Les troubles digestifs. Gestion des effets secondaires à domicile. Docteur Gilles Breysacher

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les troubles digestifs. Gestion des effets secondaires à domicile. Docteur Gilles Breysacher"

Transcription

1 Les troubles digestifs Gestion des effets secondaires à domicile Docteur Gilles Breysacher

2 Effets secondaires Ils sont multiples, dépendent des patients, des protocoles de chimioth érapie et ne surviennent pas à chaque cycle. L accumulation des cycles et des lignes de chimiothérapie n augmente que très peu leur fréquence L état général et l évolution du cancer ont par contre un impact fort

3 Effets secondaires Les critères NCI-CTC sont les plus f réquemment utilisés pour les évalués Principaux items correspondant au syst ème gastrointestinal : Anorexie Diarrhée avec ou sans colostomie, colite Constipation Douleur ou crampes abdominales Douleur rectale/proctalgie Dysphagie, oesophagite, odynophagie, brûlure d estomac Gastrite, ulcère duodénal Nausées Hémorragies Perturbation du bilan hépatique, douleur hépatique

4 Effets secondaires : fr équence avec le Campto Diarrhée sévère : 13 à 20 % des patients; 4 à 14% des cycles évaluables Nausées/vomissements : 2 à 10% des patients recevant un traitement anti - émétique Constipation : 3,4 à 10% des patients

5 Effets secondaires : fr équence avec l oxaliplatine Anorexie, douleurs abdominales, constipation : plus 1 patient /10 Déshydratation, dyspepsie, reflux gastrooesophagien, rectorragies : entre 1 patient /100 et 1 patient /10 Iléus, obstruction intestinale: entre 1 patient /1000 et 1 patient /100 Colites, incluant des diarrh ées à Clostridium difficile : entre 1 patient /10000 et 1 patient /1000

6 Effets secondaires : fr équence avec l oxaliplatine Oxaliplatine 85mg/m 2 Tous grade Grade 3 Grade 4 Nausées 69,9 8 < 1 Diarrhées 60,8 9 2 Vomissements 49,0 6 1 Mucites/stomatites 39,9 4 < 1

7 Effets secondaires : fr équence avec l oxaliplatine Des diarrhées et/ou des vomissements sévères, notamment lorsque l'oxaliplatine est associé au 5- fluorouracile, peuvent provoqués une déshydratation, un iléus paralytique, une occlusion intestinale, une hypokaliémie, une acidose métabolique et une altération de la fonction rénale.

8 Effets secondaires : fr équence avec l Avastin Système organeclasse Troubles métabol. et nutrition Affections gastrointestinales Effets de grade 3-5 Effets tous grades 10% 1 à 10% 10% Diarrhée nausées vomissements Déshydrat. Perfo., iléus, occlusion, douleur abdo, troubles gastro-intestinaux Anorexie Constipation, stomatite, rectorragies

9 Effets secondaires : fr équence avec le panitumab Nausées, vomissements : entre 1 patient /100 et 1 patient /10 Diarrhées : intensité légère à modérée ( 2 % des patients : diarrh ée sévère).

10 Effets secondaires : fr équence avec le Nexavar Systèmes d'organes Tous grades (%) Grade 3 (%) Grade 4 (%) Anorexie 9 < 1 0 Diarrhée Nausées 16 < 1 0 Vomissements 10 < 1 0 Constipation 6 0 0

11 Quelques propositions de prise en charge à domicile

12 Douleur causée par le tube digestif Antalgiques classiques, antispasmodiques Régularisation du transit par des laxatifs ou des ralentisseurs du transit ( imodium ) Savon doux, séchage optimal, proctolog en cas de proctalgies IPP en cas de gastralgies, d oesophagite (gastroscopie si besoin de rechercher une surinfection mycosique)

13 Anorexie % de perte de poids = (P habituel- P actuel)/p habituel Si > 5% en 6 mois = dénutrition!! IMC = P/T 2 Si IMC< 18,5 = dénutrition Energie : Homme = 30 Kcal/j Femme = 25 Kcal/j Besoins majorés de plus de 30% dans les cas de cancer

14 Anorexie Consult diet à domicile possible Nutrition parentérale rarement utile Compléments oraux : 1 à 2 par jour (combinaison de compl éments hyperprotéinés et hypercaloriques En dehors des repas (90 mn), par petites gorgées, boire un grand verre d eau Corticoïdes

15 Diarrhée Dès la 1ère selle liquide : 2 cp de lopéramide puis 1 cp après chaque selle liquide Boire beaucoup, nourriture sal ée (eau gazeuse, potage, sodas) Si la diarrhée persiste plus de 24 heures: en l absence de neutropénie : quinolone pendant 7 jours En cas de neutropénie, fièvre, déshydratation : hospitalisation en urgence

16 Nausées/vomissements Les nausées et vomissements anticipés Les nausées et vomissements aigüs Les nausées et vomissements retardés

17 Nausées/vomissements Antiémétiques d'action centrale : Anti HT3 : sétrons; n/v immédiats et dans les 4 jours suivant le traitement (inutile au -delà). Aprépitant Chlorpromazine, métopimazine; n/v post chimio Antiémétiques d'action p ériphérique dompéridone (motilium); n/v à distance de la chimio Antiémétiques d'action p ériphérique et centrale Metoclopramide; n/v immédiats et post chimiothérapie Corticostéroïdes; n/v immédiats et différés de la chimiothérapie

18 Nausées/vomissements Médicaments et risque émétogène : Classe I : émetisants faibles (<30%) 5FU < 100mg /m², metotrexate < 100mg /m², cyclophosphamide, taxanes Classe II : émétisants modérés ( 30 à 60%) Cyclophosphamide < 1000 mg /m², 5FU> 1000mg/m², Topotécan, Doxorubicine < 75 mg /m², Gemcitabine

19 Nausées/vomissements Classe III : émétisants élevés (60 à 90%) Cisplatine < 75 mg /m², Oxaliplatine, Carboplatine, CPT 11, Mitomycine, Anthracyclines bonne dose, Cytarabine 250 à 1000 mg /m² Classe IV : émétisants extrèmes (>90%) Cisplatine > 75 mg /m², Cyclophosphamide > 1000 mg /m², Streptozotocine, Pentostatine, Cytarabine

20 Nausées/vomissements Boire régulièrement des boissons abondantes notamment gazeuses (qui diminuent les nausées) et sucrées (cola, limonade) par petite quantité répétée. Malgré la modification du goût, il faut essayez d avoir une alimentation vari ée Évitez les odeurs de cuisine si elles incommodent (mangez froid par exemple).

21 Constipation Boire abondamment des jus de fruits et manger des aliments riches en fibres. En cas de persistance des symptô mes, un traitement m édical s avère nécessaire

22 Les mucites Chez les malades, la bouche est particulièrement fragile et menacée. La perte des cellules de la muqueuse buccale entraîne des lésions buccales et dentaires fréquentes qui sont favorisées soit par le cancer lui-même en cas d'immunodépression par exemple, soit par le traitement thérapeutique. Des mesures d'hygiène buccale, préventives ou curatives sont alors indispensables : nettoyage des dents au moins deux fois par jour, bains de bouche, maintien de la salivation, la salive ayant un rôle antiseptique important (mâcher des chewing-gum).

Prise en charge de la toxicité digestive (nausées, vomissements et mucites) Elsa Curtit, Service d oncologie médicale, CHU Besançon

Prise en charge de la toxicité digestive (nausées, vomissements et mucites) Elsa Curtit, Service d oncologie médicale, CHU Besançon Prise en charge de la toxicité digestive (nausées, vomissements et mucites) Elsa Curtit, Service d oncologie médicale, CHU Besançon Troubles digestifs en oncologie Fréquemment induits par : la chimiothérapie

Plus en détail

Prise en charge des toxicités digestives (nausées-vomissements-mucites)

Prise en charge des toxicités digestives (nausées-vomissements-mucites) Prise en charge des toxicités digestives (nausées-vomissements-mucites) Fabien CALCAGNO oncologie médicale IRFC- CHRU Besançon TROUBLES DIGESTIFS EN ONCOLOGIE Fréquemment induits par : la chimiothérapie

Plus en détail

Prise en charge de la toxicité digestive

Prise en charge de la toxicité digestive Prise en charge de la toxicité digestive Nausées, Vomissements, mucites V. Westeel, M. Doudeau, et toute l équipe de L hôpital de jour de Pneumologie CHU Besançon Les nausées et vomissements Fréquemment

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

XELODA (capécitabine) Journal de bord

XELODA (capécitabine) Journal de bord Notes XELODA (capécitabine) Journal de bord avec plan d'action intégré Montréal Association canadienne du cancer colorectal 5, place Ville Marie, Bureau 1230 Montréal (Québec) Canada H3B 2G2 Téléphone

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels regroupant le Réseau Onco-normand (RON) et

Plus en détail

AUDIT REGIONAL SUR L UTILISATION DES ANTIEMETIQUES CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER

AUDIT REGIONAL SUR L UTILISATION DES ANTIEMETIQUES CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER AUDIT REGIONAL SUR L UTILISATION DES ANTIEMETIQUES CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER résultats, discussions et perspectives COTECH ANTICANCEREUX - 11/2014 Objectif Faire un état des lieux de l utilisation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TOXICITES DIGESTIVES (nausées-vomissements-mucites) PAILLARD Marie-Justine Oncologie médicale-irfc-chru Besançon

PRISE EN CHARGE DES TOXICITES DIGESTIVES (nausées-vomissements-mucites) PAILLARD Marie-Justine Oncologie médicale-irfc-chru Besançon PRISE EN CHARGE DES TOXICITES DIGESTIVES (nausées-vomissements-mucites) PAILLARD Marie-Justine Oncologie médicale-irfc-chru Besançon Troubles digestifs en oncologie Dégoût alimentaire : 56 % sous chimiothérapie,

Plus en détail

très actifs et de ce fait ont des effets supportables et faire en sorte que la vie soit la plus normale possible.

très actifs et de ce fait ont des effets supportables et faire en sorte que la vie soit la plus normale possible. Introduction: Les produits utilisés en chimiothérapie sont très actifs et de ce fait ont des effets secondaires parfois importants. Cependant, il existe des moyens pour rendre ces effets supportables et

Plus en détail

Atonie = absence ou forte diminution du tonus

Atonie = absence ou forte diminution du tonus Atonie = absence ou forte diminution du tonus Elle est la conséquence d une paralysie de la fonction motrice du tractus gastro-intestinal avec dilatation organique, stase des et reflux et se manifeste

Plus en détail

A- La toxicité hémato= Aplasie

A- La toxicité hémato= Aplasie LA CHIMIOTHERAPIE La chimiothérapie active sur les cellules néoplasiques effet sur les autres cellules = toxicité tissu à renouvellement cellulaire rapide A- La toxicité hémato= Aplasie - facteur limitant

Plus en détail

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire 1 Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire Anita Margulies BSN, RN Berne Mars 2015 2 Nausées/vomissements Pourquoi est-ce encore un sujet important? Ils sont l un

Plus en détail

Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013

Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013 Docteur Nathalie Leriche C H Dron Tel : 03 20 69 44 88 Fax : 03 20 69 45 99 Mail : nleriche@ch-tourcoing.fr Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013 w Effets secondaires Cardiovasculaires

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Traitement. La réhydratation orale

Traitement. La réhydratation orale Traitement Le traitement décrit ci-dessous ne s'applique qu'aux diarrhées bénignes. Il n'est conseillé que dans les cas où la diarrhée s'avère très gênante pour le voyage. Il se basera essentiellement

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez DOSSIER DE LIAISON Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez SOMMAIRE I Coordonnées Utiles II Comprendre la Chimiothérapie III Précautions à prendre IV Déroulement Pratique I Coordonnées Utiles

Plus en détail

Effets secondaires de la

Effets secondaires de la Effets secondaires de la chimiothérapie Emmanuel BLOT Centre Saint-Yves & CH Bretagne Atlantique décembre 2010 Evidences Hématologiques Digestifs Cutanés Neurosensitifs Métaboliques Toxicités particulières

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire Univ-Rennes1-Poycopié Médecine M2-Sémiologie du Foie et des Voies Biliaires 1 DOULEURS ABDOMINALES Jean-François Bretagne La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation en médecine générale

Plus en détail

NAUSEES - VOMISSEMENTS RECOMMANDATIONS

NAUSEES - VOMISSEMENTS RECOMMANDATIONS NAUSEES - VOMISSEMENTS RECOMMANDATIONS Chimiothérapie Hautement Moyennement Préventif Echec immédiat Relai per os Phase retardée Evaluation de C1 Vomissements anticipés Echec lors de C1 Echec du relai

Plus en détail

Traitement de la mucite

Traitement de la mucite Traitement de la mucite 1. INDICATION ET DESCRIPTION Prise en charge des soins de bouche chez un enfant allogreffé de moelle osseuse. 2. SOIGNANTS IMPLIQUES DANS LE SOIN Le présent document concerne les

Plus en détail

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques La radiothérapie La radiothérapie Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques Radiothérapie externe Curiethérapie Radiothérapie métabolique = médecine nucléaire Traitement

Plus en détail

«Manger = un plaisir!»

