Rationnement du crédit en situation d'asymétrie d'information dans les PME de la ville Agadir : Résultats d une enquête.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rationnement du crédit en situation d'asymétrie d'information dans les PME de la ville Agadir : Résultats d une enquête."

Transcription

1 6 ème Conférence internationale sur l Economie Et Gestion Des Réseaux «Economics and Management of Networks» EMNet 2013 Du 21 au 23 Novembre, 2013 à l ENCG Agadir, Maroc Rationnement du crédit en situation d'asymétrie d'information d les PME de la ville Agadir : Résultats d une enquête. Auteurs : Lahsen OUBDI Professeur à l ENCG, Université Ibn Zohr & Aicha AMRHAR, doctorante à l ENCG, Université Ibn Zohr Résumé : Constituant une part essentielle du fond de commerce des banques, et n ayant pas accès facile à d autres sources de financement (le marché boursier, le marché de capital risque), les Petites et Moyennes Entreprises (PME) se trouvent en face de la banque en tant que seule source de financement de leurs projets. Pourtant l accès au crédit semble difficile pour cellesci. La PME souffre d un système d information plus opaque que ne l est celui des grandes entreprises, perçue moins fiables, moins prévisibles d information vis-à-vis de la PME. Par conséquence, le banquier se trouvent d sa relation avec les PME à de nombreuses sources d asymétries d information, et c est difficile de distinguer les emprunteurs honnêtes et ceux malhonnêtes. Ainsi les asymétries d information entre banques et entreprises engendrent le phénomène du Rationnement du Crédit (RC). Cependant pour faire face à la souffrance vis-àvis du financement des entreprises, il faut savoir l ampleur de ce RC et les déterminant qui l expliquent soit au niveau de l entreprise en elle-même, soit au niveau de son dirigent ou au niveau du prêt désiré. En effet, nous essayerons, d le cadre de cette communication, d apporter une contribution et un enrichissement d ce sens pour les entreprises de notre ville Agadir. Ainsi, notre travail a un double objectif : observer s il est possible l ampleur du RC auquel font face les entreprises, et également identifier les déterminants qui expliquent, sur le plan empirique ce rationnement. Pour ce faire, notre population cible sera constituée des entreprises de la ville d Agadir. On traitera notre problématique par une démarche hypothético déductive, pour vérifier les hypothèses qui seront exposées, par le biais d une enquête qui sera réalisée au niveau de ces entreprises. Mots clés: ASYMETRIE D INFORMATION, RATIONNEMENT DE CREDIT, BANQUES. 1

2 Introduction Nous ne pouvons pas nier le rôle primordial que jouent les Petites et Moyennes Entreprises (PME) d la création de richesses et d emploi. Néanmoins, leur contribution reste largement en deçà des potentialités que cette catégorie d'entreprises peut faire valoir. Puisqu elles ne peuvent pas recourir facilement au marché de capitaux, les PME et TPE privilégient les voies de financement bancaires. Selon un rapport des Nations Unies élaboré en 2010, le total des crédits accordés par les banques au secteur privé s élève à 468 milliards, dont environ 300 milliards (soit les deux-tiers) destinés aux entreprises. Selon la Direction de la Supervision Bancaire de Bank Al-Maghrib, la quotte part des PME d ces crédits est située à seulement 18% en C'est-à-dire que plus de 90% ne profitent que de 18% des prêts aux entreprises. D où on remarque que ce sont toujours les grands oubliés aux guichets des banques. Nous constatons que l accès au crédit semble difficile pour celles-ci. La PME souffre d un système d information plus opaque par rapport aux des grandes entreprises. Elle est perçue moins fiable, moins prévisible d information vis-à-vis de la banque. Par conséquence, le banquier se trouvent d sa relation avec les PME à de nombreuses sources d asymétries d information, et c est difficile de distinguer les emprunteurs honnêtes et ceux malhonnêtes, ce qui rend la PME rationnée. En effet, il s avère que la problématique du financement des PME est avant tout liée à des contraintes informationnelles qui limitent leurs accès au financement bancaire. L existence d une information asymétrique entrave le développement de ces entreprises qui constituent l ossature de l économie marocaine. Elles méritent donc que plus d études leurs soient consacrées surtout pour les soutenir et les aider à mieux confronter les obstacles au financement bancaire. C est pour toutes ces raisons que nous voulons savoir d un premier temps quels sont les déterminants de la probabilité, pour qu une PME aie accès au crédit bancaire et, d un deuxième temps, si le crédit est aussi rationné qu on le suppose généralement d les PED. Afin de répondre à ces deux questions, nous allons mener une enquête portant sur les PME de la ville d Agadir, au Maroc. Les données que nous allons avoir nous permettront d appliquer 1 CDVM, «le financement des PME au Maroc», Mai

