I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers de la thyroïde

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers de la thyroïde"

Transcription

1 I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers de la thyroïde

2 Les cancers de la thyroïde Environ nouveaux cas de cancers de la thyroïde sont découverts chaque année en France. Le cancer de la thyroïde est considéré comme un cancer rare : il représente environ 1% des cancers survenant dans la population générale en France. La mortalité liée à ce cancer est faible car celui-ci se soigne bien. Le nombre de nouveaux cas qui apparaissent chaque année (ou incidence annuelle) est estimé à 1 à 2 par million d enfants, et à 45 par million d adultes. Depuis une vingtaine d années, on observe une augmentation de leur fréquence, davantage chez les femmes (+ 4.8 % par an) que chez les hommes (+ 2.9 % par an), mais également une diminution de leur mortalité (environ 430 décès par an) grâce au dépistage de ces tumeurs à un stade de plus en plus précoce. Glande thyroïde Trachée Qu'est-ce que la glande thyroïde? La glande* thyroïde est une glande endocrine, ce qui signifie qu'elle sécrète des hormones*. Elle est située à la base du cou, en avant de la trachée et en dessous du larynx. Elle est formée de deux lobes réunis par un isthme. Chez l'adulte, son poids est de 15 à 20 grammes. * cf glossaire p. 11 1

3 Elle est constituée de deux types de cellules : > les cellules vésiculaires qui constituent la plus grande partie des cellules. Ces cellules sécrètent les hormones thyroïdiennes qui sont riches en iode, la thyroxine (ou T4) et la triiodothyronine (ou T3). Pour cette production d'hormones, la thyroïde concentre l'iode du sang ; l'iode va alors être incorporé dans la thyroglobuline, protéine qui n'est produite que par la thyroïde, et qui permet la formation des hormones thyroïdiennes. La formation de ces hormones est contrôlée par une hormone hypophysaire, la thyréostimuline ou TSH. La TSH stimule aussi la multiplication des cellules thyroïdiennes normales ou tumorales. Schématiquement, les hormones thyroïdiennes règlent le niveau de fonctionnement des organes. Ainsi, une insuffisance de production provoque un ralentissement de ces fonctionnements, avec lenteur psychique, frilosité, constipation, ralentissement du rythme cardiaque ; un excès de production provoque les phénomènes inverses : sueurs, diarrhée, amaigrissement, nervosité, accélération du rythme cardiaque et palpitations. > les cellules C sécrètent la calcitonine, hormone tout à fait différente des précédentes, qui intervient dans l'équilibre du calcium dans l'organisme. Les cancers de la thyroïde La plupart des tumeurs de la thyroïde dérivent des cellules vésiculaires. Environ 95 % de ces tumeurs sont bénignes et 5 % seulement s avèrent être des cancers, dont on distingue plusieurs types : > Le cancer (ou carcinome) papillaire : c est le plus fréquent (60 à 70 %) de tous les cancers thyroïdiens. Les cellules des cancers papillaires conservent une 2

4 structure glandulaire et certaines propriétés des cellules vésiculaires normales, notamment la fixation de l iode et la production de la thyroglobuline. Ces cancers sont qualifiés de «différenciés». Ils surviennent chez des adultes jeunes, plus souvent des femmes que des hommes (dans un rapport de 2 pour 1). Leur évolution après traitement initial est généralement favorable ; les métastases* à distance sont rares. > Le cancer folliculaire (ou vésiculaire) représente environ 15 % de l ensemble des cancers de la thyroïde. Il touche des sujets plus âgés que le cancer papillaire ; il métastase davantage que le cancer papillaire, mais son pronostic est globalement bon. > Le cancer anaplasique survient surtout chez la personne âgée. Il se traduit par une augmentation rapide et douloureuse de la thyroïde. C est un cancer rare (moins de 5% des cancers de la thyroïde) dont l évolution est plus grave. > Le cancer médullaire représente 5% des cancers de la thyroïde ; il peut survenir à tous les âges. Des formes familiales existent. C est un cancer qui se développe à partir des cellules C de la thyroïde. Lorsque les cellules cancéreuses ont perdu les caractéristiques des cellules normales, on parle de cancer peu différencié et lorsque cette perte est totale de cancer indifférencié ou anaplasique. Quelles sont les causes des cancers de la thyroïde? La seule cause connue est l'irradiation de la thyroïde pendant l'enfance, soit lors d'une irradiation externe effectuée pour traiter une autre maladie, soit lors d'une contamination par de l'iode radioactif. Les études effectuées ont montré que seuls les enfants de * cf glossaire p. 11 3