«Manger = un plaisir!» 9. Jeux: 1. Complète: A. Il faut en boire 1,5 litre par jour:... B. Quel est la première activité à réaliser pour éviter la constipation:... C. Certains aliments comme le poisson dégage beaucoup d o...

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

Suivi infirmier post-opératoire. de la clinique externe. de chirurgie bariatrique

Suivi infirmier post-opératoire. de la clinique externe. de chirurgie bariatrique Suivi infirmier post-opératoire de la clinique externe de chirurgie bariatrique Présentée par Annick Dallaire et Mireille Pelletier, Infirmières cliniciennes Objectifs de la présentation 1) Informer et

Plus en détail

Bouche sèche. Parfois, l eau ne suffit pas. Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer. Spécialiste de la bouche sèche

Bouche sèche. Parfois, l eau ne suffit pas. Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer. Spécialiste de la bouche sèche Bouche sèche Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer Parfois, l eau ne suffit pas Spécialiste de la bouche sèche La bouche sèche : un effet indésirable fréquent lors du traitement

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Une bonne hygiène buccodentaire : la clé pour prévenir les caries

Une bonne hygiène buccodentaire : la clé pour prévenir les caries Les principales fonctions de la salive Lubrification : lubrifie les membranes, les gencives et les dents Nettoyage : participe au mécanisme de nettoyage Dégustation : permet de bien goûter les aliments

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

FLEET PHOSPHO SODA, solution buvable

FLEET PHOSPHO SODA, solution buvable NOTICE Veuillez lire attentivement cette notice. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. Ce médicament est disponible sans prescription. Néanmoins, vous devez utiliser soigneusement

Plus en détail

Boire, manger, éliminer en situation de soins palliatifs

Boire, manger, éliminer en situation de soins palliatifs Boire, manger, éliminer en situation de soins palliatifs Anne Vacanti-Robert, médecin Marie-Pierre Putallaz, infirmière Pôle de compétence de soins palliatifs Hôpital de Martigny Février 2011 Plan du cours

Plus en détail

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Buccal Œsophage Estomac Intestin grêle Colon Portion ano-rectale Mais aussi, nous observons des atteintes: Musculaires, rénales, pancréatico-biliaire,

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE

HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE RAPPEL DE L ORGANE DENTAIRE 1. L odonte Les tissus durs, minéralisés, des dents: - émail - dentine - cément 2. Le parodonte - gencive - os alvéolaire -

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIES CYTOTOXIQUES EFFETS SECONDAIRES PREMEDICATION

CHIMIOTHERAPIES CYTOTOXIQUES EFFETS SECONDAIRES PREMEDICATION CHIMIOTHERAPIES CYTOTOXIQUES EFFETS SECONDAIRES PREMEDICATION Besançon 12 novembre 2015 Dr Valérie PAULUS CCA Pneumologie Protocoles onco-pneumologie 11/02/2013 Cisplatine-Alimta J1-J21 Cisplatine-Gemzar

Plus en détail

MUCINUM comprimés enrobés

MUCINUM comprimés enrobés MUCINUM, comprimés enrobés Notice - Page 1 sur 5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer?

Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer? Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer? Les douleurs liées à la tumeur Les douleurs provoquées par les traitements du cancer 22 24 Chaque patient et chaque cancer sont différents. Les douleurs

Plus en détail

RCP-version abrégée Février 2015

RCP-version abrégée Février 2015 DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT MOTILIUM 10 mg, comprimés pelliculés (maléate de dompéridone) MOTILIUM 1 mg/ml, suspension buvable «adultes», MOTILIUM 1 mg/ml suspension buvable «pédiatrie» MOTILIUM 10 mg,

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DU CANCER DU SEIN : EN PRATIQUE. C. Cuvier

CHIMIOTHERAPIE DU CANCER DU SEIN : EN PRATIQUE. C. Cuvier CHIMIOTHERAPIE DU CANCER DU SEIN : EN PRATIQUE C. Cuvier 3 contextes cliniques pour la chimiothérapie du cancer du sein - Adjuvant - Néoadjuvant ( = chimiothérapie 1 ère ) - Métastatique PROTOCOLES adjuvant

Plus en détail

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1 Etude Sujet : Troubles de l oralité, de l alimentation et de la digestion et leurs conséquences pour les personnes atteintes d un handicap mental sévère. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec

Plus en détail

IRINOTECAN OU CPT11 (CAMPTO )

IRINOTECAN OU CPT11 (CAMPTO ) GESTION DES TOXICITES IRINOTECAN OU CPT11 (CAMPTO ) L iritonécan est un dérivé semi-synthétique de la camptothécine. C est un inhibiteur de la topoisomérase 1 stabilisant les complexes clivables ADN-topoisomérase

Plus en détail

Séquence 1 : Votre diagnostic?

Séquence 1 : Votre diagnostic? 1 Séquence 1 : Il y a 15 jour M. A, 21 ans a présenté une broncho-pneumopathie aiguë avec fièvre importante. Son état s'est grandement amélioré sous traitement antibiotique. Mais il se plaint toujours

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Loperamide EG 2 mg gélules. Chlorhydrate de lopéramide

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Loperamide EG 2 mg gélules. Chlorhydrate de lopéramide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Loperamide EG 2 mg gélules Chlorhydrate de lopéramide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Question 1 Lors d une crise d herpès labial, lesquelles de ces manifestations/signes seront

Question 1 Lors d une crise d herpès labial, lesquelles de ces manifestations/signes seront Question 1 Lors d une crise d herpès labial, lesquelles de ces manifestations/signes seront présentes? CEMEQ P69 Encercler deux(2) lettres correspondantes aux bonnes réponses. a) Douleur. b) Hyperthermie.

Plus en détail

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide.

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. La carie dentaire Halte au grignotage! Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. Cet acide peut ronger et abîmer l émail de tes dents. Si cette attaque par l acide se renouvelle

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Actualités sur les toxicités digestives chimio-induites

Actualités sur les toxicités digestives chimio-induites Actualités sur les toxicités digestives chimio-induites 5 ème Journée Scientifique du Pôle de Cancérologie de Troyes 24 avril 2010 Dr Nicolas Jovenin - Institut Jean Godinot, Reims Toxicités digestives

Plus en détail

Problèmes : Infectieux anémie risque hémorragique

Problèmes : Infectieux anémie risque hémorragique CAS CONCRET HEMATO Le 13/05/2011 Rappel : Dans la NFS, les plaquettes sont comprises avec. Hématies basses, transport d O2 bas, pensé à le mettre sous O2 Aplasie : soit par la maladie car les cellules

Plus en détail

Carcinose péritonéale.

Carcinose péritonéale. Carcinose péritonéale. C est quoi? Diagnostic. Prise en charge dans objectif «curatif». Prise en charge dans objectif «palliatif». Carcinose péritonéale. La carcinose péritonéale est la présence de nodules

Plus en détail

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale LA DEGLUTITION I. L ANATOMIE DES ORGANES DE LA DEGLUTITION II. LES ETAPES DE LA DEGLUTITION NORMALE 1. LA PHASE BUCCALE Etape volontaire Formation du bol alimentaire : Mise en bouche Mastication Insalivation

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF La carcinomatose péritonéale : traitement palliatif 1. Introduction - La CP signe souvent une pathologie dépassée à pronostic sombre(6 mois). - Traitement

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 21 mai 2003. Date de l'amm et de ses rectificatifs : 22 mai 1998 Rectificatifs : 30 mars 1999 1 er février 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 21 mai 2003. Date de l'amm et de ses rectificatifs : 22 mai 1998 Rectificatifs : 30 mars 1999 1 er février 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 21 mai 2003 FLEET PHOSPHO SODA, solution buvable Flacon de 45 ml (B/2) Laboratoires FERRING SAS hydrogénophosphate de sodium dihydrogénophosphate

Plus en détail

Prévention du risque de fausses routes alimentaires

Prévention du risque de fausses routes alimentaires Prévention du risque de fausses routes alimentaires Janvier 2015 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Version Usagers Sommaire Recueil des signes révélateurs Le rôle de l entourage et de l équipe soignante...

