministère Chargé des Marocains Résidant à l Etranger

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

REFERENCES PROFESSIONNELLES

REFERENCES PROFESSIONNELLES Expertise Microfinance LOUGA/MONTAGNE NORD, IMMMEUBLE IBRA NDIAYE TEL: 77 569 39 09/77 560 29 54 Mail : ascodevlg@gmail.com /ascodev@orange.sn REFERENCES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES SERVICES DE LA

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS La période récente a été marquée au Sénégal par des perturbations importantes dans la distribution

Plus en détail

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA SOMMAIRE > I OBJECTIF > II GENESE > III FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF DE LA CIP > IV PRODUITS REALISES ET UTILISATIONS

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES

POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES République du Sénégal Un peuple un but une foi POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES février 2012 1 Introduction A l instar des autres pays du monde, le Sénégal s est engagé depuis quelques années dans

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Bancarisation de l'économie, comportement des banques et contribution au développement economique.. Dr. Farid YAICI+ M.

Bancarisation de l'économie, comportement des banques et contribution au développement economique.. Dr. Farid YAICI+ M. BANCARISATION DE L ECONOMIE, COMPORTEMENT DES BANQUES ET CONTRIBUTION AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE. Etude des banques de la wilaya de Béjaïa au moyen d une enquête par questionnaire. Dr. Farid YAICI* M.chid

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Les arnaques sur Internet

Les arnaques sur Internet Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur général-adjoint (jerome.sainte-marie@csa.eu) Yves-Marie CANN Directeur d études (yves-marie.cann@csa.eu) Nicolas FERT Chargé d études

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Rapport d étude 7 novembre 2005 Contacts TNS SOFRES : Florence de MARIEN 01.40.92.45.59 Benjamine DUROUCHOUX 01.40.92.45.14 BDX R_42GV07_01 Département

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Contrairement à une formation classique, le dispositif

Contrairement à une formation classique, le dispositif Repères HORS SERIE EMPLOI FORMATION n 21 - Juillet 2014 Les parcours VAE en Haute-Normandie Contrairement à une formation classique, le dispositif de la Validation des Acquis de l Expérience offre des

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail