L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME"

Transcription

1 L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure. Dans le même temps, les chiffres récents illustrant cette problématique font particulièrement défaut. C est pourquoi la CGPME a souhaité recueillir l avis des PME sur leurs relations avec les banques. Nous avons notamment cherché à connaître les évolutions constatées par les PME dans leurs relations avec les établissements bancaires, la nature des crédits sollicités et les modifications éventuelles des conditions d acceptation. Le sondage a été réalisé sur la période du 7 au 20 octobre Panel des entreprises ayant répondu au questionnaire Les résultats de cette enquête ont été traités sur la base des réponses. Les trois grands secteurs d activité que sont le commerce, l industrie et les services sont représentés avec une prépondérance pour les services (48 %). 48% 32% 20% Commerce Industrie Services Les entreprises ayant répondu au sondage sont pour l essentiel des entreprises de petite taille. Plus de 57 % emploient en effet au plus 10 et un tiers ont entre 11 et 50. Seules, 33 entreprises occupent plus de % sont donc considérées comme des PME au sens de la définition européenne Nombre d entreprises Pourcentage 57,34 % 33,37 % 8,27 % + de ,02 % Les réponses à ce questionnaire sont essentiellement le fait de sociétés bien établies puisqu une majorité a plus de 10 ans d activité (63,91 %). 1

2 Age 0 à 2 ans 2 à 5 ans 5 à 10 ans + 10 ans Pourcentage d entreprise 8,63 % 14,56 % 12,89 % 63,91 % Géographiquement, les entreprises sont implantées sur tout le territoire français. Nord Pas de Calais 4,26 % Haute- Normandie 0,12 % Picardie 7,02 % Champagne Ardenne 1,15 % Basse Normandie 0,46 % IDF 11,28 % Lorraine 1,50 % Alsace 4,03 % Bretagne 3,22 % Pays de Loire 4,14 % Centre 5,87 % Bourgogne 1,73 % Franche-Comté 3,22 % Poitou-Charentes 4,26 % Limousin 0,92 % Auvergne 0,69% Rhône-Alpes 16,57 % Aquitaine 17,95 % PACA 4,14 % Midi-Pyrénées 5,64 % Languedoc-Roussillon 1,84 % 2

3 Leur structure juridique est également variable. Toutefois, on constate une forte proportion de sociétés à responsabilité limitée (56,26 %) et de sociétés par actions simplifiées (18,44 %.) Proportion d entreprises ayant répondu en fonction de leur statut juridique autre 0,38% EURL EI SA 7,62% 7,90% 9,41% SAS 18,44% SARL 56,26% 0,00% 10,00% 20,00% 30,00% 40,00% 50,00% 60,00% Les entreprises et l accès au crédit Au regard de l étude menée par la CGPME, il apparaît que 34,47% des entreprises ont ressenti des évolutions dans leurs relations avec leur(s) établissement(s) bancaire(s). Il ressort des réponses données : - Une plus grande frilosité des banques. Elles refusent, de plus en plus, de prendre des risques. Ainsi, un sondé indique que les banques demandent plus fréquemment un cofinancement par pool bancaire, elles augmentent leur niveau de couverture (cautions, contregaranties, nantissements, blocage des comptes courants...) jusqu'à 200 % du crédit, et accroissent leurs coûts d'interventions (taux de crédit, frais de dossier, cotisations,...). Par ailleurs, elles n hésitent plus à revenir sur des projets engagés et à remettre en cause les facilités de caisse. 3