Plus en détail

LE SOIN DE BOUCHE. Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM

LE SOIN DE BOUCHE. Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM LE SOIN DE BOUCHE Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM 1 Définition Objectifs Représentations Intentionnalité dans le soin Objectifs poursuivis

Plus en détail

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII?

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? QCM Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? - Prédominance féminine - C est une pathologie psychiatrique - C est une pathologie psycho-somatique - Son étiologie n est jamais retrouvée - 10 à

Plus en détail

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame CONSTIPATION OU OCCLUSION Constipation: c est le passage de selles dures et rares, un effort est requis

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

MEDICAMENTS DE L APPAREIL L

MEDICAMENTS DE L APPAREIL L MEDICAMENTS DE L APPAREIL L DIGESTIF 1 Médicaments de l appareil digestif FOIE VESICULE BILIAIRE Acides biliaires Hépatotropes ESTOMAC-DUODENUM Anti-acides Pansements gastriques Anti-ulcéreux Topiques

Plus en détail

Chimiothérapie, quelles implications au domicile?

Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Charles BELENGER Sophie YSEBOODT En partenariat avec 22/10/2015 Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Introduction 1. Définition de la chimiothérapie.

Plus en détail

Complications des chimiothérapies. Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier

Complications des chimiothérapies. Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier Complications des chimiothérapies Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier Conflits d intérêts Aucun Objectifs Connaître les principales complications aiguës des agents de

Plus en détail

L enfant avant tout. Diarrhée et vomissements

L enfant avant tout. Diarrhée et vomissements 27 L enfant avant tout Diarrhée et vomissements Les vomissements et la diarrhée sont deux des principales raisons pour lesquelles les parents amènent leurs enfants à l urgence d un hôpital. À L Hôpital

Plus en détail

En savoir plus n 2 Cancer des ovaires

En savoir plus n 2 Cancer des ovaires Comment mieux s alimenter? En savoir plus n 2 Cancer des ovaires L alimentation pendant la prise en charge de votre cancer peut jouer un rôle important sur son évolution et sur votre état général (1).

Plus en détail

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO

DU D ACCOMPAGNEMENT ET DE SOINS PALLIATIFS BORDEAUX 2010 COPIE NO ISPED Institut de Santé Publique, d'epidémiologie et de Développement Diplôme Universitaire de Soins Palliatifs Examen écrit Bordeaux Année Universitaire 2009-2010 Le 20 mai 2010 DU D ACCOMPAGNEMENT ET

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Médicaments des troubles fonctionnels intestinaux Laxatifs - Antidiarrhéiques - Antispasmodiques

Médicaments des troubles fonctionnels intestinaux Laxatifs - Antidiarrhéiques - Antispasmodiques Médicaments des troubles fonctionnels intestinaux Laxatifs - Antidiarrhéiques - Antispasmodiques Antoine Pariente Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 La constipation - Les laxatifs Définition

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Les V.A.D.S. : schéma Pathologies des VADS: Pathologies cancéreuses (le + svt) ou non reliées

Plus en détail

Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie. École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15

Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie. École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15 Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15 REGIMES ALIMENTAIRES PEDIATRIQUES En milieu thérapeutique En milieu scolaire ou structures d accueil Régimes

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

TARDYFERON B9, comprimé pelliculé Fer / acide folique

TARDYFERON B9, comprimé pelliculé Fer / acide folique ANSM - Mis à jour le : 15/04/2014 Dénomination du médicament TARDYFERON B9, comprimé pelliculé Fer / acide folique Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle

Plus en détail

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Adénocarcinomes gastriques métastatiques : quelle chimiothérapie pour quel bénéfice et quelles biothérapies pour quelles indications en 2010? H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre

Plus en détail

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS Votre appétit vous fait défaut Fractionnez votre alimentation en petits repas : prévoyez 2 à 3 collations dans la journée. Exemples de collations : entremets, biscuits, toasts,

Plus en détail

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant :

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant : RÉSUME DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Movolax 13,7 g, Poudre pour solution buvable, sachet 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque sachet contient les composants

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

prévention hygiène bucco-dentaire Mes quenottes en bonne santé

prévention hygiène bucco-dentaire Mes quenottes en bonne santé prévention hygiène bucco-dentaire Mes quenottes en bonne santé histoire de dents des dents, pour quoi faire? et la salive? Mes dents assurent des fonctions essentielles à la vie : elles permettent la mastication

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE. des LYMPHOMES MALINS du CHIEN

CHIMIOTHERAPIE. des LYMPHOMES MALINS du CHIEN CHIMIOTHERAPIE des LYMPHOMES MALINS du CHIEN Dr Stéphane DOLIGER Un lymphome malin (ou lymphosarcome) a été diagnostiqué chez votre chien ou votre chat. Il s'agit d'une tumeur cancéreuse des lymphocytes,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Macrogol + electrolytes Sandoz, poudre pour solution buvable, sachet Macrogol 3350,Chlorure de sodium, Bicarbonate de sodium,chlorure de potassium Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Chimiothérapie et cancer du sein

Chimiothérapie et cancer du sein Chimiothérapie et cancer du sein comprendre et faire comprendre... Pr Jean-Emmanuel Kurtz Département d hématologie et d oncologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Les traitements utilisés dans le

Plus en détail

Troubles fonc-onnels intes-naux Prise en charge. Bondjemah Vanessa Séminaire de DES 16/01/2010

Troubles fonc-onnels intes-naux Prise en charge. Bondjemah Vanessa Séminaire de DES 16/01/2010 Troubles fonc-onnels intes-naux Prise en charge Bondjemah Vanessa Séminaire de DES 16/01/2010 1)Relation médecin- malade 2)Règles hygiéno- diététiques 3)Traitements symptomatiques 4)Antidépresseurs 5)Les

Plus en détail

LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE

LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE Journée de la Filière Gériatrique Nord 92 jeudi 11 Février 2016 Sophie BRUYEROT I.D.E. E.M.A.S.P. Hôpital Louis MOURIER Groupe HPUNVS DEFINITION Le soin de bouche est

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

Mon enfant a la diarrhée

Mon enfant a la diarrhée Mon enfant a la diarrhée Chers parents, Votre enfant a la diarrhée. Cette brochure répondra à la plupart de vos questions et vous donnera des conseils pratiques pour que cette mauvaise passe ne tourne

Plus en détail

L état de la bouche des malades est un des meilleurs indices de la qualité des soins infirmiers» H. Virginia.

L état de la bouche des malades est un des meilleurs indices de la qualité des soins infirmiers» H. Virginia. L état de la bouche des malades est un des meilleurs indices de la qualité des soins infirmiers» H. Virginia. 26/07/2010 1 3 besoins pour lesquels la cavité buccale a des retentissements: L alimentation

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Gestion de symptômes avec la thérapie ciblée. Elise Andreoli inf. clinicienne uro-oncologie oncologie au CHUM elise.andreoli.chum@ssss.gouv.qc.

Gestion de symptômes avec la thérapie ciblée. Elise Andreoli inf. clinicienne uro-oncologie oncologie au CHUM elise.andreoli.chum@ssss.gouv.qc. Gestion de symptômes avec la thérapie ciblée Elise Andreoli inf. clinicienne uro-oncologie oncologie au CHUM elise.andreoli.chum@ssss.gouv.qc.ca 15 Avril 2009 1 THÈMES ABORDÉS 1. Rôle de l infirmil infirmière

Plus en détail

Evaluation bucco-dentaire Hygiène bucco-dentaire. Dr kaouthar Beltaief 11.12.14

Evaluation bucco-dentaire Hygiène bucco-dentaire. Dr kaouthar Beltaief 11.12.14 Evaluation bucco-dentaire Hygiène bucco-dentaire Dr kaouthar Beltaief 11.12.14 Introduction Trois besoins pour lesquels la cavité buccale a des retentissements: Respiration Communication Alimentation Facteurs

Plus en détail

NAUSÉES VOMISSEMENTS

NAUSÉES VOMISSEMENTS NAUSÉES VOMISSEMENTS Soirée UTIP ILE- DE- France «Les pharmaciens au Congrès de la Société française de cancérologie» 24 juin 2014 Dr François Lemare, pharmacien, chef de département, département de pharmacie

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 Diarrhée passagère de l adulte Diarrhée passagère de l adulte Ce qu il faut savoir La diarrhée se manifeste par une modification

Plus en détail