3 divers modèles économétriques qui, à leur tour, nous permettront de savoir le degré de rationnement du crédit auquel elles font face les PME ainsi que ses déterminants. La première partie se focalise sur la problématique de définition du Rationnement de Crédit et un récapitulatif des études antérieurs qui l ont traité. La seconde partie sera consacrée à la méthodologie de travail, alors que la troisième partie portera sur les résultats auxquels notre étude empirique va aboutir. 1. REVUE DES ÉTUDES ANTÉRIEURES La notion de rationnement de crédit est très utilisée d le langage économique et financier. Plusieurs auteurs ont donné leurs avis par apport à une définition formelle du terme. Plusieurs auteurs ont défini ce rationnement de crédit, puisque notre document est de nature empirique on se contenteras de la définition de STIGLITZ et WEISS (1981) 2, il y a rationnement de crédit lorsque l emprunteur est disposé à accepter les conditions de prêt établies par le prêteur même si celui-ci disposant de ressources suffisantes et que le prêt lui est toutefois refusé (certains emprunteurs sont contrains par des lignes de crédit fixées qu elles ne doivent pas dépasser sous n importe quelles circonstances, d autres sont purement refusés de prêts). Ainsi ils proposent des explications aux phénomènes du rationnement du crédit liées aux problèmes d asymétries d information et non plus aux déséquilibres temporaires ou de l intervention de l État. Ils développent un modèle en vertu duquel il y a rationnement du crédit à l équilibre en montrant que le rationnement de crédit est lié à deux phénomènes : la sélection adverse et l aléa moral. Initialement démontré par Arrow [1963] 3 d un article portant sur le secteur d assurance des soins médicaux, le «hasard moral» est défini comme «toute mauvaise allocation de ressources qui résulte de l assurance de risques par des contrats d assurance normaux» [Marshall, 1976, p. 880]. Plus généralement, le hasard moral désigne une situation d laquelle de futurs paiements liés à un contrat peuvent être influencés par des actions d un 2 Stiglitz, Joseph E. et Andrew Weiss, "Credit rationing in markets with imperfect information", American Economic Review, Vol. 71, 1981, Arrow, K. (1973). The theory of discrimination. Discrimination in Labor Markets,

4 agent, actions qui sont postérieures à la signature du contrat et qui ne sont pas toujours directement observables par l autre agent. Ainsi l aléa moral affecte le comportement des agents en incitant les emprunteurs potentiels se tourner eux-mêmes vers des projets plus risqués au fur et à mesure que la banque augmente le taux d intérêt étant donné que ces derniers deviennent de plus en plus attrayants si on pose l hypothèse de neutralité au risque des emprunteurs. Formalisée quelques années plus tard par les travaux de G. Akerloff [voir notamment Akerlof, 1970] 4, la notion de «sélection adverse» appelée l anti-sélection désigne une situation d laquelle les acheteurs d un bien ne peuvent observer que la qualité moyenne des biens, puisque la partie vendeuse dispose d informations privées avant que la traction soit réalisée. D le secteur bancaire, l anti-sélection apparaît lorsque l emprunteur conserve, même après un examen attentif par le créancier des informations disponibles, un avantage informationnel sur son partenaire. Ainsi à défaut de pouvoir fixer un taux d intérêt qui correspond au risque effectif du projet, la banque applique un taux reflétant la qualité moyenne des emprunteurs. Cette pratique affecte les caractéristiques des agents 5 en influençant la composition d emprunteurs qui varie au fur et à mesure que la banque augmente le taux d intérêt sur ses prêts en s orientant vers des projets plus risqués puisqu ils deviennent de plus en plus attrayants si on pose l hypothèse de neutralité au risque des emprunteurs. Par ailleurs, d un sens plus large, l équilibre de rationnement fait appel à l analyse du rationnement du crédit lorsque le taux d intérêt est à son niveau de long terme. L analyse de Stigliz et Weiss montre qu il n y a pas de discrimination par les prix sur le marché du crédit à cause de l asymétrie de l information ; l argument est que le taux d intérêt fait fuir les emprunteurs les plus sûrs (biais de sélection adverse) ; ensuite, un taux d intérêt élevé incite les emprunteurs à entreprendre des projets plus risqués (hasard moral). 4 G.Akerlof; 1970: «The market for lemons: quality uncertainety and the market mechanism». 5 M.Bellemare ; 2000 : «Une évaluation empirique des contraintes de crédit au Maroc urbain». 4