5 moins de 15 ans sont sensibles à l'action cancérigène des radiations sur la thyroïde, et chez ces enfants le risque est d'autant plus grand que la dose d'irradiation a été plus forte ; ce risque n'est pas démontré pour des doses d'irradiation inférieures à 100mGy*, ce qui correspond à une irradiation de la thyroïde bien supérieure à celle provoquée par des examens radiologiques ou scintigraphiques. La contamination liée à l'accident de Tchernobyl en 1986 a provoqué une augmentation importante de l'incidence des cancers de la thyroïde chez les enfants contaminés de Biélorussie, d'ukraine et de Russie, et dont la thyroïde avait reçu des doses de l'ordre de 1 Gy ; en revanche, en France, la contamination a été beaucoup plus faible (la dose d'irradiation de la thyroïde a été au maximum égale à 10mGy), et aucun effet sur la santé ne lui est actuellement attribué ; cependant, des études épidémiologiques sont encore en cours. Entre 3 % et 5 % des patients atteints de cancer de la thyroïde ont un apparenté atteint lui-même d'un cancer de la thyroïde. La survenue d'un cancer de la thyroïde dans la famille peut être liée à des facteurs génétiques prédisposants ou à des facteurs d'environnement, notamment alimentaires, carence en iode par exemple. L'intégrité de la glande thyroïde chez les apparentés peut être vérifiée par un simple examen clinique. Quels sont les signes révélateurs d'un cancer de la thyroïde? Il s'agit le plus souvent de la découverte, par la simple palpation, d'un nodule* à la partie inférieure du cou, qui est mobile lors des mouvements de déglutition. En général, ce nodule ne provoque aucune gêne. * cf glossaire p. 11 4

6 Plus rarement, c'est la découverte d'un ganglion (ou adénopathie) au niveau du cou, l'augmentation de volume d'un goitre déjà connu ou la modification de la voix qui attirent l'attention. Encore plus rarement, c est une métastase à distance qui fera découvrir le cancer thyroïdien. L'un ou l'autre de ces symptômes doit conduire à consulter son médecin. Celui-ci confirmera l'origine thyroïdienne du nodule par l'examen clinique, et orientera le patient vers un spécialiste. De plus en plus souvent, le nodule est découvert lors d'un examen pratiqué pour d'autres raisons tel une échographie cervicale, un examen Doppler, un examen scanographique. Comment se fait le diagnostic? L examen clinique (palpation) et des examens sanguins (dosage de la thyréostimuline et de la calcitonine) peuvent être fortement évocateurs du diagnostic de cancer de la thyroïde. Plusieurs examens complémentaires sont pratiqués pour établir le diagnostic, en particulier : > L'examen échographique : il permet de mesurer le nodule et de déterminer sa nature, solide, liquide ou mixte (avec des parties liquides et des parties solides). On appelle kystes les nodules totalement liquidiens. La ponction permet d'affaisser un kyste et d'en examiner le liquide, mais un grand nombre de kystes se reforment après ponction. > La scintigraphie* de la thyroïde consiste à injecter un isotope* radioactif (Technetium 99 ou iode 123) et à étudier sa fixation par le nodule. Ainsi, elle précise si le nodule est peu fixant (ou froid) ou au contraire hyperfixant (ou chaud). * cf glossaire p. 11 5

7 Les cancers sont des nodules solides ou mixtes en échographie et froids en scintigraphie, mais la majorité des nodules bénins ont également ces caractéristiques. Aussi, même parmi ces nodules, seuls 10 % sont des cancers. Les nodules chauds sont bénins ; leur risque est de provoquer une hyperthyroïdie en raison d une hypersécrétion hormones thyroïdiennes. > En fait, l'examen-clé pour le diagnostic est la ponction à l'aiguille fine avec examen cytologique du produit de la ponction. Il s'agit d'un examen indolore qui se fait sans anesthésie, en consultation. Trois résultats sont possibles :. bénin : le risque de cancer est très faible, une surveillance est suffisante ;. suspect : le risque de cancer est de 20 % environ ;. malin : le risque de cancer est alors élevé, supérieur à 95 %. La chirurgie est indiquée en cas de cytologie* maligne ou suspecte, et en cas de nodule de grandes dimensions ou augmentant de volume, ceci quel que soit le résultat de la cytologie. Environ 20 % des prélèvements sont ininterprétables, ce qui peut conduire soit à répéter la cytoponction quelques mois plus tard, soit à envisager une intervention chirurgicale. Les nodules de moins de un centimètre de diamètre, découverts fortuitement par exemple lors d'une échographie cervicale, sont très fréquents, étant mis en évidence chez plus de la moitié des femmes âgées de plus de 50 ans. Dans ces cas, le conseil habituel est une simple surveillance avec un contrôle échographique 6 mois plus tard. * cf glossaire p. 11 6

8 Quels sont les traitements? > La chirurgie constitue toujours la première étape thérapeutique et permet de confirmer le diagnostic. Elle consiste en une thyroïdectomie totale (ablation de toute la glande thyroïde), associée à l'ablation des chaînes ganglionnaires situées autour de la glande thyroïde, et notamment le long de la trachée. Les complications de la chirurgie sont peu fréquentes. Il s'agit essentiellement de paralysie d'une corde vocale (responsable d'une voix rauque), ou d'une hypoparathyroïdie* responsable d'une hypocalcémie*, qui sont en général réversibles. Les autres complications sont celles de tout acte chirurgical (infection et problèmes de cicatrisation). > Le traitement par l'iode radioactif (iode 131) permet de détruire le tissu thyroïdien restant, en irradiant de manière très sélective les cellules thyroïdiennes, ce qui facilite la surveillance ultérieure. Il est donc indiqué lorsqu'il existe un risque significatif de rechute. Il est effectué un mois après la chirurgie, période pendant laquelle le patient ne doit prendre aucun traitement hormonal thyroïdien. Il nécessite, pour des raisons de radioprotection, une hospitalisation pendant 3 à 5 jours ; il est en général très bien supporté. Aucune conséquence cancérigène ou génétique n'a été mise en évidence. > A la suite de ce traitement, un traitement par hormone thyroïdienne (thyroxine) est prescrit à vie. Ce traitement permet de compenser l'absence de thyroïde et de maintenir le taux de TSH (hormone hypophysaire stimulatrice de la thyroïde) à une valeur basse, ce qui évite de stimuler la croissance d'éventuelles cellules tumorales résiduelles et réduit ainsi le risque de rechute. Ce traitement doit être pris le matin à jeun, très régulièrement. * cf glossaire p. 11 7

9 La dose de thyroxine doit parfois être ajustée en fonction de sa tolérance et des dosages sanguins. > Les indications de la radiothérapie externe sont peu fréquentes, et celles de la chimiothérapie sont exceptionnelles. Quel est le pronostic? Il est globalement bon. > Dans plus de 85 % des cas, lorsqu'il s'agit d'un sujet jeune, porteur d'une tumeur localisée et d'histologie bien différenciée*, on pourra parler pratiquement de guérison, bien que la surveillance régulière doive être poursuivie toute la vie. > Par contre, en cas de tumeurs volumineuses, avec extension locale importante et dont l'histologie est peu différenciée*, il existe un risque non négligeable d'évolution ultérieure. Ces formes sont plus fréquentes chez les sujets âgés. Les rechutes cervicales surviennent chez 15 à 20 % des patients, notamment en cas de grosse tumeur. La majorité peut être traitée et guérie. Les métastases à distance surviennent chez 10 % des patients ; un grand nombre peut être traité par la chirurgie, l'iode 131 ou la radiothérapie externe, avec des résultats favorables. Bien évidemment, ces chiffres sont donnés à titre indicatif, chaque cas étant particulier. * cf glossaire p. 11 8