4 - Des délais d acceptation rallongés. Les conseillers semblent avoir moins de latitude dans l accord des crédits. Les dossiers remontent plus souvent au niveau départemental ou régional. Les délais sont donc rallongés. Ne s agit-il pas là d une des conséquences de Bâle II? - Un durcissement des relations. Les conseillers demandent à revoir plus fréquemment la situation des entreprises et réclament plus souvent les documents comptables. Par ailleurs, la qualité des services diminue et il est difficile d obtenir des encours supplémentaires. Une des critiques récurrentes par rapport aux relations banques/pme concerne le turn-over des interlocuteurs bancaires. Une entreprise indique ainsi qu après avoir accordé un prêt en juillet, la banque l a dénoncé en septembre. - Une remise en cause des facilités obtenues. Certaines PME se plaignent que leur établissement de crédit leur demande de revenir rapidement à une position créditrice alors même qu elles avaient jusque-là des facilités de caisse. De surcroît, les découverts engendrent plus rapidement des frais. Cette remise en cause peut être plus subtile. Par exemple, une entreprise de location de véhicules s est vue accorder, comme chaque année, par sa banque, une «enveloppe». Or, au mois d octobre, un organisme financier qui avait accordé une enveloppe de 150 K (et alors que 133 K étaient encore disponibles) a indiqué à l entreprise que les conditions prévues (Euribor %) étaient revalorisées (Euribor + un taux prohibitif, qui ne peut être accepté). L explication clairement annoncée est que l organisme de leasing souhaitait se retirer du marché. - Une augmentation des coûts et notamment les taux de crédit. Ils suivent en cela la tendance. La proportion de ces augmentations devra faire l objet d un suivi attentif au cours des prochains mois. Cependant, l augmentation des coûts peut également se situer à d autres niveaux. Ainsi, une entreprise indique que son banquier bascule des charges, qui incombaient auparavant à la banque, vers l entreprise. Entre autres, des frais de comptage de monnaie ou encore la taxation des placements automatisés. Ceci entraîne une augmentation des charges fixes de la société. 4

5 Les entreprises et le crédit Parmi les sondés, 70,42 % des entreprises ont récemment demandé ou utilisé des crédits. La plupart du temps, elles sollicitent concomitamment différents types de crédit. Ce sont les prêts d équipement et les lignes de crédit qui sont les plus utilisés. On peut noter que : - Les crédits d exploitation représentent 34,29 % des crédits totaux. Il est possible de décomposer ces crédits en quatre catégories : escompte commercial, ouverture de crédit, affacturage et lettres de crédit. Les répondants ont davantage demandé des ouvertures de crédit. Il est important de souligner que : - Les entreprises qui sollicitent davantage l escompte commercial sont celles qui emploient au plus 50 (92,18 % des demandes d escompte). 48,70 % des demandes proviennent des entreprises employant moins de 11, - 63,26 % des demandes d ouverture de crédit ont été le fait des sociétés occupant 1 à 10, - 89,71 % des entreprises employant jusqu à 50 ont eu recours à des opérations d affacturage : 47,06 % des demandes sont faites par les entreprises employant 11 à 50, - Les lettres de crédit ont été utilisées en majorité (94,74 %) par les entreprises employant au plus Les crédits d investissement représentent 38,42% des crédits totaux. Les lignes de crédit d'investissement sont à distinguer des prêts d'équipement. Ces derniers sont ceux qui ont été les plus demandés. - Les entreprises de moins de 11 sont celles qui ont le plus sollicité les prêts d équipement (50,27 %), suivies des entreprises employant 11 à 50 (39,78%), - 78,43 % des demandes de lignes de crédit d investissement ont été le fait des entreprises occupant moins de 51, dont 41,18 % proviennent des entreprises jusqu à Le crédit-bail représente seulement 21,31% des crédits totaux. Le crédit-bail d équipement a été plus utilisé que le crédit-bail immobilier. - Le crédit-bail d équipement a été demandé par 87,68 % des entreprises de moins de 51 et 44,29% par les entreprises employant 11 à 50, - Les entreprises d au plus 10 sont celles qui ont le plus sollicité le crédit-bail immobilier (45,71 %), suivies des entreprises employant 11 à 50 (31,43%). - Et les garanties bancaires représentent 5,98% des crédits totaux. 47,48 % des garanties bancaires ont été demandées par les entreprises employant 1 à 10. 5