5 a) Vue d ensemble sur les études antérieures sur le rationnement Alors que des extensions du modèle de Stiglitz et Weiss montre pourquoi le rationnement du crédit peut se produire même pour les emprunteurs qui sont neutres au risque (Wette, 1983), et que le nombre d emprunteurs découragés augmente d certaines circonstances (Kon & Storey, 2003), certains affirment que le rationnement du crédit n existe pas. Bester (1985), par exemple, argumente que le rationnement du crédit disparaît avec les exigences de garantie. Autres recherches démontrent comment et pourquoi le rationnement du crédit est négligeables ou peut être éliminés grâce à la technologie (Parker, 2002; Riley, 1987) 6. D'autres encore affirment que le rationnement du crédit est expliqué par des facteurs tels que le comportement excessivement optimiste des entrepreneurs (de Meza et Southey, 1996) et les préférences impliqué d la prise de décision en financement (de Meza & Webb, 2006). Étant donné qu'il existe un désaccord sur l existence du rationnement du crédit en théorie, nous devons examiner les résultats qui proviennent des études empiriques. Certaines études ont essayé de montrer l importance du phénomène de rationnement du crédit, et les facteurs qui le déterminent. Par exemple, sur le marché des crédits commerciaux, Sealey (1979) a étudié l'existence et l'ampleur du rationnement du crédit. Berger et Udell (1992) examinent également l'importance de crédit rationnement de l'économie américaine. Les deux études ont trouvé des preuves de rationnement du crédit. Plusieurs études trouvent l existence du rationnement de crédit sur les marchés de crédit à la consommation (Chakravarty & Scott, 1999; Jappelli, 1990), sur le marché du crédit aux petites entreprises (Blumberg et Letterie, 2007; Bopaiah, 1998; Cowling & Mitchell, 2003; Freel, 2007), et les marchés du crédit d les pays en voie de développement (Mushinski & Pickering, 2007; Mushinski, 1999; Petrick, 2005). 7 On remarque que l opinion dominante de ces études est que le rationnement du crédit existe effectivement puisque à la petite entreprise, les propriétaires sont confrontés aux problèmes liés à l'information issus de son asymétrie. 6 Levenson, A. R. and K. L. Willard (2000). "Do firms get the financing they want? Measuring credit rationing experienced by small businesses in the US." Small Business Economics 14(2): Naranchimeg Mijid, dissertation 2008 a Colorado state University «Gender, Race, and Credit Rationing of Small Businesses: Empirical Evidence from the 2003 Survey of Small Business Finances»- traduit- 5

6 Le but de cette étude est d'examiner si le rationnement du crédit se produit pour les entreprises de la ville d Agadir et qu ils sont les facteurs qui le déterminent. Ceci nécessite de voir des études qui ont était faites au niveau du Maroc avant d entamer la partie empirique. b) Revue des études antérieures au Maroc : En 1999, Joumady 8 montre que la libéralisation a permis de diminuer les contraintes de crédits sur les entreprises. Il montre d une part que la libéralisation a levé les contraintes exogènes (plafonnement des taux, sélectivité du crédit...) et d autre part, qu elle a contribué à diminuer l asymétrie d information sur le marché des capitaux. Son étude empirique porte sur des entreprises manufacturières marocaines appartenant au secteur formel. Les autres études sur le rationnement du crédit au Maroc, se sont penchées sur le financement des micros entreprises situées en milieu urbain. Ainsi en 1998 d après les résultats d une étude fondée sur une enquête auprès de 647 micros entreprises (ME), Mourji 9 montre que seules 4,1% de ces entreprises ont bénéficié d un crédit pour financer la création de leurs activités. Cette étude montre aussi que pour se financer la plupart des ME (91 %) se finance par fonds propres car souvent l offre de crédit informel type prêteurs sur gage est trop coûteuse. D 82,5 % des cas, la demande de crédits est refusée par la banque à cause d un manque de garantie. C est aussi cette raison qui fait que 33,46 % des micro-entreprises ne font pas la démarche nécessaire afin d obtenir un crédit. Quoique ces résultats nous montrent l existence d un rationnement du crédit, l article de Bellemare 10 (2000) montre que les micros entreprises préfèrent se financer par fonds propre (ou en faisant appel aux prêts des membres de la famille) puisque le coût d accès est moins important que celui du crédit bancaire (ni intérêts, ni garanties). Ainsi, ce n est pas parce qu une entreprise n est pas financé par le crédit bancaire, qu il existe un rationnement de celui-ci. Notre étude va montrer ce qui se passe au niveau de la ville d Agadir. Est-ce qu il y a un rationnement? Et qu ils sont ses facteurs d cette zone? 8 O.Joumady ; 1999 ; Revue Région et Développement : «libéralisation financière, rationnement du crédit et investissement des entreprises marocaines». 9 F.Mourji ; 1998, «le développement des micro entreprises en question». 10 Bellemare, M. (2000). "Une évaluation empirique des contraintes de crédit au Maroc urbain." 6