10 Quel est le suivi après le traitement initial? Le suivi a deux objectifs : 1. contrôler le traitement par les hormones thyroïdiennes (thyroxine) 2. dépister précocement les rechutes. Le contrôle du traitement par thyroxine est clinique (recherche de signes d'intolérance notamment une modification du poids et de l'appétit, une nervosité, des insomnies, des palpitations, des sueurs) et biologique (dosage de la TSH). Ce contrôle est effectué 2 à 3 mois après le début du traitement, puis une fois par an. Le dépistage des rechutes locales repose sur la palpation du cou, et en cas de doute sur l'échographie cervicale. Pour repérer une éventuelle rechute, le dosage de la thyroglobuline dans le sang est un moyen précieux. La thyroglobuline est une protéine qui n'est produite que par le tissu thyroïdien ; après l'ablation complète de la thyroïde son taux doit être indécelable, et toute présence de thyroglobuline traduit l'existence de tissu cancéreux. La stimulation par la TSH augmente la sensibilité du dosage de la thyroglobuline pour le dépistage des foyers néoplasiques*. L'examen scintigraphique du corps entier à l'iode 131 permet de visualiser les éventuels foyers tumoraux qui fixent cet isotope radioactif. Cet examen est pratiqué après stimulation par la TSH : il est nécessaire de suspendre momentanément le traitement par hormone thyroïdienne, ce qui a l'inconvénient d'induire une hypothyroïdie qui est souvent mal tolérée. Actuellement, cet inconvénient peut être évité grâce à l'utilisation d'une forme de TSH obtenue par génie génétique* : la TSH recombinante humaine (Thyrogen) administrée par injections intramusculaires, * cf glossaire p. 11 9

11 ce qui permet de ne pas arrêter le traitement par hormones thyroïdiennes et ainsi améliore la qualité de vie de ces patients. Ce bilan après stimulation par la TSH est pratiqué 6 à 12 mois après le traitement initial. En l'absence d'anomalie décelable, la surveillance ultérieure est annuelle, alors que le patient est sous thyroxine, et doit être poursuivie toute la vie. Brochure rédigée par le Pr Martin Schlumberger, service de médecine nucléaire et de cancérologie endocrinienne, Institut Gustave Roussy, Villejuif. Septembre Mise à jour février

12 Glossaire Cellule différenciée : cellule qui a acquis des caractères qui lui permettent d'assurer ses fonctions (par exemple : les cellules glandulaires, ou osseuses, ou cutanées, etc. ont chacune des caractères propres). Les cellules différenciées ne se divisent plus. En général, une tumeur à cellules différenciées croît plus lentement qu'une tumeur dont les cellules sont indifférenciées. Cytologie : ensemble des méthodes d'étude des cellules. L'examen cytologique permet de mieux apprécier les détails des cellules. Génie génétique : manipulation des gènes permettant la formation de nouvelles combinaisons de matériel héritable, de manière à obtenir leur incorporation dans un organisme hôte. Cette méthode permet de produire des substances qui seront recueillies et purifiées (de nombreux médicaments sont ainsi produits, tels l'insuline ou d'autres hormones). Glande : organe sécrétant des hormones délivrées dans le sang circulant (ex. : thyroïde, hypophyse, ovaire...). Gy = gray : unité utilisée en radiothérapie pour mesurer l'énergie délivrée par les rayons et absorbée dans les tissus cibles. 1mGy = 1 millième de gray. Hormone : substance sécrétée par les cellules glandulaires (ex. : hormone thyroïdienne, estrogènes, progestérone, etc.). 11

13 Hypocalcémie : abaissement du taux de calcium dans le sang. Hypoparathyroïdie : diminution du fonctionnement des glandes parathyroïdes qui régulent le métabolisme du calcium et est donc responsable d'une hypocalcémie. Isotope : élément instable qui en se désintégrant émet un rayonnement (ex. : cobalt, iode 131). Métastase : greffe de cellules cancéreuses parties d'une tumeur dite primaire (telle le cancer de la thyroïde). Ces métastases sont des tumeurs dites secondaires. Elles peuvent siéger dans divers endroits du corps (foie, poumons, os, cerveau, etc.). Néoplasique : cancéreux. Nodule : noyau palpable. Scintigraphie : technique d'imagerie utilisant une substance radioactive qui permet de visualiser une lésion (particulièrement utilisée pour étudier la thyroïde ou les os). 12