6 Montant des crédits Les crédits sont consentis pour l essentiel (61,33 %) pour des montants inférieurs à ,78% 35,00% 25,67% 30,00% 24,85% 25,00% 20,00% 13,82% 15,00% 10,00% 4,88% 5,00% 0,00% < < < < > ,37 % des créditss d un montant inférieur à sont demandés par les entreprises employant jusqu à 10, - Les entreprises qui sollicitent davantage les crédits d un montant compris entre et sont celles qui emploient emploient au plus 10 (76,04 (76 % des demandes de crédit), - Les entreprises employant au plus 50 ont demandé 97, % des crédits d un montant compris entre re et , dont 57,79 % des demandes émanent des entreprises de moins de 11, - 93,28 % des demandes de crédit d un montant compris entre et sont le fait des entreprises employant au plus 50, - 50 % des prêts d un montant supérieur sup à sont demandés demandé par les entreprises employant 11 à 50. Toutefois, 47,65 % de ces prêts sont demandés par les entreprises d au plus 10 (26,42 %) et par celles employant de 51 à 250 (21,23 %). 100,00% 4,88% 9,76% 2,28% 2,30% 6,72% 21,23% 21,20% 39,54% 80,00% 46,22% 60,00% 40,00% 50,00% 85,37% 20,00% 47,06% 26,42% 0,00% < < < < ,04% 57,79% > >

7 Durée des crédits Les prêts sont, pour une part importante (55,86%), consentis sur le moyen terme. Très long terme (> 20 ans) 0,34% Long terme (jusqu à 20 ans) 10,14% Moyen terme (jusqu à 7 ans) 55,86% Court terme (jusqu à 2 ans) 21,06% Très court terme (jusqu à 3 mois) 12,61% 0,00% 10,00% 20,00% 30,00% 40,00% 50,00% 60,00% - 88,39 % des crédits à très court terme ont été demandés par les entreprises employant au plus 50. Il est à noter que 50,89 % de ces demandes proviennent des entreprises employant au plus 10, - 62,90 % des crédits à court terme ont été sollicités par les entreprises employant jusqu à 10, - Les entreprises employant au plus 50 ont demandé 89,98 % des crédits à moyen terme. Plus de la moitié (51,94 %) de ces crédits ont été demandés par les entreprises employant au plus 10, - Les entreprises de moins de 11 sont celles qui ont le plus sollicité des crédits à long terme (45,56 %), suivies des entreprises employant 11 à 50 (42,22%), - Toutes les demandes de crédit à long terme ont été le fait des entreprises employant au plus 50, dont 66,67 % proviennent des entreprises d au plus % 80% 60% 40% 20% 10,71% 37,50% 50,89% 3,76% 33,33% 62,90% 8,79% 12,22% 38,04% 42,22% 51,94% 45,56% 33,33% 66,67% > % Très court terme (jusqu à 3 mois) Court terme (jusqu à 2 ans) Moyen terme (jusqu à 7 ans) Long terme (jusqu à 20 ans) Très long terme (> 20 ans)

8 Lors de ces différentes demandes, près de 36,64% des PME ont indiqué que les conditions d accès ou d utilisation des prêts avaient évolué défavorablement. Ainsi, 54,35% ont noté une progression à la hausse des coûts du crédit. Un quart estime qu on leur demande plus de documents et 41% indiquent que les demandes de garanties se sont renforcées. Les conditions d accès au crédit ont-elles évolué? Les coûts du crédit ont-ils évolué? Oui 37% Non 63% Non 46% Oui 54% Vous demande t-on plus de documents? Vous demande t-on plus de garanties? Non 75% Oui 25% Non 59% Oui 41% 8

9 Coût du crédit Au travers des différentes réponses, on constate une réelle augmentation des taux bancaires. 54% des sondés indiquent que le coût du crédit s est apprécié. Le taux le plus commun est compris entre 5 et 6% et certaines propositions culminent autour de 14 et 16%. Toutefois, la principale difficulté résulte dans le fait que les taux ont rapidement évolué. Ainsi, certains indiquent qu ils ont augmenté de +1 point depuis janvier et de + 0,5 point en 3 mois. La vitesse de cette évolution est pénalisante pour les PME. Certaines sont obligées de renoncer à leurs projets d investissement. Ces variations compliquent également fortement les négociations. Il est ainsi arrivé qu entre l accord oral sur un crédit et sa formalisation, les conditions tarifaires soient remises en cause. Ceci est d autant plus pénalisant que les délais de prise de décision sont en augmentation. Nous avons relevé l exemple d une PME qui, alors qu elle avait contracté un crédit en début d année mais qu elle n avait pas débloqué l entièreté de ces fonds, s est vue proposer une augmentation de taux. Une autre société nous a précisé que sur un crédit qu elle avait souscrit à taux variable indexé sur Euribor 3 mois, les évolutions de taux font qu aujourd hui, elle a un surcoût annuel de par rapport aux anticipations initiales. Concernant ces évolutions tarifaires, il est possible de les comparer au taux Euribor 6M. Ce dernier a progressé de 0,53 point sur une année et de 0,398 point en six mois. Il semble donc que les augmentations du marché interbancaire soient amplifiées. Enfin, certains se plaignent également de l augmentation des frais de tenue de comptes ou de tous les frais annexes tels que ceux liés à la prise de garanties supplémentaires (frais hypothécaires), aux coûts de souscription à certaines assurances qui sont présentées comme obligatoires. Une entreprise a d ailleurs précisé que ses frais de tenue de compte étaient passés de 18 à 65 par mois. Pièces à fournir Près d un quart des entreprises indiquent que les documents à fournir à leur interlocuteur bancaire pour obtenir un prêt sont plus nombreux. Ces documents sont, pour l essentiel, des documents comptables habituels. Toutefois, la fréquence à laquelle ils doivent être fournis s accélère. Or, il serait approprié que le banquier suive «le temps» de l entreprise. Il est en effet arrivé qu un bilan comptable soit demandé alors que l exercice de la société n était pas clos. La réalisation d une situation intermédiaire est coûteuse pour l entreprise et ne fait que renchérir le coût global du crédit. Par ailleurs, la constitution d un dossier de demande de crédit peut engendrer des dépenses importantes. Un chef d entreprise a notamment dû fournir un état de son patrimoine avec une expertise de ses biens qui a été effectuée par un cabinet indépendant. Le coût a été d environ Enfin, de plus en plus de documents annexes sont requis. Ils concernent notamment la santé du demandeur avec des examens, parfois assez poussés. Ont également été demandées des attestations de l Urssaf ou de l administration fiscale. Enfin, le patrimoine du conjoint, même s il n a pas de lien avec l entreprise, est souvent étudié. 9

10 Les garanties Les garanties les plus souvent demandées sont : - cautionnement personnel 46,90 % - nantissement 23,28 % - hypothèque 15,96 % - co-emprunteur 6,32 % - autres 7,54 % Il est à noter que selon les répondants : - 63,16 % des cautionnements personnels ont été demandés aux entreprises occupant au plus 10, - 89,83 % des nantissements ont été demandés aux entreprises employant au plus ,42 % l ont été aux entreprises d au plus 10, - 87,16 % des hypothèques ont été demandées aux entreprises occupant au plus ,08 % des demandes ont concerné les entreprises d au plus 10, - Il a été demandé aux entreprises occupant au plus 10 un co-emprunteur dans 72,50 % de cas, - Certains établissements demandent également en garantie : des SICAV, des contrats d assurance vie, des délégations de la police d assurance crédit, etc. Les entreprises employant au plus 50 se sont vues demander ces garanties dans 91,55 % des cas. 100% 80% 60% 30,79% 39,41% 31,08% 22,50% 36,62% > % 20% 0% 63,16% 50,42% 56,08% 72,50% 54,93% Pour 40% des sondés, les demandes de garanties se sont accrues. Ceci s explique notamment par la crainte d une augmentation des défaillances dûes aux difficultés économiques actuelles. De même, l entrée en vigueur du nouveau ratio prudentiel bancaire Bâle II peut également avoir une influence puisque l une des évolutions réside dans la prise en compte, pour la détermination des risques de crédit, du taux de recouvrement. Ainsi, la qualité des garanties prises influencera le rating. On constate ainsi une porosité de plus en plus grande entre le patrimoine professionnel et personnel du dirigeant.comme on a pu le voir précédemment, le cautionnement est la garantie la plus appréciée du banquier. Elle ne porte d ailleurs pas seulement sur le dirigeant 10