7 2. METHODOLOGIE : C est l analyse empirique qui va nous montrer les facteurs qui agissent significativement sur le fait qu une entreprise obtienne le crédit qu elle désire. Autrement, cette étude empirique nous permettra de déterminer la probabilité qu une entreprise soit rationnée et d analyser les facteurs qui influent ce rationnement. Alors cela nous permettra de savoir si le rationnement de crédit est omniprésent sur la ville d Agadir ; comme le stipule les études antérieures sur les pays en voie de développement 11, ceci par le biais d une enquête réalisée au niveau de cette ville. Les questions qu elle contient sont issues des facteurs affectant le rationnement de crédit des PME Marocaine. Le questionnaire 12 contient 17 questions réparties en groupes : Caractéristiques de l entreprise Caractéristiques du gestionnaire Caractéristiques financières Nous avons contacté 80 entreprises, le nombre de questionnaires exploitables est de 51, presque 64% du panel. Le choix des entreprises est fait sur la base de la nouvelle 13 définition de la PME par l ANPME (Agence Nationale pour la Promotion de la PME) qui se base sur le critère du chiffre d affaire abstraction faite de l effectif de l entreprise. On peut diviser notre population en 4 catégories : Catégorie 1 : composée des entreprises qui n ont pas tenté d obtenir un crédit parce que : le crédit n est pas nécessaire la demande est trop coûteuse n aime pas avoir de dettes Catégorie 2 : constituée par les entreprises qui n ont pas tenté d obtenir un crédit parce qu elles sont découragées par le fait : 11 Joseph Anne, 2000, Le rationnement du crédit d les pays en développement : le cas du Cameroun et de Madagascar ISBN : Voir questionnaire en annexes. 13 CDVM, «le financement des PME au Maroc», Mai

8 que la demande sera refusée la demande de crédit exige trop de temps Catégorie 3 : inclut les entreprises pour lesquelles la demande de crédit a été refusée Catégorie 4 : englobe les entreprises pour lesquelles la demande de crédit a été acceptée Notre étude sera focalisée d cette communication sur les deux dernières catégories. Les premières et deuxièmes catégories préfèrent s'autofinancer, ou n accepte pas le taux d intérêt ; en effet elles ne sont pas considérées comme rationnées d cette recherche. 3. RESULTATS DE L ANALYSE DES DETERMINANTS DU RATIONNEMENT DU CREDIT Les études de rationnement de crédit utilisent différentes approches économétriques, y compris l analyse univariée et l analyse multivariée. Elles utilisent aussi le Probit simple ou l équation logit des variables dépendantes ; qui est d'habitude régressé sur un ensemble de variables explicatives. Avant d entamer l analyse des déterminants du rationnement de crédit, il s avère essentiel de voir à partir des résultats de notre enquête si ces entreprises souffrent de ce phénomène. En prenant en compte les entreprises du groupe 2 en haut (constituée par les entreprises qui n ont pas tenté d obtenir un crédit parce qu elles sont découragées par le fait que la demande sera refusée ou la demande de crédit exige trop de temps) ; on trouve que le pourcentage des entreprises rationnées est de 25,5% dont celles découragées constituent plus que les deux tiers. Les enseignements de l analyse Bivariée : Le but de ce paragraphe est de comprendre les critères d octroi du crédit (de rationnement aussi) par les banques à l aide d une analyse bivariée. L effet du type juridique sur l octroi du crédit : 8

9 Le tableau ci-dessous nous montre que la demande est acceptée pour tout type d entreprise. On peut déduire alors que la forme juridique de l entreprise n est pas un facteur déterminant d la stratégie de sélection des banques. résultat de la demande/type SARL SNC SA TOTAL demande refusée 100% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 87,1% 9,7% 3,2% 100% L effet du lieu sur l octroie du crédit : Les résultats parvenus pour cette variables ne sont pas significatifs puisque notre échantillon est constitué des entreprises se trouvant que sur la ville d Agadir, alors elles toutes à proximité des banques. Alors le lieu n est pas vraiment un déterminant pour cette étude. résultat de la demande/lieu zone industrielle centre ville zone touristique TOTAL demande refusée 33,3% 66,7% 0,0% 100% demande acceptée totalement 19,4% 77,4% 3,2% 100% L effet du secteur d activité sur l octroie du crédit : Les secteurs d industrie et du BTP bénéficient plus des autres formes de crédit. Les PME qui opèrent d ces secteurs sont acceptés par les banques du fait qu elles disposent d un actif immobilisé très riche qui peut être une garantie pour la banque. résultat de la demande/activité service commerce industrie BTP TOTAL demande refusée 66,7% 33,3% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 16,1% 41,9% 25,8% 16,1% 100% L effet de l âge de l entreprise sur l octroie du crédit : Les entreprises les plus âgées sont celles qui ont le plus de chances d avoir un accès au crédit bancaire. En effet, cette variable reflète la continuité de l activité de la PME et donc sa performance, puisque ce genre d entreprise est plus sensible à disparaitre. 9