14 Le cancer Le cancer se caractérise par un développement anarchique et ininterrompu de cellules anormales dans l'organisme qui aboutit à la formation d'une tumeur ou grosseur. Cette population de cellules agresse et détruit l'organe dans lequel elle est implantée et peut migrer dans d'autres parties du corps (on parle alors de métastases). Si la prolifération n'est pas stoppée, le cancer se généralise plus ou moins rapidement. Quelques chiffres En France, le cancer est la seconde cause de mortalité après les maladies cardio-vasculaires et plus de décès lui sont imputables chaque année. C'est la première cause de décès prématuré (avant 65 ans) et la première cause de mortalité chez l'homme. Plus nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année. Actuellement, un cancer sur deux en moyenne (toutes localisations confondues) peut être guéri. Le cancer n'est pas contagieux. Le cancer n'est pas héréditaire, sauf dans de très rares cas, mais il existe des terrains (prédispositions familiales) qui fragilisent le sujet vis-à-vis des facteurs toxiques, notamment ceux liés au mode de vie, qui peuvent le favoriser. Environ 70 % des cancers (plus de 85 % des cancers du poumon) sont attribuables à des modes de vie et aux comportements. La prévention et le dépistage sont donc essentiels. Le rôle du médecin Le médecin généraliste a un rôle fondamental dans les stratégies de prévention et de dépistage. N'hésitez pas à le consulter. Il est là pour vous informer sur les facteurs de risque, les moyens de dépistage et de prévention. En général, plus un cancer sera décelé tôt, plus vite il sera soigné et aura des chances de guérir. 13

15 Prévention et dépistage La prévention des cancers tend à diminuer ou supprimer l'exposition à des " facteurs de risque ". Les actions de prévention ont souvent un caractère éducatif et collectif comme par exemple la lutte contre le tabagisme, l'alcoolisme, l exposition solaire, les expositions professionnelles... Le dépistage consiste à détecter des lésions précancéreuses ou cancéreuses à un stade très précoce, avant même que le patient n'en ressente les premiers symptômes. Par exemple, le cancer du sein peut être dépisté au moyen d'examens tels que la mammographie ; le cancer du col de l'utérus par le frottis cervical. Plus le diagnostic est précoce, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont grandes. Les connaissances s'améliorent en permanence, il faut donc s'informer régulièrement auprès d'un médecin, en consultant des brochures, le site ou Cancer Info Service, sur les facteurs de risque, les examens à pratiquer, les signes d'alarme qui peuvent révéler la maladie. Les signes d alarme 1. La peau : apparition ou modification de forme, de couleur, d'épaisseur d'un grain de beauté ou d'une tache ocrée. 2. Changements dans le fonctionnement des intestins (constipation, diarrhée) ou de la vessie (fréquente envie d'uriner). 3. Persistance d'une voix enrouée ou de toux. 4. Troubles permanents pour avaler de la nourriture. 5. Une enflure ou une boule non douloureuse et qui ne disparaît pas (dans le sein, au cou, dans l'aine, dans les testicules). 6. Apparition de sang dans les urines, les selles, en dehors des règles chez les femmes. 7. Perte de poids, anémie, fatigue inhabituelle.

16 Qu est-ce que la Ligue nationale contre le cancer? Créée en 1918, la Ligue nationale contre le cancer est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d'utilité publique. Elle est une ONG indépendante reposant sur la générosité du public et sur l engagement de ses militants. Forte de ses adhérents, la Ligue est un mouvement populaire organisé en une fédération de 103 Comités départementaux qui ensemble, luttent dans trois directions : la recherche médicale, l information - la prévention - le dépistage et les actions pour les malades et leurs proches. LA RECHERCHE MÉDICALE La Ligue est le premier financeur associatif de la recherche sur le cancer en France. Cette dernière s'organise autour de différents pôles : la recherche fondamentale, la recherche clinique (amélioration des traitements) et la recherche épidémiologique (étude des facteurs de risque pour l'amélioration des conditions de prévention et de dépistage). Elle est pilotée en toute indépendance et transparence par un conseil scientifique national et des conseils scientifiques régionaux et départementaux. En labellisant des équipes rigoureusement sélectionnées pour leur excellence par des commissions d expertise, la Ligue assure le financement de programmes de recherche et suscite des avancées très importantes dans le traitement et la qualité de vie des malades. L INFORMATION, LA PRÉVENTION ET LE DÉPISTAGE L'objectif est triple. Sensibiliser chacun au danger de certaines pratiques (consommation de tabac et d'alcool, exposition prolongée au soleil, etc.), alerter sur les facteurs de risque, communiquer sur les avantages du dépistage précoce et informer sur l'identification de certains symptômes. Pour répondre aux publics concernés, de nombreux moyens de communication sont régulièrement actualisés et disponibles au siège de la Ligue ou auprès des Comités départementaux. 15

17 LES ACTIONS POUR LES PERSONNES MALADES ET LEURS PROCHES Les Comités de la Ligue apportent leurs soutiens matériel et financier, moral et psychologique aux personnes malades, aux anciens malades et à leurs proches. En organisant, en 1998, en 2000 et en 2004 en présence du Président de la République, les Etats Généraux des malades atteints du cancer et de leur proches, la Ligue a donné une très forte impulsion pour que les malades soient mieux pris en charge. En leur donnant la parole, la Ligue a mis en lumière, pris en compte et traduit en actes leurs attentes et leurs besoins pour l'amélioration de la qualité des soins et de la qualité de vie. Pour ce faire des groupes de parole ont été institués afin de répondre à un besoin formulé par les personnes malades et leurs proches. Enfin, pour soutenir et rompre l isolement de ces derniers, la Ligue leur dédie un espace d information avec le journal De proche en proches. AU C UR DE LA SOCIÉTÉ Parce que le cancer est un problème de santé mais aussi une question de société, la Ligue intervient en communiquant activement sur la nécessité de modifier image sociale du cancer. Par le biais de son Ecole de formation, la Ligue facilite engagement militant en s appuyant sur des connaissances validées. est aussi parce que la Ligue nationale contre le cancer est un acteur reconnu qu elle développe, gère et coordonne le numéro de téléphone Cancer Info Service ( ). «Contre le cancer, nous avons tous un rôle à jouer!» 16

18 Notes :

19 18

20 Web : ligue-cancer83.net

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE INFOS PATIENTS La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE Ill C V j DIRCOM i 2010 La glande thyroïde est située dans la partie basse du cou, en dessous du larynx. Elle est formée de deux lobes

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N

Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais aussi les plus guérissables. Ils peuvent se révéler sous deux formes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Cancer. de la. Thyroïde

Cancer. de la. Thyroïde Le Cancer de la Thyroïde N Sommaire 3 Introduction A L EXAMEN DE LA THYROÏDE 4 Comment fonctionne la thyroïde 6 Les instruments du diagnostic B LE TRAITEMENT DU CANCER DE LA THYROÏDE 8 Nodules et cancers

Plus en détail

Les cancers de la thyroïde

Les cancers de la thyroïde INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers de la thyroïde G R A N D P U B L I C Les cancers de la thyroïde Environ 3 700 nouveaux cas de cancers de la thyroïde sont découverts chaque année en France. Depuis

Plus en détail

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier NODULES THYROIDIENS EN 2013 Dr Valérie Brulport Cerisier Définition : hypertrophie localisée de la thyroide palpable et/ ou identifié Première manifestation d une dystrophie plurinodulaire avec le temps

Plus en détail

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC GRAND PUBLIC Edition actualisée Janvier 2010 SOMMAIRE > Ce livret a été préparé par le professeur Martin Schlumberger, chef du Service de Médecine Nucléaire à l Institut Gustave Roussy (IGR), à Villejuif

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Le cancer du sein I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N

Le cancer du sein I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Le cancer du sein I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Le cancer du sein Aujourd'hui, en France, comme dans de nombreux pays à niveau de vie élevé, le cancer du sein est, chez la femme, le cancer

Plus en détail

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Goitre Définition : Clinique Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Peut être diffus, micronodulaire ou macronodulaire 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)*

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE

INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE INFOS PATIENTS LE CANCER MÉDULLAIRE DE LA THYROÏDE Ce document, conçu pour vous et vos proches, a pour but d apporter des informations sur le cancer médullaire de la thyroïde. Il vous permettra également

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu Les principes de base Hypophyse Glande Périphérique sécrétion Stimulation

Plus en détail

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Chère patiente, cher patient, Au nom de la direction de la clinique et de l hôpital, nous vous souhaitons la bienvenue

Plus en détail

Thyroide? Nodule?? Cancer???