11 mais également sur son entourage. Ainsi, le gérant d une entreprise de plus de 10 ans d âge s est vu demander, dans le cadre d un dossier de prêt, le cautionnement de ses parents. Autre exemple, une dirigeante d entreprise âgée de 37 ans a dû effectuer une visite médicale et demander la caution de son mari pour bénéficier d un financement. Ainsi, on note que les prêteurs tentent d étendre, au maximum, l assiette de leurs garanties. Enfin, la CGPME s est intéressée à la garantie intervenue dans le cadre de la loi Dutreil qui permet de déclarer sa résidence principale insaisissable. Il en ressort que le chef d entreprise doit rennoncer à cette protection dans 15% des cas sous peine de se voir refuser l accès au crédit. Conclusion Il ressort de cette étude, que pour une part importante des PME, les conditions d obtention d un crédit ont évolué. Ces évolutions concernent pour l essentiel les prix du crédit, mais également les pièces à fournir. Les entreprises se plaignent également du fait que leurs interlocuteurs bancaires connaissent très mal le monde de l entreprise et manquent de confiance envers les PME. Nombre de TPE-PME se trouvent désormais en situation délicate. En effet, non seulement le ralentissement de l activité restreint les débouchés et donc les marchés des entreprises, mais ces dernières ont désormais plus de difficultés à accéder aux financements. Pourtant, c est dans ces périodes difficiles que les apports de nouveaux fonds sont les plus vitaux. Ce sont avant tout les besoins de trésorerie qui sont mis en avant. De même, les investissements sont repoussés. Les sociétés ne peuvent pas préparer leur sortie de crise. Par ailleurs, nombre d entreprises qui ne sont pas touchées s inquiètent pour leurs clients. Les constatations faites dans l étude CGPME sont corrélées par la dernière enquête trimestrielle de la Banque de France sur la distribution du crédit (datée du 7 novembre 2008). Il en ressort en effet, que plus des ¾ des banques ont durci leurs critères d attribution de crédit aux entreprises. Il est également indiqué que les conditions pratiquées sur les prêts nouveaux ont évolué avec un accroissement des marges, un renforcement des garanties et une diminution des durées de prêts. Ce sont les PME qui sont les plus touchées. Pour faire face à cette situation, un certain nombre d entreprises jouent sur les délais de paiements. Toutefois, à partir du 1 er janvier 2009, l application de la loi LME devrait modifier les comportements et impacter positivement ou négativement la trésorerie des entreprises. Enfin, la résultante de cette situation est que beaucoup de PME s autolimitent dans leurs demandes de crédits et repoussent leurs investissements. La CGPME estime qu il est primordial de pouvoir évaluer la situation en se basant sur des chiffres fiables, concernant l ensemble des entreprises et principalement les PME. Ces données font actuellement défaut. La Confédération a donc proposé de légiférer en ce sens. 11

Par ailleurs, vous trouverez ci-dessous un questionnaire à retourner à la CGPME avant le 22 octobre 2008.

Par ailleurs, vous trouverez ci-dessous un questionnaire à retourner à la CGPME avant le 22 octobre 2008. Madame, Monsieur, A l image de ce qui se produit au niveau de l économie mondiale, la France est touchée par une crise sans précédent qui impacte fortement les établissements bancaires et par conséquent

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions DOSSIER : Gestion d entreprise 37 La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 35, rue Arthème Genteur 92150

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT. 969 avenue de la République. Résidence les Pétunias. 59700 Marcq en Baroeul

DEMANDE DE PRÊT. 969 avenue de la République. Résidence les Pétunias. 59700 Marcq en Baroeul 969 avenue de la République Résidence les Pétunias 59700 Marcq en Baroeul SIRET : 447 661 885 00080 DEMANDE DE PRÊT N de dossier : Nom du client : Montant du prêt envisagé : Durée souhaitée (en mois) :