10 résultat de la demande/âge entreprise moins de 2 entre 3 et 4 entre 5 et 24 plus que 25 TOTAL demande refusée 33,3% 33,3% 33,3% 0,0% 100% demande acceptée totalement 0,0% 12,9% 64,5% 22,6% 100% L effet du Chiffre d Affaire sur l octroie du crédit : Plus le chiffre d affaires de la PME augmente plus la probabilité d acceptation d octroi de crédit auprès de la banque augmente. résultat de la demande/chiffre d'affaire < 5 million entre 5 et 20 million entre 20 et 50 million plus que 50 million TOTAL demande refusée 66,7% 33,3% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 9,7% 25,8% 41,9% 22,6% 100% L effet du niveau d instruction du gestionnaire sur l octroie du crédit : On remarque que la dépendance n est pas significative d cette enquête. résultat de la demande/niveau d'instruction fondamental secondaire supérieur TOTAL demande refusée 0,0% 33,3% 66,7% 100% demande acceptée totalement 6,5% 19,4% 74,2% 100% L effet du sexe du gestionnaire sur l octroie du crédit : Le tableau ci-dessous montre que les banques n ont pas un comportement de discrimination en fonction du genre. résultat de la demande/sexe M F TOTAL demande refusée 100% 0,0% 100% demande acceptée totalement 77,4% 22,6% 100% L effet de l âge du gestionnaire sur l octroie du crédit : Un chef d entreprise plus âgé, toutes choses égales par ailleurs, a plus de chance de demander un crédit auprès de la banque. En effet, les chefs d entreprises les plus âgés sont les plus expérimentés, ce qui pourra servir de garantie ; 10

11 résultat de la demande/âge gestionnaire moins de et plus TOTAL demande refusée 66,7% 0,0% 33,3% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 6,5% 16,1% 32,3% 38,7% 6,5% 100% L effet de l expérience du gestionnaire sur l octroie du crédit : Les banques considèrent l expérience du chef de la PME comme garantie d une certaine solvabilité. résultat de la demande/expérience gestionnaire < plus que 10 TOTAL demande refusée 33,3% 66,7% 0,0% 100% demande acceptée totalement 3,2% 16,1% 80,6% 100% L effet de la taille du crédit sur l octroie du crédit : Plus la taille du crédit est importante, plus que la demande sera refusée. On remarque que cette hypothèse n est pas confirmée par cette étude. résultat de la demande/taille du crédit Non réponse moins de 100 entre 101 et 500 entre 501 et 1000 entre 1001 et 5000 plus de TOTAL demande refusée 0,0% 33,3% 33,3% 33,3% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 0,0% 16,1% 25,8% 19,4% 22,6% 16,1% 100% L effet de la relation banque entreprise sur l octroie du crédit : La durée de relation banque-entreprise est importante puisque plus qu elle est longue tant que l entreprise bénéficie de l octroi du crédit. résultat de la demande/relation premier contact moins d'1 an 11 entre 1 et 5 entre 6 et 10 plus de 10 TOTAL demande refusée 0,0% 66,7% 33,3% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 0,0% 6,5% 22,6% 41,9% 29,0% 100% L effet du taux d endettement sur l octroie du crédit : Plus l entreprise est endettée plus qu elle verra sa demande refusée. Pour les entreprises dont la demande a été acceptée et qui ont un taux d endettement plus de 70%, ce n est que grâce à l effet de la relation qu elles ont pu bénéficier du crédit.

12 résultat de la demande/taux d'endettement moins de 10% entre 10 et 30% entre 31 et 50% entre 51 et 70% plus de 70% TOTAL demande refusée 100% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 100% demande acceptée totalement 29,0% 38,7% 29,0% 0,0% 3,2% 100% L effet que l entreprise soit familiale sur l octroie du crédit : Cette variable n a pas d effet significatif sur l octroi de crédit ou non. résultat de la demande/entreprise familiale oui non TOTAL demande refusée 33,3% 66,7% 100% demande acceptée totalement 71,0% 29,0% 100% La précédente analyse menée à l aide de la statistique descriptive nous a permis d identifier les déterminants de la sélection des banques (et des prêteurs traditionnels) d l offre de crédit. Nous avons pu conclure, toute chose égale par ailleurs, que les caractéristiques suivantes augmentent la probabilité pour qu une PME ait droit au crédit : Une PME exerçant au secteur d industrie ou BTP. Une PME ayant un âge plus que 5 Ayant un chiffre d affaire plus que 20 million de dirhams Ayant un gérant âgé entre 30 et 64 Possédant un gérant avec une expérience plus que 10 Une PME avec un relationnel long avec la banque Une PME avec un taux d endettement faible ou acceptable. Nous proposons en guise de synthèse de corroborer nos résultats à l aide d une analyse économétrique de l octroi du crédit ou de rationnement du crédit par les banques. TESTS A L AIDE DU MODELE PROBIT Afin d étudier véritablement les déterminants de la probabilité d obtenir ou non du crédit (en même temps les déterminants du rationnement du crédit), nous utiliserons un probit univarié, que nous appliquerons aux variables explicatives explicitées ci-dessous. 12