Thyroide? Nodule?? Cancer??? Thyroide? Nodule?? Cancer??? Plan 1. Anatomie 2. Histologie 3. Cancer 4. Echographie Données de tt CR TIRADS ANATOMIE HISTOLOGIE 2 types d hormones: - H. thyroidiennes: T3 et T4: métabolisme énergétique,

Plus en détail

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la prostate G R A N D P U B L I C Le cancer de la prostate Le cancer de la prostate est un cancer fréquent (40 000 nouveaux cas par an en France en l an 2000) ; il

Plus en détail

Questions fréquentes sur l hypothyroïdie?

Questions fréquentes sur l hypothyroïdie? La thyroïde, c est si simple! 1. Qu est-ce que la thyroïde? La thyroïde est une petite glande d environ 20 grammes située dans le cou. Elle peut être palpée par le médecin lors de l examen. Elle produit

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Indications...1 2 Aspects techniques... 2 3 Les pièges... 3 4 Résultats attendus... 4 5 Légendes des illustrations...5

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde Cancer de la thyroïde Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de la thyroïde Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une

Plus en détail

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 1. Introduction La plupart des cancers thyroïdiens ont une évolution lente, une extension le plus souvent locoregionale, et un bon pronostic. Cependant

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une hypothyroïdie Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a conduit au diagnostic d hypothyroïdie chez votre bébé. Aujourd hui, votre enfant va bien mais

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Goitres, nodules Hypothyroïdies Hyperthyroïdies Goitres Goîtres

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

Association Francophone de Chirurgie Endocrinienne. Vous allez être opéré de la thyroïde

Association Francophone de Chirurgie Endocrinienne. Vous allez être opéré de la thyroïde 1 Association Francophone de Chirurgie Endocrinienne Note d information au patient Vous allez être opéré de la thyroïde La thyroïde est située sur le devant du cou. Elle monte et redescend lorsqu'on avale.

Plus en détail

24/11/04 CANCERS DE LA THYROIDE. Chirurgie Thyroïdienne... 3 Indications du curage ganglionnaire... 4. Chirurgie Thyroïdienne... 3

24/11/04 CANCERS DE LA THYROIDE. Chirurgie Thyroïdienne... 3 Indications du curage ganglionnaire... 4. Chirurgie Thyroïdienne... 3 1 / thyroïde.ppt Table Table des des matières matières Nole Nole Thyroïdien... Thyroïdien... 2 2 Chirurgie Thyroïdienne... 3 Chirurgie Thyroïdienne... 3 Indications curage ganglionnaire... 4 Indications

Plus en détail

Un bon usage du soleil

Un bon usage du soleil INFORMATION & PRÉVENTION Un bon usage du soleil G R A N D P U B L I C Les effets du soleil Augmentation du temps des vacances, recherche de destinations ensoleillées, développement des sports de plein

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Les traitements des cancers de la thyroïde

Les traitements des cancers de la thyroïde JUILLET 2013 Les traitements des cancers de la thyroïde COLLECTION GUIDES PATIENTS LA THYROÏDE LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LE TRAITEMENT À L IODE RADIOACTIF LE TRAITEMENT HORMONAL LA RADIOTHÉRAPIE

Plus en détail

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay Soleil et peau UV, vieillissement & cancers cutanés L exposition solaire : définition Toutes les façons de recevoir les rayons du soleil sur sa peau. Pour les patients "s'exposer au soleil" = bronzage

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

cancer de la thyroïde

cancer de la thyroïde sur le cancer de la thyroïde Coordonnatrice : Pr Laurence Leenhardt (Paris) Ce guide a été réalisé avec le soutien institutionnel de sur le cancer de la thyroïde Sommaire Éditorial...3 Le cancer de la

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers de la peau

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers de la peau Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers de la peau G R A N D P U B L I C Les cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais

Plus en détail

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE Florence MENETRIER CEA/DSV/Prositon PROtection Sanitaire contre les rayonnements Ionisants et TOxiques Nucléaires S F RP F u ku s h ima 4 a n s

Plus en détail

Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens

Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens Module 9 - exploration des dysfonctionnements thyroïdiens 11/01/11-9h30 à 11h Aurore et Cécile Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens Le diaporama de M. GUILLOTEAU est disponible sur l'ent. Seuls

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens en France incidence : 1,8 / 100 000 / an sex ratio H / F : 1 / 2,8 répartition selon

Plus en détail

www.cancerdusein.org

www.cancerdusein.org www.cancerdusein.org CHANTAL THOMASS ET LA CAISSE D EPARGNE S ASSOCIENT POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN. À l occasion de la Journée des Droits de la Femme, Chantal Thomass et la Caisse

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

L hypothyroïdie congénitale

L hypothyroïdie congénitale L hypothyroïdie congénitale La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Mieux vivre sa chimiothérapie informations et conseils

Mieux vivre sa chimiothérapie informations et conseils La Ligue vous aide et vous informe : Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Votre Comité départemental Mieux vivre sa chimiothérapie informations et conseils

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Infospot. Tendances dans l utilisation des hormones thyroïdiennes. Oktobre-Novembre-Decembre 2013

Infospot. Tendances dans l utilisation des hormones thyroïdiennes. Oktobre-Novembre-Decembre 2013 Infospot Tendances dans l utilisation des hormones thyroïdiennes Oktobre-Novembre-Decembre 2013 Tendances dans l utilisation des hormones thyroïdiennes La glande thyroïde est un petit organe situé à la

Plus en détail

Merck Endocrinologie Ce document vous est proposé par le Laboratoire Merck.

Merck Endocrinologie Ce document vous est proposé par le Laboratoire Merck. Merck Endocrinologie LA THYROÏDE : UNE PETITE GLANDE, UN RÔLE ESSENTIEL 4 La thyroïde : une petite glande "à portée de main" 4 La thyroïde : le "régulateur central" 5 La thyroïde "vue des coulisses" 6

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

Nodule et cancer thyroïdien (241b) Collège des enseignants d Endocrinologie-Nutrition-Métabolisme, Professeur Olivier CHABRE Février 2005

Nodule et cancer thyroïdien (241b) Collège des enseignants d Endocrinologie-Nutrition-Métabolisme, Professeur Olivier CHABRE Février 2005 Nodule et cancer thyroïdien (241b) Collège des enseignants d Endocrinologie-Nutrition-Métabolisme, Professeur Olivier CHABRE Février 2005 Pré-Requis : Physiologie thyroidienne Séméiologie thyroidienne

Plus en détail

Hypothyroïdie. Livret N 15 b

Hypothyroïdie. Livret N 15 b Hypothyroïdie Livret N 15 b Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 28/04/09 1 Hypothyroïdie Livret N 15 b Cette brochure a été conçue à l origine par Fernando Vera et le Professeur

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la glande thyroïdienne...3 2.

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers du côlon et du rectum

I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers du côlon et du rectum I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est la partie de l intestin qui fait suite à l intestin grêle. Il commence par le

Plus en détail

Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne. Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat

Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne. Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat Exploration fonctionnelle et imagerie thyroidienne Dr L. Sarda-Mantel, service de médecine nucléaire, Hôpital Bichat La thyroïde Glande bilobée située à la face antérieure du cou en avant de la trachée;

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE 1 Plan de cours I - GENERALITES A - Fréquence -répartition B - Modalités de révélation C - Le diagnostic morphologique D - Diagnostic différentiel II - FORMES ANATOMO-CLINIQUES A - Carcinomes à point de

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Dépistage du Cancer du sein

Dépistage du Cancer du sein Dépistage du Cancer du sein Dr M Si Hocine Département de Médecine M Interne Hôpital St Camille (Bry sur Marne) Données de base 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 38,5 /100 000 11 700

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE TRAITEMENT

CONSIGNES POUR LE TRAITEMENT CONSIGNES POUR LE TRAITEMENT par irathérapie en «chambre protégée» Séjour du : Des recommandations orales vous sont faites par le personnel du service mais nous vous invitons à parcourir ce document pour

Plus en détail

THYROIDE et PARATHYROIDES

THYROIDE et PARATHYROIDES 1 THYROIDE et PARATHYROIDES ANATOMIE et EMBRYOLOGIE 1. Anatomie Topographique 2. Principaux Rapports Anatomiques 3. Embryologie PHYSIOLOGIE 1. Glande Thyroide 2. Glandes Parathyroides PATHOLOGIES de la

Plus en détail