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux SYNDICAT DES INDÉPENDANTS RÉPONDRE AUX BESOINS

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

DEMANDE DE CAUTIONS Douane

DEMANDE DE CAUTIONS Douane DEMANDE DE CAUTIONS Douane Envoyez la demande de cautions avec les pièces requises à : Société Compagnie Altassura Européenne de Garanties et Cautions Pôle Entreprises - Cegi Fax : 0179731164 ou info@e-assurance-credit.com

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et commissaire aux comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie Depuis novembre 2011,

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques»

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» Édition 2013 «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» 1 Introduction La 5ème édition de l Observatoire Investing & Living Abroad 2013 s articule autour de 3 études : 1/

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Financement des Entreprises publiques locales. Avril 2015

Financement des Entreprises publiques locales. Avril 2015 Financement des Entreprises publiques locales Avril 2015 Sommaire Synthèse 3 Partie 1 Le financement des Epl 4 Repères 5 Partie 2 Le recours au marché bancaire en 2014 et perspectives 2015 6 Souscription

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 22 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France

Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France Présentation du rapport Août 2006 1 Table des matières Page Sur quoi porte cette étude? Quel est le but de cette étude? Quelle

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Marché des entreprises

Marché des entreprises Marché des entreprises Demande d ouverture d une ligne de cautions Intermédiaire en assurances - Courtiers Formulaire à nous retourner accompagné des documents de constitution du dossier : par mail à :

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT. 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL

DEMANDE DE PRÊT. 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL DEMANDE DE PRÊT N de dossier : Nom du client : Montant du prêt envisagé : Durée souhaitée (en mois) : Date de dernière modification : 1 Paraphes : Votre

Plus en détail

de la mutuelle CHAPITRE 1 Formation et objet de la mutuelle

de la mutuelle CHAPITRE 1 Formation et objet de la mutuelle TITRE I FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE CHAPITRE 1 Formation et objet Article 1 Dénomination Il est constitué une mutuelle, dénommée MILTIS, qui est une personne morale de droit privé à

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2014 «Réalité et pragmatisme» Avec la participation de A CONJONCTURE ÉCONOMIQUE Jean-François BUET, Président FNAIM ENVIRONNEMENT

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires Rapport d activité 2014 Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires EN En 2014 3 668 emplois créés ou consolidés 907 projets accompagnés et 20,9 M mobilisés en Jean Jacques Martin Président

Plus en détail

Compléter une demande de crédit Desjardins. Solutions de paiement et de financement. Services de cartes Desjardins

Compléter une demande de crédit Desjardins. Solutions de paiement et de financement. Services de cartes Desjardins Compléter une demande de crédit Desjardins Solutions de paiement et de financement Services de cartes Desjardins MODULE Compléter une demande de crédit Desjardins Afin de faciliter le traitement de vos

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires»

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» Société Dénomination Sociale : Forme Juridique : Adresse du siège social : Capital social: euros Répartition du capital (principaux associés et % de participation)

Plus en détail

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est :

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est : 1 En complément de la publication des informations routières sur le site internet Bison Futé, un service gratuit de diffusion par messagerie électronique est ouvert aux professionnels. Pour recevoir l'information

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 Professionnels de santé : exercer dans le Val-de-Marne Jeudi 04 avril 2013 La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 1 Dr Bernard LE DOUARIN Président CDOM Val-de-Marne Selon les prévisions

Plus en détail

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON ACO S S STA T SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON N - JANVIER 5 Le 1er juillet 3, une réduction unique des cotisations patronales de Sécurité sociale

Plus en détail

VOUS VOTRE ENTREPRISE

VOUS VOTRE ENTREPRISE Enquête sur le rôle et la place de la santé dans l octroi de crédit aux TPE Ce questionnaire s inscrit dans une recherche doctoral et s adresse aux dirigeants de TPE ayant demandé ou qui sont entrain de

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS POSITION DE LA CGPME Posséder un compte bancaire professionnel est aujourd hui une obligation pour les dirigeants d entreprises. En effet, l article L. 123-24 du

Plus en détail