13 TABLEAU 1 : Présentation des variables VARIABLES SIGNIFICATION RESULTAT DE LA DEMANDE =1 si l entreprise a bénéficié du crédit bancaire ; 0 sinon LIEU = 1 si l entreprise se trouve d une zone industrielle ; 2 centre ville ; 3 zone touristique ; ACTIVITE = 1 si l entreprise exerce du service ; 2 commerce ; 3 industrie ; 4 BTP ; AGE DE L ENTREPRISE = 1 si l entreprise a moins de 2 ; 2 entre 3 et 4 ; 3 entre 5 et 24 ; 4 plus que 25 ; CHIFFRE D AFFAIRE 1= si le CA est < 5 million ; 2 entre 5 et 20 million ; 3 entre 20 et 50 million ; 4 plus que 50 million ; NIVEAU D INSTRUCTION =1 si le chef de l entreprise a un niveau d éducation fondamental ; 2 secondaire, 3 supérieur SEXE =1 si le chef de l entreprise est de sexe masculin; 0 sinon AGE DU CHEF D ENTREPRISE EXPERIENCE DU CHEF D ENTREPRISE TAILLE DU CREDIT RELATION BANQUE ENTREPRISE ENDETTEMENT ENTREPRISE FAMILIALE = 1 si le chef d entreprise a moins de 30 ; 2 entre ; 3 entre ; 4 entre ; 5 65 et plus ; = 1 si le chef d entreprise a une expérience < 5 ; 2 entre 5-10 ; 3 plus que 10 ; = 1 si le crédit est moins de 100 ;2 entre 101 et 500 ; 3 entre 501 et 1000 ; 4 entre 1001 et 5000 ;6 plus de ; =1 si c est le premier contact ; 2 moins d'1 an ; entre 1 et 5 ; entre 6 et 10 ; plus de 10 ; = 1 si le taux est moins de 10% ; 2 entre 10 et 30% ; 3 entre 31 et 50% ; 4 entre 51 et 70% ; 5 plus de 70% ; =1 si l entreprise est familiale; 0 sinon Nous nous attendons à un coefficient significatif à l égard de l activité de l entreprise, puisque entre une activité à une autre la chance d avoir sa demande de crédit acceptée est différente. L âge de l entreprise dénote de la pérennité de l entreprise et donc sa viabilité. L entreprise la plus ancienne aura les plus grandes chances d avoir le crédit formel. Alors nous espérons aussi avoir des coefficients positifs. 13

14 Nous espérons aussi avoir des coefficients positifs pour les variables chiffre d affaire, expérience du gestionnaire et le degré de relation banque-entreprise. Le niveau d instruction du gestionnaire est aussi déterminant d la décision de la banque de prêter ou non. Nous attendons à ce que cette variable ait un coefficient positif. La variable «SEXE» est introduite pour savoir s il existe à l égard des femmes une certaine forme de discrimination institutionnelle pour l obtention de prêt. L âge du chef d entreprise et son expérience joue un rôle important vis-à-vis de l octroi du crédit par la banque, alors nous espérons un coefficient positif pour ces variables. Pour la variable relation banque-entreprise, nous attendons aussi un coefficient positif, alors que nous attendons un coefficient négatif pour la variable endettement. Enfin pour les variables taille du crédit et entreprise familiale, nous n avons pas d attentes particulières. Nous avons précédemment mis en lumière la faible proportion des PME ayant accès au crédit bancaire : Qu est ce qui distingue ces PME des autres? Autrement dit, quelles sont les caractéristiques que doit réunir une PME pour maximiser sa probabilité d accès au crédit bancaire et faire face au rationnement? TABLEAU 2 : Résultats des estimations du modèle Probit sur les déterminants du rationnement du crédit par les banques VARIABLES COEFISCIENT SIGNIFICATION LIEU ACTIVITE AGE DE L ENTREPRISE CHIFFRE D AFFAIRE NIVEAU D INSTRUCTION * *

15 SEXE AGE DU CHEF D ENTREPRISE EXPERIENCE DU CHEF D ENTREPRISE TAILLE DU CREDIT RELATION BANQUE ENTREPRISE ENDETTEMENT ENTREPRISE FAMILIALE * ** Log Likelihood *** La corrélation est significative au niveau 1% ** La corrélation est significative au niveau 5% * La corrélation est significative au niveau 10% En analysant le tableau ci-dessus, on remarque que seulement quatre parmi nos douze variables sont significatives : l âge de l entreprise, le chiffre d affaire et l âge du chef d entreprise, à hauteur de 90% et la relation banque-entreprise à hauteur de 95%. Nous en proposons le classement suivant: Caractéristiques de l entreprise : On remarque qu une entreprise plus âgée augmente les chances d obtention du crédit par la banque, ce qui confirme notre hypothèse en haut. Le chiffre d affaires est aussi significatif et il a le signe attendu. Plus le chiffre d affaires de la PME augmente plus la probabilité d octroi du crédit auprès de la banque augmente. La PME ayant un chiffre d affaires important est une entreprise qui se développe et a un grand besoin en investissement. C est ce qui pourrait expliquer ce comportement. Caractéristiques du chef d entreprise: La variable âge du chef d entreprise a le signe attendu. Avec l augmentation de l âge la probabilité d avoir accès au crédit bancaire augmente aussi. Les banques considèrent l expérience du chef de la PME comme garantie d une certaine solvabilité. Ce résultat 15

16 rappelle ce que présuppose la théorie et confirme les constats déjà obtenus par Baydas, Mayer et Agulirad-Alfred (1994). Cependant, un effet seuil intervient. A partir d un certain âge (âge optimale), la banque n octroie plus de crédit du fait de l espérance de vie qui devient restreint et de la capacité de gestion qui se dégrade. Cette variable pose un risque si le chef de l entreprise n a pas d héritiers ce qui augmente le risque de faillite. Caractéristiques financière de l entreprise: Le signe attendu est vérifié pour la variable relation. Une longue relation avec la banque fait bénéficier le demandeur de crédit de taux d intérêt plus faibles et moins d exigences de la part de la banque en termes de garantie. Même résultat a été approuvé par l étude empirique de Berger, A. et G. Udell (1995). En guise de synthèse l âge de l entreprise et celui de son propriétaire donnent à la banque des informations sur le degré d expérience du propriétaire. Le chiffre d affaire peut être considéré par la banque comme une garantie d expion de cette entreprise, qui lui permettra de développer un relationnel étroit avec cette banque. Toutes ces caractéristiques viennent pour réduire le degré d asymétrie d information entre la banque et le demandeur de crédit ; bénéficier de la confiance du premier et permettre au deuxième d avoir accès au crédit et éviter ainsi le rationnement. 16

17 CONCLUSION Nous avons essayé d cette recherche de répondre à la question des déterminants et le degré du rationnement du crédit auquel font face les PME sur Agadir. Spécifiquement nous avons cherchions à savoir les variables qui entraînent une influence significative sur la décision d octroi ou de rationnement de crédit par une banque. Notre étude a aboutit à un rationnement de 25%, un taux qu on peut considérer intéressant puisque ces entreprises rationnées sont issues des entreprises découragées plutôt que celle qui demandent du crédit. D après l analyse de notre échantillon ces dernières sont des sociétés en phase de croissance, qui estiment le refus de leur demande de crédit. Les variables traditionnelles l âge de l entreprise et l âge de son propriétaire, qui reflètent le niveau d expérience de la ME, sont significatives, la variable chiffre d affaire est déterminante pour que la banque octroie du crédit, ainsi que le niveau de relation qui offre à la PME la chance d avoir une bonne réputation et bénéficier du crédit. Certes, nous tenons à expliquer que la représentativité de nos résultats découle surtout de la fiabilité de nos données. Nous avons de bonnes raisons de croire qu il pourrait y avoir des erreurs de mesure du fait que notre enquête s est basée sur un échantillon réduit, qui peut ne pas être représentatif de toutes les catégories d entreprises qui peuvent souffrir du rationnement du crédit. Enfin, nous reconnaissons que notre recherche aurait pu être plus intéressantes si on avait pu, avec plus de temps, appliquer le model de levenson et willard (2000) qui ont intégré les entreprises découragées d leur model. 17

18 BIBLIOGRAPHIE Arrow, K. (1973). The theory of discrimination. Discrimination in Labor Markets, Bellemare, M. (2000). "Une évaluation empirique des contraintes de crédit au Maroc urbain." Bester, H. (1985). Screening vs. rationing in credit markets with imperfect information. The American Economic Review, 75(4), CDVM, «le financement des PME au Maroc», Mai 2011 ELLOUZE. A,1995, Problèmes d'asymétrie d'information sur le marché d'assurance - automobile et études des mécanismes susceptibles de contrer les inefficacités causées par les externalités et le risque moral. F.Mourji ; 1998, «le développement des micro entreprises en question», Edition REMALD, Casablanca. G.Akerlof; 1970: «The market for lemons: quality uncertainety and the market mechanism». Joseph Anne, 2000, Le rationnement du crédit d les pays en développement : le cas du Cameroun et de Madagascar ISBN : Levenson, A. R. and K. L. Willard (2000). "Do firms get the financing they want? Measuring credit rationing experienced by small businesses in the US." Small Business Economics 14(2): M.Bellemare ; 2000 : «Une évaluation empirique des contraintes de crédit au Maroc urbain». Naranchimeg Mijid, dissertation 2008 a Colorado state University «Gender, Race, and Credit Rationing of Small Businesses: Empirical Evidence from the 2003 Survey of Small Business Finances»- traduit- O.Joumady ; 1999 ; Revue Région et Développement : «libéralisation financière, rationnement du crédit et investissement des entreprises marocaines». Parker, S. C. (2002). Do banks ration credit to new enterprises? And should governments intervene? Scottish Journal of Political Economy, 49(2), Petersen M.A., Rajan R.G. 1995, The Effect of Credit Market Competition on Lending Relationships, Quarterly Journal of Economics, 110, p Steven M. Fazzari et Bruce C. Peterson, 1993, Working Capital and Fixed Investment: New Evidence on Financing Constrains The RAND Journal of Economics, Vol. 24, N 3, Stiglitz, Joseph E. et Andrew Weiss, "Credit rationing in markets with imperfect information", American Economic Review, Vol. 71, 1981,

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

LA CONSOLIDATION DU SYSTEME BANCAIRE ET LE FINANCEMENT DES PME EN FRANCE

LA CONSOLIDATION DU SYSTEME BANCAIRE ET LE FINANCEMENT DES PME EN FRANCE LA CONSOLIDATION DU SYSTEME BANCAIRE ET LE FINANCEMENT DES PME EN FRANCE Michel Dietsch, Institut d études politiques de Strasbourg, Valérie Golitin-Boubakari Secrétariat général de la Commission bancaire

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE DE DRM

CAHIER DE RECHERCHE DE DRM CAHIER DE RECHERCHE DE DRM N 2010-06 L'impact de la crise sur le rationnement du crédit des PME françaises Hervé Alexandre Université Paris-Dauphine, DRM Hélène Buisson Université Paris-Dauphine, DRM Résumé

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

2- Antisélection et rationnement du crédit

2- Antisélection et rationnement du crédit 2- Antisélection et rationnement du crédit Objectif : comprendre le dysfonctionnement d'un marché avec asymétrie d'information Cas du marché du crédit Nature de l'asymétrie d'information : avant la conclusion

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_177&id_article=ecop_177_0121

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_177&id_article=ecop_177_0121 Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_177&id_article=ecop_177_0121 L accès des entreprises au crédit bancaire par Maud AUBIER

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

Rôle de la Nature de l Information dans l Intermédiation Bancaire

Rôle de la Nature de l Information dans l Intermédiation Bancaire Rôle de la Nature de l Information dans l Intermédiation Bancaire Christophe J. Godlewski LaRGE Université Robert Schuman, Strasbourg III Première version : Mars 2004 Cette version : Avril 2004 Résumé

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie

Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie Revue des Sciences Humaines Université Mohamed Khider Biskra No :33 Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie Université d Oum El Bouaghi

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter Le e-commerce selon les derniers chiffres est en bonne croissance. Il se dit que de belles perspectives l attendent. Mais, loin de tout optimisme

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Définitions monnaie taux d intérêt inflation Rôle des banques centrales 2 Fonctions et mesure de la monnaie Trois fonctions de la monnaie

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation Wendy Pyper Prendre du retard dans ses paiements LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation au Canada a suscité un certain nombre de préoccupations. En octobre 2001, quelque 44 millions de cartes de

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Les banques répondent-elles à la demande

Les banques répondent-elles à la demande 1 of 5 01/02/2013 09:12 Imprimé par contact@d3fidentis.com Cette impression est à usage strictement personnel. Si vous souhaitez utiliser cet article à des fins collectives, merci de contacter Revue Banque.

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

La multibancarité des entreprises

La multibancarité des entreprises La multibancarité des entreprises Choix du nombre de banques et choix du nombre de banques principales Catherine Refait * Nous vérifions empiriquement l impact de la qualité d une entreprise sur le nombre

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Accès au Financement Bancaire des Petites et Moyennes Entreprises au Sénégal

Accès au Financement Bancaire des Petites et Moyennes Entreprises au Sénégal Accès au Financement Bancaire des Petites et Moyennes Entreprises au Sénégal Nouvelle proposition de recherche Consortium pour la Recherche Economique en Afrique (CREA) (African Economic Research Consortium

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT

L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT Cet article traite du rôle des imperfections financières dans l explication des cycles conjoncturels. Les canaux de transmission

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

Le risque est au centre même de l activité bancaire

Le risque est au centre même de l activité bancaire ASYMÉTRIES D INFORMATION ET ORGANISATION BANCAIRE : LE CAS D UNE BANQUE D INVESTISSEMENTS SPÉCIALISÉE RRÉALITÉS MÉCONNUES Il y a toujours risque à entreprendre, voire simplement à décider, et cela pousse

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE

UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE Mercredi 23 janvier 2013 SOMMAIRE CONTEXTE DES MESURES TECHNIQUES POUR AUGMENTER LA LIQUIDITE DU MARCHE UNE STRATEGIE DE PROMOTION DU MARCHE AUPRES

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes L empire du milieu est le pays qui compte le plus grand

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Working Paper University of Rennes 1

Working Paper University of Rennes 1 Centre de Recherche en Économie et Management Center for Research in Economics and Management University of Caen Do bankers ration xxx more credit? Sylvie xxx Cieply Normandie University, xxx, Caen, Institut

Plus en détail

Les Français et les outils financiers responsables : notoriété, perception et intérêt

Les Français et les outils financiers responsables : notoriété, perception et intérêt Les Français et les outils financiers responsables : notoriété, perception et intérêt Pour : Arnaud de Bresson / Vanessa Mendez De : Jennifer Fuks / Charles-Henri d Auvigny chdauvigny@opinion-way.com Tél

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée 2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement

Plus en détail

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations UNCTAD Expert Meeting on Development Implications of International Investment Rule Making 28-29 JUNE 2007 Élaboration des règles régissant l investissement international équilibre entre intérêts publics

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail